Digimon Tamers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Digimon Tamers
Image illustrative de l'article Digimon Tamers
Logotype original de Digimon Tamers.
デジモンテイマーズ
(Dejimon Teimāzu)
Genre Action, aventure, fiction
Anime japonais
Réalisateur
Yukio Kaizawa
Studio d’animation Toei Animation
Licence (fr) Studio SOFI (2003 - 2004)
ADN (Depuis 2020)
Chaîne Drapeau du Japon Fuji TV
1re diffusion
Épisodes 51

Autre

Digimon Tamers (デジモンテイマーズ, Dejimon Teimāzu?), connue sous le titre de la distribution Saban Digimon Digital Monsters[1] (dit Digimon[2],[3]) en France, est la troisième saison de la série d'animation japonaise, ou anime, dérivée et inspirée de la franchise médiatique Digimon créée par Akiyoshi Hongo. Avec un total de 51 épisodes, elle est initialement diffusée du au sur la chaîne de télévision Fuji TV au Japon. Elle est exportée et adaptée à l'international, dont en France entre 2003 et 2004. La série, réalisée par Yukio Kaizawa, diffère de ses deux précédentes saisons, Digimon Adventure et Digimon Adventure 02, car elle intronise une trame différente dans laquelle les produits dérivés de la franchise y sont mis en avant, en plus de nouveaux personnages et d'un nouvel environnement.

La version occidentale de l'anime a été modifiée par Saban Entertainment et comporte des censures (changements de dialogues, modification de la bande-son originale, retouches d'images, etc). Cette version produite par Saban Entertainement appartenait à Saban Brands, une entreprise fermée le [4]. Depuis la redistribution de leurs propriétés, c'est Toei Animation qui distribue la version américaine Digimon Tamers en France[5].

La franchise Digimon est constituée de multiples séries mais les quatre saisons aux États-Unis (trois sont parvenues en France) sont réunies sous le même titre par le distributeur: Digimon Digital Monsters[6].

Scénario[modifier | modifier le code]

Takato Matasuki, un jeune protagoniste âgé de 12 ans, est fan du jeu de cartes Digimon. Un jour, après une partie de cartes avec ses deux copains Kazu et Kenta, il découvre dans sa boite de rangement une mystérieuse carte bleue[7]. Son réflexe est de l’analyser dans son digivice en plastique qui se met à briller de manière étrange. Takato finit par comprendre qu’il est devenu « dompteur de digimon », et crée accidentellement son propre partenaire digimon, Guilmon, à partir d'un dessin[7]. Takato fait ensuite connaissance avec deux autres enfants, qui se révèlent par la suite être également des dompteurs : Henry Wong et Rika Nonaka. Il s’entend tout de suite très bien avec Henry mais les deux garçons mettent du temps pour connaître et faire équipe avec Rika, qui considère les digimon comme « des machines à combattre[8] ».

Alors que ce groupe se forme, des digimon envahissent Tokyo, au Japon, plus précisément le quartier de Shinjuku, apparaissant par de multiples portails digitaux. Les dompteurs les combattent pour défendre leur ville, mais ils ne sont pas seuls - une organisation gouvernementale nommée Hypnos, dirigée par Yamaki, tente d'éliminer les digimon pour mettre fin à ces invasions.Le groupe fait également la connaissance d'un mystérieux digimon, Calumon, ayant le seul et unique pouvoir de contrôler les digivolutions. Un autre digimon incontrôlable, Impmon, passe également son temps à ennuyer les dompteurs et leurs partenaires digimon. Au fur et à mesure des invasions, les dompteurs seront confrontés à neuf devas dans le monde réel, et à deux autres dans le digimonde. Le douzième, Antylamon, régressera en Lopmon pour devenir le partenaire digimon de Suzie, la petite sœur d'Henry[9].

