Classification du quotient intellectuel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La classification du quotient intellectuel est la pratique des éditeurs de tests de quotient intellectuel (QI) de classement des rangs de score de QI par des noms de catégorie telle que « supérieur » ou « moyen »[1],[2],[3],[4]. Les éditeurs n'utilisent pas exactement les mêmes étiquettes de classification, qui ont évolué depuis la genèse des tests d'intelligence au début du XXe siècle.

Les scores de QI ont été tirés par deux méthodes différentes depuis l'avènement des tests d'aptitudes cognitives. La première méthode a été historiquement le « ratio de QI », basé sur l'estimation d'un « âge mental » de la personne testée (arrondi à un certain nombre d'années et de mois), qui a ensuite été divisé par l'« âge chronologique » de la personne testée (arrondi à un certain nombre d'années et mois). Par exemple, un score d'âge mental de treize ans et zéro mois, avec l'âge chronologique de dix ans et zéro mois se traduit par un quotient de 1,3 après avoir fait la division. Le résultat de la division a ensuite été multiplié par 100 afin que les scores puissent être rapportés sans décimal. Ainsi, le score de l'exemple ci-dessus devrait être déclarée comme 130 de QI.

La méthode de notation précise qu'un score de QI de 100 signifie que la performance de la personne testée se situe au niveau médian de la performance dans un échantillon de scores personnes testées ayant environ le même âge. Un score de 115 de QI est synonyme de performances d'un écart type au-dessus de la médiane, un score de 85 est une performance d'un écart type en dessous de la médiane, et ainsi de suite[5]Lewis Terman et d'autres développeurs de tests de QI ont remarqué que la plupart des scores de QI des enfants sont à peu près égaux. L'écart type de QI est maintenant utilisé pour la notation standard de tous les tests de QI, en grande partie parce qu'il permet une définition cohérente du QI pour les enfants et les adultes[6].

Chart of IQ Distributions on 1916 Stanford–Binet Test
Tableau de distribution des scores sur un échantillon de 905 enfants testés sur 1916 tests de Stanford-Binet.

Historiquement, avant même l'apparition des tests de QI, on tentait de classer les gens dans des catégories d'intelligence en observant leur comportement dans la vie quotidienne[7],[8]. Ces autres formes d'observation du comportement sont encore importants pour valider les classifications basées principalement sur les résultats des tests de QI. Les deux classifications de l'intelligence par l'observation du comportement en dehors de la salle d'examen et de la classification par les tests de QI dépendent de la définition de l'« intelligence » utilisée, et sur la fiabilité et de l'estimation de l'erreur dans la procédure de classification.

Tous les tests de QI montrent une variation des scores, même lorsque la même personne fait le même test plusieurs fois[9],[10]. Les scores de QI diffèrent également pour une personne faisant des tests de plus d'un éditeur au même âge[11]. Les différents éditeurs de test n'utilisent pas les mêmes définitions pour les classifications de score de QI. Toutes ces questions doivent être gardées à l'esprit lors de l'interprétation des scores de QI d'un individu, car ils peuvent tous se traduire par différentes classifications du QI pour la même personne à des moments différents.

Variance dans la classification du QI individuel[modifier | modifier le code]

Les scores de QI peuvent différer dans une certaine mesure pour la même personne sur des tests de QI différents, de sorte qu'une personne n'obtient pas toujours le même score à chaque fois que la personne est testée. (Tableau de données de score de QI ; Étude de Kaufman, 2009[12],[13]).
Élève KABC-II WISC-III WJ-III
Asher 90 95 111
Brianna 125 110 105
Colin 100 93 101
Danica 116 127 118
Elpha 93 105 93
Fritz 106 105 105
Georgi 95 100 90
Hector 112 113 103
Imelda 104 96 97
Jose 101 99 86
Keoku 81 78 75
Léo 116 124 102

