Robert Sternberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sternberg.
Robert Sternberg
Portrait de Robert Sternberg
Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata (67 ans)
à New JerseyVoir et modifier les données sur Wikidata
Pays de nationalité États-UnisVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Formation Université Stanford et université YaleVoir et modifier les données sur Wikidata
Profession Psychologue et professeur d'université (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Employeur Université YaleVoir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions Bourse Guggenheim et prix E. L. Thorndike (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de Académie américaine des arts et des sciences, Association américaine de psychologie, Phi Beta Kappa et Société des psychologues expérimentaux (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Robert Sternberg, né le dans le New Jersey, est un psychologue et professeur de psychologie cognitive américain. Ses recherches portent sur les différentes formes d'intelligence humaine et sur la psychométrie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est professeur de psychologie et d'éducation à l'Université du Wyoming, puis est nommé professeur à l'université Cornell en 2014[1].

Contributions scientifiques[modifier | modifier le code]

Théorie triarchique de l'intelligence[modifier | modifier le code]

Sternberg distingue trois grandes catégories d'intelligences[2],[3],[4] :

  • L'intelligence analytique. La capacité à accomplir des tâches scolaires de résolution de problème, telles que celles utilisées dans les test traditionnels d'intelligence. Ces types de tâches présentent des problèmes bien définis qui ont une seule réponse correcte[5].
  • L'intelligence créative ou 'synthétique. la capacité à faire face avec succès à des situations nouvelles et inhabituelles en tirant parti de ses connaissances et compétences existantes. Les individus possédant une grande intelligence créative peuvent donner de « fausses » réponses parce qu'ils voient les choses d'une façon différente[6].
  • L'intelligence pratique. La capacité à s'adapter à la vie de tous les jours en tirant parti de ses connaissances et compétences existantes. L'intelligence pratique permet à un individu de comprendre ce qu'il est nécessaire de faire dans une situation donnée et, alors, de le faire[7].

Creative or synthetic intelligence helps individuals to transfer information from one problem to another. Sternberg calls the application of ideas from one problem to a new type of problem « relative novelty ». In contrast to the skills of relative novelty there is relative familiarity which enables an individual to become so familiar with a process that it becomes automatized. This can free up brain resources for coping with new ideas.

Citations[modifier | modifier le code]

Sur la créativité. Sternberg écrit « Creativity is the ability to produce work that is :

  • novel (i.e. original, unexpected),
  • high in quality,
  • and appropriate (i.e. useful, meets task constraints) ». (Sternberg, Kaufman, & Pretz, 2002, p. 1).

Ouvrages (Sélection)[modifier | modifier le code]

  • Successful Intelligence : How Practical and Creative Intelligence Determine Success in Life, Plume, 1997, (ISBN 0-452-27906-2).
  • « The Concept of Creativity: Prospects and Paradigms », avec T.I. Lubart, in R.J. Sternberg (éd.), Handbook of Creativity, Cambridge University Press, 1999.
  • The Creativity Conundrum: A Propulsion Model of Kinds of Creative Contributions, 2001.
  • Why Smart People Can Be So Stupid, 2003
  • The Psychology of Problem Solving, avec Janet E. Davidson, 2003.
  • The International Handbook of Creativity avec James C. Kaufman, 2006.

Références et notes[modifier | modifier le code]

  1. « Robert Sternberg joins Human Ecology faculty Feb. 1 », Cornell Chronicle, 14 janvier 2014 [1].
  2. (en) Sternberg, R.J., Beyond IQ: A triarchic theory of human intelligence, New York, Cambridge University Press, (ISBN 0-521-26254-2)
  3. (en) Sternberg, R.J., « The theory of successful intelligence », Review of General Psychology, vol. 3, no 4,‎ , p. 292–316 (DOI 10.1037/1089-2680.3.4.292)
  4. (en) Sternberg, R.J., « A broad view of intelligence: The theory of successful intelligence », Consulting Psychology Journal: Practice & Research, vol. 55, no 3,‎ , p. 139–154 (DOI 10.1037/1061-4087.55.3.139)
  5. (Analytical intelligence, the ability to complete academic, problem-solving tasks, such as those used in traditional intelligence tests. These types of tasks usually present well-defined problems that have only a single correct answer.
  6. Creative or synthetic intelligence, the ability to successfully deal with new and unusual situations by drawing on existing knowledge and skills. Individuals high in creative intelligence may give 'wrong' answers because they see things from a different perspective.
  7. Practical intelligence, the ability to adapt to everyday life by drawing on existing knowledge and skills. Practical intelligence enables an individual to understand what needs to be done in a specific setting and then do it.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Diane E. Papalia, Sally W. Olds et Ruth D. Feldman, Psychologie du développement humain, 7ème édition, Montréal, Groupe de Boeck, , 482 p. (ISBN 9782804162887).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]