Tandis qu'ils se doivent d'entrer dans le digimonde pour récupérer Calumon, enlevé par un des devas, les dompteurs s'unissent du fait que le sort des deux mondes soit entre leurs mains. Ils seront accompagnés d'autres dompteurs tels que Kazu, Kenta (qui n'ont aucun digimon) et Jeri (avec Leomon). Ils feront, par la suite, face à Impmon, sous sa forme méga - Beelzemon - après un marché avec Zhuqiaomon, l'un des quatre souverains digimon. En échange de la puissance phénoménale que lui donnerait le souverain, Impmon conclut un pacte en échange de l'éradication des dompteurs. Tentant de s'interposer, Leomon est tué par Beelzemon, rendant Jeri dépressive[10]. Takato, devenu fou-furieux, force Guilmon à se digivolver malgré lui sous une forme maléfique - Megidramon. Après cet incident, Beelzemon est finalement vaincu par Gallantmon[10]. Finalement arrivés à leur fin, les dompteurs font face à l'un des souverains digimon, Zhuqiaomon, mais ce dernier s'allie finalement pour combattre le D-Reaper, un programme informatique devenu incontrôlable. Les dompteurs doivent non seulement sauver les deux mondes de la destruction mais aussi sauver Jeri, prise au piège, nourrissant malgré elle le programme maléfique avec sa tristesse. Un énorme combat s'ensuit entre Takato, Henry, Rika, Ryo et leurs digimon contre le D-Reaper. Takato tente de sauver Jeri pendant que les trois autres dompteurs se battent. Le D-Reaper est finalement vaincu grâce à Henry et Terriermon qui ont implanté une bombe de l'organisation Hypnos au cœur du programme. Durant la scène finale, les digimon retournent dans le digimonde sans leurs dompteurs respectifs[9], mais Takato, contre toute attente, s'apercevra dans son ancienne cachette, qu'un portail menant au digimonde est resté actif.

Développement[modifier | modifier le code]

Cosplay de Guilmon, le partenaire de Takato, à Otakuthon 2014.

Digimon Tamers est annoncé au début de 2001 pour une diffusion au printemps au Japon[11]. Il s'agit d'une série d'animation de type action-aventure et comédie dramatique. Troisième saison de la série, elle présente un univers et une trame différents de ses deux précédentes saisons, Digimon Adventure et Digimon Adventure 02[12]. Cette saison est réalisée par Yukio Kaizawa (Zatch Bell), chargé des idées créatives principales du projet[13]

Dans ses nouvelles de production, Chiaki J. Konaka explique que l'équipe était satisfaite de la concrétisation de Digimon Tamers, Hiroyuki Kakudo pensant que le scénario aurait pu également être intégré en trame du précédent anime.

Chiaki J. Konaka craignait que la représentation des Digimon en tant que "créatures au grand cœur" tel dépeint dans Digimon Adventure et Digimon Adventure 02 atténue "la bestialité" des Digimon". Par conséquent, Konaka voulait réexplorer la nature primitive des Digimon, des programmes "primitifs"; des modèles d'intelligence artificielle créées par les humains pour vaincre et triompher. C'est un retour au concept original du jeu Digital Monsters, qui existait avant les animes. La nuance est que les Digimon n'ont pas la compréhension morale que se battre est quelque chose qui nuit aux autres. En faisant face à un autre Digimon et quand un intérêt envers l'autre se créé, la seule réponse dont ils disposent pour communiquer est le "combat". La finalité n'est pas tant la destruction de l'ennemi que la décomposition de l'adversaire en données qu'ils peuvent ensuite absorber et évoluer en utilisant ces données. C'est leur véritable instinct naturel, c'est le concept de base. Ces Digimon interagissent avec leur "dompteur" et connaissent une Évolution qu'ils ne sont normalement pas capables de faire, une équivalence à la maturation et à la croissance... et ainsi, les Digimon apprennent à interagir les uns avec les autres. Leur méthode de communication commence par un combat, mais finit par "évoluer" vers l'amitié... C'est le cœur sur lequel repose cette série[14].

Chiaki J. Konaka craignait également que les évolutions perdent de leur impact en raison de leur répétitivité. Afin de résoudre ce problème, le D-Power a été conçu afin qu'il puisse être utilisé avec des cartes et donner aux personnages un autre "as dans leur jeu", avec la Digi-Modification. Les auteurs voulaient limiter l'utilisation des cartes à une seule, à la fois. Les personnages principaux devenant plus maître dans les évolutions, et les tenants et aboutissants de leur aventure était un des autres messages prioritaires que Konaka voulait transmettre aux enfants d'une société moderne[14].

