Les Minikeums

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Minikeums
Logotype des Minikeums.
Logotype des Minikeums.

Autre titre francophone MNK
Genre Jeunesse
Périodicité Quotidienne
Création Arnold Boiseau
Patrice Levallois
Alain Duverne
Réalisation Éric Chevalier
Matthieu Bayle
Franck Chiche
Stéphane Subiela
Nicolas Cahen
Pascal Tosi
Pascal Meunier
Présentation Les Minikeums
Musique Roddy Julienne et Philippe Almosnino
Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Nombre de saisons 9
Nombre d’émissions Environ 4 500
Programme similaire Les Guignols de l'info
Production
Production Laurent Almosnino
Production exécutive Adventure Line Productions (ex Tilt / Anabase / Expand Images)
Société de production ALP (ex Tilt Productions / Anabase Productions / Expand Images)
Diffusion
Diffusion France 4 (depuis septembre 2017)
Ancienne diffusion France 3 (1993-2002)
Date de première diffusion sur (France 3)

sur (France 4)

Date de dernière diffusion sur (France 3)
Statut En production
Public conseillé Tout public
Chronologie
Précédent Amuse 3
(1986 - 1991)
T O 3
(2002 - 2004)
Suivant

Les Minikeums est une émission de télévision française pour la jeunesse diffusée sur France 3 du au . Elle sera de retour à partir de sur France 4.

Elle durait d'une à deux heures, soit de h (h à ses débuts) à h puis de 16 h 40 à 17 h 40 en semaine, pendant lesquelles s'enchaînaient parodies, dessins animés et autres rubriques.

Histoire[modifier | modifier le code]

Lancement[modifier | modifier le code]

Créés par Arnold Boiseau et Patrice Levallois[1], les Minikeums furent tout d'abord la caricature des personnages les plus aimés et détestés des enfants. Ces personnages étaient tous imaginés à l'âge de 10 à 13 ans. Tout d'abord au nombre de sept, le succès aidant, une quinzaine de mini célébrités en latex, créées par Alain Duverne, animèrent et encadrèrent le créneau jeunesse des enfants[1]. C'est un concept container conçu pour fidéliser le public autour des émissions jeunesse de France 3. Assurant par de courtes scènes les transitions entre deux dessins animés, ils cumulèrent les rôles d'animateurs, de vedettes de la chanson, puis d'acteurs.

Entre deux programmes, les marionnettes faisaient quelques sketches (Taratatouille, Questions sous un lampion…) ; s'ajoutèrent ensuite quelques histoires plus longues avec l'apparition du Cinékeum en 1996 (souvent des pastiches d'œuvres connues). Un film les mettant en scène, Panikeum sur l'an 2000, a été diffusé le . Elles ont également enregistré plusieurs chansons, dont un tube, Ma Mélissa, parodie culte (plutôt corrosive pour une émission jeunesse) des boys bands, devenu disque d'or en 1997, qui reste la plus grande marque de leur passage. À noter que les Minikeums ont été parmi les seuls à faire un tube qui pariait sur la victoire des Bleus à la Coupe du monde de football de 1998 (On va la gagner) [2].

Pour cette émission, Jean-Marc Lenglen, l'auteur-dialogiste-scénariste, dit s'être inspiré des gens qui le font rire : « de Charlot à Tati pour la veine visuelle, des frères David et Jerry Zucker à Mel Brooks pour la loufoquerie, une bonne dose de Monty Python et d'humour anglais, un Woody Allen pour les prises de têtes, de de Funès, du Splendid, du Deschamps, parce que l’humour français c’est pas mal non plus, un soupçon de Desproges pour noircir parfois l’humour, un poil de BD pour remplir les cases et puis une larme du côté de chez Queneau ou Perec pour le goût des mots ».

MNK[modifier | modifier le code]

Logo de MNK.

Malgré un audimat encore présent, 20 % de part du marché de l'époque en moyenne[3], Ève Baron, la directrice des programmes jeunesse de France 3 de l'époque, décide de remanier l'émission à partir du mois de septembre 2000[1]. Rebaptisé MNK, le nouvel habillage de l'émission réduit le groupe à six marionnettes[réf. nécessaire] (Coco, Vaness, Diva, M'sé, Bernard et Zaza) et diminue fortement leur présence à l'écran, notamment en supprimant les sketchs, pour ne les laisser qu'annoncer le programme. Le décor matériel est lui remplacé par un fond en image de synthèse. En coulisse, l'équipe de production est modifiée avec l'apparition de nouvelles voix et de nouveaux auteurs[4].

