Entractes du Concours Eurovision de la chanson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Concours Eurovision de la chanson est un évènement annuel organisé par l’UER, l’Union européenne de radio-télévision. Il réunit les membres de l’Union dans le cadre d’une compétition musicale, diffusée en direct et en simultané par tous les pays participants. Depuis 1956, le concours (appelé plus communément Eurovision) s’est tenu chaque année, sans aucune interruption[1].

Le règlement actuel du concours impose trois séquences successives : la présentation des chansons en compétition, le vote et la proclamation des vainqueurs (qui, lors de la finale, se conclut par la reprise de la chanson gagnante)[2]. Le déroulement des soirées suit donc une trame relativement fixe, pérénisée au fur et à mesure des éditions. Une quatrième séquence s'est progressivement imposée : l'entracte, qui, placé entre la présentation des chansons et le vote, permet le décompte des points attribués.

Historique[modifier | modifier le code]

1956-1959[modifier | modifier le code]

Dès la première édition du concours, en 1956, il fut décidé qu'un entracte prendrait place après la présentation des chansons. Il permit au jury, présent en coulisse, de délibérer sur le nom du vainqueur. Ce premier entracte de l'histoire du concours fut fourni par deux groupes : les Trois Ménestrels et les Joyeux Rossignols. Ces derniers sifflèrent plusieurs compositions instrumentales. À la suite d'un retard dans la procédure de vote, l'entracte dut être prolongé[3].

En 1957, il n'y eut aucun entracte, les jurys nationaux ayant attribué leurs votes durant la présentation des chansons. Ce fait ne se reproduisit qu'à deux autres reprises : en 1959 et 1960. À partir de 1961, toutes les éditions du concours comportèrent un entracte.

En 1958, ce fut la seule et unique fois qu'il y eut deux entractes : le premier, entre la cinquième et la sixième chanson, et le second, avant le vote. Tous deux consistèrent en un programme musical interprété par le Metropole Orkest, sous la direction de Dolf van der Linden. Fut notamment joué Cielito Lindo.

1960-1969[modifier | modifier le code]

En 1961, pour la toute première fois, l'entracte consista en un ballet. Il s'agit d'un ballet classique intitulé « Rencontre à Cannes », interprété par Tessa Beaumont et Max Bozzoni, danseurs étoiles de l'Opéra de Paris[4].

En 1962, l'entracte fut un numéro du clown Achille Zavatta[5]. Celui-ci fit une entrée impromptue, en trébuchant et s'étalant de tout son long sur la scène. Il se présenta ensuite comme le dix-septième candidat, représentant le Zavattaland. Son numéro de pantomime se déroula avec l'aide de l'orchestre et la complicité de la présentatrice, Mireille Delannoy. Après avoir joué de plusieurs instruments, Zavatta finit par se coincer les doigts dans une trompette. Deux faux agents de la sécurité surgirent alors des coulisses et l'emportèrent de force, sous les applaudissements du public.

En 1963, l'entracte fut un numéro d'acrobaties interprété par le couple suédois Ola et Barbro[6]. Barbro effectua quelques figures d'équilibrisme, sur le guidon d'un vélo conduit par Ola. Ce dernier accomplit ensuite d'autres acrobaties, seul, sur le même vélo. Tous deux conclurent par des figures en duo.

En 1964, l'entracte fut un ballet classique, intitulé « Harlequinade »[7]. Il mettait en scène les amours d'Arlequin et Colombine. La chorégraphie avait été créée par Niels Bjørn Larsen, alors directeur du Ballet royal danois. Les rôles titres furent interprétés par les danseurs étoiles danois Solveig Oestergaard et Niels Kehlet. Ils furent accompagnés sur scène par les danseurs du Ballet royal.

En 1965, l'entracte consista en deux chansons napolitaines traditionnelles, interprétées par Mario del Monaco[8] : O'Paese d'o sole et 'O Sole Mio.

En 1966, l'entracte fut fourni par le groupe Les Haricots Rouges[9]. Ils interprétèrent deux morceaux de jazz Nouvelle-Orléans.

En 1967, l'entracte fut fourni par le Wiener Sängerknaben[10], la chorale des jeunes garçons de Vienne. Ils chantèrent deux morceaux classiques : Le Beau Danube Bleu et le Land der Berge, Land am Strome, l'hymne national autrichien.

En 1968, pour la toute première fois, l'entracte fut une vidéo touristique. Intitulée « Impressions from London »[11], elle consistait en plusieurs prises de vues de la capitale britannique, de jour puis de nuit. Apparurent ainsi à l'écran le Palais de Westminster, Big Ben, Tower Bridge, la Tour de Londres, Buckingham Palace, Hyde Park, la Cathédrale Saint-Paul, l'Abbaye de Westminster, Trafalgar Square et Piccadilly Circus. L'accompagnement musical fut joué en direct par l'orchestre.

En 1969, l'entracte fut à nouveau une vidéo touristique. Intitulée « La España diferente », elle avait été réalisée par Salvador Dalí, directeur artistique de cette édition[12]. Elle était inspirée par le surréalisme et explorait les thèmes des quatre éléments, au travers de vues touristiques de paysages et de monuments espagnols. Apparurent notamment à l'écran l'Alhambra de Grenade et la Sagrada Família. L'accompagnement musical avait été composé par Luis de Pablo.

1970-1979[modifier | modifier le code]

En 1970, pour la toute première fois, l'entracte fut un ballet contemporain. Il fut interprété par les Don Lurio Dancers d’Amsterdam[13]. Il consista en un numéro de danse moderne rythmique, exécuté sur la musique du morceau Rich Man's Frug, tiré de la comédie musicale Sweet Charity.

En 1971, l'entracte fut une vidéo touristique, présentant les Shannon Castle Entertainers[14]. Il s'agit d'un spectacle de danses et de chants irlandais traditionnels, interprété par les groupes folkloriques du Shannon Castle, un parc touristique et un musée vivant fort populaire en Irlande[15]. Furent montrés à l'écran la reconstitution d'un banquet médiéval, un numéro de claquettes et une chasse à courre.

En 1972, l'entracte fut une vidéo intitulée « Tatto at Edinburgh Castle »[16]. Il s'agissait d'une parade militaire, au son de la cornemuse, effectuée par huit régiments écossais[17], qui eut lieu sur l'esplanade à l'entrée du Château d'Édimbourg. L'événement ne fut pas enregistré spécialement pour le concours : les producteurs réemployèrent simplement une archive vidéo datant de 1968[18].

En 1973, l'entracte fut fourni par le clown Charlie Rivel[19]. Il fut annoncé par la présentatrice, Helga Guitton, comme « la grande diva Carlotta Rivelo ». Déguisé en cantatrice, vêtu d'une robe rouge à paillettes et d'un gigantesque chapeau coordonné, Charlie Rivel parodia un récital de diva capricieuse. Son pianiste commença par offrir à la diva une rose dont elle ne parvint pas à sentir le parfum. Elle reçut ensuite le couvercle du piano sur la main droite et se mit à pleurer. S'ensuivit une dispute avec le pianiste et un concert de klaxon, émis par l'opulente poitrine de la diva. Il apparut ensuite que celle-ci, n'ayant pas mis de lunettes, ne parvenait pas à déchiffrer sa partition. Le récital débuta enfin, brièvement interrompu par une chute du pianiste, effrayé par un cri de la diva, puis par la perte de la partition, jetée à terre dans un moment d'émotion et lue ensuite à l'envers. La diva finit par se perdre dans ses notes et un de ses seins, par éclater, concluant l'entracte.