Les tests de QI sont généralement assez fiables pour que la plupart des personnes de dix ans et plus possèdent des scores de QI similaires dans toute leur vie[14]. Pourtant, certaines personnes obtiennent des résultats très différents selon le moment du test[15]. Par exemple, beaucoup d'enfants des célèbres Genetic Studies of Genius commencé en 1921 par Lewis Terman ont enregistré des baisses de QI quand ils ont grandi. Terman a recruté des élèves sur la base des références de professeurs, et leur a donné son test de QI Stanford-Binet. Les enfants ayant un QI supérieur à 140 avec ce test ont été inclus dans l'étude. Il y avait au total 643 enfants dans le groupe d'étude principale. Quand les étudiants pouvant être recontactés (503 étudiants) ont été testés de nouveau, à l'âge de l'école secondaire, et une chute de 9 points de QI en moyenne a pu être observée. Plus de deux douzaines d'enfants ont vu leur score de QI diminuer de 15 points et six de 25 points ou plus. Pourtant, leurs parents estimaient que leurs enfants étaient encore brillants, voire davantage[16].

Parce que tous les tests de QI ont une erreur de mesure dans le score de QI de la personne testée, l'intervalle de confiance autour de la note obtenue doit être partagé avec celui-ci[17],[18]. Les scores de QI peuvent aussi être trompeurs, car les testeurs ne parviennent pas à suivre les procédures d'administration et de notation normalisées. Certains testeurs se trompent en montrant un « effet de halo », avec des personnes à faible QI recevant un QI encore plus bas que si les procédures normalisées avaient été suivies, alors que les individus à haut QI reçoivent des scores de QI gonflés[19].

La classification de QI pour les individus varie aussi parce que les étiquettes de catégorie pour les gammes de scores de QI sont spécifiques à chaque marque de test. Les éditeurs de test ne disposent pas d'une pratique uniforme des gammes d'étiquetage du QI[20]. Les psychologues doivent préciser quel test a été passé lors de la déclaration du QI d'une personne[21]. Les psychologues et les auteurs des tests de QI recommandent que les psychologues adoptent la terminologie de chaque éditeur de test lors de la déclaration des catégories de scores de QI[22],[23].

Tableau de classification du QI des tests actuels[modifier | modifier le code]

Il existe une variété de tests de QI gérés indépendamment dans le monde anglo-saxon[24],[25].

Wechsler Intelligence Scales[modifier | modifier le code]

Les échelles d'intelligence Wechsler ont été initialement créées par David Wechsler. Le premier test de Wechsler publié est l'échelle de Wechsler-Bellevue, en 1939[26]. Les tests de QI de Wechsler pour enfants et pour adultes sont les tests de QI les plus fréquemment utilisés[27],[28]. Les tests de Wechsler ont longtemps été considérés comme l'« étalon or » des tests de QI[29].

Classification de Wechsler (WAIS–IV, WISC–IV, WPPSI–IV)
QI Classification du QIn[30]
130 et plus Très supérieur
120–129 Supérieur
110–119 Au-dessus de la moyenne
90–109 Moyenne
80–89 En-dessous de la moyenne
70–79 Limite
69 et moins Extrêmement bas

Des psychologues ont proposé une variante à la classifications de QI de Wechsler[31],[32]. Notez en particulier le terme « limite », qui implique d'être très près d'être handicapé mental.

Classifications alternatives du QI de Wechsler (après Groth-Marnat 2009)[33]
QI Classifications Termes de valeur neutre
130+ Très supérieur Extrêmement supérieure
120–129 Supérieur Bien supérieur à la moyenne
110–119 Haute moyenne Au-dessus de la moyenne
90–109 Moyenne Moyenne
80–89 Basse moyenne En-dessous de la moyenne
70–79 Limite Bien inférieur à la moyenne
69- Extrêmement bas Extrêmement inférieur

Stanford–Binet Intelligence Scale Fifth Edition[modifier | modifier le code]

La cinquième édition de l'échelle de Stanford-Binet (SB5) a été créée par Gale H. Roid et publiée en 2003[24]. La classification du QI de SB5 est une notation en fonction de l'écart type dans lequel chaque écart est de 15 points par rapport au score médian, 100 QI, tout comme la notation standard de Wechsler.

