Schiste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Schistes rouges, Vendée
Schistes
Un schiste
Muret et maison en schiste

Un schiste est une roche qui a pour particularité d'avoir un aspect feuilleté, et de se débiter en plaques fines ou « feuillet rocheux ». On dit qu'elle présente une schistosité. Il peut s'agir d'une roche sédimentaire argileuse, ou bien d'une roche métamorphique. Quand celle-ci est uniquement sédimentaire, les géologues canadiens préfèrent utiliser le terme « shale »[1].

Cette dernière distinction est importante pour les géologues et les ingénieurs, car une roche métamorphique ne peut pas contenir une quantité significative d'hydrocarbures puisque la température lors de la formation de ces roches dégrade ce type de molécules. Il serait donc plus précis de parler de gaz de shale bien que le terme gaz de schiste ait été popularisé.

Le schiste argileux sédimentaire[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une roche formée d'argile ayant sédimenté au fond d'une eau calme. Elle peut s'être formée en milieu marin, comme les schistes-carton datant du toarcien du sud de la France.

Les schistes argileux sont les seuls qui peuvent contenir des gaz combustibles : les gaz de schiste (également nommés gaz de shale dans certains milieux techniques).

Les géologues canadiens préfèrent utiliser le terme shale[2], le mot officiellement reconnu par Ressources naturelles Canada, pour parler spécifiquement de ce type de schiste, et utilisent habituellement le terme schiste pour parler du schiste métamorphique en accord avec l'usage aux États-Unis (ce qui explique que le terme schist gas soit pratiquement inexistant en anglais). En France, le mot shale est cependant considéré comme étant un anglicisme à éviter. Le terme schiste argileux est officiellement reconnu par le gouvernement français depuis le 22 septembre 2000, bien que la traduction littérale du mot "shale" soit le terme "marne", mais qui a un sens plus restreint en français, désignant les schistes sédimentaires argilo-calcaires.


Les argilites sont des roches détritiques qui ont sédimenté dans des eaux argileuses, ils sont composés de mica, quartz et d'argile.

Les schistes d’alun sont des schistes argileux mêlés de pyrite de fer (FeS2) et de charbon. Leur couleur les fait classer dans les schistes noirs. Cette roche contient de l'alun, un sulfate double d'aluminium et de potassium - et non un mélange de sulfate de potassium et de sulfate d'aluminium - qui était naguère très utilisé en tannerie[3]. Les schistes d’alun furent de 1500 à 1800 la principale source de sels d'alun. Plusieurs schistes d'alun présentent aussi des concentrations importantes d'autres sulfates comme le sulfate de cuivre ou le zinc.

Le schiste métamorphique[modifier | modifier le code]

Le schiste métamorphique provient d'une argile qui sous l'action de la pression et de la température présente un feuilletage régulier en plans parallèles : la « schistosité ». Le plan de schistosité est oblique à la direction d'aplatissement (la stratification). Deux épisodes de déformation de directions différentes conduisent à la formation de deux directions de schistosité différentes, et à la création de "frites" (morceaux de roche allongés, de section assez petite, typiquement 1 cm ou moins).

Seules quelques espèces d'arbres adaptés à ces conditions peuvent y évoluer. C'est le cas, par exemple, du bouleau pubescent, qui peut pousser dans un sol de ce type.

Parmi les schistes notables, l'ardoise, très plane et de schistosité marquée, se débite en fines dalles servant à la couverture des toitures. On peut aussi utiliser la lauze de schiste, plus épaisse. On parle de micaschiste dans le cas d'un métamorphisme de plus haut grade, qui conduit à la présence de micas blancs (muscovite) ou noirs (biotite) dans le plan de schistosité.

Les schistes tirés des terrils houillers (du Nord-Pas-de-Calais et de la Loire notamment), servent à la réalisation des assises de chaussées. Il en existe deux types :

  • les rouges résultant d'une cuisson à l'intérieur de terrils entrés spontanément en combustion, ce qui leur a donné une meilleure résistance mécanique,
  • les noirs, à l'état naturel, plus friables et plus gras.

Il existe aussi de la cornéenne, un autre type de schiste, obtenu par métamorphisme à partir de roches sédimentaires. Il se trouve souvent au contact d'intrusions magmatiques, par exemple en Normandie.

Le schiste (La pierre noire), outil de dessin[modifier | modifier le code]

Au XVe siècle en Italie, en particulier, le schiste argileux à grain serré, était utilisé à la manière d'un crayon qui donne un trait dont la teinte varie du noir au gris pour le rendu des modelés, des volumes et par voie de conséquence pour l'étude de la figure humaine. Deux autres techniques sont venues le supplanter[réf. nécessaire], le fusain et la mine de plomb.

Construction[modifier | modifier le code]

L'ardoise utilisée en maçonnerie (château d'Angers).

Outre l'emploi de l'ardoise comme matériau de couverture ou de bardage, le schiste est utilisé comme moellon en maçonnerie (voir par exemple le château d'Angers).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « shale », sur Bureau de la traduction (consulté le 15 juillet 2010)
  2. Le gaz de shale par Reynald Du Berger
  3. Histoire Générale des Techniques, vol. 2, PUF,‎ 1962– 1979, 5 vol. ,[détail des éditions])

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]