En 1974, pour la toute première fois, l'entracte consista en un clip vidéo. Celui-ci mit en scène les Wombles, personnages d’une émission de télévision pour enfants de la BBC ayant l'apparence de souris anthropomorphes[20]. Les Wombles interprétèrent leur chanson, Remember You’re A Womble, tout en déambulant dans Brighton, à la rencontre des enfants de la ville. Une séquence les montra parcourant la rade de la ville en hors-bord. À la fin de la vidéo, un Womble monta sur scène, brandissant une pancarte « Vote for the Wombles ». Il offrit une rose à la présentatrice, Katie Boyle, qui s’exclama : « Well, of course, I’ll never forget I’m a Womble now ! »

En 1975, l'entracte fut une vidéo, intitulée « The World of John Bauer ». Il s'agit d'une succession d'images, parcourant différents tableaux du peintre suédois John Bauer, tous exposés au musée de Jönköping, ville natale de l'artiste. L'accompagnement musical fut interprété en direct par l'orchestre.

En 1976, l'entracte fut fourni par le Dutch Swing College Band, un groupe de jazz néerlandais[21]. Ils interprétèrent plusieurs morceaux instrumentaux, tandis que derrière eux, le décor s'animait. Pour la première fois dans l'histoire du concours, les artistes furent interviewés dans les coulisses, durant l'entracte. Le présentateur Hans von Willigenburg leur posa deux questions, souhaitant savoir s'ils étaient satisfaits de leur prestation et quelle chanson ils préféraient. Tous les artistes se déclarèrent heureux de leur prestation. Catherine Ferry accorda sa faveur au Royaume-Uni. Ruthie Holzman et Braulio avaient trouvé toutes les chansons très belles et ne purent se décider. Waterloo & Robinson penchaient en faveur de la Yougoslavie. Enfin, Pierre Rapsat hésitait entre Monaco, la France, le Portugal et la Grèce.

En 1977, l'entracte fut une vidéo, tournée le jeudi précédant la finale. La BBC avait organisé une sortie pour tous les artistes participants, au restaurant The Cockney, à Londres. Le repas servi fut un fish and chips. La soirée fut animée par Acker Bilk et ses Paramount Jazz Men[22], qui jouèrent plusieurs morceaux de jazz instrumental. Apparurent à l'écran les Swarbriggs, Ilanit, Anita Skorgan et le groupe Dream Express.

En 1978, l'entracte fut une vidéo rendant hommage au violoniste Stéphane Grappelli à l’occasion de ses soixante ans[23]. Dans la première partie, Grappelli interpréta au violon, un morceau de jazz instrumental intitulé My Heart Stood Still. Il fut accompagné au piano par Oscar Peterson, à la batterie par Kenny Clarke et à la basse par Niels-Henning Ørsted Pedersen. Dans la seconde partie, il interpréta toujours au violon, un morceau classique intitulé Pick Yourself Up. Il fut accompagné au violon par Yehudi Menuhin.

En 1979, pour la toute première fois, l'entracte fut un ballet folklorique. Il fut interprété en direct par le groupe Shalom 79[24], sur un medley de chansons israéliennes traditionnelles. Il compta cinq tableaux différents, le dernier dansé sur Hevenou Shalom Alekhem. À la fin du spectacle, tous les artistes participants montèrent sur scène, bientôt rejoints par les présentateurs, une première depuis 1961.

1980-1989[modifier | modifier le code]

En 1980, l'entracte fut fourni par le Dutch Rhythm Steel and Show Band[25], un groupe dont les membres étaient originaires du Suriname et des Antilles néerlandaises. Ils interprétèrent leur titre San Fernando, accompagnés par les Lee Jackson Dancers, tandis que derrière eux, les mobiles du décor demeuraient en mouvement. Comme en 1976, le présentateur Hans van Willigenburg interviewa simultanément les artistes en coulisse. Il parla à Katja Ebstein, Sophie & Magaly, au groupe Prima Donna, à Johnny Logan, Sverre Kjelsberg et Maggie MacNeal. Il leur demanda à tous s’ils devinaient déjà le nom du vainqueur de la soirée. Tous répondirent qu’ils n’en savaient rien.

En 1981, l'entracte fut une vidéo présentant le groupe folklorique Plantxy et sa composition Timedance[26]. Parallèle à la vidéo introductive, l'entracte mettait en scène la culture irlandaise au travers des âges et parcourut en trois tableaux, les musiques et danses traditionnelles du pays. La musique avait été conçue spécialement pour l'occasion par Bill Whelan. La chorégraphie était signée Iain Montague et fut interprétée par les danseurs du Dublin City Ballet. Le premier tableau était un reel ; le deuxième, un morceau inédit composé dans le style des harpistes traditionnels ; le troisième, un morceau mettant en exergue l'influence de la musique contemporaine sur la musique folklorique. Après le concours, Timedance atteignit la troisième place des ventes de disques en Irlande[27].

En 1982, l'entracte fut une vidéo touristique, tournée par la BBC. La première partie présentait des vues de la campagne autour d'Harrogate, ville hôte du concours. La seconde partie montrait les artistes assistant à une réception en costumes XVIIIe, donnée en leur honneur au Castle Howard. Apparurent notamment à l'écran Arlette Zola, le groupe Bardo, Bill van Dijk, Anita Skorgan, Jahn Teigen, Lucia, Stella Maessen et Elisabeth Andreassen. La réception et la vidéo se conclurent sur un feu d'artifice. L'accompagnement musical fut interprété en direct par l'orchestre.

En 1983, l'entracte fut un ballet contemporain intitulé « Song Contest Ballet ». Il fut mené par la présentatrice, Marlène Charell, et dansé sur la musique de succès internationaux, tous composés par des artistes allemands[28]. Il se conclut sur Strangers In The Night.

En 1984, l'entracte fut fourni par le Théâtre Crayonné de Prague, qui décida de rendre hommage aux premiers temps de la télévision. Le spectacle consista en un numéro de mime d'un acteur tentant de maîtriser un cheval fait de corde. Le cheval se transforma pour prendre la forme d'un dromadaire et d'un chien. Lorsque la lumière revint sur scène, il apparut que le cheval était en réalité incarné par six autres comédiens entièrement revêtus de noir et qui s'étaient fondus dans le décor.

En 1985, l'entracte fut fourni par le groupe Guitars Unlimited, composé de Peter Almqvist et d’Ulf Wakenius. Ils interprétèrent à la guitare, accompagnés par l’orchestre, « Swedish Evergreens », un pot-pourri de chansons suédoises. Leur prestation fut ponctuée de plusieurs vues de paysages suédois.

En 1986, l'entracte débuta par un clip vidéo, tourné la semaine précédant le concours. La chanteuse Sissel Kyrkjebø et le musicien Steinar Ofsdal en étaient les deux protagonistes principaux. Ils furent montrés, parcourant ensemble les rues et places de Bergen, ville hôte du concours. Ofsdal joua de l'accordéon, de la flûte et du violon. Kyrkjebø chanta un pot-pourri de chansons chères au cœur des habitants de Bergen, intitulé Bergenssangen et débutant par Udsikter fra Ulriken. La vidéo s'acheva sur un coup de canon, dévoilant Kyrkjebø sur la scène. Elle chanta alors en direct Nystemten, puis fut rejointe par Steinar Ofsdal. Tous deux reçurent une ovation debout du public dans la salle.