Distribution[modifier | modifier le code]

« Le doublage français est dans la lignée de celui des deux premières séries et est toujours basé sur la version américaine de Saban. On y retrouve ainsi comme différences principales : bande-son modifiée, dialogues remaniés, censures et noms différents. (...) On retrouve en grande partie de nouvelle voix apportant du neuf au doublage (...) des interprétations inégales de la part de comédiens toujours trop peu nombreux. » écrit Planète-Jeunesse[15]. « L'adaptation de Digimon Tamers paraît moins désastreuse que celle d'Adventure 02 »[16], un doublage « moins tourné en dérision, bien que des blagues vaseuses persistent ci et là » remarque Manga-News[17].

Dompteurs[modifier | modifier le code]

Personnages Doublage Digimon Distribution[18]
Takato Matsuki
Matsuda Takato (松田 啓人)
Paolo Domingo (FR)
Makoto Tsumura (JP)
Guilmon Pascal Grull (FR)
Masako Nozawa (JP)

Âgé de 11 ans, Takato est fils unique et vit avec ses parents boulangers. Intelligent et passionné de dessin, il n'en demeure pas moins extrêmement naïf à certains moments. Principal protagoniste et leader du groupe dans la série, il gagne rapidement en assurance et en détermination lors de son périple dans le digimonde. Il est fasciné par les fantômes, les monstres, les digimon et tout ce qui est attrait au fantastique[8],[19].

Henry Wong
Li Jianliang/Ri Jenrya (李 健良)
Tony Marot (FR)
Mayumi Yamaguchi (JP)
Terriermon Antoine Nouel (FR)
Aoi Tada (JP)

Également âgé de 11 ans, Henry se montre plus réfléchi et responsable que Takato. Il se montre en général calme, discret et posé, mais fait preuve, en réalité, d'un véritable courage. Son attachement à Terriermon est un peu excessif, puisqu'il refuse, au départ, de le laisser combattre par peur qu'il ne lui arrive quelque chose (depuis l'histoire du jeu vidéo dans lequel Terriermon est attaqué par Gorillamon), mais il prend de l'assurance au fur et à mesure des combats[8],[19].

Rika Nonaka
Makino Ruki (牧野 留姫)
Fily Keita (FR)
Fumiko Orikasa (JP)
Renamon Victoire Theismann (FR)
Yuka Imai (JP)

De tempérament garçon manqué, Rika, surnommée la « reine des digimon »[20] est championne au jeu de cartes Digimon. Elle vit seule aux côtés de sa grand-mère, à cause des absences répétées de sa mère. Au début de la série, elle se montre solitaire, introvertie, souvent agressive et violente, et considère les digimon comme de simples données destinées à se battre, comme elle le prouve souvent vis-à-vis de sa propre partenaire, Renamon[8]. Au fil des épisodes, elle se rapproche d'Henry et Takato, qu'elle méprise au départ pour leur attachement à leurs digimon. Néanmoins, en voyant à quel point Renamon tient à la protéger, elle changera d'avis, et commencera à la traiter davantage avec plus de respect[19].

Ryo Akiyama
Akiyama Ryō (秋山 リョウ)
Antoine Nouel (FR)
Junichi Kanemaru (JP)
Cyberdramon ?? (FR)
Ikkei Seta (JP)

Ryo est l'un des dompteurs les plus discrets de la saison, et le seul à avoir battu Rika lors d'un tournoi de cartes à jouer. Son histoire est floue : il a disparu dans le digimonde avant le début de la saison, et n'apparaît donc pas au départ. Ce n'est que dans l'épisode Pauvre Ryo que Kazu, Kenta et Rika le retrouvent dans le digimonde, accompagné de son féroce et puissant digimon, Cyberdramon. Ryo est généreux, aimable et sincère, toujours prêt à aider les autres. Il se dispute fréquemment avec Rika, qui ne lui pardonne pas de l'avoir battu, mais leur relation change finalement vers une amitié sincère lors de leur combat face au D-Reaper[19].

Jeri Katou
Katō Juri (加藤樹莉)
Julie Turin (FR)
Yoko Asada (JP)
Leomon Antoine Nouel (FR)
Hiroaki Hirata (JP)

Jeri est une camarade de classe et amie d'enfance de Takato. Excentrique, douce et innocente, Jeri possède une marionnette en forme de renard avec laquelle elle ne cesse de jouer. Au fil des épisodes, elle éprouve plus d'intérêt pour les digimon et les combats de cartes. Plus tard, dans l'épisode Un poids lourd, elle demande à apprendre à jouer aux cartes, ne perdant pas espoir de devenir dompteuse. Rika accepte de lui enseigner les règles de base. Elle devient partenaire avec Leomon qui, par la suite, succombera lors d'un combat face à Beelzemon (Impmon)[19].

