Festival interceltique de Lorient

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Festival interceltique de Lorient
Image illustrative de l'article Festival interceltique de Lorient

Genre Musique celtique
Lieu Lorient, Bretagne, France
Coordonnées 47° 44′ 44″ N 3° 21′ 41″ O / 47.74559, -3.3612847° 44′ 44″ Nord 3° 21′ 41″ Ouest / 47.74559, -3.36128  
Période 1re semaine d'août
Date de création 1970
Statut juridique Association loi de 1901
Direction artistique Lisardo Lombardía
Médias associés France 3, L'Express, Le Télégramme, Le Monde, Ouest-France, France Bleu, Télé 7 jours
Site web festival-interceltique.com

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Festival interceltique de Lorient

Géolocalisation sur la carte : Bretagne

(Voir situation sur carte : Bretagne)
Festival interceltique de Lorient

Géolocalisation sur la carte : Lorient

(Voir situation sur carte : Lorient)
Festival interceltique de Lorient

Le Festival interceltique de Lorient, abrégé en FIL, est un festival de musiques celtiques qui se tient tous les ans à Lorient, en Bretagne. Il réunit des dizaines de groupes des pays et régions d'origine celtique pendant dix jours lors de la première quinzaine d'août.

Le festival trouve son origine dans l'accueil en 1971 d'une compétition de bagadoù. Il s'est tourné vers l'interceltisme dès l'année suivante pour se démarquer d'autres festivals de la région, puis s'est ouvert à d'autres formes d'expressions culturelles par la suite. Il devient à partir de la fin des années 1990 l'un des festivals français les plus importants par son nombre de visiteurs, en accueillant jusqu'à 800 000 visiteurs dont 115 000 entrées payantes en 2010.

Sa programmation est avant tout tournée vers des concerts et des spectacles de danses. Il accueille par ailleurs des compétitions musicales, comme des épreuves du championnat national des bagadoù, de danses comme celles de la fédération War 'l leur et des compétitions propres au festival. D'autres animations comme des défilés ou des activités de découvertes culturelles sont aussi organisées.

Il a une importante influence sur son territoire, tant sur le plan économique que sur le plan médiatique. Le festival agit aussi comme un acteur culturel, permettant la création et la diffusion dans le domaine des cultures bretonne et celtique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant le festival[modifier | modifier le code]

Plusieurs festivals de musiques bretonnes se développent en Basse-Bretagne pendant la période de l'après-guerre. À Quimper, le Festival de Cornouaille, créé en 1923 est relancé en 1948[1] et, à Brest, la Bodadeg ar Sonerion (BAS) crée en 1953 le festival international des cornemuses pour fêter son dixième anniversaire[2]. Cependant, suite au réaménagement de la place du château où se tient le festival de Brest et du conflit qui en résulte entre la mairie de Brest et la Bodadeg ar Sonerion, l'association cherche un nouveau lieu où implanter son concours et les villes de Nantes et de Saint-Malo se déclarent alors intéressées[3].

À Lorient, l'union des commerçants et industriels et le cercle Brizeux lancent en 1953 un « Triomphe de la duchesse Anne d'Armorique ». Il réunit quatorze bagadoù et trente-trois cercles quatre années de suite avant sa disparition[4]. En 1969, est lancée la « Fête des ports bretons » par le comité des fêtes de la ville et celui-ci réunit trente bagadoù et cercles[5]. Lorsque la Bodadeg ar Sonerion cherche à relocaliser son festival, plusieurs de ses responsables qui viennent de la région de Lorient interviennent pour que celui-ci s'y implante. Un accord est trouvé entre les responsables politiques de la ville et le président de la BAS Polig Monjarret[3].

Lorsque la ville de Brest souhaite arrêter ce festival, son fondateur Polig Monjarret en propose la reprise au Président du Comité des Fêtes de Lorient, Pierre Guergadic, qui l'accepte. Après une édition-test réussie sous le nom de « la Fête des Ports », en 1970, la ville de Lorient accueille la manifestation[3].

Le Festival interceltique des Cornemuses de Lorient[modifier | modifier le code]

La première édition de ce qui prend alors le nom de « Fête des Cornemuses » a lieu au début du mois d'août 1971 et se tient sur trois jours[6]. La finale du championnat des bagadoù attire près d'un millier de spectateurs[7] et un défilé réunissant trente cercles et une quinzaine de bagadoù attire lui quelque 30 000 spectateurs[8]. D'autres activités comme un fest-noz quotidien, des visites nocturnes de la rade ou des cotriades sont organisées et un concert réunissant Gilles Servat, Alan Stivell ou encore The Dubliners a lieu[7]. L'expérience est alors considérée comme un succès et le festival est reconduit[9].

Il est décidé pour l'édition de 1972 de se tourner vers l'interceltisme de manière à se démarquer du Festival de Cornouaille de Quimper[9]. Le nom de « Fête interceltique des Cornemuses de Lorient » est choisi la même année[10] et de nouvelles nations arrivent au fil des années : la Galice envoie sa première délégation en 1976[11] et l'Île de Man en 1977[12]. Les autres délégations augmentent le nombre de leurs participants : les Écossais sont 70 en 1972[10], 75 en 1975[11] et 150 en 1976[11]. Les Irlandais passent de 60 en 1972[10] à 150 en 1976[11] et les Gallois de quelques chanteurs[10] à 50 participants[11] aux mêmes dates. La durée du festival s'allonge à la même époque et il atteint sa forme définitive en 1976 en passant à dix jours[11].

