Vline Buggy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Vline, nom de plume d'Évelyne Konyn, née en 1929 et morte en 1962, et Buggy, nom de plume de Liliane Konyn, née en 1926, sont des parolières françaises.

Biographie[modifier | modifier le code]

Leur père est le parolier Géo Koger (Georges Konyn), qui travaille avec Vincent Scotto.

C'est sous les pseudonymes de Vline et de Buggy que les deux sœurs Évelyne et Liliane se lancent, dès 1947, dans l'écriture de chansons. Elles choisissent leurs noms au hasard en mettant plusieurs possibilités dans un chapeau.

Ensemble elles composent pour :

Évelyne, l'aînée, tombe malade et meurt en avril 1962. Liliane continue alors sous les deux pseudonymes réunis : Vline Buggy. Parallèlement, elle entre aux éditions Tropicales. Le directeur, Rudy Revil, lui demande alors d’adapter une chanson américaine, Made to Love des Everly Brothers, composée par Phil Everly. Après avoir changé « Rien, Rien, Rien » de son premier texte en « Belles, Belles, Belles », la chanson est enregistrée par Claude François et deviendra le premier succès d’une longue série.

En 1971, elle met un studio d'enregistrement à la disposition d'Alain Le Govic (devenu Alain Chamfort) et de Michel Pelay. C'est là qu'ils écrivent, à partir de 1971, des chansons pour Sylvie Vartan, Sheila, Nicoletta, Hervé Vilard, Petula Clark, jusqu'au jour où Paul Anka, qui rêve d'un autre My Way, leur prend un titre qui va devenir aux États-Unis Do I Love You et qui sera numéro un dans les charts country avant d'être enregistré en français par Claude François sous le titre Plus rien qu'une adresse en commun sur des paroles d'Yves Dessca.

En 1973, elle remporte le grand prix du Concours Eurovision de la chanson pour le Luxembourg avec Tu te reconnaîtras interprétée par Anne-Marie David et composée par Claude Morgan.

Ses découvertes se nomment Linda de Suza, Nathalie Lhermitte, Herbert Léonard et Franck Olivier.

Après plus de quarante ans de carrière, Vline Buggy décide de prendre sa retraite.

Morceaux écrits[modifier | modifier le code]

Pour Claude François (par ordre chronologique)[1][modifier | modifier le code]

  • Belles, belles, belles[2] (Made to love « Girls, girls, girls » des Everly Brothers, musique de Phil Everley), 1962
  • Marche tout droit[2] (Walk right in, de Gus Cannon & Hosea Woods), 1963
  • Pauvre petite fille riche[2], musique de Hubert Giraud, 1963
  • Si j'avais un marteau[2] (If I had a hammer, de Lee Hays et Pete Seeger), 1963
  • La Ferme du bonheur (Mockingbird Hill de Les Paul, Mary Ford, de V. Horton, adaptation musicale de René Rouzaud), 1964
  • Donna Donna[2], musique de S. Secunda, 1964
  • Je sais[2], musique de Claude François et Gérard Gustin, 1964
  • Geordie[2] (d'après Geordie, un folk-song anglo-écossais), 1965
  • Les Choses de la maison[2] (The Things in this house de Bobby Darin), 1965
  • Mais combien de temps[2], musique de Claude François, 1966
  • Le Jouet extraordinaire[2] (The Marvellous toy de Tom Paxton), 1966
  • Tout ça c'était hier[2] (Spare A Thought For Me de Jon Washington, Barry Mason & Les Reed)
  • Tout le monde rit d'un clown[2] (Everybody loves a clown de Garry Lewis & The Playboys de Garry Lewis, L. Russell & T Lesslie), 1966
  • J'attendrai[2] (Reach Out I'll Be There des The Four Tops, musique de Lamont Dozier), 1966
  • Amoureux du monde entier[2] (Lovers of world unite de The Vogues, œuvre de Roger Cook & Roger Greenaway), 1966
  • Sur le banc 21[2] (Bench #3 at Waterloo station de Filter Deluxe et Stephens Geoffroy), 1966
  • Chacun à son tour[2] (Gone from my mind de Les Reed), 1966
  • Avec la tête, avec le cœur[3], musique de Claude François et Jean-Pierre Bourtayre, 1968
  • Toute la vie[2], musique de Guy Magenta, 1967
  • Tu n'as pas toujours dit ça[2], musique de Jean-Pierre Allane et Claude François, 1968
  • Une petite fille aux yeux rouges[2], musique de Jean-Pierre Bourtayre, 1969
  • Mon cœur est une maison vide[3], musique de Claude François et Jean-Pierre Bourtayre, 1969
  • Menteur ou cruel''[3], musique de Claude François et Jean-Pierre Bourtayre, 1969
  • Il reste toujours''[3], musique de Claude François et Jean-Pierre Bourtayre, 1969
  • Olivier, musique de Jacques Revaux et Claude François, 1970
  • C'est Noël et j'aurai tout ça''[3], musique de Claude François, 1970
  • Des roses de Noël, coécrite avec Yves Dessca, musique de Michel Pelay et Alain Chamfort, 1970
  • Vivre au soleil[2], musique de Michel Pelay et Alain Chamfort, 1970
  • Les Femmes de France[2], musique de Chris Gautry, 1971
  • Quelquefois[2], musique de Claude François et Jean-Pierre Bourtayre, 1976
  • Quand je chanterai une chanson d'amour[2] (Everytime I sing a love song, de Gloria Sklerov et Phyllis Molinary), 1977
  • C'est comme ça que l'on s'est aimé[2], musique de Claude François et Jean-Pierre Bourtayre, 1977
  • Comme une chanson triste[2], musique de Claude François et Jean-Pierre Bourtayre, 1977
  • Drame entre deux amours[2] (Torn between two lovers de Mary MacGregor composé par Yarrow, Peter, Paul, and Mary) 1977

Pour d'autres chanteurs (par ordre alphabétique)[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Informations reprises dans le Dictionnaire des chansons de Claude François, d'Olivier Delavault, Durant éditeur, 2003.
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y et z Coécrite avec Claude François.
  3. a, b, c, d et e Coécrite avec Yves Dessca.
  4. Grand prix du Concours Eurovision de la chanson 1973 pour le Luxembourg.
  5. Représente le Luxembourg en 1976 au Concours Eurovision de la chanson. Il arrive à la 14e place.
  6. Vline Buggy est coauteur avec Fred Jay, sur une musique de Jack White.