Cinquième édition de la classification de Stanford–Binet (SB5) [30],[34]
QI Classification
145–160 Très doué ou très avancé
130–144 Doué ou très avancé
120–129 Supérieur
110–119 Au-dessus de la moyenne
90–109 Moyenne
80–89 En-dessous de la moyenne
70–79 Limite altérée ou retardé
55–69 Moyennement altérée ou retardé
40–54 Modérément altérée ou retardé

Test des capacités cognitives de Woodcock–Johnson[modifier | modifier le code]

Les tests des capacités cognitives Woodcock-Johnson III NU (WJ III NU) ont été créés par Richard W. Woodcock, Kevin S. McGrew et Nancy Mather et publiées en 2007 par Riverside[24].

Woodcock–Johnson R
QI ClassificationWJ III[35]
131 et plus Très supérieur
121 à 130 Supérieur
111 à 120 Au-dessus de la moyenne
90 à 110 Moyenne
80 à 89 En-dessous de la moyenne
70 à 79 Bas
69 et moins Très bas

Tests de Kaufman[modifier | modifier le code]

Le test d'intelligence des adolescents et des adultes de Kaufman a été créé par Alan S. Kaufman et Nadeen L. Kaufman et a été publié en 1993 par American Guidance Service[24]. Les scores des tests Kaufman « sont classés par symétrie, de manière non-évaluative »[36].

Classification du QI KAIT 1993 
130 et plus Extrêmement supérieur
120–129 Bien supérieur à la moyenne
110–119 Au-dessus de la moyenne
90–109 Moyen
80–89 En dessous la moyenne
70–79 Bien inférieure à la moyenne
69 et moins Extrêmement inférieur
Catégories descriptives KABC-II 2004[37],[38]
Gamme de Scores Standard Nom de la catégorie
131–160 Extrêmement supérieur
116–130 Au-dessus de la moyenne
85–115 Gamme moyenne
70–84 En-dessous de la moyenne
40–69 Extrêmement inférieur

Système d'évaluation cognitive[modifier | modifier le code]

Le test Das-Naglieri, évaluant les capacités cognitives, a été créé par Jack Naglieri et J. P. Das, et a été publié en 1997 par Riverside[24].

Classification du système d'évaluation cognitive, 1997[39]
Scores Standards Classification
130 et plus Très supérieur
120–129 Supérieur
110–119 Au-dessus de la moyenne 
90–109 Moyenne
80–89 Faiblement en-dessous de la moyenne
70–79 En-dessous de la moyenne
69 et moins Bien en-dessous de la moyenne

Differential Ability Scales[modifier | modifier le code]

Le test Differential Ability Scales Second Edition (DAS–II) a été créé par Colin D. Elliott et a été publié en 2007 par Psychological Corporation[24]. Le DAS-II est un test donnée individuellement aux enfants, normé pour les enfants âgés de deux ans et six mois à dix-sept ans et onze mois[40],[41]. Le DAS-II obtient un score médian de 100 de QI et un écart-type de 15 de QI. Le score le plus bas possible est de 44, et le plus élevé s'élève à 175[42].

Classification GCA DAS-II 2007[30],[43]
GCA Classification GCA
≥ 130 Très élevé
120–129 Élevé
110–119 Au-dessus de la moyenne
90–109 Moyenne
80–89 En-dessous de la moyenne
70–79 Faible
≤ 69 Très faible

Reynolds Intellectual Ability Scales[modifier | modifier le code]

Le test Reynolds Intellectual Ability Scales (RIAS) a été créé par Cecil Reynolds et Randy Kamphaus et a été publié en 2003 par Psychological Assessment Resources[24].

Classification RIAS, 2003[44]
Rang des scores au tests intelligence Description verbale
≥ 130 Significativement supérieur à la moyenne
120–129 Modérément au-dessus de la moyenne
110–119 Au-dessus de la moyenne
90–109 Moyenne
80–89 En-dessous la moyenne
70–79 Modérément en-dessous de la moyenne
≤ 69 Significativement inférieur à la moyenne

Tables historiques de la classification du QI[modifier | modifier le code]

