Howard Gardner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Howard Gardner
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Harvard College (licence) (jusqu'en )
Université Harvard (doctorat) (jusqu'en )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Conjoint
Ellen Winner (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Membre de
Académie américaine des arts et des sciences
National Academy of Education (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Influencé par
Site web
Distinctions

Howard Earl Gardner, né le 11 juillet 1943 à Scranton (Pennsylvanie), est un psychologue du développement américain, professeur de sciences de l’éducation à l'université Harvard, et professeur de neurosciences à l’Université de Boston. Auteur de la théorie des intelligences multiples, ses travaux se répercutent principalement dans le milieu scolaire. Howard Gardner est surtout connu pour ses livres Frames of Mind : the theory of multiple intelligences et The Mind’s New Science.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière[modifier | modifier le code]

Howard Earl Gardner, est un psychologue du développement cognitif, professeur en cognition et en éducation à Harvard Graduate School of Education de 1998 à 2019, professeur associé de psychologie à l'université Harvard depuis 1991[1]. Il est professeur émérite depuis 2019[2].

Il est le directeur de « The Good Project »[3] et a été pendant très longtemps codirecteur de « Project Zero »[4].

En 1990, il a reçu le Grawemeyer Award dans la catégorie Éducation[5].

Activités de recherche[modifier | modifier le code]

Il travaille à l'origine sur les lésions cérébrales et leurs conséquences et comme le professeur Antonio Damasio et Oliver Sacks, il demeure étonné de constater que des malades privés d'une faculté intellectuelle bien précise sont parfaitement capables d'en assumer d'autres. Il travaille sur la population qu'il nomme «les idiots savants». Souvent autistes, ces individus sont capables, par exemple, de reproduire exactement un concerto pour piano après une seule écoute. Il en conclut qu'il doit y avoir des formes différentes d'intelligence, indépendantes les unes des autres, dans la mesure où, lorsque certaines sont détruites, les autres ne sont pas affectées. (CF. Vincent Gerard connaissance de soi).

Ses travaux se répercutent principalement dans le milieu scolaire et notamment dans beaucoup d’écoles aux États-Unis, qui déploient beaucoup d'efforts en vue d’améliorer leur établissement en termes d’enseignements. Il prône l’idée qu’il est essentiel de comprendre les diverses capacités des étudiants et souligne l’importance de personnaliser les environnements éducationnels selon leurs besoins. L’école est le lieu privilégié du développement de toutes les formes d’intelligences.

Il a mené des recherches sur les capacités cognitives des individus et publie en 1983 son premier ouvrage sur les intelligences multiples, Frames of Mind. À travers son travail de recherche, il étudie de nombreux domaines tels que : «l’anthropologie», «la psychologie cognitive», les «approches psychométriques», les «approches physiologiques», les «approches neurologiques» et le cerveau[6].

Théorie des intelligences multiples[modifier | modifier le code]

Intérêts globaux[modifier | modifier le code]

Gardner s’est beaucoup intéressé à la Symbol Systems Approach qui est un groupe de chercheurs, dans lequel il fait partie, s’intéressant aux systèmes symboliques humains, mais aussi à la neurobiologie (qui se focalise sur les phénomènes intellectuels), et à la psychologie (à la fois cognitive et développementale).

Howard s’inscrit dans le courant de pensée de la psychologie culturelle. Il porte un intérêt particulier pour les sciences cognitives[7] qui représentent une approche interdisciplinaire étant donné qu’elles rassemblent à la fois la philosophie, la psychologie, l’anthropologie, les neurosciences, etc.

Intérêts au cours des études et de projets[modifier | modifier le code]

Après son doctorat en psychologie développementale, il a travaillé dans un hôpital avec des patients atteints de lésions cérébrales. Grâce à ce travail, il a commencé à réaliser la présence de patients qui ne pouvaient pas parler mais qui savaient jouer correctement de la musique. Il a donc pu réfléchir au fait que l’intelligence n’est pas unique via ses expériences.

Gardner rejoint un groupe informel de chercheurs, (John Dewey, William James, Nelson Goodman, Jerome Bruner, Anne Brown, Joseph Campione, David Perkins), qui s'intéressent au domaine de l'éducation et de la psychologie culturelle, mais il est possible de trouver des similitudes. Avec Brown et Campione, Howard s’est plutôt concentré sur la cognition spécifique à chaque domaine. Il affirme que la psychologie a joué un rôle dans la construction de la science cognitive.

Par ailleurs, il s’est également intéressé au sujet en tant que forme de pensée, comme Bruner. Brown, Campione, Gardner et Perkins ont commencé à se préoccuper de ce qu’il se passe à l’intérieur des écoles : c’est à ce moment qu’ils élaborent une réelle réflexion et se passionnent pour la pédagogie. Ils tentent alors de percevoir «la nature des défis auxquels l’école américaine doit aujourd’hui faire face».

