Hubert Giraud (compositeur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hubert Giraud et Giraud.
Hubert Giraud
Description de l'image defaut.svg.
Informations générales
Nom de naissance Hubert Giraud
Naissance
Marseille (France)
Décès (à 95 ans)
Montreux (Suisse)
Activité principale Compositeur
Genre musical Chanson française
Instruments Guitare
Années actives 19372007

Hubert Giraud, né le à Marseille et mort le à Montreux (Suisse)[1], est un parolier et compositeur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hubert Giraud perd son père lorsqu'il a cinq ans, cet événement le rendant asthmatique. Dans un but thérapeutique, le médecin lui conseille la pratique d’un instrument à vent et le jeune Hubert opte pour l’harmonica.

C'est donc en tant qu'harmoniciste qu'il est engagé pour jouer avec le Quintette du Hot Club de France de Django Reinhardt vers la fin des années 1930.

En 1941, il entre dans l’orchestre de Ray Ventura qui lui demande d'apprendre à jouer d'un second instrument. Giraud choisit la guitare. L'orchestre part pour plusieurs années en Amérique du Sud et Giraud va s’imprégner de rythmes exotiques qu’il saura retranscrire plus tard dans beaucoup de ses œuvres. À son retour, six ans plus tard, il est engagé dans l’orchestre de Jacques Hélian. Il crée ensuite son propre groupe, le trio Do Ré Mi, mais c’est surtout la composition qui l’attire, ce à quoi il va se consacrer.

Un grand mélodiste français[modifier | modifier le code]

Giraud obtient son premier succès en 1950 en composant, avec des paroles de Roger Lucchesi, Aimer comme je t’aime pour l’interprète homonyme Yvette Giraud.

Toujours en 1950, il s’allie avec Jean Dréjac qui va se révéler être l’un des plus talentueux auteurs de son époque. Ils écrivent la chanson-thème du film de Julien Duvivier Sous le ciel de Paris (1951). La chanson au titre éponyme est créée dans le film par Jean Bretonnière avant d’être reprise par Anny Gould. Mais cette œuvre va prendre sa dimension internationale et devenir une image emblématique de Paris et de la France grâce à des chanteurs qui vont la promener sur les scènes du monde entier : Les Compagnons de la chanson, Jacqueline François, Juliette Gréco, Yves Montand, Jean Sablon et Édith Piaf.

Interprètes[modifier | modifier le code]

Des années 1950 aux années 1980, Giraud enchaîne succès sur succès pour les interprètes les plus populaires :

1950
1951
1954
1955
1957
1958
1959
1960
1961
1963
1964
  • Claude Nougaro écrit les paroles de :
    • Regarde-moi
    • Sensuel.
    • La Marche arrière.
    • Parler aux femmes.
    • Les Petits bruns et les grands blonds.
  • Rika Zaraï reprend Comme au premier jour.
1965
1967
1968
1969
1970
1971
1972
1973
1974
1976
1977
1979
1982
1988

Les trois ténors José Carreras, Plácido Domingo et Luciano Pavarotti, lors de leur concert donné à Paris en 1998, ont interprété Sous le ciel de Paris, seule chanson française de variété de leur sélection classique[réf. nécessaire].

Musiques de films[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]