Effet Flynn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
James R. Flynn en juin 2007

L’effet Flynn désigne l'accroissement des scores aux tests calculant un quotient intellectuel observé en comparant une population donnée sur plusieurs générations.

Cet effet tire son nom du chercheur James R. Flynn qui en fit l'observation, et le terme fut inventé par Richard Herrnstein et Charles Murray, auteurs de The Bell Curve.

Dans les années 1990, l'effet a semblé s'inverser dans bon nombre de pays occidentaux. Les causes de ces effets restent discutées : il s'agit probablement de causes multiples, certainement sociales ou éducatives.

Origines de l'expression[modifier | modifier le code]

Étudiant des résultats de tests de QI mesurés depuis plusieurs décennies, J.R. Flynn « constate que les résultats de ces individus à la version la plus récemment étalonnée sont systématiquement inférieurs à ceux qu'ils obtiennent à la version la plus ancienne. Comme le résultat à un test d'intelligence représente la position d'un individu au sein de la distribution de l'échantillon d'étalonnage de ce test, J.R Flynn en conclut que le niveau moyen de l'échantillon d'étalonnage s'est élevé lors de chaque ré-étalonnage d'un même test »[1],[2].

Neisser effectua une démarche similaire mais en étudiant plus les facteurs de développement et observa les mêmes résultats[3].

Dans leur ouvrage The Bell Curve, Richard Herrnstein et Charles Murray parlent d'effet Flynn pour décrire ce phénomène.

Description du phénomène[modifier | modifier le code]

Le test ayant vu son résultat le plus augmenter est celui des matrices progressives de Raven. Ce sont les Pays-Bas qui vont amener la plus grande[réf. nécessaire] source de données avec des tests de QI effectués par les appelés au service militaire. Ces tests vont démontrer une progression du QI au test de l'ordre de 21 points entre 1952 et 1982[3].

Teasdale et Owen ont déterminé lors d'une étude de 1987 sur les populations hispaniques que ce phénomène se marquait essentiellement sur les plus mauvais résultats, les transformant en résultats moyens[4]. Cependant, comme dans d'autres études, les améliorations ont essentiellement été observées sur les tests portant sur les matrices de Raven. Sur la plupart des tests, on observe une nette progression des tests. Deux larges groupes d'enfants hispaniques ont ainsi été testés sur une différence de 30 ans. La comparaison de QI a montré[5]  :

  1. le QI de compréhension avait augmenté de 9,7 points ;
  2. les gains se concentraient essentiellement pour la moitié inférieure de l'échantillon et de manière négligeable pour la moitié supérieure ;
  3. il existe une corrélation entre la proportion du gain et le QI de base, le gain étant quasi nul pour les hauts QI.

Ulric Neisser, qui fut à la tête de l'Association des Psychologues d'Amérique, réussit,à faire consensus sur ceci : il fut déterminé qu'un enfant de 1932 passant un test du niveau de 1997, s'il obtenait 100 en 1932 serait probablement considéré comme débile léger en passant le test de 1997[3]. Se basant sur les chiffres de Raven, Neisser estima que l'on pouvait l'extrapoler et que 21 à 35 points de progression pouvaient être démontrés entre 1952 et 1982.

Arthur Jensen critiqua la méthode en démontrant que le QI d'Aristote serait alors de -1000 même s'il obtenait un score 200 évalués de nos jours[réf. nécessaire].

William T. Dickens et James R. Flynn écrivent que les noirs américains gagnent 5 ou 6 points de QI par période sur les blancs non-hispaniques entre 1972 et 2002. Ce graphique montre des gains sur différents tests[6].

Stagnation et régression[modifier | modifier le code]

L'effet Flynn peut s'être arrêté dans certains pays industrialisés depuis le milieu des années 1990. Au Royaume-Uni, en ce qui concerne les adolescents, il pourrait même avoir stagné depuis les années 1980. Teasdale & Owen déclarent : « les analyses de tests d'intelligence de près de 500 000 jeunes Danois entre 1959 et 2004 montrent que l'augmentation a connu son apogée fin des années 1990 et aurait légèrement régressé jusqu'à un niveau d'avant 1991 ». Ils estiment qu'« un facteur lié à cette récente chute pourrait être un déclin simultané du nombre d'étudiants en avance de 3 ans pour les 16-18 ans »[7],[8].

