Paralysie cérébrale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Introduction:

La paralysie cérébrale est un terme général désignant des « troubles permanents du développement du mouvement et de la posture, responsables de limitations d'activité, causés par des atteintes non progressives survenus lors du développement du cerveau chez le fœtus ou le nourrisson, au niveau du motoneurone supérieur. Les troubles moteurs de la paralysie cérébrale sont souvent accompagnés de troubles sensoriels, perceptifs, cognitifs, de la communication et du comportement, d'une épilepsie et de problèmes musculo-squelettiques secondaires. »[1]

La définition du terme de paralysie cérébrale a subi de nombreuses variations. En France c'est le terme d'infirmité motrice cérébrale (IMC) (troubles de l'apprentissage sans trouble de l'intelligence) qui est le plus répandu et qui est parfois utilisé à la place de paralysie cérébrale. Le terme de paralysie cérébrale est pourtant plus général car il regroupe les formes avec des atteintes intellectuelles. En France le terme d'infirmité motrice d'origine cérébrale (IMOC) (retard mental d'intensité légère ou moyenne) a également été proposé.

Épidémiologie: 1 naissance vivante/550. Avec 4 nouveaux cas chaque jour en France, la paralysie cérébrale est la cause la plus fréquente de handicap moteur de l'enfance. 30 % des nouveau-nés atteints seront nés prématurément. 1 enfant sur 4 ne peut pas parler, 1 sur 3 ne peut pas marcher, 1 sur 4 fait de l'épilepsie, 50 % en feront parmi ceux atteints d'hémiparésie, 1 sur 2 présente une déficience intellectuelle. 90 % des cas de paralysie cérébrale ont une cause pré-natale. Des causes péri-natales sont parfois présentes, comme lors de l'asphyxie péri-natale, causant souvent une quadriparésie spastique.

Le cerveau commande les diverses fonctions du corps. Chacune des zones du cerveau est responsable d'une fonction déterminée. Pour chaque personne touchée, la nature et l'importance des troubles dépend des zones du cerveau affectées, de l’étendue des lésions et du moment de survenue de ces lésions. Causes: Le plus souvent une diminution voire un arrêt de l'apport de sang ou d'oxygène dans certaines parties du cerveau ou hémorragie cérébrale.

1- Prénatal:

- Prématurité - Accident vasculaire cérébrale - malformation du système nerveux central - Infection ou intoxication maternelle (rubéole, toxoplasmose, cytomegalovirus, toxicomanie) - Déficit en Iode - Hyperthyroïdie - Saignements 3ème trimestre - Éclampsie sévère - Grossesse multiple - Chorioamnionite

2- Périnatal:

- Jaunisse - Trouble circulatoire du fœtus lié à une mauvaise position du cordon ombilical - Travail prolongé - Bradycardie - Hypoxie.

3- Postnatal: 0-2 ans

- Infection:( meningite, encéphalite,...) - Hypotension - Ictère - Hypoxie

- Symptômes:

Chaque personne touchée, suivant la localisation, l'étendue et la sévérité des lésions cérébrales va présenter des symptômes particuliers de handicap moteur ainsi que des handicaps associés. Les signes précurseurs de la paralysie cérébrale apparaissent généralement avant que l'enfant atteint ses 18 mois. Les conséquences les plus communes: - Des positions insolites, et l'utilisation préférentielle d'un des côtés du corps. - Difficulté au niveau des muscles volontaires - Une rigidité excessive ou manque exagéré de tonus. - Manque de coordination - Un strabisme convergent. - Un retard de croissance - Des tremblements - Des convulsions - Un assoupissement des sens ou une surdité apparente. - Difficulté de perception et de sensation - Fatigabilité élevée - Epilepsie - Problèmes vésico-sphinctériens - Problèmes d'apprentissage - Troubles respiratoires - Troubles psychologiques

- Formes cliniques:

Les formes cliniques dépendront des structures cérébrales touchées par la lésion. On distinguera ainsi: - Les formes spastiques: caractérisées par augmentation anormale de tonus d'un organe ou d'un muscle. - Les formes dyskinétiques: caractérisées par des mouvements involontaires incontrôlés. - Les formes ataxiques: caractérisées par un syndrome cérébelleux avec un défaut de coordination motrice volontaire. Ce trouble de la coordination entrave l'exécution du mouvement ou l'équilibre des contractions nécessaires au maintien postural. - Les formes mixtes: concernent les formes associant spasticité, dyskinésie ou ataxie.