La nature des activités présentées est déterminée à cette époque. Des tournois sportifs opposant plusieurs délégations sont organisés dès 1972[10]. Des concours de chant breton sont organisés à partir de 1973 dans le cadre du Kan ar Bobl[13]. Le stade du Moustoir est utilisé à partir de 1974 pour un spectacle de danses intégrant des jeux de lumières[14] et, dès 1976, des spectacles sont programmés dans les quartiers périphériques de la ville[15]. La même année est organisée la première exposition d'arts bretons et les premières amorces d'un festival off se développent[11], alors que les années précédentes ont vu la mise en place d'expositions de costumes bretons, de pièces de théâtre[16] ou encore d'un salon du livre[14]. Ce dernier accueille en 1977 Pierre-Jakez Hélias et Xavier Grall[17] puis Joan Baez participe au festival l'année suivante[18].

Développements dans les années 1980[modifier | modifier le code]

Le Queensland Irish Association Pipe-band, premier groupe australien invité en 1985, ici en 2006

Le festival prend le nom de « Festival interceltique » à partir de 1979[19] et continue à se développer. En 1980, une retransmission en direct est organisée par la chaîne de télévision France 3[20] et en 1982 le festival obtient pour la première fois une subvention du ministère de la culture[21]. Cette subvention est suivie en 1985 par la visite pour la première fois d'un ministre de la culture en la personne de Jack Lang, venu annoncer l'autorisation de la signalétique bilingue[22]. De nouveaux pays sont invités, les Asturies en 1987 comme huitième pays celte[23] ou encore l'Australie en 1985 pour sa diaspora irlandaise importante[24].

Les activités du festival se diversifient. Le trophée de cornemuse Macallan est créé en 1980[25] ainsi qu'un concours de gaïta à partir de 1986[26]. En 1989 deux nouveaux concours rassemblent pour l'un les pipe bands et pour l'autre les couples de sonneurs[27]. Des spectacles de grande taille sont mis en place à la même époque, avec les Nuits de la mer, organisées de 1989 à 1993 dans l'espace portuaire, remplacées à partir de 1993 par les Nuits magiques dans le stade du Moustoir[28].

Le festival multiplie ses implantations au sein de la ville. Le pub, espace de concerts, est mis en place à partir de 1981[29]. Le village celte, lieu de restauration, est institué en 1983[30]. D'autres espaces de la ville sont utilisés : l'espace Kergroise, chapiteau d'une capacité de 6 000 places, est mis en service à partir de 1984 dans la zone portuaire[31] et la salle de Carnot est utilisée pour les festoù-noz à partir de la même année[32]. Le club K, qui réunit entreprises et associations, est mis en place en 1993[33].

Vers un grand festival[modifier | modifier le code]

La reconnaissance extérieure du festival augmente pendant les années 1990. Alors que celui-ci est fréquenté par 25 % d'étrangers à la fin des années 1980[34], la Commission européenne le classe parmi les treize plus importants festivals européens en 1996, l'un des trois festivals français à être distingué de cette manière avec ceux de Bourges et d'Avignon[35]. Afin de permettre une plus large diffusion d'images du festival, une société de production est créée en 1994 et produit quatorze heures de vidéo pour une dizaine de chaînes dans le monde[36]. La grande parade est diffusée deux années de suite par TF1 en 2000 et 2001, atteignant 50 % de part d'audience et touchant six millions de personne lors de la première diffusion. Toujours en 2001, le lancement du festival est assuré par des astronautes de la Station spatiale internationale, par une transmission en direct depuis celle-ci[37], à la suite de contacts pris lors de la mission de 1997 de Jean-Loup Chrétien dans la station MIR[38].

Le nombre de concours augmente avec la mise en place des premiers concours de veuze et de pibroc'h en 1997[39], suivie de la création d'un concours de kitchen music[n 1] en 2000[40]. Une master class proposant des cours de perfectionnement pour plusieurs instruments est instaurée en 1997[39], alors qu'une création musicale comme Hirio, née en 1994, se développent au FIL avant de faire des tournées mondiales jusqu'en 2000[41]. En 1996, un espace cabaret est créé, actif jusqu'en 2005[42]. L'espace de Kergroise est remis en fonction en 1998 après onze ans sans utilisation. La même année un espace salon est mis en place, avec une thématique différente chaque jour[43]. L'origine des groupes est plus diverse, les Los Angeles Scotts et City of Wellington pipe bands participent à l'édition de 2000[44], alors que le Tokyo Pipe band participe au festival de 1994[41].

Les années 2000[modifier | modifier le code]

La croissance du festival se poursuit par la mise en place d'évènements en dehors de Bretagne. La direction du stade de France fait appel au festival pour y assurer la fête de la Saint-Patrick de 2002. L'expérience est reconduite pour un total de quatre spectacles donnés dans ce même stade jusqu'en 2004[45] et aboutit à la mise en place d'une société, I3C, filiale du festival conçue pour gérer ce type d'évènements[46]. D'autres spectacles sont donnés dans le reste de la France, dont quatre au Zénith à Paris. L'un de ces spectacles, sous le nom de Celtica, donne lieu à quatre représentations au stade de la Beaujoire à Nantes et deux au stade de la route de Lorient à Rennes. Le spectacle Koroll est joué à Lille et à Lyon[47] et une Breizh Parade a lieu en 2007 sur l'avenue des Champs-Élysées lors de la Breizh Touch[48]. La société IC3 est cependant mise en liquidation judiciaire en 2008 en raison de ses pertes[48] et la mise en place de ce type de spectacle n'est relancée qu'en 2011 avec la programmation d'une fête de la Saint-Patrick au Stade de France en 2012[49].

Au début des années 2010, le festival se regroupe dans le centre de la ville, un quai étant attribué à chaque nation celte, pendant que des groupes indépendants jouent aux terrasses des cafés. D'autres lieux notoires de Lorient sont également investis : le stade du Moustoir (pour les Nuits interceltique) ou encore le slipway du port de pêche, où deux nuits clôturent le festival par une série de concerts. Une tente-dôme est acquise par le festival en 2011 pour accueillir jusqu'à 1 400 personnes pour des manifestations diverses et est réutilisé depuis[50].