Kazu Shioda
Shiota Hirokazu (塩田 博和)
Yann Le Madic (FR)
Yukiko Tamaki (JP)
Guardromon Yann Le Madic (FR)
Kiyoyuki Yanada (JP)

Kazu est l'un des camarades de classe et compagnon de jeu de Takato. Il joue, avec Jeri et Kenta, un rôle secondaire au début de la série, jusqu'à ce qu'il découvre l'existence de Guilmon. Par la suite, il assiste souvent en tant que spectateur aux combats des dompteurs de digimon, et développe le désir de devenir à son tour dompteur. Durant le voyage dans le digimonde, il tente plusieurs fois en vain de se trouver un digimon. Finalement, l'attention généreuse qu'il accorde à un Guardromon blessé lui permet d'en devenir le dompteur. Kazu est vantard, immature, un tantinet agressif et souvent la source de comique dans la saison. Néanmoins, il se montre plus sérieux et plus mûr après avoir obtenu son digimon. Il semblerait que son père soit plutôt dur avec lui, d'où peut-être son attitude[19].

Kenta Kitagawa
Kitagawa Kenta (北川 健太)
Hervé Grull (FR)
Tōko Aoyama (JP)
MarineAngemon ?? (FR)
Ai Iwamura (JP)

Kenta est un autre camarade de classe de Takato, même s'il passe davantage de temps avec Kazu. Il est pratiquement toujours en compagnie de ce dernier, et l'affronte souvent aux cartes, sans pour autant le battre. Bien qu'il soit moins vantard, plus calme et moins sûr de lui, son rôle se cantonne en général à former avec Kazu un duo comique. Durant le voyage dans le digimonde, il cherche lui aussi, en vain, à se trouver un digimon. Finalement, au moment du retour sur Terre, un MarineAngemon, qui s'est attaché à lui, se glisse dans sa poche et devient son partenaire digimon[19].

Suzie Wong
Li Shaochung/Ri Shiuchon (李 小春)
Fily Keita (FR)
Ai Nagano (JP)
Lopmon Fily Keita (FR)
Aoi Tada (JP)

Suzie, la petite sœur d'Henry, est une petite fille charmante mais totalement immature. Henry, lui faisant croire que Terriermon est une peluche afin de pouvoir le garder chez lui sans soupçon de sa part, Suzie joue perpétuellement avec le malheureux digimon, l'étirant sans arrêt et le faisant porter toute sorte de vêtements ridicules de poupée. La veille de son départ dans le digimonde, Henry révèle à Suzie que Terriermon est vivant. Par la suite, Suzie reste dans le monde réel, mais, plus tard, un étrange phénomène l'envoie dans le digimonde, où elle rencontre Antylamon, le devas lapin. Toutes deux se lient d'amitié, et Antylamon trahit ses semblables en défendant Suzie contre Makuramon ; elle devient alors le partenaire digimon de Suzie, et se dé-digivolve par la suite en Lopmon en guise de punition[19].

Ai et Mako
Ai (アイ) et Makoto (マコト)
Fily Keita (FR)
Haruhi Terada & Miwa Matsumoto (JP)
Impmon Antoine Nouel (FR)
Hiroki Takahashi (JP)

Aï et Mako sont deux enfants jumeaux (une fille et un garçon) dont la particularité était d'avoir un seul digimon pour deux - Impmon. Tous deux se disputaient sans arrêt pour tout, y compris pour lui. Déchiré entre eux et exaspéré par leurs mauvais traitements, Impmon finit par les fuir, à errer seul[19].

