Tahitien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tahitien
Reo tahiti
Région Polynésie française, Nouvelle-Calédonie
Nombre de locuteurs 67 860 ± 6 010
Typologie VSO, isolante, accentuelle
Statut officiel
Langue officielle Drapeau de la Polynésie française Polynésie française (langue reconnue sans statut de langue officielle)
Régi par Académie tahitienne
Codes de langue
ISO 639-1 ty​
ISO 639-2 tah​
ISO 639-3 tah
Étendue Individuelle
Type Vivante
IETF ty​
Linguasphère 39-CAQ-h​

« ʻĪrava mātāmua

E fānauhia te tāʻātoʻaraʻa o te taʻata tupu ma te tiʻamā e te tiʻamanaraʻa ʻaifāito. ʻUa ʻī te manaʻo paʻari ʻe i te manava ʻe ma te ʻāʻau taeaʻe ʻoia tā rātou haʻa i rotopū ia rātou iho, e tiʻa ai. »

— ONU 1948, article premier de la Déclaration universelle des droits de l'homme (trad. en tahitien)

Carte
Tahitien langue vernaculaire et véhiculaire.svg
  •      Langue vernaculaire
  •      Langue locale véhiculaire

Le tahitien (en tahitien reo tahiti, prononcé /ˈreo taˈhiti/) est une des cinq langues reconnues de la Polynésie française, où il reste la seconde langue véhiculaire, en concurrence avec le français, unique langue officielle de ce Pays d'outre-mer[1].

La langue tahitienne est parlée dans les îles de la Société, notamment à Tahiti, au Nord-Ouest des Tuamotu et à Tubuai[2]. Elle est également la langue maternelle d'une partie des tahitiens de Nouvelle-Calédonie.

C'est une langue de tradition orale, transcrite pour la première fois au début du XIXe siècle par des évangélisateurs chrétiens de la Société missionnaire de Londres pour la traduction de la Bible.

Définition[modifier | modifier le code]

Classification[modifier | modifier le code]

Le classement des langues par famille de la langue tahitienne[3],[4] permet d’imaginer le voyage qui conduisit à travers les siècles les ancêtres des Polynésiens de l’île de Taïwan jusqu’aux Îles de la Société. Le tahitien fait en effet partie des langues austronésiennes parlées à Madagascar, en Asie du Sud-Est et dans l’océan Pacifique. L’origine probable du proto-austronésien, ancêtre commun à toutes les langues de cette famille, est l’île de Taïwan. Cette famille se divise en deux branches, l’une comprenant les langues formosanes contemporaines parlées par les autochtones de Taïwan, l’autre, dite malayo-polynésienne, comprenant les langues parlées dans les océans Indien et Pacifique.

Le tahitien est donc classé dans la branche malayo-polynésienne, plus précisément dans le groupe centrale-orientale, qui regroupe les langues parlées à l’Est de Célèbes. Ce groupe comprend un sous-groupe océanien pour les langues parlées à l’Est de la Nouvelle-Guinée. Ce sous-groupe se scinde lui-même pour distinguer les langues océaniennes centrales et orientales, dont le foyer de diffusion est les Îles Samoa. Le tahitien est inclus dans les langues du Pacifique central (avec par exemple le fidjien), parmi les langues polynésiennes (tongien, samoan, hawaïen) et donne son nom au sous-groupe des langues tahitiennes (maoris) parlées dans les archipels de la Société, des Australes et des Tuamotu ainsi qu’aux Îles Cook et en Nouvelle-Zélande.

Comparaison du vocabulaire de base du tahitien avec sa famille linguistique[5]
Listes Swadesh : tahitien - maori de Nouvelle-Zélande - hawaïen - rotuman[6],[7] - gilbertin - tagalog
No tahitien maori (LT) hawaïen (LP) rotuman (LPC) gilbertin (LOCO) tagalog (LMP) français (LIE)
2 ’oe koe ’oe ’äe ko ikaw, ka, kayo (formel) tu, vous (formel)
36 vahine wahine wahine hȧn aine babae femme
73 tari’a taringa pepeiao faliga taninga tenga oreille
74 mata mata maka mafa mata mata œil
92 inu inu-mia inu ’imo moi uminom, inumin boire
93 ’ai, ’amu kai-nga ’ai ’ā, ’ātē kana, kang kumain, kainin manger
100 ’ata kata ’aka kahā ngare tumawa rire
151 ua ua ua uas karau ulan pluie
159 fenua whenua honua hanua aontano lupa terre (sol)

Faisant abstraction de ce classement par familles, toutes les langues autochtones de la Polynésie française sont désignées par l’expression te mau reo mā’ohi[8],[9] qui, outre le tahitien, incluent le paumotu, le marquisien, les langues australes et le mangarévien.