En 2004, Jon Martin de l'Université d'Oslo et ses collègues ont publié un article décrivant les résultats aux tests de QI des conscrits norvégiens entre 1950 et 2002 démontrant que l'amélioration des scores en intelligence générale s'est arrêtée après le milieu des années 1990 mais a régressé légèrement dans nombres d'autres tests[8],[9].

Le Conservatoire national des arts et métiers s'est également fait écho d'un début d'inversion de l'effet Flynn en se basant sur des tests dans le canton de Vaud en Suisse en 1991 et 2002[10].

En 2015, Edward Dutton (université d'Oulu en Finlande) et Richard Lynn (université d'Ulster en Irlande du Nord) publient, dans la revue Intelligence, une étude selon laquelle il existerait une chute du QI moyen en France. Cette moyenne passerait de 101,1 en 1999 à 97,3 en 2009 soit une baisse de 3,8 points. Elle toucherait d'autres pays tels la Norvège, le Danemark, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la Suède ou encore l'Australie[11]. Les plus grandes baisses sont dans le domaine du vocabulaire, de la compréhension et de l'information.

Causes de l'effet Flynn[modifier | modifier le code]

Les essais d'explication incluent la nutrition, la diminution de la taille des familles, une meilleure éducation, l'égalité homme/femme, une plus grande complexité d'environnement ainsi qu'une forme d'eugénisme. Une autre proposition serait tout simplement que nous sommes de plus en plus familiarisés avec ces types de test[12].

Éducation[modifier | modifier le code]

Beaucoup d'études montrent que les enfants n'ayant pas une scolarité régulière ou pas de scolarité du tout obtiennent de moins bons résultats aux tests, même si les parties scolaires des tests sont celles dont les résultats stagnent le plus voire régressent. Dans les années 1960, aux États-Unis, certains comtés de Virginie ayant fermé leurs écoles afin de lutter contre la mixité ethnique, des écoles privées uniquement accessibles aux blancs avaient été créées (Mouvement des droits civiques aux États-Unis). Au total, il fut observé une chute de 6 points de QI par an chez les enfants afro-américains à niveau d'âge comparable. Le problème avec cette explication est qu'elle mélange des sujets à la fois plus récents et plus anciens. En effet, durant la ségrégation, les enfants noirs n'allaient pas dans les mêmes écoles que les enfants blancs et leur niveau n'était donc pas comparable, d'une part parce que le programme n'était pas suivi de la même manière et d'autre part parce que les enfants noirs étaient beaucoup plus perturbés par un climat de violence permanente. Cependant, ces influences semblent finalement avoir été nulles, seulement temporaires. Les aptitudes en mathématiques semblent ici avoir subi l'effet le plus important[13].

Une autre théorie affirme que beaucoup de parents s'investissent désormais dans le développement intellectuel de leurs enfants et les encouragent nettement plus que dans le passé (avant les guerres mondiales). Des programmes de développement précoce ont démontré des résultats mitigés. Certains programmes pré-scolaires (3-4 ans) tels Head Start n'ont pas produit de changement significatif sur les QI mais plus sur d'autres compétences. Le projet d'alphabétisation précoce, qui est un programme journalier fournissant une variété importante de stimulations environnementales dans la vie des enfants, a par contre démontré un gain de QI qui persistera durant toute la scolarité primaire. Cette intervention très intensive a permis un gain moyen de 5 points de QI mais tous ces types de projet n'ont pas rencontré autant de réussite. Bien des gains se sont avérés s'évaporer jusqu'à l'âge de 18 ans et certains autres projets, s'ils n'ont pas démontré de gains sur le QI, ont eu un résultat significatif sur des aptitudes cognitives[14].

