Cette page est proposée comme article de qualité. Cliquez pour voter.

Concours Eurovision de la chanson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le concours. Pour le réseau de diffusion européen, voir Eurovision (réseau). Pour les autres significations, voir Eurovision.
Concours Eurovision de la chanson
Image illustrative de l'article Concours Eurovision de la chanson
Généralités
Organisateur L'Union européenne de radio-télévision, en collaboration avec un diffuseur hôte
Création 1956
Édition 62 (en 2017)
Périodicité Annuelle (mai)
Localisation Europe
Nombre de participants 42 (en 2017)
Palmarès
Champion en titre Portugal, avec Amar pelos dois par Salvador Sobral
Plus titré Johnny Logan pour l'Irlande, avec 2 victoires (en 1980 et 1987)
Chronologie
Pour la compétition à venir, voir :
Concours Eurovision de la chanson 2018
Pour la dernière compétition, voir :
Concours Eurovision de la chanson 2017

Le Concours Eurovision de la chanson est un événement annuel organisé par l'Union européenne de radio-télévision, l'UER. Il réunit les membres de l'Union dans le cadre d'une compétition musicale, diffusée en direct et en simultané par tous les diffuseurs participants. Il est retransmis à la télévision (par câble et satellite), la radio et sur Internet. Appelé plus communément Eurovision, d'après le réseau télévisé du même nom, il a été inventé par le directeur général de la télévision publique suisse, Marcel Bezençon, sur le modèle du Festival de Sanremo, créé peu de temps auparavant. Sa toute première édition a eu lieu le , à Lugano, en Suisse. Sept pays fondateurs ont concouru alors pour la victoire. Depuis, le Concours s'est tenu chaque année, sans aucune interruption. Le nombre de pays participants n'a cessé d'augmenter, passant de sept à une quarantaine au XXIe siècle. À travers les décennies, le Concours a évolué, s'est adapté et réinventé, accompagnant les développements technologiques et musicaux, mais aussi historiques et politiques.

L'Eurovision possède certains attributs symboliques qui ont pérennisé son ancrage dans les mémoires, comme son thème d'ouverture, le prélude orchestral du Te Deum de Marc-Antoine Charpentier. De même, sa procédure de vote, souvent perçue comme sa séquence la plus importante, se déroule selon un schéma récurrent et des règles bien précises. Elle est devenue un véritable rituel annuel.

L'Eurovision est ouvert aux seuls membres actifs de l'UER. Ces membres sont des diffuseurs soit de pays situés dans la Zone européenne de radiodiffusion soit des diffuseurs de pays situés en-dehors de cette zone mais membres du Conseil de l'Europe. Tous doivent être membres de l'Union internationale des télécommunications. Cela inclut donc des pays situés en Europe, en Asie et en Afrique. Le Concours est aussi retransmis en direct sur les autres continents, notamment en Afrique du Sud, en Australie, au Canada, en Corée du Sud, aux États-Unis, en Nouvelle-Zélande et en Chine.

L'Eurovision demeure l'un des plus anciens programmes télévisés au monde, et le plus important concours musical jamais organisé. Son succès a dépassé les frontières du continent européen et il a inspiré de nombreuses autres compétitions musicales.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Le Concours Eurovision de la chanson trouve ses origines dans le contexte géopolitique des années 1950 et la volonté des dirigeants politiques de l'époque de créer des liens indissolubles entre les pays européens[1]. C'est ainsi qu'est fondée en 1950, l'Union européenne de radio-télévision, qui rassemble les radios et télédiffuseurs publics des principaux pays d'Europe de l'Ouest. Ceux-ci souhaitent mettre leurs ressources en commun, afin d'améliorer la qualité de leurs programmes et de réaliser des économies d'échelle[2].

Il faut cependant plusieurs années à l'UER pour développer des moyens de production centralisés et surtout, un imaginaire collectif[3]. Ce n'est qu'en 1953 que les diffuseurs membres décident ensemble d'un agenda commun, qui présidera à la saison télévisuelle de l'année 1954[4].

En , après une première saison satisfaisante, les diffuseurs membres décident de la création d'un événement qui permettra à la fois de populariser l'UER, de promouvoir les relations entre ses membres et d'employer les nouvelles ressources offertes par le réseau Eurovision. Le directeur général de la télévision publique suisse, Marcel Bezençon, avance l'idée d'un festival de musique, sur le modèle de celui de Sanremo, créé en 1951[5],[6],[7]. Le , les délégués des diffuseurs membres se réunissent au Palais Corsini, à Rome. Le projet est définitivement adopté, et les principes fondamentaux de la compétition musicale télévisuelle et radiophonique formalisés. Le Concours sera un programme télévisé, diffusé en direct et en simultané par tous les diffuseurs participants[8]. Chacun d'entre eux présentera une chanson originale, jouée et interprétée en direct. Une fois toutes les chansons présentées, chaque pays leur attribuera des points. Au terme du vote, le pays ayant obtenu le plus grand nombre de points sera déclaré vainqueur[8].

Les débuts du Concours[modifier | modifier le code]

Logo du premier Concours Eurovision.
Logo du premier Concours Eurovision.

Le tout premier Concours Eurovision de la chanson a lieu le jeudi , au Teatro Kursaal de Lugano, en Suisse. Sept pays concourent pour le grand prix : l'Allemagne, la Belgique, la France, l'Italie, le Luxembourg, les Pays-Bas et la Suisse. L'Autriche, le Danemark et le Royaume-Uni devaient également participer mais ils n'ont pu respecter la date limite d'inscription et doivent s'abstenir. Tous trois diffusent cependant l'événement[6]. C'est le pays hôte, la Suisse qui remporte la victoire, avec la chanson Refrain, interprétée par Lys Assia.

Cette première édition demeure particulière. En effet, seuls des artistes en solo sont admis à concourir et toute chorégraphie est interdite. De plus, chaque pays présente deux chansons — en raison du nombre restreint de participants —, et envoie à Lugano deux jurés. Chaque juré peut attribuer deux points à une chanson, même à une chanson de son propre pays[9]. Les résultats complets n'ont jamais rendus publics, les bulletins de vote étant détruits immédiatement après la fin de la compétition. Il n'y a donc ni deuxième, ni dernière place[10].

En 1957, de nouvelles règles donnent au Concours son format actuel. Ainsi, les pays participants ne peuvent présenter qu'une seule chanson. En revanche, des duos sont admis à concourir[11]. La procédure de vote est intégrée au spectacle. Les membres du jury sont désormais contactés par téléphone et donnent leurs résultats oralement et en direct[9]. Une règle fondamentale du Concours est adoptée : il est interdit aux membres des jurys nationaux de voter pour leur propre pays[11].

En 1958, est instaurée la règle imposant au pays victorieux d'organiser le Concours de l'année suivante[12].

Les années 1960[modifier | modifier le code]

France Gall, lauréate du Concours 1965.
France Gall, gagnante du Concours Eurovision de la chanson 1965.

En 1960, le Concours a lieu le mardi 29 mars. C'est la dernière fois qu'il se tint au milieu de la semaine. Par la suite, il a toujours lieu durant le week-end[13]. La chanson gagnante, Tom Pillibi, interprétée par la Française Jacqueline Boyer, devient la première chanson gagnante du Concours à devenir un succès dans plusieurs pays européens : l'Allemagne, la France, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et la Suède notamment. Pour la première fois, le trophée est remis par le gagnant de l'année précédente. Cette nouveauté devient rapidement une tradition[14].

En 1962, à la suite de l'adoption d'un nouveau système de vote, quatre pays ne reçoivent aucun point. C'est la première fois que le tableau d'affichage ne marque aucun point, ce qui donne naissance à une expression particulière : le « nul point », qui désigne toute dernière place sanctionnée par un score nul[15].

En 1964, pour la toute première fois, l'UER délègue sur place un superviseur : Miroslav Vilcek. Il a été chargé de surveiller le déroulement du vote et d'en contrôler les résultats[16]. La chanson gagnante, Non ho l'età par Gigliola Cinquetti, rencontre par la suite un immense succès partout en Europe, une autre première dans l'histoire du Concours[17].

En 1965, le Concours est diffusé dans les pays d'Europe de l'Est, par le biais du réseau Intervision, pour une audience potentielle de 150 millions de téléspectateurs, un record pour l'époque[18]. La chanson gagnante, Poupée de cire, poupée de son par France Gall, rencontre un immense succès partout en Europe et pour la première fois de l'histoire du Concours, dans le monde entier[17].

En 1968, pour la toute première fois, le Concours est filmé et diffusé en couleurs . Mais seuls six pays tirent bénéfice de cette innovation technique : l'Allemagne, la France, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. Les autres pays le diffusent en noir et blanc[19].

En 1969, pour la première fois, le vote se termine sur un ex æquo. L'Espagne, la France, les Pays-Bas et le Royaume-Uni obtiennent chacun 18 votes. Cette possibilité n'ayant pas été envisagée par le règlement, ces quatre pays sont déclarés vainqueurs et il y a donc quatre chansons gagnantes. Il n'y a ni deuxième, ni troisième, ni quatrième place[20]. Ce résultat remarquable suscite la controverse dans les médias et de nombreux télédiffuseurs demandent une révision des termes du règlement, avant d'envisager une nouvelle participation[21].

Les années 1970[modifier | modifier le code]

En 1970, l'UER adapte le règlement du Concours. Désormais, si deux ou plusieurs chansons obtiennent le même nombre de votes, elles seront chantées à nouveau. Les jurys des autres pays devront alors revoter et choisir laquelle leur semblait la meilleure. En cas de nouvel ex æquo, les chansons concernées seront toutes déclarées gagnantes[22]. Mais l'innovation principale de cette édition 1970 est l'introduction des cartes postales. Il s'agit de courts-métrages, présentant au public les artistes et projetés avant chaque prestation[23].

Photo du groupe ABBA, gagnant du Concours en 1974.
Le groupe suédois ABBA, en 1974, l'année de leur victoire au concours.

L'édition 1974 du concours est marquée par la victoire d'ABBA, avec la chanson Waterloo. C'est la première fois qu'un pays remporte le grand prix dans une langue autre qu'une de ses langues nationales. Waterloo rencontre par la suite un très grand succès commercial et est le premier vainqueur du concours à entrer dans le Top 10 du Billboard américain. C'est également le point de départ d'une formidable carrière pour ABBA[24]. Par ailleurs, le décès inopiné du président Georges Pompidou, le mardi 2 avril 1974, entraîne le retrait de la télévision française et de la candidate Dani : les obsèques présidentielles se tiennent en effet le samedi 6 avril, jour de la finale du Concours[25].

En 1975, le système de vote a été modifié. Les jurys doivent désormais attribuer 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 10 et 12 points à leurs dix chansons préférées. Ce nouveau système délivre une procédure plus longue, mais plus juste et plus excitante dans son déroulement[26]. Il demeure celui toujours employé à l'heure actuelle et ne connaît de légères modifications que dans l'énonciation des résultats, en 1980 et en 2006.

Les années 1980[modifier | modifier le code]

En 1983, une innovation technique majeure est introduite : l'usage de micros sans fil[27].

En 1987, pour la première fois, des sponsors aident à la réalisation du Concours et apparurent à l'écran[28]. Également pour la première fois, l'UER fixe un nombre limite de participants : vingt-deux. Cela, afin de limiter à trois heures la durée de retransmission du Concours[29].

Le Concours 1988 est marqué par la victoire de Céline Dion, représentant la Suisse, avec sa chanson Ne partez pas sans moi au terme d'une procédure à suspense. En effet, avant le dernier vote, le Royaume-Uni mène le vote avec 136 points et la Suisse est deuxième avec 131 points. Le jury yougoslave, dernier à voter attribue 6 points à la Suisse, la plaçant en tête avec 137 points. La porte-parole yougoslave continue la procédure, attribuant les points supérieurs. Au moment d'attribuer les « douze points », aucun n'a encore été attribué au Royaume-Uni. Finalement, les « douze points » yougoslaves vont à la France, suscitant une grande exclamation du public. La Suisse a alors remporté la victoire avec un seul point d'avance face au Royaume-Uni. Cette chanson est, en 2017, la dernière chanson en français à avoir remporté la victoire[30].

En 1989, deux des participants suscitent une vive controverse dans les médias, en raison de leur jeune âge. L'UER décidé alors de modifier le règlement du Concours. Dès l'année suivante, il a été imposé aux candidats d'avoir seize ans révolus, le jour du concours[31]. En outre, l'UER modifie la règle des ex æquo. Désormais, en cas d'ex æquo, la victoire sera attribuée au pays ayant remporté le plus de « douze points ». Si deux ou plusieurs pays ont reçu en nombre égal la note maximale, ils seront départagés par le décompte des « dix points », etc[31].

Les années 1990 : l'expansion du Concours[modifier | modifier le code]

Carte des participants réguliers en 1992.
Carte des Participants réguliers en 1992. La Yougoslavie est en rouge, 1992 étant la dernière année d'existence du pays.
Carte des participants réguliers en 1994.
Participants réguliers en 1994. Les principaux changements incluent la participation d'états de l'ex-Yougoslavie et de l'Europe de l'Est, montrant une expansion du Concours importante.

En 1991, pour la deuxième fois dans l'histoire du Concours, après 1969, le vote se conclut sur un ex æquo. La France et la Suède ont en effet obtenu chacune 146 points à l'issue de la procédure. Le superviseur décide alors de mettre en application la règle ad hoc, introduite en 1989. Il fait procéder au décompte des « douze points ». Il apparaît alors que la France et la Suède en ont reçu chacune quatre. Le superviseur décompte alors les « dix points ». La France en a reçu deux et la Suède, cinq. Par conséquent, la Suède a été proclamée vainqueur[32]. C'est la toute première fois que le vainqueur a été désigné en recourant à la règle des ex æquo[33].

En 1993, à la suite de la chute du Rideau de fer, à l'intégration de l'OIRT dans l'UER et à la dislocation de la Yougoslavie, le nombre de pays désireux de participer au concours croît fortement. L'UER élargit le nombre maximum de pays participants, le faisant passer de vingt-trois à vingt-cinq. Mais seuls les vingt-deux pays ayant participé à l'édition 1992 du Concours obtiennent d'emblée une place en finale de l'édition 1993. L'UER décidé que les trois dernières places seraient attribuées via une présélection, qui sera organisée par la télévision publique slovène : Kvalifikacija za Millstreet, la toute première présélection de l'histoire du Concours[34]. Les débuts de la Bosnie-Herzégovine suscitent l'intérêt des médias, ainsi qu'un vif courant de sympathie envers la délégation bosnienne. Le pays est en effet au beau milieu d'une guerre sanglante[33]. Au moment du Concours, le territoire bosnien est en grande partie occupé et sa capitale, Sarajevo, encerclée par l'armée serbe qui en fait le siège. La délégation bosnienne a d'ailleurs les plus grandes peines à quitter le pays. Elle doit ainsi courir sur le tarmac de l'aéroport de Sarajevo, pour échapper aux balles des tireurs embusqués. Le chef d'orchestre bosnien doit pour cette raison renoncer à embarquer et voit l'avion partir sans lui[34].