En typologie morphologique, le tahitien semble être une langue isolante[10]. En typologie syntaxique, le tahitien est une langue de type VSO[11], bien que les grammaires récentes évitent dans leur description la catégorie du verbe pour privilégier le terme de prédicat. En typologie rythmique, le tahitien est une langue accentuelle, qui marque un accent tonique fixe selon la longueur des syllabes dans un mot[12].

La norme ISO 639 représente le tahitien par le code à 2 lettres ty​; les codes ta​, th​, ti​ et tt​ sont respectivement utilisés pour le tamoul, le thaï, le tigrigna et le tatar, ces langues ayant plus de locuteurs vivants. La norme ISO 639-3 utilise le code à 3 lettres tah​ et catégorise le tahitien comme une langue individuelle, car distincte des autres langues tahitiennes, et vivante, car il reste la langue maternelle de dizaines de milliers de Polynésiens. Pour indiquer le tahitien comme langue de base, l’IETF reprend comme étiquette d'identification le code ISO 639-2 ty​. Dans la classification philologique de l’Observatoire linguistique, le tahitien est inclus dans la phylozone transpacifique, numéroté 39​, du phylosecteur austronésien, classé dans la série 39-CA​ (du nukuoro au rapanui), dont les langues entretiennent des relations complexes résultant de migrations interinsulaires, dans le réseau 39-CAQ​ des langues tahitiennes et maories (incluant les langues marquisiennes). Le tahitien est donc identifié 39-CAQ-h​ dans le « Registre de la Linguasphère ».

Nom[modifier | modifier le code]

Tahiti étant, politiquement et en superficie, l'île principale des Îles de la Société, elle donne son nom à la langue vernaculaire de tout l'archipel.

La London Missionary Society édite en 1851 « a Tahitian and English Dictionary » En 1861, le tahitien est présenté par Mgr Florentin-Étienne Jaussen, dit Mgr Tepano, comme un « dialecte tahitien » de la « langue maorie ». Dès 1887, il revoie cette dénomination pour privilégier celle de « langue tahitienne ». Les notices d’autorité contemporaines identifient cette langue sous le nom « tahitien » en français et « Tahitian » en anglais.

Le tahitien se nomme lui-même « reo tahiti », soit mot-à-mot « langue de Tahiti » ou « langue tahitienne »[13]. Lorsque le contexte est univoque, il est également métaphoriquement appelé « reo māʻohi », c'est-à-dire « langue parlée par les Polynésiens »[8]. Cet usage métaphorique, apparu à la fin des années 1970 et employé aussi bien en tahitien qu'en français local, sert une revendication identitaire en marquant une distinction avec la culture française[14].

Histoire[modifier | modifier le code]

Peuplement des Iles de la Société[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Peuplement de l'Océanie.

La seconde vague de peuplement de l′Océanie permis aux premiers Polynésiens venant de Fidji d’atteindre vers l’an 300 les Iles de la Société, jusqu’alors inhabitées. Ils apportèrent donc leur langue et n’eurent à subir aucun influence externe dans son évolution pendant plusieurs siècles. De tradition orale, il ne reste que des indices indirects de cette évolution.

Le langage parlé était autrefois l'apanage des puissants.Le peuple faisant autant que possible l'économie du langage, lui substituant des gestes et mimiques[15]. Il en reste aujourd'hui de nombreuses traces (par exemple le haussement de sourcil pour indiquer son approbation[16],[17]).

La coutume du pi’i[modifier | modifier le code]

Cette coutume rendait tabou certains mots du vocabulaire[18],[19].

Évolution historique contemporaine[modifier | modifier le code]

Première transcription[modifier | modifier le code]

Lorsqu'à la fin du XVIIIe siècle, les Européens arrivent à Tahiti, il n'y existe pas d'écriture, tout se transmet oralement. Ce sont les missionnaires protestants arrivés en 1797 sur le Duff, notamment Henry Nott (1774 — 1844), qui vont mettre au point le système de notation alphabétique permettant le passage à l'écrit ; après d'assez longs tâtonnements, ils adoptent un système avec 5 voyelles et 9 consonnes, et réalisent les premières impressions de la Bible traduite en langue tahitienne. Les Polynésiens vont apprendre à lire et écrire à l'aide de la Bible.

