Julian Rotter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rotter.
Julian Rotter
Portrait de Julian Rotter
Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata
à BrooklynVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès Voir et modifier les données sur Wikidata (à 97 ans)
à MansfieldVoir et modifier les données sur Wikidata
Pays de nationalité États-UnisVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Profession Psychologue, professeur d'université (d) et essayiste (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions William James Fellow Award (en) () et prix APA pour une contribution scientifique remarquable à la psychologie (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Julian Rotter, né le et mort le [1], est un psychologue américain, connu notamment pour ses travaux sur le locus de contrôle (1966) qui ont exercé une grande influence. Rotter lui-même en a été surpris et a confié : « Je marchais dans les bois, j'allumai ma pipe et jetai l'allumette, et lorsque je regardai derrière moi je vis un feu de forêt[2]. ». Il est également à l'origine de la théorie de l'apprentissage social qui a jeté un pont entre le béhaviorisme et la psychologie cognitive[3].

Influencé au cours de ses années de formation par les travaux de Kurt Lewin, Edward Tolman et B. F. Skinner, il obtient un doctorat en psychologie clinique en 1941[4] après avoir notamment suivi dans les années 1930 les cours d'Alfred Adler[5]. Il accomplit sa carrière universitaire d'abord à l'Université de l'Iowa au sein de laquelle il succède à George Kelly à la tête du département de psychologie clinique, puis à l'Université du Connecticut (1963-1987[6]) au sein de laquelle il dirige également le département de psychologie clinique[4].

Il a été le président de la section « Psychologie sociale et psychologie de la personnalité » de la société américaine de psychologie[4].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Social learning and clinical psychology, New York, Prentice-Hall, 1954.
  • Clinical psychology, Englewood Cliffs, N.J., Prentice-Hall, 1971.
  • Applications of a social learning theory of personality, New York, Holt, Rinehart and Winston, 1972. Avec June E. Chance et E. Jerry Phares.
  • Personality, Glenview, Ill. : Scott, Foresman, 1975. Avec Dorothy J. Hochreich.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Jack Mearns, « The Social Learning Theory of Julian B. Rotter ». [lire en ligne]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://today.uconn.edu/blog/2014/01/professor-emeritus-of-psychology-julian-rotter-dies/
  2. « I was walking in the woods, lit my pipe and threw away the match, and when I looked behind me there was a forest fire. » Cité dans (en) Bernard Weiner, Human Motivation: Metaphors, Theories, and Research, SAGE, 1996, p. 203.
  3. (en) Nick Haslam, Introduction to Personality and Intelligence, SAGE, 2007, p. 131-132.
  4. a, b et c Michel Hansenne, Psychologie de la personnalité, De Boeck Université, 2006, p. 162.
  5. (en) Bernard Weiner, Human Motivation: Metaphors, Theories, and Research, SAGE, 1996, p. 203.
  6. Julian Rotter sur le site de l'Université du Connecticut