Biais cognitif

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
180+ cognitive biases, designed by John Manoogian III (jm3)
Les biais cognitifs peuvent être organisés en quatre catégories : les biais qui découlent de trop d'informations, pas assez de sens, la nécessité d'agir rapidement et les limites de la mémoire.
Modèle Algorithmique: John Manoogian III (jm3)
Modèle Organisationnel: Buster Benson.
Ne doit pas être confondu avec Biais (distorsion).

Un biais cognitif est une distorsion dans le traitement cognitif d'une information. Le terme biais fait référence à une déviation systématique de la pensée logique et rationnelle par rapport à la réalité. Les biais cognitifs conduisent le sujet à accorder des importances différentes à des faits de même nature et peuvent être repérés lorsque des paradoxes ou des erreurs apparaissent dans un raisonnement ou un jugement.

L'étude des biais cognitifs fait l'objet de nombreux travaux en psychologie cognitive, en psychologie sociale et plus généralement dans les sciences cognitives.

Ces travaux ont identifié de nombreux biais cognitifs propres à l'esprit humain[1] à travers de multiples domaines : perception, statistiques, logique, causalité, relations sociales, etc. Du point de vue de leurs domaines, on peut distinguer entre autres des erreurs de perception, d'évaluation, d'interprétation logique. Ces biais cognitifs ne sont généralement pas conscients. Leur caractérisation est importante aussi bien dans les domaines judiciaire que scientifique puisqu'ils sont néfastes dans un processus logique. La publicité exploite souvent des biais cognitifs pour faire passer ses messages (raisonnement fallacieux, oubli de la fréquence de base).

Certains de ces biais peuvent en fait être efficaces dans un milieu naturel tel que ceux qui ont hébergé l'évolution humaine, permettant une évaluation ou une action plus performante ; tandis qu'ils se révèlent inadaptés à un milieu artificiel moderne.

Définition[modifier | modifier le code]

Selon Jean-François Le Ny, psychologue spécialisé dans la cognition : « Un biais est une distorsion (déviation systématique par rapport à une norme) que subit une information en entrant dans le système cognitif ou en sortant. Dans le premier cas, le sujet opère une sélection des informations, dans le second, il réalise une sélection des réponses[2] ».

Historique et débats[modifier | modifier le code]

Le terme de biais cognitif a été introduit au début des années 1970 par les psychologues Daniel Kahneman et Amos Tversky pour expliquer certaines tendances vers des décisions irrationnelles dans le domaine économique[1].

De nombreux chercheurs ont contribué sur le sujet, avec des avis contradictoires, suscitant débats et polémiques[3].

La rationalité limitée de l'individu est évoquée du fait des limitations inhérentes au système cognitif dans le traitement des informations, qui conduit à des biais inévitables. Certains y voient un échec de la rationalité humaine, tandis que pour d'autres, tels que Jonathan St. B. T. Evans, l'existence de ces biais est « en raison plutôt qu’en dépit de la nature de notre intelligence ». Gerd Gigerenzer, « virulent contradicteur » de Kahneman et Tversky, développe un vision « optimiste » de la question, mettant en évidence les situations courantes qui nécessitent, à propos, des heuristiques de jugement[3].

Selon Albert Moukheiber, docteur en neurosciences cognitives[4], les biais cognitifs sont utiles à l’espèce humaine, donnant des repères pour la vie en société, et une assise pour les prises de décisions ; les heurisitques permettent la survie face à un danger imminent[5]. De fait, dès leurs premières recherches dans les années 1970, Kahneman et Tversky ont proposé une vision nuancée des heuristiques qui bien que menant à des biais, peuvent parfois conduire à des jugements raisonnables[3].

Liste de biais cognitifs[modifier | modifier le code]

Biais sensori-moteurs[modifier | modifier le code]

S'agissant des processus sensori-moteurs, on parle par habitude plutôt d'illusions que de biais.

Biais attentionnels[modifier | modifier le code]

Biais mnésique[modifier | modifier le code]

  • Effet de récence — mieux se souvenir des dernières informations auxquelles on a été confronté.
  • Effet de simple exposition — avoir préalablement été exposé à quelqu'un ou à une situation le/la rend plus positive.
  • Effet de primauté — mieux se souvenir des premiers éléments d'une liste mémorisée.
  • Oubli de la fréquence de base — oublier de considérer la fréquence de base de l'occurrence d'un événement alors qu'on cherche à en évaluer une probabilité.