Reproduction d'un article à partir de l'échelle de l'intelligence Binet-Simon de 1908, montrant trois paires d'images, on demandait à l'enfant testé, « Laquelle de ces deux faces est la plus belle ? » Reproduit de l'article « Un guide pratique pour l'administration de l'Échelle de mesure de l'intelligence de Binet-Simon » par J. W. Wallace Wallin en mars 1911 issu du journal The Psychological Clinic (volume 5 numéro 1).
Classification originale de Terman de Stanford–Binet (1916)[45],[46]
QI Classification du QI
Au-dessus de 140 Génie ou « presque » génie
120–140 Intelligence très supérieure
110–120 Intelligence supérieure
90–110 Intelligence moyenne, ou normale
80–90 Stupidité, rarement classable comme faible d'esprit
70–80 Parfois classable comme stupide, souvent faible d'esprit
En-dessous de 70 Faible d'esprit

Rudolph Pintner a proposé un ensemble de termes de classification dans son livre de 1923, Intelligence Testing: Methods and Results[4]. Pintner explique que les psychologues de son époque, y compris Terman, « mesurent la capacité générale d'un individu, sans attendre une définition psychologique adéquate »[47]. Pintner a conservé ces termes dans la deuxième édition de son livre, en 1931[48].

Classification du Qi de Pintner 1923[4]
QI Classification du QI
130 et plus Très supérieur
120–129 Très brillant
110–119 Brillant
90–109 Normal
80–89 Retardé
70–79 Limite

Albert Julius Levine et Louis Marks ont proposé un ensemble plus large de catégories dans leur livre de 1928, Testing Intelligence and Achievement[49],[50]. Une partie de la terminologie du tableau proviennent de termes contemporains pour classer les personnes ayant une déficience intellectuelle.

Classification du QI de Levine et de Marks 1928[49],[50]
QI Classification du QI
175 et plus Précoce
150–174 Très supérieur
125–149 Supérieur
115–124 Très brillant
105–114 Brillant
95–104 Moyenne
85–94 Faible
75–84 Limite
50–74 Crétin
25–49 Imbécile
0–24 Idiot

Le terme « génie » n'est plus utilisé pour les noms de catégorie de QI[51],[52].

Seconde révision de la classification de Terman de Stanford–Binet (1937)[51]
QI Classification du QI
140 et plus Très supérieur
120–139 Supérieur
110–119 Au-dessus de la moyenne
90–109 Moyenne, normal
80–89 En-dessous de la moyenne
70–79 Limite défectueuse
En-dessous de 60 Mentalement défectueux

Un tableau de données publiées plus tard dans le manuel du test de Stanford–Binet test, rapporte la distribution de scores d'un groupe.

Répartition des Scores d'un groupe standardisé Stanford–Binet 1937[51]
QI Pourcentage du groupe
160–169 0.03
150–159 0.2
140–149 1.1
130–139 3.1
120–129 8.2
110–119 18.1
100–109 23.5
90–99 23.0
80–89 14.5
70–79 5.6
60–69 2.0
50–59 0.4
40–49 0.2
30–39 0.03
Classification du QI de Wechsler–Bellevue 1939
QI Classification Pourcentage
128 et plus Très supérieur 2.2
120–127 Supérieur 6.7
111–119 Brillant 16.1
91–110 Moyenne 50.0
80–90 Faible 16.1
66–79 Limite 6.7
65 et moins Déficient 2.2

En 1958, Wechsler a publié une autre édition de son livre Measurement and Appraisal of Adult Intelligence. Il a repris son chapitre sur la classification du QI pour expliquer que le score de l'« âge mental » n'est pas une voie plus valide que le score de QI pour mesurer l'intelligence[53]. Il a continué à utiliser les mêmes termes de classification.

Wechsler Adult Intelligence Scales 1958 Classification[54]
QI Classification Pourcentage (théorique)
128 et plus Très supérieur 2.2
120–127 Supérieur 6.7
111–119 Brillant 16.1
91–110 Moyenne 50.0
80–90 Faible 16.1
66–79 Limite 6.7
65 et moins Déficient 2.2
Troisième révision de Terman de la classification du test de Stanford–Binet[34]
QI IQ Classification
140 et plus Très supérieur
120–139 Supérieur
110–119 Au-dessus de la moyenne
90–109 Normal, moyenne
80–89 En-dessous de la moyenne
70–79 Limite défectueuse
En-dessous de 60 Mentalement déficient

La première édition du test des capacités cognitives de Woodcock–Johnson a été publiée par Riverside en 1977[35].

