Mad Max (franchise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mad Max
Description de cette image, également commentée ci-après
logo du premier film

Auteur d'origine George Miller
Byron Kennedy
Nombre de films 5
Premier opus Mad Max (1979)
Dernier opus Furiosa (2024)
Pays d'origine Drapeau de l'Australie Australie
Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre science-fiction post-apocalyptique, road movie, action

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Mel Gibson, l'interprète de Mad Max dans les trois premiers films, ici en 1985.

Mad Max est une franchise d'action et de science-fiction australo-américaine[1] créée par George Miller et Byron Kennedy.

Au cinéma, la franchise est composée de : Mad Max, sorti en 1979, Mad Max 2 : Le Défi, sorti en 1981, Mad Max : Au-delà du dôme du tonnerre, sorti en 1985 et Mad Max: Fury Road, sorti en 2015. Seul le troisième film est mis en scène par deux réalisateurs, Miller et George Ogilvie. La saga renaît 30 ans plus tard avec un 4e opus, toujours dirigé par Miller. En , quelques jours après la sortie de Fury Road, George Miller confirme une suite intitulée Mad Max: The Wasteland et envisage même un 6e et un 7e film, toujours avec Tom Hardy dans le rôle-titre[2]. Le cinquième film sera finalement Furiosa, film centré sur le personnage du même nom.

Le personnage principal, Max Rockatansky, ancien policier de la route, est incarné par Mel Gibson dans les trois premiers films et par Tom Hardy dans le quatrième volet.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Mad Max[modifier | modifier le code]

Une Ford Falcon 1974, réplique de l’Interceptor du premier film.

Dans un futur proche, Max Rockatansky est un policier de la route, chargé de faire régner l'ordre et de chasser les criminels. Mais Les Aigles de la Route, une dangereuse bande de motards, veulent venger l'un des leurs, notamment en s'en prenant au collègue et meilleur ami du policier, Jim Goose. Prenant peur, Max décide de démissionner et part en vacances avec sa famille au Nord, loin de la violence routière. Cependant les motards retrouvent sa trace et s'en prennent à sa femme et à son fils, finissant par les tuer. Fou de rage, Max ré-endosse son uniforme et part traquer les meurtriers de sa famille, dans le seul but de les éliminer un par un.

Mad Max 2 : Le Défi[modifier | modifier le code]

Vivant en marge après le massacre de sa famille et de son collègue, Max sillonne les routes d'un pays livré à la violence dont le pétrole est devenu une ressource rare. Alors qu'il cherchait de l'essence et après avoir maîtrisé un homme en autogire qui l'a attaqué, ce dernier lui révèle qu'il peut trouver autant de carburant qu'il veut dans une raffinerie gérée par une poignée de personnes, constamment assiégée par une bande cherchant à en prendre le contrôle. Max décide d'aider les gens de la raffinerie : en échange de quelques litres, il leur fournit un camion capable de tirer la citerne qui contient le précieux carburant.

Mad Max : Au-delà du dôme du tonnerre[modifier | modifier le code]

Après une guerre nucléaire, la société a été presque entièrement décimée. Les survivants s'organisent pour recréer un monde nouveau. Alors qu'il traverse le désert à bord de son véhicule attelé à un troupeau de dromadaires, Max se fait dépouiller de ses biens par un étrange aviateur. Il poursuit donc son chemin à pied et arrive à Bartertown, une ville où le troc aide à relancer le commerce. Il demande à y entrer afin de retrouver l'homme qui l'a volé. Il y rencontre Entité, la créatrice de cette ville. Celle-ci est en conflit avec Maître-Bombe, petit homme perché sur les épaules d'un géant, qui est responsable de la production de l'énergie servant à faire fonctionner la ville. Elle propose une affaire à Max : elle le rééquipe s'il affronte Bombe dans un combat à la loyale sous le Dôme du Tonnerre.

Mad Max: Fury Road[modifier | modifier le code]

Tom Hardy reprend le rôle de Max dans le 4e film.

Dans un monde dévasté par la guerre pour l'eau et le pétrole, un seigneur de guerre nommé Immortan Joe règne en maître sur la Citadelle, un petit bastion d'hommes qu'il a asservis à l'aide de « war boys » fanatisés. Ceux-ci capturent Max, qui se retrouve prisonnier en tant que "globulard" jusqu'à ce que l'Imperator Furiosa, générale de guerre et conductrice de l'attelage de guerre d'Immortan Joe, envoyée chercher du carburant de l'autre côté du désert, ne change de route en emportant les épouses-esclaves du maître de la Citadelle.

