Caméra Café 2

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Caméra Café.
Caméra Café 2
Autres titres
francophones
Caméra Café 2 : La Boîte du dessus
Genre Sitcom
Création Bruno Solo
Yvan Le Bolloc'h
Alain Kappauf
Production CALT et 121 Productions
Pays d'origine Drapeau de la France France
Chaîne d'origine M6 = Série Club
Nb. de saisons 1
Nb. d'épisodes 120
Durée 3 minutes
Diff. originale

Caméra Café 2 : La Boîte du dessus est une série télévisée française en 400 épisodes de 3 minutes, créée par Bruno Solo, Yvan Le Bolloc'h et Alain Kappauf, produite par CALT et 121 Productions, dont 120 épisodes ont été diffusés du 18 janvier au sur M6. Puis en 2015 sur Série Club.

Série dérivée de Caméra Café, elle prend place dans l'entreprise concurrente Digix, située un étage au-dessus, et se focalise sur de nouveaux personnages.

Depuis le 14 février 2010, et devant l'échec cinglant qu'elle a connu en termes d'audience et face à l'extrême mécontentement des téléspectateurs, observé notamment sur le forum internet de la série[1], la diffusion de celle-ci est interrompue[2].

Synopsis[modifier | modifier le code]

L'héroïne de cette série et sa principale originalité est la machine à café, située dans l'espace détente, qui devient notre seul point de vue durant chaque épisode. Devant celle-ci défilent les employés de l'entreprise, tous aussi caricaturaux les uns que les autres et à l'humour grotesque voire cynique par moments. Cette place de choix nous permet de vivre de l'intérieur l'ambiance au quotidien du siège social d'une grande entreprise à la française (cf. la présence d'un chauffeur pour le président, d'un D.R.H. et d'un psychologue à plein temps), avec ses discussions professionnelles ou privées qui virent souvent à la caricature. Des figurants passent de temps en temps dans le fond du couloir et servent parfois de spectateurs dans certains sketchs à des moments stratégiques.

Distribution[modifier | modifier le code]

Invités[modifier | modifier le code]

La série a également accueilli de nombreux invités, plus ou moins récurrents. Les plus célèbres étant les membres de la première version de Caméra Café, Bruno Solo, Yvan Le Bolloc'h et Jeanne Savary.

Épisodes[modifier | modifier le code]