En 1987, l'entracte fut une vidéo dédiée aux réalisations accomplies par l'Union européenne. L'on y voyait les étoiles du drapeau européen parcourir le continent, à travers ses paysages et ses lieux culturels, tandis qu'en parallèle, des danseurs interprétaient un ballet contemporain. La vidéo débuta et se termina par un plan sur le musicien Marc Grauwels, qui joua, à la flûte, des variations sur le thème musical de la Neuvième Symphonie de Beethoven.

En 1988, l'entracte fut un clip vidéo : Don't go, du groupe de rock irlandais Hothouse Flowers[29]. La réalisation de ce clip avait été subventionnée par la Commission européenne. Il s'agit à l'époque de la vidéo la plus coûteuse jamais produite en Irlande. Les Hothouse Flowers furent filmés dans onze pays européens différents, en train d'interpréter leur chanson. Après le concours, Don't go rencontra un grand succès commercial[30].

En 1989, l'entracte fut un numéro de cirque interprété par le suisse Guy Tell. Il s'agit d'un numéro basé sur la légende de Guillaume Tell. À l'aide d'une arbalète, Guy Tell atteignit une cible masquée, coupa une rose, puis un journal et trancha les fils de quatre ballons. Ensuite, il creva d'un seul coup cinq autres ballons. Le final fut particulièrement spectaculaire : Guy Tell fit se déclencher successivement seize arbalètes. Le dernier carreau devait en principe venir se ficher dans une pomme, posée sur sa tête. Mais, lors de l'exécution en direct du numéro, le carreau manqua la pomme. La production avait cependant prévu cette éventualité et fait enregistrer une tentative réussie. Cette dernière fut diffusée en différé, juste après la tentative ratée.

1990-1999[modifier | modifier le code]

En 1990, l'entracte fut une vidéo touristique, intitulée La Yougoslavie change et réalisée par Ivo Laurenčić. Elle présenta les richesses et diversités culturelles de la Yougoslavie. Apparurent notamment à l'écran Split, Piran, Dubrovnik, Sarajevo, Belgrade et Zagreb.

En 1991, l'entracte débuta par une courte vidéo présentant Cinecittà et dans laquelle apparurent quelques stars de cinéma, dont Silvana Mangano, Humphrey Bogart, Ava Gardner et Gérard Depardieu. S'ensuivit un spectacle du prestidigitateur et transformiste Arturo Brachetti. Il apparut successivement en diva, en élégante Belle Époque, en garçonne, en acteur de kabuki et en gentleman en smoking noir, puis blanc. À la fin de son spectacle, Brachetti salua les téléspectateurs en anglais, en français, en espagnol et en italien.

En 1992, l'entracte fut un ballet contemporain, intitulé «  A Century Of Dance »[31] et interprété par les David Johnson Dancers. Ce ballet revisitait les danses du XXe siècle, dans l'ordre chronologique de leur apparition : le hambo, le charleston, le rock 'n' roll, le twist, le disco, le slow et le hip-hop.

En 1993, l'entracte débuta par la reprise de la chanson gagnante de l’année précédente, Why Me?, par Linda Martin. Celle-ci introduisit ensuite Johnny Logan, qui monta sur scène pour chanter Voices, une composition écrite spécialement par lui pour la circonstance. Il fut accompagné par les chœurs de l’École de Musique de Cork et les enfants de Millstreet.

En 1994, l'entracte fut Riverdance, mélange de danses folkloriques irlandaises et de claquettes. À l’origine, la RTÉ avait commissionné le compositeur Bill Whelan, pour qu’il écrive un morceau de musique celtique traditionnelle. La chorégraphie du numéro fut confiée aux champions du monde de danse, Michael Flatley et Jean Butler[32]. Le soir du concours, Riverdance reçut une formidable ovation du public dans la salle. Par la suite, le morceau demeura classé dix-huit semaines dans les hit-parades irlandais et devint le plus grand succès commercial, non seulement de l’édition 1994, mais aussi de tous les numéros d’entracte jamais présentés au concours. Il fut plus tard étendu à spectacle complet qui connut lui aussi un immense succès partout dans le monde et fut vu par des millions de personnes[33].

En 1995, l'entracte fut une performance vocale, intitulée Lumen. La RTÉ avait commissionné le compositeur Mícheál Ó Súilleabháin pour l'écrire. Celui-ci avait mêlé les traditions irlandaises aux traditions grégoriennes pour ce morceau, qui fut interprété par les moines de l'abbaye de Glenstal et d'autres artistes renommés tels que Brian Kennedy (qui représentera par la suite l'Irlande au concours, en 2006) et Moya Brennan.

En 1996, l'entracte débuta par une vidéo montrant une norvégienne en costume traditionnel, chantant au sommet d’un pic enneigé. S’ensuivirent plusieurs morceaux, classiques ou contemporains, toujours interprétés par les artistes dans des paysages typiques de la Norvège, pays hôte. La caméra revint ensuite sur la scène pour le ballet contemporain Beacon Burning, interprété par l'Oslo Danse Ensemble. Les danseurs furent accompagnés par des magiciens, des jongleurs et des cracheurs de feu. À la fin du ballet, la norvégienne de la vidéo apparut sur scène, pour conclure l’entracte par les mêmes notes sur lesquelles il avait débuté.

En 1997, l'entracte fut interprété par le groupe irlandais Boyzone, accompagné par une dizaine de danseurs. Le morceau, Let The Message Run Free, avait été spécialement écrit pour l’occasion par Ronan Keating, à la fois leader du groupe et présentateur de cette édition du concours.

En 1998, l'entracte fut un pot-pourri chanté et dansé, intitulé Jupiter, The Bringer of Joviality, qui mettait en exergue le multiculturalisme du Royaume-Uni. Furent joués des morceaux inspirés par les cultures anglaise, écossaise, galloise, irlandaise, indienne et zouloue. Apparurent notamment à l'écran la violoniste Vanessa-Mae et la soprano Lesley Garrett. Ce fut la toute dernière fois que de la musique fut interprétée en direct au concours[34].

En 1999, l'entracte fut une vidéo d'un ballet chanté et dansé, qui prit place sur une esplanade au pied de la Tour de David. Dans la première partie, les danseurs exécutèrent une chorégraphie sur une version remixée du chant traditionnel Dror Yikrah (L’appel de la paix). Dana International apparut ensuite parmi eux et interpréta sa reprise de Free de Stevie Wonder. À la fin de la vidéo, Dana International et tous les danseurs montèrent sur la scène pour saluer le public.

2000-2009[modifier | modifier le code]

En 2000, l'entracte débuta sur un solo de violon, interprété par Caroline Lundgren, premier violon de l'Orchestre Symphonique des Jeunes de Stockholm. S'ensuivit une vidéo intitulée Once Upon a Time Europe Was Covered With Ice, dirigée par Johan Söderberg et produite par John Nordling. L'on y voyait des enfants et des musiciens, filmés dans tous les pays participants, interpréter la partition de Söderberg. En parallèle, étaient montées des scènes de la vie quotidienne. À la fin de la vidéo, Caroline Lundgren réapparut sur la scène avec son violon. Elle fut rejointe par les musiciens de rue de Stockholm, le groupe Bounce. Ensemble, ils interprétèrent un ballet dans le prolongement de la vidéo, accompagnés par les percussions des Strängnäs Drumcorps.

En 2001, l'entracte fut fourni par le groupe danois Aqua. Il débuta par un montage vidéo des clips du groupe. Les membres de celui-ci apparurent alors en scène et chantèrent un medley de leurs principaux succès : Around the World, Barbie Girl, Turn Back Time, My Oh My, Candyman, Doctor Jones et Cartoon Heroes. Pour ce dernier morceau, ils furent rejoints sur scène par le groupe Safri Duo, qui jouèrent un extrait de leur tube Played-A-Live. La chanteuse d'Aqua, Lene Grawford Nystrøm, se fit remarquer en jurant à plusieurs reprises durant sa prestation.