Woodcock–Johnson R
QI Classification WJ-R Cog 1977[35]
131 et plus Très supérieur
121 à 130 Supérieur
111 à 120 Au-dessus de la moyenne
90 à 110 Moyenne
80 à 89 En-dessous de la moyenne
70 à 79 Faible
69 et moins Très faible

La version révisée de Wechsler Adult Intelligence Scale (WAIS-R) a été créée par David Wechsler et publiée par la Psychological Corporation en 1981. Le manuel du test comprenait des informations portant sur les différences entre le pourcentage réel de personnes par apport aux données théoriques.

Classification WAIS-R 1981[55]
IQ  Classification Pourcentage réel Pourcentage théorique
130+ Très supérieur 2.6 2.2
120–129 Supérieur 6.9 6.7
110–119 Au-dessus de la moyenne 16.6 16.1
90–109 Moyenne 49.1 50.0
80–89 En-dessous de la moyenne 16.1 16.1
70–79 Limite 6.4 6.7
inférieur à 70 Attardé mentalement 2.3 2.2

The Kaufman Assessment Battery for Children (K-ABC) a été créé par Alan S. Kaufman et par Nadeen L. Kaufman. Il est publié en 1983 par l'American Guidance Service.

Classification des capacités K-ABC 1983[55]
QI Name of Category Pourcentage réel Pourcentage théorique
130+ Extrêmement supérieur 2.3 2.2
120–129 Bien au-dessus de la moyenne 7.4 6.7
110–119 Au-dessus de la moyenne 16.7 16.1
90–109 Moyenne 49.5 50.0
80–89 En-dessous de la moyenne 16.1 16.1
70–79 Bien en-dessous de la moyenne 6.1 6.7
-70 Extrêmement inférieur 2.1 2.2

La troisième version du Wechsler Adult Intelligence Scale (WAIS-III) utilise une terminologie de classification différente des premières versions de tests Wechsler.

Classification WAIS–III, 1997 
QI Classification
130 et plus Très supérieur
120–129 Supérieur
110–119 Au-dessus de la moyenne
90–109 Moyenne
80–89 En-dessous de la moyenne
70–79 Limite
69 et moins Extrêmement inférieur

Classification des individus à faible QI[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Handicap mental.

Les premiers termes de classification des individus de faible QI étaient des termes médicaux ou juridiques qui ont précédé le développement de tests de QI[7],[8]. Le système juridique a reconnu le concept selon lequel si certaines personnes possèdent des troubles cognitifs, elles ne sont pas responsables d'un comportement criminel. Les médecins ont parfois rencontré des patients adultes qui ne pouvaient pas vivre de façon autonome, n'étant pas capables de prendre soin de leurs propres besoins de la vie quotidienne. Divers termes ont été utilisés pour tenter de classer ces individus avec des degrés de déficience intellectuelle. Beaucoup des premiers termes sont maintenant considérés comme très offensants.

Dans le diagnostic médical actuel, les scores de QI seul ne sont pas concluants pour un constat de déficience intellectuelle. Des normes de diagnostic récemment adoptées mettent l'accent sur le comportement adaptatif de chaque individu, où un score de QI est juste un facteur de diagnostic, et où aucune catégorie de déficience intellectuelle est définie par des scores de QI[56],[57].

Classification des individus à QI élevé[modifier | modifier le code]

Classification de QI et de génie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Génie (personne).

Francis Galton (1822–1911) a été un pionnier dans les études de l'accomplissement humain et des tests mentaux. Dans son livre Hereditary Genius, écrit avant l'émergence des tests de QI, Galton a postulé que les influences héréditaires sur le rendement éminent sont forts, et que l'éminence est rare en général. Lewis Terman a choisi les termes « génie ou 'presque' génie » pour désigner la catégorie la plus élevée du test de Stanford–Binet de la version de 1916[45]. Catherine M. Cox, une collègue de Terman, a écrit un livre, The Early Mental Traits of 300 Geniuses, publié comme le second volume de la série de livres The Genetic Studies of Genius, dans lequel elle a analysé les données biographiques de génies. Bien que ses recherches aient été critiquées pour des raisons méthodologiques[58],[59],[60], les études de Cox étaient poussées dans la recherche de ce qui compte pour définir un génie, à part le QI[61],[51],[62]. En 1939, Wechsler écrit que « nous sommes plutôt réticents à appeler une personne un 'génie' sur la base d'un test à but de renseignement[63] ».

