Muzoon Almellehan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Muzoon Almellehan
Muzoon Almellehan.jpg
Biographie
Naissance
Entre et Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Religion
Distinctions
100 Women ( et )Voir et modifier les données sur Wikidata

Muzoon Almellehan, née en 1998, est une activiste syrienne réfugiée au Royaume-Uni. Elle milite pour que les filles syriennes restent davantage à l'école, ce qui lui vaut d'être comparée à la jeune pakistanaise Malala Yousafzai[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Almellehan a pour parents Eman et Rakan Almellehan. Elle est élevée dans la ville syrienne de Daraa. Son père est instituteur. Elle a deux frères et une sœur, qui sont entre un et quatre ans plus jeunes qu’elle.

Pendant la guerre civile syrienne, leur ville est assiégée par le gouvernement puis est reprise par les forces islamistes. Sa famille déménage en Jordanie alors que les combats s'aggravent en 2013, et vit dans des camps de réfugiés pendant trois ans[2]. La famille Almellehan est forcée de changer plusieurs fois de camp, à Za'atari puis Azraq.

Sa famille reçoit des offres de déménagement au Canada et en Suède, mais le père d'Almellehan les décline pour des raisons logistiques. Il obtient finalement le déménagement de sa famille au Royaume-Uni, dans le cadre d'un plan annoncé en septembre 2015 par David Cameron qui prévoit l'accueil de 20 000 réfugiés syriens.

La famille s'installe à Newcastle deux mois et demi plus tard, étant parmi les premiers réfugiés syriens admis au Royaume-Uni. Les enfants Almellehan sont inscrits dans une école locale. Muzoon Almellehan est une des neuf enfants réfugiés accueillis à l'école de Kenton. Elle exprime son souhait de devenir journaliste.

En juin 2017, elle est nommée ambassadrice de l'UNICEF[3]

Activisme[modifier | modifier le code]

Almellehan s'engage à défendre l'éducation des filles quand elle apprend que la moitié des quarante filles de sa classe à Za'atari abandonnent l'école pour se marier. Le mariage des enfants, qui n'était pourtant pas particulièrement fréquent en Syrie, augmente de façon spectaculaire avec la guerre civile. Almellehan essaie de persuader les parents de laisser leurs enfants, en particulier les filles, dans les écoles de réfugiés plutôt que de les faire se marier tôt. Elle tente également de convaincre les enfants de rester à l'école.

Almellehan et Malala Yousafzai se rencontrent en 2014, alors que Yousafzai visite le camp de réfugiés où se trouve Almellehan. Almellehan est invitée à la cérémonie où Yousafzai reçoit le prix Nobel de la paix. L'activisme d'Almellehan attire une reconnaissance publique dans un certain nombre de pays, et lui vaut d'être qualifiée parfois de « Malala de la Syrie »[4],[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en-GB) Helen Pidd, « Muzoon Almellehan: the Syrian teenager who is the talk of the Tyne », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 20 décembre 2016)
  2. « La jeune réfugiée syrienne Muzoon Almellehan nommée ambassadrice de l'UNICEF, une première historique », UNICEF France,‎ (lire en ligne, consulté le 18 novembre 2018)
  3. La jeune réfugiée syrienne Muzoon Almellehan nommée ambassadrice de l'UNICEF, une première historique
  4. (en) Shay Maunz, « Meet the Malala of Syria », Glamour,‎ (lire en ligne, consulté le 20 décembre 2016)
  5. (en) Nina Strochlic, « Meet the Malala of Syria », sur The Daily Beast, (consulté le 20 décembre 2016)