Biélorusse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Biélorusse
беларуская мова
Pays Biélorussie, Pologne, Russie (historiquement : Grand-duché de Lituanie)
Nombre de locuteurs 7 à 8 millions
Typologie SVO, accusative, accentuelle, à accent d'intensité
Classification par famille
Statut officiel
Langue officielle Drapeau de la Biélorussie Biélorussie
Drapeau de la Pologne Pologne : usage officiel dans douze districts de la voïvodie de Podlachie
Codes de langue
IETF be
ISO 639-1 be
ISO 639-2 bel
ISO 639-3 bel
Étendue langue individuelle
Type langue vivante
Linguasphere 53-AAA-eb
Glottolog bela1254
Échantillon
Article premier de la Déclaration universelle des droits de l'homme (voir le texte en français)

Артыкул 1.

Усе людзi нараджаюцца свабоднымі i роўнымi ў сваёй годнасцi i правах. Яны надзелены розумам i сумленнем i павiнны ставiцца адзiн да аднаго ў духу брацтва.
Carte
Diffusion de la langue biélorusse
Diffusion de la langue biélorusse

Le biélorusse (en biélorusse : беларуская мова, biélarouskaïa mova ; łacinka : biełaruskaja mova ; dénominations alternatives en français : biélorussien[1], bélarusse, bélarussien, blanc-russien, russe blanc, biélarussien) est une langue appartenant au groupe slave oriental de la famille des langues indo-européennes.

Il est parlé, avec le russe (qui domine la vie publique notamment en milieu urbain), en Biélorussie (où il est la langue nationale et une des langues officielles), dans la voïvodie de Podlachie (Est de la Pologne) et dans des communautés émigrées (notamment au Canada). Bien qu'il soit langue officielle au même titre que le russe en Biélorussie, le biélorusse n'est presque plus parlé dans les grandes villes du pays. Le gouvernement d'Alexandre Loukachenko a d'ailleurs tendance à le considérer comme une langue rurale sans valeur autre que folklorique[2].

Dans les faits, le biélorusse perdit de son importance à la suite de la Seconde Guerre mondiale, où pendant l'occupation allemande, entre 1941 et 1944, au moins 25 % des Biélorusses périrent, dont une grande partie de l'élite intellectuelle de langue biélorusse, ce qui affaiblira considérablement cette langue face à la langue russe, surtout dans les grandes villes comme Minsk ou Homiel.

Après deux siècles de domination et de russification sous l'Empire russe puis l'Union soviétique, l'administration et le pouvoir n'utilisent plus que le russe. Seuls 8 % de la population parle biélorusse au quotidien, selon un sondage de décembre 2020 publié par le Center for East European and International Studies[3].

Noms[modifier | modifier le code]

Il existe un certain nombre de noms sous lesquels la langue biélorusse a été connue, à la fois contemporaine et historique. Certains des plus dissemblables sont de la vieille période biélorusse.

Officiels (romanisés)[modifier | modifier le code]

  • Biélorusse (ou biélorussien[1]) — dérivé du nom russe de la Biélorussie (Белоруссия, Bieloroussia), utilisé officiellement à l'époque de l'URSS et, plus tard, en Russie[citation nécessaire].
  • Bélarusse (ou bélarussien[4], biélarussien)[réf. nécessaire] — dérivé de Bélarus, forme romanisée du nom biélorusse du pays (Беларусь, Biélarous), officiellement approuvé pour une utilisation à l'étranger par les autorités biélorusses (vers 1992) et promu depuis.
  • Ruthénien blanc (ou blanc-russien, ou russe blanc) — traduction littérale du mot « biélorusse ».

Alternatifs[modifier | modifier le code]

  • Grand-lituanien (вялікалітоўская мова, vialikalitovskaïa mova) — proposé et utilisé par Ian Stankievitch (en) à partir des années 1960 pour prendre ses distances avec la « dégradante habitude d'utiliser un nom lié à l'appellation moscovite traditionnelle des terres biélorusses » et se rattacher à la « grande tradition de la nation biélorusse ».
  • Kryvien ou Krivien (крывіцкая мова, kryvitskaïa mova, крывічанская мова, kryvitchanskaïa mova, ou крыўская мова, kryvskaïa mova ; en polonais : język krewicki) — dérivé du nom de la tribu slave des Krivitches, l'une des principales tribus à l'origine de la nation biélorusse. Créé et utilisé au XIXe siècle par les écrivains biélorusses de langue polonaise Jaroszewicz, Narbut, Rogalski et Jan Czeczot (be), et fortement promu par Vatslaw Lastowski.
  • Ruthène noir commun (russe : простой чернорусский, prostoï tchernorousski) — utilisé au début du XIXe siècle par le chercheur russe Baranovski pour désigner le biélorusse vernaculaire contemporain[5].