En 2002, l'entracte fut un ballet contemporain, chanté et dansé, évoquant l’histoire de l'Estonie et intitulé Rebirth. Chorégraphié par Teet Kask, le ballet fut interprété par la compagnie de danse Runo et le chœur d'enfants de la télévision publique estonienne.

En 2003, l'entracte fut un clip vidéo présentant les différents genres musicaux en vogue en Lettonie. Y apparurent le groupe traditionnel Ilgi, Brainstorm (qui interpréta A Day Before Tomorrow), Marie N (qui interpréta I Feel Good) et le pianiste Raimonds Pauls.

En 2004, l'entracte de la demi-finale débuta par une courte prestation du ballet Fire of Anatolia (Feu d’Anatolie). S’ensuivit la projection de ABBA : Our Last Video Ever (ABBA : notre toute dernière vidéo)[35]. Il s’agissait de commémorer le trentième anniversaire de la victoire du groupe au concours, en 1974. La scène se déroulait à Stockholm, cette année-là. Un imprésario vient auditionner auprès d’un producteur de musique, pour un spectacle de marionnettes animées. Ces dernières étaient à l’image de quatre membres d’ABBA. Après les avoir entendues chanter Take A Chance On Me, Dancing Queen et Waterloo, le producteur refuse de les engager. Découragés, les marionnettes et leur manager reprennent l’ascenseur et croisent à ce moment, les sosies d’ABBA. La vidéo comportait une brève apparition des membres originels du groupe (Benny Andersson, Agnetha Fältskog, Anni-Frid Lyngstad et Björn Ulvaeus), ainsi que de Cher. En outre, toutes les répliques étaient tirées des chansons d'ABBA. L'entracte de la finale fut le ballet folklorique Fire of Anatolia[36].

En 2005, l'entracte de la demi-finale fut le ballet contemporain Life, chorégraphié par Irina Mazur et interprété par son groupe, les Mazur Dancers. L'entracte de la finale fut un numéro musical en trois parties. Se succédèrent sur scène l’ensemble de percussions ARS NOVA, le contorsionniste Anatolly Zalevskiy et Ruslana (qui interpréta The Same Star).

En 2006, l'entracte de la demi-finale débuta par la chanson I’m In Love With You, interprétée par le présentateur, Sakis Rouvas. S’ensuivit un ballet folklorique, reprenant des musiques et danses grecques traditionnelles, avec comme élément conducteur la flûte de Pan. L'entracte de la finale débuta sur la chanson Mambo, interprétée par Helena Paparizou. S'ensuivit un ballet contemporain intitulé 4000 mille ans de musique grecque et qui retraçait l'histoire de la culture musicale du pays hôte. Les deux ballets avaient été composés par Dimitris Papadimitriou et chorégraphiés par Fokas Evangelinos.

En 2007, l'entracte de la demi-finale fut un ballet contemporain, interprété par le groupe Tsuumi et qui mettait en scène plusieurs épisodes de la mythologie finlandaise. L'entracte de la finale fut également un ballet contemporain interprété par des danseurs classiques et des acrobates. La bande-son était un medley symphonique de chansons du groupe de heavy metal Apocalyptica.

En 2008, l'entracte de la première demi-finale fut un medley de chansons serbes traditionnelles, interprété par le Metropole Orkest, le chanteur Slobodan Trkulja et l’ensemble Balkanopolis. L'entracte de la deuxième demi-finale fut un ballet contemporain, interprété par les danseurs du Théâtre National de Belgrade. Il s’agissait d’une réinterprétation moderne de danses traditionnelles serbes. L'entracte de la finale fut un autre medley de chansons serbes traditionnelles, interprété par Goran Bregović et son groupe.

En 2009, l'entracte de la première demi-finale fut un medley de chansons populaires russes, interprété par les Chœurs de l'Armée rouge. Ils furent accompagnés par des danseurs et chantèrent notamment Kalinka et Otchi tchornye. À la fin du medley, le groupe t.A.T.u. (qui avait représenté la Russie au concours en 2003 et terminé troisième) apparut et chanta Not Gonna Get Us. L'entracte de la deuxième demi-finale fut un ballet folkloriques interprété par l'Ensemble Igor Moïsseïev. Il s'agissait d'un pot-pourri de danses traditionnelles d'Espagne, de Hongrie, de Bulgarie, de Grèce et de Russie. L'entracte de la finale fut une représentation de l'ensemble argentin Fuerza Bruta. Il s'agissait de numéros exécutés par des acrobates suspendus dans la salle et dans la green room ou placés dans des piscines de plexiglas, elles-mêmes suspendues au-dessus des spectateurs et des délégations.

2010-...[modifier | modifier le code]

En 2010, l'entracte de la première demi-finale fut un montage vidéo, intitulé Human Sounds. Celui-ci remontait aux origines des sons et de la musique des hommes. Furent ainsi montrés des Européens produisant des sons avec leur bouche, des extraits de chants traditionnels et religieux, des morceaux de claquettes, d’opéra, de musique contemporaine. En guise de final, les acteurs, apparus dans le montage et appartenant au Chœur philharmonique d'Oslo et à la Bårdar Dance Academy, montèrent sur scène pour interpréter un ballet contemporain. L'entracte de la deuxième demi-finale fut une vidéo montrant un jeune garçon, Andreas Jakop Palkin, qui suivait la retransmission du concours sur Internet, depuis sa chambre. La présentatrice Nadia Hasnaoui s’adressa directement à lui et lui demanda de la rejoindre sur la scène. La caméra suivit alors Andreas dans son voyage, de chez lui, dans la banlieue de Berlin, jusqu’à la Telenor Arena. La bande-son fut entièrement bruitée par une chorale. Finalement, Andreas monta sur la scène pour y rejoindre la chorale et des danseurs, avec lesquels il interpréta un numéro de breakdance. L'entracte de la finale fut une flash mob, sur la chanson Glow, interprétée par le groupe Madcon et qui réunit des milliers de participants à travers toute l’Europe. La caméra montra tout d’abord le groupe dans la salle, entourés des premiers danseurs. Ensuite, furent présentées des vidéos tournées à L'Alfàs del Pi, Reykjavik, Ljubljana, Göteborg, Vilnius, Londres, Düsseldorf et Dublin. La caméra revint dans la salle et montra tous les spectateurs en train de danser, puis les familles européennes dans leur salon, la princesse Mette-Marit et ses enfants, des danseurs en direct depuis Hambourg et finalement, les participants dans la green room.

En 2011, l'entracte de la première demi-finale fut une prestation du groupe Cold Steel. Il s’agit d’un numéro de fanfare, ponctué d’acrobaties diverses, réalisés par des tambours, des grosses caisses et des danseurs supplémentaires. L'entracte de la deuxième demi-finale fut une prestation du groupe Flying Steps. Il s’agit d’un numéro de breakdance, effectué sur des morceaux remixés de Jean-Sébastien Bach. L'entracte de la finale fut une prestation du chanteur allemand Jan Delay, accompagné de son groupe Disko n°1. Ils interprétèrent ensemble deux chansons de leur répertoire : Oh Jonny et Klar.