En travaillant à « Project Zero », il a commencé à faire des recherches sur le développement artistique des enfants, et il s’est concentré sur la pensée artistique. Dans son livre «Gribouillages et dessins d’enfants»[8], il parle de processus de microgenèse («plus l’enfant se concentre sur une activité sur la durée, plus il développe ses capacités, minute après minute»), du mouvement intuitif de vas et vient («l’enfant cherche des formes géométriques, l’enfant essaie d’écrire : il essaie de s’y prendre à travers le dessin») et du mouvement graphique contrasté qui entraîne des qualités distinctes («faire des points est une activité brusque/martelange, comme donner des coups de poing dans un sac de sable, etc»).

Il met en place un projet s’intitulant «Project Spectrum»[9] dont l’objectif est de faire un diagnostic à propos de la cognition humaine. Pour ce faire, il dispose des jeux spécialement conçus pour rendre observables certains modes de cognition à de jeunes enfants dans leur environnement durant un temps indéterminé. Il réclame une science cognitive intégrative.

Publications[modifier | modifier le code]

En anglais[modifier | modifier le code]

  • Five Minds for the Future. Boston: Harvard Business School Press.2007.
  • The development and education of the mind: The collected works of Howard Gardner. London: Routledge, 2006.
  • Multiple Intelligences: New Horizons. New York: Basic Books, 2006.
  • Frames of Mind: The Theory of Multiple Intelligences. New York: Basic Books 2004.
  • Changing Minds: The Art and Science of Changing our Own and Other People's Minds. Boston: Harvard Business School Press. 2004.
  • The Unschooled Mind. New York: Basic Books, 2004.
  • Good Work: When Excellence and Ethics Meet, New York: Basic Books, 2001.
  • The Disciplined Mind, New York: Penguin 2000.
  • Intelligence Reframed. New York: Basic Books, 1999.
  • Multiple Intelligences: The Theory in Practice. New York: Basic Books 1993

En français[modifier | modifier le code]

  • Les intelligences multiples : la théorie qui bouleverse nos idées reçues, Paris, Retz, , 188 p. (ISBN 978-2-7256-2787-8)
  • Les Formes de l'intelligence, Paris, Odile Jacob, , 476 p. (ISBN 978-2-7381-2412-8)
  • Les cinq formes d'intelligence : Pour affronter l'avenir, Paris, Odile Jacob, , 206 p. (ISBN 978-2-7381-2179-0, lire en ligne)
  • L'intelligence et l'école : la pensée de l'enfant et les visées de l'enseignement, Paris, Retz, , 351 p. (ISBN 978-2-7256-3150-9)
  • Nouvelles formes de la vérité, de la beauté et de la bonté : Pour les transmettre au XXIe siècle, Paris, Odile Jacob, , 280 p. (ISBN 978-2-7381-2800-3)
  • Les Personnalités exceptionnelles, Odile Jacob, .
  • Gribouillages et dessins d'enfants, Pierre Mardaga, .
  • « La bêtise et les trois facettes de l'intelligence », Le Philosophoire, no 42,‎ , p. 18-25 (lire en ligne, consulté le ).

Ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

  • Young People, Ethics, and the New Digital Media: A synthesis from the GoodPlay Project, Cambridge, MIT Press, 2009.
  • Making good: How young people cope with moral dilemmas at work, Cambridge, Harvard University Press, 2004.

Conférences[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Auteurs », sur Les Editions Retz (consulté le ).
  2. « CV officiel », (consulté le ).
  3. « The Good Project | Project Zero », sur pz.harvard.edu (consulté le )
  4. « Howard Gardner | Project Zero », sur www.pz.harvard.edu (consulté le )
  5. (en-US) admin, « 1990 – Howard Gardner – Grawemeyer Awards » (consulté le )
  6. Lea Roduner, L'influence de la théorie des intelligences multiples d'Howard Gardner sur l'apprentissage du vocabulaire allemand au secondaire 1, , 52 p. (lire en ligne)
  7. Louis Timbal-Duclaux, « The mind'snew science: a history of the cognitive revolution, par H. Gardner », Communication & Langages, vol. 69, no 1,‎ , p. 127–127 (lire en ligne, consulté le )
  8. Howard Gardner, Gribouillages et dessins d'enfants: leur signification, Editions Mardaga, (ISBN 978-2-87009-658-1, lire en ligne)
  9. (en) Mara Krechevsky, Project Spectrum: Preschool Assessment Handbook. Project Zero Frameworks for Early Childhood Education, Volume 3, Teachers College Press, P, 1998/00/00 (ISBN 978-0-8077-3768-2, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jeffrey A. Schaler, Howard Gardner Under Fire : the rebel psychologist faces his critics, Open Court Publishing Co, , 476 p. (ISBN 0812696042).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]