En 1994, l'UER introduit une nouvelle règle, visant à réguler le trop grand nombre de pays souhaitant participer au concours : la relégation. Désormais, les six pays terminant aux dernières places du classement final perdent leur droit à concourir l'année suivante. La relégation reste en vigueur jusqu'en 2004 et l'instauration de demi-finales[34].

En 1996, cependant, l'UER décide d'en revenir à un système de présélection. Seul le pays hôte, la Norvège obtient une qualification automatique pour la finale. Les vingt-huit autres pays doivent passer par la présélection[35]. Cette dernière est une présélection audio : il n'y a d'elle aucune retransmission télévisée. Il n'y a pas non plus de prestation en direct et avec orchestre des chansons. Cette méthode de présélection suscite immédiatement la controverse. Premièrement, sa procédure manque de transparence : le vote demeure secret et le grand public n'y a aucun accès. Deuxièmement, elle s'avère injuste pour certains pays qui se voient éliminés d'emblée, sans avoir eu la possibilité de présenter leur candidat à l'Europe et au monde, et parfois après avoir organisé un processus de sélection interne long et coûteux. Par conséquent, c'est la seule fois où cette méthode a été employée. Le système des relégations a été réinstauré l'année suivante[35].

En 1997, pour la toute première fois, dans cinq pays (l'Allemagne, l'Autriche, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse), le vote est décidé par télévote. Les spectateurs peuvent décider par téléphone de leurs chansons préférées. Leurs votes ainsi exprimés sont ensuite agrégés, en 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 10 et 12 points[36]. L'introduction partielle du télévote est voulue par l'UER pour rajeunir l'image du Concours et faire se rapprocher les chansons gagnantes, des standards de la musique contemporaine. Le test est considéré comme réussi et l'année suivante, le télévote est étendu à tous les pays participants[36].

En 1999, l'UER décide de créer un statut particulier pour ses plus importants contributeurs financiers. Ceux-ci recevront désormais la garantie d'une place automatique en finale, quels que soient leurs résultats des cinq années précédentes[37]. Cette mesure concerne à l'époque l'Allemagne, l'Espagne, la France et le Royaume-Uni, connus désormais sous l'appellation collective de « Big Four ». L'Italie vient les rejoindre en 2011 et ensemble, ils forment alors le groupe des « Big Five ». En outre, le recours à un orchestre devient facultatif. La télévision publique israélienne se saisit de cette opportunité pour réduire le budget de l'organisation et ne fournit simplement aucun orchestre aux participants. C'est donc la première fois dans l'histoire du Concours qu'aucune musique n'est interprétée en direct durant la retransmission et que tous les interprètes ont été accompagnés d'une bande-son[37]. La suppression de l'orchestre suscite la controverse. De nombreux experts et fans du Concours s'en montrent extrêmement déçus[38].

Les années 2000[modifier | modifier le code]

Le ärken Stadium de Copenhague, lieu ayant accueilli le Concours 2001.
Le Parken Stadium à Copenhague, lieu d'accueil du Concours 2001.

En 2001, le Danemark, qui a remporté l'édition 2000, se charge de l'organisation du Concours. La volonté initiale des organisateurs est de surpasser de toutes les façons possibles la production suédoise de l'année précédente[39]. Ils décident pour cela de transformer le Concours en une superproduction télévisuelle à la pointe de la technologie et du progrès[40]. Le Concours a lieu au Parken Stadium, stade omnisports situé à Copenhague. Le record de 13 000 spectateurs établi l'année précédente, est largement surpassé, puisque 35 000 spectateurs prennent place dans le Parken, le plus vaste public de l'histoire du Concours. Le résultat est cependant décevant : la plupart des spectateurs dans le Parken ne peuvent même pas apercevoir les artistes, étant tous assis trop loin de la scène[41].

En 2003, l'UER modifie une dernière fois la règle en matière d'ex æquo. Désormais, si deux ou plusieurs pays obtiennent le même score final, sera déclaré vainqueur le pays ayant reçu des points du plus grand nombre de pays participants. En cas de nouvelle égalité, il sera alors procédé au décompte des « douze points », puis des « dix », etc[42].

En 2004, face au nombre croissant de pays souhaitant concourir, l'UER décide de supprimer le système des relégations et d'introduire une demi-finale, afin de déterminer les participants à la finale. Désormais, seront qualifiés d'office pour cette dernière : les quatre contributeurs financiers les plus importants de l'Union (les « Big Four » - l'Allemagne, l'Espagne, la France et le Royaume-Uni) ainsi que les dix autres pays ayant terminé en tête du classement (y compris le pays vainqueur). Tous les autres pays devront passer par la demi-finale, organisée le mercredi précédant la finale et au terme de laquelle dix autres pays se qualifieront. Les pays non qualifiés conserveront néanmoins leur droit de vote pour la finale[43]. En outre, afin de donner une identité plus permanente et durable au concours, l'UER décide de le doter d'un logo générique[43].

En 2005, l'UER organise conjointement avec la télévision publique danoise, une cérémonie spéciale à Copenhague, le 22 octobre, pour célébrer les cinquante ans du Concours[44]. Intitulée Congratulations : 50 ans du Concours Eurovision de la chanson (en anglais : Congratulations: 50 Years of the Eurovision Song Contest), l'émission sert également à déterminer la meilleure chanson ayant concouru durant ces cinquante années. Trente-deux pays diffusent l'émission en direct et participent au vote. C'est finalement la chanson Waterloo, interprétée par le groupe ABBA et qui a remporté la victoire pour la Suède en 1974, qui est couronnée[45].

En 2008, le nombre croissant de pays participants et la controverse sur les résultats de l'édition 2007 poussent l'UER à modifier les règles du Concours. Le principe d'une demi-finale unique, utilisé depuis 2004, est supprimé et remplacé par celui de deux demi-finales, organisées le mardi et le jeudi précédant la finale. Désormais, ne seront plus qualifiés automatiquement pour la finale que le pays hôte (vainqueur de l'édition précédente) et les « Big Four » (les quatre plus importants contributeurs financiers de l'Union – l'Allemagne, l'Espagne, la France et le Royaume-Uni). Tous les autres pays participants devront passer par une des deux demi-finales pour se qualifier[46]. Les résultats de ces demi-finales seront décidés selon une nouvelle clé de répartition entre les votes du public et les votes des jurys de substitution. Le public continueront de voter par téléphone et SMS lors du direct et les jurys, lors de la dernière répétition générale. Les neuf chansons arrivées en tête du vote du public, se qualifieront automatiquement pour la finale. La dixième chanson sera décidée par les jurys : il s'agira de celle la plus haut placée dans leur classement, qui n'aura pas été qualifiée par le télévote[46]. Pour la première fois, est créé un trophée générique, destiné à remplacer les différents modèles utilisés antérieurement. Sa conception est confiée à l'artiste verrier suédois Kjell Engman. Celui-ci conçoit un modèle en forme de microphone classique, coulé dans du verre solide translucide[47].

En 2009, à la suite des controverses des deux années précédentes sur le système de vote et ses résultats, l'UER décide de modifier le règlement du Concours et de réintroduire un vote de jurys professionnels en finale. Désormais, chaque pays devra établir deux classements : le premier selon les votes des téléspectateurs ; le second selon les votes d'un jury de cinq spécialistes. Les deux classements seront ensuite additionnés, en prenant comme base les places obtenues par chaque chanson. La moyenne des classements respectifs donnera les résultats finaux du pays. En cas d'égalité entre deux chansons dans les résultats finaux, le classement des téléspectateurs l'emportera sur celui du jury. La clé de répartition des votes pour les demi-finales demeure inchangée[48].

Les années 2010[modifier | modifier le code]

En 2010, l'UER décide d'harmoniser le système de vote entre la finale et les demi-finales. Le système employé l'année précédente pour la finale est ainsi étendu à ces dernières[49].

En juillet 2014, dix ans après son introduction et sur demande de l'UER, l'agence néerlandaise de communication Citizen Agency procède à une mise à jour du logo générique du Concours[50].

Photo de Guy Sebastian, premier représentant de l'Australie au Concours
Guy Sebastian, premier représentant de l'Australie au Concours.

La 60e édition du Concours est la première à voir participer un pays qui ne soit pas un membre actif de l'UER : l'Australie. En effet, le diffuseur australien SBS diffuse alors le Concours depuis trente ans, est un diffuseur associé de l'UER et a déjà eu une importante implication en créant un entracte de la deuxième demi-finale de l'Eurovision 2014. L'Australie est alors invitée à concourir exceptionnellement lors de l'édition 2015, dans un but également commémoratif pour le 60e Concours. L'Australie accepte l'invitation et ainsi, peut concourir sous les mêmes règles que les autres participants. Cependant, afin de ne pas compromettre les chances de qualification des participants européens, l'Australie est annoncée comme qualifiée d'office en finale, au même titre que l'Autriche (pays hôte cette année) et que le Big Five[51]. L'Australie continuera finalement de concourir en 2016 et 2017.

Toujours en 2015, le Concours a été récompensé du record Guiness de la plus longue compétition musicale annuelle encore en cours[52].

En 2017, l'Ukraine, qui organise le concours cette année-là, interdit à la représentante de la Russie de venir au Concours. L'Eurovision réagit en en dénonçant une décision « inacceptable » et menace l'Ukraine d'exclusion des futures éditions[53]. Des journalistes russes accrédités pour l'Eurovision sont également refoulés à la frontière[54]. Finalement, l'UER sanctionne le diffuseur ukrainien d'une amende de 200 000 [55].

Règles[modifier | modifier le code]

Chansons[modifier | modifier le code]

Les chansons concurrentes sont choisies lors de sélections nationales organisées par les diffuseurs participants. L'organisation et la forme de ces sélections sont laissées à l'entière détermination des diffuseurs participants[56]. Les chansons retenues ne doivent pas avoir été commercialisées avant le premier septembre de l'année précédente et leur durée maximale doit être de trois minutes[56].

Les paroles des chansons, ainsi que leur présentation, ne peuvent porter atteinte, ni au Concours, ni à l'UER. Il est interdit d'inclure tout mot ou tout geste de nature politique ou assimilable. Il est interdit d'inclure toute insulte ou tout langage inacceptable. Il est enfin interdit d'inclure tout message publicitaire d'aucune sorte[56].

Présentation[modifier | modifier le code]

Chaque présentation ne peut compter que six personnes au maximum sur scène. Aucun animal vivant ne peut être amené sur scène[56].Tous les artistes participants doivent interpréter leur chanson en direct sur scène. Ils doivent être accompagnés par une bande-son préenregistrée, qui ne peut contenir aucune parole, ni aucun semblant de voix[56].

Vote[modifier | modifier le code]

Tous les diffuseurs participants doivent réunir un jury national, pour voter lors de la demi-finale, puis de la finale (même s'ils n'ont pas été qualifiés pour cette dernière)[56]. En outre, chaque diffuseur participant doit permettre aux téléspectateurs de son pays de participer au vote et à l'élection de la chanson gagnante[56].

La procédure de vote est souvent vue comme la partie la plus importante et la plus attendue du Concours, au point d'être profondément ancrée dans l'imaginaire collectif européen et d'être devenue un véritable rite annuel[57]. La procédure se déroule selon un schéma récurrent et des règles bien précises, fixées par les autorités responsables de l'UER, et est devenue un véritable rituel annuel[57]. Ces règles ont évolué au fur et à mesure des éditions du Concours et des développements technologiques[2]. Au total, huit systèmes de vote différents ont été utilisés.

Selon les règles actuelles, lors des demi-finales, les dix chansons ayant reçu les dix meilleurs résultats se qualifient pour la finale. Les résultats sont annoncés après que toutes les chansons ont été présentées et à l'issue d'un entracte. Les noms des pays qualifiés sont énoncés par les présentateurs. Ceux-ci les annoncent dans un ordre aléatoire. Les pays non qualifiés conservent leur droit de vote en finale.

Lors de la finale, les résultats sont annoncés après que toutes les chansons aient été présentées et à l'issue d'un entracte. Les points des jurys professionnels sont successivement annoncés par les porte-paroles des diffuseurs participants. Les points des téléspectateurs sont annoncés séparément par les présentateurs[56].

Les points attribués sont affichés sur un tableau virtuel dynamique. Les noms des pays y sont ordonnés en deux colonnes, selon le nombre de points reçus. Le pays en tête apparait en haut de la colonne de gauche ; la lanterne rouge, en bas de la colonne de droite. Les points de un à dix sont attribués automatiquement. Les porte-paroles annoncent l'attribution des « douze points », en s'exprimant clairement et distinctement, soit en anglais, soit en français. Les présentateurs annoncent ensuite les votes combinés des téléspectateurs dans l'ordre ascendant, en partant du pays ayant reçu le moins de points à celui en ayant reçu le plus[56].

Le gagnant du Concours est la chanson qui, à la fin de l'annonce des résultats, a obtenu le plus haut score des votes combinés. Les présentateurs annoncent alors le nom du pays vainqueur[56].

Les résultats complets des votes sont publiés, après la fin de la finale, sur le site officiel du Concours[56].

Résultats[modifier | modifier le code]

Après que toutes les chansons ont été présentées, les présentateurs doivent annoncer les résultats. Lors des demi-finales, il s'agit des noms des dix pays qualifiés[56]. Lors de la finale, les résultats des jurys professionnels sont annoncés successivement par les porte-paroles des diffuseurs participants. Ces porte-paroles doivent s'exprimer clairement et distinctement, soit en anglais, soit en français. Ils doivent énoncer les noms des pays concernés et le nombre de points qu'ils reçoivent. Les présentateurs doivent alors répéter les résultats dans l'autre langue usuelle du concours (en français, si les résultats sont énoncés en anglais ; en anglais, si les résultats sont énoncés en français). Une fois conclus les votes des jurys, les présentateurs annoncent les votes des téléspectateurs dans l'ordre ascendant, du pays ayant reçu le moins de points à celui en ayant reçu le plus[56].

Les gagnants respectifs des demi-finales et de la finale sont les chansons qui ont obtenu le plus haut score des votes combinés, au moment de l'annonce des résultats[56].

Ex æquo[modifier | modifier le code]

En cas d'un ex æquo pour la première place en finale, la chanson ayant reçu le plus grand nombre de points par le télévote l'emporte. En cas d'égalité, celle ayant reçu des points du plus grand nombre de télévotes l'emporte. En cas de nouvel ex æquo, il est procédé au décompte des « douze points » puis des « dix points », etc., etc., jusqu'à résolution du cas. Si malgré toutes ces procédures, l'ex æquo demeure, la chanson présentée la première durant la soirée, l'emporte[56].

Format[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

La dénomination officielle de l'événement est « Concours Eurovision de la chanson », suivie de l'année durant laquelle il a lieu[56].

Le Concours est une coproduction internationale, organisée par l'Union européenne de radio-télévision et réunissant les membres de celle-ci. Il consiste en trois émissions diffusées en direct : deux demi-finales (ayant lieu le mardi et le jeudi) et une finale (ayant lieu le samedi). Ces trois émissions sont produites et retransmises en direct par le diffuseur hôte, et relayées par le réseau Eurovision[56]. L'émission est ainsi diffusée en direct et en simultané par tous les diffuseurs participants à la télévision (par câble et satellite) et à la radio. Le Concours est également retransmis sur Internet[2]. Le Concours est aussi retransmis en direct sur les autres continents, notamment en Afrique du Sud, en Australie, au Canada, en Corée du Sud, aux États-Unis, en Nouvelle-Zélande et en Chine[5].