Vernaculaires[modifier | modifier le code]

  • Langue commune (простая мова, prostaïa mova) ou locale (тутэйшая мова, touteïchaïa mova) — utilisés principalement dans les périodes précédant la reconnaissance commune de l'existence de la langue biélorusse, et de la nation en général. Ces désignations sont supposées avoir été utilisées jusqu'à la fin des années 1930, notamment en Biélorussie occidentale.

Classification et relations avec d'autres langues[modifier | modifier le code]

Il existe un haut degré d'intelligibilité mutuelle entre les langues biélorusse, russe et ukrainienne[6] qui sont toutes issues du vieux russien. Le biélorusse a une intelligibilité mutuelle de 80 % avec l'ukrainien, de 75 % avec le russe et de 41 % avec la langue polonaise[7]. Parmi les langues slaves orientales, la langue biélorusse est la plus étroitement liée à l'ukrainien[8].

Prononciation et écriture[modifier | modifier le code]

Prononciation[modifier | modifier le code]

Un locuteur du biélorusse.

Le biélorusse moderne utilise environ cinquante phonèmes, dont six voyelles et de 39 à 48 consonnes. Le nombre des consonnes dépend des dialectes et des accents variables d'une région à l'autre ; le nombre le plus généralement retenu est 39 consonnes.

Le biélorusse possède un accent tonique à position variable.

Le biélorusse a subi une très forte apophonie accentuelle, marqué par un glissement du son [o] vers le son [a] hors accent. Ce glissement se retrouve à l'écrit (à l'inverse du russe, qui a gardé la graphie ‹ о ›). On trouve par exemple le mot Фанетыка (fanietyka, « phonétique »). À noter également le signe ‹ ы › [ɨ] là où on aurait attendu ‹ i › [i], phénomène très fréquent en biélorusse.

Écriture[modifier | modifier le code]

Le biélorusse s'écrit surtout avec l'alphabet cyrillique, selon les conventions de l'orthographe dite classique (codifiée en 1918 par Branislaw Tarachkievitch et aujourd'hui surtout utilisée par la presse d'opposition et la diaspora biélorusse) ou de la narkamawka (en) (orthographe plus proche de celle du russe, en usage officiel en Biélorussie depuis la réforme orthographique de 1933 (en)). Il a aussi pu s'écrire avec l'alphabet łacinka (alphabet latin modifié) ou avec l'alphabet arabe (utilisé par la très restreinte communauté tatare il y a plusieurs siècles).

Le tableau suivant présente les majuscules de l'alphabet cyrillique biélorusse et leur équivalent orthographié selon les usages français :

Majuscule Minuscule Nom API Transcription
(francophone)
de la CNT[9]
Translittération
ISO 9 1995[10]
Romanisation
BGN/PCGN
(anglophone)[11]
Gouvernement
biélorusse[12]
А а a [a] a
Б б [b] ~ [bʲ] b
В в [v] ~ [vʲ] v
Г г [h] ~ [ɣ] h g h
Д д [d] ~ [dʲ] d
Е е [ʲɛ] e, ie e ye ie[13]
Ё ё io [ʲo] e, io ë yo io[14]
Ж ж [ ʒ] j ž zh ž
З з [z] ~ [zʲ] z
І і i [i], [ʲi], [ ji] i ì i
Й й i bref
и нескладовае
[ j] ï[15] j y j
К к ka [k] ~ [kʲ] k
Л л él [ɫ] ~ [ʎ] l
М м ém [m] ~ [mʲ] m
Н н én [n] ~ [nʲ] n[16]
О о o [o] o
П п [p] ~ [pʲ] p
Р р ér [r] ~ [rʲ] r
С с és [s] ~ [sʲ] s[17]
Т т [t] ~ [tʲ] t
У у ou [u] ou u
Ў ў ou bref
у нескладовае
[w] v[18] ŭ w ŭ
Ф ф éf [f] ~ [fʲ] f
Х х kha [ x] ~ [ xʲ] kh h kh ch
Ц ц tsé [ts] ts c ts c
Ч ч tché [tʃʲ] tch č ch č
Ш ш cha [ ʃ ] ch š sh š
Ы ы y [ɨ] y
Ь ь signe mou
мяккі знак
[ʲ] - ◌́[19]
Э э è [ɛ] e è e
Ю ю iou [ʲu] iou û yu iu[20]
Я я ia [ʲa] ia[21] â ya ia[22]
- apostrophe