Nutrition[modifier | modifier le code]

Les citoyens des pays industrialisés sont aujourd'hui nettement plus grands que leurs ancêtres, même sur un siècle. L'évolution de la taille est largement attribuable à une amélioration de la nutrition, le développement cérébral durant la grossesse, et ses répercussions sur l'enfance en seraient donc une conséquence logique. Le gain en taille est de près d'un centimètre par décennie avec un gain en volume cérébral appréciable, le problème de cette piste étant que les résultats de QI des personnes de petite taille et plus globalement des femmes ou des asiatiques ne montrent pas de baisse de QI significative à âges, scolarité et milieux comparés. Une étude de 2005 revient à nouveau sur le fait que les gains observés par nutrition ont essentiellement un effet sur les parties inférieures des échantillons où les carences alimentaires sont les plus sévères. Cependant l'interprétation de cet effet, largement validé, est délicate : les gains les plus importants sont observés pendant l'enfance, la population adulte étant peu concernée par ce bénéfice hormis les personnes souffrant de malnutrition qui développent des problèmes intellectuels liés à leur état général physique dégradé.

On a également observé une légère modification de la taille et de la forme de la boîte crânienne aux États-Unis ces 150 dernières années. Ces changements doivent avoir lieu durant les premières années de la vie pour avoir une influence[15].

Effet plafond[modifier | modifier le code]

Dickens et Flynn ont présenté en 2001 un modèle afin de résoudre une série de contradictions sur ces études. Ils parlent désormais d'effets bilatéraux avec des mesures d'héritabilité ayant des effets sur le génotype, qui vont influencer l'environnement général, qui va lui-même indirectement encore influencer le génotype et donc affecter le QI. Le QI crée le QI en quelque sorte. Cependant ce type d'effet de mise en résonance finit forcément par s'étouffer, tout en pouvant présenter une phase d'accélération fulgurante à certains moments. Ainsi l'effet se constate sur une certaine durée car les tests sont effectués sur 3 voire 4 générations coexistantes, avec chacune leurs expériences et leur niveau, l'emballement ayant lieu quand toutes les générations coexistantes bénéficient pleinement d'un gain positif. Cependant, inévitablement, quand toutes les conditions requises sont réunies sans que de nouvelles conditions apparaissent, le gain se stabilise voire régresse légèrement, faute de carburant[16],[17],[18].

Génétique[modifier | modifier le code]

Aptitudes spécifiques ou intelligence générale[modifier | modifier le code]

Des chercheurs tels le professeur J.P. Rushton[19] argumentent que l'effet Flynn ne traduit pas une modification de l'intelligence générale mais porte seulement sur quelques aptitudes. Cependant des études récentes confirment encore l'augmentation importante de l'intelligence générale de la population[20],[21].

Évolution des tests[modifier | modifier le code]

Des études croisées entre plusieurs groupes cibles, afin de calculer une possible variabilité, effectués avec des tests excluant les biais culturels, démontrent clairement un accroissement significatif que l'éveil d'un potentiel ne suffit pas à expliquer sur au moins 5 familles d'aptitudes mesurables. En d'autres termes, selon cette recherche, certains gains de QI entre générations sont attribuables à une modification du mode de fonctionnement ou à d'autres méthodes de mesure mais ne traduirait pas un gain d'intelligence générale[22].

Explications multiples[modifier | modifier le code]

En 2003, les conclusions d'une étude effectuée au Kenya entre 1984 et 1998 ont démontré que l'effet Flynn y était essentiellement lié à l'instruction des parents, la structure familiale ainsi que l'alimentation et la santé des enfants[23].

En 2006, une étude effectuée au Brésil sur la différence entre des données de 1930 et celles de 2002-2004 montre le plus grand écart jamais observé. Ces résultats corrèlent essentiellement la stimulation cognitive et l'hypothèse de l'amélioration de la nutrition[24].

En définitive, c'est la piste nexialiste qui pourrait bien résoudre l'hypothèse de l'effet Flynn. En effet, la pédagogie a largement démontré l'influence de tous ces facteurs mais les chercheurs travaillent souvent sur des secteurs trop réduits. Or ce phénomène est multidimensionnel. Donc, globalement, des femmes enceintes qui se nourrissent bien et ont des enfants volontairement, dans un milieu en paix et avec peu de violence mettront au monde des enfants plus sains et plus éveillés. Ces enfants, correctement nourris, ayant accès à de multiples expériences et suivant une bonne scolarité auront forcément un meilleur niveau. Il est logique également que l'amélioration substantielle du niveau intellectuel des femmes et l'égalité homme/femme donne dans un couple un meilleur niveau intellectuel mais aussi de meilleurs soins et choix pour les enfants. Cependant, l'atmosphère actuelle de pollution, divorce/séparation, guerre des sexes, virtualisation à outrance, stress, malbouffe, abandon moral, ... génère forcément des effets négatifs expliquant le plafonnement voire la régression de l'effet Flynn[réf. nécessaire].