Programmations[modifier | modifier le code]

Concerts[modifier | modifier le code]

Environ 120 spectacles sur scène sont organisés pendant la durée du festival, dont 60 % sont gratuits[51]. Les Nuits Magiques, renommées Nuits interceltiques depuis 2011, se déroulent plusieurs soirs de la semaine pendant plus de deux heures au stade du Moustoir. Elles rassemblent des groupes en tenues traditionnelles regroupant plus de 300 musiciens, se terminent par un feu d'artifice[52]. Plusieurs des plus importants concerts du festival sont organisés sur le port de pêche de Keroman ; la cotriade, repas à base de produits de la mer installé sur de grandes tables et animé par des groupes musicaux, a lieu lors du premier vendredi et réunit près de 1 200 festivaliers[53], alors que la nuit du port de pêche propose sur le slipway des concerts de groupes comme The Cranberries en 2010[54] ou Texas en 2011[55]. Enfin, certains lieux comme le « quai de la Bretagne » accueillent près d'une centaine d'artistes en 10 jours de festival[56].

En marge du festival officiel s'est développé au fil des ans un festival off. Des groupes jouent en journée comme en soirée dans la plupart des bars du centre-ville[57].

Compétitions[modifier | modifier le code]

Concours de « kitchen music ».

Plusieurs compétitions liées à la cornemuse sont organisées pendant la durée de l'évènement. Les finales du championnat des bagadoù jugent les groupes de première, seconde et quatrième catégorie pendant le premier week-end du festival[58]. Un concours de pipe bands est lui organisé le second week-end du festival[59] et depuis 2000 un concours humoristique de « kitchen music » oppose une dizaine de solistes de différents pays[60].

Des groupes de musique folk concourent aussi pendant l'ensemble du festival, avec une finale regroupant les meilleurs à la fin de celui-ci[61]. Le Kan ar Bobl, qui voit s'affronter des groupes bretons a lui été créé lors du festival de 1973 et s'est maintenu jusqu'en 1993[62].

Des solistes de cornemuse se défient dans plusieurs concours pendant tout le festival. Le « Trophée MacCrimmon » rassemble les joueurs de grande cornemuse écossaise, le « Trophée Botuha-Raud » concerne lui les sonneurs de musique bretonne de moins de 20 ans et d'autres trophées voient eux s'opposer des joueurs de pibroc’h[63] ou de gaïta[64]. Des solistes d'autres instruments comme la harpe ont aussi leurs concours dédiés[65].

Enfin des cercles celtiques de la confédération de danse War 'l leur se livrent à des assauts[66] et le festival organise des compétitions sportives de voile, de golf, de course à pied ou encore de gouren[51].

Défilés[modifier | modifier le code]

Cercle celtique pendant la grande parade.

La « Grande parade des nations celtes » rassemble environ 3 500 musiciens, chanteurs et danseurs en costumes traditionnels. Le premier dimanche matin, les représentants des différents pays celtes invités défilent pendant quatre heures, dans un parcours démarrant sur le cours de Chazelles et s'achevant au stade du Moustoir. Cette parade a été diffusée sur des chaînes de télévision privées ou nationales comme TF1 ou France 3. Environ 70 000 personnes y assistent dans les rues de Lorient, auxquelles s'ajoutent 10 000 entrées payantes au stade du Moustoir[67].

Le « triomphe des sonneurs » quant à lui a lieu le premier dimanche du festival dans la soirée et rassemble une soixantaine de bagadoù qui jouent dans différents lieux de la ville avant de se réunir aux abords du grand théâtre[68]. Enfin, des défilés journaliers sont organisés en journée dans le centre-ville[69].

Pays mis à l'honneur[modifier | modifier le code]

Liste des nations mises à l'honneur
Nations Années
Drapeau de l'Acadie Acadie 2004[70], 2012[70]
Drapeau des Asturies Asturies 1998[71], 2003[71], 2013[72]
Drapeau de l'Australie Australie 2006[73], 2015[74]
XXe ‑ XXIe siècle - Le Gwenn ha Du, drapeau moderne de la Bretagne Bretagne 1999[38], 2010
Écosse Écosse 1995[75], 2007[73]
Drapeau de la Galice Galice 1994[37], 2001[37], 2009[73]
Drapeau de l'Irlande Irlande 1996[35], 2005[73], 2014[74]
Drapeau du Pays de Galles Pays de Galles 1997[76], 2008[73]
Autre[n 2] 2000[44], 2011[77]

Chaque année depuis 1994, une nation celte est mise à l'honneur. La Galice est la première à avoir bénéficié de ce système cette année-là[78]. Depuis 1998 et l'année des Asturies, la délégation invitée dispose d'un chapiteau propre, ainsi que d'une visibilité plus importante dans la promotion faite pour le festival[43].

Les pays invités ont la charge de l'organisation et du financement de cet espace, ce qui double la plupart du temps le budget alloué à leur représentation au festival. Le Gouvernement écossais a ainsi déboursé 450 000 euros pour son chapiteau en 2007[79] et l'Acadie planifie pour l'édition 2012 un budget de 400 000 euros, soit un doublement de ses dépenses habituelles[80].

Activités culturelles[modifier | modifier le code]

Le festival propose d'autres types d'activités culturelles. Des expositions d'arts sont organisées, comme par exemple une rétrospective sur le peintre Micheau-Vernez en 2011[81], ou, régulièrement, des expositions de costumes bretons[82]. Dans le même esprit, des artisans traditionnels présentent leur savoir-faire en 2011[83].

La salle Carnot accueille les festoù-noz quotidiens[84], dont certains sont retransmis en direct sur internet et suivis par près de 180 000 internautes dans 80 pays différents[85]. Il est possible de s'inscrire à des cours de langue bretonne[86] ou à des cours d'instruments sous forme de master class[87].

