Tempérament (psychologie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les quatre tempéraments selon la physiognomonie de Johann Kaspar Lavater (XVIIIe siècle)

Le tempérament caractérise en psychologie traditionnelle la manière dont un individu réagit aux stimuli extérieurs.

Historique[modifier | modifier le code]

Les Grecs considéraient que tout ce qui existe dans la nature est constitué de quatre éléments (l'air, la terre, le feu et l'eau).

Hippocrate[modifier | modifier le code]

Hippocrate (c460-c370 avant J.C.) effectue une classification des troubles mentaux en relation avec ces quatre éléments à qui il associe quatre humeurs : le sang, la bile noire, la bile jaune et le flegme correspondant ainsi à quatre tempéraments qui sont respectivement le sanguin, le mélancolique, le colérique et le flegmatique. Selon lui, la différence entre les individus est liée à la prédominance de l'un de ces quatre tempéraments. Il réunit ainsi les maladies de l'âme et du corps, les maladies sont physiques, et ainsi il participe à démystifier la maladie mentale, qui était jusque là, plutôt liée à des manifestations démoniaques.

On peut résumer cette approche de cette manière:

  • Le tempérament nerveux (sec et froid) est dominé par l'élément de la terre.
  • Le tempérament bilieux (sec et chaud) est dominé par l'élément du feu.
  • Le tempérament sanguin (humide et chaud) est dominé par l'élément de l'air.
  • Le tempérament lymphatique (humide et froid) est dominé par l'élément de l'eau.


Innée[modifier | modifier le code]

Les études plus récentes ont mené à une autre définition du mot « tempérament ». Ce dernier fait référence à la façon innée avec laquelle une personne interagit et répond à son environnement (Olson, 1999). Dès les premiers jours de la naissance, il est possible d’identifier des styles de réponses propres à l’enfant (Maziade, 1983). Thomas et Chess ont débuté des études longitudinales aux années 1950 qui ont contribué au développement du concept du tempérament (Maziade, 1983). Ils ont proposé une définition du tempérament selon neuf caractéristiques différentes soit le niveau d’activité (la proportion des périodes d’activité aux périodes d’inactivité), l’adaptabilité (la facilité avec laquelle l’enfant s’adapte à son environnement et aux changements), l’approche/retrait (la réponse de l’enfant face à un nouvel objet, environnement ou individu), la durée et persistance de l’attention (le temps consacré à une activité et l’effet des distractions), la distractibilité (le degré avec laquelle des stimuli externes affectent le comportement de l’enfant), l’intensité des réactions émotionnelles (le niveau d’énergie de la réponse positive ou négative de l’enfant), la qualité de l’humeur (la quantité de comportements agréables par rapport aux comportements désagréables), la rythmicité (la régularité des fonctions biologiques telles que l’appétit, le sommeil et l’excrétion) et le seuil de réceptivité (l’intensité des stimuli requis pour susciter une réponse de l’enfant) (Chess., 1997).

Selon les réponses de l’enfant pour chacune des caractéristiques décrites précédemment, trois types de tempérament peuvent être identifiés : facile, lent à démarrer (slow to warm up) ou difficile (Davidson, 2005) (voir Tableau 1). Un enfant dit « facile » est généralement de bonne humeur, calme et s’adapte facilement aux changements. L’enfant qui est « lent à démarrer » fait preuve d’une certaine résistance passive face aux nouveautés, présente peu de réactions intenses et s’adapte lentement aux changements. Un enfant dit « difficile » est généralement de mauvaise humeur et réagit vigoureusement et négativement aux changements. Il est à noter que ces trois types de tempérament serviraient à décrire des tendances générales puisqu’une minorité d’enfants présentent toutes les caractéristiques d’un type en particulier (Zeanah & Fox, 2004). Considéré inné et dépendant de facteurs génétiques, le tempérament de l’enfant est stable mais peut être modifié par son environnement social et physique (Olson, 1999).


Tableau 1: Profil des 3 types de tempérament selon Thomas et Chess (Davidson, 2005).

Caractéristiques Facile Lent à démarrer Difficile
Niveau d’activité Varie Bas à modéré Varie
Adaptabilité S’adapte très facilement S’adapte lentement S’adapte lentement
Approche/retrait Approche positive Se retire initialement Retrait
Durée et persistance Élevé ou faible Élevé ou faible Élevé ou faible
Intensité des réactions Faible ou modérée Faible Intense
L’humeur Positive Plutôt négative Négative
Rythmicité Très régulier Varie Irrégulier
Seuil de réceptivité Haut ou faible Haut ou faible Haut ou faible

Références[modifier | modifier le code]

Chess., S. (1997). Temperament: Theory and Clinical Practice. Harvard Mental Health Letter, 14(5), 5-7.

Davidson, D. A. (2005). Psychosocial Issues Affecting Social Participation. In J. Case-Smith (Ed.), Occupational Therapy for Children (pp. 449-480). St. Louis: Elsevier Mosby.

Maziade, M. (1983). Le tempérament de l’enfant, les différences individuelles et les forces environnementales. Santé mentale au Québec, 8(2), 61-67.

Olson, L. J. (1999). Psychosocial Frame of Reference. In P. Kramer & J. Hinojosa (Eds.), Frames of Reference for Pediatric Occupational Therapy (pp. 323-375). Philadelphia: Lippincott Williams & Wilkins.

Zeanah, C. H., & Fox, N. A. (2004). Temperament and Attachment Disorders. Journal of Clinical Child & Adolescent Psychology, 33(1), 32-41.