L'étude de Terman en Californie a finalement fourni des preuves sur la façon dont le génie est lié aux scores de QI[64]. Beaucoup d'élèves en Californie ont été recommandés pour l'étude par des enseignants. Deux élèves qui ont été testés, mais rejetés en raison de scores trop faibles pour l'étude de QI, ont été plus tard lauréats du prix Nobel de physique : William Shockley[65],[66] et Luis Walter Alvarez[67],[68]. Sur la base des résultats de l'étude de Terman, et sur des exemples biographiques tels que Richard Feynman, qui avait un QI de 125 et a remporté le prix Nobel de physique et est maintenant largement considéré comme un génie[69],[70], l'opinion actuelle des psychologues et d'autres spécialistes du génie est qu'un niveau minimum 125 de IQ est strictement nécessaire pour un génie; mais que le niveau de QI n'est suffisant pour le développement du génie que lorsqu'il est combiné avec les influences identifiées par l'étude de Cox[71],[72],[73],[74].

Classification de QI et surdouance[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Surdoué.

Un point important du consensus des chercheurs sur la douance intellectuelle est qu'il n'y a pas de définition acceptée de la douance[75],[76].

Les tests de QI actuels ont également des marges d'erreur importantes pour les scores élevés de QI[77]. Comme une réalité sous-jacente, des distinctions comme « exceptionnellement doué » et « profondément doué » n'ont jamais été bien établies[78]. Le résultat rapporté le plus élevé pour la plupart des tests de QI est de 160, à peu près le 99997e centile[79]. Les QI au-dessus de ce niveau sont douteux[80],[81].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « IQ classification » (voir la liste des auteurs).
  1. Wechsler 1958, chapitre 3: The Classification of Intelligence
  2. Matarazzo 1972, chapitre 5 : The Classification of Intelligence
  3. Gregory 1995, "Classification of Intelligence"
  4. a b et c Kamphaus 2005, p. 518–20 section « Score Classification Schemes »
  5. Gottfredson 2009, p. 31–32
  6. Hunt 2011, p. 5 "As mental testing expanded to the evaluation of adolescents and adults, however, there was a need for a measure of intelligence that did not depend upon mental age."
  7. a et b Terman 1916, p. 79 "What do the above IQ's imply in such terms as feeble-mindedness, border-line intelligence, dullness, normality, superior intelligence, genius, etc.
  8. a et b Wechsler 1939, p. 37 "The earliest classifications of intelligence were very rough ones.
  9. Aiken 1979, p. 139
  10. Anastasi et Urbina 1997, p. 326 "Correlation studies of test scores provide actuarial data, applicable to group predictions.
  11. Kaufman 2009, p. 151–153 "Thus, even for tests that measure similar CHC constructs and that represent the most sophisticated, high-quality IQ tests ever available at any point in time, IQs differ."
  12. Kaufman 2009, Figure 5.1 IQs earned by preadolescents (ages 12–13) who were given three different IQ tests in the early 2000s
  13. Kaufman 2013, Figure 3.1 "Source: A. S. Kaufman"
  14. Mackintosh 2011, p. 169 "after the age of 8–10, IQ scores remain relatively stable: the correlation between IQ scores from age 8 to 18 and IQ at age 40 is over 0.70."
  15. Uzieblo 2012, p. 34 "Despite the increasing disparity between total test scores across intelligence batteries—as the expanding factor structures cover an increasing amount of cognitive abilities (Flanagan, et al., 2010)—Floyd et al. (2008) noted that still 25% of assessed individuals will obtain a 10-point IQ score difference with another IQ battery."
  16. Shurkin 1992, p. 89–90 (citant Burks, Jensen et Terman, The Promise of Youth: Follow-up Studies of a Thousand Gifted Children 1930) "Twelve even dropped below the minimum for the Terman study, and one girl fell below 104, barely above average for the general population."