Les trois émissions se doivent d'être des productions télévisuelles de haute qualité artistique et de dimension internationale. Elles voient la présentation successive des chansons choisies par les membres actifs de l'UER pour les représenter au concours[56].

Les trois émissions sont animées par des présentateurs internationaux. Ceux-ci doivent s'exprimer en anglais et en français. Les diffuseurs doivent appointer des commentateurs nationaux pour relayer l'événement à l'attention de leur audience nationale respective[56].

Préparatifs[modifier | modifier le code]

Les préparatifs débutent immédiatement après la victoire. Le diffuseur vainqueur, désormais diffuseur hôte, se retrouve chargé de l'organisation de l'édition suivante du Concours[58]. La première étape est la désignation d'une équipe chargée de la direction et de la coordination des préparatifs[58]. Ensuite, le diffuseur doit choisir une ville et une salle susceptibles d'accueillir le Concours[58]. La ville doit répondre à plusieurs critères fixés par l'UER[58] :

  • un aéroport international doit être facile d'accès depuis la ville hôte ;
  • les transports dans la ville hôte doivent être suffisants ;
  • la salle doit pouvoir accueillir au moins 10 000 spectateurs ;
  • un centre de presse d'au moins 1 500 places doit être disponible ;
  • la ville doit pouvoir accueillir les fans, la presse et les délégations. Pour cela, au moins 2 000 chambres d'hôtel sont requises, dans différentes catégories de prix.

Le diffuseur décide du logo secondaire, du slogan, ainsi que de la charte graphique de l'édition.

Répétitions[modifier | modifier le code]

Les répétitions débutent une dizaine de jours avant la première demi-finale et suivent un calendrier préétabli. Chaque délégation a droit à deux répétitions individuelles[59], qui permettent les ajustements sonores et visuels nécessaires. Chaque répétition individuelle est suivie par une conférence de presse, durant laquelle les délégations répondent aux questions des journalistes[59]. Ensuite, pour chaque soirée, ont lieu trois répétitions générales. La deuxième répétition générale est vue comme la plus importante : elle a lieu la veille et sert aux jurys nationaux à établir leurs votes[59].

Parallèlement aux répétitions, de nombreux événements sont organisés dans la ville hôte, afin d'accueillir et distraire les fans et les délégations[59].

Soirées[modifier | modifier le code]

Photo de la scène du Concours 2015.
Scène du Concours 2015.

Les trois soirées s'ouvrent et se concluent sur l'hymne officiel de l'UER, le prologue orchestral du Te Deum de Marc-Antoine Charpentier[1]. Ce signal indique l'entrée et la sortie du réseau Eurovision[1]. Il s'agit en réalité de l'hymne officiel de l'UER, choisi en 1953, et qui sert d'indicatif de connexion au réseau Eurovision. Les demi-finales se concluent par la proclamation des dix pays qualifiés pour la finale[56]. La finale se conclut, pour sa part, par la remise du trophée aux auteurs, compositeurs et interprètes de la chanson gagnante, ainsi qu'aux représentants du diffuseur victorieux ; puis, par la reprise de la chanson gagnante[56].

Langues[modifier | modifier le code]

Le premier règlement du Concours ne comporte aucune disposition sur l'emploi des langues. Il est alors implicitement admis que chaque pays recoure à l'une de ses langues nationales. Mais en 1965, le représentant suédois, Ingvar Wixell, interprète sa chanson en anglais et devint ainsi le tout premier participant à chanter dans une langue étrangère à son pays. Cette démarche suscite une vive controverse[60]. Par conséquent, l'UER introduit une nouvelle règle : dès 1966, les participants ont l'obligation de chanter dans l'une des langues nationales de leur pays[61]. En 1973, l'UER met fin à cette obligation et les artistes purent interpréter leur chanson dans la langue de leur choix[62]. En 1977, l'UER réinstaure la règle et ce n'est qu'en 1999 qu'elle est définitivement abolie[37]. Le règlement actuel du Concours dispose donc que les diffuseurs participants sont entièrement libres de choisir la langue dans laquelle leurs représentants chanteront au concours[56].

Le tableau ci-dessous indique l'année du concours où une langue a été employée pour la première fois. Y figurent également le pays qui a utilisé cette langue, l'interprète et la chanson concernée.

Tableau récapitulatif des langues employées
Ordre Langue Premier emploi Pays Artiste(s) Chanson Traduction française
1 Néerlandais 1956 Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Jetty Paerl De vogels van Holland Les oiseaux de Hollande
2 Allemand Drapeau de la Suisse Suisse Lys Assia Das alte Karussell Le vieux carrousel
3 Français Drapeau de la Belgique Belgique Fud Leclerc Messieurs les noyés de la Seine -
4 Italien Drapeau de l'Italie Italie Franca Raimondi Aprite le finestre Ouvrez les fenêtres
5 Anglais 1957 Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni Patricia Bredin All Tout
6 Danois Drapeau du Danemark Danemark Birthe Wilke et Gustav Winckler Skibet skal sejle i nat Le bateau va prendre la mer ce soir
7 Suédois 1958 Drapeau de la Suède Suède Alice Babs Lilla stjärna Petite étoile
8 Luxembourgeois 1960 Drapeau du Luxembourg Luxembourg Camillo Felgen So laang we's du do bast Tant que tu es là
9 Norvégien Drapeau de la Norvège Norvège Nora Brockstedt Voi-voi -
10 Espagnol 1961 Drapeau de l'Espagne Espagne Conchita Bautista Estando contigo Quand je suis avec toi
11 Finnois Drapeau de la Finlande Finlande Laila Kinnunen Valoa ikkunassa Les lumières à la fenêtre
12 Serbe Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie Ljiljana Petrović Neke davne zvezde Quelques anciennes étoiles
13 Croate 1963 Vice Vukov Brodovi Des bateaux
14 Portugais 1964 Drapeau du Portugal Portugal António Calvário Oração Prière
15 Bosnien Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie Sabahudin Kurt Život je sklopio krug La vie forme une boucle
16 Slovène 1966 Berta Ambrož Brez besed Sans mot
17 Allemand de Vienne 1971 Drapeau de l'Autriche Autriche Marianne Mendt Musik Musique
18 Maltais Drapeau de Malte Malte Joe Grech Marija l-Maltija Marie la maltaise
19 Irlandais 1972 Drapeau de l'Irlande Irlande Sandie Jones Ceol an Ghrá La musique de l'amour
20 Hébreu 1973 Drapeau d’Israël Israël Ilanit Ey Sham
(אי שם)
Quelque part
21 Grec 1974 Drapeau de la Grèce Grèce Marinella Krasí, thálassa ke t'agóri mou
(Κρασί, θάλασσα και τ' αγόρι μου)
Du vin, la mer et mon amoureux
22 Turc 1975 Drapeau de la Turquie Turquie Semiha Yankı Seninle bir dakika Une minute avec toi
23 Arabe 1980 Drapeau du Maroc Maroc Samira Bensaid Bitakat Hob
(بطاقة حب)
Message d'amour
24 Islandais 1986 Drapeau de l'Islande Islande ICY Gleðibankinn La banque du plaisir
25 Romanche 1989 Drapeau de la Suisse Suisse Furbaz Viver senza tei Vivre sans toi
26 Napolitain 1991 Drapeau de l'Italie Italie Peppino di Capri Comme è ddoce 'o mare Comme la mer est douce
27 Créole martiniquais 1992 Drapeau de la France France Kali Monté la riviè Monter la rivière
28 Corse 1993 Patrick Fiori Mama Corsica -
29 Estonien 1994 Drapeau de l'Estonie Estonie Silvi Vrait Nagu merelaine Comme une vague
30 Roumain Drapeau de la Roumanie Roumanie Dan Bittman Dincolo de nori Par delà les nuages
31 Slovaque Drapeau de la Slovaquie Slovaquie Tublatanka Nekonečná pieseň Chanson sans fin
32 Lituanien Drapeau de la Lituanie Lituanie Ovidijus Vyšniauskas Lopšinė mylimai Berceuse pour ma bien-aimée
33 Hongrois Drapeau de la Hongrie Hongrie Friderika Bayer Kinek mondjam el vétkeimet? À qui puis-je confesser mes péchés ?
34 Russe Drapeau de la Russie Russie Youddiph Večnyj strannik
(Вечный странник)
Errance éternelle
35 Polonais Drapeau de la Pologne Pologne Edyta Górniak To nie ja! Ce n'est pas moi !
36 Vorarlbergeois 1996 Drapeau de l'Autriche Autriche George Nussbaumer Weil's dr guat got Parce que tu te sens bien
37 Breton Drapeau de la France France Dan Ar Braz et l'Héritage des Celtes Diwanit bugale Puissiez-vous fleurir, enfants
38 Macédonien 1998 Drapeau de la Macédoine Macédoine Vlado Janevski Ne zori, zoro
(Не зори, зоро)
Aube, ne te lève pas
39 Samogitien 1999 Drapeau de la Lituanie Lituanie Aistė Strazdas La grive musicienne
40 Styrien 2003 Drapeau de l'Autriche Autriche Alf Poier Weil der Mensch zählt Parce que l'être humain compte
41 Imaginaire Drapeau de la Belgique Belgique Urban Trad Sanomi -
42 Letton 2004 Drapeau de la Lettonie Lettonie Fomins et Kleins Dziesma par laimi Une chanson sur le bonheur
43 Catalan Drapeau d'Andorre Andorre Marta Roure Jugarem a estimar-nos Nous jouerons à nous aimer
44 Ukrainien Drapeau de l'Ukraine Ukraine Ruslana Wild Dances Danses sauvages
45 Võro Drapeau de l'Estonie Estonie Neiokõsõ Tii Le chemin
46 Monténégrin 2005 Drapeau de Serbie-et-Monténégro Serbie-et-Monténégro No Name Zauvijek moja À moi pour toujours
47 Albanais 2006 Drapeau de l'Albanie Albanie Luiz Ejlli Zjarr e ftohtë Le feu et le froid
48 Tahitien Drapeau de Monaco Monaco Séverine Ferrer La coco-dance -
49 Bulgare 2007 Drapeau de la Bulgarie Bulgarie Elitsa Todorova et Stoyan Yankulov Water (Voda)
(Вода)
Eau
50 Tchèque Drapeau de la République tchèque République tchèque Kabát Malá dáma Petite dame
51 Arménien Drapeau de l'Arménie Arménie Hayko Anytime You Need Dès que tu en as besoin
52 Romani 2009 Drapeau de la République tchèque République tchèque Gipsy.cz Aven Romale Venez, les Roms
53 Swahili 2011 Drapeau de la Norvège Norvège Stella Mwangi Haba Haba Petit à petit
54 Oudmourte 2012 Drapeau de la Russie Russie Buranovskie Babuški Party for Everybody La fête pour tous
55 Mühlviertlerisch[n° 1] Drapeau de l'Autriche Autriche Trackshittaz Woki mit deim Popo Remue ton popotin
56 Géorgien Drapeau de la Géorgie Géorgie Anri Jokhadze I'm a Joker Je suis un blagueur
57 Grec pontique 2016 Drapeau de la Grèce Grèce Argo Utopian land Terre utopique
58 Tatar de Crimée Drapeau de l'Ukraine Ukraine Jamala 1944 -
59 Biélorusse 2017 Drapeau de la Biélorussie Biélorussie Navi Historyja majho žyccia
(Гісторыя майго жыцця)
L'histoire de ma vie

Pays participants[modifier | modifier le code]

Carte des pays ayant déjà participé au Concours.
  •      Pays ayant participé au moins une fois
  •      Pays n'ayant jamais participé mais éligibles
  •      Pays ayant prévu une participation mais s'étant retirés
  •      Pays ayant participé comme partie d'un autre pays, mais jamais comme état souverain

Seuls les membres actifs de l'UER peuvent participer au Concours. Les membres actifs de l'UER sont soit les diffuseurs de pays situés dans la Zone européenne de radiodiffusion ; soit les diffuseurs de pays situés en-dehors de cette zone mais membres du Conseil de l'Europe[63]. Tous doivent être membres de l'Union internationale des télécommunications. Cela inclut donc des pays situés en Europe, en Asie — tels Israël, le Liban ou la Jordanie — et en Afrique — comme le Maroc, l'Algérie ou encore la Tunisie —[64].

Seuls 46 membres actifs de l'UER sont autorisés à prendre part au Concours. Une fois inscrits, ils sont connus sous le nom de « diffuseurs participants ». Seuls 26 d'entre eux peuvent participer à la finale. Six d'entre eux ont la garantie d'une place automatique en finale : le diffuseur hôte et les diffuseurs participants d'Allemagne, d'Espagne, de France, d'Italie et du Royaume-Uni. Les 40 autres diffuseurs participants sont inscrits dans une des deux demi-finales et concourent ainsi pour l'une des 20 places restantes en finale[56].

La seule exception à la règle des 26 pays participant en finale fut le Concours 2015, lors de la participation exceptionnelle de l'Australie : le nombre de finalistes est alors porté à 27[51].

Le tableau ci-dessous reprend, année par année, les pays participants ayant fait leurs débuts. Les noms des pays sont classés en fonction de leur ordre de passage lors de l'édition concernée. Au total, cinquante-deux pays ont déjà pris part au concours et parmi eux, vingt-six l'ont déjà remporté.

Tableau récapitulatif des premières participations par pays
Année Débuts
1956 Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas, Drapeau : Suisse Suisse, Drapeau : Belgique Belgique, Drapeau : Allemagne Allemagne, Drapeau : France France, Drapeau : Luxembourg Luxembourg, Drapeau : Italie Italie
1957 Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni, Drapeau : Autriche Autriche, Drapeau : Danemark Danemark
1958 Drapeau : Suède Suède
1959 Drapeau : Monaco Monaco
1960 Drapeau : Norvège Norvège
1961 Drapeau : Espagne Espagne, Drapeau : Finlande Finlande, Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie
1964 Drapeau : Portugal Portugal
1965 Drapeau : Irlande Irlande
1971 Drapeau : Malte Malte
1973 Drapeau : Israël Israël
1974 Drapeau : Grèce Grèce
1975 Drapeau : Turquie Turquie
1980 Drapeau : Maroc Maroc
1981 Drapeau : Chypre Chypre
1986 Drapeau : Islande Islande
1993 Drapeau : Slovénie Slovénie, Drapeau : Bosnie-Herzégovine Bosnie-Herzégovine, Drapeau : Croatie Croatie
1994 Drapeau : Estonie Estonie, Drapeau : Roumanie Roumanie, Drapeau : Slovaquie Slovaquie, Drapeau : Lituanie Lituanie, Drapeau : Hongrie Hongrie, Drapeau : Russie Russie, Drapeau : Pologne Pologne
1998 Drapeau : Macédoine Macédoine
2000 Drapeau : Lettonie Lettonie
2003 Drapeau : Ukraine Ukraine
2004 Drapeau : Biélorussie Biélorussie, Drapeau : Andorre Andorre, Drapeau : Albanie Albanie, Drapeau : Serbie-et-Monténégro Serbie-et-Monténégro
2005 Drapeau : Moldavie Moldavie, Drapeau : Bulgarie Bulgarie
2006 Drapeau : Arménie Arménie
2007 Drapeau : Géorgie Géorgie, Drapeau : Monténégro Monténégro, Drapeau : Serbie Serbie, Drapeau : République tchèque République tchèque
2008 Drapeau : Saint-Marin Saint-Marin, Drapeau : Azerbaïdjan Azerbaïdjan
2015 Drapeau : Australie Australie

Vainqueurs[modifier | modifier le code]

Carte visualisant le nombre de victoires par pays.
Carte visualisant le nombre de victoires par pays.