апостраф

- -

Remarques[modifier | modifier le code]

Officiellement, la lettre г correspond autant au son [ɣ] qu'au son [g], ce qui lui donne invariablement ses usages russe et ukrainien. Mais en pratique, seul le premier son correspond à cette lettre, qui prend la valeur de [g] afin uniquement d'écrire des emprunts aux langues étrangères. Autrefois, la lettre ґ effaçait ces confusions en incarnant le son [g], mais la standardisation du biélorusse l'a supprimée.

La combinaison de la lettre д avec les lettres ж ou з crée des sons particuliers, [dʒ] et [dz]. Ces consonnes affriquées sont parfois précisées dans les alphabets biélorusses de cette façon, ДЖдж, ДЗдз.

La lettre Ў représente le phonème [ʊ] comme dans l'anglais house ou l'allemand Haus [haʊs], neutralisation du [v] et du [l] avant une consonne ou à la fin d'un mot.

Inconnue dans les variations de l'alphabet latin comme une lettre à part entière, l'apostrophe est essentielle en biélorusse. Elle sert à montrer, lorsqu'une consonne est suivie d'une voyelle, que la première n’est pas palatalisée.

Grammaire[modifier | modifier le code]

Le biélorusse est une langue fléchie avec conjugaisons et déclinaisons. L'ordre des groupes syntaxiques est principalement défini par la structure communicative[23].

Déclinaison du substantif[modifier | modifier le code]

La flexion nominale est basée sur un système de déclinaisons. Les formes plurielles des différentes déclinaisons sont presque unifiées.

Les noms se divisent en trois déclinaisons[24] :

  • la première déclinaison rassemble les noms masculins terminés par une consonne et les noms neutre terminés par une voyelle,
  • la deuxième déclinaison rassemble les noms féminins en -а et -я,
  • la troisième déclinaison rassemble les noms féminins terminés en consonne.

Le système traditionnel de numérotation en vigueur dans les écoles inverse la première et la deuxième déclinaison[25],[26].

Principales altérations[modifier | modifier le code]

Les déclinaisons existent en général sous trois variantes :

Terminaison (ou voyelle initiale de la terminaison)
modèle mixte modèle mou modèle dur
radical en consonne - ь (ou й) -
radical en voyelle а я а
у ю у
ы i ы
е i ы
о ё о

Le modèle mixte est constitué de bases vocaliques dures à l'exception de -е. Le modèle dur est identique au modèle mixte sauf la voyelle molle -е qui est remplacée par . Il est ainsi strictement parallèle au modèle mou (tous deux partagent l'absence de différence entre -ы/-е). Les mots du modèle dur ont un radical terminé par -ш, -ч, -ж, -дж, -дз, -ц ou .

Les consonnes г, к et х ont certaines particularités. D'une part, elles provoquent le remplacement des terminaisons en -ы par des terminaisons en -i :

Nominatif singulier Génitif singulier ou nominatif pluriel Traduction
наг-а наг-i 'la jambe'
рук-а рук-i 'la main'
страх-а страх-i 'le revêtement du toit'

D'autre part, ces trois consonnes subissent une mutation par palatalisation devant la terminaison -е :

Nominatif singulier Datif ou prépositif singulier Traduction
г > з наг-а наз-е 'la jambe'
к > ц рук-а руц-э (1) 'la main'
х > с страх-а страс-е 'le revêtement du toit'

(1) -э remplace -е après ц (tout comme dans le modèle dur) .