Autres[modifier | modifier le code]

  • Calumon (クルモン, Culumon?) est un petit digimon espiègle, curieux, joueur et indépendant et également le seul à ne pas posséder de partenaire humain. Même s'il passe la majorité de son temps seul, il apprécie la présence des dompteurs, et passe pas mal de temps avec eux. Il ne participe jamais réellement au combat, mais possède l'aptitude de maîtriser les digivolutions, qui, elles, se déclenchent dans le monde réel par le simple effet de sa présence[19].
  • Alice McCoy : Alice McCoy (アリス・マッコイ, Arisu Makkoi?) est une jeune fille de 11 ans, blonde aux yeux bleus, habillée de style gothic lolita, partenaire de Dobermon. Elle est la petite nièce du professeur Rob McCoy, employé pour Hypnos. Elle a été envoyée par les souverains digimon avec son digimon[19], pour donner le pouvoir aux dompteurs de fusionner avec leurs digimon.
  • Souverains digimon : les souverains digimon (四聖獣, Shiseijuu?) sont des personnages fictifs appartenant à l'univers de la troisième saison sauf Azulongmon qui apparais en fin de saison 2. Ce sont des digimon de niveau méga, incroyablement puissants, qui constituent en quelque sorte les « gardiens » du digimonde. Chaque souverain règne sur un des quatre points cardinaux du digimonde - Azulongmon pour l'Est, Zhuqiaomon pour le Sud, Ebonwumon pour le Nord et Baihumon pour l'Ouest. Un cinquième membre, Fanglongmon, est à la tête des souverains et les dirige. Chacun d'entre eux possède quatre yeux et une couleur propre qui lui est propre. Leurs apparences s'inspirent de quatre figures astronomiques de l'astrologie chinoise.

Opposants[modifier | modifier le code]

  • Hypnos : une organisation gouvernementale aux motivations obscures, dirigée par Yamaki, un individu reconnaissable au fait qu'il joue sans cesse avec son briquet. L'organisation étudie le digimonde et ses créatures afin de protéger et défendre le monde réel des attaques de plus en plus fréquentes. Yamaki prend vite conscience de la présence des dompteurs, et les considèrent comme de jeunes fous se croyant dans un jeu alors qu'il s'agit d'un danger réel. Finalement, il entreprend le projet « Coup de Balai », destiné à éliminer tous les digimon, y compris ceux des dompteurs. Mais ce projet, activé à deux reprises, échouera à chaque fois, et, lors de la seconde tentative, un digimon ennemi provoque la destruction des appareils de la Hypnos. Finalement, après cela, Yamaki comprend que les dompteurs sont la seule défense efficace. Lorsqu'ils partent vers le digimonde, il offre à Takato une machine de sa conception permettant de garder contact avec le monde réel.
  • Les devas : les serviteurs de Zhuqiaomon. La plupart d'entre eux ont bio-emergé dans le monde réel tandis que d'autres sont restés dans le digimonde.
  • D-Reaper : le D-Reaper est une entité et l'antagoniste final de la saison. Contrairement aux antagonistes l'ayant précédé dans la saison, le D-Reaper n'est ni humain, ni digimon, bien qu'il soit originaire du digimonde. Il s'agit d'un programme informatique ayant « muté » en une forme de vie artificielle. Exclusive dans la saison, il s'agit d'une force presque inarrêtable qui n'existe que pour annihiler tout être organique. Il ne possède pas de voix à proprement parler, mais se servait de celle de Jeri Katou, qu'il tenait prisonnière, pour s'exprimer. Bien qu'il s'agisse d'un personnage complètement fictif, le D-Reaper possède des origines liées à des éléments réels, comme le ver informatique Morris ou Echelon.

Médias[modifier | modifier le code]

Épisodes[modifier | modifier le code]

Digimon Tamers est une série d'animation produite en 51 épisodes par Toei Animation[21], et initialement diffusée du au sur la chaîne de télévision Fuji TV au Japon. Aux États-Unis, elle a été diffusée du au sur Fox Kids. En France, l'anime est initialement diffusé du [22]à [23]sur les chaînes télévisées Fox Kids/Jetix. Digimon Tamers n'a jamais été diffusée sur une chaîne hertzienne en France. La série sera rediffusée sur Jetix jusqu'en 2006[24], et sur la chaine TFOU TV à partir de 2004[25] jusqu'en février 2008. En Belgique, la série fut diffusée sur Club RTL à partir de [26]. La version française de la troisième saison n'a jamais été diffusée au Québec, ni en Amérique du Nord. À l'international, la série est diffusée aux Philippines, la série est diffusée à partir sur ABS-CBN Amazing Morning[18]. Idem en Allemagne, sur RTL2, du 1er mars 2002 au 15 mai 2002[18].