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

L'association[modifier | modifier le code]

Lisardo Lombardía, directeur du festival depuis 2007

La présidence du festival est tout d'abord assurée par Pierrot Guergadic de la création du festival[88] jusqu'à 1995. S'ensuit une période d’instabilité. Jacques-Charles Morice occupe ensuite cette fonction de 2001 à 2007[89]. Noël Couëdel prend la tête de celui-ci en 2007 pour une période de trois ans et est réélu à ce poste en 2010 pour trois années supplémentaires[90].

Jean-Pierre Pichard assure la direction du festival de 1972 jusqu'à 2007, date à laquelle il cède celle-ci à Lisardo Lombardía[73].

Budget[modifier | modifier le code]

Le budget du festival s'élève en 2010 à cinq millions d'euros. Il est financé à hauteur de 33 % par les collectivités locales[91], dont 11 % par la région Bretagne, 9 % par la municipalité de Lorient, 6,8 % par l'agglomération du pays de Lorient, 3,2 % par le conseil général du Morbihan et 2 % par l'État[92]. La billetterie participe tous les ans au budget pour un peu plus d'un million d'euros[93].

Les dépenses sont effectuées autour de quatre pôles. En 2012, les charges artistiques, incluant la technique scénique, représentent 43 % des dépenses. Les charges techniques, logistiques et la sécurité représentent elles 23 % des dépenses. La communication représente 8 % du budget et le fonctionnement 26 % du budget[94].

Un fond de dotation est mis en place par le festival en 2012, de manière à permettre à des particuliers ou à des entreprises de contribuer financièrement au fonctionnement de celui-ci[95]. Il fonctionne sur le principe de la contribution volontaire ou via l'achat d'un badge dont une partie des bénéfices est reversée au fond[96].

Ressources humaines[modifier | modifier le code]

Le Festival emploie environ 700 contractuels et l'on recense une quarantaine de missions différentes effectuées par des bénévoles[97]. Ceux-ci sont issus aussi bien de la région de Lorient que du reste de la France. Environ 1 100 personnes participent au festival par ce biais dans une dizaine de services différents[51], dont 450 pour le seul service contrôle[98].

L'hébergement est assuré pour une partie des artistes et 1 100 personnes sont ainsi hébergées tous les ans. 800 lits sont proposés par le biais de 7 lycées lorientais partenaires et le reste par 20 hôtels prestataires. Le Festival alimente environ 300 bénévoles et jusqu'à 4 500 artistes[99] ; au total, le Lycée Dupuy-de-Lôme sert 34 000 repas pendant toute la durée du festival[51].

Influence du festival[modifier | modifier le code]

Le festival et son milieu[modifier | modifier le code]

Impact économique[modifier | modifier le code]

L'association qui gère le festival cherche à faire naître des retombées économiques au niveau local en favorisant les fournisseurs de la région. 83 % des 5 millions d'euros du budget annuel sont redistribués en Bretagne. Par ailleurs, 700 personnes sont embauchées en CDD pendant la durée du festival[91].

Les entreprises locales bénéficient également de retombées de manière plus indirecte : en 2010, certains bars ou restaurants estiment à 30 % la part de leur chiffre d'affaires annuel réalisée pendant le festival. La même année, le budget journalier moyen d'un festivalier est estimé à 30 euros, soit un apport de près de 24 millions d'euros dans l'économie locale[91].

L'impact économique est également relayé par le « club K », village économique qui sert de lien entre les entreprises bretonnes et les entreprises des autres régions présentes au festival[100]. Tous les partenaires du festival en font automatiquement partie, auquel s'ajoutent des institutions payant une cotisation. Au total, 180 entreprises et institutions ont ainsi adhéré en 2011, chacune représentant entre 10 et 150 entités de tous les secteurs d'activités[101]. Des liens ont par ailleurs été créés entre le « club K » et des entités similaires à d'autres festivals bretons comme les fêtes maritimes de Douarnenez pour développer des programmes du même type[102].

Le festival et la ville[modifier | modifier le code]

La gestion de la sécurité pendant le festival est assurée par le recours à des renforts en hommes venant de l'intérieur et de l'extérieur de la région. En 2011, 150 CRS ont ainsi été mobilisés, dont une compagnie venant de Rennes et la moitié d'une autre venant de Dijon[103] ; en fin de soirée, jusqu'à 70 d'entre eux peuvent être mobilisés simultanément[104]. Le festival organise aussi un espace réservé à la prévention des risques, notamment ceux liés au bruit et à l'alcool[105].

Le développement durable est présent au festival depuis le début des années 2000 via une série d'initiatives. En 2004 est institué un village solidaire qui regroupe des stands d'associations travaillant dans ce domaine[106]. À partir de 2005, une réflexion s'instaure conjointement avec quatre autres festivals bretons[n 3] sur le contenu d'une charte de développement durable et aboutit à la mise en place de celle-ci en 2007. Le tri sélectif des déchets est développé et concerne en 2009 20 tonnes, soit 22 % des déchets générés. La systématisation du gobelet réutilisable est opérée en 2000[105] et l'année suivante 350 000 de ces gobelets sont utilisés[107].

Ticket de bus pendant le festival en 2011

Les transports collectifs sont aussi pris en compte dans le festival, au niveau de la ville comme de la région[105]. La CTRL, compagnie des transports lorientais, met notamment en place des lignes supplémentaires pour desservir les villes adjacentes à Lorient, sur des horaires plus larges[108]. De plus, la SNCF propose, comme pour la plupart des festivals bretons, des prix réduits sur les trajets jusqu'à la gare de Lorient[109].

