Psychologie de l'enfant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Développement de l'enfant)
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour voir d'autres.
Cet article ou une de ses sections doit être recyclé. (janvier 2016).

Une réorganisation et une clarification du contenu paraissent nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion ou précisez les sections à recycler en utilisant {{section à recycler}}.

La psychologie de l'enfant est une sous-branche de la psychologie du développement.

Historique[modifier | modifier le code]

Développement physiologique et médecine[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Trouble du développement.

Les grandes théories en psychologie[modifier | modifier le code]

La théorie psychanalytique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Psychanalyse des enfants.

La psychanalyse s'intéresse moins à la dimension actuelle de l'enfant qu'à la dimension inconsciente de la sexualité infantile qui se trouve refoulée chez l'adulte ou déjà chez le jeune enfant. Chez Freud, à partir des Trois essais sur la théorie sexuelle (1905), le terme d' « étayage » désigne une relation primitive selon laquelle « les pulsions sexuelles, qui ne deviennent indépendantes que secondairement, s'étayent sur les fonctions vitales qui leur fournissent une source organique, une direction et un objet ». Et cette relation est de ce fait « particulièrement évidente dans l'activité orale du nourrisson: dans le plaisir pris à la succion du sein »[1].

L'école française de psychologie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Henri Wallon (1879-1962).

Les théories cognitives[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Jean Piaget.

Méthodes d'étude de l'enfant[modifier | modifier le code]

Méthode empirique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Empirisme.

Méthode génétique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Méthode génétique.

Méthode expérimentale[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Méthode expérimentale.

Les connaissances actuelles[modifier | modifier le code]

En 1909, Sándor Ferenczi écrit Transfert et Introjection, il y établit que la construction du psychisme de l'enfant résulte de l'interaction entre introjections et projections. N'ayant pas de contrôle sur les objets, la relation objectale est source d'angoisse de la dispersion ou de l'intrusion voire de persécution (vers 1 an), puis d'angoisse de séparation (vers 2-3 ans), puis d'angoisse du manque et enfin d'angoisse morale[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. J. Laplanche et J.-B. Pontalis, Vocabulaire de la psychanalyse, Entrée « Étayage », Paris, PUF, 1967, 1984 pour la 8e éd. (ISBN 2 13 038621 0)
  2. Alain Braconnier, Être parent aujourd'hui : amour, bon sens, logique, Odile Jacob,‎ 2012, 304 p. (ISBN 9782738127464)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]