En 2012, trois shows : trois entractes... Pour la première demi-finale, l'entracte était assuré par le groupe rythmique "Natig" ("Natiq" Ritm Qrupu) et l'ensemble de Danse d'Azerbaïdjan (Azərbaycan Dövlət Rəqs Ansamblı). Au début de cette séquence on aperçoit une réplique d'une pierre appelée "Gavaldashi", symbole de la culture musical azerbaïdjannaise. Cette pierre, dont le nom provient du turc "gaval" (tambour) et "dash" (pierre), est une pierre musicale naturelle qui ne se trouve que dans le Gobustan. Dans cette séquence, des intruments plus "conventionnels" sont utilisés : le balaban (nom azéri du doudouk arménien) et le nagara (tambour). L'entracte de la deuxième demi-finale consistait en une performance des cinq derniers vainqueurs de l'Eurovision, accompagnés par des intsruments traditionnels azéris. C'est ainsi que Dima Bilan a chanté "Believe" sous le son d'un balaban, Marija Šerifović a interprété un extrait de « Molitva » sous celui d'un tar. Alexander Rybak était accompagné de son violon et d'une kamancha (vièle à pique rustique) et Lena a entonné « Satellite » au son d'un saz (luth à manche long). À la fin de la séquence, les quatre chanteurs ont été rejoints par Ell & Nikki et tous ont interprété « Waterloo » au son de tous les instruments précités. L'entracte de la finale a, quant à lui, mis en vedetteEmin, un chanteur azerbaïjannais. Il a interprété un remix (Caspian Mix) d'une chanson extraite de son dernier album, "Never Enough". L'introduction musicale contient des extraits de chansons du baryton et compositeur azerbaïdjanais, décédé en 2008, Muslim Magomayev. La performance s'ouvre au son d'une kamancha. Apparaissent ensuite quinze femmes violonistes de l'orchestre de Chambre d'Azerbaïdjan, suivies par deux joueurs de nagara puis d'un joueur de zurna (instrument à vent à anche double de la grande famille des hautbois dont les origines sont turques). Les vingt danseurs d'Emin viennent ensuite se ranger sur la scène pour accueillir le chanteur qui descend du plafond de la salle. Il interprète ensuite sa chanson. Au total, il y avait soixante huit personnes sur scène.

En 2013, l'intervalle de la première demi-finale « Northern Lights » est un hommage aux aurores boréales. Il est mis en musique par Andreas Kleerup et chorégraphié par Fredrik "Benke" Rydman et Jennie Widegren. Celui de la deuxième demi-finale, intitulé « Swedish Pop Voices » fait honneur aux nouveaux talents de la pop suédoise : Darin et Agnes. Il interprètent chacun deux de leurs tubes : Nobody Knows et So Yours pour Darin, et One Last Time et Release Me pour Agnes. L'intervalle de la finale se compose de plusieurs tableaux. Dans un premier temps, Loreen chante We Got the Power, My Heart Is Refusing Me et Euphoria. Swedishness (vidéo) et Swedish Smörgåsbord (interprété par Petra Mede) se moquent, gentiment, des suédois (rapport à la religion, absence de hiérarchie, folie des files d'attente, etc). Enfin, Sarah Dawn Finer interprète « The Winner Takes It All », juste avant l'annonce des résultats. À noter des interludes avec Lynda Woodruff (personnage créé par Sarah Dawn Finer), qui voyage en Suède du nord au sud et des vidéos sur l'histoire du Concours, intitulées « ESC History ».

Pour 2014, l'entracte de la première demi-finale rend hommage au « Vilain petit canard » de Hans Christian Andersen. Il s'agit d'une composition de Mike Sheridan, d'après Bent Fabric. Nous assistons ensuite à une visite guidée de Copenhague (« Copenhagen Tours ») avec Pilou Asbæk, l'un des présentateurs du Concours. Pour la deuxième demi-finale, il y a trois tableaux dont deux consacrés à l'Australie. « Join Us Down Under », à l'image du « Swedish Smörgåsbord » de 2013 fait état des « défauts » des Australiens. Ensuite Jessica Mauboy interprète une chanson inédite « Sea Of Flags ». Enfin, 26 danseurs de divers pays ont été invités par DR à se produire sur la scène du Concours, sur "Calibra 2007", interprété par Natasja Saad, dans une séquence intitulée "Join The Dance". Quant à la finale, ce qui devait être "Eurovision in 2075" a complètement été tronqué et s'est limité à une interprétation de L'Hymne à la joie par Momoland[37]. Ensuite, la chanson gagnante duConcours Eurovision Junior 2013, "The Start", a été interprété partiellement par Gaia Gauchi (Malte). Pilou Asbæk nous a ensuite fait visiter le "Museum of Eurovision History". Emmelie de Forest a interprété "Only Teardrops" et "Rainmaker" avec les 26 finalistes. Puis, la vidéo de "12 Point Song" (un hommage au chiffre 12), chanson interprété par Nikolaj Koppel, Pilou Asbæk et Lise Rønne, a été diffusée. Comme pour 2013, des interludes sont également diffusés : "Eurovision Book of Records" traite des records du Concours (plus grandes épaulettes, notes la plus haute, note la plus longue, etc.).

Récapitulatif par année[modifier | modifier le code]

