Michele Alboreto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Michele Alboreto

Date de naissance 23 décembre 1956
Lieu de naissance Drapeau de l'Italie Italie (Milan)
Date de décès 25 avril 2001
Lieu de décès Drapeau de l'Allemagne Allemagne (Lausitzring)
Nationalité Drapeau de l'Italie Italie
Années d'activité 1981 - 1994
Qualité Pilote automobile
Équipe Tyrrell, Ferrari, Larrousse, Arrows, Footwork, BMS Scuderia Italia, Minardi
Nombre de courses 194
Pole positions 2
Podiums 23
Victoires 5
Champion du monde 0
Michele Alboreto sur Ferrari 126C4 en 1984 à Dallas

Michele Alboreto est un pilote automobile italien, né le 23 décembre 1956 à Milan et mort le 25 avril 2001 sur le Lausitzring en Allemagne. Il a notamment disputé 194 Grands Prix de Formule 1 entre 1981 et 1994. Alboreto a inscrit un total de 186,5 points, décroché 5 victoires, 23 podiums, 2 pole positions et 5 meilleurs tours en course. Il est devenu vice-champion du monde derrière Alain Prost en 1985.

Biographie[modifier | modifier le code]

Des débuts à la Formule 1[modifier | modifier le code]

Le jeune Michele débute sa carrière en sport automobile dans les années 1970 en Italie et devient champion d'Italie de Formule Fiat-Abarth (l'équivalent de la coupe Gordini française) en 1978 en signant 9 victoires. Il passe à la Formule 3 en 1979 et termine 6e du championnat d'Europe et 2e du championnat d'Italie. En 1980, il brille en Formule 3 européenne au volant de sa March-Alfa Romeo puisqu'il remporte 4 courses et devient champion d'Europe de la discipline. En parallèle de son engagement en monoplace, il dispute des compétitions en catégorie Sport Prototypes au sein de l'écurie officielle Lancia. Ses résultats sont tout aussi bons qu'en Formule 3 puisqu'il termine à trois reprises second des quatre courses qu'il dispute.

L'année suivante, il poursuit son engagement chez Lancia en Sport Proto et termine 8e des 24 Heures du Mans au volant de la monstrueuse Beta Montecarlo Turbo. Alboreto attire l'œil de Ken Tyrrell et intègre la Formule 1 en cours de saison au sein de l'écurie Tyrrell. Au volant de voitures assez modestes (Tyrrell 010 puis 011 V8 Cosworth), il ne rate sa qualification qu'à deux reprises et dispute dix Grands Prix, sans toutefois parvenir à inscrire de points, son meilleur résultat étant une 9e place aux Pays-Bas. Pour se consoler d'une première saison assez frustrante sur le plan des résultats en Formule 1, il remporte une victoire en Sport-Proto aux 6 Heures de Watkins Glen et, en Formule 2, au sein du team Minardi, il décroche la victoire au Grand Prix de l'Adriatique.

En 1982, toujours au sein de l'écurie Tyrrell, et au volant de la 011-Cosworth désormais chaussée en Goodyear et non plus avec les peu performants Avon, Alboreto débute la saison à la porte des points en terminant 7e du Grand Prix inaugural en Afrique du Sud. Il décroche ses premiers points lors de la course suivante (4e au Brésil) et poursuit sur sa lancée en terminant 4e à Long Beach avant de décrocher son premier podium au Grand Prix de Saint Marin (course marquée par le boycott de plusieurs écuries, suite à un désaccord entre la FISA et les constructeurs représentés par la FOCA). Les épreuves suivantes sont plus laborieuses mais Alboreto retrouve le chemin des points en France, en Allemagne puis en Italie. Lors du dernier Grand Prix de la saison, à Las vegas, il réalise sa meilleure qualification (3e) et décroche son premier succès en Formule 1. Pour sa première saison complète en championnat du monde, l'espoir italien inscrit 25 points et se classe 7e du championnat pilote. Cette même année, il remporte également les 6 heures de Silverstone (associé à Riccardo Patrese) et les 1 000 km du Nurburgring sur le mythique circuit Nord (avec Riccardo Patrese et Teo Fabi) sur une Lancia LC1 spider, mais sera contraint à l’abandon lors des 24 Heures du Mans.

