Rythme biologique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rythme (homonymie).
image illustrant la biologie
Cet article est une ébauche concernant la biologie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Les rythmes biologiques jouent un rôle majeur dans le fonctionnement des organismes vivants, par exemple dans le cas des pulsations cardiaques, des mouvements de paupières ou respiratoires, des rythmes repas/digestion, des états alternés de veille et sommeil, des cycles de l'ovulation, des rythmes de floraison et fructification chez les plantes, ou de la fructification saisonnière des champignons, ou encore en termes de migration animales, changement saisonnier de couleur ou épaisseur de pelage, etc.
Chez l'Homme, ces rythmes sont principalement controlés par la mélatonine et les noyaux suprachiasmatiques, essentiellement sous l'effet de l'exposition à la lumière (pour certaines longueurs d'ondes[1],[2],[3],[4] et à partir d'une certaine intensité[5],[6], heure[7] et durée[8], et selon le modèle des séquences d'exposition[9] ou la durée d'impulsions lumineuses[10]). Ces rythmes sont importants dans la synchronisation de nos comportements habituels (alimentation, sommeil, etc.)[11]. Une désynchronisation avec le rythme circadien peut être source de troubles divers (immunitaires, humeur, régulation de la température, cardiovasculaires, sommeil attention, mémoire, etc)[12],[13],[14], notamment chez les travailleurs de nuit[15]. Une exposition excessive à l'éclairage artificiel, de nuit, surtout dans certaines longueurs d'onde est donc une source de perturbation endocrinienne, une situation depuis décembre 2007[Depuis quand ?] considérée par l'OMS et l'IARC comme « potentiellement cancérigène » dans le cas du travail posté[16],[17]).

On a récemment[Quand ?] découvert différents types d'« oscillateurs moléculaires », y compris chez des champignons (Neurospora crassa), et un rythme circadien bactérien a été mis en évidence, et en grande partie expliqué, chez des bactéries photosynthétiques (cyanobactéries). Et certaines cellules perçoivent la lumière, même chez un animal pathologiquement ou naturellement aveugle[18].[pas clair]

Typologie[modifier | modifier le code]

Il existe de nombreux modèles de rythmes biologiques majeurs qui en pré-déterminent d'autres, éventuellement « en cascade ». Les plus connus, chez les mammifères, concernent les cycles de sécrétion hormonaux (mélatonine, cortisol) influençant leur physiologie tout entière (température corporelle, attention et éveil, cycles veille sommeil, régénération cellulaire, migration, sexualité, reproduction).

Une relative prévisibilité des rythmes biologiques permet de mieux comprendre les périodes d'activité des prédateurs, de disponibilité de nourriture, de reproduction, etc. Chez l'homme, ils ont même permis de mieux comprendre et prévoir l'occurrence des accidents[19].

Ce n'est pas le seul paramètre entrant en compte, mais la luminosité et la durée du jour et de la nuit sont les premiers et principaux stimuli contrôlant les grands rythmes biologiques : en activant ou inhibant des réactions physiologique des organismes, ils rythment aussi les comportements de couples, de populations entières d'espèces, par exemple chez les bactéries cyanophycées photosynthétique et au delà de cycles à l'échelle des écosystèmes, des biomes voire de la planète (pour certaines migrations animales). C'est une des raisons expliquant que la pollution lumineuse et la dégradation de l'environnement nocturne sont devenues des sujets de préoccupation, tant écologiques que sanitaires.

La mélatonine apparait dans cette perspective comme une hormone essentielle, pour l'homme et semble-t-il pour de nombreuses espèces puisqu'on a récemment découvert que diverses algues et plantes en produisaient également[20],[21].

Caractérisation des rythmes biologiques[modifier | modifier le code]

Un rythme biologique se caractérise par sa période, l'emplacement de l'acrophase (ou pic, ou sommet, ou zénith) de la variation dans l'échelle de temps de la période, l'amplitude et le niveau moyen de la variation (MESOR).

Période[modifier | modifier le code]

Intervalle de temps mesuré entre deux épisodes qui vont se reproduire à identiques d'eux-mêmes au cours de la variation. La période du rythme d'une variable biologique peut être obtenue par analyse spectrale, fournissant une estimation de la période prépondérante fondamentale et de ses harmoniques. On peut aussi l'obtenir via la connaissance du rythme des synchroniseurs (conditions expérimentales).