Année Pays hôte Diffuseur hôte Soirée Titre Interprète(s) Genre
1956 Drapeau : Suisse Suisse RTSI Finale - Les Joyeux Rossignols et les Trois Ménestrels Morceaux instrumentaux
1957 Drapeau : Allemagne Allemagne Hessischer Rundfunk Finale -
1958 Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas NTS Finale Cielito Lindo Metropole Orkest Morceaux instrumentaux
1959 Drapeau : France France RTF Finale -
1960 Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni BBC Finale -
1961 Drapeau : France France RTF Finale Rencontre à Cannes Tessa Beaumont & Max Bozzoni Ballet classique
1962 Drapeau : Luxembourg Luxembourg CLT Finale - Achille Zavatta Pantomime clownesque
1963 Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni BBC Finale - Ola et Barbro Numéro de cirque
1964 Drapeau : Danemark Danemark DR Finale Harlequinade Ballet royal danois Ballet classique
1965 Drapeau : Italie Italie RAI Finale O'Paese d'o sole
'O Sole Mio
Mario del Monaco Chansons napolitaines traditionnelles
1966 Drapeau : Luxembourg Luxembourg CLT Finale - Les Haricots Rouges Morceaux jazz
1967 Drapeau : Autriche Autriche ÖRF Finale Le Beau Danube Bleu
Land der Berge, Land am Strome
Wiener Sängerknaben Morceaux classiques
1968 Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni BBC Finale Impressions from London - Vidéo touristique
1969 Drapeau : Espagne Espagne TVE Finale La España diferente - Vidéo touristique
1970 Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas NOS Finale - Don Lurio Dancers Ballet contemporain
1971 Drapeau : Irlande Irlande RTÉ Finale - Shannon Castle Entertainers Vidéo de spectacles folkloriques irlandais
1972 Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni BBC Finale Tatto at Edinburgh Castle Scots Guards Parade militaire
1973 Drapeau : Luxembourg Luxembourg CLT Finale - Charlie Rivel Pantomime clownesque
1974 Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni BBC Finale Remember You're a Womble Wombles Clip vidéo
1975 Drapeau : Suède Suède SR Finale The World of John Bauer - Vidéo artistique
1976 Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas NOS Finale - Dutch Swing College Band Morceaux jazz
1977 Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni BBC Finale - Mr. Acker Bilk et les Paramount Jazz Men Clip vidéo
1978 Drapeau : France France TF1 Finale My Heart Stood Still
Pick Yourself Up
Stéphane Grappelli, Oscar Peterson, Kenny Clarke,
Niels-Henning Ørsted Pedersen et Yehudi Menuhin
Clip vidéo
1979 Drapeau : Israël Israël IBA Finale - Shalom 79 Ballet folklorique
1980 Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas NOS Finale San Fernando Dutch Rhythm Steel and Show Band et Lee Jackson Dancers Morceau contemporain
1981 Drapeau : Irlande Irlande RTÉ Finale Timedance Plantxy Vidéo de ballets folkloriques
1982 Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni BBC Finale Vues du Yorkshire et du Castle Howard - Vidéo touristique
1983 Drapeau : Allemagne Allemagne ARD Finale Song Contest Ballet Marlène Charell et danseurs Ballet contemporain
1984 Drapeau : Luxembourg Luxembourg RTL Finale - Théâtre Crayonné de Prague Pantomime
1985 Drapeau : Suède Suède SVT Finale Swedish Evergreens Guitars Unlimited Chansons traditionnelles suédoises
1986 Drapeau : Norvège Norvège NRK Finale Bergenssangen Sissel Kyrkjebø et Steinar Ofsdal Clip vidéo
1987 Drapeau : Belgique Belgique RTBF Finale Vues du continent européen - Vidéo commémorative
1988 Drapeau : Irlande Irlande RTÉ Finale Don't Go Hothouse Flowers Clip vidéo
1989 Drapeau : Suisse Suisse SSR Finale - Guy Tell Numéro de cirque
1990 Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie JRT Finale La Yougoslavie change - Vidéo touristique
1991 Drapeau : Italie Italie RAI Finale - Arturo Brachetti Numéro de cirque
1992 Drapeau : Suède Suède SVT Finale A Century of Dance David Johnson Dancers Ballet contemporain
1993 Drapeau : Irlande Irlande RTÉ Finale Why Me?
Voices
Linda Martin
Johnny Logan
Morceaux contemporains
1994 Riverdance Michael Flatley et Jean Butler Ballet folklorique
1995 Lumen Moines de l'abbaye de Glenstal et
autres artistes (dont Brian Kennedy et Moya Brennan)
Morceaux traditionnels irlandais
1996 Drapeau : Norvège Norvège NRK Finale Beacon Burning Oslo Danse Ensemble Ballet contemporain
1997 Drapeau : Irlande Irlande RTÉ Finale Let The Message Run Free Boyzone Morceau contemporain
1998 Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni BBC Finale Jupiter, The Bringer of Joviality Divers artistes dont Vanessa-Mae et Lesley Garrett Ballet contemporain
1999 Drapeau : Israël Israël IBA Finale Dror Yikrah
Free
Dana International et danseurs Vidéo de ballet contemporain
2000 Drapeau : Suède Suède SVT Finale Once Upon a Time Europe Was Covered With Ice Caroline Lundgren, Bounce et Strängnäs Drumcorps Clip vidéo et
ballet contemporain
2001 Drapeau : Danemark Danemark DR Finale - Aqua et Safri Duo Medley contemporain
2002 Drapeau : Estonie Estonie ETV Finale Rebirth Runo et le chœur d'enfants d'ETV Ballet contemporain
2003 Drapeau : Lettonie Lettonie LTV Finale - Ilgi, Brainstorm, Marie N, Raimonds Pauls Clip vidéo
2004 Drapeau : Turquie Turquie TRT Demi-finale ABBA: Our Last Video Ever - Vidéo commémorative
Finale - Fire of Anatolia Ballet folklorique
2005 Drapeau : Ukraine Ukraine NTU Demi-finale Life Mazur Dancers Ballet contemporain
Finale - ARS NOVA, Anatolly Zalevski et Ruslana Ballet contemporain
2006 Drapeau : Grèce Grèce ERT Demi-finale I'm In Love With You Sakis Rouvas Morceau contemporain
Finale Mambo
4000 mille ans de musique grecque
Helena Paparizou
-
Morceau contemporain
Ballet contemporain
2007 Drapeau : Finlande Finlande YLE Demi-finale - Tsuumi Ballet contemporain
Finale - Apocalyptica et danseurs Ballet contemporain
2008 Drapeau : Serbie Serbie RTS Première demi-finale - Metropole Orkest, Slobodan Trkulja et Balkanopolis Medley de chansons serbes traditionnelles
Deuxième demi-finale - Danseurs du Théâtre National de Belgrade Ballet contemporain
Finale - Goran Bregović et son groupe Medley de chansons serbes traditionnelles
2009 Drapeau : Russie Russie Perviy Kanal Première demi-finale Kalinka, Otchi tchornye, Not Gonna Get Us Chœurs de l'Armée rouge et t.A.T.u. Medley de chansons russes traditionnelles et contemporaines
Deuxième demi-finale - Ensemble Igor Moïsseïev Ballet folklorique
Finale - Fuerza Bruta Ballet contemporain
2010 Drapeau : Norvège Norvège NRK Première demi-finale Human Sounds Chœur philharmonique d'Oslo et Bårdar Dance Academy Clip vidéo et ballet contemporain
Deuxième demi-finale - Andreas Jakop Palkin et danseurs Vidéo et ballet contemporain
Finale Glow Madcon Flash mob
2011 Drapeau : Allemagne Allemagne NDR Première demi-finale - Cold Steel Numéro de fanfare
Deuxième demi-finale - Flying Steps Numéro de breakdance
Finale Oh Jonny et Klar Jan Delay et Disko n°1 Morceaux contemporains
2012 Drapeau : Azerbaïdjan Azerbaïdjan İTV Première demi-finale - Natig Shirinov's Rhythm Group Ballet folklorique
Deuxième demi-finale - Marija Šerifović, Dima Bilan, Alexander Rybak, Lena Meyer-Landrut et Ell & Nikki Medley contemporain
Finale Never Enough Emin Morceau contemporain
2013 Drapeau : Suède Suède SVT Première demi-finale Northern Lights Kleerup Ballet contemporain
Deuxième demi-finale Swedish Pop Voices Darin et Agnès Carlsson Medley contemporain
Finale We Got The Power / My Heart Is Refusing Me / Euphoria

Swedishness
Swedish Smörgåsbord
The Winner Takes Is All

Loreen


Petra Mede
Sarah Dawn Finer

Medley contemporain

Vidéo humoristique
Ballet contemporain
Morceau contemporain

2014 Drapeau : Danemark Danemark DR Première demi-finale The Ugly Duckling

Copenhagen Tours

Mike Sheridan Ballet contemporain

Vidéo humoristique

Deuxième demi-finale Join Us Down Under

Sea of Flags

Join The Dance

Jessica Mauboy Ballet contemporain

Morceau contemporain

Ballet contemporain

Finale L'hymne à la joie

Only Teardrops / Rainmaker

Museum of Eurovision History / 12 Point song

Monoland

Emmelie de Forest & finalistes

Morceau contemporain

Vidéos humoristiques

2015 Drapeau : Autriche Autriche ÖRF Première demi-finale Pets in Vienna - Vidéo
Deuxième demi-finale Moments mémorables des procédures de vote - Vidéo
Finale You Are Unstoppable / Firestorm Conchita Wurst Morceaux contemporains
2016 Drapeau : Suède Suède SVT Première demi-finale The Grey People - Ballet contemporain
Deuxième demi-finale Man vs Machine - Ballet contemporain
Finale Rock Your Body / Can't Stop The Feeling
Love Love Peace Peace
Fire In The Rain / Heroes
Justin Timberlake
Måns Zelmerlöw et Petra Mede
Måns Zelmerlöw
Morceaux contemporains
Ballet contemporain
Morceaux contemporains
2017 Drapeau : Ukraine Ukraine NTU Première demi-finale 1944 & Zamanyly Jamala Chansons contemporaines
Deuxième demi-finale The Children's Courtyard Apache Crew Ballet contemporain
Finale It's Magical
-
I Believe In U
Ruslana
Onuka
Jamala
Morceaux contemporains

Ouvertures[modifier | modifier le code]

L'édition 1959 du concours fut la toute première à bénéficier d'une ouverture. Il s'agit d'une courte vidéo montrant une vue de la ville hôte, Cannes, la nuit. À la mer, succéda la plage, puis la Croisette, les marches du Palais des Festivals, la façade du Palais et enfin les drapeaux des pays participants, hissés à son sommet. Il y eut ensuite un fondu et un autre plan mouvant, à l'intérieur de la salle. L'on vit successivement la scène, l'orchestre, le public et les cabines des commentateurs.