Selon Ève Baron, il s'agit d'un « repositionnement » et non une « réduction » : une enquête de France Télévisions montrait que les enfants « se sentaient exclus des histoires » et préféraient « des dialogues plus simples et des échanges plus directs »[4]. La simplification de l'habillage permet, en outre, de réduire le coût de l'émission[4]. Critiqué au sein même de l'équipe de production, le nouvel habillage déçoit également le public[4].

Arrêt définitif[modifier | modifier le code]

Le , après près de 4 500 émissions, les Minikeums quittent l'écran signant la fin de ce que certains qualifient de Minikeums Génération, remplacée par T O 3, une des premières émissions jeunesse réalisée intégralement en images de synthèse. L'émission aura donc duré presque dix ans, et a fortement marqué la jeunesse française, suisse et belge des années 1990. Quelques séquences des Minikeums ont été éditées sous forme de cassettes VHS, (Les Minikeums font leur Cinékeum, Les Cinékeums à faire peur et Panikeum sur l'an 2000).

Génération Minikeums[modifier | modifier le code]

Après Les Minikeums et MNK, plusieurs programmes ont pris le relais, mais n'ont jamais tenu longtemps : T O 3 (2002-2004), France Truc (2004-2006), Toowam (2006-2009) et enfin Ludo depuis 2009. La plupart des anciens fans reprochent à ces émissions de ne jamais avoir atteint la subtilité de l'esprit Minikeums, relativement plus mûr que ses remplaçants et doté de gags moins redondants. Certains vont même plus loin et lancent des pétitions ou envoient des messages à la chaîne afin que les marionnettes réapparaissent. Finalement, les demandes incessantes des nostalgiques sont satisfaites le samedi , vers h, lorsque France 3 diffuse Génération Minikeums, un best of de 26 minutes des Minikeums, dans le cadre de Toowam. Présenté par Coco, l'émission reprend quelques sketchs à succès avec en clôture le cinékeum « L'Espion qui cherchait l'amour ». L'audimat aurait été 4,5 fois plus important qu'habituellement à une telle heure en atteignant 20 % d'audience[réf. nécessaire]. À la fin de l'émission, Coco promet qu'une deuxième édition aura lieu.

L'émission signe le retour des Minikeums sur le petit écran après quatre ans d'absence. Depuis, Génération Minikeums est diffusé sporadiquement sur France 3, généralement à l'occasion de jours fériés comme Noël et Pâques. Le lundi , un nouveau Génération Minikeums spécial Pâques est diffusé avec en clôture le Cinékeum La GueGuerre de l'espace. Cette fois-ci, l'audience n'aurait pas dépassé plus de 8 % ou 9 % mais soit environ 1,5 fois plus qu'à la même heure dans Toowam, alors que France 3 attendait une mobilisation plus importante[5]. Finalement, France 3 décide de faire un nouveau test de popularité en rediffusant l'émission le mercredi afin de mieux évaluer l'audience qui déterminera peut être le retour des Minikeums. Selon Toutelatele.com, ce matin-là, Toowam est arrivée en tête des audiences avec 23,5 % de part de marché. Une troisième édition est diffusée le lundi clôturée par le Cinékeum « Naufrage sur l'Atlantikeum ». Le , pour Pâques, le cinékeum « Le Petit Chaperon Rouge Minikeum » est diffusé. Un nouveau Génération Minikeums apparaît le dimanche , clôturé par le cinékeum « Brandy Lover contre les Golops ».

Un cinquième Génération Minikeums est diffusé le lundi , clôturé par le Cinékeum « Zorro le justicier masqué ». Une rediffusion de cette dernière a eu lieu le lundi . D'après Toutelatele.com, l'émission est arrivée en tête d'audience avec 20,5 % des parts de marché. Une rediffusion du troisième Génération Minikeums est passée le vendredi . Cet épisode a été regardé par 32,1 % des 4/14 soit 20 % de part de marché d'après Toutelatélé.com. Le vendredi , un autre Génération Minikeums inédit a été diffusé aux alentours de 10 h 30 dans Toowam, rediffusé le jeudi . Le quatrième Génération Minikeums a été rediffusé le lundi .

