Échec scolaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’échec scolaire peut désigner un retard dans la scolarité, sous toutes ses formes[1].

L'échec scolaire est l'un des motifs de consultation les plus fréquents en pédopsychiatrie[2]. L'échec scolaire peut être en relation avec des troubles tels que la dyslexie, les troubles de l'attention ou la précocité intellectuelle lorsqu'elle n'est pas correctement prise en charge. Le dépistage précoce de ces troubles est essentiel pour lutter contre l'échec scolaire. Les premiers signes peuvent apparaître dès les premières années de scolarité de l'enfant.

Quitter le système scolaire sans qualification ou diplôme peut être une des conséquences de l'échec scolaire. En France, 140 000 jeunes quittent le système éducatif sans diplôme équivalent au baccalauréat[3].


Historique du concept[modifier | modifier le code]

Le terme d'échec scolaire n'apparaît qu'en 1960, dans le fichier analytique de la Bibliothèque nationale[4]. Selon Viviane Isambert-Jamati, la notion d’échec scolaire correspond à l’"explosion scolaire" des années soixante : « Non seulement le retard, mais "l’échec" devient un "problème social", puisque le niveau d’études en question est devenu nécessaire pour participer normalement à la vie sociale, en particulier professionnelle[4]. »

Selon Francine Vaniscotte : « L’échec scolaire naît, en Europe, du heurt de logiques différentes : scolariser le plus grand nombre d’enfants, le plus longtemps possible ; satisfaire aux nécessités économiques ; sélectionner des élites[5]. »

On estime aujourd'hui que près de 16.8 % des enfants des pays développés redoublent au moins une année durant leur scolarité[6],[7].

Actuellement, le concept d'échec scolaire est bien plus répandu que par le passé : en effet, le taux élevé de chômage, en particulier depuis la crise économique de 2008, impacte plus durement les jeunes sortis du système scolaire sans diplôme, que lors de la période de plein emploi des Trente Glorieuses, qui permettait aux jeunes non diplômés de s’intégrer plus facilement dans le monde professionnel[8].

Ainsi, la France, durant les Trente Glorieuses, comme la majorité des pays de l'OCDE, connaît une forte croissance économique. Parallèlement, l’école connaît une forte augmentation des effectifs. La scolarité est en effet devenue obligatoire jusqu’à l’âge de 16 ans[9]. C'est dans ce contexte que la notion d’échec scolaire fait son apparition[10]. Ainsi Francine Best fait émerger le concept à la date de 1950[11].

Le concept d'échec scolaire s'emploie principalement pour les études primaires et secondaires[12].

Cependant, il commence à être utilisé récemment pour l'enseignement supérieur[13].

Définitions[modifier | modifier le code]

L'échec scolaire est une notion au croisement de plusieurs disciplines (sociologie, psychologie, pédagogie, etc.) et pôles d'intérêt (politique, économique, etc). L'échec scolaire change de définition selon les points de vue[14]. « Échec » est un terme qui peut recouvrir des sens et degrés différents, par exemple, une sortie du système éducatif sans diplôme ou une mauvaise place au concours de l'internat de médecine.

Un élève en échec scolaire est une personne qui ne pourra potentiellement pas assurer son avenir, ni celui de ses proches (solidarité intergénérationnelle, éducation, etc.) ou encore assurer des revenus financiers à l'État (ratio aides perçues / prélèvements obligatoires). D'un point de vue économique, l'éducation est un investissement et l'échec scolaire est une perte économique tant au niveau de la perte de revenus que de la consommation (matériels, culturels, etc.).

Socialement, un élève en échec scolaire est une personne qui n'aura potentiellement pas les moyens d'évoluer d'un milieu social à un autre ou plus généralement d'une culture à une autre. De fait, l'échec peut apparaître lié à une notion de déterminisme social[14]. On parle parfois de l'école comme un ascenseur social. L'échec scolaire, d'un point de vue sociétal, peut avoir une importance sur l'évolution des catégories socio-professionnelles d'une génération à une autre[15].

