Regard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Regard (homonymie).

Le regard désigne le mouvement ou la direction des yeux vers un objet ainsi que les yeux eux-mêmes.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Par ailleurs, c'est la capacité intellectuelle d'un individu à appréhender une situation.

Le regard est un support important de la communication entre individus y compris chez de nombreuses espèces animales.

Dans le domaine universitaire, le concept de regard, parfois noté avec une majuscule « Regard » renvoie à l'analyse d'inspiration post-moderne de la manière dont un individu ou un groupe d'individus (le « regardant ») perçoit et se représente son environnement et en particulier soi-même et les autres individus. Nombre de ces théories insistent sur la façon dont l'attitude du « regardant » ou même le seul fait d'être soumis au Regard peut modifier le « regardé ».

Le thème du regard en psychologie, sociologie et dans ce qui est désigné dans le milieu académique anglo-saxon comme les cultural studies fut popularisé après que la philosophie postmoderne et les théories sociales furent introduites dans les années 1960 par des intellectuels français tels Michel Foucault (le regard clinique) et Jacques Lacan.

Dans le champ social, le concept de regard joue un rôle important pour certaines théories qui en font un enjeu de pouvoir entre groupes sociaux. Ainsi selon certaines féministes, la manière dont les hommes regardent les femmes influence directement la manière dont les femmes se perçoivent elles-mêmes.

L'étude du regard sous l'angle de l'éthologie et de la psychologie expérimentale s'intéresse à la fois au geste moteur lui-même (les mouvements des yeux), à la façon dont on explore les scènes visuelle par le regard ainsi qu'à l'influence du regard sur le comportement d'autrui et dans la cognition sociale en général.


Le regard comme source d'information[modifier | modifier le code]

En programmation neurolinguistique (PNL), la direction de l'œil est associée à un type de pensée, on peut induire chez l'interlocuteur regardant certains états de pensée (souvenir, anticipation...).

Chez les paralysés, le regard est souvent le dernier moyen de communication.

Dans le domaine de l'intelligence artificielle ou de l'intelligence ambiante, via des détecteurs de mouvements des yeux on cherche à permettre à une personne, éventuellement handicapée, de commander un ordinateur, d'y écrire. En 2010 un prototype de voiture a été testé, uniquement conduit par le regard[1],[2].

Élément de communication non verbale[modifier | modifier le code]

Comme le dit la comptine : « Je te tiens, tu me tiens, par la barbichette… » Éviter un regard, détourner le regard, baisser les yeux, fixer quelqu'un, etc. sont chez l'Humain des éléments importants de la communication non verbale, dont le sens et l'importance ou la valeur de code de politesse, de communication, d'agressivité varient selon les époques et les cultures et le contexte.

Le regard chez les animaux[modifier | modifier le code]

Kijivu et Tatu.

Le regard est un des canaux de communication précoces entre mère et petit chez la plupart des mammifères primates.

Dans les arts plastiques[modifier | modifier le code]

Autoportrait dit Le Désespéré de Gustave Courbet.
Détail de L'Escamoteur de Jérôme Bosch figurant un personnage au regard scrutateur.

Dans les arts plastiques, sculpture, peinture, photographie, cinéma, etc., le regard est un élément important des portraits, autoportraits et gros plans du visage et de la représentation de relations entre différents personnages et/ou leur environnement.

Dans les religions[modifier | modifier le code]

Yeux au sommet d'un kumbum au Tibet.

Dans de nombreuses religions Dieu « voit » l'intérieur de l'Homme, apporte des visions, où le regard du priant sur le monde a une importance (yeux peints sur le sommet du Kumbum de Gyantsé, au Tibet). Un « troisième œil » représenterait selon les interprétations le regard intérieur, ou le chakra Ajna, ou encore la glande pinéale

Regard masculin (male gaze)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Regard masculin.

Philosophie[modifier | modifier le code]

Le regard chez Descartes[modifier | modifier le code]

Le regard chez Sartre[modifier | modifier le code]

Jean-Paul Sartre, dans L'Être et le néant, fait une analyse phénoménologique de la perception que nous avons du regard des autres sur nous

Psychanalyse[modifier | modifier le code]

Le regard chez Jacques Lacan[modifier | modifier le code]

Le regard chez Lacan est l'un des deux objets de désir avec la voix (les seins et les fesses étant les objets de la demande). C'est dans son séminaire sur les quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse dans la partie intitulée Du regard comme objet petit a, que Lacan développe cette question, en différenciant l'œil et le regard, la schize du sujet se trouvant entre ces deux termes. Ainsi pour l'auteur, dans le regard il n’y a pas que l’œil, mais l’ « intentionnalité totale ». Comme dans le stade du miroir, la dimension du regard est toujours composée de trois éléments, l’observateur, l’objet, un tiers.

Il différencie, pour ainsi dire, trois types de regards:

  • Le réel, qui est le plus proche de ce que Lacan appelle l'objet a, que l'on peut imaginer comme étant le regard de l'aveugle, celui qui ne se fixe pas.
  • L'imaginaire, qui est proprement celui du stade du miroir, et donc on a ici la dimension moïque au premier plan.
  • Le symbolique, c’est-à-dire la vision, composé du point aveugle masquant le regard réel. Du moi, on passe ici au je.

Le regard clinique chez Foucault[modifier | modifier le code]

  • Lire regard clinique (en). Le thème se rapporte à la césure de fait qu'il existe entre le regard exercé par un professionnel de santé sur son sujet d'étude, le patient... et celui du patient qui, comme de plus la situation peut être cruciale pour sa santé et son devenir, est d'autant plus dans l'émotionnel et la fibre humaine pour percevoir la crudité du rapport qui s'instaure dans cet échange visuel.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Paul Sartre, L’Être et le Néant. Essai d’ontologie phénoménologique (1943), Tel, Gallimard, 1976.
  • Carl Havelange, De l'oeil et du monde. Une histoire du regard au seuil de la modernité, Fayard, 1998.
  • Alexis Rosenbaum, Regards imaginaires. Essais préliminaires à une écologie visuelle, L'Harmattan, 2003.
  • Collectif, Le Sens du regard, Communications, numéro 75, 2004.
  • Daniel Marcelli, Les yeux dans les yeux. L'énigme du regard, Albin Michel, 2006.
  • Bruno Levy, « Des gens droits dans leurs regards », dans : Le portrait, Pearson Education France, 2010, p. 100-103.
  • Pascale Samson, « Le regard dans la communication », Le Guide des Relations, 26 avril 2011.
  • Sophie Flouquet, Paula Modersohn-Becker, l'intensité d'un regard, Beaux-Arts Magazine, 2016.
  • Charlotte Jansen, Girl on Girl. Art and Photography in the Age of Female Gaze, Laurence King Publishing, 2017.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bulletin BE Allemagne d'ADIT numéro 481 (5/05/2010) Ambassade de France en Allemagne / ADIT
  2. « Die Augen sagen alles - auch den Weg », Tagespiegel du 30 avril 2010.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]