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Rémy Bourgoin : il est le directeur des achats et le responsable du CE. Il est l'ami de Franck et le compagnon de Stéphanie. C'est un élu de droite, très proche politiquement de Nicolas Sarkozy. De ce point de vue, il est opposé au directeur général, Stanislas, dont il veut court-circuiter les idées pour asseoir son influence. Il rêve de délocalisation, de compression de personnel. Il est extrêmement libéral et ne s'embête pas avec les conventions, ni le code du travail. Il est peu enclin à la culture.
  • Franck Gaillard : il est commercial, néo-beauf et possède un 4x4. C'est un vendeur efficace car il ne lâche qu'après avoir vendu quelque chose. Épicurien et jovial, c'est un "bon copain", mais il est parfois "lourd". Il est matérialiste, il aime avoir les nouveaux outils de communication, mais ne sait pas s'en servir. Il n'a pas de conventions, ni de convictions politiques.
  • Bastien Chagnac : il est le psychologue de l'entreprise, mais il est bavard et raconte à la boîte les histoires de nombreux cas dont il s'occupe et qui rejoignent de trop près celles vécues par ses interlocuteurs. Il aime faire la fête et organise souvent des soirées au bureau, où il finit souvent saoul. Il est gay et a entretenu une liaison avec son directeur de thèse (joué par Christian Bujeau)
  • Loïc Müller : il est le comptable de l'entreprise. Il a pour demi-frère Sylvain Müller, de la première série. Comme Sylvain, il a un goût prononcé pour l'arithmétique ; il est le souffre-douleur de l'entreprise. Il ne se déplace qu'à vélo et arrive souvent en nage au travail.
  • Stanislas Priziwielski, surnommé Stan : il est le directeur général de Digix. C'est un patron à visage humain. On l'a connu dans la saison 1 où il était seulement comptable. Il est un peu plus affirmé maintenant ; il est modéré. Il est tiraillé par son désir d'optimiser les résultats de Digix, et son désir de laisser une bonne cohésion s'installer dans le groupe. Il n'a pas vraiment confiance en son épouse.
  • Martine : elle est directrice exécutive de Digix. Despote, elle cherche à humilier et à rabrouer, elle est aigrie et s'enfonce dans une misanthropie parce qu'elle est rugueuse et sèche.
  • Rafik : il est responsable de la maintenance informatique. Sa seule passion est la technologie de pointe. Pointilleux et maniaque, il adore les problèmes à résoudre. Il s'ennuie très vite pendant la moindre discussion ou le moindre briefing. Il est apprécié pour son travail, mais est étranger à tous.
  • Stéphanie Garcia : directrice juridique et compagne de Rémy, c'est une juriste qui ne lâche rien. Elle est incorruptible et n'hésite pas à se mettre à dos la direction si des termes ou un contrat lui semblent douteux. Elle est intouchable parce qu'elle a fait casser de nombreux contrats abusifs et fait gagner des procès à Digix. Elle est snob et cassante, ce qui complique les relations avec ses collègues féminines. Parfois, elle tente de plaisanter, de sourire, mais elle s'agace vite d'une conversation qu'elle a elle-même entamée et qu'elle trouve d'un coup superficielle.
  • Anne-Sophie Le Traorec : c'est l'assistante de direction. Elle est zélée, et est inséparable d'avec Stan. Elle ne travaille que pour lui, et ne sait pas gérer un dossier qui ne soit pas en rapport avec le travail de Stan. Elle est de gauche et n'hésite pas à militer. Elle tente de faire passer ses idées grâce à sa force de conviction. Elle n'est malhonnête ni avec ses idéaux, ni avec ses sentiments. Elle ne sait pas mentir, parfois à son désavantage.
  • Astrid Von Kluft : secrétaire administrative vivace. Elle réagit au premier degré comme une adolescente. Elle est brouillonne mais d'une dévotion totale à son travail et à ses supérieurs. Elle dit oui à tout et croule souvent sous le travail. Elle a tendance à se mêler de tout, et s'emmêle parfois avec tous les dossiers qu'elle traite, mais personne ne la critique parce que les collègues peuvent se décharger sur elle des tâches pénibles. Elle est pointilleuse sur le respect de l'environnement et est végétarienne. Elle est dévouée et disponible avec chacun.
  • Josy : elle est femme de ménage, et est donc souvent mal considérée par la plupart des personnes de la boîte. Elle est pourtant intelligente et rusée.
  • Karine Plessis-Duvalc : directrice administrative. Comme Franck, elle aime les outils de communication, mais elle en maîtrise le fonctionnement contrairement à lui. Surdiplômée, elle s'ennuie parce qu'elle occupe un poste indigne de ses capacités de manager. Elle dit non à tout, n'écoute jamais, ne dialogue pas .Personne ne l'aime mais elle ne s'en préoccupe pas. Elle est jolie et cultivé, mais arrogante et cynique.
  • Maxime Courteau : extrêmement maniaque et précieux, c'est l'homme à tout faire du PDG. Il aime le respect dû aux supérieurs. Intègre et fidèle, il lui arrive pourtant parfois de trop parler par manque de reconnaissance. Il déteste la négligence et le laisser-aller. S'efforce malgré tout de faire bonne figure lorsque ses compétences culturelles sont dépassées, ce qui est souvent le cas.
  • Nounours : responsable services généraux. Pour lui, il n'y a pas de problèmes, mais que des solutions. C'est lui qui s'occupe de superviser l'accueil et le standard (à ne pas confondre avec la standardiste) mais aussi l'hygiène, la restauration, l'équipe d'entretien de l'immeuble, et la gestion de l'aménagement. Il reste calme, même en cas de désaccord (qu'il y a souvent, entre lui et Franck, ou Rémi)
  • Philippine : assistante de Martine. Martine a eu comme nourrice la mère de Philippine. Elles ont donc en privé (et en privé seulement) des relations de sœur, Philippine ayant le dessus. Lorsqu’elles sont en public, le rapport hiérarchique est respecté.
  • Régis : responsable du ménage comme sa collègue, il est intelligent et rusé, mais il est plus timide, et plus discret. Comme Josy, il est mal considéré par la plupart des personnes dans la société, qui ne savent pas qu'il est intelligent .
  • Sarah Dumont : fille d'Hervé Dumont, c'est la standardiste de l'entreprise. Elle ressemble à son père, elle manipule parce qu'en tant que standardiste, les coups de fil, le courrier et les colis passent par son filtre, qu'ils soient privés ou professionnels mais peu la soupçonnent. Elle est drôle, enjouée, mutine et est appréciée des autres qui lui confient leurs angoisses, leurs secrets en contrepartie de ceux des autres. Elle ne pratique le chantage qu'avec certaines personnes, peu connaissent sa vraie nature. C'est aussi une reine de la débrouille et elle sait en faire profiter ceux qui sont généreux avec elle. Elle adore lire et a une grande culture.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. forum.m6.fr
  2. La série est remplacée par Un gars, une fille dont M6 a racheté les droits de diffusion à France 2

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]