En 2017, 27 pays et 64 interprètes ont déjà remporté le concours. Parmi ces 64 interprètes, on trouve 37 solistes féminines (soit 58 % du total), dix solistes masculins (soit 15 %), cinq duos (soit 8 %) et douze groupes (soit 19 %).


Tableau récapitulatif des vainqueurs par année[65]
Année Pays vainqueur Langue(s) Chanson Traduction française Interprète(s) Auteur(s) Compositeur(s) Chef d'orchestre Points Marge de points
1956 Drapeau : Suisse Suisse Français Refrain - Lys Assia Émile Gardaz Géo Voumard Fernando Paggi -
1957 Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas Néerlandais Net als toen Tout comme alors Corry Brokken Willy Van Hemert Guus Jansen Dolf van der Linden 31 14
1958 Drapeau : France France Français Dors, mon amour - André Claveau Pierre Delanoë Hubert Giraud Franck Pourcel 27 03
1959 Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas Néerlandais 'n Beetje Un petit peu Teddy Scholten Willy Van Hemert Dick Schallies Dolf van der Linden 21 05
1960 Drapeau : France France Français Tom Pillibi - Jacqueline Boyer Pierre Cour André Popp Franck Pourcel 32 07
1961 Drapeau : Luxembourg Luxembourg Français Nous les amoureux - Jean-Claude Pascal Maurice Vidalin Jacques Datin Léo Chauliac 31 06
1962 Drapeau : France France Français Un premier amour - Isabelle Aubret Roland Valande Claude-Henri Vic Franck Pourcel 26 13
1963 Drapeau : Danemark Danemark Danois Dansevise Ballade dansante Grethe et Jørgen Ingmann Sejr Volmer Sørensen Otto Francker Kai Mortensen 42 02
1964 Drapeau : Italie Italie Italien Non ho l'età Je n'ai pas encore l'âge Gigliola Cinquetti Mario Panzeri Nicola Salerno Gianfranco Monaldi 49 32
1965 Drapeau : Luxembourg Luxembourg Français Poupée de cire, poupée de son - France Gall Serge Gainsbourg Alain Goraguer 32 06
1966 Drapeau : Autriche Autriche Allemand Merci, Chérie - Udo Jürgens Udo Jürgens,
Thomas Hörbiger
Udo Jürgens Hans Hammerschmid 31 15
1967 Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Anglais Puppet on a String Marionnette sur un fil Sandie Shaw Bill Martin, Phil Coulter Kenny Woodman 47 25
1968 Drapeau : Espagne Espagne Espagnol La, la, la - Massiel Ramón Arcusa,
Manuel de la Calva
Rafaele Ibarbia 29 01
1969 Drapeau : Espagne Espagne Espagnol Vivo cantando Je vis en chantant Salomé Aniano Alcalde Maria José de Cerato Augusto Algueró 18 -
Drapeau : France France Français Un jour, un enfant - Frida Boccara Eddy Marnay Emil Stern Franck Pourcel
Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas Néerlandais De troubadour Le troubadour Lenny Kuhr David Hartsema Frans de Kock
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Anglais Boom Bang-a-Bang - Lulu Peter Warne Alan Moorhouse Johnny Harris
1970 Drapeau : Irlande Irlande Anglais All Kinds of Everything Toutes sortes de choses Dana Derry Lindsay, Jackie Smith Dolf van der Linden 32 06
1971 Drapeau : Monaco Monaco Français Un banc, un arbre, une rue - Séverine Yves Dessca Jean-Pierre Bourtayre Jean-Claude Petit 128 12
1972 Drapeau : Luxembourg Luxembourg Français Après toi - Vicky Leandros Yves Dessca, Klaus Munro Mario Panas, Klaus Munro Klaus Munro 128 14
1973 Drapeau : Luxembourg Luxembourg Français Tu te reconnaîtras - Anne-Marie David Vline Buggy Claude Morgan Pierre Cao 129 04
1974 Drapeau : Suède Suède Anglais Waterloo Waterloo ABBA Stig Anderson Benny Andersson,
Björn Ulvaeus
Sven-Olof Walldoff 24 06
1975 Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas Anglais Ding-a-dong - Teach-In Will Luikinga,
Eddy Ouwens
Dick Bakker Harry van Hoof 152 14
1976 Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Anglais Save Your Kisses for Me Garde tes baisers pour moi Brotherhood of Man Tony Hiller,
Lee Sheriden,
Martin Lee
Alyn Ainsworth 164 17
1977 Drapeau : France France Français L'Oiseau et l'Enfant - Marie Myriam Joe Gracy Jean-Paul Cara Raymond Donnez 136 15
1978 Drapeau : Israël Israël Hébreu A-Ba-Ni-Bi
(א-בא-ני-בי)
Je t'aime Izhar Cohen et
The Alphabeta
Ehud Manor Nurit Hirsh 157 32
1979 Drapeau : Israël Israël Hébreu Hallelujah Alléluia Gali Atari et
Milk and Honey
Shimrit Orr Kobi Oshrat 125 09
1980 Drapeau : Irlande Irlande Anglais What's Another Year Qu'est-ce qu'une autre année Johnny Logan Shay Healy Noel Kelehan 143 15
1981 Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Anglais Making Your Mind Up Pour te décider Bucks Fizz Andy Hill John Danter John Coleman 136 04
1982 Drapeau : Allemagne Allemagne Allemand Ein bißchen Frieden Un peu de paix Nicole Bernd Meinunger Ralph Siegel Norbert Daum 161 61
1983 Drapeau : Luxembourg Luxembourg Français Si la vie est cadeau - Corinne Hermès Alain Garcia Jean-Pierre Millers Michel Bernholc 142 06
1984 Drapeau : Suède Suède Suédois Diggi-Loo Diggi-Ley - Herreys Britt Lindeborg Torgny Söderberg Curt-Eric Holmquist 145 08
1985 Drapeau : Norvège Norvège Norvégien La det swinge Que ça swingue Bobbysocks Rolf Løvland Terje Fjærn 123 18
1986 Drapeau : Belgique Belgique Français J'aime la vie - Sandra Kim Rosario Marino Atria Jean-Paul Furnémont,
Angelo Crisci
Jo Carlier 176 36
1987 Drapeau : Irlande Irlande Anglais Hold Me Now Serre-moi maintenant Johnny Logan Noel Kelehan 172 31
1988 Drapeau : Suisse Suisse Français Ne partez pas sans moi - Céline Dion Nella Martinetti Atilla Şereftuğ 137 01
1989 Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie Serbo-croate Rock Me Fais-moi bouger Riva Stevo Cvikić Rajko Dujmić Nikica Kalogjera 137 07
1990 Drapeau : Italie Italie Italien Insieme: 1992 Ensemble : 1992 Toto Cutugno Gianni Madonini 149 17
1991 Drapeau : Suède Suède Suédois Fångad av en stormvind Prisonnière d'une tempête Carola Stephan Berg Anders Berglund 146 00
1992 Drapeau : Irlande Irlande Anglais Why Me? Pourquoi moi ? Linda Martin Johnny Logan Noel Kelehan 155 16
1993 Drapeau : Irlande Irlande Anglais In Your Eyes Dans tes yeux Niamh Kavanagh Jimmy Walsh Noel Kelehan 187 23
1994 Drapeau : Irlande Irlande Anglais Rock 'n' Roll Kids Les enfants du rock 'n' roll Paul Harrington et
Charlie McGettigan
Brendan Graham - 226 60
1995 Drapeau : Norvège Norvège Norvégien Nocturne - Secret Garden Petter Skavlan Rolf Løvland Geir Langslet 148 29
1996 Drapeau : Irlande Irlande Anglais The Voice La voix Eimear Quinn Brendan Graham Noel Kelehan 162 48
1997 Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Anglais Love Shine a Light Amour, fais briller une lumière Katrina and the Waves Kimberley Rew Don Airey 227 70
1998 Drapeau : Israël Israël Hébreu Diva - Dana International Yoav Ginay Tzvika Pik - 172 06
1999 Drapeau : Suède Suède Anglais Take Me to Your Heaven Emmène-moi dans ton paradis Charlotte Nilsson Gert Lengstrand,
Marcos Ubeda
Lars Diedricson - 163 17
2000 Drapeau : Danemark Danemark Anglais Fly on the Wings of Love Vole sur les ailes de l'amour Olsen Brothers Jørgen Olsen - 195 40
2001 Drapeau : Estonie Estonie Anglais Everybody Tout le monde Tanel Padar,
Dave Benton et
2XL
Maian-Anna Kärmas Ivar Must - 198 21
2002 Drapeau : Lettonie Lettonie Anglais I Wanna Je veux Marie N Marie N,
Marats Samauskis
Marie N - 176 12
2003 Drapeau : Turquie Turquie Anglais Everyway That I Can De toutes les façons possibles Sertab Erener Demir Demirkan Demir Demirkan,
Sertab Erener
- 167 02
2004 Drapeau : Ukraine Ukraine Anglais,
ukrainien
Wild Dances Danses sauvages Ruslana Oleksandr Ksenofontov,
Ruslana
Ruslana - 280 17
2005 Drapeau : Grèce Grèce Anglais My Number One Mon numéro un Élena Paparízou Christos Dantis,
Natalia Germanou
Christos Dantis - 230 38
2006 Drapeau : Finlande Finlande Anglais Hard Rock Hallelujah Alléluia hard rock Lordi Mr. Lordi - 292 44
2007 Drapeau : Serbie Serbie Serbe Molitva Prière Marija Šerifović Saša Milošević Mare Vladimir Graić - 268 33
2008 Drapeau : Russie Russie Anglais Believe Croire Dima Bilan Jim Beanz,
Dima Bilan
- 272 42
2009 Drapeau : Norvège Norvège Anglais Fairytale Conte de fées Alexander Rybak - 387 169
2010 Drapeau : Allemagne Allemagne Anglais Satellite - Lena Meyer-Landrut Julie Frost,
John Gordon
Julie Frost - 246 76
2011 Drapeau : Azerbaïdjan Azerbaïdjan Anglais Running Scared Courir effrayé Ell et Nikki Stefan Örn,
Sandra Bjurman
Stefan Örn,
Sandra Bjurman,
Iain Farquharson
- 221 32
2012 Drapeau : Suède Suède Anglais Euphoria Euphorie Loreen Thomas G:son,
Peter Boström
- 372 113
2013 Drapeau : Danemark Danemark Anglais Only Teardrops Seulement des larmes Emmelie de Forest Lise Cabble,
Julia Fabrin Jakobsen,
Thomas Stengaard
- 281 47
2014 Drapeau : Autriche Autriche Anglais Rise Like a Phoenix S'élever comme un phénix Conchita Wurst Charley Mason, Joey Patulka,
Ali Zuckowski, Julian Maas
- 290 52
2015 Drapeau : Suède Suède Anglais Heroes Héros Måns Zelmerlöw Anton Malmberg Hård af Segerstad, Joy Deb et Linnea Deb - 365 62
2016 Drapeau : Ukraine Ukraine Anglais,
tatar de Crimée
1944 - Jamala - 534 23
2017 Drapeau : Portugal Portugal Portugais Amar pelos dois Aimer pour deux Salvador Sobral Luísa Sobral - 758 143

Villes hôtes[modifier | modifier le code]

Carte des villes hôtes du Concours.
Carte visualisant les villes hôtes.

En 2017, 26 pays, 41 villes et 51 salles ont déjà accueilli une édition du Concours. La tradition depuis 1958 veut que le pays vainqueur accueille le Concours de l'année suivante. Seules cinq éditions ont fait exception à cette tradition : les Concours 1960[66], 1963[67], 1972[68] et 1974[69] ont été accueillis par le Royaume-Uni après des victoires respectivement néerlandaise, française, monégasque et luxembourgeoise, pour des raisons à chaque fois financières, et le Concours 1980 a été accueilli par les Pays-Bas après une victoire israélienne, là aussi pour des motifs financiers[70].

