Chargey-lès-Port

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chargey-lès-Port
Chargey-lès-Port
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Vesoul
Canton Jussey
Intercommunalité Communauté de communes Terres de Saône
Maire
Mandat
Xavier Darosey
2014-2020
Code postal 70170
Code commune 70133
Démographie
Population
municipale
237 hab. (2016 en stagnation par rapport à 2011)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 44′ 18″ nord, 5° 59′ 59″ est
Altitude Min. 212 m
Max. 376 m
Superficie 13,05 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Chargey-lès-Port

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Chargey-lès-Port

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chargey-lès-Port

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chargey-lès-Port

Chargey-lès-Port est une commune française, située dans le département de la Haute-Saône en région Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Chargey-lès-Port est abritée dans un pli de terrain sur la rive droite de la Saône, à un bon kilomètre de la rivière. Le hasard l'avait rattaché à l'ex-canton de Combeaufontaine mais il appartient depuis 2014 au canton de Jussey, commune située à une quinzaine de kilomètres au nord-ouest. Pourtant Chargey-les-Port n'est situé qu'à 7 km de Port-sur-Saône, et à 20 km de Vesoul.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Purgerot Rose des vents
Purgerot N Conflandey
O    Chargey-lès-Port    E
S
Arbecey Scey-sur-Saône-et-Saint-Albin Port-sur-Saône

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Buffignécourt fait partie de l'arrondissement de Vesoul du département de la Haute-Saône, en région Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la première circonscription de la Haute-Saône.

La commune faisait partie depuis 1801 du canton de Combeaufontaine[1]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Jussey.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes de la Saône jolie, créée en 1992.

L'article 35 de la loi n° 2010-1563 du 16 décembre 2010[2] « de réforme des collectivités territoriales » prévoyant d'achever et de rationaliser le dispositif intercommunal en France, et notamment d'intégrer la quasi-totalité des communes françaises dans des EPCI à fiscalité propre, dont la population soit normalement supérieure à 5 000 habitants, les communautés de communes :
- Agir ensemble ;
- de la Saône jolie ;
- des six villages ;
et les communes isolées de Bourguignon-lès-Conflans, Breurey-lès-Faverney et Vilory ont été regroupées pour former le la communauté de communes Terres de Saône, dont est désormais membre la commune.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1945 Joseph Bleuchot    
1945 1959 Paul Poutot    
1959 1968 Georges Gauchey    
1968 mars 1989 Pierre Darosey    
mars 1989 juin 1995 Yvette Berthod    
juin 1995 mars 2008 Bernard Pirat    
mars 2008 En cours
(au 13 avril 2016)
Xavier Darosey DVD Salarié agricole
Réélu pour le mandat 2014-2020[3],[4]

Démographie[modifier | modifier le code]

On dénombrait 110 ménages en 1614 et 32 en 1640.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[6].

En 2016, la commune comptait 237 habitants[Note 1], en stagnation par rapport à 2011 (Haute-Saône : -1,02 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
565596685662731736720680697
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
557543550532510471486443409
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
387385388345353359346310268
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
277265212206198219241242239
2016 - - - - - - - -
237--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[7].)


Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Son église, sa chapelle, ses fontaines, Quelques maisons de maître, ses cabanes de Coucou... Le tilleul bénit, le cerisier bénit, l'homme de pierre...

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Un blason d’or à cinq tourteaux d’azur mis en sautoir était utilisé des années 1990 à 2014 par la commune, mais qui correspondait en fait à Chargey-lès-Gray, siège en 1384 d’un receveur local des finances.

Nicolas Vernot a établi de nouvelles armoiries, avalisées par le conseil municipal du 20 juin 2014, dont l’anneau évoque les fontaines, le chevron pignonné et maçonné, la présence de la pierre, notamment dans les murgers et les cabanes de coucous ; les serpettes, les coteaux autrefois couverts de vignes ; les ailes, le moulin à vent présent au Moyen Âge sur les hauteurs ; les deux branches qui forment une croix figurent le tilleul et le cerisier bénis, encore présents. Enfin la devise rappelle le surnom des habitants : les saute-murots[8].

Blason à dessiner

Les armes de la commune se blasonnent ainsi : D’azur au chevron pignonné de trois montants d’or et maçonné de sable de neuf pièces, surmonté de quatre ailes de moulin en sautoir et accompagné en chef de deux serpettes affrontées et en pointe d’un annelet, le tout d’argent » ; soutiens : deux branches de sinople, l’une de cerisier et l’autre de tilleul, en sautoir derrière l’écu ; devise : « Il n’est de murot qui m’arrête ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Loi n° 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales sur Légifrance.
  3. Préfecture de Haute-Saône, Liste des communes de Haute-Saône, consultée le 18 juillet 2013
  4. « Xavier Darosey, premier édile », L'Est républicain, édition de la Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  8. « Chargey-lès-Port : des armoiries pour la commune », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).