Furiosa[modifier | modifier le code]

S'inscrivant dans l'univers de Mad Max, est annoncé[3] un nouveau film pour 2024 titré Furiosa. Il sera à la fois un spin-off et un préquel de la saga, centré sur le personnage féminin éponyme d'Imperator Furiosa ; elle apparaît dans Mad Max: Fury Road, où elle est interprétée par Charlize Theron. Le film narrera la jeunesse de ce personnage. C'est l'actrice Anya Taylor-Joy qui est retenue pour jouer le rôle principal. À l'instar des précédents épisodes, le film sera réalisé et scénarisé par George Miller.

Fiche technique des films[modifier | modifier le code]

Équipe du tournage Films
Mad Max
(1979)
Mad Max 2 : Le Défi
(1981)
Mad Max : Au-delà du dôme du tonnerre
(1985)
Mad Max: Fury Road
(2015)
Furiosa
(2024)
Titre québécois Bolides hurlants[4] Le défi Mad Max: La route du chaos NC
Titre original Mad Max Mad Max 2
(The Road Warrior aux États-Unis)
Mad Max Beyond Thunderdome Mad Max: Fury Road Furiosa
Réalisateur(s) George Miller George Miller
George Ogilvie
George Miller
Scénaristes George Miller
James McCausland Brian Hannant Brendan McCarthy
Byron Kennedy Terry Hayes Nick Lathouris
Producteurs Byron Kennedy Doug Mitchell
George Miller
Iain Smith
Compositeurs Brian May Maurice Jarre Junkie XL
Directeurs de la photographie David Eggby Dean Semler John Seale Simon Duggan
Pays Drapeau de l'Australie Australie
Drapeau des États-Unis États-Unis
Budget 400 000 dollars australien 4 millions de dollars australien 12 millions de dollars australien 100 millions de dollars américain[5] NC
Sociétés de production Kennedy Miller Productions
Crossroads Village Roadshow Pictures
Mad Max Films
Dates de sorties en salles
Date sujette à modification
Dates de sortie en salles
Date sujette à modification
Dates de sortie en salles
Date sujette à modification
Genres action, aventure, science-fiction, anticipation, road movie
Durée 88 minutes 95 minutes 107 minutes 120 minutes NC
Classification Drapeau des États-Unis États-Unis R R PG-13 R[6] NC
Classification Drapeau de la France France Interdit aux moins de 12 ans [7] Tous publics avec avertissement[8] Tous publics[9] Tous publics avec avertissement NC

Distribution[modifier | modifier le code]

Personnages Films
Mad Max
(1979)
Mad Max 2 : Le Défi
(1981)
Mad Max : Au-delà du dôme du tonnerre
(1985)
Mad Max: Fury Road
(2015)
Furiosa
(2024)
Max Rockatansky Mel Gibson Tom Hardy
Benno Swaisey
Broken Victim
Max Fairchild
Jessie Rockatansky Joanne Samuel Joanne Samuel
(images d'archives)
Sprog Rockatansky Brendan Heath Brendan Heath
(images d'archives)
Le capitaine du Gyro Bruce Spence
Jedediah le pilote
Toecutter Hugh Keays-Byrne
Jim "Goose" Rains Steve Bisley
Bubba Zanetti Geoff Parry
Johnny the Boy Tim Burns
May Swaisey Sheila Florence
Nightrider Vincent Gil
The Humungus Kjell Nilsson
Wez Vernon Wells
L'enfant sauvage
(The Feral Kid en VO)
Emil Minty (jeune) Harold Baigent (âgé)
La femme guerrière Virginia Hey
Pappagallo Michael Preston
Entité
(Entity en VO)
Tina Turner
Savannah Nix Helen Buday
Jedediah Jr. Adam Cockburn
Le tueur de cochons Robert Grubb
Acier
(Ironbar Bassey en VO)
Angry Anderson
Immortan Joe Hugh Keays-Byrne
Furiosa Charlize Theron Anya Taylor-Joy
Nux Nicholas Hoult
Splendid Angharad Rosie Huntington-Whiteley
Capable Riley Keough
The Dag Abbey Lee
Toast the Knowing Zoë Kravitz
Cheedo the Fragile Courtney Eaton
Rictus Erectus Nathan Jones
Slit Josh Helman
Le Mange-Personne
(The People Eater en VO)
John Howard
Le guitariste
(The Doof Warrior en VO)
iOTA
Valkyrie Megan Gale
The Organic Mechanic Angus Sampson
Scabrous Scrotus Travis Willingham
n/a Chris Hemsworth