En 1983, Alboreto reste fidèle à Ken Tyrrell bien que celui-ci ne puisse lui offrir que la vieille 011 pour les dix premières courses de la saison. Après 6 épreuves sans avoir inscrit le moindre point, Alboreto décroche sa seconde victoire en Formule 1 à Detroit où il s'était qualifié en 6e position (c'est la dernière victoire d'un moteur atmosphérique face aux turbos qui vont imposer leur suprématie). Bien que volontaire et fougueux, Alboreto, handicapé par une monoplace dépassée ne parvient à inscrire qu'un seul point supplémentaire, au volant de la nouvelle 012, en finissant 6e aux Pays-Bas. Si cette saison est moins impressionnante que la précédente en termes de résultats bruts (10 points et 12e du championnat), elle lui permet de se faire remarquer par Enzo Ferrari qui décide de l'engager au sein de la Scuderia pour la saison 1984.

Chez Ferrari pour le meilleur...[modifier | modifier le code]

Michele Alboreto, sur Ferrari 156/85 au Grand Prix d'Allemagne de 1985, le sommet de sa carrière en F1.

Il débute donc chez Ferrari au volant de la 126 C4 mûe par un V6 turbocompressé. S'il décroche de belles places en qualifications (dont sa première pole en Belgique) les résultats sont moins probants en course face aux McLaren-TAG Porsche. Malgré huit abandons imputables à la mécanique, Michele ne se décourage pas et est souvent aux avant-postes : lorsque sa monoplace n'est pas contrainte à l'abandon il termine toujours dans les points. En Belgique à Zolder, après avoir décroché la pole, il signe sa première victoire pour la Scuderia puis, en fin de saison, il accède à trois reprises au podium. Il s'impose rapidement au sein de son équipe et obtient le soutien inconditionnel des tifosi, enthousiasmés de voir un Italien vainqueur au volant d'une monoplace frappé du Cavallino Rampante. Avec 30,5 points, il se classe 4e du championnat pilote et nourrit de réels espoirs pour la saison suivante.

La saison 1985, disputée sur une Ferrari 156-85 débute en fanfare pour l'Italien : pole position et seconde place lors du Grand Prix inaugural au Brésil. Lors des dix premières épreuves de la saison, Michele signe deux victoires, (Canada et Allemagne), et termine huit fois sur le podium ; les tifosi ont bon espoir de voir leur compatriote triompher au plus haut niveau. Puis, à partir du Grand Prix d'Italie, la roue tourne, Michele étant contraint à l'abandon sur panne mécanique lors des cinq dernières épreuves, les turbos Garrett cassant comme du verre. Alain Prost devient champion du monde, Alboreto, malgré ses 53 points, doit se contenter du premier accessit. Malheureusement pour Michele, 1985 sera l'année de son apogée chez Ferrari, mais aussi en Formule 1. Ses trois saisons suivantes chez les Rouges ne lui permettront jamais de retrouver toute sa verve.

... et pour le pire[modifier | modifier le code]

En 1986, au volant de la F1-86, Alboreto ne retrouve pas le fringant de la saison écoulée. Il n'inscrit aucun point lors des quatre premiers Grands Prix puis ne décroche que deux 4e places lors des quatre courses suivantes, maigre début de saison. Il subit encore six abandons, toujours sur panne mécanique et ne sort la tête de l'eau qu'en Autriche, où il se classe second puis au Portugal (5e). Il est même à la peine face à son coéquipier Stefan Johansson qui, avec 23 points, termine 5e du championnat du monde tandis que Michele ne pointe qu'au 8e rang avec 14 points. La situation ne s'arrange pas la saison suivante, face à Gerhard Berger, au volant de la F1-87 : douze abandons dans la saison, dont onze sur panne mécanique. Sa qualité de pilotage est toutefois intacte car, chaque fois que sa machine lui en donne l'occasion, il termine dans les points. Il est sur le podium à Saint Marin, Monaco et en Australie et termine 4e au Japon. Berger quant à lui remporte les deux dernières épreuves de la saison pour terminer à la 5e place du championnat alors qu'Alboreto doit se contenter du 7e rang.