D'un point de vue humain et dans le cadre familial, l'échec scolaire est souvent un échec personnel pour l'élève. Il peut causer des difficultés dans la construction de soi, la réalisation personnelle voire la structuration familiale. L'échec peut être difficile à vivre en tant que tel, et s'il se prolonge, il augure une vie professionnelle moins valorisante et une place sociale déconsidérée. Cet échec peut être partagé par les proches. Au sein de la famille, c'est une source d'angoisse. D'un point de vue humain, l'échec scolaire est lié au décalage entre l'ambition et la réalisation de l'élève.

L'échec scolaire peut s’appréhender de différentes manières suivant les points de vue adoptés et d'autres critères. Il est important de poser clairement les tenants et les aboutissants de cette notion. On peut distinguer l'échec de l'élève de l'échec de l’enseignement[14], l'échec de l'école[14], l'échec de la famille, l'échec de la politique d'éducation[14] et enfin l'échec personnel.

L'échec scolaire peut également être défini comme l'échec du système scolaire à fournir des services menant à la réussite de l'apprentissage des élèves[16].

Les coûts sociaux et économiques de l'échec scolaire sont extrêmement élevés et prennent de nombreuses formes différentes : augmentation de la criminalité, baisse des taux de croissance économique, effets intergénérationnels sur les enfants et les parents, augmentation des dépenses de santé publique, chômage élevé, cohésion sociale dégradée[16].


Chaque thème peut s'analyser de plusieurs points de vue (politique, économique, social, psychologique, etc.). L'évaluation d'échec scolaire d'un élève cristallise souvent une tension entre le corps enseignant et les élèves. En effet, cette évaluation qui statue sur les performances des élèves est souvent mise en place par l'enseignant qui se trouve alors être juge et partie.

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Pour conclure à des difficultés ou un échec scolaire, l'école joue un rôle essentiel :

  • Repérer, détecter et prévenir : suite aux observations réalisées par les enseignants et les parents, un dialogue doit s'instaurer entre ces deux partenaires pour réaliser un dépistage efficace. C'est le professionnel qui pose le diagnostic sur les éventuelles spécificités de l'élève.
  • Comprendre et aider : l'enseignant doit savoir dissocier les tâches pour que l'élève qui se trouve en difficultés puisse mieux s'y retrouver.
  • Adapter : Orientation adaptée pour le futur parcours scolaire et professionnel de l'enfant. La mise en place d'ordinateur dans le sein de la classe est essentiel pour ces élèves afin d'avoir plus d'autonomie.

Débats[modifier | modifier le code]

Les causes de l'échec scolaire sont multiples et font l'objet de nombreux débats.

La médicalisation de l'échec scolaire a notamment été contestée[17],[18].

Par ailleurs des études sociologiques évoquent l'histoire d'un problème public[19].

La pratique du redoublement préconisée par certains pour lutter contre l'échec scolaire n'est pas recommandée par d'autres[20], ce qui entraîne des choix politiques différents selon l'une ou l'autre position.

Facteurs et causes[modifier | modifier le code]

Pathologies médicales, psychopathologies ou troubles du développement[modifier | modifier le code]

Les troubles spécifiques des apprentissages peuvent être une des diverses causes de l'échec scolaire[21] puisque cela amène l'enfant à subir des échecs répétitifs. Ces difficultés peuvent être persistantes ou ponctuelles, momentanées ou passagères.

Les troubles d'apprentissage : absence de troubles associés (trouble sensoriels) ou déficience intellectuelle sont notamment :

  • la dyslexie : trouble spécifique durable d'analyse et de reconnaissance des mots écrits ce qui entraîne une difficulté d'apprentissage de la lecture et de l'orthographe
  • la dysphasie : trouble spécifique grave du langage oral
  • la dyscalculie : trouble spécifique qui affecte les activités logico-mathématiques
  • la dysgraphie : trouble persistant dans la réalisation des gestes graphiques
  • la dyspraxie : trouble de l'exécution des gestes (habillage, dessin...)