Le festival et son histoire marquent la toponymie et les décorations de la ville. Une statue représentant le fondateur du FIL, Polig Monjarret, est inaugurée sur la place du même nom le 3 août 2008[110]. Depuis le début des années 2000, un rond-point portant le nom du pays celtique « invité » est inauguré pendant la tenue du festival ; le dernier mis en place est celui de la Bretagne, en 2010, alors que celle-ci est mise à l'honneur pour le 40e anniversaire du festival[111]. Depuis 2012 et l'inauguration d'un rond-point dédié au Nouveau-Brunswick, des régions de ces pays sont aussi mises à l'honneur[112].

Fréquentation[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 2010, le festival attire chaque année plus de visiteurs. L'édition 2010 a enregistré un pic de fréquentation avec 800 000 personnes, dont 115 000 entrées payantes[113]. L'événement « An dro the world » a rassemblé quelque 4 500 danseurs dans la nuit de samedi 14 au dimanche 15 août 2010, ce qui a donné lieu au plus grand an dro jamais dansé[114].

Évolution du nombre de visiteurs
1997 2007 2009 2010 2011 2012 2013 -
350 000[115] 500 000[89] 650 000[116] 800 000[116] 650 000[117] 650 000[118] 700 000[119] -

Le festival et son image[modifier | modifier le code]

Impact médiatique[modifier | modifier le code]

Journalistes de la télévision chinoise NTD TV pendant l'édition 2006.

L'espace presse du FIL accueille en 2010, sept agences de presse, vingt-six titres de presse écrite, vingt-trois radios, neuf chaînes de télévisions et trente-trois médias étrangers[91], pour un total d'un peu plus de 400 journalistes[120]. La diffusion de la grande parade par France 3 en 2011 a rassemblé près de 2 millions de téléspectateurs, soit 20,3 % de part d'audience, ce qui a permis à la chaîne d'enregistrer alors sa meilleure audience depuis 2006 et sa meilleure part d’audience depuis 2005[121].

Une étude d'impact de 2011 montre que les articles traitant du festival entraînent une valorisation de plus de quatre millions d'euros en espaces publicitaires[91]. Au total, environ 1300 parutions dans divers médias ont été répertoriées la même année[120].

Le festival est aussi le terreau d'une forme de lobbying. Le premier directeur de la structure intègre puis devient président du club français des Arts et Spectacles du ministère de la culture dans les années 1990, ce qui lui permet de faire davantage connaître le festival en France et à l'étranger[122].

Impact culturel[modifier | modifier le code]

Depuis l'arrivée de Jean-Yves Le Drian à la tête de la région en 2004, les manifestations culturelles financées par le conseil régional doivent lui remettre un cahier des charges tous les trois ans. Celui-ci porte sur les activités liées à la création dans le domaine de la culture bretonne[89], ainsi qu'au statut de la langue bretonne en son sein. Le festival est ainsi signataire de la charte Ya d'ar brezhoneg et développe des initiatives de promotion de cette langue[123]

Le festival sert aussi de support à des créations culturelles[n 4]. Cet apport est le fruit du travail de son premier directeur, Jean-Pierre Pichard, qui dès les premières éditions vise à établir le festival comme lieu de création de la nouvelle musique bretonne[124]. Lors de l'édition 2011, dix nouvelles productions ont ainsi été présentées[125]. L’événement est aussi depuis les années 1970 le lieu d'un développement d'une culture interceltique[126] et contribue à l'amélioration qualitative des musiques celtiques[127] ; certains artistes comme Carlos Núñez ont été découverts par le festival[128]. Il permet également une ouverture à d'autres cultures, aux divers courants musicaux et aux nouvelles technologies (vidéo, laser)[129].

Plusieurs artistes utilisent les enregistrements de leurs concerts du festival pour publier des albums live. Tri Yann sort ainsi Le concert des 40 ans en 2012 (le concert a eu lieu lors de l'édition 2011). Denez Prigent, quant à lui, sort Live holl a-gevret ! en 2002 après un concert de 2001, The Terre-Neuve sortent eux Une nuit d’été en 2006 à la suite d'un concert effectué la même année. Le festival publie par ailleurs des compilations chaque année reprenant des morceaux des têtes d'affiches de l'édition à venir[130] et la Bodadeg ar Sonerion édite elle les enregistrements du concours de 1re catégorie[131].

L'organisation de spectacles en dehors des frontières culturelles de la Bretagne, comme à Paris, contribue par ailleurs au rayonnement culturel de la ville et de la région[132].