Le retour ?[modifier | modifier le code]

Maxime Guény, journaliste à Média+ et chroniqueur dans TPMP, a annoncé le 11 avril 2017 que France Télévisions et Adventure Line Productions préparent le retour des Minikeums pour septembre 2017. Les personnages historiques comme Coco, Vaness ou M'sé seraient de retour. La bande culte des MNK serait aussi entourée par de nouveaux personnages plus d'actualité[6].

Marionnettes[modifier | modifier le code]

Chaque marionnette est la caricature, en plus jeune, d'une célébrité des années 1990. Les voici par ordre d'apparition chronologique, puis alphabétique.

  • 31 mars 1993
    • Coco (Antoine de Caunes) : le minikeum qui apparaît le plus souvent. Il est malchanceux, peureux, maladroit, râleur, et a plein d'autres défauts qui le rendent pourtant très drôle. Dans les cinékeums, il joue toujours un rôle d'antihéros, parfois même de méchant (mais plus idiot que vraiment cruel). Malgré ses défauts, Coco est parfois un très bon copain. Il cherche aussi à séduire les filles qui lui tapent dans l'œil (au sens propre comme au sens figuré). C'est la vraie vedette des Minikeums. Les costumes de Coco sont parfois inspirés de ceux que portait Antoine de Caunes dans ses sketches.
    • Diva (Ève Baron, responsable de l’unité jeunesse France 3 de l'époque) : dans les cinékeums, elle joue souvent un rôle de femme fatale.
    • Jojo (Johnny Hallyday) : c'est le lover du groupe il est blagueur, chanteur et séducteur. Il est le petit ami officiel de Vaness. Jojo reproduit parfois les phrases et les gestes de son modèle.
    • Nag (Nagui) : Il est proche de Coco il est simplet, gaffeur et naïf, mais très joyeux et amical avec à peu près tout le monde. Il est amoureux de Zaza, qui le lui rend bien. Il a un grand cœur et réconforte parfois ses amis. Sa réplique récurrente : « Ouh là! » quand il fait une bévue.
    • M'sé (MC Solaar) : énergique et rebelle, il adore le rap. C'est celui que l'on voit le moins, il est le plus présent dans les sketchs.
    • Vaness (Vanessa Paradis) : petite amie de Jojo et meilleure amie de Zaza. Elle est beaucoup moins prétentieuse et plus gentille que Diva, ce qui lui donne beaucoup de succès auprès des garçons. Elle joue d'ailleurs souvent des rôles de princesse.
  • Été 1993
    • Zaza (Elsa) : la cadette des Minikeums. Très juvénile (elle zozotte) et candide, elle est la meilleure amie de Vaness. Bernard est tout d'abord son petit ami (voir la chanson 32 juillet), puis les scénaristes lui préféreront Nag. Dans les histoires les plus récentes, Zaza a souvent le premier rôle, grâce à sa personnalité douce mais brave.
    • Bernard (Bernard Pivot) : intellectuel, il lit souvent des histoires. Il est un peu l'aîné des Minikeums. Il est au départ en couple avec Zaza, avant que celle-ci soit avec Nag.
    • Josy (Josiane Balasko) : en contraste avec les autres filles des Minikeums, elle est très masculine. Parfois mégère, écologiste convaincue, Josy a un sérieux tempérament elle est parfois nerveuse, bagarreuse mais possède un grand cœur.
  • Noël 1994
    • Léon (un koala) : surexcité et turbulent, il est l'animal de compagnie de Josy qui cherche désespérément à l'éduquer. Il n'apparaît pas dans les dernières émissions.
  • Septembre 1996
  • 1997
    • Les Bogoss Five sont une parodie de boys band formée à l'origine de Coco, Jojo et Nag, remplacés ensuite par trois nouvelles marionnettes, Cookie, Vickie et Nickie. Le groupe sort deux CD, Ma Mélissa (disque d'or en 1997) et Nonoël (1999).
  • Septembre 1997
    • Gégé (Gérard Depardieu) : il est caustique, actif et séducteur. Il est souvent en duo comique avec Coco, à cause de leurs différences et de leur rivalité (contrairement à Coco, Gégé est un éternel gagnant). Dans les cinékeums, il joue souvent un rôle de héros.
    • Mamikette (Maïté) : amatrice de bonne cuisine.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Rubriques[modifier | modifier le code]

  • Le Blaganag avec Nag, qui racontait ses pires blagues.
  • Brouillon de Culture avec Bernard, parodie de Bouillon de Culture, mais véritable rubrique littéraire pour la jeunesse qui présentait de vrais livres.
  • La Taratatouille avec Nag et Coco, puis plus tard Mamikette et Coco, parodie d'émission culinaire.
  • Le Travail c'est du boulot avec Zaza, qui jouait les Conseillers(ères) d'orientation professionnelle.
  • Les Grosses Excuses de Nag avec Nag qui justifiait des retards systématiques de façon invraisemblable.
  • La Vie des mots, avec Bernard qui jouait à faire de l'étymologie.
  • Poète-Poète, avec Coco qui improvisait des poèmes bien à lui.
  • Les Troubakeums avec Coco et Josy qui décrivaient des livres.