En fonction de la période prépondérante, la chronobiologie distingue trois grands domaines de rythmes :

  • les rythmes circadiens, d'une période équivalant théoriquement à un jour (24 heures), mais qui varie en réalité de 20 à 28 heures ;
  • les rythmes ultradiens, c'est-à-dire d'une fréquence plus rapide qu'un rythme circadien, donc d'une durée théoriquement inférieure à 24 heures ;
  • les rythmes infradiens, c'est-à-dire d'une fréquence plus lente qu'un rythme circadien, donc d'une période supérieure à 24 heures. Parmi ceux-ci :
    • les rythmes septénaires (environ une semaine),
    • les rythmes séléniens (28 jours),
    • les rythmes circamensuels (environ un mois),
    • les rythmes circannuels, ou saisonniers.

Certaines variables biologiques (production du cortisol plasmatique par exemple) peuvent manifester leur rythmicité dans plusieurs de ces domaines.

Acrophase[modifier | modifier le code]

L'acrophase (pic, ou zénith), dont l'opposé est la « batyphase » ou « bathyphase », est la position de la plus haute valeur de la variable biologique mesurée dans l'échelle du temps, pour la période considérée en fonction d'une référence temporelle. Lorsque l'on se trouve dans le domaine circadien, le pic peut être donné en heures avec comme référence une heure (par exemple : minuit de l'heure locale). Il est possible de donner l'emplacement de l'acrophase par rapport à la température corporelle, mais cela reste beaucoup plus rare.

Lorsqu'on utilise la méthode du Cosinor, le pic sera le point le plus élevé de la fonction sinusoïdale, mais la plupart du temps on parle de pic au regard des valeurs expérimentales.

Amplitude[modifier | modifier le code]

La caractérisation est la même qu'en sciences physiques ou en mathématiques. Elle représente la variabilité totale de la valeur biologique mesurée sur une période considérée.

Mesor ou niveau moyen du rythme[modifier | modifier le code]

MESOR pour Midline Estimating Statistic Of Rythm. Il s'agit de la moyenne arithmétique des mesures de la variable biologique.

Propriétés des rythmes biologiques[modifier | modifier le code]

Les rythmes biologiques ont une origine à la fois endogène et exogène :

Origine endogène[modifier | modifier le code]

Leur origine est génétique, ils sont innés et ne résultent pas d'un apprentissage individuel. Ils sont gouvernés par des horloges biologiques (ou garde temps). Cette caractéristique peut être mise en évidence par une isolation (protocole de libre cours) durant laquelle les rythmes persistent sur une fréquence qui leur est propre.

Ces facteurs endogènes sont entraînés par des facteurs exogènes, les Zeitgebers ou Synchroniseurs.

L'origine endogène prend son origine de la constitution génétique de l'espèce et de ses individus. Il est possible qu'interviennent d'une part des gènes programmant directement le rythme considéré et d'autre part la structure d'ensemble de l'individu dépendant à la fois de l'ensemble des autres données génétiques et de facteurs socio-psycho-biologiques exogènes.

Chez les mammifères, les rythmes circadiens sont contrôlés par une horloge circadienne centrale localisée dans l'hypothalamus et des horloges secondaires (ou périphériques) présentes dans tous les organes. Ces dernières sont synchronisées, directement ou indirectement, par l'horloge centrale. Cette hiérarchie n'existe pas chez les invertébrés (comme les insectes), dont toutes les horloges, aussi bien cérébrale que périphériques, sont directement et principalement synchronisables par la lumière[22].

Il existe plusieurs gènes codant diverses horloges biologiques : on a, par exemple, décrit une horloge alimentaire qui réglerait la préparation digestive au repas à venir (Cf. Étienne Challet et al., Current Biology du 24 octobre 2006).

Rythmes d'origine centrale et rythmes d'origine périphérique[modifier | modifier le code]

En fait, toutes les cellules de l'organisme, et pas seulement celles qui appartiennent aux structures cérébrales plus spécialisées, sont dotées d'une horloge propre qui est difficile à mettre en évidence in vitro dans les conditions habituelles du laboratoire. Benoît Kornmann et ses collaborateurs ont découvert la possibilité de laisser en activité ou d'annihiler l'horloge de cellules hépatiques ; cela a permis de déterminer que leur rythme circadien est à 90 % d'origine « locale » mais qu'il existe un impact « global » (central et/ou lié directement aux synchroniseurs externes) de 10 % au moins. Cette part est très robuste et persiste lorsqu'on bloque l'horloge propre des cellules périphériques.

Facteur d'entraînements exogènes[modifier | modifier le code]

Le synchroniseur est un facteur externe au cerveau, environnemental (cycle jour/nuit), parfois social, mais toujours périodique, susceptible de modifier la période ou la phase d'un cycle biologique. Les synchroniseurs ne créent pas les rythmes biologiques mais ils en modifient la période et la phase.

Les agents principaux d'entraînement des rythmes chez l'homme sont naturels avec l'alternance activité/repos, lumière/obscurité au niveau quotidien, ou encore la photopériode (jours courts / jours longs) et la température au niveau annuel ou saisonnier, mais des signaux secondaires de nature cognitives modifient les premiers ; les indicateurs socio-écologiques jouent un rôle important dans ce domaine.

Facteur d'âge[modifier | modifier le code]

La sensibilité du rythme biologique à la lumière varie significativement avec l'âge[23],[24],[25],[26],[27],[28],[29], en partie à cause des modifications subies par le cristallin[30] et la rétine avec le temps[31].

L'enfant produit par exemple proportionnellement beaucoup plus de mélatonine que l'adulte quand il est dans l'obscurité. Ce taux diminue avec l'âge toute la vie (jusqu'à 10 fois moins chez les personnes âgées que chez un enfant de 5 ans) ce qui est un des facteurs d'explication des insomnies plus fréquentes chez les personnes âgées[32].

Conclusions et implications[modifier | modifier le code]

Les rythmes biologiques sont donc dans une certaine mesure entraînables (un certain ajustement de la période des rythmes est possible), mais ils sont aussi persistants (démontré par des protocoles de free run ou libres cours, dans lesquels on coupe l'individu de tous signaux susceptibles de le resynchroniser).

Les rythmes circadiens, presque ubiquitaires, sont peut être les rythmes biologiques les plus remarquables et les plus facilement observables. On peut déplacer leurs phases par induction, via la manipulation des synchroniseurs (lumière notamment, avec chez l'Homme deux pics de sensibilité : l'un à environ 555 nm (bleu-vert) et l'autre à environ 480 nm (bleu) mais qui se déplace vers 494 nm chez la personne âgée [33]) et ainsi créer des avances ou des retards de ces phases. On peut ainsi pour certaines pathologies « remettre à l'heure » l'horloge biologique et donc l'organisation temporelle de l'organisme.

D'autres synchroniseurs — sociaux notamment — s'adressent à notre cortex. Ils sont des signaux et peuvent être appris. Grâce à un travail cérébral spécifique, tout signal perçu comme repère temporel peut devenir un synchroniseur et orienter notre « vécu » circadien, mais aussi, le cas échéant, circannuel, ultradien, etc. Autrement dit, notre « horlogerie » interne est influencée par le bruit des voisins, le déclenchement de la sonnerie du réveil, l'heure de passage du facteur, le moment quotidien pendant lequel telle personne a pris l'habitude de nous téléphoner, etc). Chez l'homme, les synchroniseurs sociaux ont un effet plus important que les synchroniseurs naturels, mais on observe des phénomènes semblables chez certains animaux sociaux qui se synchronisent grâce aux informations données par leurs congénères. Un synchroniseur social peut en remplacer un autre par un phénomène d'apprentissage.

En pharmacodynamique[modifier | modifier le code]