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Concours humoristique de musique lors duquel des solistes de cornemuse s'opposent. La composition musicale comme l'attitude sur scène ainsi que les costumes sont pris en compte.
  2. Monde celte en 2000 et diaspora celtique en 2011
  3. Le festival des Vieilles Charrues, les Rencontres Trans Musicales, le Festival du chant de marin de Paimpol et Quartiers d'été
  4. Des créations musicales sont produites dans les années 1980, telles que la Symphonie celtique : Tír na nÓg (Alan Stivell), Lug (Roland Becker), Le Vaisseau de pierre (Tri Yann), The Children of Lir (cantate de Patrick Cassidy), Anne des Îles (poème symphonique de Hervé Cavelier), puis en 1994 Celtophonie et Bagadapack (Marc Steckar).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les Grandes Fêtes interceltiques et de Cornouailles, contexte, Institut national de l'audiovisuel, consulté sur www.ina.fr le 11 juin 2011
  2. Neuvième édition des Fêtes des Cornemuses à Brest, contexte, Institut national de l'audiovisuel, consulté sur www.ina.fr le 11 juin 2011
  3. a, b et c Cabon 2010, p. 11
  4. Cabon 2010, p. 9
  5. Cabon 2010, p. 10
  6. Gestin 1995, p. 5
  7. a et b Cabon 2010, p. 12
  8. Cabon 2010, p. 13
  9. a et b Cabon 2010, p. 17
  10. a, b, c, d et e Cabon 2010, p. 18
  11. a, b, c, d, e, f et g Cabon 2010, p. 28
  12. Cabon 2010, p. 31
  13. Cabon 2010, p. 22
  14. a et b Cabon 2010, p. 24
  15. Cabon 2010, p. 29
  16. Cabon 2010, p. 27
  17. Cabon 2010, p. 32
  18. Cabon 2010, p. 34
  19. Cabon 2010, p. 39
  20. Cabon 2010, p. 40
  21. Cabon 2010, p. 48
  22. Cabon 2010, p. 58
  23. Cabon 2010, p. 53
  24. Cabon 2010, p. 60
  25. Cabon 2010, p. 41
  26. Cabon 2010, p. 62
  27. Cabon 2010, p. 68
  28. Cabon 2010, p. 76
  29. Cabon 2010, p. 44
  30. Cabon 2010, p. 51
  31. Cabon 2010, p. 54
  32. Cabon 2010, p. 56
  33. Cabon 2010, p. 77
  34. Cabon 2010, p. 82
  35. a et b Cabon 2010, p. 89
  36. Cabon 2010, p. 83
  37. a, b et c Cabon 2010, p. 104
  38. a et b Cabon 2010, p. 99
  39. a et b Cabon 2010, p. 94
  40. Cabon 2010, p. 103
  41. a et b Cabon 2010, p. 85
  42. Cabon 2010, p. 91
  43. a et b Cabon 2010, p. 96
  44. a et b Cabon 2010, p. 102
  45. Cabon 2010, p. 107
  46. Cabon 2010, p. 110
  47. Cabon 2010, p. 108
  48. a et b Cabon 2010, p. 124
  49. Françoise Rossi, « L'Interceltique va renouer avec Paris en 2012 », dans Ouest-France, pages Lorient, 16 mai 2011, consulté sur www.ouest-france.fr le 16 juin 2011
  50. « Festival interceltique. Le Dôme fait le spectacle », dans Le Télégramme, 1er août 2011, consulté sur www.letelegramme.com le 26 juillet 2012
  51. a, b, c et d Le festival en bref, Festival interceltique de Lorient, consulté sur www.festival-interceltique.com le 31 mars 2012
  52. « Nuits interceltiques. Plein les yeux et les oreilles », dans Le Télégramme, 6 août 2011, consulté sur www.letelegramme.com le 31 mars 2012
  53. « Manger. Une cotriade pour démarrer les festivités » dans Le Télégramme, 1er août 2008, consulté sur www.letelegramme.com le 31 mars 2012
  54. « FIL. Pluie de tubes sur le port avec les Cranberries », dans Le Télégramme, 7 août 2010, consulté sur www.letelegramme.com le 31 mars 2012
  55. « Lorient. FIL : Texas avec les diasporas celtes cet été », dans Le Télégramme, 16 avril 2011, consulté sur www.letelegramme.com le 31 mars 2012
  56. « Espace Bretagne. Le pavillon de la fête », dans Le Télégramme, 7 août 2010, consulté sur www.letelegramme.com le 31 mars 2012
  57. Bertrand Le Néna, « Festival interceltique. Les bons plans sans se ruiner », dans Le Télégramme, 12 août 2010, consulté sur www.letelegramme.com le 31 mars 2012
  58. « Championnat des bagadoù. Quimper remporte le titre », dans Le Télégramme, 6 août 2011, consulté sur www.letelegramme.com le 31 mars 2012
  59. « Pipe-band. Les Vannetais dament le pion aux Écossais », dans Le Télégramme, 15 août 2011, consulté sur www.letelegramme.com le 31 mars 2012
  60. « Les joueurs de cornemuses s'affrontent sur le ring », dans Ouest-France, 10 août 2011, consulté sur www.lorient.maville.com le 31 mars 2012
  61. Anaïs Gerbaud, « Fil. Les Gallois "Calan" vainqueurs du trophée Loïc Raison », dans Le Télégramme, 15 août 2010, consulté sur www.letelegramme.com le 31 mars 2012
  62. « Kan ar Bobl. La tradition en concours à Trégunc le 2 avril », dans Le Télégramme, 17 mars 2011, consulté sur www.letelegramme.com le 31 mars 2012
  63. « FIL – Concours pour solistes de cornemuses : les résultats », dans Bagadoù.org, 5 août 2009, consulté sur www.bagadou.org le 31 mars 2012
  64. « « Un gaitero universal ». Remis jamais sans famille », dans Le Télégramme, 6 août 2011, consulté sur www.letelegramme.com le 31 mars 2012
  65. « Interceltique : Lina Bellard remporte le premier Trophée de harpe », dans Ouest-France, 9 août 2008, consulté sur www.lorient.maville.com le 31 août 2012
  66. « Et aussi... », dans Le Télégramme, pages Lorient, 13 août 2011, consulté sur www.letelegramme.com le 31 mars 2012
  67. Gwen Rastoll, Patrick Hernot, « Lorient. L'armada des nations celtes », dans Le Télégramme, 8 août 2011, consulté sur www.letelegramme.com le 31 mars 2012