Influence des langues étrangères[modifier | modifier le code]

Le vocabulaire s'enrichit avec l'introduction de mots nouveaux issus de la langue parlée par les missionnaires, mais aussi des langues latine, grecque ou hébraïque. Aujourd'hui encore, c'est autour de l'Église et surtout du Temple (protestant) que le Tahitien apprend à parler sa langue.

De même que les missionnaires ont donné au tahitien moderne un vocabulaire religieux particulièrement complet, les interprètes l'ont doté d'un vocabulaire administratif et juridique exhaustif et l'ont rendu apte à exprimer sans difficulté le langage des actes, jugements et textes législatifs. Ce vocabulaire est souvent tiré du français.

Depuis la fin du XVIIIe siècle, l'anglais puis le français ont été la source d'apports très importants dans le vocabulaire mais aussi la cause de nombreuses corruptions de la syntaxe. L'influence de ces deux langues européennes s'est exercée spontanément à travers les échanges commerciaux et sociaux et en raison d'une présence importante de locuteurs bilingues.

Quelques mots tahitiens se sont également introduit dans la langue française[20], comme le paréo[21] du tahitien pāreu. De nombreux plats de la cuisine de Tahiti ne sont connus en français que sous leur nom tahitien (po’e, mā’a tinitō, etc.).

La situation actuelle du tahitien[modifier | modifier le code]

La langue tahitienne se trouve en concurrence avec la langue française, langue officielle en tant que « langue de la République » (art. 2 de la Constitution). Parmi les langues régionales du territoire français, le tahitien est une de celles qui se maintiennent le mieux. En 2015, les meilleures estimations disponibles[2] indiquent entre 61 850 et 68 260 locuteurs en Polynésie française. En 2013, Statistics New Zealand ne recensait que 240 résidents néo-zélandais parlant tahitien[22]. Aucune estimation n'est en revanche disponible pour les 5 600 tahitiens de Nouvelle-Calédonie ou les autres polynésiens émigrés.

Le tahitien dans l'usage courant[modifier | modifier le code]

Le tahitien reste la langue maternelle d'une partie de la population des îles de la Société ; le bilinguisme est devenu courant, mais la connaissance du tahitien est considérée comme nécessaire par le personnel politique de Polynésie française[Notes 1]. Un phénomène caractéristique de la vie politique est l'utilisation, à partir des années 1960, du tahitien pour les noms des partis politiques, notamment le Pupu Here Aia, successeur du RDPT, et de façon plus surprenante, le Tahoeraa Huiraatira, ex-Union tahitienne, fondée à l'origine dans une perspective anti-autonomiste.

Le tahitien est aussi utilisé dans les cultes chrétiens, dans un certain nombre de médias et dans l'édition.

Les prénoms polynésiens, notamment tahitiens, sont couramment donnés aux enfants nés en Polynésie française, quel que soit le lieu de naissance de leur mère[23].

Son enseignement[modifier | modifier le code]

Le tahitien est enseigné :

Son statut juridique[modifier | modifier le code]

Dans un arrêt du 29 mars 2006, (Haut-commissaire de la République en Polynésie française, M. Fritch, no 282335), le Conseil d'État a annulé une disposition du règlement intérieur de l'Assemblée de la Polynésie française, autorisant les orateurs à s'exprimer « en langue française ou en langue tahitienne ou dans l'une des langues polynésiennes », estimant que cette disposition était contraire à l'article 57 de la loi organique du 27 février 2004, qui dispose : « Le français est la langue officielle de la Polynésie française. Son usage s'impose aux personnes morales de droit public et aux personnes de droit privé dans l'exercice d'une mission de service public ainsi qu'aux usagers dans leurs relations avec les administrations et services publics. »

Le rôle de l'Académie tahitienne[modifier | modifier le code]

Voir la page Académie tahitienne.

Le tahitien dans la littérature[modifier | modifier le code]

L'utilisation littéraire du tahitien est promue à partir des années 1970 par un groupe de personnalités à l'origine de l'Académie tahitienne. La littérature tahitienne moderne est illustrée notamment par Henri Hiro (1944-1990), Flora Devatine (née en 1942 ; membre de l'Académie) et Jean-Marc Pambrun (1953-2011), mais est restée dans l'ensemble modeste.

Graphies et prononciation[modifier | modifier le code]

Depuis les premières transcriptions, le tahitien a connu près d'une dizaine de graphies différentes[25]. Aujourd'hui encore, le sujet fait débat entre les spécialistes de ces questions, particulièrement en ce qui concerne la notation de la glottale et dans une moindre mesure celle de l'allongement vocalique.