Les consonnes т et д sont également soumises à une mutation devant cette terminaison :

Nominatif singulier Datif ou prépositif singulier Traduction
д > дз праўд-а праўдз-е 'la vérité'
т > ц планет-а планец-е 'la planète'

À noter que dans ce cas, est conservé après ц.

Première déclinaison (formes du singulier)[modifier | modifier le code]

Cette déclinaison comprend des noms masculins et neutres. Les noms masculins se divisent en animés et non animés

Nom masculins
modèle mixte modèle mou modèle dur
Traduction 'la table' 'le cheval' 'le couteau'
Nominatif лес конь (1) нож (1)
Accusatif (2) Nominatif ou génitif
Génitif (3) лес-у кан-я наж-а
Datif лес-у кан-ю наж-у
Prépositif (4) лес-е кан-i наж-ы
Instrumental (5) лес-ам кан-ём наж-ом

(1) La voyelle о n'est possible que sous l'accent tonique. Dans le cas de конь et нож, l'accent se déplace sur la terminaison (sauf au nominatif qui n'a pas de terminaison), la voyelle radicale (sans accent tonique) est donc exprimée sous la forme de a (кан-/наж-).

(2) Les inanimés, certains masculins et tous les noms neutres, utilisent la forme du nominatif comme forme de l'accusatif. Les animés (les autres masculins) utilisent la forme du génitif comme forme de l'accusatif.

(3) Certains mots ont un génitif en -у, en particulier les substances non dénombrables, les phénomènes naturels et les noms désignant des lieux. Les autres, notamment les animés, les objets dénombrables et les entités temporelles, font leur génitif en -а.

(4) La terminaison -е entraîne la palatalisation des consonnes finales г et х ainsi que т et д. Pour les radicaux qui se terminent en , une terminaison alternative -у (identique au datif) est utilisée dans la langue standard. Par ailleurs, pour les animés le prépositif est généralement identique au datif (-у/-ю/-у)

(5) Si l'accent tonique est sur le radical, les terminaisons sont -ам/-ям/-ам. Les terminaisons accentuées sont -ом/-ём/-ом.

Deuxième déclinaison (formes du singulier)[modifier | modifier le code]

Cette déclinaison comprend les noms féminins terminés par une voyelle.

modèle mixte modèle mou modèle dur
Traduction 'le mur' 'la terre' 'l'âme'
Nominatif сцян-а зямл-я душ-а
Accusatif сцян-у зямл-ю душ-у
Génitif сцян-ы (1) зямл-i душ-ы
Datif сцян-е (2) зямл-i душ-ы
Prépositif сцян-е (2) зямл-i душ-ы
Instrumental сцян-ой (-ою) зямл-ёй (-ёю) душ-ой (-ою)

(1) La terminaison est -i après les consonnes г, к et х.

(2) La terminaison -е entraîne la palatalisation des consonnes г, к et х ainsi que т et д.

Troisième déclinaison (formes du singulier)[modifier | modifier le code]

Cette déclinaison peu nombreuse contient des noms féminins terminés par une consonne.

modèle mixte modèle mou modèle dur
Traduction 'le chantier naval' 'l'os' 'la nuit'
Nominatif верф косць ноч
Accusatif верф косць ноч
Génitif верф-і косц-і ноч-ы
Datif верф-і косц-і ноч-ы
Prépositif верф-і косц-і ноч-ы
Instrumental (1) верф’-ю косц-ю ночч-у

(1) Lorsque le radical se termine par une consonne unique, cette consonne est redoublée à l'instrumental.

Formes du pluriel[modifier | modifier le code]

Seul le génitif diffère selon le type de déclinaison du singulier.

modèle mixte modèle mou modèle dur
Traduction 'les tables'
Nominatif стал-ы (1)
Accusatif Nominatif ou génitif
Génitif стал-оў (2)
Datif стал-ам
Prépositif стал-ах
Instrumental стал-амi

(1) La terminaison est -i après les consonnes г, к et х.

(2) En général, la terminaison est nulle pour les mots de la première déclinaison et -ей pour les mots de la troisième déclinaison.

