Manager

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Manager (homonymie).

Un manager est, dans une entreprise, un cadre qui ;

a une responsabilité.

Étymologie et histoire du mot[modifier | modifier le code]

Le mot vient de l'américain qui l'a emprunté à l'italien[1], mais il a beaucoup évolué au fils des temps et ses significations n'ont que peu de rapport avec le management. On peut très bien faire du management sans être un manager et être un manager sans faire du management.

Son premier emploi en français est comme impressario et comme coach sportif.

Dans les années 1970, sous l'influence de la littérature américaine, et de l'adoption du mot « management », il devient synonyme de « grand patron » [2].

Dans les années 2000, il devient synonyme de « contremaître ».

Les idées reçues[modifier | modifier le code]

Henry Mintzberg en a fait l'inventaire :

  • Le manager serait un planificateur réfléchi et systématique  ;
  • Le manager s'appuierait sur la synthèse d'informations obtenues grâce à un dispositif formel ;
  • Le management, ce serait avant tout des relations entre un « supérieur » et ses « subordonnées » ;
  • Le manager exercerait un contrôle étroit sur son emploi du temps, ses activités et son équipe [3].

Le manager et ses tâches[modifier | modifier le code]

Pour Mintzberg, Il n'a pas de tâches routinières à exécuter[4].

Personne qui, selon sa position dans l'organisme, dispose d'une autorité nécessaire et des moyens appropriés pour organiser le travail et coordonner les actions individuelles.

Stratégique ou opérationnel, il assure la gestion de l’information au sein de l’organisation mais aussi la gestion d'équipe et du changement.

L'information[modifier | modifier le code]

Lien entre la hiérarchie et l’opérationnel, le manager est le relai de l’information descendante, ascendante, et transversale. Il relaie ainsi la vision stratégique et s’assure de sa transformation opérationnelle. Dans l’autre sens, il déploie les processus techniques et administratifs (organise, contrôle, reporte). Enfin, il s’assure de la bonne marche de son équipe dans le contexte global de l’entreprise et de son environnement (autres services, fournisseurs, partenaires, clients). Au cœur des différents canaux d’information, la posture du manager[5] est déterminée par plusieurs facteurs : la nature et le modèle économique de l’organisation, la construction identitaire et le parcours, la nature opérationnelle ou économique des objectifs à atteindre. Cette posture vient déterminer son degré de coopération et d’engagement auprès de chaque partie.

Le contrôle de léquipe[modifier | modifier le code]

Vision la plus courante, le manager est gestionnaire de son équipe et des hommes et femmes qui la composent. Il anime et pilote son équipe sur deux plans : le plan collectif et le plan individuel.

Au plan collectif, il s’assure de la transmission d’un même niveau d’information, de l’équité au sein de l’équipe, de la cohésion et de la réalisation des objectifs collectifs à court, moyen et long terme.

Au plan individuel, il est à la fois interlocuteur fonctionnel et interlocuteur hiérarchique. Il prend ainsi en charge les neuf entretiens[6] ou séquences relatifs à l’opérationnel : fixer des objectifs, déléguer, contrôler, débriefer et coacher, remotiver, négocier, recadrer, dire non et féliciter. Il prend également en charge les temps consacrés à la carrière et la montée en compétences du salarié : entretien annuel et entretien professionnel.

Il peut être désigné comme manager de proximité.

Le changement[modifier | modifier le code]

Véritable pivot de l’information le manager est aussi acteur du changement. Parmi les mutations organisationnelles[7], on peut citer quatre évolutions majeures que le manager doit accompagner et intégrer :

  • La généralisation des projets transverses qui mobilisent et mêlent des métiers, cultures et process différents
  • L’utilisation de systèmes d’information de plus en plus performants qui fluidifie les échanges et la remontée d’indicateurs
  • La place prépondérante de la relation client interne et externe qui modifie les modèles de communication et de marketing des ressources humaines
  • Le déploiement de nouveaux modèles d'entreprise (business models) et de nouvelles stratégies liées à Internet et aux nouvelles technologies

Les rôles du manager[modifier | modifier le code]

La profession de manager sous-entend plusieurs rôles.