Deux systèmes d'écriture concurrents semblent néanmoins être les plus fréquemment utilisés :

  • Le système adopté par l'Académie tahitienne, officiel et adapté à tout type de locuteur car strictement phonétique ;
  • Le système de l'Église évangélique dit « Raapoto », particulièrement adapté à un usage par les locuteurs natifs, car contenant des simplifications évidentes.

Graphie recommandée par l'Académie tahitienne[modifier | modifier le code]

Le système adopté par l'Académie tahitienne et choisi par un vote de l'Assemblée territoriale de Polynésie française, reprend celui utilisé pour la plupart des langues polynésiennes[26]. La glottale nommée ’eta est ainsi notée d'une apostrophe, soit droite « ' », soit courbe « ’ », soit culbutée « ʻ ». Les voyelles allongées sont quant à elles surmontées d'un macron (ā, ē, ī, ō, ū) nommé tārava. Par exemple, le mot ['a:mui] (rassembler, lier les fruits en paquets) est transcrit 'āmui[27].

Le tahitien : ’eta

Exemple avec la première phrase du ’Ia ora ’o Tahiti Nui, utilisant une apostrophe courbe :

« ’Ua rahu te Atua i tō’u ’āi’a, hono no’ano’a ō te motu rau, heihei i te pua ri’i au ē, e firi nape mōrohi ’ore, ’o tā’u ïa e fa’ateniteni nei. »

— Bougues et al.

Graphie « Raapoto »[modifier | modifier le code]

Le système de l'Église évangélique dit « Raapoto », du nom de son auteur, Duro Raapoto, note la glottale en surmontant la voyelle qui la suit d'un accent grave (à, è, ì, ò, ù) nommé tuì et l'allongement vocalique d'un macron appelé tāumi. Néanmoins lorsque la voyelle longue est combinée à la glottale, celle-ci est surmontée d'un accent circonflexe nommé tāfare[25]. Lorsque l'occlusive glottale est entre deux voyelles identiques, elle n'est pas transcrite[28]. ['a:mui] est ainsi écrit âmui.

Exemple avec la première phrase du Ia ora ò Tahiti Nui, en vert les différences avec la graphie de l'Académie :

« Ua rahu te Atua i tō ù âià, hono noànoà ō te motu rau, heihei i te pua rii au ē, e firi nape mōrohi òre, ò tā ù ia e faateniteni nei. »

— Bougues et al.

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'enseignement du tahitien du primaire au supérieur se fait aujourd'hui selon l'une ou l'autre des graphies en fonction des choix ou partis pris des enseignants ou de leurs formateurs, ce qui n'est pas sans poser de problèmes sur le plan de la cohérence pédagogique.

Alphabet[modifier | modifier le code]

Selon la graphie de l'Académie tahitienne, l'alphabet tahitien se compose de 13 lettres et de trois signes diacritiques (l'apostrophe, le macron et le tréma).

Consonnes[modifier | modifier le code]

Modes
d’articulation
Points d’articulation  
Labial Coronal (aucun)  
 Pulmoniques   Bilabial  Lab.-dent.  Alvéol.    Glottal    
Nasales   m [m] ()       n [n] ()    
Occlusives p [p] ()       t [t] ()   [ʔ] (’eta)  
Fricatives     f [f] () v [v] ()     h [h] ()  
Roulées         r [r] ()    

Voyelles[modifier | modifier le code]

Le tahitien compte cinq voyelles notée a, e, i, o, u[29].

Comparativement au français[30], les lettres i et o se prononce de manière similaire ; la lettre a est plus proche de l'antérieure [a] que de la prononciation française standard [ä] ; la lettre e se prononce [e] comme le graphème « é » en français ; la lettre u se prononce [u] comme le digramme « ou » en français.

Le tahitien a deux degrés de quantité vocalique : bref et long. L'accent tonique suit la voyelle longue[31].

   Antérieures   Postérieures   
Fermées i [i] (ī)

ï [i] (ī toro ’a’ī)

ī [iː] (ī tārava) u [u] (ʻū) ū [uː] (ʻū tārava)  
Mi-fermées e [e] (ē) ē [eː] (ē tārava) o [o] (ʻō) ō [oː] (ʻō tārava)  
Ouvertes a [a] (ʻā) ā [aː] (ʻā tārava)      

Altération de la prononciation[modifier | modifier le code]

Certaines diphtongues sont usuellement prononcées sans que cela soit considéré comme incorrect (par exemple ae dans Pirae se prononce è). D'autres modifications sont considérées comme fautives (par exemple iho qui devient icho dans vaiho).