Accueil[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Film Box-office Budget Réf(s)
Drapeau de l'Australie Australie Drapeau des États-Unis États-Unis/Drapeau du Canada Canada Autres
territoires
Alt=Image de la Terre Mondial Drapeau de la France France
Mad Max 5 355 490 $AUS 8 750 000 $ 91 000 000 $ 99 750 000 $ 2 549 462 entrées 400 000 $AUS [10],[11],[12],[13]
Mad Max 2 : Le Défi 10 847 491 $AUS 23 667 907 $ NC NC 3 625 481 entrées 4 500 000 $AUS [10],[14],[12]
Mad Max : Au-delà du dôme du tonnerre 4 272 802 $AUS 36 230 219 $ NC NC 2 552 981 entrées 12 000 000 $AUS [10],[15],[16],[12]
Mad Max: Fury Road 16 071 753 $AUS 152 762 751 $ 220 500 000 $ 373 262 751 $ 2 337 208 entrées 150 000 000 $ [17],[12]
Totaux 36 547 536 $AUS 221 410 877 $ 311 500 000 $ 473 012 751 $ 11 043 023 entrées
Indicateur de liste
  • La case grise signifie les informations concernant un film ne sont pas disponible.

Critiques[modifier | modifier le code]

Film Rotten Tomatoes Metacritic
Mad Max 90 % (62 critiques)[18] 73 (14 critiques)[19]
Mad Max 2 : Le Défi 94 % (47 critiques)[20] 77 (15 critiques)[21]
Mad Max : Au-delà du dôme du tonnerre 80 % (51 critiques)[22] 71 (18 critiques)[23]
Mad Max: Fury Road 97 % (426 critiques)[24] 90 (51 critiques)[25]

Produits dérivés[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

En 1990, le jeu vidéo Mad Max, inspiré du 2e film, sort sur NES. Un autre jeu inspiré du second film est développé. Cependant, en raison de problèmes de license, il est rebaptisé Outlander.

Quelques mois après le film Mad Max: Fury Road (2015) sort un autre jeu, Mad Max.

Comics[modifier | modifier le code]

Après la sortie du film Fury Road, une série de comics est éditée par Vertigo. Écrite par George Miller, Nico Lathouris and Mark Sexton, elle sert de préquelle au film.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Seuls les deux premiers films sont des productions entièrements australiennes.
  2. « Mad Max 5 : déjà un titre pour le nouveau volet de la saga ! », sur Allociné, (consulté le )
  3. Édouard Orozco, « Mad Max Furiosa : Anya Taylor-Joy, Chris Hemsworth et Yahya Abdul-Mateen II au casting du prequel », sur Première.fr, .
  4. « BOLIDES HURLANTS (1979) » [vidéo], sur cinoche.com (consulté le ).
  5. (en) sur l’Internet Movie Database
  6. Mad Max Fury Road interdit aux moins de 17 ans aux Etats-Unis (Première.fr)
  7. « Visas et Classification / CNC », sur cnc.fr (consulté le ).
  8. « Visas et Classification / CNC », sur cnc.fr (consulté le ).
  9. « Visas et Classification / CNC », sur cnc.fr (consulté le ).
  10. a b et c « Film Victoria - Australian Films at the Australian Box Office » [PDF] (consulté le )
  11. « Mad Max », The Numbers (consulté le )
  12. a b c et d « MAD MAX (USA) - JPBox-Office », sur jpbox-office.com (consulté le ).
  13. « Mad Max (1980) - Financial Information », sur The Numbers (consulté le ).
  14. « The Road Warrior », sur Box Office Mojo, IMDB (consulté le )
  15. « Mad Max Beyond Thunderdome », sur Box Office Mojo, IMDB (consulté le )
  16. « Crack In The Net - Facts », sur Mad Maxed (consulté le )
  17. (en) « Mad Max: Fury Road (2015) », sur Box Office Mojo, IMDB (consulté le )
  18. (en) « Mad Max », sur Rotten Tomatoes, Flixster (consulté le )
  19. « Mad Max », sur Metacritic, CBS Interactive (consulté le )
  20. (en) « Mad Max 2 », sur Rotten Tomatoes, Flixster (consulté le )
  21. (en) « The Road Warrior », sur Metacritic, CBS Interactive (consulté le )
  22. (en) « Mad Max Beyond Thunderdome », sur Rotten Tomatoes, Flixster (consulté le )
  23. (en) « Mad Max Beyond Thunderdome », sur Metacritic, CBS Interactive (consulté le )
  24. (en) « Mad Max: Fury Road », sur Rotten Tomatoes, Flixster (consulté le )
  25. (en) « Mad Max: Fury Road », sur Metacritic, CBS Interactive (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Manouk Borzakian, Alexandre Mathis, Nico Prat... [et al.], Mad Max, au-delà de la radicalité, Levallois-Perret, Playlist society, 2022, coll. Essai cinéma
  • Antonio Dominguez Leiva, Mad Max : l'apocalypse sera motorisée, éd. du Murmure, 2016, 84 p., coll. Borderline

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]