Parodies[modifier | modifier le code]

Cinékeum[modifier | modifier le code]

La période du Cinékeum est partagée en deux saisons.

Saison 1 : contes populaires[modifier | modifier le code]

Saison 2 : films[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

  • Le Maxikeum : compilation de sketchs et de clips qui remplaça souvent les Cinékeums. Elle existait aussi en version plus courte pour les après-midis : Le MiniMaxikeum.
  • L'Histoire de la fête de la musique
  • Les Minikeums d'or

Principales séries diffusées[modifier | modifier le code]

Média[modifier | modifier le code]

La chanteuse japonaise MEG reprend en 2011 la musique Ma Mélissa chantée dans l'émission[7].

Albums[modifier | modifier le code]

Singles[modifier | modifier le code]

  • Minikeums Génération (R. Julienne, Expand Music)
  • Ma Melissa (R. Julienne, Expand Music)
  • Aminessa (Jean-Marc Lenglen, R. Julienne)
  • Nonoël (R. Julienne, Expand Music)
  • Brandolph va-t-il trouver l'amour ? (R. Julienne, Expand Music)
  • On va la gagner (R. Julienne, Expand Music)
  • Qu'est ce qu'on va faire cet été ? (R. Julienne, Expand Music)
  • Sois Hip, sois Hop (Stop la clope) (R. Julienne, Expand Music)

Voix[modifier | modifier le code]

Les Minikeums ont commencé avec les voix de Gerald Dahan, Laurent Almosnino et Lucile Gaut. Celle-ci sera remplacée par Sandrine Alexi qui assurera toutes les voix féminines jusqu'à la fin du programme. Didier Gustin remplace Gerald Dahan à partir de 1998 mais ce dernier reste toutefois présent au générique jusqu'en 2000, sans doute parce que d'anciens sketches avec sa voix continuaient à être diffusés, et c'est également lui qui reprend le rôle de Coco pour les interludes des émissions spéciales diffusées entre 2006 et 2008.

Marionnettistes[modifier | modifier le code]

  • Sami Adjali
  • Nina Limbourg
  • Franck messin
  • Sophie Barbier
  • David Patary
  • Carole Croset
  • Pascal meunier
  • Pascale Goubert
  • Jean michel Moutte
  • Véronique Maestracci
  • Quentin Vibet
  • Martine Palmer
  • Cyprien Dugas
  • Stephane Soubiela
  • Philipe Moutte
  • Fanny Delsart
  • Cyril Valade
  • Alessandro Gazzara
  • Sandrine Furrer
  • Bertil Cazaumayou
  • Guillaume Michelet

Récompenses[modifier | modifier le code]

Les Minikeums ont remporté trois fois le Sept d'or de la meilleure émission d'animation et de jeunesse[1] : en 1997, 1998 et 2000.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (fr) Judith Chetrit, « La révolution de la Minikeum Génération », sur SLATE, (consulté le 15 avril 2014).
  2. (fr) « Coupe du monde : tous les hymnes de l'équipe de France », sur MetroNews, (consulté le 15 avril 2014).
  3. (fr) Jérôme Roulet, « Au placard les Minikeums ! », sur Toute la télé, (consulté le 15 avril 2014).
  4. a, b, c et d (fr) Aude Dassonville, « Les « MNK » vont-ils tuer les « Minikeums » ? », sur Le Parisien, (consulté le 25 août 2011).
  5. (fr) « Audiences TV : Toowam en tête des audiences du lundi de Pâques », sur Télé Première, (consulté le 16 avril 2014).
  6. « Les Minikeums s'apprêteraient à faire leur grand retour », sur vanityfair.fr, (consulté le 12 avril 2017)
  7. (fr) « Le générique des Minikeums repris par une chanteuse Japonaise ! », (consulté le 16 avril 2014).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]