Interprétations de l'arrêt ou régression de l'effet Flynn[modifier | modifier le code]

Plusieurs explications ont été avancées pour décrire le plafonnement ou la diminution de l'effet Flynn des années 1990. Certaines explications s'appuient sur des données statistiques, d'autres sont purement spéculatives. Ces interprétations peuvent avoir des motivations politiques. Il faut donc lire la littérature sur le sujet de manière prudente.

Plusieurs raisons pouvant expliquer ce déclin sont passées en revue (nutrition, modification de l'enseignement, diminution de la lecture...) sans conclusions avérées.

La question a été posé de l'influence que pourrait avoir « l'augmentation du nombre d'immigrants avec un quotient intellectuel inférieur à la population française » dans ces résultats. Des études ont montré que les immigrants en provenance de l'Afrique du Nord et Asie du Sud Ouest ont généralement un QI moyen d'environ 85 à 90. Ainsi, au Danemark, le QI des immigrants non-européens à 18-19 ans est de 86,3 en comparaison de 100 pour les Danois autochtones. Ces immigrants sont susceptibles d'avoir eu un certain impact sur la réduction du quotient intellectuel moyen des populations, mais, selon l'étude de Dutton et Lynn, « il est douteux que l'augmentation du nombre d'immigrants ayant un quotient intellectuel inférieur soit suffisamment grand pour avoir eu un effet majeur. » En effet, la Finlande observe également cette baisse avec un nombre négligeable d'immigrants non-européens. Le quatrième facteur qui aurait pu contribuer à la baisse de l'intelligence est la fertilité dysgénique, à savoir l'association négative entre l'intelligence et le nombre d'enfants[25]

Le scientifique et expert en psychométrie R. Lynn affirme que l'effet Flynn a masqué un effet dysgénique[26] dans la reproduction humaine au sein des nations industrialisées et que désormais le QI ne peut que continuer à descendre (idée servant de base au film Idiocracy). Il faut toutefois se garder de confondre effet de sélection (ou de non-sélection) - dont les résultats sont déjà visibles en quelques générations chez les mammifères - et effets sur le long terme : des modifications génétiques chez les organismes complexes demandent plutôt des siècles ou des millénaires[27],[28].

Une autre piste pour expliquer la régression de l'effet Flynn est de type méthodologique : les outils de mesure utilisés pour mesurer l'ampleur de cet effet doivent être des tests anciens afin de permettre une comparaison méthodologiquement correcte entre les anciennes générations et les nouvelles générations. Or ces tests peuvent devenir obsolètes, notamment sur les dimensions verbales du test de QI, et ainsi fausser l'interprétation faite à partir des différences observées entre les générations comparées.[29]Une méta-analyse de Trahan et al. (2014)[30] appuie partiellement cette hypothèse en montrant que l'effet Flynn observé était plus ample dans les études utilisant des tests modernes (en comparaison à des tests anciens). Selon ces auteurs, il faudrait donc nécessairement corriger cet effet inhérent au vieillissement de la mesure du QI pour évaluer convenablement l'effet Flynn observé dans les études. Notons que la méta-analyse précédemment citée met en évidence un ralentissement de l'effet Flynn et non une régression de celui-ci.[30]

Le chercheur Richard Gray mentionne également la culture de l'ordinateur diminuant la lecture de livres et une tendance à l'enseignement pour l'examen[31],[32].

Prédictions[modifier | modifier le code]

La théorie de Flynn prédit que l'augmentation des QI pourrait se poursuivre, dans les pays occidentaux, pour les immigrés récents ou les communautés mal intégrées (voir aussi hétérosis). Par exemple, William T. Dickens et James R. Flynn (commentant des résultats aux États-Unis) ont écrit dans leur article de 2006 "Les afro-américains réduisent leur retard de QI: des preuves par échantillons standardisés[6]" que les noirs américains continuent de gagner 5 à 6 points de QI par rapport aux blancs non-hispaniques entre 1972 et 2002. Ces gains sont d'ailleurs cette fois largement homogènes pour toutes les aptitudes.