Biais de jugement[modifier | modifier le code]

  • Effet d'ambiguïté — tendance à éviter les options pour lesquelles on manque d'information
  • Ancrage mental — influence laissée par la première impression.
  • Biais d'attribution (Attribution causale) — façon d'attribuer la responsabilité d'une situation à soi ou aux autres.
  • Aversion à la dépossession — tendance à donner plus de valeur à un bien ou un service lorsque celui-ci est sa propriété.
  • Biais d'autocomplaisance — se croire à l'origine de ses réussites mais pas de ses échecs.
  • Biais de confirmation — tendance à valider ses opinions auprès des instances qui les confirment, et à rejeter d'emblée les instances qui les réfutent.
  • Croyance en un monde juste.
  • Effet Dunning-Kruger — les moins compétents dans un domaine surestiment leur compétence, alors que les plus compétents ont tendance à sous-estimer leur compétence.
  • Biais égocentrique — se juger sous un meilleur jour qu'en réalité.
  • Effet de halo — une perception sélective d'informations allant dans le sens d'une première impression que l'on cherche à confirmer.
  • Biais d'immunité à l'erreur — ne pas voir ses propres erreurs.
  • Effet Ikéa — tendance pour les consommateurs à accorder une valeur supérieure aux produits qu'ils ont partiellement créés.
  • Illusion monétaire — confusion d'un agent économique entre variation du niveau général des prix et variation des prix relatifs.
  • Erreur fondamentale d'attribution (ou biais d'internalité) — accorder plus d'importance aux facteurs internes à l'orateur (intentions, émotions) qu'à son discours ou à ses actes (faits tangibles). Couramment utilisé pour discréditer les éléments rationnels par des éléments émotionnels, qui sont en pratique souvent imaginés et attribués sans preuve à l'orateur puisque ses émotions internes sont difficilement discernables a priori.
  • Illusion de savoir — dans une situation en apparence identique à une situation commune, réagir de manière habituelle, sans éprouver le besoin de rechercher les informations complémentaires qui auraient mis en évidence une différence par rapport à la situation habituelle. Il peut ainsi faire état d'une mauvaise croyance face à la réalité.
  • Biais cognitif de présentéisme : privilégier les facteurs présents et plus économiques cognitivement à modéliser aux facteurs absents.
  • Biais de proportionnalité — favoriser l'idée fausse que si l'on observe une augmentation des manifestations d'un phénomène, c'est que le nombre d'occurrences de ce phénomène croît en effet, sans voir que cette augmentation peut n'être que la conséquence de l'amélioration de l'outil d'observation.
  • Effet râteau — exagérer la régularité du hasard.
  • Effet retour de flamme — croyance initiale renforcée en face de preuves pourtant contradictoires.
  • Biais rétrospectif ou l'effet « je le savais depuis le début » — tendance à juger a posteriori qu'un événement était prévisible.
  • Effet de simple exposition — avoir préalablement été exposé à quelqu'un ou à une situation le/la rend plus positive.
  • Biais de statu quo — la nouveauté est vue comme apportant plus de risques que d'avantages possibles et amène une résistance au changement.
  • Supériorité illusoire surestimation de ses propres qualités et capacités.
  • Illusion de transparence et illusion de connaissance asymétrique.
  • Tache aveugle à l'égard des préjugés — tendance à ne pas percevoir les biais cognitifs à l'œuvre dans ses propres jugements ou décisions, et ce, aux dépens d'informations plus objectives.
  • Sophisme génétique - tendance à juger le contenu en fonction du contenant, le message en fonction du messager, le fond suivant la forme.

Biais de raisonnement[modifier | modifier le code]

Biais liés à la personnalité[modifier | modifier le code]

  • Biais d'optimisme ; optimisme dispositionnel[6], optimisme irréaliste[7], parfois présenté comme un « non-pessimisme dispositionnel »[8] et d'optimisme comparatif[9],[10] qui semble très ancrée chez l'être humain ; il s'agit d'une croyance individuelle qui est que le sujet se juge moins exposé à la plupart des risques qu'autrui[11],[12]. On peut évaluer le degré d'adhésion à cette croyance en demandant au sujet d’évaluer son risque de rencontrer un événement négatif en comparaison à celui d’autrui[12]. Cette croyance aggrave certaines prises de risques, et est souvent impliquée dans l'accident automobile (le conducteur s'estimant à tort meilleur que les autres pour éviter les accidents, même quand il ne respecte pas le code de la route, en raison d'une évaluation fausse et irréaliste de ses capacités (dans le sens d'une surestimation)[13],[14],[15],[16].
  • Effet Barnum — accepter une vague description de la personnalité comme s'appliquant spécifiquement à soi-même (ex. : horoscope).

et aussi[modifier | modifier le code]

Aspects psychiques et sociaux[modifier | modifier le code]

À noter, au-delà du cognitif, lié à l'intellect, l'interférence inconsciente ou consciente de facteurs émotionnels (biais émotionnel) ou instinctifs. En fait, certains biais cognitifs résultent de biais émotionnels qui perturbent le processus cognitif. Toute prise de décision mettant en jeu, pour prendre une image, la tête, le cœur et/ou les tripes, est naturellement plus exposée à certains biais. Il s'avère donc utile de reconnaître les affects agissants en surveillant ces trois « organes » avant de décider.