En 1964, pour la première fois, l'ouverture consista en un numéro musical, interprété en direct par la Garde royale danoise.

En 1970, à la suite du retrait de cinq pays et à la participation de seulement douze autres, les responsables de la télévision publique néerlandaise durent adapter le déroulement du concours. Ce faisant, ils modernisèrent les standards de l’Eurovision et pérennisèrent un format, toujours appliqué à l'heure actuelle. Le concours s’ouvre depuis sur une séquence vidéo, présentant le pays organisateur, la ville hôte du concours et le bâtiment où il déroule[38].

En 1975, pour la première fois, l'ouverture fut une vidéo humoristique, en plusieurs tableaux, résumant différents stéréotypes sur le pays hôte, la Suède. Furent montrés successivement un homme préhistorique portant la dépouille d'un ours, un Viking traînant sa femme par les cheveux, le roi Gustave II Adolphe mourant à la bataille de Lützen, le comte Axel de Fersen contant fleurette à la reine Marie-Antoinette, des paysans en costume folklorique, un mannequin blond posant en bikini, un supporter regardant un match de hockey sur glace et finalement, un participant à une course de ski. La vidéo se conclut par quelques vues touristiques de Stockholm.

En 1985, pour la première fois, l'ouverture comporta un numéro musical chanté. Après une vidéo montrant des vues touristiques de Göteborg, la caméra dévoila la scène et l’orchestre. Une voix annonça alors : « Ladies and gentlemen, Meine Damen und Herren, mesdames et messieurs, your presenter : Miss Lill Lindfors ! » La présentatrice, Lill Lindfors, descendit l’escalier et s’avança sur la scène. Elle chanta une composition jazz, « My Joy is Building Bricks of Music ». L'orchestre et le public applaudirent en rythme, durant sa prestation. Ce fut également la première fois dans l’histoire du concours qu’une présentatrice chanta[39].

En 1988, la télévision publique irlandaise souhaita moderniser le concours, afin d’en renouveler les standards et d’attirer une audience plus jeune. Finalement, l’édition 1988 renouvela profondément le format, le style et l’aspect de l’Eurovision, le faisant entrer dans l’ère de la modernité informatique et numérique[40]. Ainsi, pour la toute première fois, l'ouverture comporta la reprise de la chanson gagnante de l'année précédente. Johnny Logan interpréta donc Hold Me Now, qui lui avait permis de remporter la victoire à Bruxelles, en 1987.

En 1989, lors de l'ouverture, la gagnante de l'année précédente, Céline Dion, chanta en première mondiale, son tout premier titre en anglais, Where Does My Heart Beat Now. Cette prestation retint par la suite l'attention des dirigeants des Studios Disney et permit à Dion de lancer sa carrière dans les pays anglophones[41].