En 1988, comme l'année précédente, Alboreto, desservi par une malchance récurrente, est mis sous l'éteignoir par Berger : au volant de la F1-87/88C, il revit la même saison qu'en 1987 avec huit abandons dont sept dus à la monoplace et des points à chaque course où il reçoit le drapeau à damiers. S'il réussit à décrocher trois nouveaux podiums et se classe 5e du championnat du monde avec 24 points, il est néanmoins remercié par ses employeurs qui misent tout sur Berger (3e avec 41 points).

De galère en galère, mais toujours la foi[modifier | modifier le code]

Suite à son éviction de chez Ferrari, le microcosme de la Formule 1 pense qu'Albo va rebondir chez Williams mais Frank Williams lui préfère Thierry Boutsen. La saison 1989 est synonyme pour Michele de retour chez Tyrrell, l'écurie de ses débuts en Formule 1. Il dispute son premier Grand Prix sur la vieille 017, sans grand résultat, en attendant la nouvelle 018 conçue par Harvey Postlethwaite. Si la première sortie de la 018 se solde par une non-qualification à Imola, le Grand Prix suivant, à Monaco, lui permet de s'illustrer en terminant à une honorable 5e place. Il monte sur le podium de l'épreuve suivante, au Mexique, avant de subir deux abandons sur problèmes mécaniques. Mais le pire est à venir suite à un conflit majeur entre sponsors : depuis toujours, Alboreto est sous contrat avec Marlboro alors que Tyrrell (sans l'en tenir informé) a signé un contrat avec le concurrent Camel. Alboreto explique alors qu'il ne peut pas, en son âme et conscience, trahir son partenaire financier et rompt le contrat qui le lie à l'écurie anglaise. Il signe alors chez l'équipe française Larrousse-Lamborghini dont l’un des sponsors principaux est pourtant Camel. Au volant de la LC89, il est contraint de disputer les pré-qualifications et les qualifications, épreuves qu'il ne surmonte pas à trois reprises. Il parvient tout de même à participer à cinq courses chez Larrousse mais ne reçoit le drapeau à damiers qu'au Portugal (ses abandons sont, comme d'habitude, tous dus à des défaillances de sa monoplace).

Dès la fin de la saison Alboreto cherche à retrouver un volant plus digne de son talent, ce qui le pousse à signer chez Arrows, non pas que l'écurie soit prestigieuse puisqu'elle n'a jamais remporté une seule course depuis ses débuts en 1978, mais surtout parce que Porsche doit fournir un moteur révolutionnaire à l'écurie en 1991. En 1990, il pilote donc une Arrows-Ford A11B qui n'a pas à passer par la case pré-qualifications, mais simplement par la case qualifications (trois échecs pour Albo dans la saison). En 13 Grands Prix, Michele obtient une dixième place finale comme meilleur résultat et termine le championnat sur un score vierge, comme pour sa première saison.

En 1991, Arrows est rebaptisée Footwork Racing mais la nouvelle monoplace n'est pas prête en début de saison. Un modèle hybride est aligné, l'A11C, évolution du châssis A11 de 1990 recevant le V12 Porsche à la place du V8 Cosworth. L'A11C est une véritable "hyène" qui traîne piteusement son arrière-train. Les ingénieurs Porsche sont hors du coup car le V12 (en réalité deux V6 accolés) est extrêmement lourd par rapport à ses concurrents. Lors du Grand Prix inaugural, Alex Caffi n'arrive pas à se qualifier tandis Alboreto est dernier sur la grille. Le second Grand Prix, au Brésil, est encore plus tragique car aucune monoplace ne se qualifie. La nouvelle FA12 est alignée à Saint-Marin mais elle souffre du même défaut que l'hybride : le moteur est trop présent sur le train arrière et la tenue de route très aléatoire. Alboreto essuie deux non-qualifications avant que Jackie Oliver, directeur technique de l'écurie, ne se décide à remplacer le désastreux Porsche par un Cosworth. Une nouvelle voiture hybride, la FA12B, est conçue en catastrophe pour s'adapter au V8, et à son volant, Michele rate à cinq autres reprises l'autorisation de participer à la course du dimanche. En neuf courses au volant de trois monoplaces différentes, il n'en termine que deux et réalise sa deuxième saison blanche d'affilée.