Les rôles interpersonnels[modifier | modifier le code]

Généralement trois rôles sont issus de la notion d'autorité[4].

  • La figure de proue
  • Le leader
  • L'agent de liaison

Les rôles liés à l'information[modifier | modifier le code]

  • Observateur
  • Actif
  • Diffuseur
  • Porte-Parole

Les rôles décisionnels[modifier | modifier le code]

  • Entrepreneur
  • Régulateur
  • Répartiteur de ressources
  • Négociateur

Le manager de proximité[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Manager de proximité.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Années 1960

  • Peter Drucker, L'efficacité, objectif numéro 1 des cadres, Les Éditions d'Organisation, 1968.

Années 1970

  • Roger Priouret, Les Managers européens, Denoël, 1970.
  • (en) Peter Drucker, « The Manager and His Work », dans : Management. Task, Responsabilities, Practices, Heineman, 1973, p. 398-402.
  • (en) Henry Mintzberg, The Nature of Managerial Work, Harper & Row, 1973.
  • (en) Henry Mintzberg, « Manager's Job : Folklore and Facts », Harvard Business Review, juillet-août 1975, p. 86-98.
  • (en) Peter Drucker, « Managers and their Work », dans : People and Performance. The Best of Peter Drucker on Management, Harper's College Press, 1977, p. 47-59.

Années 1980

  • Henry Mintzberg, Le manager au quotidien. Les 10 rôles du cadre, Éditions d'Organisation,1984.

Années 1990

  • Jack Duncan, « Ce que font vraiment les managers », dans : Les grandes idées du management, Afnor Gestion, 1990, p. 81-100.

Années 2000

  • Ken Blanchard, Spencer Johnson, Le manager minute, Eyrolles, 2006.
  • Henry Mintzberg, Le management. Voyage au cœur des organisations, éditions Eyrolle, 2008.

Années 2010

  • Patrick Amar, Psychologie du manager, 2e éd. Pour mieux réussir au travail, Dunod, 2012.
  • Sébastien Lapeyre, Les bonnes pratiques du manager. En 300 conseils ludiques, Maxima, 2013.
  • Florent Fouque, Petit traité de performance à l'usage des managers. Le guide pratique qui vous montre pas à pas comment utiliser l'approche systémique pour conduire vos équipes et votre entreprise à l'excellence, Cubik Diffusion, 2014.
  • Rémi Juët, La Boîte à outils du manager, 2e éd. 60 fiches pratiques pour piloter son équipe, Dunod, 2014.
  • Henry Mintzberg, Manager. L'Essentiel. Ce que font vraiment les managers… et ce qu'ils pourraient faire mieux, Vuibert, 2014

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alain Rey, Dictionnaire historique de la langue française, Le Robert, 2012, p. 1990
  2. Roger Priouret, Les Managers Européens, Denoël, 1970
  3. Manager. L'Essentiel. Ce que font vraiment les managers… et ce qu'ils pourraient faire mieux, 2014, p. 26-37.
  4. a et b Henry Mintzberg, Le management voyage au cœur des organisations, éditions Eyrolles septembre 2008
  5. http://lem.cnrs.fr/Portals/2/actus/DP_200718.pdf Fabriquer des stratèges ordinaires : les dilemmes d’une posture managériale, Patrick Besson, ESCP-EAP et Christian Mahieu, Lille Économie & Management – CNRS, 2007
  6. http://www.meltis.fr/entretiens-fondamentaux-pour-nouveau-manager/ Entretiens fondamentaux pour nouveaux manager
  7. Revaloriser l’encadrement intermédiaire par la gestion des compétences, un levier de création de valeur, Fabiano Minciotti, Virginie Michel, Jean-Marc Sylvestre, Hugues de Vaulx conseillés par Dominique Thierry, Directeur AFORP, Université Paris Dauphine dans le cadre du MBA Management des Ressources Humaines

Articles connexes[modifier | modifier le code]