Critiques du modèle[modifier | modifier le code]

J. Philippe Rushton et Arthur R. Jensen ont remis en cause les éléments de cette recherche et ont calculé un gain de nul à 3.44 points en réfutant l'exclusion de 4 tests indépendants de l'étude qui démontraient des gains nuls voire négatifs[33].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. J.Grégoire « Devenons-nous plus intelligents ? » Le journal des psychologues no 234, février 2008, p. 38-42.
  2. Flynn, J. R. (1984) « The mean IQ of Americans: Massive gains 1932 to 1978 » Psychological Bulletin no 95:29-51.
  3. a, b et c (en) Ulric Neisser, « Rising Scores on Intelligence Tests », American Scientist, no 85,‎ , p. 440-447 (ISSN 0003-0996, lire en ligne).
  4. (en) Teasdale, Thomas W., and David R. Owen. (1987) « National secular trends in intelligence and education: a twenty year cross-sectional study » Nature, 325, 119-21.
  5. (en) Raven, J. (2000) « The Raven's Progressive Matrices: Change and stability over culture and time » Cognitive Psychology, 41, 1-48.
  6. a et b Black Americans reduce the racial IQ gap: Evidence from standardization samples William T. Dickens and James R. Flynn. Oct. 2006.
  7. British teenagers have lower IQs than their counterparts did 30 years ago. The Telegraph. Feb 7, 2009.
  8. a et b (en) Teasdale TW & Owen DR, « A long-term rise and recent decline in intelligence test performance: The Flynn Effect in reverse », Personality and Individual Differences, vol. 39, no 4,‎ , p. 837–843 (DOI 10.1016/j.paid.2005.01.029).
  9. Sundet, J, « The end of the Flynn Effect. A study of secular trends in mean intelligence scores of Norwegian conscripts during half a century », Intelligence, vol. 32,‎ , p. 349 (DOI 10.1016/j.intell.2004.06.004).
  10. Jessica Nicollet, Caroline Julie Guillen, Anne-Christine Jouhar et Jerôme Rossier, « Performance aux tests d'intelligence : vers une inversion de l'effet Flynn ? », sur L’Orientation scolaire et professionnelle, (consulté le 6 décembre 2016).
  11. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées mon.
  12. (en) Mingroni, M.A., « The secular rise in IQ: Giving heterosis a closer look », Intelligence, vol. 32,‎ , p. 65–83 (DOI 10.1016/S0160-2896(03)00058-8).
  13. (en)[PDF]« Rising mean IQ: Cognitive demand of mathematics education for young children, population exposure to formal schooling, and the neurobiology of the prefrontal cortex » Clancy Blair, David Gamson, Steven Thorne, David Baker. Intelligence 33 (2005) 93-106.
  14. (en)Cathy Wylie, Edith Hodgen, Hilary Ferral, and Jean Thompson. New Zealand Council for educational research / Te Rûnanga O Aotearoa Mö Te Rangahau I Te Mätauranga, Wellington 2006.
  15. "Changes in vault dimensions must occur by early childhood because of the early development of the vault." Secular change in craniofacial morphology "During the 125 years under consideration, cranial vaults have become markedly higher, somewhat narrower, with narrower faces. The changes in cranial morphology are probably in large part due to changes in growth at the cranial base due to improved environmental conditions. The changes are likely a combination of phenotypic plasticity and genetic changes over this period." Cranial change in Americans: 1850-1975..
  16. William T. Dickens and James R. Flynn, Heritability Estimates Versus Large Environmental Effects:The IQ Paradox Resolved, Psychological Review 2001. Vol. 108, No. 2. 346-369.
  17. William T. Dickens and James R. Flynn, "The IQ Paradox: Still Resolved," Psychological Review 109, no. 4 (2002).
  18. The g factor by Arthur Jensen pg 336.
