Eleanor Gibson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gibson.
Eleanor Gibson
Portrait de Eleanor Gibson
Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata
à PeoriaVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès Voir et modifier les données sur Wikidata (à 92 ans)
à ColumbiaVoir et modifier les données sur Wikidata
Pays de nationalité États-UnisVoir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint James J. GibsonVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Formation Université Yale (jusqu'en ) et Smith CollegeVoir et modifier les données sur Wikidata
Profession Psychologue et professeur d'université (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions National Medal of Science (), prix APA pour une contribution scientifique remarquable à la psychologie (en) (), bourse Guggenheim (), William James Fellow Award (en) () et médaille Wilbur Cross (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de Académie américaine des arts et des sciencesVoir et modifier les données sur Wikidata

Eleanor Jack Gibson, née le à Peoria (Illinois), et morte le , est une psychologue américaine et professeure de psychologie, qui s'est intéressée à l'apprentissage de la lecture et de perception de l'apprentissage chez les nourrissons et les tout-petits.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle obtient en 1931 sa licence et en 1933 son master au Smith College[1]. Elle se marie en 1932 avec James J. Gibson[2]. En 1938, elle obtient son doctorat à Université Yale[3], puis revient enseigner au Smith College. Après quelques années d'interruption pendant la Seconde Guerre mondiale, elle reprend l'enseignement pendant quelques années au Smith College, puis à l'université Cornell, où elle a un poste d'associée de recherche[4]. C'est à Cornell qu'elle crée, avec Richard D. Walk, le Visual Cliff (en). En 1972, elle est nommée professeure de psychologie, première femme professeure de l'université Cornell.

Dans les années 1960-1970, Eleanor Gibson, en partenariat avec James J. Gibson, a créé la Gibsonian ecological theory of development, qui a souligné l'importance de la perception qui permet aux humains de s'adapter à leur environnement. Sa contribution la mieux connue à la psychologie est le « Visual Cliff »[5], qui étudie la perception de la profondeur et de déficiences visuelles ou motrices à la fois de l'homme et des espèces animales. Cela a conduit à une nouvelle compréhension du développement perceptif chez les bébés. L'environnement fournit de l'information pour le système sensoriel de développer avec l'augmentation de stimuli, de sorte que le développement perceptif correspond à des stimuli environnementaux. Les nourrissons se développent à partir de l'adaptation à leur environnement.

Une enquête de la Review of General Psychology de 2002, concernant les 100 psychologues les plus éminents du XXe siècle la classe à la 74e place, ex-aequo avec Paul E. Meehl[6].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Principles of perceptual learning and development, New York: Meredith Corporation, 1969.
  • An Odyssey in learning and perception, Cambridge: MIT Press, 1991.
  • The « visual cliff », avec Richard D. Walk, Scientific American, 202, 67-71, 1960.
  • Perceptual learning and development: An ecological approach to perceptual learning and development, avec A.D. Pick, Oxford: Oxford University Press, 2000.
  • Psychology of reading, Avec H. Levin , Cambridge, MA: MIT Press, 1975.
  • Perceiving the Affordances: A Portrait of Two Psychologists, Psychology Press, 2001

Lectures complémentaires[modifier | modifier le code]

  • Eleanor J. Gibson, in G. Lindzey, G. Lindzey (éd.), A history of psychology in autobiography Vol. VII (p. 239–271). San Francisco, CA, US: W H Freeman & Co. DOI:10.1037/11346-006.
  • Szokolszky, A. (2003). An interview With Eleanor Gibson.Ecological Psychology, 15(4), 271-281. DOI:10.1207/s15326969eco1504_2
  • Wayne, Tiffany K. (2010). "Gibson, Eleanor Jack". American women of science since 1900. Santa Barbara, Calif.: ABC-CLIO. p.429–430. (ISBN 9781598841589).

Références[modifier | modifier le code]

  1. CV, sur le site de la Society for Research in Child Development, [1] ([PDF]).
  2. Elissa Rodkey, « Eleanor J Gibson - Psychology's Feminist Voices », sur www.feministvoices.com
  3. « Eleanor J. Gibson | American psychologist », sur Encyclopedia Britannica
  4. Patricia Skinner, « Gibson, Eleanor J. », Gale Encyclopedia of Psychology (en ligne) [2]
  5. Eleanor J. Gibson & Richard D. Walk, « The “Visual Cliff” », Scientific American 202, p. 64-71, 1960 DOI:10.1038/scientificamerican0460-64.
  6. (en) Steven J. Haggbloom, Renee et al., Jason E. Warnick, Vinessa K. Jones, Gary L. Yarbrough, Tenea M. Russell, Chris M. Borecky, Reagan McGahhey et John L., III Powell, « The 100 most eminent psychologists of the 20th century », Review of General Psychology, vol. 6, no 2,‎ , p. 139–152 (DOI 10.1037/1089-2680.6.2.139, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marion Eppler, entretien avec Eleanor Gibson, 1998 [3] ([PDF]).

Liens externes[modifier | modifier le code]