La chaine Fox Kids se charge de diffuser la série en Amérique du Sud en 2002 sous le titre Digimon 03. Elle est retransmise en Argentine, Bolivie, au Chili, en Colombie, au Costa Rica, en Équateur, au Guatemala, au Honduras, au Mexique, au Nicaragua, au Panama, au Paraguay, au Pérou, en République dominicaine, en Uruguay et au Venezuela, en version espagnole[27]. Elle est diffusée pour la première fois le 9 février 2002 (le 10 au Pérou) à 15 h 30 (Colombie, Équateur, Pérou et Panama), et 17 h 30 (Argentine, Brésil) [28],[29]. Sa première diffusion officielle se tient le lundi 18 février 2002 à 15 h 30 (Colombie, Équateur, Pérou et Panama), et 17 h 30 (Argentine, Brésil)[30]. Finalement, la dernière diffusion de la série en Amérique latine se tient le 30 juillet 2004[31].

Le thème d'ouverture original de la saison s'intitule The Biggest Dreamer composé Kōji Wada[18]. Deux thèmes de fin sont composées, soit My Tomorrow et Days ~Aijou to Nichijou~ d'AiM[18]. Les autres musiques passées durant la série incluent 3 Primary Colors des Tamers (ep 51), EVO (Evolution Theme) de Wild Child Bound, One Vision (Matrix Evolution Theme) de Taniyoshi Takimoto et SLASH!! (Card Slash Theme) de Michihiko Ohta[18].

Films[modifier | modifier le code]

Un cinquième film tiré de la franchise, intitulé Digimon Tamers: The Adventurers' Battle (デジモンテイマーズ 冒険者たちの戦い, Dejimon Teimāzu: Bōkensha-tachi no Tatakai?)[32], est originellement sorti au Japon le 14 juillet 2001 au cinéma. Il suit d'un sixième film intitulé Digimon Tamers: Runaway Digimon Express (デジモンテイマーズ 暴走デジモン特急, Dejimon Teimāzu: Bōsō no Dejimon Tokkyū?)[33], sorti le 2 mars 2002. Néanmoins, même s'il existe une version américaine[32],[33], aucune traduction officielle en français n'est parue à ce jour.

Produits dérivés[modifier | modifier le code]

Plusieurs cassettes vidéo et DVD tirés de la série sont publiés. Aux États-Unis, la première cassette, intitulée Digimon: Digital Monsters - The Birth of Guilmon et distribué par Buena Vista Home Entertainment, est commercialisée le 30 avril 2002[34] ; une deuxième intitulée Digimon: Digital Monsters - Revenge Of Digital World est commercialisée le 10 septembre 2002[35]. Un DVD zone 1 recensant les quatre premières saisons de l'anime, dont Digimon Tamers est également paru aux alentours de 2003[36]. Un coffret DVD, intitulé Digimon Tamers - The Official Third Season et distribué par New Video Group, est commercialisé le 11 juin 2013[37],[38].

En France, la série n'est pas sortie en son temps en DVD/VHS unitaire par TF1 Vidéo/Jetix, comme le pouvait être les deux précédentes saisons. La version française des 5 premiers épisodes sont disponibles dans le "Coffret 5[39]" de Digimon par LCJ Editions le [40], le "Coffret 6[41]" de Digimon le contenant les épisodes 6 à 28[42], et le "Coffret 7" le contenant les épisodes 29 à 51[43]. Aucun de ces coffrets n'indique comme telle ou n'illustre la présence de la saison 3.

Un jeu vidéo présentant les personnages de la troisième saison est commercialisé en Europe en juillet 2002 sur console PlayStation, sous le titre de Digimon Rumble Arena[44]. Ce jeu vidéo, intronisant pour la première fois la troisième saison, présente Guilmon, Renamon, Terriermon et leurs dompteurs respectifs lors des combats et des digivolutions[44]. Le jeu qui suit, Digimon World 2003, également commercialisé en 2002 sur console PlayStation présente Guilmon[45], cependant sans l'apparition de son dompteur respectif Takato.