L'individu n'étant pas isolé dans ses décisions, la psychologie sociale (phénomènes de groupe et de foule) apporte aussi un éclairage. Le biais cognitif est, selon les cas, exclusivement dû à l'individu, ou lié à la pression sociale sur cet individu. Certaines techniques de persuasion, propagande et manipulation mentale cherchent à exploiter ce travers.

Recherche en économie et finance[modifier | modifier le code]

Les divers types de biais cognitifs (ancrage, représentativité, cadrage…) ont particulièrement été mis en lumière par la finance comportementale comme étant source de diverses anomalies affectant les comportements économiques et l'efficience des marchés.

C'est du fait de ces travaux que le psychologue Daniel Kahneman a obtenu le Prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel en 2002.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les neurosciences étudient l'importance des biais dans l’enseignement qui sont à l'origine de nombreuses réponses considérées comme étant des erreurs par les enseignants, alors même que l'élève concerné a acquis la compétence impliquée dans l'exercice, ainsi l'enseignant lui aussi est exposé aux biais, dans son rapport aux élèves et au moment de sa correction, voir, par exemple, les travaux d'Olivier Houdé[17].

Méthodes scientifiques de réduction des biais[modifier | modifier le code]

Les institutions scientifiques organisent des relectures par les pairs, des conférences de consensus, des revues systématiques d'études (basées sur les techniques de méta-analyse) et des cartographies systématiques des connaissances pour les mettre périodiquement à jour, en cherchant à détecter et minimiser les biais afin d'apporter des informations complètes et objectivées aux scientifiques, mais aussi aux décideurs et parfois aux négociateurs (par exemple pour le GIEC ou les négociations internationales portant sur la biodiversité, deux sujets de préoccupation mondiale suivis par l'ONU. En Europe, certains organismes ont une accréditation pour produire des formations à ces méthodes (c'est par exemple le cas en France de la FRB qui a été désignée Centre français de la Collaboration for Environmental Evidence[18],[19]).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Kahneman 2012, p. 135 à 238
  2. « Biais », Grand Dictionnaire de la Psychologie, Larousse, 1991.
  3. a b et c Pascal Wagner-Egger, « Les canons de la rationalité : essai de classification des points de vue dans le débat sur les biais cognitifs et la rationalité humaine », L’Année psychologique, vol. 111, no 01,‎ , p. 191 (ISSN 0003-5033 et 1955-2580, DOI 10.4074/s0003503311001072, lire en ligne, consulté le 11 septembre 2019)
  4. « Fake news et neurosciences - Albert Moukheiber : "Notre cerveau est attiré par les explications" », sur www.franceinter.fr (consulté le 11 septembre 2019)
  5. A la découverte de notre cerveau | Albert Moukheiber | TEDxLaRochelle
  6. Scheier MF & Carver CS (1985) Optimism, coping, and health: assessment and implications of generalized outcome expectancies. Health Psychology (journal) (en), 4(3), 219.
  7. Weinstein, N. D. (1980). Unrealistic optimism about future life events. Journal of Personality and Social Psychology, 39, 806-820.
  8. Sultan S & Bureau B (1999) Quel optimisme en psychologie de la santé ?. European review of applied psychology, 49(1), 43-51.
  9. Harris P & Middleton W (1994) The illusion of control and optimism about health : On being less at risk but no more in control than others. British Journal of Social Psychology, 33, 369-386.
  10. Dejoy DM (1989) The optimism bias and traffic accident risk perception ; Accident Analysis and Prevention, 21, 333-340 (http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/0001457589900249 résumé]).
  11. Delhomm, P & Meyer T (1999) Un instrument d’analyse : l'optimisme comparatif. Risques, 39, 1-6.
  12. a et b Weinstein ND (1980) Unrealistic optimism about future life events. Journal of Personality and Social Psychology, 39, 806-820.
  13. Delhomme, P. (1991). Comparing one’s driving with others’ : Assessment of abilities and frequency of offences. Evidence for a superior conformity of self-bias ? Accident Analysis and Prevention, 23, 493-508.
  14. Delhomme, P. (1994). Liens entre surestimation de ses propres capacités, expérience de la conduite et activité de conduite (Rapport no 187). Arcueil : Institut national de recherche sur les transports et leur sécurité.
  15. Delhomme P (2000) Optimisme comparatif chez les usagers de la route : Une protection contre le risque ? Pratiques psychologiques, 1, 99-109.
  16. McCormick IA, Walkey FH & Green DE (1986). Comparative perceptions of driver ability : A confirmation and expansion. Accident Analysis and Prevention, 18, 205-208.
  17. « Des sciences cognitives à la classe : Entretien avec Olivier Houdé », sur www.cafepedagogique.net (consulté le 7 juillet 2019)
  18. www.environmentalevidence.org
  19. La FRB centre français de la Collaboration for Environmental Evidence

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Les références suivantes couvrent certains biais cognitifs.

Liens externes[modifier | modifier le code]