Claude-Henri Vic

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Claude-Henri Vic, nom de plume de Claude-Henri-Benjamin Teissedre, est un compositeur et un éditeur musical français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il commence sa carrière au début des années 1950 en composant des chansons inspirées par la liturgie chrétienne avec des paroles de Jacques Hourdeaux ou des romances avec des paroles de l’ancien chanteur Georges Bérard (Cœurs solitaires pour Tino Rossi 1954).

Ensuite, au début des années 1960, il collabore avec l’auteur Georges Coulonges (Ben-Dupont, 1961). En 1960 toujours, il signe Federico Garcia Lorca avec et pour Jean Ferrat, qui reste l'unique chanson enregistrée par Ferrat dont il n'est pas lui-même le compositeur[1]. Il compose également pour Christine Sèvres, alors épouse de Jean Ferrat (Le Plaisir, 1962).

Mais c’est en composant Un premier amour (paroles de Rolland Valade) pour Isabelle Aubret qu’il accède à la notoriété grâce au Grand Prix que celle-ci remporte au Concours Eurovision de la chanson 1962.

Son grand succès suivant est une composition pour Hugues Aufray, À bientôt nous deux, avec des paroles de Robert Gall (1964).

Puis il compose notamment quelques titres estimables pour France Gall : Le Premier chagrin d’amour (paroles de Robert Gall, 1964), On se ressemble toi et moi (paroles de Robert Gall, 1965), Bonsoir John John (paroles de Gilles Thibaut, 1966) et Les Yeux bleus (paroles de Robert Gall, 1967).

De 1960 à 1972, Claude-Henri Vic a été le directeur général artistique des éditions musicales Fantasia, filiale des disques français Festival.

Notes et références[modifier | modifier le code]