  17. Sattler 2008, p. 121 "Whenever you report an overall standard score (e.g., a Full Scale IQ or a similar standard score), accompany it with a confidence interval (see Chapter 4)"
  18. Matarazzo 1972, p. 121 "The psychologist's effort at classifying intelligence utilizes, at present, an ordinal scale, and is akin to what a layman does when he tries to distinguish colors of the rainbow." (emphasis in original) Gottfredson 2009, p. 32–33 "We cannot be sure that IQ tests provide interval-level measurement rather than just ordinal-level (i.e., rank-order) measurement. ... we really do not know whether a 10-point difference measures the same intellectual difference at all ranges of IQ."
  19. Kaufman et Lichtenberger 2006, p. 198–202 (section "Scoring Errors") "Bias errors were in the direction of leniency for all subtests, with Comprehension producing the strongest halo effect."
  20. Reynolds et Horton 2012, Table 4.1 Descriptions for Standard Score Performances Across Selected Pediatric Neuropsychology Tests
  21. Aiken 1979, p. 158
  22. Sattler 1988, p. 736
  23. Sattler 2001, p. 698 "Tests usually provide some system by which to classify scores."
  24. a b c d e f et g Urbina 2011, Table 2.1 Major Examples of Current Intelligence Tests
  25. Flanagan et Harrison 2012, Chapitres 8-13, 15-16 (discussions sur les tests de Wechsler, Stanford–Binet, Kaufman, Woodcock–Johnson, DAS, CAS et RIAS)
  26. Mackintosh 2011, p. 32 "The most widely used individual IQ tests today are the Wechsler tests, first published in 1939 as the Wechsler–Bellevue Scale."
  27. Saklofske et al. 2003, p. 3 "To this day, the Wechsler tests remain the most often used individually administered, standardized measures for assessing intelligence in children and adults" (citant Camara, Nathan et Puente, 2000; Prifitera, Weiss et Saklofske, 1998)
  28. Georgas et al. 2003, p. xxv "The Wechsler tests are perhaps the most widely used intelligence tests in the world"
  29. Meyer et Weaver 2005, p. 219, Campbell 2006, p. 66, Strauss, Sherman et Spreen 2006, p. 283, Foote 2007, p. 468 Kaufman et Lichtenberger 2006, p. 7, Hunt 2011, p. 12
  30. a b et c Sattler 2008
  31. Kamphaus 2005, p. 519 "Although the Wechsler classification system for intelligence test scores is by far the most popular, it may not be the most appropriate (Reynolds & Kaufman 1990)."
  32. Groth-Marnat 2009, p. 136
  33. Groth-Marnat 2009, Table 5.5
  34. a et b Kaufman 2009, p. 112
  35. a b et c Kamphaus 2005, p. 337
  36. Kamphaus 2005, p. 367–68
  37. Kaufman et al. 2005, Table 3.1 Descriptive Category System
  38. Gallagher et Sullivan 2011, p. 347
  39. Naglieri 1999, Table 4.1 Descriptive Categories of PASS and Full Scale Standard Scores
  40. Dumont, Willis et Elliot 2009, p. 11
  41. Dumont, Willis et Elliot 2009, p. 20
  42. Dumont et Willis 2013 "Range of DAS Subtest Scaled Scores"
  43. Dumont, Willis et Elliot 2009, Table Rapid Reference 5.1 DAS-II Classification Schema
  44. Reynolds et Kamphaus 2003, p. 30 (Table 3.2 RIAS Scheme of Verbal Descriptors of Intelligence Test Performance)
  45. a et b Terman 1916, p. 79
  46. Kaufman 2009, p. 110
  47. Naglieri 1999, p. 7 "The concept of general intelligence was assumed to exist, and psychologists went about 'the measurement of an individual's general ability without waiting for an adequate psychological definition.'"
  48. Pintner 1931, p. 117
  49. a et b Levine et Marks 1928, p. 131
  50. a et b Kamphaus et al. 2012, p. 57–58 (citation de Levine et Marks, page 131)
  51. a b c et d Terman et Merrill 1960, p. 18
  52. Terman et Merrill 1937, p. 20
  53. Wechsler 1958, p. 42–43 "In brief, mental age is no more an absolute measure of intelligence than any other test score."
  54. Wechsler 1958, p. 42 Table 3 Intelligence classification of WAIS IQ's
  55. a et b Gregory 1995, table 4 Ability classifications, IQ ranges, and percent of norm sample for contemporary tests