Accueil[modifier | modifier le code]

Benjamin Benoit, du journal Le Monde, considère que c'est « une troisième saison audacieuse », une « Œuvre angoissée sur l’arrivée d’Internet »[46]. Planète-Jeunesse souligne « son histoire beaucoup moins manichéenne qu’auparavant », malgré une accentuation du coté de la version américaine « L'exemple le plus frappant vient des Digimon Dévastateurs. Nommés Deva au Japon pour leurs références bouddhistes, ces Digimon sont traités de façons assez ambiguë dans la version japonaise, qui insiste bien sur l'importance du point de vue concernant les questions de bien et de mal, ce qui est hélas mal retranscrit dans la version américaine. » Manga-News souligne l'ambition des scénaristes et « contrairement à Digimon Adventure 02, elle prend le temps de développer son histoire, traiter les différents axes de la série, apporter de la consistance aux personnages et accentuer le lien entre humain et Digimon qui semble être le cœur de la série »[17]

En raison de ses différences avec les deux précédentes saisons Digimon Adventure et Digimon Adventure 02, la série Digimon Tamers est accueillie d'une manière mitigée par les critiques et des fans de la série lors de sa première diffusion aux États-Unis (1er septembre 2001)[47],[48]. Tim Jones de THEM Anime écrit « Bien que Digimon Tamers ait ses défauts (personnages différents, début en lenteur), plus vous la regarderez et plus vous vous y intéressez, en l'appréciant de plus en plus » et attribue trois étoiles sur cinq, notant le sombre décor qu'il attribue à l'anime[12]. Manga-News parle de lenteur nécessaire, « car elle a des choses à nous raconter, des personnages à présenter, des mécaniques à introduire et des enjeux à développer »[17]. Jacob Chapman de Anime News Network, note que Tamers est de loin la saison la plus terrifiante et, à certains moments, la plus troublante de Digimon jamais produite, en raison de l'influence Lovecraft-ien de Konaka[49]. Le site Anime-Planet attribue une moyenne générale de 9 sur 10 sur un total de 51 épisodes visionnés et prône particulièrement le « fun » de la série[50].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Digimon Digital Monsters » (consulté le 1er mars 2020)
  2. « Wayback Machine », sur web.archive.org, (consulté le 22 mars 2020)
  3. « Le Monde DIMANCHE 23 - LUNDI 24 DÉCEMBRE 2001 »
  4. « Saban Brands Plans Layoffs Following Hasbro Acquisition | Los Angeles Business Journal », sur labusinessjournal.com (consulté le 1er mars 2020)
  5. « Profitez du mois d'août pour étancher votre soif d'animes avec ADN ! Retrouvez #MidnightOccult, #HellsingUltimate, la saison 1 de #Kingdom, #YoKaiWatch saison 3 en VF, #DennohCoil, #DigimonTamers et beaucoup d'autres ! », sur Twitter (consulté le 2 août 2020)
  6. « Planète Jeunesse - Digimon (série 1) Digital Monsters », sur www.planete-jeunesse.com (consulté le 22 mars 2020)
  7. a et b Digimon Tamers. Épisode 1. La Naissance de Guilmon. 2001. Fox Kids.
  8. a b c et d (en) « A Full Review of Digimon Tamers: Wow T.K. Reminds me more of Horatio Caine! », (consulté le 3 novembre 2013).
  9. a et b « L'histoire de DIGIMON TAMER », sur Digiduo (consulté le 23 septembre 2010).
  10. a et b Digimon Tamers. Épisode 34. Cœur de lionne. 2004. Jetix.
  11. (en) Anihabara, « New Anime in Japan for Spring 2001 », sur Anime News Network, (consulté le 3 décembre 2013).
  12. a et b (en) « Digimon S3: Digimon Tamers », sur T.H.E.M Anime Reviews (consulté le 15 février 2014).
  13. (en) « Digimon Tamers », sur DVD Talk (consulté le 3 novembre 2013).
  14. a et b « Early Planning », sur www.konaka.com (consulté le 23 mars 2020).
  15. « Planète Jeunesse - Digimon (série 3) Digital Monsters », sur www.planete-jeunesse.com (consulté le 23 mars 2020)
