Zone proximale de développement

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La zone proximale de développement (ZPD), aussi traduit par «zone de proche développement» ou «zone de développement prochain» dans les traductions les plus récentes est un concept issu du travail de Lev Vygotski sur le développement précoce de l’enfant.

Cette théorie suggère que les enfants sont aptes à mieux apprendre les problèmes et à s'améliorer davantage autour d'un enfant plus expérimenté, d'un parent ou d'un enseignant, plutôt que d'un enfant à leur niveau cognitif. Cela encourage donc l'apprentissage en milieu scolaire à ce stade de la vie. La zone proximale de développement augmente nettement le potentiel d'un enfant à apprendre plus efficacement[1].

La zone proximale de développement est déterminée par « la disparité entre l'âge mental, ou le niveau de développement présent, qui est déterminé à l'aide des problèmes résolus de manière autonome, et le niveau qu'atteint l'enfant quand il résout des problèmes non plus tout seul mais en collaboration »[2].

C’est la distance entre ce que l’enfant peut effectuer ou apprendre seul et ce qu’il peut apprendre uniquement avec l’aide d’une personne plus experte[3].

L’intérêt de ce concept est d’orienter le travail du pédagogue non pas uniquement en fonction du passé, en tenant compte des fonctions arrivées à maturité, mais aussi et davantage en fonction de l’avenir, en déclenchant le développement proche par des apprentissages adaptés. « Ce que l’enfant est en mesure de faire aujourd’hui en collaboration, il saura le faire tout seul demain »[4]. Autre intérêt : considérer que les différences entre élèves ne portent pas nécessairement sur des acquis mais peuvent tenir à leur marge de progression.

L’apprentissage par imitation et le concept de ZPD sont mis en parallèle par Karina Kühni qui relève que l’imitation est également un moyen pour l’enfant de mettre en route des processus cognitifs. Être attentif à ce que l’enfant peut imiter ou ne peut pas imiter, renseigne les éducatrices et éducateurs sur la ZPD de l’enfant, et permet de déterminer ce qui peut être mis à sa disposition pour améliorer le processus d’apprentissage.[5]

Ainsi, l’éducateur a bien une fonction, il n’a pas qu’à attendre que l’enfant construise par lui-même, en toute autonomie, ses savoirs, de par une maturation psychologique plus ou moins naturelle. C'est là une critique du concept d'éducation négative développé par Jean-Jacques Rousseau.

La fécondité de cette notion, centrale chez Vygotski, semble reposer sur plusieurs préoccupations dans ce domaine : quel étayage l’adulte doit-il mettre en place pour favoriser le « voyage » dans cette zone proximale ?

Au départ, cette ZPD concernait les enfants handicapés mentaux, avec lesquels Vygotski a travaillé.

Notons par ailleurs que cette notion ne se limite pas aux enfants, ni à la psychologie du développement. Elle correspond aussi à une zone de développement potentiel développée par Vygotsky puis par Clot en clinique de l'activité. Cette zone, c'est ce que nous sommes tous capables de faire dès le moment où l'on nous aide. Débattre, par exemple, permet d'entrer dans cette espace. "Percevoir les choses autrement c'est en même temps acquérir d'autres possibilités d'action par rapport à elles. [...] En généralisant un processus propre de mon activité, j'acquiers la possibilité d'un autre rapport avec lui." (Vygotsky, 1934/1997).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Neil R. Carlson et al., Psychology the Science of Behavior, 4th Canadian ed., p. 374, 375
  2. Lev Vygotski, Pensée et Langage Terrains / Editions Sociales, 1985, p 270.
  3. « Zone proximale de développement », sur http://www.definitions-de-psychologie.com,‎ (consulté le 6 décembre 2009)
  4. Lev Vygotski, Pensée et Langage La dispute, 1997, p.355
  5. Kühni, K., « Se hâter lentement vers une certaine proximité », Revue petite enfance, no 114,‎ , pp. 70-75

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) L.S. Vygotsky. Mind in Society: Development of Higher Psychological Processes, p. 86.
  • (en) Neil R. Carlson et al., Psychology the Science of Behavior, 4th Canadian ed., p. 142, 143
  • Hervé Caudron, 100 confusions à éviter.
  • Sciences humaines hors série n°12 février-mars 1996