  56. American Psychiatric Association 2013, p. 33–37 Intellectual Disability (Intellectual Development Disorder): Specifiers "The various levels of severity are defined on the basis of adaptive functioning, and not IQ scores, because it is adaptive functioning that determines the level of supports required.
  57. Flanagan et Kaufman 2009, p. 134
  58. Pintner 1931, p. 356–357 "From a study of these boyhood records, estimates of the probable I.Q.s of these men in childhood have been made.
  59. Shurkin 1992, p. 70–71 "She, of course, was not measuring IQ; she was measuring the length of biographies in a book."
  60. Eysenck 1995, p. 59 "Cox might well have been advised to reject a few of her geniuses for lack of evidence."
  61. Cox 1926, pp. 215–219, 218 (Chapter XIII: Conclusions) ".
  62. Kaufman 2009, p. 117 "Terman (1916), as I indicated, used near genius or genius for IQs above 140, but mostly very superior has been the label of choice" (emphasis in original)
  63. ,Wechsler 1939, p. 45
  64. Eysenck 1998, p. 127–128 "Terman, who originated those 'Genetic Studies of Genius', as he called them, selected... children on the basis of their high IQs; the mean was 151 for both sexes.
  65. Simonton 1999, p. 4 "When Terman first used the IQ test to select a sample of child geniuses, he unknowingly excluded a special child whose IQ did not make the grade.
  66. Shurkin 2006, p. 13
  67. Leslie 2000 "We also know that two children who were tested but didn't make the cut -- William Shockley and Luis Alvarez -- went on to win the Nobel Prize in Physics.
  68. Park, Lubinski et Benbow 2010 "There were two young boys, Luis Alvarez and William Shockley, who were among the many who took Terman's tests but missed the cutoff score."
  69. Gleick 2011, p. 32 "Still, his score on the school IQ test was a merely respectable 125."
  70. Robinson 2011, p. 47 "After all, the American physicist Richard Feynman is generally considered an almost archetypal late 20th-century genius, not just in the United States but wherever physics is studied."
  71. Jensen 1998, p. 577 "Besides the traits that Galton thought necessary for 'eminence' (viz., high ability, zeal, and persistence), genius implies outstanding creativity as well. 
  72. Eysenck 1998, p. 127 "What is obvious is that geniuses have a high degree of intelligence, but not outrageously high—there are many accounts of people in the population with IQs as high who have not achieved anything like the status of genius.
  73. Pickover 1998, p. 224 (citant Syed Jan Abas) "High IQ is not genius.
  74. Spearman 1927, p. 221
  75. Sternberg, Jarvin et Grigorenko 2010, chapitre 2: Theories of Giftedness
  76. McIntosh, Dixon et Pierson 2012, p. 636–637
  77. Lohman et Foley Nicpon 2012, Conditional SEMs "The concerns associated with SEMs [standard errors of measurement] are actually substantially worse for scores at the extremes of the distribution, especially when scores approach the maximum possible on a test ... when students answer most of the items correctly."
  78. Lohman et Foley Nicpon 2012, Scaling Issues "The spreading out of scores for young children at the extremes of the ratio IQ scale is viewed as a positive attribute of the SB-LM by clinicians who want to distinguish among the highly and profoundly gifted (Silverman, 2009)."
  79. Hunt 2011, p. 8
  80. Christoph Perleth, Tanja Schatz et Franz J. Mönks, International Handbook of Giftedness and Talent, Amsterdam, Pergamon, , 2e éd. (ISBN 978-0-08-043796-5), « Early Identification of High Ability », p. 301 :

    « norm tables that provide you with such extreme values are constructed on the basis of random extrapolation and smoothing but not on the basis of empirical data of representative samples. »

  81. Urbina 2011, p. 20–38 "[Curve-fitting] is just one of the reasons to be suspicious of reported IQ scores much higher than 160"

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]