  19. (en) Rushton, J. P., « Secular Gains in IQ Not Related to the g Factor and Inbreeding Depression--Unlike Black-White Differences: A Reply to Flynn », Personality and Individual Difference, vol. 26,‎ , p. 381–389 (DOI 10.1016/S0191-8869(98)00148-2, lire en ligne [PDF]).
  20. (en) Te Nijenhuis J, De Jong M-J, Evers A, Van Der Flier H., « Are cognitive differences between immigrant and majority groups diminishing? », European Journal of Personality, vol. 18, no 5,‎ , p. 405–434 (DOI 10.1002/per.511).
  21. (en) Colom R & Garcia-Lopez O, « Secular Gains in Fluid Intelligence: Evidence from the Culture-Fair Intelligence Test », Journal of Biosocial Science, vol. 35,‎ , p. 33–39 (DOI 10.1017/S0021932003000336).
  22. (en) Wicherts, J.M., Dolan, C.V., Hessen, D.J., Oosterveld, P., Baal, G.C.M. van, Boomsma, D.I., & Span, M.M., « Are intelligence tests measurement invariant over time? Investigating the nature of the Flynn effect », Intelligence, vol. 32,‎ , p. 509–537 (DOI 10.1016/j.intell.2004.07.002, lire en ligne [PDF]) (links to PDF file).
  23. (en) Daley TC, Whaley SE, Sigman MD, Espinosa MP & Neumann C, « Iq on the rise: The Flynn Effect in Rural Kenyan Children », Psychological Science, vol. 14, no 3,‎ , p. 215–219 (DOI 10.1111/1467-9280.02434/abs/+Iq+on+the+rise:+The+Flynn+Effect+in+Rural+Kenyan+Children).
  24. (en) Colom R, Flores-Mendoza CE, & Abad FJ, « Generational changes on the draw-a-man test: a comparison of Brazilian urban and rural children tested in 1930, 2002 and 2004 », J Biosoc Sci, vol. 39, no 1,‎ , p. 79–89 (DOI 10.1017/S0021932005001173).
  25. (en) A negative Flynn Effect in France, 1999 to 2008–9, Edward Dutton et Richard Lynn, Intelligence, 51, juillet-aout 2015, p. 67–70.
  26. The Fall of Man: Richard Lynn’s Dysgenics par Richard Hoste.
  27. http://www.unige.ch/presse/Campus/campus95/dossier2.html.
  28. Atlas of Genetics and Cytogenetics in Oncology and Haematology.
  29. Mercedes D. Dickinson et Merrill Hiscock, « Age-related IQ decline is reduced markedly after adjustment for the Flynn effect », Journal of Clinical and Experimental Neuropsychology, vol. 32, no 8,‎ , p. 865–870 (ISSN 1744-411X, PMID 20349385, DOI 10.1080/13803391003596413, lire en ligne).
  30. a et b Lisa Trahan, Karla K. Stuebing, Merril K. Hiscock et Jack M. Fletcher, « The Flynn Effect: A Meta-analysis », Psychological bulletin, vol. 140, no 5,‎ , p. 1332–1360 (ISSN 0033-2909, PMID 24979188, PMCID PMC4152423, DOI 10.1037/a0037173, lire en ligne).
  31. (en) Richard Gray, « British teenagers have lower IQs than their counterparts did 30 years ago », The Telegraph, London,‎ (lire en ligne)
  32. (en) J. R. Flynn, « Requiem for nutrition as the cause of IQ gains: Raven's gains in Britain 1938–2008 », Economics & Human Biology, vol. 7,‎ , p. 18–27 (DOI 10.1016/j.ehb.2009.01.009)
  33. (en) Rushton JP, Jensen AR, « The Totality of Available Evidence Shows the Race IQ Gap Still Remains », Psychological Science, vol. 19, no 10,‎ , p. 921–922 (PMID 17100794, DOI 10.1111/j.1467-9280.2006.01803.x, lire en ligne [PDF]).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) John Horgan, in Get Smart, Take a Test, Scientific American, novembre, p. 12-13, 1995
  • (en) J. R. Flynn, The mean IQ of Americans: Massive gains 1932 to 1978, Psychological Bulletin, 95, pp. 29-51, 1984.
  • (en) J. R. Flynn, Massive IQ gains in 14 nations: What IQ tests really measure, Psychological Bulletin, 101, PP. 171-191, 1987.
  • (en) J. R. Flynn, What is Intelligence?: Beyond the Flynn Effect, Cambridge University Press, 2007.
  • (en) Ulric Neisser et al., The Rising Curve: Long-Term Gains in IQ and Related Measures, American Psychological Association (APA), 1998, (ISBN 1-55798-503-0).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]