Quelques éléments de la syntaxe[modifier | modifier le code]

Afin de faciliter les comparaisons, les phrases d'exemple ci-dessous sont identiques à celles données dans l'article maori des îles Cook.

Déictiques personnels[modifier | modifier le code]

Comme la plupart des langues d'Océanie, le tahitien fait pour cette catégorie de termes[Notes 2] une distinction entre le duel et le pluriel, et entre l'inclusif et l'exclusif (distinctions que l'on retrouve dans les langues malayo-polynésiennes en général).

Singulier[modifier | modifier le code]

  • Vau : je, moi ; `ua 'amu vau i te i'a : J'ai mangé le poisson; E haere au i te farehapi'ira'a ānānahi: J'irai à l'école demain; E 'ārote au inānahi, no te ua rā, 'ua fa'aea au : J'allais hier labourer (le champ), mais j'ai dû abandonner car il a plu. À noter que "vau" devient "au" après "e" et "i".
  • 'oe : tu, toi; 'ua 'amu 'oe i te i'a : tu as mangé le poisson; 'ua fa'a'ino 'oe tō mātou pereo'o : Tu as cassé notre voiture ; 'o 'oe ho'i, te ta'ata ta te ha'avā e 'imi nei : Tu es l'homme que la police recherche.
  • 'ōna/'oia : il, lui, elle; 'ua amu 'ōna i te i'a : il/elle a mangé le poisson ; 'Eaha 'ōna i haere mai ai ?: Pourquoi est-il/elle venu(e) ? ; 'aita 'ona i 'ō nei : il/elle n'est pas là

Duel[modifier | modifier le code]

  • Tāua : inclusif, nous deux (inclusif : toi et moi) ; 'ua amu tāua i te i'a : Nous (toi et moi) avons mangé le poisson ; haere tāua : Allons-y ; 'o tō tāua hoa tē tae mai ra : Nos amis arrivent
  • Māua : nous deux, (exclusif : lui/elle et moi) ; 'ua amu māua i te i'a : Nous (lui/elle et moi) avons mangé le poisson ; e ho'i māua ma Titaua i te fare : Titaua et moi rentrons chez nous ; No māua tera 'are : Cette maison est la nôtre
  • 'ōrua : vous deux ; 'ua amu 'ōrua i te i'a : Vous deux avez mangé le poisson ; Haere 'ōrua : Allez-y ; Na 'ōrua teie puta : Ce livre vous appartient à tous les deux
  • Rāua : ils, elles (deux) ; 'ua amu rāua i te i'a : Eux deux ont mangé le poisson ; Nō 'ea mai rāua ? : Où étiez-vous tous les deux ? ; 'o rāua 'o Pā tei noho i te fare : Lui (ou elle) et Pa sont restés chez eux

Pluriel[modifier | modifier le code]

  • Tātou : Nous (inclusif : vous - 2 ou plus - et moi) ; 'o vai tā tātou e tīa'i nei : Qui attendons-nous ? ; E'ore tā tātou amura'a toe  : Nous n'avons plus de nourriture
  • Mātou : nous (exclusif : ils, elles et moi) ; 'o mātou ma Herenui i haere mai ai : Nous sommes venus avec Herenui; 'ua 'ite mai 'oe ia mātou : Tu nous as vus
  • 'outou : Vous tous ; 'a haere atu 'outou, e pe'e atu vau : Partez devant, je vous suis ; o 'outou 'o vai mā i haere ai i te tautai ? : Avec qui êtes-vous partis pêcher ?
  • Rātou : Ils, elles, eux (plus de deux); 'ua pe'ape'a rātou 'o Teina : Ils se sont se querellés avec Teina ; Nō rātou te pupu pūai : Ils ont l'équipe la plus forte

Marqueurs aspectuels[modifier | modifier le code]

L'aspect verbal[Notes 3] est un élément important de la grammaire tahitienne ; il est marqué par des tournures ajoutées à la forme verbale :