Année Pays hôte Diffuseur hôte Soirée Titre Interprète(s) Genre
1956 Drapeau : Suisse Suisse RTSI Finale -
1957 Drapeau : Allemagne Allemagne Hessischer Rundfunk Finale
1958 Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas NTS Finale
1959 Drapeau : France France RTF Finale Vues de Cannes - Vidéo
1960 Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni BBC Finale Vues de Londres - Vidéo
1961 Drapeau : France France RTF Finale Vues de Cannes - Vidéo
1962 Drapeau : Luxembourg Luxembourg CLT Finale Vues de la Villa Louvigny - Vidéo
1963 Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni BBC Finale Vues de Londres - Vidéo
1964 Drapeau : Danemark Danemark DR Finale - Garde royale danoise Numéro de fanfare
1965 Drapeau : Italie Italie RAI Finale - Orchestre de la RAI Morceaux instrumentaux
1966 Drapeau : Luxembourg Luxembourg CLT Finale Vues de Luxembourg - Vidéo
1967 Drapeau : Autriche Autriche ÖRF Finale Vues de la Großer Festsaal der Wiener Hofburg - Vidéo
1968 Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni BBC Finale Vues du Royal Albert Hall - Vidéo
1969 Drapeau : Espagne Espagne TVE Finale Vues du Teatro Real - Vidéo
1970 Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas NOS Finale Vues d'Amsterdam - Vidéo
1971 Drapeau : Irlande Irlande RTÉ Finale Vues de Dublin - Vidéo
1972 Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni BBC Finale Vues d'Édimbourg - Vidéo
1973 Drapeau : Luxembourg Luxembourg CLT Finale Vues de Luxembourg - Vidéo
1974 Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni BBC Finale Vues de Brighton - Vidéo
1975 Drapeau : Suède Suède SR Finale Histoire de la Suède - Vidéo
1976 Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas NOS Finale Vues de La Haye - Vidéo
1977 Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni BBC Finale Vues du Royaume-Uni - Vidéo
1978 Drapeau : France France TF1 Finale Vues de Paris - Vidéo
1979 Drapeau : Israël Israël Jérusalem Finale Vues de Jérusalem - Vidéo
1980 Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas NOS Finale Vues de La Haye - Vidéo
1981 Drapeau : Irlande Irlande RTÉ Finale Histoire de l'Irlande - Vidéo
1982 Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni BBC Finale Where is Harrogate? - Vidéo
1983 Drapeau : Allemagne Allemagne ARD Finale Vues de l'Allemagne - Vidéo
1984 Drapeau : Luxembourg Luxembourg RTL Finale Vues du Luxembourg - Vidéo
1985 Drapeau : Suède Suède SVT Finale My Joy Is Building Bricks Of Music Lill Lindfors Morceau jazz
1986 Drapeau : Norvège Norvège NRK Finale Welcome To Music Åse Kleveland Morceau classique
1987 Drapeau : Belgique Belgique RTBF Finale Breathless Viktor Lazlo Morceau contemporain
1988 Drapeau : Irlande Irlande RTÉ Finale Hold Me Now Johnny Logan Chanson gagnante
1989 Drapeau : Suisse Suisse SSR Finale Ne partez pas sans moi
Where Does My Heart Beat Now
Céline Dion Chanson gagnante
Morceau contemporain
1990 Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie JRT Finale Zagreb : ville de musique - Vidéo
1991 Drapeau : Italie Italie RAI Finale Celebration
Insieme: 1992
Non ho l'età
Sarah Carlson
Toto Cutugno
Gigliola Cinquetti
Clip vidéo
Chanson gagnante
Chanson gagnante
1992 Drapeau : Suède Suède SVT Finale All The Reasons To Live Carola Morceau contemporain
1993 Drapeau : Irlande Irlande RTÉ Finale Histoire d'Eochaid Airem et Étain - Vidéo
1994 Finale - Macnas Théâtre de rue
1995 Finale 40 ans de l'Eurovision - Vidéo
1996 Drapeau : Norvège Norvège NRK Finale Heaven Is Not For Saints Morten Harket Morceau contemporain
1997 Drapeau : Irlande Irlande RTÉ Finale Vainqueurs de l'Eurovision - Vidéo
1998 Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni BBC Finale Vues de Birmingham - Vidéo
1999 Drapeau : Israël Israël IBA Finale Vues de Jérusalem - Vidéo
2000 Drapeau : Suède Suède SVT Finale Vues de la Suède - Vidéo
2001 Drapeau : Danemark Danemark DR Finale Fly on the Wings of Love
Walk Right Back
Olsen Brothers Chanson gagnante
Morceau contemporain
2002 Drapeau : Estonie Estonie ETV Finale Everybody Tanel Padar et Dave Benton Chanson gagnante
2003 Drapeau : Lettonie Lettonie LTV Finale Lettonie, planète fleurie - Vidéo
2004 Drapeau : Turquie Turquie TRT Demi-finale - Derviches tourneurs Ballet folklorique
Finale Everyway That I Can
Leave
Sertab Erener Chanson gagnante
Morceau contemporain
2005 Drapeau : Ukraine Ukraine NTU Demi-finale - Forces armées ukrainiennes,
Ensemble A-6 et Diezel DJ Power
Ballet contemporain
Finale Heart On Fire Ruslana Morceau contemporain
2006 Drapeau : Grèce Grèce ERT Demi-finale Chansons gagnantes
Love Shine a Light
Dieux de l'Olympe
Maria Menounos & Sakis Rouvas
Medley
Finale The Song Of Life
My Number One
Foteini Darra
Helena Paparizou
Ballet contemporain
Chanson gagnante
2007 Drapeau : Finlande Finlande YLE Demi-finale - Saana Koivisto et danseurs Ballet contemporain
Finale Hard Rock Hallelujah Lordi Chanson gagnante
2008 Drapeau : Serbie Serbie RTS Première demi-finale Video Killed A Radio Star Slobodan Salijevic Orkestar Ballet contemporain
Deuxième demi-finale Serbia for beginners Ensemble national serbe Kolo Ballet contemporain
Finale Molitva
Tell Me Why
Marija Šerifović Chanson gagnante
Morceau contemporain
2009 Drapeau : Russie Russie Perviy Kanal Première demi-finale Fairy Tale Jumelles Tolmachevy Conte de fées
Deuxième demi-finale - Quartet Terem, ensemble Kostroma,
Forces Aériennes Russes et
ensemble Art Dogs
Medley contemporain
Finale L'Enfant Prodigue
Believe
Cirque du Soleil
Dima Bilan
Numéro de cirque
Chanson gagnante
2010 Drapeau : Norvège Norvège NRK Première demi-finale -
Deuxième demi-finale -
Finale Fairytale Alexander Rybak Chanson gagnante
2011 Drapeau : Allemagne Allemagne NDR Première demi-finale -
Deuxième demi-finale -
Finale Satellite Stefan Raab & Lena Meyer-Landrut Chanson gagnante
2012 Drapeau : Azerbaïdjan Azerbaïdjan İTV Première demi-finale -
Deuxième demi-finale -
Finale Running Scared Ell & Nikki Chanson gagnante
2013 Drapeau : Suède Suède SVT Première demi-finale Euphoria Loreen & les enfants de Malmö Chanson gagnante
Deuxième demi-finale - Urban Orchestra Ballet contemporain
Finale We Write the Story Avicii Morceau contemporain
2014 Drapeau : Danemark Danemark DR Première demi-finale Only Teardrops Emmelie de Forest & The Choir of Europe Chanson gagnante
Deuxième demi-finale Jalousie, Tango Tzigane - Ballet contemporain
Finale Défilé des nations Finalistes Défilé
2015 Drapeau : Autriche Autriche ÖRF Première demi-finale Rise Like a Phoenix Conchita Wurst & l'Orchestre symphonique de la radio de Vienne Chanson gagnante
Deuxième demi-finale -
Finale Building Bridges Conchita Wurst, Mirjam Weichselbraun, Alice Tumler , Arabella Kiesbauer et l'Orchestre symphonique de la radio de Vienne Morceau contemporain
2016 Drapeau : Suède Suède SVT Première demi-finale Heroes Måns Zelmerlöw Chanson gagnante
Deuxième demi-finale The Story of Eurovision Petra Mede & Måns Zelmerlöw Ballet contemporain
Finale Défilé des nations Finalistes Défilé
2017 Drapeau : Ukraine Ukraine NTU Première demi-finale Spinning Monatik Morceau contemporain
Deuxième demi-finale Medley de l'Eurovision Oleksandr Skichko & Volodymyr Ostapchuk Morceaux contemporains
Finale Défilé des nations Finalistes Défilé

Références[modifier | modifier le code]

  1. HAAN Marco, DIJKSTRA Gerhard et DIJKSTRA Peter, « Expert Judgment Versus Public Opinion – Evidence from the Eurovision Song Contest », Journal of Cultural Economics, 29, 2005, p.62.
  2. Règles du Concours Eurovision de la chanson 2013, p.1, par l'Union européenne de radio-télévision, publié sur le site officiel du concours (www.eurovision.tv/page/baku-2012/about), consulté le 1er mai 2013.
  3. FEDDERSEN Jan & LYTTLE Ivor, Congratulations. 50 Years of The Eurovision Song Contest. The Official DVD. 1956-1980, Copenhague, CMC Entertainement, 2005, p.11.
  4. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=278#About the show
  5. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=279
  6. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=280
  7. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=281
  8. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=282#About the show
  9. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=283#About the show
  10. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=284#About the show
  11. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=285#About the show
  12. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=286#About the show
  13. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=223#About the show
  14. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=287#About%20the%20show
  15. http://www.shannonheritage.com/
  16. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=288#About%20the%20show
  17. KENNEDY O’CONNOR John, The Eurovision Song Contest. 50 Years. The Official History, Londres, Carlton Books Limited, 2005, p.51.
  18. http://www.eurovision.tv/page/news?id=seeking_out_more_about_the_1972_contest
  19. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=289#About%20the%20show
  20. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=290#About%20the%20show
  21. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=292#About%20the%20show
  22. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=293#About%20the%20show
  23. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=294#About%20the%20show
  24. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=295#About%20the%20show
  25. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=296#About%20the%20show
  26. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=297#About%20the%20show
  27. http://www.ceolas.org/artists/Planxty.html
  28. KENNEDY O’CONNOR John, op.cit., p.95.
  29. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=304#About%20the%20show
  30. http://www.eurovision.tv/page/news?id=29243&_t=23_years_ago_today_-_celine_dion_wins_for_switzerland
  31. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=308#About%20the%20show
  32. KENNEDY O'CONNOR John, op.cit., p.137.
  33. FEDDERSEN Jan & LYTTLE Ivor, op.cit., p.12.
  34. KENNEDY O’CONNOR John, op.cit., p.155.
  35. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=9#About%20the%20show
  36. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=8#About%20the%20show
  37. http://escreporter.com/what-happened-to-the-myeurovisionidea-interval-act/
  38. KENNEDY O’CONNOR John, op.cit., p.41.
  39. KENNEDY O'CONNOR John, op.cit., p.100.
  40. KENNEDY O'CONNOR John, op.cit., p.112.
  41. FEDDERSEN Jan & LYTTLE Ivor, Congratulations. 50 Years of The Eurovision Song Contest. The Official DVD. 1981-2005, Copenhague, CMC Entertainement, 2005, p.5.