Vibration (jeu vidéo)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La vibration est une technologie vibrante qui est produite dans la plupart des manettes de jeu. Elle permet de faire vibrer la manette à certains moments durant le jeu. La vibration permet de stimuler le toucher, le troisième sens sollicité par le jeu vidéo[1].

Début de la vibration[modifier | modifier le code]

La vibration est apparue pour la première fois lors de la cinquième génération de consoles avec la sortie du Rumble Pak de la Nintendo 64 en 1997, puis la sortie de la manette DualShock de la PlayStation la même année[1]. Sega met en place un Vibration Pack à la Dreamcast de la même façon que la Nintendo 64. Par la suite, Nintendo intègrera directement la vibration à la manette à partir de la GameCube, comme avec la PlayStation et la manette Duke de la Xbox. Depuis, toutes les manettes des consoles de salon disposent d'une technologie vibrante, bien que la vibration ne soit cependant pas disponible sur tous les jeux.

Rumble Pak[modifier | modifier le code]

Une manette de la Nintendo 64 avec son Rumble Pak.

Le Rumble Pak est un module de vibration présenté par Nintendo le durant le Nintendo Space World[2]. Il est disponible depuis la sortie de Lylat Wars sur Nintendo 64 en 1997. Cet appareil se connecte à l'arrière de la manette et permet d'avoir un système vibrant, ce qui est novateur à l'époque. Des jeux sortis avant le Rumble Pak comme c'est le cas pour Super Mario 64 et Wave Race 64 ont eu droit à une réédition japonaise en 1997 pour y inclure la vibration.

Les cartouches vibrantes de la Nintendo DS.

La Nintendo DS dispose elle aussi d'un Rumble Pak (ou cartouche vibrante) se connectant au port GBA de la console. Il est disponible depuis la sortie de Metroid Prime Pinball sur Nintendo DS en 2005. Il en existe deux versions, une pour l'original et l'autre pour la Nintendo DS Lite. La version DS Lite n'est commercialisé qu'au Japon depuis 2006. Il s'agit de la seule console portable à disposer de cette fonctionnalité.

Jump Pack[modifier | modifier le code]

La vibration de la Dreamcast.

La Dreamcast de Sega a eu droit à un Jump Pack (ou Vibration Pack) qui est disponible depuis 1999. Comme pour le Rumble Pak, il s'agit d'un module amovible se connectant à l'intérieur de la manette. Les jeux Dreamcast possédaient la vibration dès le départ avant la sortie du Jump Pack. Il s'agit de la seule console du constructeur à avoir une vibration.

Vibration HD[modifier | modifier le code]

Les Joy-Con de la Nintendo Switch sont équipés d'un moteur à dispositif haptique permettant une vibration HD (ou HD Rumble) qui est notamment utilisée dans le jeu 1-2-Switch[3],[4].

La Nintendo Switch Lite est dépourvue de cette fonctionnalité, tout comme du système de vibration[5].

Retour haptique[modifier | modifier le code]

La manette DualSense de la PlayStation 5 est équipée d'un retour haptique qui permet de reproduire des sensations de toucher réelles sur une interface tactile via un mode de vibration[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « L’histoire mouvementée des vibrations », sur Gamekult.com, (consulté le 20 mars 2021).
  2. IGN Staff, « Report from Shoshinkai », sur IGN, (consulté le 16 mars 2021).
  3. « Meet the minds behind Nintendo Switch's HD Rumble tech », sur Techradar (consulté le 7 mars 2017).
  4. « Nintendo's HD Rumble will be the best unused Switch feature of 2017 », sur Engadget (consulté le 7 mars 2017).
  5. « Nintendo Switch Lite : Moins de fonctionnalités, plus de mobilité », sur Jeuxvideo.com, (consulté le 19 mars 2021).
  6. « DualSense, la manette haptique noire et blanche de la PlayStation 5 », sur Les Numériques.com, (consulté le 20 mars 2021).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]