Ces rythmes régulent les taux de nombreuses hormones. On cherche à mieux les prendre en compte pour l’administration de certains médicaments, qui doivent être délivrés à des moments et/ou rythmes précis pour en améliorer l’efficacité, faute de quoi le décalage par rapport au rythme biologique peut induire une perte d’efficacité et/ou une augmentation d'effets secondaires, voire dans certains cas un effet contraire à celui attendu.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dkhissi-Benyahya O, Gronfier C, De Vanssay W, Flamant F, Cooper HM (2007) Modeling the role of mid-wavelength cones in circadian responses to light. Neuron 53: 677–687 doi:10.1016/j.neuron.2007.02.005
  2. Brainard GC, Hanifin JP, Greeson JM, Byrne B, Glickman G, et al. (2001) Action spectrum for melatonin regulation in humans: evidence for a novel circadian photoreceptor. J Neurosci 21: 6405–6412.
  3. Lockley SW, Brainard GC, Czeisler CA (2003) High sensitivity of the human circadian melatonin rhythm to resetting by short wavelength light. J Clin Endocrinol Metab 88: 4502–4505. doi: 10.1210/jc.2003-030570
  4. Thapan K, Arendt J, Skene DJ (2001) An action spectrum for melatonin suppression: evidence for a novel non-rod, non-cone photoreceptor system in humans. J Physiol (Lond) 535: 261–267. doi: 10.1111/j.1469-7793.2001.t01-1-00261.x
  5. Zeitzer JM, Dijk DJ, Kronauer R, Brown E, Czeisler CA (2000) Sensitivity of the human circadian pacemaker to nocturnal light : melatonin phase resetting and suppression. J Physiol (Lond) 526 Pt 3: 695–702. doi: 10.1111/j.1469-7793.2000.00695.x
  6. Zeitzer JM, Khalsa SBS, Boivin DB, Duffy JF, Shanahan TL, et al. (2005) Temporal dynamics of late-night photic stimulation of the human circadian timing system. Am J Physiol Regul Integr Comp Physiol 289: R839–844 doi:10.1152/ajpregu.00232.2005
  7. Khalsa SBS, Jewett ME, Cajochen C, Czeisler CA (2003) A phase response curve to single bright light pulses in human subjects. J Physiol (Lond) 549: 945–952 doi:10.1113/jphysiol.2003.040477
  8. Chang A-M, Santhi N, Hilaire MS, Gronfier C, Bradstreet DS, et al. (2012) Human responses to bright light of different durations. J Physiol 590: 3103–3112 doi:10.1113/jphysiol.2011.226555
  9. Gronfier C, Wright KP Jr, Kronauer RE, Jewett ME, Czeisler CA (2004) Efficacy of a single sequence of intermittent bright light pulses for delaying circadian phase in humans. Am J Physiol Endocrinol Metab 287: E174–181 doi:10.1152/ajpendo.00385.2003
  10. Zeitzer JM, Ruby NF, Fisicaro RA, Heller HC (2011) Response of the human circadian system to millisecond flashes of light. PLoS ONE 6: e22078 doi:10.1371/journal.pone.0022078
  11. Dijk DJ, Duffy JF, Czeisler CA (2000) Contribution of circadian physiology and sleep homeostasis to age-related changes in human sleep. Chronobiol Int 17: 285–311. doi: 10.1081/cbi-100101049
  12. Dijk DJ, Czeisler CA (1995) Contribution of the circadian pacemaker and the sleep homeostat to sleep propensity, sleep structure, electroencephalographic slow waves, and sleep spindle activity in humans. J Neurosci 15: 3526–3538.
  13. Wright KP Jr, Hull JT, Hughes RJ, Ronda JM, Czeisler CA (2006) Sleep and wakefulness out of phase with internal biological time impairs learning in humans. J Cogn Neurosci 18: 508–521 doi:10.1162/jocn.2006.18.4.508.
  14. Gronfier C, Wright KP, Kronauer RE, Czeisler CA (2007) Entrainment of the human circadian pacemaker to longer-than-24-h days. Proc Natl Acad Sci USA 104: 9081–9086 doi:10.1073/pnas.0702835104
  15. Weibel L, Spiegel K, Gronfier C, Follenius M, Brandenberger G (1997) Twenty-four-hour melatonin and core body temperature rhythms: their adaptation in night workers. Am J Physiol 272: R948–954
  16. Travail posté, OMS-IARC, 2007-2010, carcinogène probable
