John Bowlby

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bowlby.
John Bowlby
Defaut 2.svg
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activités

John Bowlby, né le à Londres et mort le (à 83 ans) sur l'île de Skye, en Écosse, est un psychiatre et psychanalyste britannique, célèbre pour ses travaux sur l'attachement, la relation mère-enfant. Pour lui, les besoins fondamentaux du nouveau-né se situent au niveau des contacts physiques. Le bébé a un besoin inné du sein, du contact somatique et psychique avec l'être humain.

Biographie[modifier | modifier le code]

La famille Bowlby appartenait à la classe aisée à Londres. Quatrième de six enfants, John a été élevé par une nourrice à la mode britannique de sa classe sociale. Il voyait sa mère seulement une heure chaque jour après le « teatime » (collation de 16 heures), sauf pendant l'été où elle était plus disponible. Comme beaucoup d'autres mères, elle considérait que l’attention et l'affection parentales étaient néfastes pour les enfants. Bowlby a eu la chance d’avoir la même nourrice pendant toute son enfance et il avait presque quatre ans quand elle quitta la famille. Plus tard, il devait décrire cette séparation comme aussi tragique que la perte d'une mère. À l'âge de sept ans, Il fut envoyé dans un internat. Il a considéré cette période comme une terrible épreuve.

Ces expériences dans l’enfance l’ont conduit à avoir une sensibilité particulière pour la douleur des enfants durant toute sa vie.

Il intègre la Tavistock Clinic en 1946 et, grâce à son expérience pendant la guerre, l’organisation mondiale de la santé le nomme responsable d’une étude sur les besoins des enfants orphelins ; de cette étude va naître un rapport qui va provoquer l’intérêt et la critique des psychiatres et des psychanalystes (1949)[1].

Théorie de l'attachement[modifier | modifier le code]

La théorie de l'attachement, développée par John Bowlby après les travaux de Winnicott, Harlow et Lorenz est un champ de la psychologie qui relate des relations entre êtres humains. Son principe est qu'un jeune enfant a besoin de développer une relation d'attachement avec au moins une personne qui prend soin de lui de façon cohérente et continue, pour connaître un développement social et émotionnel normal.

Les enfants en bas âge s'attachent aux adultes qui se montrent sensibles et attentionnés aux interactions sociale avec eux d'une façon stable au moins plusieurs mois durant la période qui va de l'âge de six mois environ jusqu'à deux ans. 

Vers la fin de cette période, les enfants commencent à utiliser les figures d'attachement (l'entourage familier) comme base de sécurité à partir de laquelle ils vont explorer le monde, et vers qui ils savent qu'ils peuvent retourner. 

Afin de formuler une théorie complète de la nature des premiers attachements, Bowlby a exploré un large ensemble de domaines incluant la théorie de l’évolution, les théories de la relations d’objet, l’analyse systémique, l’éthologie et la psychologie cognitive. 

Compétences innées[modifier | modifier le code]

À partir des travaux des éthologues Konrad Lorenz et du couple Harlow, Bowlby va dégager cinq compétences qu'il considère comme innées et qui permettent à l'enfant de s'attacher à sa mère :

  • la capacité de succion (téter)
  • la capacité à s'accrocher
  • la capacité à pleurer
  • la capacité à sourire
  • la capacité à suivre du regard.

Influence de l'éthologie[modifier | modifier le code]

Même s'il a suivi l'enseignement de Mélanie Klein, éminente psychanalyste anglaise et analysé par Joan Riviere on ne peut pas considérer la suite de son œuvre comme appartenant à la psychanalyse. Il est notamment enseigné en psychologie et en éthologie et en physiologie, par exemple lorsque l'on parle d'empreinte et d'attachement. Des travaux portant sur des canards par exemple, inspirés de Konrad Lorenz et Harry Harlow, ensuite appliqués aux êtres humains.

Postérité[modifier | modifier le code]

Les théories de Bowlby seront reprises et complétées par deux américaines du nom de Mary Ainsworth et de Mary Main.

Pour la traduction de ces idées en langue française, c'est Didier Anzieu qui rappelle dans un article publié en 1987 les principales contributions théoriques de cet auteur.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]