  68. « Bagadoù. Le triomphe des sonneurs ce soir à 19 h », dans Le Télégramme, 7 août 2011, consulté sur www.letelegramme.com le 31 mars 2012
  69. « Tous les jours », dans Le Télégramme, 13 août 2011, consulté sur lorient.letelegramme.com le 31 mars 2012
  70. a et b Gwen Rastoll, « Lorient. Festival interceltique : Dan Ar Braz et l'Acadie portent l'édition 2012 », dans Le Télégramme, 3 avril 2012, consulté sur www.letelegramme.com le 26 juillet 2012
  71. a et b Vincent Jarnigon, « Le Festival 2011 trop cher pour les Asturies », dans Ouest-France, 25 septembre 2010, consulté sur www.lorient.maville.com le 26 juillet 2012
  72. « Festival interceltique : les Asturies seront à l'honneur en 2013 », dans Le Télégramme, 7 août 2012, consulté sur www.letelegramme.com le 12 août 2012
  73. a, b, c, d, e et f Chawax, « Le Festival Interceltique de Lorient », dans Terres celtes, 9 avril 2007, consulté sur www.terresceltes.net le 15 juin 2011
  74. a et b « Festival interceltique. Une gestion sur le fil », dans Le Télégramme, 13 mai 2012, consulté sur www.letelegramme.com le 12 août 2012
  75. Cabon 2010, p. 86
  76. Cabon 2010, p. 92
  77. « Record d'affluence au Festival interceltique de Lorient », dans Le Monde, 16 août 2010, consulté sur www.lemonde.fr le 26 juillet 2012
  78. Cabon 2010, p. 84
  79. « Bilan positif pour le 37e Festival Interceltique de Lorient », dans An Tour Tan, 3 janvier 2008, consulté sur antourtan.com le 31 mars 2012
  80. « Suite de la love story breizho-acadienne en 2012 », dans Le Télégramme, 13 août 2011, consulté sur www.letelegramme.com le 31 mars 2012
  81. « Expo. Micheau-Vernez s'affiche au Faouëdic », dans Le Télégramme, 5 août 2011, consulté sur www.letelegramme.com le 31 mars 2012
  82. « Palais des congrès. Les costumes bretons s'exposent », dans Le Télégramme, 10 août 2011, consulté sur www.letelegramme.com le 31 mars 2012
  83. « Village des luthiers. Philippe Berne ou la passion du bois », dans Le Télégramme, 10 août 2011, consulté sur www.letelegramme.com le 31 mars 2012
  84. « Salle Carnot, le fest-noz bat la mesure », dans Ouest-France, 6 août 2009, consulté sur www.lorient.maville.com le 1er mars 2012
  85. Olivier Devos, « An dro the world. 80 pays sur le Fil », dans Le Télégramme, 16 août 2012, consulté sur www.letelegramme.com le 31 mars 2012
  86. Sophie Cougoulic, « L'école Diwan de Lorient propose des cours de breton pour adultes », dans Agence Bretagne Presse, 13 septembre 2010, consulté sur www.agencebretagnepresse.com le 31 mars 2012
  87. Jacques-Yves Le Touze, « Festival Interceltique de Lorient : Master Class de Chant Choral Breton », dans Agence Bretagne Presse, 24 juillet 2011, consulté sur www.agencebretagnepresse.com le 31 mars 2012
  88. Cabon 2010, p. 88
  89. a, b et c Françoise Rossi, « Interceltique : Noël Couedel, futur président », dans Ouest-France, 11 juillet 2007, consulté sur www.vannes.maville.com le 21 juin 2011
  90. « Fil. Noël Couëdel: «On a franchi une marche» » », dans Le Télégramme, édition Lorient, 7 octobre 2010, consulté sur www.letelegramme.com le 21 juin 2011
  91. a, b, c, d et e Anne-Claire Loaëc, « Lorient, cap sur la mer », dans Bretons, no 65, mai 2011, p. 52
  92. Elsa Meyer, « Les festivals sont-ils menacés économiquement ? », dans 20 minutes, 10 août 2010, consulté sur www.20minutes.fr le 23 décembre 2011
  93. Vincent Jarnigon, « Le Festival interceltique est dans les clous », dans Ouest-France, 10 août 2009, consulté sur www.ouest-france.fr le 23 décembre 2011
  94. « 5,3 millions d'euros de budget », dans Les nouvelles de Lorient agglomération, no 5, juillet 2012, p. 14, consulté sur www.lorient-agglo.fr le 26 juillet 2012
  95. « Un fonds dotations pour soutenir le Festival interceltique », dans Ouest-France, 9 février 2012, consulté sur www.ouest-france.fr le 9 février 2012
  96. Rémi Le Lez, « Festival interceltique. Et vous, vous l'avez votre badge ? », dans Le Télégramme, 20 juillet 2012, consulté sur lorient.letelegramme.com le 26 juillet 2012
  97. Patrick Guigeno, « Les bénévoles du Festival, de 17 à 77 ans », dans Ouest-France, édition Lorient, 6 août 2011, consulté sur www.ouest-france.fr le 31 mars 2012
  98. « FIL. Première réunion avec les bénévoles », dans Le Télégramme, pages Lorient, 27 février 2012, consulté sur www.letelegramme.com le 31 mars 2012
  99. Gaëlle Marchandise-Girard, « Le Festival Interceltique a fait son beurre », dans L'Hôtellerie Restauration, 2 février 2006, consulté sur www.lhotellerie-restauration.fr le 31 mars 2012
  100. Gourlay 2004, p. 130
  101. Le Club K le Réseau des réseaux, Festival interceltique de Lorient, consulté sur www.festival-interceltique.com le 26 juillet 2012
  102. « Un jumelage avec le «Club K» du Festival interceltique de Lorient », dans Le Télégramme, 31 mars 2012, consulté sur www.letelegramme.com le 25 juillet 2012
  103. « Sécurité. Un Fil 2011 sans débordement », dans Le Télégramme, 15 août 2011, consulté sur www.letelegramme.com le 23 décembre 2011
  104. « Festival interceltique. Les CRS à la conclusion chaque soir », dans Le Télégramme, 9 août 2011, consulté sur www.letelegramme.com le 23 octobre 2011
