Marie Myriam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marie Myriam
Description de cette image, également commentée ci-après

Marie Myriam en 2007.

Informations générales
Nom de naissance Myriam Lopes
Naissance (60 ans)
Drapeau du Congo belge Luluabourg
Activité principale Chanteuse
Instruments Voix

Myriam Lopes Elmosnino, dite Marie Myriam, née le à Luluabourg au Congo belge (aujourd'hui République démocratique du Congo), est une chanteuse française d'origine portugaise.

Elle est la gagnante du Concours Eurovision de la chanson 1977 avec la chanson L'Oiseau et l'enfant.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

D'origine portugaise, Myriam Lopes passe une partie de son enfance au Congo belge - actuelle République démocratique du Congo - où elle est née en 1957. En 1963, à six ans, elle arrive à Paris avec ses parents et sa petite sœur. Ils vivent alors dans un hôtel vétuste au numéro 6 de la rue Planchat du XXe arrondissement de Paris. Ses parents décident de le transformer en restaurant qu'il nomme Le Ribatejo. Chaque soir, des chanteurs de fado s'y produisent. Parmi les clients, figure un jour l'auteur-compositeur Jean-Paul Cara qui découvre le potentiel de Myriam qui rêve d'être chanteuse[1]. Il lui présente un auteur et Myriam Lopes prend pour nom de scène Marie Myriam.

Débuts dans la chanson[modifier | modifier le code]

Marie Myriam commence sa carrière de chanteuse en 1976 avec la chanson Ma colombe écrite par Bob Dupac et composée par Jean-Paul Cara. Le titre connaît un succès moyen en France et au Québec. Son disque sort en septembre 1976, et contient cette chanson ainsi que Rêves d'ailleurs (également titre du disque) composée par Cara. Les arrangements sont de l'auteur-compositeur et chef d'orchestre Tony Rallo (notamment compositeur de la chanson Un, deux, trois, interprétée par Catherine Ferry, classée 2e à l'Eurovision 1976).

Concours Eurovision de la chanson[modifier | modifier le code]

Sélection française[modifier | modifier le code]

En février 1977, à 19 ans, Marie Myriam fait partie des quatorze candidats sélectionnés pour le Concours de la chanson française pour l'Eurovision 1977 se déroulant au studios des Buttes-Chaumont à Paris et retransmis sur TF1. Les deux demi-finales et la finale sont présentées par Évelyne Leclercq, Yves Lecoq et Patrick Sébastien (elle se fiancera avec ce dernier en 1978). Le 27 février, Marie Myriam participe avec six autres artistes à la deuxième demi-finale et y interprète la chanson L'Oiseau et l'Enfant écrite par Joe Gracy et composée par Jean-Paul Cara. À la suite du télévote des téléspectateurs, elle arrive en tête et est qualifiée pour la finale avec deux autres candidates, Monique Pianéa et son titre Je suis comme elle et Corinne Colbert avec la chanson La poupée. Le 6 mars 1977, lors de la finale, les six candidats sélectionnés lors des deux demi-finales réinterprètent leur chanson. Grâce aux votes des téléspectateurs par téléphone, Marie Myriam est choisie comme représentante de la France au Concours Eurovision 1977 devant Corinne Colbert, Delfine avec la chanson Du côté de l'enfance, Colin Verdier qui a interprété La Vie tu sais, Pierre Charby avec le titre Chacun sa chanson d'amour et Monique Pianéa. Alors qu'aucune maison de disque ne veut produire le titre, Polydor s'empare de la chanson et le 45 tours sort le 4 avril 1977.

Finale[modifier | modifier le code]