  17. Pr Yves Dauvilliers Impact de la lumière sur notre Santé, Présentation du Pr Dauvilliers, Unité du Sommeil, Département de Neurologie ; Centre Référence National Narcolepsie / Hypersomnies - INSERM U1061 Hôpital Gui de Chauliac, CHU Montpellier, voir page 19/22
  18. Provencio I, Rollag MD, Castrucci AM (2002) Photoreceptive net in the mammalian retina. This mesh of cells may explain how some blind mice can still tell day from night. Nature 415: 493 doi:10.1038/415493a
  19. Reinberg A.(2003), Heures noires, Rythmes du risque des accidents, in Chronobiologie médicale, chronothérapeutique, Flammarion, coll. Médecine Sciences, 2e édition, Paris, pp. 263-73.
  20. Reiter Russel J.  ; Dun Xian Tan  ; Burkhardt Susanne  ; Manchester Lucien C. ; Melatonin in plants, in Nutrition reviews ; 2001, Ed : International Life Sciences Institute ; vol. 59, no9, p. 286-290 (47 ref.) ; (ISSN 0029-6643) Fiche INIST CNRS
  21. Caniato R, Filippini R, Piovan A, Puricelli L, Borsarini A, Cappelletti E  ; "Melatonin in plants".(2003); Adv Exp Med Biol 527: 593–7. PMID 15206778
  22. Czeisler CA, Wright KP Jr (1999) Influence of light on circadian rhythmicity in humans. Regulation of Sleep and Circadian Rhythms, Turek FW and Zee PC. New York : Marcel Dekker. pp. 149–180
  23. Duffy JF, Czeisler CA (2002) Age-related change in the relationship between circadian period, circadian phase, and diurnal preference in humans. Neurosci Lett 318: 117–120. doi: 10.1016/s0304-3940(01)02427-2
  24. Yoon I-Y, Kripke DF, Elliott JA, Youngstedt SD, Rex KM, et al. (2003) Age-related changes of circadian rhythms and sleep-wake cycles. J Am Geriatr Soc 51: 1085–1091. doi: 10.1046/j.1532-5415.2003.51356.x
  25. Cajochen C, Münch M, Knoblauch V, Blatter K, Wirz-Justice A (2006) Age-related changes in the circadian and homeostatic regulation of human sleep. Chronobiol Int 23: 461–474 doi:10.1080/07420520500545813.
  26. Niggemyer KA, Begley A, Monk T, Buysse DJ (2004) Circadian and homeostatic modulation of sleep in older adults during a 90-minute day study. Sleep 27: 1535–1541
  27. Aujard F, Cayetanot F, Bentivoglio M, Perret M (2006) Age-related effects on the biological clock and its behavioral output in a primate. Chronobiol Int 23: 451–460 doi:10.1080/07420520500482090
  28. Gibson EM, Williams WP 3rd, Kriegsfeld LJ (2009) Aging in the circadian system: considerations for health, disease prevention and longevity. Exp Gerontol 44: 51–56 doi:10.1016/j.exger.2008.05.007
  29. Kessler BA, Stanley EM, Frederick-Duus D, Fadel J (2011) Age-related loss of orexin/hypocretin neurons. Neuroscience 178: 82–88 doi:10.1016/j.neuroscience.2011.01.031
  30. Said FS, Weale RA (1959) The variation with age of the spectral transmissivity of the living human crystalline lens. Gerontologia 3: 213–231. doi: 10.1159/000210900
  31. Freund PR, Watson J, Gilmour GS, Gaillard F, Sauvé Y (2011) Differential changes in retina function with normal aging in humans. Doc Ophthalmol 122: 177–190 doi:10.1007/s10633-011-9273-2.
  32. Présentation du Pr Yves Dauvilliers Impact de la lumière sur notre Santé, Présentation du Pr Dauvilliers, Unité du Sommeil, Département de Neurologie ; Centre Référence National Narcolepsie / Hypersomnies - INSERM U1061 Hôpital Gui de Chauliac, CHU Montpellier, p 18/22
  33. Pr Yves Dauvilliers Impact de la lumière sur notre Santé, Présentation du Pr Dauvilliers, Unité du Sommeil, Département de Neurologie ; Centre Référence National Narcolepsie / Hypersomnies - INSERM U1061 Hôpital Gui de Chauliac, CHU Montpellier, voir P 17/22

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Albert Goldbeter, La Vie oscillatoire. Au cœur des rythmes du vivant, éditions Odile Jacob, 2010. Présentation en ligne
  • André Klarsfeld, Les Horloges du vivant. Comment elles rythment nos jours et nos nuits, éditions Odile Jacob, 2009. Présentation en ligne

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]