Par ailleurs, les TDA/H ; les TED (troubles envahissants du développement) qui regroupent les troubles sévères du développement de l'enfant, par exemple : l'autisme ; les TFC (troubles des fonctions cognitives) : ensemble des symptômes incluant les troubles de la mémoire, de la perception et des difficultés à résoudre des problèmes ; les surdoués ou précoces ; les troubles de l'anxiété, les phobies[22] ; les troubles sensoriels : auditifs, visuels[22] ; les troubles moteurs ; les maladies chroniques par exemple : la dépression[23] ; ainsi que les troubles du sommeil[24] contribuent également à l'échec scolaire.

Causes culturelles ou socio-économiques[modifier | modifier le code]

En France, l'échec est inégalement réparti dans les classes sociales : les élèves de milieux défavorisés rencontrent plus de difficultés dans leur scolarité[25]. Ces élèves redoublent plus souvent et quittent parfois l'école sans diplôme (brevet ou baccalauréat).

Différentes études montrent que les enfants d'ouvriers non qualifiés présentent deux fois plus de risques que les enfants d'employés de quitter l'école sans qualification[26]. Un tiers des enfants de parents inactifs sortent du système scolaire sans qualification[26] et 2/3 des enfants quittant l'école sans qualification ont pour parents des ouvriers, des personnels de service ou des personnes inactives[26]. 84% de ces enfants appartiennent à des familles où ni le père, ni la mère n'ont de diplôme plus élevé que le CAP ou le brevet des collèges[26].

Dans la plupart des pays de l'OCDE, les élèves issus de l'immigration ont tendance à avoir des résultats scolaires plus faibles que les élèves autochtones[27]. Néanmoins, il existe de grandes disparités entre les communautés d'origine. Ainsi, en France, les enfants issus de l'immigration maghrébine réussissent statistiquement nettement moins bien que la moyenne, les garçons ayant de beaucoup plus mauvais résultats que les filles[28]. Inversement pour les Asiatiques originaires du Viêt Nam qui, selon Jean-Paul Brighelli, « réussissent souvent brillamment »[28].

Dans les pays arabes en développement rapide, les élèves vivant dans une famille monoparentale sont plus susceptibles d'être en échec scolaire[22].

Différences entre filles et garçons[modifier | modifier le code]

Le temps passé à regarder la télévision, jouer à des jeux vidéo et à surfer sur Internet est inversement proportionnel aux bonnes performances scolaires. D'après une étude réalisée en Californie, 43,8% des élèves qui rencontrent des difficultés à l'école passent la majeure partie de leur temps libre à s'adonner à de telles activités[6]. Ce facteur pourrait expliquer que l'échec scolaire est plus important chez les garçons, comme le montre les chiffres pour la France donnés par Jean-Louis Auduc : trois-quarts des élèves de SEGPA sont des garçons, les classes relais sont composées de 80 % de garçons, la réussite au baccalauréat est de 57 % pour les garçons contre 71 % pour les filles, l'obtention d'un diplôme supérieur (Bac + 2) est de 37 % pour les garçons, 50,2 % pour les filles[29].

Le pédopsychiatre Stéphane Clerget avance d'autres facteurs : mixité qui a renforcé les stéréotypes masculins chez les garçons d'origine populaire qui les desservent socialement, absence de père qui s'occupe moins de leurs devoirs, féminisation du corps enseignant qui privilégie les activités « plus calmes » de type lecture et écriture pour les filles, et note plus sévèrement des mauvaises copies lorsqu'il sait qu’elles sont l’œuvre de garçons[30]. Une autre explication donnée est que les garçons sont davantage dispensés des tâches ménagères domestiques, ce qui inciterait les filles à voir l'école comme un milieu de valorisation alors que les garçons la perçoivent comme un lieu de contrainte[31].

Facteurs alimentaires[modifier | modifier le code]

Une étude met en exergue d'une part qu'une alimentation insuffisante, notamment au petit déjeuner, et d'autre part qu'une anémie consécutive à une carence en fer, ont un impact négatif sur les résultats scolaires des enfants. En effet, des suppléments en fer améliorent les performances, de même que les programmes de petits déjeuners scolaires mis en place aux États-Unis[32],[33]. L'obésité est associée à un risque accru de mauvais résultats scolaires[34].

