Mauro Forghieri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mauro Forghieri en 2005
John Surtees et Mauro Forghieri en 1965

Mauro Forghieri (né le 13 janvier 1935 à Modène, en Émilie-Romagne) est un ingénieur italien. Spécialisé dans la conception des voitures de course, il est célèbre pour avoir dirigé le département technique de la Scuderia Ferrari pendant plus de 20 ans.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé de l'université de Bologne, Mauro Forghieri envisage dans un premier temps de faire carrière dans l'aéronautique mais il regarde aussi du côté de l'industrie automobile de compétition, et ne laisse pas passer l'opportunité d'intégrer la Scuderia Ferrari en 1960. Suite au schisme de 1961 et au départ du directeur technique Carlo Chiti (parti fonder ATS), le Commandatore le nomme à la tête du département technique de Ferrari, alors qu'il n'a que 27 ans. Son travail ne tarde pas à payer puisqu'en 1964, John Surtees est sacré au volant de l'une de ses premières créations.

Tout au long des années 1960 et 1970, Mauro Forghieri est après Enzo Ferrari le personnage le plus influent de la Scuderia Ferrari. Alternant idées lumineuses et bides retentissants, il est régulièrement mis au placard, mais invariablement rappelé à l'aide.

Pour la saison 1971, Mauro Forghieri conçoit la 312 B2, qui fait sa première apparition au GP de Monaco, Jacky Ickx obtenant pour l'occasion un fort beau podium (3e). Le pilote belge mènera sa monture à la victoire dès le Grand Prix suivant, aux Pays-Bas. Ce modèle restera en service jusqu'au GP d'Afrique du Sud 1973, disputant 24 courses (48 départs) entre les mains, outre Jacky Ickx, de Mario Andretti, Nanni Galli, Arturo Merzario et Clay Regazzoni.

L'apothéose de sa carrière a lieu dans les années 1970, avec la remarquable série des 312 T, qui remporteront 4 titres des constructeurs (1975, 1976, 1977 et 1979) et 3 titres des pilotes (1975 et 1977 avec Niki Lauda puis 1979 avec Jody Scheckter).

Pour la saison 1980, Mauro Forghieri conçoit la 312 T5, pilotée par le champion du monde en titre, le Sud-Africain Jody Scheckter et le Canadien Gilles Villeneuve. Leur voiture manquant de performance et de fiabilité, les pilotes sont contraints onze fois à l'abandon et ne remportent aucune victoire au cours d'une saison calamiteuse pour la Scuderia.

Clay Regazzoni en 1976 sur la Ferrari 312 T2, une des plus belles réussites de Mauro Forghieri

À partir des années 1980, son influence au sein de la Scuderia diminue au profit d'ingénieurs étrangers (notamment le Gallois Harvey Postlethwaite), ce qui le conduit à quitter Ferrari en 1987. Il rejoint alors Lamborghini, où on lui confie rapidement des projets relatifs à la Formule 1 : d'abord le programme moteur (le V12 Lamborghini effectue ses débuts en F1 en 1989 chez Larrousse), puis le très ambitieux programme châssis-moteur que Lamborghini monte en collaboration avec l'industriel mexicain Fernando Gonzalez Luna. Après la fuite de Luna qui s'est avéré être un escroc, le projet voit finalement le jour en 1991 sous le nom Modena Team. Malgré des débuts encourageants, les Lamborghini du Modena Team sont rapidement condamnées aux affres de la non-qualification et l'équipe disparait en fin d'année.