  • Tē… nei : Indique que l'action est en train de s'accomplir ; Tē mana'o nei au i te ho'i i te fare : Je pense que je vais rentrer à la maison ; Tē 'ata nei rātou : Ils sont en train de rigoler ; Tē tanu nei au i te taro : Je plante du taro
  • 'ia : Indique un souhait, un désir (voir également plus bas condition, supposition) ; 'ia vave mai ! e tāere tāua : Dépêche toi ! nous allons être en retard ; 'ia haere vitiviti, e pō teie : Viens vite, il va bientôt faire nuit ; 'ia tae mai i te 'ohipa ā te po'ipo'i Monirē : Viens travailler lundi matin ; Teie te pēpē'uru, 'ia 'amu 'oe  : Voici du pudding d'arbre à pain, manges en.
  • 'a : Exprime une ordre, un commandement, le devoir, l'obligation ; 'a pi'o 'oe i raro ! : Baisse-toi ! ; 'a ti'a i ōnei ! : Lève-toi de là ! ; 'a haere 'ōna e ti'i ia Teina : Il devrait partir et aller chercher Teina ; 'a fa'aea, e tēnā ta'ata 'eiā : Arrête-toi là voleur !
  • 'eiaha/'iaha : marque l'interdiction ; 'eiaha e hi'o : Ne regarde pas ! ; 'eiaha e parau : Ne parle pas ! ; ' 'eiaha e haere, tē fa'apiha'a nei mina i te tī : N'y va pas, Mina est en train de préparer (faire chauffer) le thé ; 'ua a'o 'ōna ia tātou 'eiaha e ha'ape'ape'a ia rātou  : « Il nous a prévenus que nous ne devions pas leur créer de problèmes »
  • e… ana : Exprime une action ou un état habituel ; E noho ana 'ōna i Fare i tē reira taime : À cette époque, il vivait à Fare (Huahine) ; E haere ana 'oe i te 'ori ? : Est-ce que tu as l'habitude d'aller danser ? ; E tāere ana 'ōna: Il est toujours en retard
  • e : Exprime une action ou un état inaccompli; e hīmene Mere ānapo : Marie chantera ce soir ; 'ua kite vau e riri rātou  : Je sais qu'ils seront en colère »
  • 'ua : Exprime une action accomplie, un état présent (perçu comme différent d'un état précédent), ou la surprise: 'ua 'ite mai 'oe ia mātou : Tu nous as vus ; 'ua maita'i 'oe ? : Cela va mieux maintenant ? ; 'ua oti te tu'era'a popo : Le match de foot est terminé ; 'ua riri au : je suis mécontent, en colère; 'ua nehenehe: comme c'est beau !
  • I…nei : Exprime une action définitivement terminée ou un état passé. I fānau 'aia i Tahiti nei : elle est née ici à Tahiti
  • I... iho nei : Exprime une action terminée mais dans un passé immédiat. I tae mai iho nei 'ōna : il vient juste d'arriver
  • 'ahiri/'ahani: exprime une condition, une supposition irréelle; 'ahani 'oe i fa'atōroa ia'u, ua noho mai vau i Tahiti nei" : si tu m'avais donné un travail, je serais resté ici à Tahiti ; " 'ahiri te pahī i ta'ahuri, 'ua pohe pau roa ia tātou" : si le bateau avait chaviré, nous serions tous mort
  • 'aita : exprime la négation. 'aita vau e ho'i mai : je ne reviendrai pas ; 'aita 'ōna i fānau i Huahine nei  : Elle n'est pas née ici à Huahine.

Perspectives futures[modifier | modifier le code]

Pour Louise Peltzer, le retour des langues polynésiennes dans les écoles depuis les années 1980 assure l’attachement des polynésiens à leurs langues vernaculaires[32]. Jacques Vernaudon disait en 2015 : « si on ne fait rien, dans une génération nous aurons affaire à une langue morte »[33]. Pour Jacques Leclerc, la disparition du tahitien est probable à terme. Son influence restera néanmoins forte dans le français parlé en Polynésie[34].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Gaston Flosse, dont la langue maternelle est le mangarévien, a appris par la suite le français et le tahitien
  2. Les déictiques personnels correspondent à ce qui est couramment appelé « pronoms personnels » ; le mot « pronom » est cependant inapproprié, parce que si « il », « elle » et « ils » peuvent être remplacés par un nom, ce n'est absolument pas le cas de « je », « tu », « nous » et « vous ». « Déictique » signifie : « (mot) qui sert à désigner ».
  3. L'aspect (défini/indéfini, achevé/inachevé, etc.) existe en français, mais la notion est peu utilisée parce que l'accent est mis sur le « temps » et le « mode » du verbe. Dans d'autres langues, l'aspect est aussi important que le temps, voire plus important.