Lors des répétitions à Londres, Marie Myriam n'est pas contente de sa voix et, dès lors, elle s'écroule dans les classements des bookmakers. Le 7 mai 1977, lors du 22e Concours Eurovision de la chanson se déroulant au Wembley Conference Center de Londres, Marie Myriam représente donc la France, à la veille de ses vingt ans. Peu avant son passage, les choristes féminines doivent changer leur robes trop transparentes. Elle passe sur la scène en dix-huitième et dernière position, accompagnée par cinq choristes, dont Martine Latorre et Francine Chantereau (du groupe Les Fléchettes), et sous la direction du chef d'orchestre Raymond Donnez. Elle chante les deux premières phrases a capella. Au terme du vote final des pays, elle remporte le concours avec 136 points (dont trois « douze points » attribués par la Finlande, l'Allemagne et la Suisse), devançant le Royaume-Uni, l'Irlande et Monaco représenté par Michèle Torr avec la chanson Une petite Française. Marie Myriam offre ainsi à la France sa cinquième victoire dans le Concours Eurovision de la chanson. Alors qu'elle doit regagner la scène pour recevoir son prix et réinterpréter sa chanson, un caméraman de la BBC qui la filme chute sur le tapis. Marie, en pleurs et qui se fait attendre, l'aide à se relever tandis que la présentatrice Angela Rippon fait tout pour meubler l'antenne. Marie Myriam reçoit la médaille du grand prix des mains de sir Charles Curran, président de l'UER et directeur de la BBC. Elle confiera après qu'elle était tellement nerveuse, lors de sa prestation lors de la finale, qu'elle ne put empêcher ses mains de trembler. En 2017, elle déclare : « J'allais en bus à Wembley, je suis rentrée en Rolls. »

Marie Myriam enregistrera la chanson L'Oiseau et l'Enfant en anglais, allemand, italien, espagnol et portugais. Elle se classera 17e aux Pays-Bas, 19e en Allemagne, et 42e dans les charts au Royaume-Uni en juin 1977.

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1979, Marie Myriam est désignée « plus belle voix de France » et sacrée meilleure interprète de l'année.

Au début de sa carrière, dans les années 1980, elle chante beaucoup de chansons pour la jeunesse, comme celles des dessins animés tels que Le merveilleux voyage de Nils Holgersson au pays des oies sauvages ou encore le générique d'une émission pour la jeunesse sur TF1 diffusée chaque année pendant les fêtes de Noël : Les Visiteurs de Noël.

Marie Myriam représente la France au Yamaha Music Festival, en 1981, avec la chanson Sentimentale où elle se classe neuvième.

Avec les chansons Tout est pardonné (Top 6 en 1987) et Dis-moi les silences (Top 43 en 1988), elle parvient à se classer parmi les meilleures ventes de 45 tours en France dans le Top 50.

Ses nombreux albums contiennent plusieurs autres succès, notamment La Leçon de Prévert en 1978, Un Homme libre et Toujours partir en 1979, Los Olvidados en 1980, Sentimentale en 1982, La plus belle chanson d'amour (version française d'I'll Find my Way Home de Jon Anderson et Vangelis) et Nostalgia en 1985 ; Tout est pardonné en 1987 (Jean-Marc Laurent de NRJ et TF1 joue, dans le clip vidéo, le rôle de son amant), Dis-moi les silences en 1988 et Petit homme en 1990.

Le 20 mars 1983, sur Antenne 2, elle présente en direct du Théâtre de l'Empire à Paris, avec Jean-Pierre Foucault la sélection nationale française pour le Concours Eurovision de la chanson.

En 1988, elle réenregistre L'Oiseau et l'Enfant produit par Laureen Music et publié aux Éditions Do Si La Music.

En 1989, elle rejoint Charles Aznavour et d'autres chanteurs en étant solidaire pour les Arméniens qui ont souffert du tremblement de terre survenu l'année précédente, en interprétant avec le collectif Pour toi Arménie.

Marie Myriam quitte pendant quelque temps le milieu artistique pour élever sa famille et s'occuper du restaurant, créée par ses parents et qu'elle reprend en 2002. Rebaptisé L'Auberge de Marie, elle le cède en 2008[2].

Elle revient sur le devant de la scène vers 1995 pour le lancement de deux compilations : Atouts et Charme, ainsi que deux nouveaux titres.

Marie Myriam a été membre du jury français lors de plusieurs éditions du Concours Eurovision de la chanson. Elle a été également, entre 1997 et 2000, en 2002 puis en 2005, la porte-parole de la France lors du Concours Eurovision, annonçant depuis Paris les points attribués par le jury français lors du vote final du concours. Elle est régulièrement invitée lors d'émissions consacrées à l'Eurovision.

Le 22 octobre 2005, elle participe à l'émission Congratulations : cinquante ans du Concours Eurovision de la chanson à Copenhague au Danemark, retransmise sur de nombreuses chaînes dans le monde dont TMC. Elle y interprète L'Amour est bleu de Vicky (classée quatrième pour le Luxembourg à l'Eurovision 1967). Elle annonce en anglais le passage de Sertab Erener, la gagnante turque du Concours Eurovision 2003 avec la chanson Everyway That I Can. La même année, elle signe la préface de la version française du livre The Eurovision Song Contest : le livre des 50 ans de John Kennedy O'Connor.