Tableau récapitulatif des villes hôtes, par année
Année Pays hôte Ville hôte Salle Diffuseur hôte
1956 Drapeau de la Suisse Suisse Lugano Teatro Kursaal RTSI
1957 Drapeau de l'Allemagne Allemagne Francfort-sur-le-Main Großer Sendesaal des Hessischer Rundfunk Hessischer Rundfunk
1958 Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Hilversum AVRO Studio NTS
1959 Drapeau de la France France Cannes Palais des Festivals RTF
1960 Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni Londres Royal Festival Hall BBC
1961 Drapeau de la France France Cannes Palais des Festivals RTF
1962 Drapeau du Luxembourg Luxembourg Luxembourg Villa Louvigny CLT
1963 Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni Londres BBC Television Centre BBC
1964 Drapeau du Danemark Danemark Copenhague Tivolis Koncertsal DR
1965 Drapeau de l'Italie Italie Naples Sala di Concerto della RAI RAI
1966 Drapeau du Luxembourg Luxembourg Luxembourg Villa Louvigny CLT
1967 Drapeau de l'Autriche Autriche Vienne Großer Festsaal der Wiener Hofburg ÖRF
1968 Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni Londres Royal Albert Hall BBC
1969 Drapeau de l'Espagne Espagne Madrid Teatro Real TVE
1970 Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Amsterdam RAI Congrescentrum NOS
1971 Drapeau de l'Irlande Irlande Dublin Gaiety Theatre RTÉ
1972 Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni Édimbourg Usher Hall BBC
1973 Drapeau du Luxembourg Luxembourg Luxembourg Grand Théâtre CLT
1974 Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni Brighton The Dome BBC
1975 Drapeau de la Suède Suède Stockholm St Eriksmässan Älvsjö SR
1976 Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas La Haye Nederlands Congresgebouw NOS
1977 Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni Londres Wembley Conference Centre BBC
1978 Drapeau de la France France Paris Palais des Congrès TF1
1979 Drapeau d’Israël Israël Jérusalem Binyanei Ha'Ooama IBA
1980 Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas La Haye Nederlands Congresgebouw NOS
1981 Drapeau de l'Irlande Irlande Dublin Simmonscourt Pavilion RTÉ
1982 Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni Harrogate Conference Centre BBC
1983 Drapeau de l'Allemagne Allemagne Munich Rudi-Sedlmayer-Halle ARD
1984 Drapeau du Luxembourg Luxembourg Luxembourg Grand Théâtre RTL
1985 Drapeau de la Suède Suède Göteborg Scandinavium SVT
1986 Drapeau de la Norvège Norvège Bergen Grieghallen NRK
1987 Drapeau de la Belgique Belgique Bruxelles Palais du Centenaire RTBF
1988 Drapeau de l'Irlande Irlande Dublin Simmonscourt Pavilion RTÉ
1989 Drapeau de la Suisse Suisse Lausanne Palais de Beaulieu SSR
1990 Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie Zagreb Koncertna dvorana Vatroslav Lisinski JRT
1991 Drapeau de l'Italie Italie Rome Studio 15 di Cinecittà RAI
1992 Drapeau de la Suède Suède Malmö Malmömässan SVT
1993 Drapeau de l'Irlande Irlande Millstreet Green Glens Arena RTÉ
1994 Dublin Point Theatre
1995
1996 Drapeau de la Norvège Norvège Oslo Oslo Spektrum NRK
1997 Drapeau de l'Irlande Irlande Dublin Point Theatre RTÉ
1998 Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni Birmingham National Indoor Arena BBC
1999 Drapeau d’Israël Israël Jérusalem International Convention Centre IBA
2000 Drapeau de la Suède Suède Stockholm Globen SVT
2001 Drapeau du Danemark Danemark Copenhague Parken Stadium DR
2002 Drapeau de l'Estonie Estonie Tallinn Saku Suurhall ETV
2003 Drapeau de la Lettonie Lettonie Riga Skonto Hall LTV
2004 Drapeau de la Turquie Turquie Istanbul Abdi İpekçi Arena TRT
2005 Drapeau de l'Ukraine Ukraine Kiev Palais des Sports NTU
2006 Drapeau de la Grèce Grèce Athènes Olympic Indoor Hall ERT
2007 Drapeau de la Finlande Finlande Helsinki Hartwall Arena YLE
2008 Drapeau de la Serbie Serbie Belgrade Belgrade Arena RTS
2009 Drapeau de la Russie Russie Moscou Olimpiisky Indoor Arena Pierviy Kanal
2010 Drapeau de la Norvège Norvège Oslo Telenor Arena NRK
2011 Drapeau de l'Allemagne Allemagne Düsseldorf Esprit arena NDR
2012 Drapeau de l'Azerbaïdjan Azerbaïdjan Bakou Baku Crystal Hall İTV
2013 Drapeau de la Suède Suède Malmö Malmö Arena SVT
2014 Drapeau du Danemark Danemark Copenhague B&W Hallerne DR
2015 Drapeau de l'Autriche Autriche Vienne Wiener Stadthalle ÖRF
2016 Drapeau de la Suède Suède Stockholm Ericsson Globe SVT
2017 Drapeau de l'Ukraine Ukraine Kiev Centre d'exposition international UA:PBC
2018 Drapeau du Portugal Portugal Lisbonne MEO Arena RTP

Présentateurs et superviseurs[modifier | modifier le code]

En 2017, 95 personnes ont déjà présenté une édition du Concours. De celles-ci, 33 sont des hommes et 62 des femmes. Depuis 1964, l'UER désigne pour chaque édition un superviseur exécutif. Celui-ci est chargé de la représenter sur place et s'assure que tous les aspects de la production soient conformes au règlement[71]. En 50 ans, 9 personnes se sont succédé à ce poste : 6 hommes et 3 femmes. Le tableau ci-dessous reprend toutes ces données.

Records[modifier | modifier le code]

L'Allemagne détient le record du plus grand nombre de participations au Concours pour un pays membre de l'UER : soixante-et-une en 2017. Depuis 1956, le pays n'a en effet manqué qu'une seule édition du Concours, en 1996[72]. Viennent ensuite la France et le Royaume-Uni avec chacun soixante participations en 2017. Ces pays n'ont manqué que deux éditions du Concours : en 1974 et 1982 pour la France[73] ; en 1956 et 1958 pour le Royaume-Uni[74]. Par ailleurs, le Royaume-Uni détient le record du plus grand nombre de participations consécutives : cinquante-neuf en 2017. En effet, depuis 1958, le pays n'a manqué aucune édition du Concours[74]. Le Royaume-Uni détient de plus deux autres records. Premièrement, celui du pays participant ayant le plus souvent terminé à la deuxième place : à quinze reprises, en 1959, 1960, 1961, 1964, 1965, 1968, 1970, 1972, 1975, 1977, 1988, 1989, 1992, 1993 et 1998[74]. Deuxièmement, celui du pays participant ayant le plus souvent organisé le Concours : à huit reprises, en 1960, 1963, 1968, 1972, 1974, 1977, 1982 et 1998[74].

L'Irlande demeure le pays participant à avoir remporté le plus grand nombre de victoires au Concours : à sept reprises, en 1970, 1980, 1987, 1992, 1993, 1994 et 1996[75]. Viennent ensuite la Suède, qui l'a remporté à six reprises, puis la France, le Luxembourg et le Royaume-Uni, qui l'ont remporté chacun à cinq reprises. L'Irlande est également le seul pays participant à avoir remporté la victoire à trois reprises consécutives : en 1992, 1993 et 1994[75]. Seuls trois autres pays ont remporté la victoire à deux reprises consécutives : l'Espagne (en 1968 et 1969), le Luxembourg (en 1972 et 1973) et Israël (en 1978 et 1979). A contrario, la Norvège détient toujours le record de dernière place et de nul point. Le pays a terminé onze fois à la dernière place, en finale : en 1963, 1969, 1974, 1976, 1978, 1981, 1990, 1997, 2001, 2004 et 2012. Quatre de ces dernières places se sont soldées par un « nul point » : en 1963, 1978, 1981 et 1997[76]. Vient ensuite la Finlande qui a terminé dix fois à la dernière place (neuf fois en finale, en 1963, 1965, 1968, 1980, 1982, 1990, 1992, 1996 et 2009 ; une fois en demi-finale, en 2015), trois de ces dernières places s'étant soldées par un « nul point » (en 1963, 1965 et 1982)[77].

Photo de Salvador Sobral, premier gagnant portugais.
Salvador Sobral, premier gagnant du Concours pour le Portugal.

Le record du plus long intervalle de temps écoulé entre une première participation et une première victoire est détenu par le Portugal qui a attendu cinquante-trois ans pour remporter le Concours. Le pays a participé pour la première fois en 1964 et a gagné pour la première fois en 2017, à sa quarante-neuvième participation[78]. Viennent ensuite la Finlande qui doit attendre quarante-cinq ans (ayant participé pour la première fois en 1961 et ayant gagné pour la première fois en 2006, à sa quarantième participation[79]), la Grèce qui a attendu trente-et-un an avant sa victoire en 2005[79] puis la Belgique qui doit attendre trente ans entre ses débuts en 1956 et sa première victoire en 1986[79]. En 2017, Malte est le plus ancien pays participant à n'avoir encore jamais décroché la victoire. Le pays participe depuis 1971 et son meilleur résultat demeure une deuxième place, en 2002 et en 2005. Viennent ensuite Chypre (qui participe depuis 1981) et l'Islande (depuis 1986)[80]. Le record du plus long intervalle de temps écoulé entre deux victoires est détenu par l'Autriche. Le pays doit attendre quarante-huit ans, entre sa première victoire en 1966 et sa seconde, en 2014[79]. Vient ensuite le Danemark qui doit attendre trente-sept ans, entre ses deux premières victoires de 1963 et 2000[79].

Le record du plus grand nombre de points reçus par une chanson gagnante est détenu par le Portugal qui obtint 758 points en 2017. Viennent ensuite l'Ukraine, qui obtint 534 points en 2016 ; la Norvège, avec 387 points en 2009 et la Suède, avec 372 points, en 2012[No 1]. Le record du plus grand nombre de « douze points » obtenu par une chanson gagnante est lui aussi détenu par le Portugal, qui en reçut 30 en 2017 (18 des jurys et 12 du public). Viennent ensuite la Suède, qui en obtint 18 en 2012 ; l'Ukraine, qui en obtient 17 en 2016 et la Norvège, qui en obtient 16 en 2009[No 1].

Le pays ayant accueilli le plus souvent le Concours demeure toujours le Royaume-Uni. La télévision publique britannique organise en effet le Concours à huit reprises : en 1960, 1963, 1968, 1972, 1974, 1977, 1982 et 1998[74]. Vient ensuite l'Irlande qui l'a accueilli à sept reprises[81]. En revanche, la ville ayant accueilli le plus souvent le Concours demeure toujours Dublin, en Irlande. La télévision publique irlandaise y organise le concours à six reprises : en 1971, 1981, 1988, 1994, 1995 et 1997[81]. Viennent ensuite Londres, au Royaume-Uni[74], et Luxembourg, au Grand-Duché de Luxembourg[82], qui ont chacune accueilli le Concours à quatre reprises.

Photo de Johnny Logan lors de sa victoire de 1980.
Johnny Logan lors de sa victoire de 1980.

La plus jeune gagnante du Concours demeure la belge Sandra Kim. Avant le Concours et durant les répétitions, la délégation belge et le manager de Kim déclarent que la jeune fille est âgée de quinze ans. Or Kim a en réalité treize ans. Tous pensent que son très jeune âge pourra être un obstacle à sa réussite au Concours[83]. La vérité est révélée après la victoire de Kim et entraîne une demande officielle de disqualification auprès de l'UER, de la part de la télévision publique suisse. Cette plainte n'aboutit jamais, le règlement du Concours ne prévoyant alors aucune limite d'âge des participants[84]. Ce n'est qu'à partir de 1990 qu'il est imposé aux candidats d'avoir au minimum seize ans, le jour de leur participation[85]. Cette limite d'âge implique que Sandra Kim restera à jamais la plus jeune gagnante du Concours.

L'irlandais Johnny Logan demeure le seul interprète à avoir remporté le concours à deux reprises, en 1980 et 1987. Il demeure également le seul artiste à avoir trois victoires à son actif : en tant qu'interprète en 1980 ; en tant qu'auteur et interprète en 1987 ; en tant qu'auteur en 1992. Cette particularité lui vaut le surnom de « Mr Eurovision »[86].

Notes :

  1. a et b Le système de vote attribuant 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8 , 10 et 12 points date de 1975. Depuis 2016, le nombre de points attribués a doublé avec la distinction entre le vote du jury et du public. Le nombre de pays votants évolue chaque année. Il est donc important de distinguer les périodes précédant et suivant 2016.

Controverses[modifier | modifier le code]

La première controverse majeure de l'histoire du Concours a lieu en 1963[87]. Le porte-parole du jury norvégien, Roald Øyen, ne respecte pas le règlement de la procédure de vote. Repris par la présentatrice, Katie Boyle, qui le prie de répéter les résultats dans l'ordre correct, Roald Øyen demande d'être rappelé à la fin du vote, après que tous les autres pays ont été contactés. Mais, lorsque Katie Boyle recontacte le jury norvégien, Roald Øyen lut des résultats différents de ceux énoncés précédemment. Il s'avére par la suite que les résultats du jury norvégien ne sont pas prêts lorsqu'il est appelé pour la première fois par Katie Boyle. Son président est encore occupé à additionner les votes des jurés. Pris de court, Roald Øyen a lu des résultats provisoires[67]. Depuis lors, le Concours a été l'occasion de nombreuses controverses.

Controverses portant sur les musiques[modifier | modifier le code]

En 1995, une légère controverse est soulevée après le Concours. Certaines critiques soulignent que l'Eurovision était avant tout un concours de chanson. Or Nocturne tient plus du morceau instrumental que de la composition chantée. Ils demandent à l'UER d'adapter son règlement, afin de clarifier la situation pour l'avenir[88].

En 1999, le recours à un orchestre devient facultatif. Mais l'utilisation d'une bande-son ne modifie aucunement une règle essentielle du Concours : toutes les parties chantées devront continuer à être interprétées en direct. Or, la chanson croate, Maria Magdalena, interprétée par Doris Dragović, comportait des chœurs masculins préenregistrés sur sa bande-son[37]. La Croatie est sanctionnée après le Concours, sur plainte de la délégation norvégienne : son score est réduit d'un tiers, ce qui diminue son score moyen entrant en compte pour la relégation. Son classement à la quatrième place est cependant maintenu[38].

En 2000, durant leur prestation, les représentants danois et futurs vainqueurs, les Olsen Brothers, ont recours à un vocodeur, qui modifie électroniquement la voix de Jørgen Olsen. La délégation russe introduit une plainte pour infraction au règlement devant l'UER et demande la disqualification du Danemark[89]. Cette plainte est cependant classée sans suite[89].

En 2016, la victoire de la représentante ukrainienne Jamala suscite une importante controverse sur Internet pour sa chanson 1944, évoquant la déportation des tatars de Crimée par les autorités soviétiques durant la Seconde Guerre mondiale. Certains qualifient cette victoire de trop « politique », accusant même la chanteuse de diffuser de la « propagande anti-russe ». Il y a notamment des appels au boycott de l'édition 2017 du Concours, et une pétition a été créée dans le but de recommencer le décompte des points[90].

Controverses politiques[modifier | modifier le code]

En 1964, le Concours est organisé à Copenhague par la télévision publique danoise. Il y a de vives protestations dans l'opinion publique danoise, concernant la participation au concours de l'Espagne et du Portugal, qui sont encore à l'époque des dictatures militaires[16]. Cela conduit au premier incident politique de l'histoire du Concours. Après le passage de la représentante suisse, un homme surgit sur scène, brandissant une bannière sur laquelle était peinte : « Boycott Franco et Salazar ». Tandis qu'il est évacué par la sécurité, la caméra fait un plan fixe sur le tableau de vote[71]. En 1969, l'Autriche décide d'ailleurs de s'abstenir, refusant de participer à un Concours organisé par une dictature, l'Espagne étant alors dirigée par le général Franco[91].

Les années 1974 à 1978 sont marquées par les participations croisées de la Grèce et de la Turquie, alors en plein conflit sur la question chypriote. La Grèce fait ses débuts en 1974 ; la Turquie, en 1975. Cette année-là, la Grèce se retire par mesure de protestation envers la participation turque et surtout, envers l'invasion de l'île de Chypre par l'armée turque[92]. L'année suivante, en 1976, la Turquie se retire par mesure de protestation envers le retour de la Grèce[93], puis s'abstient à nouveau de concourir en 1977. Il faut attendre 1978 pour que les deux pays participent à une même édition du Concours[94].

En 1978, le déroulement et le résultat du Concours posent problème à de nombreux télédiffuseurs d'Afrique du Nord et du Proche-Orient. Tous passent des spots publicitaires durant la prestation d'Israël. Puis, lorsque la victoire israélienne devient évidente, tous mettent fin prématurément à la retransmission. La Jordanie se fait particulièrement remarquer. La télévision jordanienne interrompt le déroulement du vote, pour faire un gros plan sur un bouquet de jonquilles. Le lendemain, les journaux jordaniens proclament la victoire de la Belgique, qui a en réalité terminé deuxième[95].

En 1979, la Turquie a sélectionné pour la représenter, la chanson Seviyorum, interprétée par Maria Rita Epik et le groupe 21.Peron. Dans le cadre de la crise pétrolière et des tensions internationales, le pays subit les pressions des pays voisins d'Israël et finit par se retirer[96].