Références[modifier | modifier le code]

  1. LO2004-192 2004.
  2. a et b Charpentier et François 2015
  3. « Tahitic », sur Ethnologue (consulté le 21 février 2016)
  4. « La famille austronésienne », sur www.axl.cefan.ulaval.ca (consulté le 21 février 2016)
  5. Greenhill et Clark 2011.
  6. « Rotuman Swadesh List », sur search.language-archives.org (consulté le 18 février 2016)
  7. (en) Elizabeth Kafonika Makarita Inia, A New Rotuman Dictionary: An English-Rotuman Wordlist, editorips@usp.ac.fj,‎ (ISBN 9789820201286, lire en ligne)
  8. a et b Fare Vāna’a 1999, mā’ohi.
  9. (ty) W. Pukoki, « Te taura firi o te reo mā’ohi (Les tresses [généalogiques] des langues polynésiennes) » [jpg], sur le site officiel de l'Académie tahitienne (consulté le 25 octobre 2014)
  10. Ferment Méar 2010, p. 24.
  11. Ferment Méar 2010, p. 25.
  12. Lazard et Peltzer 2000, p. 15.
  13. Fare Vāna’a 1999, reo.
  14. Tetahiotupa 2002, p. 141-143.
  15. ANTOINE-D PERINI, « Francais et reo maohi dans l'aire tahitianophone. Bilinguisme ou semi-linguisme double ? », sur http://www.theses.fr/,‎ (consulté le 21 février 2016)
  16. « Apprendre à dire OUI en reo Tahiti », sur Tahiti.tv, La webtv de Tahiti et de ses îles (consulté le 22 février 2016)
  17. « Langue ma'ohi | Le Tahiti Traveler », sur www.letahititraveler.com (consulté le 22 février 2016)
  18. Charles Vernier, « Les variations du vocabulaire tahitien avant et après les contacts européens », Journal de la Société des océanistes, vol. 4,‎ , p. 57–85 (DOI 10.3406/jso.1948.1592, lire en ligne)
  19. « De la coutume du Pi'i et des modifications qu'elle apporta au vocabulaire tahitien : Le Pi'i », sur cat.inist.fr (consulté le 22 février 2016)
  20. TP, « Ces mots qui viennent de loin : du tahitien dans le français, ah bon ? », sur TAHITI INFOS, les informations de Tahiti (consulté le 8 mars 2016)
  21. « Paréo », sur Dictionnaire de l'Académie française neuvième édition (consulté le 7 mars 2016)
  22. (en) Statistics New Zealand, « 2013 Census totals by topic », sur www.stats.govt.nz (consulté le 21 février 2016) : « Table 17, Language spoken (total responses). For the census usually resident population count, 2013 Census (Code : 16117, Language spoken :Tahitian, Census usually resident population count : 240) »
  23. Bacheré 2010.
  24. Vernaudon Paia
  25. a et b Fare Vāna’a, « Graphie et graphies de la langue tahitienne » [html], sur farevanaa.pf,‎ (consulté le 18 octobre 2014)
  26. Fare Vāna’a 1999, introduction, p. 7
  27. Lemaître, Fodor et Hagège 1990, 3.1 réformes et orthographe, p. 92
  28. Paia et Vernaudon 2008, Le code graphique, p. IX
  29. Paia et Vernaudon 2008, L'alphabet tahitien, p. XI
  30. Vernaudon Paia, Ha'api'ira'a tahi - Épisode 1
  31. Paia et Vernaudon 2008, L'accent tonique, p. 3
  32. Louise Peltzer, Le cas du tahitien et des langues polynésiennes en Polynésie française, Tréma [En ligne],‎ (lire en ligne)
  33. Jean-Pierre Viatge, « Reo ma'ohi : "si on ne fait rien, dans une génération nous aurons affaire à une langue morte" », sur TAHITI INFOS, les informations de Tahiti (consulté le 14 février 2016)
  34. Leclerc 2013, Dernier paragraphe

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Journal de la Société des océanistes, Musée de l'Homme Paris, n° 119 « spécial Polynésie française », année 2004-2.
  • (en+fr+de) Yves Lemaître, István Fodor (dir.) et Claude Hagège (dir.) (préf. Joshua Fishman), La réforme des langues : Histoire et Avenir, vol. 5, Hambourg, Helmut Buske Verlag,‎ (lire en ligne), La modernisation de la langue tahitienne, p. 84-103 :

    « Y. Lemaître a introduit en tahitien une graphie [...] repris[e] par l'Académie Tahitienne pour toutes ses publications. La notation utilisée [est] macron pour les voyelles longues et virgule renversée ou apostrophe pour les occlusives glottales [...]. Cette graphie est l'orthographe recommandée par l'Académie, aussi est-elle utilisée dans l'enseignement. [...] [C]ette réforme n'[a] pas un caractère obligatoire, les pratiques anciennes sont admises. »

    Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Florence Ferment Méar, Pour la défense de la langue tahitienne : État des lieux et propositions, Paris, L’Harmattan, coll. « Lettres du Pacifique » (no 26),‎ , 168 p. (ISBN 978-2-296-11682-5, présentation en ligne)
  • (en) Simon J. Greenhill et Ross Clark, POLLEX-Online : The Polynesian Lexicon Project Online [« Projet de lexique polynésien en ligne »], vol. 50, Oceanic Linguistics (no 2),‎ (lire en ligne [html]), p. 551-559
  • Jacques Leclerc, « Polynésie française », L’aménagement linguistique dans le monde, Québec, TLFQ, Université Laval,‎ (consulté le 18 octobre 2014)Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • ISPF, « Données détaillées sur les langues », recensement de la population de 2012, sur le site officiel de l'Institut de la statistique de la Polynésie française,‎ (consulté le 21 octobre 2014)Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • France, Polynésie française. « Loi organique n° 2004-192 du 27 février 2004 portant statut d'autonomie de la Polynésie française ». (version en vigueur : ) [lire en ligne (page consultée le )]Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (ty) ONU (trad. du français par Diffusion multilingue des droits de l’homme), Fāʻiraʻa hāʻati i te mau tiʻamanaraʻa o te taʻata tupu [« Déclaration universelle des droits de l’homme »], Paris (charte internationale),‎ (lire sur Wikisource, présentation en ligne, lire en ligne [html, pdf]), ʻῙrava mātāmua
  • (fr+ty+en) Edgar Tetahiotupa, De l'écriture au corps, Tahiti, Au Vent des îles, coll. « Bulletin du LARSH »,‎ , 201 p. (ISBN 2-909790-47-9), « Les langues polynésiennes, quelques commentaires »
  • Hervé Bacheré (dir.), Prénoms polynésiens, Papeete, ISPF, coll. « Points forts de la Polynésie française » (no 10/2010),‎ (ISSN 1247-7370, lire en ligne)
  • Jean-Michel Charpentier et Alexandre François, Atlas linguistique de la Polynésie française : Linguistic Atlas of French Polynesia, Berlin, Papeete, de Gruyter & Université de la Polynésie française,‎ , 2562 p. (ISBN 978-3-11-026035-9, lire en ligne)
  • Roberto Salazar : La langue tahitienne entre la Polynésie et la France (sur l'histoire et les statuts sociologique, politique et démographique de la langue tahitienne), revue Hopala, Quimper, n° 50 (p. 33-40), mars 2016.

Méthodes d'apprentissage[modifier | modifier le code]

Ouvrages didactiques[modifier | modifier le code]

Grammaires, dictionnaires et lexiques[modifier | modifier le code]

  • (en+ty) Herbert John Davies, A Tahitian and English Dictionary : with introductory remarks on the Polynesian language and a short grammar of the Tahitian dialect with an appendix containing a list of foreign words used in the Tahitian Bible, in commerce, etc., with the sources from whence they have been derived. [« Dictionnaire tahitien-anglais »], Tahiti, London Missionary Society,‎ (lire en ligne [html])
  • (fr+ty) Tepano Jaussen, Dictionnaire de la langue tahitienne [« Grammaire et dictionnaire de la langue maorie : dialecte tahitien »], Tahiti, Société des études océaniennes,‎ (réimpr. 1997, 1993, 1987, 1969, 1949, 1898, 1887) (1re éd. 1861) (ISBN 978-2-9528517-1-8, lire en ligne [html])
  • (fr+ty) Mai-Arii Cadousteau et Jacques Anisson du Perron, Dictionnaire moderne : français-tahitien et tahitien-français, Papeete, Stepolde,‎ , 366 p.
  • (fr+ty) Yves Lemaître, Lexique du tahitien contemporain : tahitien-français, français-tahitien, Paris, ORSTOM,‎ (1re éd. 1973), 205 p. (ISBN 2-7099-1247-3, présentation en ligne, lire en ligne [PDF])
  • (fr+ty) Fare Vāna’a, Grammaire de la langue tahitienne : version corrigée, Papeete, Fare Vāna’a,‎ (1re éd. 1986), 597 p., 148 × 210 (présentation en ligne)
  • (fr+ty) Fare Vāna’a, Dictionnaire tahitien/français [« Fa’atoro parau tahiti/farāni »], Papeete, Fare Vāna’a,‎ , 576 p., 21 × 29,30 (présentation en ligne, lire en ligne [html]), « Introduction », p. 7-8 :

    « Nous nous sommes efforcés de noter les occlusions glottales au moyen d'une apostrophe (') et les voyelles longues en les surmontant d'un macron (¯) »

    Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]