En 2007 et 2008, elle participe à la saison 2 de la tournée Âge tendre et Têtes de bois.

En 2007, elle est actrice et chanteuse dans le film musical King Size, réalisé par Patrick Maurin, sur un scénario et des chansons de Stéphane Botti et de Christophe Botti. Elle y interprète Le Blues de la Maman et De l'amour à revendre.

En 2008, elle enregistre un album de treize standards de chants de Noël Tous les anges chantent[3]. Avec entre autres titres  : Noël Blanc, Promenade en traîneau, I'll be Home For Xmas, Winter Wonderland accompagné par l'orchestre symphonique de Budapest (soixante musiciens) dirigé par Guy Mattéoni.

En 2012, elle participe au single caritatif Je reprends ma route en faveur de l'association Les Voix de l'enfant[4].

En 2017, pour ses 40 ans de carrière, Marie Myriam sort un double best-of de ses plus grands succès. Elle publie le livre La Fille du Ribatejo dans lequel elle évoque son enfance, l'Eurovision et sa famille. À ce titre, elle déclare « Mon livre, c'est un au revoir et un merci à mon public ».

Famille[modifier | modifier le code]

En mars 1978, Marie Myriam se fiance avec l'imitateur Patrick Sébastien qu'elle a rencontré lors d'une tournée avec le chanteur Dave[5], fiançailles non suivies de mariage.

Elle épouse Michel Elmosnino, directeur artistique chez Polydor rencontré un an après sa victoire à l'Eurovision[6]. Le couple a une fille, Laureen née en 1982 et un fils, Richard né en 1990. En 2005, Laureen se présente au casting de la saison 3 du télé-crochet Nouvelle Star sur M6 mais n'est pas retenue par le jury au terme de son audition. Elle est animatrice dans un parc d’attractions et sur la chaîne L'Équipe 21, Richard est dans la photographie[7]. Michel Elmosnino meurt en décembre 2013, après trente-quatre ans de vie commune avec Marie[6].

Discographie[modifier | modifier le code]

45 Tours et simples[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

  • 1977 : L'Oiseau et l'Enfant (Polydor - 33T - 2473 081)
  • 1979 : Le Cœur somnambule (33T Polydor 2393 243)
  • 1985 : Calin Caline
  • 1988 : En plein cœur
  • 1991 : Album VII (CD paru au Québec seulement)
  • 1991 : Tout Simplement Marie Myriam (album -compilation)
  • 2007 : Encore (compilation avec de nouveaux titres)
  • 2008 : Tous les anges chantent (album de Noël)

Compilations[modifier | modifier le code]

  • 1994 : 14 plus grands succès (compilation)
  • 1995 : Atouts - Ses plus beaux inédits (compilation)
  • 1996 : Charme (compilation avec 4 inédits)
  • 2012 : Best of Référence 80
  • 2017 : 40 ans de carrière (40 titres)

Reprise[modifier | modifier le code]

En 2016, les Kids United ont repris la chanson L'Oiseau et l'Enfant sur leur album Tout le bonheur du monde.

Publications[modifier | modifier le code]

  • 2005 : The Eurovision Song Contest : le livre officiel des 50 ans de John Kennedy O'Connor, préface de Marie Myriam.
  • 2017 : La fille du Ribatejo de Marie Myriam, avec Serge Poézévara, Éditions l'Archipel.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Agnès Pellerin, Les Portugais à Paris, Editions Chandeigne, , p. 194.
  2. Coline Achard, Restaurants. Épiceries. Saveurs du monde à Paris, Nouvelles Editions de l'Université, , p. 85.
  3. STE 30062266422 Sony/Bmg
  4. « Les voix de l'enfant », sur mymajorcompany.com (consulté le 28 novembre 2013)
  5. Télé 7 Jours n° 931, semaine du 1er au 7 avril 1978, page 118 : « côté vie privée, Marie vient de se fiancer avec Patrick Sébastien, le jeune imitateur qui passe tous les soirs aux "Six Jours" de Guy Lux ».
  6. a et b Karine Hernandez, « Marie Myriam : frappée par le décès de son mari, elle raconte son difficile deuil », Voici.fr,‎ (lire en ligne)
  7. Olivier Bohin, « Marie Myriam : "J’ai pu réaliser tous mes rêves" », sur lechorepublicain.fr, .

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :