Championnat du monde de Formule 1 1978

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Championnat du monde de Formule 1 1978

Généralités
Sport Formule 1
Création 1950
Organisateur(s) FIA
Édition 29e
Nombre de manches 16 Grands Prix
Site web officiel
Palmarès
Champion pilote Drapeau des États-Unis Mario Andretti
Champion constructeur Drapeau du Royaume-Uni Lotus-Ford

Navigation

Le championnat du monde de Formule 1 1978 a été remporté par l'Américain Mario Andretti sur une Lotus-Ford. Lotus remporte le championnat du monde des constructeurs.

Règlement sportif[modifier | modifier le code]

  • L'attribution des points s'effectue selon le barème 9, 6, 4, 3, 2, 1.
  • Seuls les 7 meilleurs résultats des 8 premières manches et les 7 meilleurs résultats des 8 dernières manches sont retenus.

Règlement technique[modifier | modifier le code]

  • Moteurs atmosphériques : 3 000 cm³
  • Moteurs suralimentés : 1 500 cm³

Engagés[modifier | modifier le code]

Écurie Constructeur Châssis Moteur Pneumatiques Pilotes Courses Suppléants
Drapeau du Royaume-Uni Parmalat Racing Team Brabham BT45C Alfa Romeo 3.0 F12 G 1 Drapeau de l'Autriche Niki Lauda Toutes
2 Drapeau du Royaume-Uni John Watson Toutes
66 Drapeau du Brésil Nelson Piquet 15-16
Drapeau du Royaume-Uni Elf Team Tyrrell Tyrrell 008 Ford 3.0 V8 G 3 Drapeau de la France Didier Pironi Toutes
4 Drapeau de la France Patrick Depailler Toutes
Drapeau du Royaume-Uni John Player Special Team Lotus Lotus 78
79
Ford 3.0 V8 G 5 Drapeau des États-Unis Mario Andretti Toutes
6 Drapeau de la Suède Ronnie Peterson 1-14
55 Drapeau de la France Jean-Pierre Jarier 15-16
Drapeau du Royaume-Uni Marlboro Team McLaren
Drapeau du Royaume-Uni Löwenbräu Team McLaren
McLaren M26 Ford 3.0 V8 G 7 Drapeau du Royaume-Uni James Hunt Toutes
8 Drapeau de la France Patrick Tambay Toutes
33 Drapeau de l'Italie Bruno Giacomelli 6, 9-10, 13-14
Drapeau de l'Allemagne ATS Racing Team ATS D1 Ford 3.0 V8 G 9 Drapeau de l'Allemagne Jochen Mass 1-13
Drapeau des Pays-Bas Michael Bleekemolen 14-16
10 Drapeau de la France Jean-Pierre Jarier 1-5, 11
Drapeau de l'Italie Alberto Colombo 6-7
Drapeau de la Finlande Keke Rosberg 8-10, 15-16
Drapeau de l'Autriche Hans Binder 12
Drapeau des Pays-Bas Michael Bleekemolen 13
Drapeau de l'Autriche Harald Ertl 14
Drapeau de l'Italie Scuderia Ferrari SpA SEFAC Ferrari 312 T2

312 T3

Ferrari 3.0 F12 M 11 Drapeau de l’Argentine Carlos Reutemann Toutes
12 Drapeau du Canada Gilles Villeneuve Toutes
Drapeau du Brésil Copersucar Fittipaldi Automotive Fittipaldi F5A Ford 3.0 V8 G 14 Drapeau du Brésil Emerson Fittipaldi Toutes
Drapeau de la France Elf Renault Sport Renault RS01 Renault 1.5 V6 turbo M 15 Drapeau de la France Jean-Pierre Jabouille 3-16
Drapeau du Royaume-Uni Shadow Racing Team Shadow DN8 Ford 3.0 V8 G 16 Drapeau de l'Allemagne Hans-Joachim Stuck Toutes
17 Drapeau de la Suisse Clay Regazzoni Toutes
Drapeau du Royaume-Uni Durex Team Surtees
Drapeau du Royaume-Uni Beta Team Surtees
Surtees TS20 Ford 3.0 V8 G 18 Drapeau du Royaume-Uni Rupert Keegan 1-13 Drapeau du Royaume-Uni Brian Henton
Drapeau de l'Italie Gimax 14
Drapeau de la France René Arnoux 15-16
19 Drapeau de l'Italie Vittorio Brambilla 1-14
Drapeau de l'Italie Beppe Gabbiani 15-16
Drapeau du Canada Walter Wolf Racing Wolf WR3 Ford 3.0 V8 G 20 Drapeau de l'Afrique du Sud Jody Scheckter Toutes
21 Drapeau des États-Unis Bobby Rahal 15-16
Drapeau du Royaume-Uni Team Tissot Ensign Ensign N177 Ford 3.0 V8 G 22 Drapeau des États-Unis Danny Ongais 1-2
Drapeau de l'Italie Lamberto Leoni 3-4
Drapeau de la Belgique Jacky Ickx 5-8
Drapeau de l'Irlande Derek Daly 9-10, 12-16
Drapeau du Brésil Nelson Piquet 11
23 Drapeau de l'Italie Lamberto Leoni 1-2
Drapeau de la Belgique Bernard de Dryver 6
Drapeau du Royaume-Uni Geoff Lees 10
Drapeau des États-Unis Brett Lunger 15
Drapeau de l'Allemagne Sachs Racing Ensign N177 Ford 3.0 V8 G 23 Drapeau de l'Autriche Harald Ertl 11-13
Drapeau du Royaume-Uni Olympus Cameras/Hesketh Racing Hesketh 308E Ford 3.0 V8 G 24 Drapeau du Royaume-Uni Divina Galica 1-2
Drapeau des États-Unis Eddie Cheever 3
Drapeau de l'Irlande Derek Daly 4-6
Drapeau du Mexique Team Rebaque Lotus 78 Ford 3.0 V8 G 25 Drapeau du Mexique Héctor Rebaque Toutes
Drapeau de la France Gitanes Ligier Ligier JS9 Matra 3.0 V12 G 26 Drapeau de la France Jacques Laffite Toutes
Drapeau du Royaume-Uni Williams Grand Prix Engineering Williams FW06 Ford 3.0 V8 G 27 Drapeau de l'Australie Alan Jones Toutes
Drapeau de l'Espagne Centro Aseguredor F1 McLaren M23 Ford 3.0 V8 G 28 Drapeau de l'Espagne Emilio de Villota 7
Drapeau de la Belgique Patrick Nève March 781S Ford 3.0 V8 G 29 Drapeau de la Belgique Patrick Nève 6
Drapeau du Royaume-Uni BS Fabrications McLaren M23 Ford 3.0 V8 G 29 Drapeau du Brésil Nelson Piquet 12-14
Drapeau des États-Unis Liggett Group/B&S Fabrications McLaren M23
M26
Ford 3.0 V8 G 30 Drapeau des États-Unis Brett Lunger 1-14
Drapeau de la France Automobiles Martini Martini MK23 Ford 3.0 V8 G 31 Drapeau de la France René Arnoux 3, 5-7, 9-13
Drapeau : Hong Kong Theodore Racing Theodore TR1 Ford 3.0 V8 G 32 Drapeau des États-Unis Eddie Cheever 1-2
Drapeau de la Finlande Keke Rosberg 3-7, 11-14
Drapeau de l'Italie Goodyear Team Merzario Merzario 761B Ford 3.0 V8 G 34 Drapeau de l'Italie Alberto Colombo 14
37 Drapeau de l'Italie Arturo Merzario Toutes
Drapeau du Royaume-Uni Warsteiner Arrows Racing Team Arrows A1 Ford 3.0 V8 G 35 Drapeau de l'Italie Riccardo Patrese 2-16
36 Drapeau de l'Allemagne Rolf Stommelen 3-16
Drapeau des États-Unis Interscope Racing Shadow DN9 Ford 3.0 V8 G 39 Drapeau des États-Unis Danny Ongais 4, 13
Drapeau du Royaume-Uni Melchester Racing McLaren M23 Ford 3.0 V8 G 40 Drapeau du Royaume-Uni Tony Trimmer 10

Annoncé tôt dans la saison 1977, le principal transfert de l'hiver concerne le champion du monde en titre Niki Lauda qui a claqué la porte de la Scuderia Ferrari pour rejoindre l'écurie Brabham. Le Québécois Gilles Villeneuve qui l'avait remplacé en fin de saison a été confirmé pour l'ensemble de l'année 1978.

Autre transfert marquant, celui de Ronnie Peterson qui remplace son compatriote Nilsson chez Lotus. Considéré comme l'un des pilotes les plus talentueux de sa génération, Peterson ne s'est pas montré sous son meilleur jour au volant de l'erratique Tyrrell à six roues. Il effectue son retour chez Lotus, équipe qu'il avait quitté début 1976, où il sera néanmoins cantonné à un rôle de second pilote. Peut-être moins talentueux que le Suédois, son coéquipier Mario Andretti a en effet accompli un remarquable travail dans la mise au point de la révolutionnaire Lotus « wing car » et c'est à lui que revient la préférence de Colin Chapman. Il fait figure de favori pour le titre tant la Lotus 78 a impressionné en 1977.

Pour remplacer Peterson, l'équipe Tyrrell qui a abandonné le concept de voiture à 6 roues qui restera comme un semi-échec, s'est tournée vers le débutant Didier Pironi protégé du pétrolier Elf partenaire historique de l'écurie. Avec Depailler, Tyrrell alignera donc un duo 100 % français. La France sera d'ailleurs particulièrement bien représentée en 1978 puisque Patrick Tambay a été titularisé chez McLaren à la place de Jochen Mass.

Résumé du championnat du monde 1978[modifier | modifier le code]

Dès l'ouverture de la saison en Argentine, Mario Andretti domine la course de bout en bout au volant de sa Lotus. Au Brésil, Carlos Reutemann sur Ferrari sonne la contre-attaque en offrant au manufacturier de pneumatiques Michelin sa première victoire en Grand Prix.

En Afrique du Sud, dans une course longtemps dominée par l'Italien Riccardo Patrese au volant de la surprenante écurie britannique Arrows (dont c'est la deuxième apparition en Formule 1) la victoire revient finalement au second pilote de l'écurie Lotus le suédois Ronnie Peterson auteur dans le dernier tour d'un dépassement victorieux sur son ancien coéquipier chez Tyrrell, Patrick Depailler.

Sur le circuit urbain de Long Beach en Californie ce sont les Ferrari qui dominent la course, après un beau baroud d'honneur du jeune québécois Gilles Villeneuve la victoire revient à son coéquipier Carlos Reutemann qui décroche sa deuxième victoire de la saison et revient à égalité avec Andretti en tête du championnat de monde.

À Monaco, au terme d'une longue course-poursuite derrière la Brabham de John Watson, Patrick Depailler décroche enfin la première victoire de sa carrière. Très régulier depuis le début de la saison, il s'empare des commandes du championnat du monde. Le Grand Prix de Belgique est marqué par l'apparition de la nouvelle Lotus 79 qui pousse le concept de l'effet de sol encore plus loin que sur la 78. Facile vainqueur devant son coéquipier Peterson qui a dû se contenter de la 78, Andretti profite de l'abandon de Depailler pour récupérer la première place au classement général. L'écrasante domination de la Lotus se confirme en Espagne avec un nouveau doublé des irrésistibles flêches noires.

La parade aux Lotus semble être trouvée en Suède par Brabham qui a greffé à l'arrière de sa voiture, la Brabham BT46B, une sorte de turbine destinée à aspirer l'air sous la voiture, créant ainsi une effet ventouse permettant à ses voitures d'atteindre des vitesses faramineuses en courbe. Parti en seconde ligne, Niki Lauda fait mordre la poussière à Andretti et décroche sa première victoire de l'année au terme d'une implacable domination, ce sera la seule victoire de celle qui restera dans l'histoire comme la « Brabham-aspirateur ». Quelques jours plus tard, la fédération internationale, tout en validant la victoire de Lauda, décide en effet d'interdire le système mis au point par Gordon Murray.

Débarrassés de la Brabham, les pilotes Lotus retrouvent leur suprématie dès le Grand Prix de France (nouveau doublé Andretti-Peterson). Victimes de leur mécanique alors que s'annonçait un nouveau cavalier seul, les Lotus concèdent la victoire à Reutemann à Brands Hatch mais s'imposent à nouveau en Allemagne (par Andretti), en Autriche (par Peterson, car Andretti est parti à la faute en début de course sur une piste humide) et enfin aux Pays-Bas avec Andretti. À ce stade du championnat et alors qu'il ne reste que trois épreuves à disputer, Andretti compte 12 points d'avance sur Peterson, sachant que ce dernier, contractuellement, n'a pas la possibilité d'attaquer son coéquipier américain. Mathématiquement aucun autre pilote ne peut inquiéter les pilotes Lotus au championnat (Reutemann pointe à 32 points d'Andretti).

Le championnat connaît son épilogue à Monza de la plus tragique des façons. Impliqué dans un carambolage général au premier départ de la course, Peterson est grièvement blessé aux jambes. Transporté à l'hôpital de Milan, son état de santé s'aggrave subitement dans la nuit en raison de complications post-opératoires. Peterson n'y survivra pas. Vainqueur de la course avant d'être déclassé pour avoir anticipé le deuxième départ, Mario Andretti devient néanmoins champion du monde, la victoire revenant à Lauda.

Très touché par la mort de son coéquipier et par les circonstances de son couronnement, Andretti tente de se remobiliser pour l'épreuve de Watkins Glen, chez lui aux États-Unis. Facile poleman, il connaît moins de réussite en course (casse moteur) ce qui permet à Carlos Reutemann de s'imposer. Par contre au Canada, totalement hors du coup, Andretti laisse briller le français Jean-Pierre Jarier qui remplace Peterson sur la deuxième Lotus. Dominateur, Jarier est pourtant victime du manque de fiabilité de sa voiture ce qui permet à Gilles Villeneuve de décrocher à domicile sa toute première victoire en Formule 1.

Grands Prix de la saison 1978[modifier | modifier le code]

Date Grand Prix Circuit Vainqueur Voiture Résumé
298 15 janvier Drapeau de l’Argentine Grand Prix d'Argentine Buenos Aires Drapeau des États-Unis Mario Andretti Lotus-Ford Résumé
299 29 janvier Drapeau du Brésil Grand Prix du Brésil Jacarepaguá Drapeau de l’Argentine Carlos Reutemann Ferrari Résumé
300 4 mars Drapeau de l'Afrique du Sud Grand Prix d'Afrique du Sud Kyalami Drapeau de la Suède Ronnie Peterson Lotus-Ford Résumé
301 2 avril Drapeau des États-Unis Grand Prix des États-Unis Ouest Long Beach Drapeau de l’Argentine Carlos Reutemann Ferrari Résumé
302 7 mai Drapeau de Monaco Grand Prix de Monaco Monaco Drapeau de la France Patrick Depailler Tyrrell-Ford Résumé
303 21 mai Drapeau de la Belgique Grand Prix de Belgique Zolder Drapeau des États-Unis Mario Andretti Lotus-Ford Résumé
304 4 juin Drapeau de l'Espagne Grand Prix d'Espagne Jarama Drapeau des États-Unis Mario Andretti Lotus-Ford Résumé
305 17 juin Drapeau de la Suède Grand Prix de Suède Anderstorp Drapeau de l'Autriche Niki Lauda Brabham-Alfa Romeo Résumé
306 2 juillet Drapeau de la France Grand Prix de France Le Castellet Drapeau des États-Unis Mario Andretti Lotus-Ford Résumé
307 16 juillet Drapeau du Royaume-Uni Grand Prix de Grande-Bretagne Brands Hatch Drapeau de l’Argentine Carlos Reutemann Ferrari Résumé
308 30 juillet Drapeau de l'Allemagne Grand Prix d'Allemagne Hockenheim Drapeau des États-Unis Mario Andretti Lotus-Ford Résumé
309 13 août Drapeau de l'Autriche Grand Prix d'Autriche Österreichring Drapeau de la Suède Ronnie Peterson Lotus-Ford Résumé
310 27 août Drapeau des Pays-Bas Grand Prix des Pays-Bas Zandvoort Drapeau des États-Unis Mario Andretti Lotus-Ford Résumé
311 10 septembre Drapeau de l'Italie Grand Prix d'Italie Monza Drapeau de l'Autriche Niki Lauda Brabham-Alfa Romeo Résumé
312 1er octobre Drapeau des États-Unis Grand Prix des États-Unis Est Watkins Glen Drapeau de l’Argentine Carlos Reutemann Ferrari Résumé
313 8 octobre Drapeau du Canada Grand Prix du Canada Montréal Drapeau du Canada Gilles Villeneuve Ferrari Résumé

Classement des pilotes[modifier | modifier le code]

Classement Pilote Pays Voiture Nombre
de points
1er Mario Andretti Drapeau des États-Unis États-Unis Lotus-Ford 64
2e Ronnie Peterson Drapeau de la Suède Suède Lotus-Ford 51
3e Carlos Reutemann Drapeau de l’Argentine Argentine Ferrari 48
4e Niki Lauda Drapeau de l'Autriche Autriche Brabham-Alfa Romeo 44
5e Patrick Depailler Drapeau de la France France Tyrrell-Ford 34
6e John Watson Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Brabham-Alfa Romeo 25
7e Jody Scheckter Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud Wolf-Ford 24
8e Jacques Laffite Drapeau de la France France Ligier-Matra 19
9e Gilles Villeneuve Drapeau du Canada Canada Ferrari 17
10e Emerson Fittipaldi Drapeau du Brésil Brésil Fittipaldi-Ford 17
11e Alan Jones Drapeau de l'Australie Australie Williams-Ford 11
12e Riccardo Patrese Drapeau de l'Italie Italie Arrows-Ford 11
13e James Hunt Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni McLaren-Ford 8
14e Patrick Tambay Drapeau de la France France McLaren-Ford 8
15e Didier Pironi Drapeau de la France France Tyrrell-Ford 7
16e Clay Regazzoni Drapeau de la Suisse Suisse Shadow-Ford 4
17e Jean-Pierre Jabouille Drapeau de la France France Renault 3
18e Hans-Joachim Stuck Drapeau de l'Allemagne Allemagne Shadow-Ford 2
19e Héctor Rebaque Drapeau du Mexique Mexique Lotus-Ford 1
20e Vittorio Brambilla Drapeau de l'Italie Italie Surtees-Ford 1
21e Derek Daly Drapeau de l'Irlande Irlande Ensign-Ford 1

Classement des constructeurs[modifier | modifier le code]

Classement Pays Voiture Nombre
de points
1er Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Lotus-Ford 86
2e Drapeau de l'Italie Italie Ferrari 58
3e Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Brabham-Alfa Romeo 53
4e Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Tyrrell-Ford 38
5e Drapeau du Canada Canada Wolf-Ford 24
6e Drapeau de la France France Ligier-Matra 19
7e Drapeau du Brésil Brésil Fittipaldi-Ford 17
8e Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni McLaren-Ford 15
9e Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Williams-Ford 11
10e Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Arrows-Ford 11
11e Drapeau des États-Unis États-Unis Shadow-Ford 6
12e Drapeau de la France France Renault 3
13e Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Surtees-Ford 1
14e Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Ensign-Ford 1