  16. « Critique du DVD Digimon - Digital Monsters - Coffret Vol.5 - Anime Dvd », sur manga-news.com (consulté le 23 mars 2020)
  17. a b et c « Critique du DVD Digimon - Digital Monsters - Coffret Vol.6 - Anime Dvd », sur manga-news.com (consulté le 23 mars 2020)
  18. a b c d e et f (en) « Digimon Tamers », sur Anime News Network (consulté le 23 septembre 2010).
  19. a b c d e f g h i j et k « Les personnages de DIGIMON TAMER (version archivée) » (consulté le 21 mai 2009).
  20. (en) « * Digimon Tamers », sur AnimeAdmirers (consulté le 15 février 2014).
  21. (en) « DIGIMON TAMERS RESSOURCES » (consulté le 3 novembre 2013).
  22. « Digimon 3 sur Fox Kids - Forum d'AnimeGuides », sur animeguides.com (consulté le 9 novembre 2018)
  23. « Nouveaux Listings - Page 9 - Forum d'AnimeGuides », sur animeguides.com (consulté le 9 novembre 2018)
  24. « Chaînes Disney et Jetix 2006 - Forum d'AnimeGuides », sur animeguides.com (consulté le 9 novembre 2018)
  25. « TV : le programme de Juin 2004 - Forum d'AnimeGuides », sur animeguides.com (consulté le 9 novembre 2018)
  26. « Club-RTL - Forum d'AnimeGuides », sur animeguides.com (consulté le 9 novembre 2018)
  27. (es) « Países », sur Fox Kids (consulté le 16 février 2015).
  28. (pt) « Notícias 2002 », sur Anime Mania (consulté le 12 février 2015).
  29. (es) « Digimon III », sur Cable Mágico (consulté le 20 février 2015).
  30. (es) « Breves II - Nuevos Digimon », sur Clarín, (consulté le 20 février 2015).
  31. (es) « Horarios - viernes 30 de julio de 2004 », sur Fox Kids, .
  32. a et b (en) « Digimon Tamers: The Adventurers' Battle (movie) », sur Anime News Network (consulté le 15 février 2014).
  33. a et b (en) « Digimon Tamers Movie 6: The Runaway Digimon Express », sur Anime News Network (consulté le 15 février 2014).
  34. (en) « Digimon: Digital Monsters - The Birth of Guilmon (Dub.VHS 1) », sur Anime News Network, (consulté le 3 décembre 2013).
  35. (en) « Digimon: Digital Monsters - Revenge Of Digital World (Dub.VHS 2) », sur Anime News Network, (consulté le 3 décembre 2013).
  36. (en) « Digimon: Digital Monsters - The Official Seasons 1-4 Collection (Dub.DVD) », sur Anime News Network, (consulté le 3 décembre 2013).
  37. (en) « Digimon Tamers - The Official Third Season (Dub.DVD 1-8) », sur Anime News Network, (consulté le 3 décembre 2013).
  38. (en) « Digimon Tamers DVDs Listed by U.S. Retailer », sur Anime News Network, (consulté le 3 décembre 2013).
  39. « DVD Digimon - Digital Monsters - Coffret Vol.5 - Anime Dvd », sur manga-news.com (consulté le 9 novembre 2018).
  40. « Digimon - coffret 5 », Inconnu (consulté le 9 novembre 2018)
  41. « Coffret digimon, vol. 6 », Inconnu (consulté le 9 novembre 2018).
  42. « DVD Digimon - Digital Monsters - Coffret Vol.6 - Anime Dvd », sur manga-news.com (consulté le 9 novembre 2018).
  43. « DVD Digimon - Digital Monsters - Coffret Vol.7 - Anime Dvd », sur manga-news.com (consulté le 9 novembre 2018).
  44. a et b « Digimon Rumble Arena », sur Digimon City (consulté le 14 janvier 2014).
  45. (en) Med Jai, « Digimon World 3 - Tech List/FAQ », sur IGN, (consulté le 15 février 2014).
  46. « « Digimon Adventure Tri » : quinze ans après, le retour des monstres numériques », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 23 mars 2020)
  47. (en) « Digimon Tamers デジモンテイマーズ », sur Digimon-Spirit (consulté le 3 novembre 2013).
  48. « THEM Anime Reviews 4.0 - Digimon S3: Digimon Tamers », sur www.themanime.org (consulté le 23 mars 2020)
  49. (en) Justin Mullis, « Robot Lords of Tokyo: Lovecraftian Anime », sur Lovecraft eZine, (consulté le 23 mars 2020)
  50. (en) « Digimon Season 3: Tamers », sur Anime-Planet, (consulté le 3 novembre 2013).

Liens externes[modifier | modifier le code]