Déclinaison de l'adjectif[modifier | modifier le code]

Formes du singulier[modifier | modifier le code]

Le modèle mixte
masculin neutre féminin
Traduction 'intéressant(e)'
Nominatif цікав-ы цікав-ае (1) цікав-ая
Accusatif Nominatif ou génitif (2) цікав-ую
Génitif цікав-ага (3) цікав-ай (5)
Datif цікав-аму (4) цікав-ай (5)
Prépositif цікав-ым цікав-ай (5)
Instrumental цікав-ым цікав-ай (5)

(1) -ое si l'accent tonique est sur la terminaison.

(2) Nominatif avec un nom masculin inanimé ou un neutre, génitif avec un nom masculins animé.

(3) -ога si l'accent tonique est sur la terminaison.

(4) -ому si l'accent tonique est sur la terminaison.

(5) -ой si l'accent tonique est sur la terminaison.

Formes du pluriel[modifier | modifier le code]

modèle mixte modèle mou modèle dur
Traduction 'intéressants'
Nominatif цікав-ыя
Accusatif Nominatif ou génitif
Génitif цікав-ых
Datif цікав-ым
Prépositif цікав-ых
Instrumental цікав-ымі


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Virginie Symaniec, Alexandra Goujon, Parlons biélorussien, langue et culture, Paris, L’Harmattan, 1997, (ISBN 2-7384-5844-0).
  2. (en) « Belarusian language promotion is impossible without the government's support » [« La promotion de la langue biélorusse est impossible sans le soutien du gouvernement »], sur thepointjournal.com, (consulté le ).
  3. Thomas d'Istria, « Quand la langue biélorusse devient la « langue de l'opposition », Le Monde,‎ (ISSN 0395-2037, e-ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le ).
  4. « Bélarussien », sur Inalco, (consulté le )
  5. (ru) N. N. Oulachtchik (ru), Введение в изучение белорусско-литовского летописания [« Introduction à l'étude des annales biélorusso-lituaniennes »], Nauka,‎
  6. William Bright, C. F. Voegelin et F. M. Voegelin, « Classification and Index of the World's Languages », Language, vol. 54, no 3,‎ , p. 756 (ISSN 0097-8507, DOI 10.2307/412820, lire en ligne, consulté le ).
  7. Jelena Golubović et Charlotte Gooskens, « Mutual intelligibility between West and South Slavic languages », Russian Linguistics, vol. 39, no 3,‎ , p. 351–373 (ISSN 0304-3487 et 1572-8714, DOI 10.1007/s11185-015-9150-9, lire en ligne, consulté le ).
  8. Roland Sussex et Paul Cubberley, The Slavic Languages, Cambridge University Press, (ISBN 978-0-511-48680-7, lire en ligne).
  9. Élisabeth Calvarin, « Systèmes français de romanisation », 25e session du Groupe d’experts des Nations unies pour les noms géographiques,‎ , p. 10-11 (lire en ligne)
  10. « Translittération du russe, du biélorusse et de l'ukrainien contemporains », sur bnf.fr, (consulté le )
  11. (en) « Romanization systems », sur GOV.UK (consulté le )
  12. (en) « The Roman alphabet translitteration of Belarusian geographical names », 10e conférence des Nations Unies sur la normalisation des noms géographiques,‎ (lire en ligne)
  13. Je en début de mot ou après une voyelle.
  14. Jo en début de mot ou après une voyelle.
  15. Parfois omis en finale.
  16. En français, -ne en position finale.
  17. -ss- entre voyelles pour la transcription francophone
  18. Plus souvent transcrit w, comme dans Stanislaw Chouchkievitch, ou u comme dans Viatchaslau Kiebitch.
  19. Se transcrit par un accent aigu sur la lettre précédente.
  20. Ju en début de mot ou après voyelle.
  21. -ïa après voyelle.
  22. Ja en début de mot ou après voyelle.
  23. (en) « Information structure », dans Wikipedia, (lire en ligne)
  24. (ru) Н. Павловская, Белорусский язык для стран СНГ. Учебник, Moscou, ИПК МГЛУ «РЕМА»,‎
  25. « Назоўнікі 1-га скланення, іх канчаткі », sur eior.by (consulté le )
  26. « Назоўнікі 2-га скланення, іх канчаткі », sur eior.by (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]