Causes psychoaffectives[modifier | modifier le code]

L'environnement affectif peut jouer un rôle très important. Des événements familiaux comme le divorce des parents ou le décès d'un membre de la famille peuvent affecter les résultats scolaires de l'élève[22].

Le désintérêt des parents pour la scolarité de leur enfant est un facteur très important dans l'apparition de difficultés scolaires[22].

Le style parental démocratique est lié à un taux d'échec scolaire moindre que les autres styles parentaux[35].

Par ailleurs, selon la théorie psychanalytique, l'échec scolaire constituerait un symptôme porteur d'un message à décrypter[36].

Choix politiques[modifier | modifier le code]

En France, la volonté des gouvernements de favoriser l’enseignement supérieur a entraîné une dévalorisation des formations professionnelles en France[37] et un abaissement du niveau du baccalauréat[38]. Si bien qu'en 2014, 19% des bacheliers ayant été à tort orienté vers l’université échouent et se retrouvent sans diplôme[39].

Conséquences psychologiques[modifier | modifier le code]

L'échec scolaire retentit sur l'équilibre de l'enfant, il peut entraîner une dépression avec une impuissance à exister dans l'environnement familial et une impossibilité à affronter les exigences de la vie sociale et scolaire ou à supporter les frustrations, peu de participation dans la vie quotidienne. L'enfant est décrit comme passif, inquiet, sujet aux troubles du sommeil. L'estime de soi est bouleversée avec une image de soi négative et une diminution de l'estime de soi pouvant amener à une exclusion sociale. Enfin le stress ou l'anxiété : se caractérise par divers troubles et manifestations psychosomatiques (mal de ventre, vomissement, bégaiement, fatigue...)

Prise en charge[modifier | modifier le code]

Les difficultés scolaires pouvant avoir des origines très diverses, de nombreux professionnels du monde médical, paramédical ou autre peuvent être amenés à travailler auprès des élèves pour les aider, notamment : le pédiatre qui surveille le développement psychomoteur, le comportement et rencontre régulièrement l'enfant et sa famille. Il a une place indispensable pour détecter d’éventuels troubles du développement, des apprentissages ou psychoaffectifs ; le neuropédiatre : consulté lors d'une suspicion de retard mental ou neurologique ; le pédopsychiatre qui examine la vie de l'enfant en échec et les principales étapes de son développement (affectif, comportemental et cognitif) ; le médecin scolaire qui identifie les élèves en difficultés ; l'orthophoniste : spécialiste du langage et de ses troubles, il a un rôle essentiel de prévention, de dépistage et de rééducation de toutes les pathologies du langage ; le psychologue qui intervient dans diverses situations selon différents statuts : psychologue clinicien, psychothérapeute, neuropsychologue, psychologue scolaire ; enfin l'enseignant spécialisé : il assure ses fonctions auprès des élèves qui ont besoin d'une pédagogie adaptée à leurs difficultés.

Lutte contre l'échec scolaire[modifier | modifier le code]

Il existe différentes approches de lutte contre l'échec scolaire. En Europe, des systèmes de coaching scolaire et de cours particuliers sont mis en place pour aider les élèves en difficulté[40]. Plus vite l'échec scolaire est dépisté par des professionnels, mieux l'enfant va pouvoir être accompagné et aidé.

En France, certains auteurs préconisent qu'avant toute décision de redoublement, un bilan pluridisciplinaire pédagogique, et si nécessaire médical et neuropsychologique, puisse être établi ; de même, une aide personnalisée doit être proposée à tout élève en difficulté[41]. Ils ajoutent qu'il faut cesser de considérer l'échec scolaire comme une faute morale. Ils proposent un ensemble de recommandations :

  1. Instaurer dans chacun des IUFM un module d'enseignement général pluridisciplinaire sur l'échec scolaire intégrant la sociologie mais aussi la psychologie, la neuropsychologie et la psychiatrie
  2. S'inspirer du modèle canadien ou belge de l'orthopédagogie
  3. Rompre avec l'élitisme et le monolithisme de l'éducation nationale
  4. Donner à la médecine scolaire et à la médecine générale un rôle de premier plan dans la prévention de l'échec scolaire
  5. Cesser de jeter un voile pudique sur la compétence pédagogique
  6. Rompre avec le monoïdéisme du "tout familial"
  7. Lutter contre la violence scolaire en améliorant la surveillance et la protection des enfants
  8. Ne plus soumettre financièrement les ZEP à la portion symbolique
  9. Lutter contre la (grande) pauvreté[41]

En France[modifier | modifier le code]

Le ministère de l’Éducation nationale propose de consacrer une semaine par an à la persévérance scolaire[42]. Le ministère souligne également l'importance d'un suivi plus soutenu des élèves en difficultés et l’adaptation des travaux à leurs difficultés. A ce titre, des plans d'accompagnement sont mis en place.

PPRE : programme personnalisé de réussite éducatif[modifier | modifier le code]

En France le PPRE, programme personnalisé de réussite éducatif, est élaboré et rédigé par l’enseignant pour des élèves éprouvant des difficultés d’apprentissages ciblées qui pourraient l’empêcher de maitriser le socle commun. Il est effectué sur le temps de cours sans changement d’emploi du temps, ce qui est un avantage pour l’élève mais qui demande une certaine adaptation à l’équipe enseignante. Le PPRE peut concerner aussi bien un enfant du premier que du second degré[43].

PAP : plan d’accompagnement personnalisé[modifier | modifier le code]

En France le PAP, plan d’accompagnement personnalisé, est un programme concernant les élèves ayant des difficultés scolaires durables dont l’origine serait un ou plusieurs troubles des apprentissages[44]. À tout moment de la scolarité de l’enfant, le conseil d’enseignants peut décider la mise en place de ce programme où des aménagements seront réalisés pour un meilleur parcours scolaire répondant aux objectifs fixés. Cela vise l’autonomie de l’élève par un suivi continu qui peut le suivre sur plusieurs années.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « échec scolaire », sur www.larousse.fr (consulté le 19 mai 2016)
  2. « Echec scolaire : Définition de Echec scolaire », Psychologies.com,‎ (lire en ligne)
  3. « Mobilisation contre le décrochage scolaire : bilan de l'action entreprise sur l'année 2013 et perspectives pour l'année 2014 », sur Ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (consulté le 20 mai 2016)
  4. a et b « L’ECHEC SCOLAIRE : est-ce l’échec de l’élève ou de l’école ? – Francis DANVERS », PRISME,‎ (lire en ligne)
  5. « Echec scolaire | Citoyen de demain », sur www.citoyendedemain.net, (consulté le 17 juillet 2017)
  6. a et b Robert S. Byrd, « School failure: assessment, intervention, and prevention in primary pediatric care », Pediatrics in Review / American Academy of Pediatrics, vol. 26,‎ , p. 233–243 (ISSN 1526-3347, PMID 15994993, lire en ligne)
  7. Kimberly L. Henry, « Who's skipping school: characteristics of truants in 8th and 10th grade », The Journal of School Health, vol. 77,‎ , p. 29–35 (ISSN 0022-4391, PMID 17212757, DOI 10.1111/j.1746-1561.2007.00159.x, lire en ligne)
  8. « Wikiwix's cache », sur archive.wikiwix.com (consulté le 17 juillet 2017)
  9. « INA - Jalons - L'allongement de la scolarité jusqu'à 16 ans - Ina.fr », sur INA - Jalons (consulté le 17 juillet 2017)
  10. « L’échec scolaire n’est pas une fatalité | La Jaune et la Rouge », sur www.lajauneetlarouge.com (consulté le 17 juillet 2017)
  11. Platone François, « Best Francine (1997). - L'échec scolaire. », Revue française de pédagogie, vol. 124, no 1,‎ (lire en ligne)
  12. « http://www.education.gouv.fr/archives/2012/refondonslecole/wp-content/uploads/2012/07/rapport_hcee_n_13_le_traitement_de_la_grande_difficulte_scolaire_au_college_et_a_la_fin_de_la_scolarite_obligatoire_novembre_2004.pdf »
  13. « Universités : le gouvernement s’attelle au chantier de la réforme d’APB », lesechos.fr,‎ (lire en ligne)
  14. a, b, c, d et e Bernard Desclaux, « B., Rayon. L’échec scolaire. Histoire d’un problème public. », L'orientation scolaire et professionnelle, no 30/4,‎ (ISSN 0249-6739, lire en ligne)
  15. Forquin Jean-Claude, « Boudon (Raymond). — L'inégalité des chances. La mobilité sociale dans les sociétés industrielles », Revue française de pédagogie, vol. 32, no 1,‎ (lire en ligne)
  16. a et b (en) Psacharopoulos, G., The Costs of School Failure, A Feasibility Study, Rapport analytique préparé pour la Commission européenne,
  17. Patrice Pinell et Markos Zafiropoulos, « La médicalisation de l'échec scolaire », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 24, no 1,‎ , p. 23–49 (DOI 10.3406/arss.1978.2614, lire en ligne)
  18. Marianne Woollven, « MOREL Stanislas. La médicalisation de l’échec scolaire », Revue française de pédagogie, no 188,‎ , p. 119–121 (ISSN 0556-7807, lire en ligne)
  19. Dominique Dessertine, « Bertrand Ravon L'« échec scolaire ». Histoire d'un problème public », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière ». Le Temps de l'histoire, no Numéro 6,‎ , p. 308–310 (ISSN 1287-2431, lire en ligne)
  20. « http://www.cairn.info/peut-on-lutter-contre-l-echec-scolaire--9782804154158.htm »
  21. « documents/dpse/adaptation_serv_compl »
  22. a, b, c, d et e Madeeha Kamal et Abdulbari Bener, « Factors contributing to school failure among school children in very fast developing Arabian Society », Oman Medical Journal, vol. 24,‎ , p. 212–217 (ISSN 1999-768X, PMID 22224188, PMCID 3251187, DOI 10.5001/omj.2009.42, lire en ligne)
  23. Howard Taras et William Potts-Datema, « Chronic health conditions and student performance at school », The Journal of School Health, vol. 75,‎ , p. 255–266 (ISSN 0022-4391, PMID 16102088, DOI 10.1111/j.1746-1561.2005.00034.x, lire en ligne)
  24. Howard Taras et William Potts-Datema, « Sleep and student performance at school », The Journal of School Health, vol. 75,‎ , p. 248–254 (ISSN 0022-4391, PMID 16102087, DOI 10.1111/j.1746-1561.2005.00033.x, lire en ligne)
  25. « Le retard scolaire à l’entrée en 6e : plus fréquent dans les territoires les plus défavorisés | Insee », sur www.insee.fr (consulté le 4 janvier 2017)
  26. a, b, c et d Jean-Paul Caille, « Qui sort sans qualification du système éducatif ? », Éducation & Formations, no 57,‎ (lire en ligne)
  27. (en) OECD, PISA 2006: Science Competencies for Tomorrow’s World, Paris, OECD,
  28. a et b Brighelli - Pour en finir avec la culture de l'excuse, Jean-Paul Brighelli, lepoint.fr, 3/08/2016
  29. Jean-Louis Auduc, Les valeurs de la République aux concours, Hachette Éducation, , p. 109-110
  30. Stéphane Clerget, Nos garçons en danger !, Flammarion, , 272 p.
  31. Jean-Louis Auduc, Le système éducatif français aujourd'hui. De la maternelle à la Terminale - Un état des lieux, Hachette Éducation, , p. 71
  32. Howard Taras, « Nutrition and student performance at school », The Journal of School Health, vol. 75,‎ , p. 199–213 (ISSN 0022-4391, PMID 16014126, DOI 10.1111/j.1746-1561.2005.00025.x, lire en ligne)
  33. (en) Alan F. Meyers, « School Breakfast Program and School Performance », Archives of Pediatrics & Adolescent Medicine, vol. 143, no 10,‎ (ISSN 0002-922X, DOI 10.1001/archpedi.1989.02150220142035, lire en ligne)
  34. (en) « Obesity linked to poor academic performance », Telegraph.co.uk,‎ (lire en ligne)
  35. (en) « Parenting styles: A guide for the science-minded », sur www.parentingscience.com (consulté le 13 juillet 2017)
  36. « A.L.I. : Champs spécialisés / Théorie psychanalytique / Clinique de l'échec scolaire », sur freud-lacan.com (consulté le 20 juillet 2017)
  37. Rodrigo Castañeda Valle, Simon Normandeau et Gara Rojas González, Regards sur l'éducation : Rapport intermédiaire, OCDE, (lire en ligne)
  38. Emmanuel Davidenkoff, « 80% au niveau du bac: mort d'un slogan. », sur Libération.fr, (consulté le 20 mai 2016) : « loi d'orientation du ministre Jospin […] le slogan est mémorisé sous la forme « 80% de bacheliers » et non « 80% au niveau du baccalauréat » »
  39. « Décrochage à l’université: 19% des bacheliers sortent sans diplôme », sur Le Figaro Etudiant (consulté le 20 mai 2016)
  40. Geneviève Bergonnier-Dupuy, Hélène Join Lambert et Paul Durning, Traité d'éducation familiale, Dunod, (ISBN 9782100600922, lire en ligne)
  41. a et b Gabriel Wahl et Claude Madelin-Mitjaville, Comprendre et prévenir les échecs scolaires, Odile Jacob, (ISBN 9782738119919, lire en ligne)
  42. Ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, « La lutte contre le décrochage scolaire », Ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche,‎ (lire en ligne)
  43. « eduscol - PPRE », sur eduscol.education.fr
  44. « eduscol - PAP », sur eduscol.education.fr