- Classification Topologique:

La paralysie cérébrale entrave le fonctionnement moteur d'un ou plusieurs membres, supérieurs et/ou inférieurs. - La monoplégie: atteint un seul membre. - L'hémiplégie: Elle touche les 2 membres d'un même hemicorps - La paraplégie ou diplégie: atteinte des 2 membres inférieurs - La triplégie: atteinte de tout le corps prédominant au 2 membres inférieurs et 1 membre supérieur. - La tétraplégie ou quadriplégie: touche les quatre membres et tout le corps.

- Traitement:

La paralysie cérébrale ne se guérit pas. Cependant, il est possible de réduire certains effets et d'améliorer la situation de la personne. Le traitement de l'enfant paralysé cérébral doit tenir compte de la globalité de l'enfant. Le traitement a pour but de rendre la vie aussi normale que possible et de procurer une indépendance maximale aux personnes atteintes.

- Physiothérapie:

Les objectifs principaux de la physiothérapie sont d'améliorer: - Le Control postural - Les amplitudes articulaires - Le Control moteur - La force musculaire - L'endurance musculaire et cardio-vasculaire - La mobilité

- L'ergothérapie:

Regroupe un ensemble de méthodes d'évaluation et de traitement qui visent à: - Améliorer les capacités motrices fines - L'exécution des activités de la vie quotidienne, - L'autonomie, - Faciliter l'accès de l'enfant à son environnement.

- traitements médicamenteux:

- Baclofène - Benzodiazèpines - Tizadine - Dantrolène.

- Traitement neurochirurgicale:

- Rhizotomie postérieure sélective

- Traitement par injections:

- Neurolyse chimique (Toxine botulinique, Phenol 3-6%)

- Traitement chirurgical orthopédique:

- Ténotomies - Les allongements des tendons - Transferts musculo-tendineux - ostéotomies - Arthrodèses(membres inférieurs et rachis) - Epiphysiodèses.

- Appareillages Orthopédiques:

Les objectifs des appareillages sont principalement les suivants: - Corriger les déformations orthopédiques - prévenir des rétractions musculaires et capsulo-ligamentaires - Améliorer la mobilité articulaire. - Prévenir les difficultés à la respiration, à la déglutition et à la digestion. - Maintenir la capacité au mouvement. - Faciliter la mobilité, l'apprentissage, l'éveil et l'épanouissement de l'enfant. - Favoriser les déplacement:

        - Sécurité des déplacements/ diminution des chutes.
        - Economie énergétique
        - Amélioration de certains paramètres:
                       - Longueur du pas
                       - Régularité
                       - Vitesse.

Types d'appareillages:

1- Des orthèses de marche: Indications - Déficit des releveurs de pied (pied flasque) - Spasticité modérée du triceps sural. - Instabilité de la cheville dans le plan frontal. - Control du recurvatum en phase d'appui 2- Chaussures orthopédiques, semelles, coques 3 points. 3- Orthèses de membres supérieurs. 4- Orthèses de tronc 5- Orthèses de posture: orthèses de nuit cruropédieuses, tibiopédieuses, siège moulé, verticalisateur. 6- Aides techniques: pour faciliter la marche ou la préhension

                  - Fauteuil roulant
                  - Motilo
                  - Déambulateur

Conclusion:

- La compréhension de la globalité de la particularité de chaque patient permet l'appareillage un maximum adéquation avec les besoins et les attentes spécifiques de chacun d'entre eux.





Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rosenbaum P, Paneth N, Leviton A, Goldstein M, Bax M, Damiano D, Dan B, Jacobsson B. The Definition and Classification of Cerebral Palsy. Dev Med Child Neurol 2007; 49 : 1-44, doi: 10.1111/j.1469-8749.2007.00001.x

Liens externes[modifier | modifier le code]


Sur les autres projets Wikimedia :