  105. a, b et c Le développement durable et solidaire, Festival interceltique de Lorient, consulté sur www.festival-interceltique.com le 23 décembre 2011
  106. « Village solidaire. Grâce à lui, le Fil fait le tri », dans Le Télégramme, 9 août 2011, consulté sur www.letelegramme.com le 23 décembre 2011
  107. « Gobelets. Du Fil à l'Esat de Larmor », dans Le Télégramme, 23 novembre 2011, consulté sur www.letelegramme.com le 23 décembre 2011
  108. « Transports. «Un manque flagrant de moyens» », dans Le Télégramme, 23 août 2011, consulté sur www.letelegramme.com le 26 juillet 2012
  109. Les festival bretons de l'été 2012, SNCF, consulté sur www.ter-sncf.com le 26 juillet 2012
  110. Christian Gouerou, « Les filles Monjarret veillent sur le père des sonneurs », dans Ouest-France, 1er août 2008, consulté sur www.lorient.maville.com le 30 mars 2012
  111. « Rond-point. La Bretagne a le sien », dans Le Télégramme, 8 août 2010, consulté sur www.letelegramme.com le 30 mars 2012
  112. « Rond-Point. Une province acadienne à l'honneur », dans Le Télégramme, 4 août 2012, consulté sur www.letelegramme.com le 27 août 2012
  113. « Fréquentation record au festival interceltique de Lorient », dans Le Point, 15 août 2010, consulté sur www.lepoint.fr le 16 juin 2011
  114. Brice Dupont, « Le monde entier s'est tenu par le petit doigt », dans Ouest France, 16 août 2010, no 20061, p. 9
  115. Héléne Crie, « Lorient, phare de la nouvelle vague celte. », dans Libération, 7 août 1998, consulté sur www.liberation.fr le 23 décembre 2011
  116. a et b « Festival interceltique. Le cap des 800.000 participants a été atteint », dans Le Télégramme, pages Bretagne, 15 août 2010, consulté sur www.letelegramme.com le 21 juin 2011
  117. Gildas Jaffré, Vincent Jarnigon, « Festival Interceltique de Lorient. 10 jours, 650 000 visiteurs », dans Ouest-France, 15 août 2011, consulté sur www.ouest-france.fr le 15 août 2011
  118. Gildas Jaffré, Vincent Jarnigon, « Festival interceltique. L'Acadie a porté le Fil », dans Le Télégramme, 13 août 2012, consulté sur www.letelegramme.com le 13 août 2012
  119. Gildas Jaffré, Vincent Jarnigon, « Lorient: 700.000 spectateurs pour "une des meilleures" éditions du festival interceltique », sur Culture Box - France TV info, 12 août 2012, consulté sur culturebox.francetvinfo.fr le 12 août 2012
  120. a et b « Un territoire riche de son festival », dans Les nouvelles de Lorient agglomération, no 5, juillet 2012, p. 11-13, consulté sur www.lorient-agglo.fr le 26 juillet 2012
  121. « Audiences TV : la grande parade du Festival Interceltique de Lorient fait recette », dans Première.fr, 8 août 2011, consulté sur tele.premiere.fr le 23 décembre 2011
  122. Gourlay 2004, p. 129
  123. « Festival Interceltique 2011 : une plus grande présence de la langue bretonne », dans Agence Bretagne Presse, 15 août 2011, consulté sur www.agencebretagnepresse.com le 23 décembre 2011
  124. Gourlay 2004, p. 128
  125. Régis Nescop, « Festival interceltique. 700.000 spectateurs pour la 41e édition », dans Le Télégramme, pages Lorient, 15 août 2011, consulté sur lorient.letelegramme.com le 21 août 2011
  126. Erwan Chartier, La construction de l'interceltisme en Bretagne, des origines à nos jours : mise en perspective historique et idéologique, Rennes, thèse de l'université Rennes 2,‎ 2010, 722 p. (lire en ligne), p. 553
  127. « Jean-Pierre Pichard, Breton de l'année 2007 », dans Ouest-France, 23 novembre 2007, consulté sur www.lorient.maville.com le 30 mars 2012
  128. « Carlos Nuñez, un Galicien sur la route », dans Le Monde, 29 mars 2012, consulté sur www.lemonde.fr le 30 mars 2012
  129. Gestin 1995, p. 9
  130. « Festival interceltique de Lorient. Sortie de la compilation officielle », dans Le Télégramme, pages Morbihan, 27 juillet 2011, consulté sur www.letelegramme.com le 31 mars 2012
  131. Bodadeg ar Sonerion boutique, Enregistrements de Concours, Bodadeg ar Sonerion, consulté sur www.bodadeg-ar-sonerion.org le 31 mars 2012
  132. Gourlay 2004, p. 132
  133. a et b « Le Festival interceltique de Lorient se dote d’un logo planétaire », dans Ouest-France, 24 janvier 2012, consulté sur www.ouest-france.fr le 26 juillet 2012

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Cabon, Festival interceltique de Lorient, Rennes, Éditions Ouest-France,‎ 2010, 144 p. (ISBN 978-2-7373-5223-2)
  • Florence Gourlay, Lorient : Une ville dans la mondialisation, Rennes, Presses universitaires de Rennes,‎ 2004, 294 p. (ISBN 978-2-86847-968-6)
  • C. Barthon, L'inscription territorial et le jeu des acteurs dans les évènements culturels et festifs, vol. volume monographique Villes et festivals, CNRS - UMR 6590 - Espaces géographiques et société,‎ avril 2002, 34 p. (lire en ligne)
  • Fañch Gestin, « Le Festival de Lorient. Vingt-cinq ans de passion interceltique », ArMen, no 69,‎ juillet 1995, p. 2-12*
  • Collectif (Jacques Péron, Jean-Pierre Pichard), Temps interceltiques : Le renouveau de la musique celtique, Paris, Éditions Du Layeur,‎ 1996, 95 p. (ISBN 2911468325)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 11 septembre 2012 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.