Jean-Pierre Bourtayre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean-Pierre Bourtayre
Jean-Pierre Bourtayre en 1962.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (82 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Jean‐Pierre Henri Eugène BourtayreVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Père
Autres informations
Distinction
Œuvres principales

Jean-Pierre Bourtayre est un compositeur français né à Paris le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Pierre Bourtayre est le fils d’Henri Bourtayre, qui a notamment composé pour Tino Rossi et Luis Mariano[1]. Jean-Pierre Bourtayre, va, quant à lui, composer pour de nombreux interprètes, allant de Jacques Dutronc à Charles Aznavour. Il entretiendra aussi une relation privilégiée avec Claude François, dont il sera un temps le directeur artistique et principal collaborateur.

Jean-Pierre Bourtayre amorce sa carrière de compositeur de chansons au début des années 1960, écrivant notamment pour le groupe Les Chats sauvages,dont fait partie Dick Rivers, Les Vautours avec Vic Laurens. En 1966, il collabore avec Erick Saint-Laurent. En 1968, avec Vline Buggy et Hugues Aufray, il compose la chanson Adieu monsieur le professeur qui devient un classique du chanteur.

En 1970, il devient chanteur et interprète notamment Et nous avons parlé de toi, De décembre à décembre ainsi que Il était un prince en Avignon, une chanson écrite en hommage à l'acteur Gérard Philipe qui sera reprise par Mary Hopkin, Esther Ofarim, Claude Dubois et Fabienne Thibeault. En 1971 il interprète Le fils de Matthieu avec Cécile Valéry.

En 1971, sa chanson Un banc, un arbre, une rue permet à la chanteuse Séverine, représentant Monaco, de remporter le grand prix du Concours Eurovision de la chanson[2]. La même année, il devient le directeur artistique de Claude François. Il le restera jusqu'au décès du chanteur en 1978. Pour lui, il compose de nombreuses chansons dont les tubes Le téléphone pleure, Magnolias for Ever et Alexandrie Alexandra[3].

Il compose également des génériques ou des chansons-thème d’émissions télévisées. À ce titre, on lui doit les musiques des deux chansons de la série Arsène Lupin, toutes deux interprétées par Jacques Dutronc : L’Arsène (1971 - première saison) et Gentleman cambrioleur (1973 - seconde saison)[4].

En 1978, il s'associe au parolier Yves Dessca pour "la chanson de Kiki".

En 1979, il crée une comédie musicale, 36 Front populaire, qu'il conçoit en compagnie du parolier Étienne Roda-Gil et du compositeur Jean-Claude Petit. Un album sera produit mais l'œuvre ne sera présentée sur scène que 18 ans plus tard.

En 1980, Jean-Pierre Bourtayre devient directeur de production chez WEA. | En 1983, il rejoint Jacques Revaux chez Tréma.

Il a occupé pendant quelques années le poste de vice-président de la SACEM, dont il est toujours administrateur.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Chansons[modifier | modifier le code]

Comédies musicales[modifier | modifier le code]

Génériques d’émissions et musiques de films[modifier | modifier le code]

Compositeur en collaboration[modifier | modifier le code]

Avec Jean-Claude Petit

  • Stars - TF1 (1980-1981)
  • Champs-Élysées, émission de variétés (1982 à 1990)
  • Stars 90, émission de variétés (1990 à 1994)

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Compositeur de talent Jean-Pierre Bourtayre fils d’Henri se fait un prénom avec des incontournables de la chanson! », France Musique, 18 février 2017.
  2. Benjamin Chaix, « La France craque pour Lupin », La Tribune de Genève, 24 juillet 2017.
  3. « Le vrai Monsieur Alexandrie Alexandra », La Dernière Heure, 9 mars 2013.
  4. Fabien Lecœuvre, 1001 histoires secrètes de chansons, 2017, éditions du rocher lire en ligne.
  5. J'ai bien mangé j'ai bien bu : [à une voix avec chiffrages d'accords], Chambre syndicale de l'édition musicale P. Beuscher [diff.] Fortin [diff.], coll. « Un siècle de chansons françaises », (lire en ligne)
  6. Julien Jouanneau, « L'Express dépoussière les séries télé: Tribunal », L'Express, 6 septembre 2012.

Liens externes[modifier | modifier le code]