En 2000, la prestation des représentants israéliens, le groupe Ping Pong, suscite une vive controverse dans leur pays. Arrivés au refrain, les deux membres masculins du groupe s'embrassent sur la bouche[97]. Puis, au dernier couplet, ils brandient des drapeaux syriens[97]. Le groupe a en fait souhaité promouvoir la paix entre Israël et la Syrie[89].

En 2005, le Liban a décidé de faire ses débuts au Concours. La chanson qui a été retenue par la télévision publique libanaise est Quand tout s'enfuit, interprétée par Aline Lahoud. Mais le pays se retire ultérieurement, un accord n'ayant pu être trouvé avec l'UER sur les modalités de retransmission du concours. Le Liban juge qu'il ne peut se conformer au règlement du Concours. Les télévisions participantes ont en effet l'obligation de diffuser l'intégralité de l'émission (à l'exception des pauses commerciales). Or, la constitution du pays interdit la promotion de produits venant d'Israël. Cela empêche la télévision publique libanaise de diffuser la chanson israélienne et lui fait donc violer le règlement du Concours[98]

En 2009, à la suite du conflit armé d'août 2008 qui l'oppose à la Russie, pays hôte de cette édition du Concours, la Géorgie décide de se retirer. Le pays revient cependant sur sa décision en décembre 2008, s'inscrit auprès de l'UER et est versé dans la première demi-finale. Au terme d'une sélection nationale ouverte, la chanson retenue fut We Don't Wanna Put In (Nous ne voulons pas le prendre en compte), interprétée par le groupe Stefane et 3G. Elle suscite immédiatement la controverse et un vaste mouvement de protestation en Russie. Son titre est en effet à double entente : il peut aussi se comprendre comme We Don't Wanna Putin (Nous ne voulons pas de Poutine) et donc comme une attaque personnelle à l'encontre du président russe. Après qu'elle lui a été soumise, le Groupe de Référence de l'UER refuse le morceau. Le Groupe base sa décision sur le paragraphe 9 de l'article 4 du règlement du Concours, qui stipule qu'aucune allusion politique ne peut être faite dans les paroles d'une chanson. Le Groupe donne le choix à la Géorgie : ou bien modifier le titre et le passage concerné, ou bien choisir une autre chanson[99]. La télévision publique géorgienne refuse toute modification et décide de se retirer du Concours, invoquant une mesure censoriale et une atteinte à la liberté d'expression. Par la suite, le groupe Stefane et 3G admet que la chanson comportait bien un message politique et que leur objectif a été de ridiculiser Vladimir Poutine[100].

Toujours en 2009, les relations entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan sont particulièrement tendues. Ainsi, après la première demi-finale, la délégation azerbaïdjanaise se plaint officiellement auprès des organisateurs russes et de l'UER. La carte postale introduisant l'Arménie montre en effet un monument nommé Nous sommes nos montagnes, représentant les têtes géantes stylisées d'un couple de paysans. Or ce monument est situé au Haut-Karabagh, région sécessionniste d'Azerbaïdjan, peuplée majoritairement d'Arméniens et constituée en république de facto, non reconnue par la communauté internationale. Lors de la finale, la carte postale de l'Arménie est éditée et l'image controversée, supprimée. Mais la télévision publique arménienne décide de répliquer durant le vote. L'image du monument est incrustée à l'écran, derrière la porte-parole arménienne, et collée sur le support lui permettant de lire les résultats[101]. Après la finale, l'Arménie accuse publiquement l'Azerbaïdjan d'avoir empêché les téléspectateurs azerbaïdjanais de voter pour la chanson arménienne, en masquant les numéros téléphoniques nécessaires, et d'avoir ainsi manipulé les résultats en sa défaveur[102]. En outre, elle révéle que plusieurs citoyens azerbaïdjanais ont été arrêtés et interrogés par la Sûreté Nationale, qui les soupçonnent d'avoir malgré tout voté pour Inga et Anush[103]. Les autorités azerbaïdjanaises démentent vivement ces accusations, mais l'UER décide de lancer une enquête[104]. Il est finalement prouvé que la télévision publique azerbaïdjanaise a manipulé le vote. L'UER lui inflige une amende de 2 700 [105], ainsi qu'une menace de sanction : en cas de récidive prouvée, le pays sera exclu de l'Eurovision pour trois ans. À la suite de cette controverse, l'UER modifie le règlement du Concours, y incluant une interdiction formelle de violer la vie privée des téléspectateurs et une obligation de leur laisser leur entière liberté de vote. En outre, les télédiffuseurs seront désormais tenus responsables de toutes les actions en rapport avec le Concours, entreprises par leur gouvernement. Si ce dernier enfreint le règlement, les télédiffuseurs se verront infliger amendes et autres exclusions[106]. Les relations entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan ont été la cause, en 2012, du retrait de l'Arménie du Concours, qui a lieu à Bakou, en Azerbaïdjan[107]. La télévision publique arménienne craint que la sécurité de sa délégation ne puisse pas être assurée par les autorités azerbaïdjanaises. Les tensions entre les deux pays demeurent toujours fort vives, en raison de leur conflit à propos du Haut-Karabagh. Ce retrait tardif se voit sanctionné d'une amende par l'UER[108].

En 2014, les tensions géopolitiques entre la Russie et l'Ukraine ont des conséquences sur le déroulement du Concours. Après avoir été huées lors de leur qualification à l'issue de la première demi-finale, les candidates russes, les jumelles Tolmatchevy, se font à nouveau huer et siffler durant leur prestation en finale, puis à chaque attribution de points à la Russie, lors du vote[109]. Ces tensions entraînent, en 2017 — année où le Concours se déroule en Ukraine à Kiev —, l'interdiction pour la candidate russe Yulia Samoilova d'entrer sur le territoire ukrainien, ayant donné un concert en Crimée, où elle est entrée sans passer par le territoire ukrainien, comme le requiert la loi ukrainienne. Le choix de Yulia Samoilova est vu, par les autorités ukrainiennes, comme un choix délibérément politique voulant instiguer une polémique et comme une provocation, ce que les Russes nient en bloc[110]. Faute d'un accord entre l'UER et le diffuseur hôte, UA:PBC pour permettre à la participante russe d'entrer en Ukraine, la Russie se retire le soit un mois avant la finale[111]

Controverses portant sur les votes[modifier | modifier le code]

En 1966, pour la toute première fois, le public hue des porte-paroles : celui de la Norvège (qui attribue un vote à la Finlande, trois au Danemark et cinq à la Suède) et celui de la Finlande (qui attribue un vote à la Yougoslavie, trois au Danemark et cinq à la Suède). Il semble que le vote « en bloc » des pays scandinaves ait particulièrement déplu. La représentante suédoise, Lill Lindfors, demeure persuadée qu'elle doit sa deuxième place à une conspiration entre les jurys danois, finlandais, norvégien et suédois, afin de mettre fin à la suprématie des pays francophones[33].

En 2007, les résultats de la demi-finale et de la finale sont vivement critiqués par certains médias des pays d'Europe de l'Ouest. Ils dénoncent tout d'abord la qualification, à l'issue de la demi-finale, de dix pays d'Europe de l'Est et l'élimination de tous les pays d'Europe de l'Ouest[112]. Ensuite, ils remettent en cause le système de vote employé, les votes géographiques et partisans, ainsi que l'injustice des résultats de la finale. La polémique enfle au point d'être évoquée au Parlement britannique[112]. D'autres médias d'Europe de l'Ouest dénoncent ce procès d'intention et estiment ces réactions insensées et chauvines. Selon eux, la victoire de la Serbie est amplement méritée et les dix pays qualifiés ont simplement présenté de meilleures chansons[112]. De son côté, l'UER réfute toute partialité dans le vote, qui ne reflète que la qualité des chansons. L'Union fait ensuite publier une étude statistique : les résultats de la finale auraient été sensiblement identiques si seuls les pays d'Europe de l'Ouest avaient voté. Et le vainqueur aurait été le même[112].

En 2008, comme l'année précédente, les résultats du Concours suscitèrent la controverse dans les médias des pays d'Europe de l'Ouest. Et comme l'année précédente, l'UER commanda à la compagnie Digame, une étude statistique des votes. Il apparaît qu'aucune fraude, ni aucune manipulation n'a eu lieu. La victoire de la Russie demeure incontestable. Le pays a certes bénéficié de votes géographiques, mais aurait tout de même remporté le Concours, si seuls les pays d'Europe de l'Ouest avaient voté. La conclusion de l'étude souligne le facteur déterminant de la victoire russe : le pays a reçu des points de 38 pays sur les 42 votants[113].

Autres faits notables[modifier | modifier le code]

En 1974, la chanson portugaise E depois do adeus passe à l'histoire comme la seule chanson du Concours à avoir lancé une révolution. Elle est en effet employée comme signal de départ du coup militaire qui renverse la dictature portugaise alors en place, lors de la Révolution des Œillets[114]. L'année suivante, en 1975, la chanson portugaise Madrugada rend hommage à cette révolution. Les responsables du Concours ont le plus grand mal à décourager le représentant portugais, Duarte Mendes, à monter sur scène avec son uniforme et son fusil[115].

En 1974, la chanson italienne suscite la controverse dans son propre pays. L'Italie est alors en pleine campagne électorale, dans le cadre d'un référendum fixé au mois de mai 1974. Les Italiens doivent se prononcer pour ou contre l'abrogation de la loi permettant le divorce. Les censeurs de la télévision publique italienne estiment que (Oui) pourrait être accusée d'envoyer des messages subliminaux, voire d'être une propagande pour influencer les électeurs. La chanson n'est diffusée par la RAI qu'après le référendum. Celui-ci se conclut par la victoire du non et le maintien de la loi sur le divorce[114].

En 1988, la représentante israélienne, Yardena Arazi, ne décide de représenter son pays, qu'à condition d'être certaine de remporter la victoire. Après que le tirage au sort des ordres de passage a lieu et qu'Israël a reçu la neuvième place, Arazi va consulter une voyante. Celle-ci lui assura que la chanson qui passera en neuvième position remporter à coup sûr le Concours. Arazi accepte l'offre de la télévision publique israélienne et se choisit la chanson Ben Adam. Mais quelques semaines avant la finale, la chanson chypriote est disqualifiée et Chypre, qui a tiré la deuxième place, doit se retirer. Par conséquent, les ordres de passage sont tous avancés. Israël obtient alors la huitième place. Yardena Arazi termine finalement, septième. Quant à la fameuse neuvième place, elle échoit à la Suisse et à Céline Dion, qui remportent la victoire, comme l'a prédit la voyante[116].

En 2003, la Russie se fait représenter par le groupe t.A.T.u., qui a déjà remporté un grand succès commercial l'année précédente, avec All The Things She Said. Il s'agit d'un duo composé des chanteuses Lena Katina et Julia Volkova, supposées entretenir une relation homosexuelle[42]. Tout cela n'est en fait qu'une ruse commerciale, inventée par leur manager Ivan Shapovalov[117]. Durant la semaine des répétitions, Katina et Volkova se signalent par leur comportement capricieux, notamment en arrivant en retard à certaines répétitions, en en manquant d'autres et en boycottant les conférences de presse[42]. Leur manager annonce en outre qu'elles s'embrasseront sur la bouche durant leur prestation. Elles devront cependant y renoncer, après que l'UER les aient menacées de disqualification[118].

En 2006, la participante islandaise, Silvia Night, suscite la controverse, durant toute la semaine des répétitions. Il s'agit en réalité d'un personnage de diva extravagante créé et interprété par l'actrice Ágústa Eva Erlendsdóttir. Silvia Night passe ainsi son temps à se moquer ouvertement des autres concurrents, à traiter les journalistes avec le plus grand mépris et à émettre des commentaires déplaisants sur la Grèce et ses habitants. Elle va jusqu'à accuser la participante suédoise, Carola, de vouloir l'empoisonner. Ce happening permanent est cependant pris au premier degré par les médias et les organisateurs. La chanteuse est conspuée à de nombreuses reprises durant les répétitions, puis accueillie sur scène par des sifflets et des huées d'une ampleur inédite[119].

En 2006, le Concours est remporté par la Finlande, avec la chanson Hard Rock Hallelujah interprétée par le groupe Lordi. Lordi est un groupe de hard rock, dont les membres portaient des déguisements élaborés et des masques de monstres et de démons. Ils ont pour règle de ne jamais se montrer à visage découvert en public. Lordi devient ainsi le premier groupe de hard rock et les premiers concurrents à se présenter entièrement masqués sur la scène du Concours[120]. Bien que la sélection nationale ait été décidée par télévote, la victoire de Lordi est mal accueillie par l'opinion publique finlandaise. Le groupe est accusé de promouvoir le satanisme et d'offrir une image négative du pays à l'étranger. Malgré les démentis formels de ses membres, la controverse ne s'éteint pas et la délégation finlandaise reçoit un accueil glacial des organisateurs grecs[121]. Leur prestation marque pourtant l'histoire du concours. La complexité des moyens requis (notamment pyrotechniques), des angles de vue nécessaires et des enchaînements de caméra nécessite une gestion entièrement informatisée. C'est ainsi la toute première fois qu'une prestation est gérée de bout en bout par un ordinateur[122]. Enfin, le groupe reçoit un accueil mitigé de la part des commentateurs. La plupart se montrent sceptiques et traitent le groupe à la manière d'une vaste plaisanterie. Le commentateur belge, Jean-Pierre Hautier, va jusqu'à dire : « Si ce groupe gagne, je veux bien me transformer en chauve-souris ! »[123]. Quant aux commentateurs français, Michel Drucker et Claudy Siar, ils ont des mots tellement durs et font des remarques tellement désobligeantes, qu'ils choquent les téléspectateurs français et les délégations étrangères sur place. Tous deux ont du présenter des excuses publiques, après la finale[124].

En 2010, la prestation du représentant espagnol, Daniel Diges, est perturbée par un incident rarissime. En plein milieu de sa chanson, un individu monte sur scène et se glisse parmi ses danseurs. Il s'agit de Jimmy Jump, un streaker qui s'est fait connaître par de nombreuses actions similaires[125]. Daniel Diges et ses danseurs continuent imperturbablement leur numéro, tandis que la sécurité appréhande Jimmy Jump. Le scrutateur permet aux membres de la délégation espagnole de présenter leur morceau une seconde fois, après le passage de tous les autres pays participants[126].

Analyse[modifier | modifier le code]

Répartition géographique des blocs de pays au Concours Eurovision de la chanson
Répartition géographique des blocs de pays au Concours Eurovision de la chanson

Dès ses débuts, le Concours a transcendé sa nature de simple compétition musicale, en revêtant des enjeux symboliques qui dépassent le spectre culturel. La qualité intrinsèque des chansons s'est vue imbriquée à des considérations extérieures, d'ordre géopolitique[127]. Le Concours repose en effet sur un format stato-centré. Il en devient une compétition de nations où l'aspect politique éclipse parfois l'aspect musical. Et de tous les moments, c'est le vote qui cristallise le plus ce phénomène. Le public et les commentateurs l'envisagent toujours comme le moment le plus important et tiennent pour acquis, des échanges de votes entre pays vus comme amis et une ignorance réciproque de pays vus comme ennemis[57].

La question du biais des votes du public a fait l'objet de nombreuses études. Toutes ont prouvé l'existence de blocs de pays, au sein desquels les votes sont échangés de manière réciproque et répétée[128]. Trois blocs principaux ont jusqu'à présent été mis en évidence :

À cela, il convient d'ajouter certains couples de pays, fonctionnant à la manière d'un bloc. Le plus marquant sur le plan statistique demeure celui formé par Chypre et la Grèce[129].

En conclusion, le Concours et sa procédure de vote présentent une double dimension. Premièrement, celle d'opinions publiques nationales, se rencontrant, se confrontant et s'exprimant librement sur un sujet musical. Dans cette perspective, la chanson gagnante demeure malgré tout le point de convergence du plus grand nombre[130]. Deuxièmement, celle d'un réseau de pays aux interactions complexes, tributaire du poids de l'histoire et de la géographie. Dans cette perspective, le classement final demeure biaisé par des opinions sociologiques divergentes[131]. Ces deux dimensions sont inextricablement liées et sujettes à polémique, mais font du Concours un objet unique sur la scène internationale[132].

L'Eurovision, un phénomène de société[modifier | modifier le code]

L'Eurovision est un grand événement musical qui, au fil des années, a acquis une véritable réputation qui peut varier énormément de pays en pays. Dans plusieurs pays d'Europe de l'Ouest, et très particulièrement en France, le Concours est en grande partie qualifié d'événement « kitsch »[133] voire « ringard »[134],[135] ou encore de « beauf »[136]. En France notamment, le Concours est très souvent perçu comme un Concours auquel le pays ne devrait pas participer[134] et ne fait qu'enchaîner les résultats catastrophiques[137]. Les commentateurs français s'en sont d'ailleurs pris aux participants à plusieurs reprises — par exemple en 2001, la participante espagnole s'est vue traiter d'« hippopotame » et de « vache » par Dave et Marc-Olivier Fogiel ou encore en 2006 quand Michel Drucker dit du groupe Lordi qu'« ils seront certainement au zoo de Vincennes cet automne » —[135]. Isabelle Mergault aurait, pour sa part, commenté le Concours après avoir « beaucoup bu », selon les dires de son partenaire Laurent Ruquier[135]. Les commentateurs du Concours marquent ainsi les mémoires plus que le Concours en lui-même et sont donc le centre de l'attention, comme l'indique Alain Fontan, fan français ayant longtemps été le contact de presse de la filière française de l'OGAE : « [Les journalistes] parlaient plus des commentateurs français que des chanteurs eux-mêmes. »[134]. Cette réputation négative du Concours par le grand public est assez régulièrement contestée[134],[138]. Natasha St-Pier, qui a commenté l'édition 2014, déclare qu'« il n'y a qu'en France qu'on trouve cela ringard »[139]. Par ailleurs, Jean-Marc Richard, animateur de télévision suisse, a publié en 2017 un livre intitulé La Saga de l'Eurovision, disant que « l'Eurovision est sorti de sa ringardise » et qu'il est « le seul élément positif de l'Europe actuellement »[136] et le site de la chaîne France Info publie en mai 2017 un article se voulant briser les clichés entourant le Concours[140].

De fait, si l'image du Concours en France est encore très négative, dans d'autres pays l'engouement qui y est lié est très important — notamment dans les pays d'Europe de l'Est tels l'Albanie, les pays de l'ex-Yougoslavie et de l'ex-URSS[141] —. En Italie par exemple, le retour du pays en 2011 a été une source d'incrédulité parmi les fans[142] et l'événement a finalement attiré 1 291 000 téléspectateurs[143], nombre qui n'a fait qu'augmenter d'année en année atteignant 3 292 000 téléspectateurs en 2015[143] et 3 742 000 en 2017[144]. Par ailleurs, en 2014, le Concours est arrivé premier des Trending Topics sur Twitter en Italie[143].

Photo de Conchita Wurst, lauréate du Concours 2014.

C'est cependant dans les pays nordiques que l'Eurovision est le plus populaire. En 2014, l'université de Copenhague a organisé sur trois jours plusieurs conférences sur le thème de l'Eurovision[145] mais c'est en Suède que l'Eurovision est une véritable institution. Dans ce pays où le Concours atteint généralement 80 % de parts d'audience, le Melodifestivalen — l'émission télévisée utilisée comme sélection du représentant suédois — lui-même est déjà un événement[146]. Dans ce pays, le Melodifestivalen et l'Eurovision sont des programmes rassembleurs et intergénérationnels, réunissant aisément les familles[146]. Ainsi, les soirées du Melodifestivalen se tiennent dans des salles de concert pleines, y compris lors des répétitions, et chaque année, nombreux sont les artistes à soumettre une candidature pour y participer[146].

En dehors de l'image liée à sa popularité, le Concours est également perçu comme très gay-friendly dans de nombreux pays[147]. Pour Brian Singleton, professeur et auteur d'un article sur la sociologie des fans de l’Eurovision, une majorité des fans serait homosexuelle, et au fil des années, une association entre Eurovision et gays a été créée[147]. De nombreux participants au Concours font d'ailleurs eux-mêmes partie de la communauté LGBT et notamment les vainqueurs Dana International, Marija Šerifović et Conchita Wurst[147].

Audiences télévisées cumulées[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous récapitule les audiences du Concours à travers le monde ainsi qu'en France depuis 2009 :

Audiences
Année Monde France
2009 122 000 000[148] 5 700 000[149]
2010 108 000 000[150] 3 600 000[151]
2011 114 500 000[152] 4 900 000[153]
2012 102 900 000[154] 3 984 000[155]
2013 170 000 000[156] 2 700 000[157]
2014 195 000 000[158] 2 600 000[159]
2015 197 000 000[160] 4 412 000[161]
2016 204 000 000[162] 4 970 000[163]
2017 182 000 000[164] 4 700 000[165]

Programmes dérivés[modifier | modifier le code]

Depuis 1956, l'Eurovision a inspiré plusieurs festivals et compétitions musicales, à des niveaux nationaux ou internationaux.

Certains existent toujours :