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Exclusion et pauvreté en milieu scolaire, rapport de l'IGEN
  • Échec scolaire : nouvelles perspectives systémiques, collectif
  • Francine Best, L'échec scolaire, PUF, 1997, (Que sais-je?).
  • La Politique ZEP, édition CNDP
  • La Dimension économique de l'éducation, Revue pédagogique internationale
  • Jacques Bert, L'Échec scolaire chez les enfants dits surdoués
  • Daniel Calin, Les réactions psychiques à l’échec scolaire
  • Jean-François Michel, Les 7 profils d'apprentissage, éd. d'Organisation, Paris, 2006 (ISBN 2-7081-3423-X)
  • Régine Sirota, L'École primaire au quotidien, 1988, PUF
  • Rébecca Duvillé, Apprivoiser l'école, L'échec scolaire en question, Hachette, Marabout, Paris, 2009
  • Hervé Glasel, Une école sans échec, L'enfant en difficulté et les sciences cognitives, Odile Jacob, Paris, 2013
  • Gabriel Wahl, Claude Madelin-Mitjavile , Comprendre et prévenir les échecs scolaires, Éditions Odile Jacob, Paris , 2007.
  • Gabriel Wahl, Les enfants hyperactifs, Collection Que sais-je ?, Presses universitaires de France, Paris, 2012.

Quelques travaux sociologiques:

  • Parice Pinell, Markos Zafiropoulos, Un siècle d'échecs scolaires (1882-1982), Paris, Les éditions Ouvrières, 1983.
  • Éric Plaisance (dir.), L'échec scolaire, nouveaux débats, nouvelles approches sociologiques, Paris, CNRS, 1985.
  • Bernard Lahire, Culture écrite et inégalités scolaires. L'"échec scolaire" à l'école primaire, Lyon, PUL, 1993.
  • Francine Vaniscotte, L’échec scolaire en Europe, in Échec et réussite scolaires, CNDP, 1996
  • Bertrand Ravon, L'"échec scolaire". Histoire d'un problème public, Paris, In Press, 2000 (ISBN 2-912404-40-1).
  • Stéphane Bonnéry, Comprendre l'échec scolaire. Élèves en difficultés et dispositifs pédagogiques, Paris, La Dispute, 2007.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]