Certains ont disparu :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Vincent Bayer (sous la direction de Jean Lohisse et Brigitte de Le Court), L'Eurovision dans son énonciation : analyse des dispositifs télévisuels du Concours Eurovision de la chanson de 1984 à 1991, et interprétations pragmatiques (mémoire de licence en communication sociale), Université catholique de Louvain (Belgique), , 96 p.
  • David Chiche, L'Eurovision: Un Divertissement Comme Les Autres ?, Editions universitaires europeennes EUE, , 132 p. (ISBN 9783841661142)
  • Sofronis Clerides et Thanasis Stengos, « Love thy Neighbor Love thy Kin: Strategy and Bias in the Eurovision Song Contest », University of Cyprus Working Papers in Economics,‎ . 
  • (en) Robert Deam Tobin (auteur et éditeur), Ivan Raykoff (éditeur) et al., A Song for Europe: Popular Music and Politics in the Eurovision Song Contest, , 189 p. (ISBN 9780754658788)
  • Bertrand Dicale, Les Miscellanées de la chanson française, Les Éditions Fetjaine, , 379 p. (ISBN 9782354251314). 
  • Emmanuel Dufey (sous la direction de Michel Demeuldre), Le Concours Eurovision de la chanson : reflet de la chanson de variétés des cinquante dernières années ou monument de la culture kitsch ? (mémoire de licence en journalisme), Université libre de Bruxelles (Belgique),
  • (en) Jan Feddersen et Ivor Lyttle, Congratulations. 50 Years of The Eurovision Song Contest. The Official DVD. 1956-1980, Copenhague, CMC Entertainment, . 
  • (en) Jan Feddersen et Ivor Lyttle, Congratulations. 50 Years of The Eurovision Song Contest. The Official DVD. 1981-2005, Copenhague, CMC Entertainment, . 
  • (en) Daniel Fenn, Omer Suleman, Janet Efstathiou et Neil F. Johnson, « How does Europe Make Its Mind Up? Connections, cliques, and compatibility between countries in the Eurovision Song Contest », Physics A, vol. 360,‎ (résumé)
  • (en) Victor Ginsburgh et Abdul G. Noury, « The Eurovision Song Contest. Is voting political or cultural? », European Journal of Political Economy, vol. 24,‎ (résumé). 
  • Jean-François Gleyze, « L'impact du voisinage géographique des pays dans l’attribution des votes au Concours Eurovision de la Chanson », Cybergeo : European Journal of Geography, série Systèmes, Modélisation, Géostatistiques, document 515,‎ (lire en ligne)
  • (en) Jack Goldstein et Frankie Taylor, 101 Amazing Facts About The Eurovision Song Contest, Andrews UK Limited, , 24 p. (ISBN 9781782349242)
  • (en) Marco Haan, Gerhard Dijkstra et Peter Dijkstra, « Expert Judgment Versus Public Opinion – Evidence from the Eurovision Song Contest », Journal of Cultural Economics, vol. 29,‎ , p. 29. 
  • Jean-Pierre Hautier, La folie de l'Eurovision, Bruxelles, Éditions de l'Arbre, , 221 p. (ISBN 9782874620508). 
  • (en) Des Mangan, This Is Sweden Calling, Stockholm, Random House Australia, , 243 p. (ISBN 9781740512954)
  • (en) John Kennedy O'Connor, The Eurovision Song Contest. 50 Years. The Official History, Londres, Carlton Books Limited, . 
  • (it) Laura Olivazzi, Social TV, paradigmi e modelli interpretativi della fruizione televisiva contemporanea, 2014/2015, 149 p. (lire en ligne)
  • Jean-Marc Richard, Nicolas Tanner et Mary Clapasson, La saga de l'Eurovision, Favre Pierre-Marcel Eds, , 430 p. (ISBN 9782828915490). 
  • (en) Kevin Snelgrove, 101 Interesting Facts on The Eurovision Song Contest: Learn About the Annual Song Competition, Andrews UK Limited, , 15 p. (ISBN 9781909949287)
  • (en) Dafni Tragaki, Empire of Song: Europe and Nation in the Eurovision Song Contest, Scarecrow Press, , 336 p. (ISBN 9780810888173)
  • (en) UER, 50 years of Eurovision, Genève, UER, , 76 p. (lire en ligne). 
  • Fabien Venon, « L'Eurovision et les frontières culturelles de l'Europe », Cybergeo : European Journal of Geography, série Débats, Europe et Culture,‎ , p. 2. 
  • (en) Chris West, Eurovision!: A History of Modern Europe Through the World's Greatest Song Contest, Melville House Limited, , 320 p. (ISBN 9780993414992)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dialecte d'allemand autrichien de la région de Mühlviertler (en).
  2. Le rapport s'obtient en comparant le nombre de points obtenus au nombre maximal de points que le vainqueur pouvait obtenir, prenant ainsi en compte le fait qu'un pays ne peut pas voter pour lui-même.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Feddersen et Lyttle 2005, p. 1.
  2. a, b et c Haan, Dijkstra et Dijkstra 2005, p. 62.
  3. Venon 2007, p. 2.
  4. UER 2004, p. 6.
  5. a et b (en) UER, « In a nutshell », sur eurovision.tv (consulté le 22 juillet 2017).
  6. a et b O'Connor 2005, p. 8.
  7. Richard, Tanner et Clapasson 2017, p. 23.
  8. a et b (en) Gordon Roxburgh, « A diamond day for the Eurovision Song Contest », sur eurovision.tv, (consulté le 27 juillet 2017).
  9. a et b Feddersen et Lyttle 2005, p. 11.
  10. (en) UER, « Lugano 1956 », sur eurovision.tv (consulté le 22 juillet 2017).
  11. a et b O'Connor 2005, p. 10.
  12. O'Connor 2005, p. 12.
  13. O'Connor 2005, p. 16.
  14. O'Connor 2005, p. 17.
  15. (en) « Eurovision nul points hall of fame », sur news.bbc.co.uk, (consulté le 27 juillet 2017).
  16. a et b (en) UER, « Copenhagen 1964 », sur eurovision.tv (consulté le 22 juillet 2017).
  17. a et b Feddersen et Lyttle 2005, p. 5.
  18. O'Connor 2005, p. 26.
  19. (en) UER, « London 1968 », sur eurovision.tv (consulté le 22 juillet 2017).
  20. O'Connor 2005, p. 36.
  21. O'Connor 2005, p. 39.
  22. O'Connor 2005, p. 43.
  23. O'Connor 2005, p. 41.
  24. O'Connor 2005, p. 57.
  25. Dicale 2009, p. 97.
  26. O'Connor 2005, p. 63.
  27. (en) Paul Jordan, « Raising the Bar Ever Higher as Eurovision Heads to Baku », sur escinsight.com, (consulté le 27 juillet 2017).
  28. Hautier 2010, p. 65.
  29. O'Connor 2005, p. 109.
  30. (en) UER, « Dublin 1988 », sur eurovision.tv (consulté le 1er août 2017).
  31. a et b (en) UER, « Lausanne 1989 », sur eurovision.tv (consulté le 22 juillet 2017).
  32. (en) UER, « Rome 1991 », sur eurovision.tv (consulté le 22 juillet 2017).
  33. a, b et c Feddersen et Lyttle 2005, p. 12.
  34. a, b et c O'Connor 2005, p. 133.
  35. a et b (en) UER, « Oslo 1996 », sur eurovision.tv (consulté le 22 juillet 2017).
  36. a et b (en) UER, « Dublin 1997 », sur eurovision.tv (consulté le 22 juillet 2017).
  37. a, b, c et d (en) UER, « Jerusalem 1999 », sur eurovision.tv (consulté le 22 juillet 2017).
  38. a et b O'Connor 2005, p. 157.
  39. O'Connor 2005, p. 164.
  40. (en) UER, « The end of a decade : Copenhagen 2001 », sur eurovision.tv, (consulté le 22 juillet 2017).
  41. (en) UER, « Copenhagen 2001 », sur eurovision.tv (consulté le 22 juillet 2017).
  42. a, b et c (en) UER, « Riga 2003 », sur eurovision.tv (consulté le 22 juillet 2017).
  43. a et b (en) UER, « The end of a decade : Istanbul 2004 », sur eurovision.tv, (consulté le 22 juillet 2017).
  44. (en) UER, « Happy Birthday, Eurovision ! », sur Wayback Machine, (consulté le 22 juillet 2017).
  45. (en) UER, « Kyiv 2005 », sur eurovision.tv (consulté le 22 juillet 2017).
  46. a et b (en) UER, « The end of a decade : Belgrade 2008 », sur eurovision.tv, (consulté le 22 juillet 2017).
  47. (en) UER, « New trophy for Eurovision Song Contest », sur eurovision.tv, (consulté le 22 juillet 2017).
  48. (en) UER, « Countdown to Baku - Moscow 2009 », sur eurovision.tv, (consulté le 22 juillet 2017).
  49. (en) UER, « Juries also get 50% stake in Semi-Final result », sur eurovision.tv, (consulté le 22 juillet 2017).
  50. (en) UER, « Eurovision Song Contest logo evolves », sur eurovision.tv, (consulté le 22 juillet 2017).
  51. a et b (en) UER, « Australia to compete in the 2015 Eurovision Song Contest », sur eurovision.tv, (consulté le 22 juillet 2017).
  52. (en) Victor Escudero, « Eurovision Song Contest awarded Guinness world record », sur eurovision.tv, (consulté le 18 juillet 2017).
  53. « L'Eurovision menace d'exclure l'Ukraine si elle persiste à s'en prendre à la chanteuse russe », sur 20minutes.fr, (consulté le 22 juillet 2017).
  54. « L'Ukraine prive plusieurs journalistes russes d'Eurovision », sur lorientlejour.com, (consulté le 22 juillet 2017).
  55. (en) Anthony Granger, « Ukraine : UA:PBC to appeal EBU fine », sur eurovoix.com, (consulté le 22 juillet 2017).
  56. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v et w (en) UER, « Rules », sur eurovision.tv (consulté le 22 juillet 2017).
  57. a, b et c Clerides et Stengos 2006, p. 1.
  58. a, b, c et d (en) Paul Jordan et Josianne Zwart, « What does it take to become a Eurovision host city? », sur eurovision.tv, (consulté le 30 juillet 2017).
  59. a, b, c et d (en) UER, « Event weeks », sur eurovision.tv (consulté le 27 juillet 2017).
  60. (en) UER, « Naples 1965 », sur eurovision.tv (consulté le 22 juillet 2017).
  61. (en) UER, « Luxembourg 1966 », sur eurovision.tv (consulté le 22 juillet 2017).
  62. (en) UER, « Luxembourg 1973 », sur eurovision.tv (consulté le 22 juillet 2017).
  63. (en) UER, « Admission », sur ebu.ch (consulté le 22 juillet 2017).
  64. (en) UER, « EBU - Members », sur ebu.ch (consulté le 27 juillet 2017).
  65. (en) UER, « All events », sur eurovision.tv (consulté le 30 juillet 2017).
  66. (en) UER, « London 1960 », sur eurovision.tv (consulté le 27 juillet 2017).
  67. a et b (en) UER, « London 1963 », sur eurovision.tv (consulté le 22 juillet 2017).
  68. (en) UER, « Edinburg 1972 », sur eurovision.tv (consulté le 27 juillet 2017).
  69. (en) UER, « Brighton 1974 », sur eurovision.tv (consulté le 27 juillet 2017).
  70. (en) UER, « The Hague 1980 », sur eurovision.tv (consulté le 27 juillet 2017).
  71. a et b O'Connor 2005, p. 24.
  72. (en) UER, « Germany », sur eurovision.tv (consulté le 22 juillet 2017).
  73. (en) UER, « France », sur eurovision.tv (consulté le 22 juillet 2017).
  74. a, b, c, d, e et f (en) UER, « United Kingdom », sur eurovision.tv (consulté le 22 juillet 2017).
  75. a et b (en) UER, « Ireland », sur eurovision.tv (consulté le 22 juillet 2017).
  76. (en) UER, « Norway », sur eurovision.tv (consulté le 22 juillet 2017).
  77. (en) UER, « Finland », sur eurovision.tv (consulté le 22 juillet 2017).
  78. (en) Jacob Stolworthy, « Eurovision 2017 winner: Portugal triumphs in shock victory over favourites Italy », sur independent.co.uk, (consulté le 27 juillet 2017).
  79. a, b, c, d et e (en) « Eurovision Song Contest Statistics 2014 », sur nemesis-nick.blogspot.fr, (consulté le 27 juillet 2017).
  80. (en) Mike Bos, « List : The ten countries that have competed the most times at Eurovision without a win », sur wiwibloggs.com, (consulté le 27 juillet 2017).
  81. a et b (en) UER, « Ireland », sur eurovision.tv (consulté le 27 juillet 2017).
  82. (en) UER, « Luxembourg », sur eurovision.tv (consulté le 27 juillet 2017).
  83. Hautier 2010, p. 61.
  84. O'Connor 2005, p. 105.
  85. O'Connor 2005, p. 107.
  86. (en) UER, « 25 years ago - Johnny Logan wins for the second time », sur eurovision.tv, (consulté le 22 juillet 2017).
  87. O'Connor 2005, p. 23.
  88. O'Connor 2005, p. 141.
  89. a, b et c (en) UER, « Stockholm 2000 », sur eurovision.tv (consulté le 22 juillet 2017).
  90. Gary Assouline, « Des centaines de milliers d'internautes contestent les résultats de l'Eurovision », sur Le Huffington Post, (consulté le 17 mai 2016).
  91. O'Connor 2005, p. 37.
  92. (en) UER, « Sotckholm 1975 », sur eurovision.tv (consulté le 22 juillet 2017).
  93. O'Connor 2005, p. 64.
  94. (en) UER, « Paris 1978 », sur eurovision.tv (consulté le 22 juillet 2017).
  95. O'Connor 2005, p. 75.
  96. (en) UER, « Jerusalem 1979 », sur eurovision.tv (consulté le 22 juillet 2017).
  97. a et b (en) UER, « The end of a decade : Stockholm 2000 », sur eurovision.tv, (consulté le 22 juillet 2017).
  98. (en) « Lebanon withdraws from Eurovision », sur bbc.co.uk, (consulté le 22 juillet 2017).
  99. (en) UER, « Georgian song lyrics do not comply with Rules », sur eurovision.tv, (consulté le 22 juillet 2017).
  100. (en) Marcus Klier, « Georgians admit using Eurovision for politics », sur esctoday.com, (consulté le 22 juillet 2017).
  101. (en) UER, « The end of a decade : Moscow 2009 », sur eurovision.tv, (consulté le 22 juillet 2017).
  102. (en) Marcus Klier, « Armenia accuses Azerbaijan of voting manipulation », sur esctoday.com, (consulté le 22 juillet 2017).
  103. (en) Zaven Shegrikyan, « Azerbaijan: Voters for Armenia taken to the National Security », sur esctoday.com, (consulté le 22 juillet 2017).
  104. (en) Benny Royston, « EBU : “Breach of voting privacy is unacceptable” », sur esctoday.com, (consulté le 22 juillet 2017).
  105. (en) Onnik Krikorian, « Can Eurovision Succeed Where Diplomacy Has Failed? », sur araratmagazine.org, (consulté le 22 juillet 2017).
  106. (en) Benny Royston, « EBU to change Eurovision Rules after Azerbaijan inquest », sur esctoday.com, (consulté le 22 juillet 2017).
  107. (en) UER, « Armenia withdraws from Eurovision 2012 », sur eurovision.tv, (consulté le 22 juillet 2017).
  108. (en) « Armenia Fined for Refusal to Take Part in Eurovision 2012 », sur sputniknews.com, (consulté le 22 juillet 2017).
  109. (en) Daisy Wyatt, « Eurovision 2014: Russia act, the identical Tolmachevy twins, jeered by crowd during final », sur independent.ie, (consulté le 27 juillet 2017).
  110. (en) Alec Luhn, « Russia strikes provocative note for Eurovision in Ukraine », sur theguardian.com, (consulté le 27 mai 2017).
  111. (en) Jessica Weaver, « Russia : Officially withdraws from the Eurovision Song Contest 2017 », sur esctoday.com, (consulté le 27 mai 2017).
  112. a, b, c et d (en) UER, « The end of a decade : Helsinki 2007 », sur eurovision.tv, (consulté le 22 juillet 2017).
  113. (en) UER, « Eurovision TV Director responds to allegations on voting », sur eurovision.tv, (consulté le 22 juillet 2017).
  114. a et b O'Connor 2005, p. 59.
  115. O'Connor 2005, p. 62.
  116. O'Connor 2005, p. 113.
  117. O'Connor 2005, p. 174.
  118. (en) UER, « The end of a decade : Riga 2003 », sur eurovision.tv, (consulté le 22 juillet 2017).
  119. (en) UER, « Athens 2006 », sur eurovision.tv (consulté le 22 juillet 2017).
  120. (en) UER, « Countdown to Baku : Athens 2006 », sur eurovision.tv, (consulté le 22 juillet 2017).
  121. (en) « Finns shocked by Eurovision band », sur bbc.co.uk, (consulté le 22 juillet 2017).
  122. (en) UER, « The end of a decade : Athens 2006 », sur eurovision.tv, (consulté le 22 juillet 2017).
  123. Hautier 2010, p. 149.
  124. Hautier 2010, p. 146.
  125. (en) Victor Hondal, « Daniel Diges : “I wished to sing twice and I did it” », sur esctoday.com, (consulté le 22 juillet).
  126. (en) UER, « Oslo 2010 », sur eurovision.tv (consulté le 27 juillet 2017).
  127. Ginsburgh et Noury 2008, p. 42.
  128. Clerides et Stengos 2006, p. 5.
  129. Clerides et Stengos 2006, p. 9.
  130. Fenn et al. 2006, p. 578.
  131. Clerides et Stengos 2006, p. 3.
  132. Fenn et al. 2006, p. 588.
  133. Thibaut Temmerman, « L'Eurovision n'est pas seulement un spectacle kitsch et décalé », sur taurillon.org, (consulté le 24 juillet 2017).
  134. a, b, c et d Aurélie Blondel, « Pourquoi la France déteste tellement l'Eurovision », sur slate.fr, (consulté le 24 juillet 2017).
  135. a, b et c Patrice Gascoin, « L'Eurovision au second degré », sur lefigaro.fr, (consulté le 24 juillet 2017)
    « une émission de variétés qui sent parfois la naphtaline et manque de pep's ».
  136. a et b Anne-Catherine Renaud, « L’Eurovision, ce n’est plus ringard! », sur lematin.ch, (consulté le 24 juillet 2017).
  137. « Le calamiteux destin de la France à l'Eurovision », sur lexpress.fr, (consulté le 24 juillet 2017).
  138. Olivier Perrin, « L’Eurovision de la chanson, politique depuis toujours, pas « beauf » du tout », sur letemps.ch, (consulté le 24 juillet 2017).
  139. Céline Bayet, « "L'Eurovision n'est ringard qu'en France" », sur 7sur7.be, (consulté le 24 juillet 2017).
  140. Mathieu Dehlinger, « Six réponses à votre beau-père Jean-Louis qui pense que l'Eurovision, c'est naze », sur francetvinfo.fr, (consulté le 24 juillet 2017).
  141. Simon Gourmellet, « Eurovision 2017 : "L'engouement des fans de l'Eurovision est le signe d'un désir d'Europe" », sur francetvinfo.fr, (consulté le 24 juillet 2017).
  142. (it) « Eurovision Song Contest 2011: torna l’Italia e si torna a parlarne.. o sparlarne? », sur eurofestivalnews.com, (consulté le 24 juillet 2011).
  143. a, b et c Olivazzi 2014/2015, p. 125-129.
  144. (en) Anthony Granger, « Italy : 3.7 million viewers watched the Grand Final », sur eurovoix.com, (consulté le 24 juillet 2017).
  145. (en) « Program », sur conferences.saxo.ku.dk (consulté le 24 juillet 2017).
  146. a, b et c Anne-Françoise Hivert, « Pourquoi l'Eurovision met la Suède en transe », sur teleobs.nouvelobs.com, (consulté le 24 juillet 2017).
  147. a, b et c Sabrina Haessler, « L'Eurovision et l'homosexualité, une histoire de strass et de tolérance », sur france24.com, (consulté le 24 juillet 2017).
  148. (en) UER, « Over 122 million viewers for 2009 Eurovision Song Contest », sur eurovision.tv, (consulté le 22 juillet 2017).
  149. « Carton d'audience pour l'Eurovision 2009 ! », sur programme-tv.net, (consulté le 22 juillet 2017).
  150. (en) « EBU releases total viewing figures for the Eurovision Song Contest 2010 », sur eurovisionary.com, (consulté le 22 juillet 2017).
  151. Julien Lalande, « L'émission a réuni 3,6 millions de téléspectateurs. », sur ozap.com, (consulté le 22 juillet 2017).
  152. (en) UER, « 114.5 million watched Eurovision Song Contest », sur ebu.ch, (consulté le 22 juillet 2017).
  153. Damien Mercereau, « Succès d'audience pour l'Eurovision 2011 », sur lefigaro.fr, (consulté le 22 juillet 2017).
  154. (en) UER, « Over 100 million saw Eurovision 2012 », sur eurovision.tv, (consulté le 22 juillet 2013).
  155. « Eurovision 2012, une audience en forte baisse », sur lexpress.fr, (consulté le 22 juillet 2017).
  156. (en) UER, « Eurovision 2013 reaches 170 million worldwide », sur eurovision.tv, (consulté le 22 juillet 2017).
  157. « Eurovision 2013 : 1er des audiences aux Pays-Bas, 2ème en Espagne… quid de la France ? », sur eurovision-quotidien.com, (consulté le 22 juillet 2017).
  158. (en) UER, « Eurovision Song Contest 2014 reaches 195 million worldwide », sur eurovision.tv, (consulté le 22 juillet 2017).
  159. Kevin Boucher, « Eurovision 2014 : 90% d'audience au Danemark, 80% en Suède, la France très loin derrière », sur ozap.com, (consulté le 22 juillet 2017).
  160. (en) Simon Storvik-Green, « Nearly 200 million people watch Eurovision 2015 », sur eurovision.tv, (consulté le 22 juillet 2017).
  161. Benoît Daragon, « Audiences : L'Eurovision en tête, la fiction de France 3 en grande forme, TF1 au plus bas avec "Money Drop" », sur ozap.com, (consulté le 22 juillet 2017).
  162. (en) UER, « Eurovision Song Contest attracts 204 million viewers ! », sur eurovision.tv, (consulté le 22 juillet 2017).
  163. Benjamin Lopes, « Audiences Eurovision 2016 : 85% de part de marché en Suède, 74% en Belgique, 66% aux Pays-Bas, 52% en Autriche, 38% en Pologne... », sur toutelatele.com, (consulté le 22 juillet 2017).
  164. (en) Paul Jordan, « The 2017 Eurovision Song Contest reaches over 180 million viewers », sur eurovision.tv, (consulté le 22 juillet 2017).
  165. Sébastien Barké, « Eurovision 2017 : une audience globale en forte baisse, la faute à… », sur programme-tv.net, (consulté le 22 juillet 2017).
  166. a et b (en) Steve Rosenberg, « The Cold War rival to Eurovision », sur bbc.com, (consulté le 30 juillet 2017).
  167. (en+cy) Sarah Hill, 'Blerwytirhwng?' The Place of Welsh Pop Music, Ashgate Publishing, , 235 p. (ISBN 9780754658986, lire en ligne), p. 155.
  168. (en) Nadella Vebooboo, « Bundesvision Song Contest 2011 : Meet the contestants », sur wiwibloggs.com, (consulté le 30 juillet 2017).
  169. (en) Renske Ten Veen, « Eurovision's Asia-Pacific spin-off will not take place in 2017 », sur wiwibloggs.com, (consulté le 30 juillet 2017).
  170. Laura Lavenne, « TÜRKVIZYON - L’Eurovision snobée, la Turquie lance son propre concours international de la chanson », sur lepetitjournal.com, (consulté le 30 juillet 2017).
  171. (en) Paul Jordan, « The Greatest Song Contest in the World is coming to Asia ! », sur eurovision.tv, (consulté le 18 août 2017)
  172. (en) « About Eurovision Asia Song Contest », sur eurovisionasia.tv (consulté le 18 août 2017)
  173. (ja) « Site officiel du Festival ».