En 1992, après deux saisons blanches, Alboreto n'est pas en position privilégiée pour négocier un volant dans une écurie de pointe. Footwork profite du fait que Tyrrell se sépare de Honda pour récupérer le V10 Mugen-Honda en lieu et place du Cosworth intérimaire. Alboreto est convaincu par Jackie Oliver de rempiler et est épaulé par le Japonais Aguri Suzuki. La nouvelle FA13 ressemble à un mix entre une Mc Laren et une Jordan mais son châssis n'est à la hauteur ni de l'une, ni de l'autre. Toutefois le Mugen est un moteur fiable et Alboreto récolte une multitude de petits points au long de la saison (6e au Brésil et au Portugal et 5e en Espagne et à Saint-Marin). Il échoue de nombreuses fois à la porte des points puisqu'il termine 7e à six reprises. Alboreto, avec ses 6 points, a la satisfaction d'avoir porté son écurie à bout de bras au 7e rang mondial puisque son coéquipier n'est pas, à matériel égal, parvenu à inscrire le moindre point.

En 1993, il quitte Footwork, écurie pour laquelle il s'était tant investi pendant trois ans et dont il commençait à recueillir les fruits, pour la BMS Scuderia Italia : il ne résiste pas aux sirènes du moteur V12 Ferrari qui motorise les châssis Lola T93/30. Il se qualifie à neuf reprises, toujours en fond de grille et son meilleur résultat de la saison n'est qu'une 11e place finale au Brésil et au Grand Prix d'Europe. Sa monoplace est si mauvaise qu'il dit à des commissaires de piste venus éteindre un début d'incendie : "Laissez-la brûler, ils m'en donneront peut-être une meilleure...". Son talent est pourtant toujours intact, Michael Schumacher déclarera même: "Il n'y en a pas beaucoup de son âge qui, contre un coéquipier aussi jeune et rapide que Luca Badoer, champion en titre de F3000, auraient tenu bon."

En 1994, la BMS Scuderia Italia a quitté la Formule 1 et Alboreto se retrouve sans volant. Mais Giuseppe Lucchini, ex-président de la Scuderia Italia, s'associe avec Giancarlo Minardi qui a besoin de liquidités pour pouvoir se maintenir au plus haut niveau. Cette association semble naturelle : Lucchini a l'argent mais pas l'expérience tandis que Minardi peut faire état de neuf saisons en Formule 1 avec un budget plutôt étriqué. Michele retrouve alors Minardi, l'écurie de ses débuts en Formule 2. L'officine italienne est habituée des fonds de grille et tout le monde comprend alors qu'Alboreto est sur le point de quitter la discipline-reine. La M193B dispute les premiers Grands Prix avant de céder la place à la M194. Michele Alboreto reçoit à six reprises le drapeau à damiers et termine 6e en Principauté de Monaco, son dernier point en Formule 1 puisqu'il tire sa révérence à la fin de la saison.

La reconversion réussie en Sport-Prototypes[modifier | modifier le code]

Sa reconversion post-Formule 1 commence difficilement mais sera plutôt réussie. En 1995, il se consacre au championnat DTM au volant d'une Alfa Romeo et il termine son premier championnat à la 22e place du classement. En 1996 et 1997, il fait quelques apparitions en IndyCar Series au sein du Team Scandia. À Loudon, Michele est second sur la grille de départ et termine la course à la 3e place. En 1996, il participe aux 500 miles d'Indianapolis mais, qualifié 12e, il ne se classe que 30e à la suite d'une rupture de la boîte de vitesses de sa Reynard 951 Ford.

En 1996, il rejoint aussi l'équipe Joest Racing avec laquelle il remporte les 24 Heures du Mans au volant d'une TWR-Porsche en 1997, associé à Stefan Johansson, son ancien équipier chez Ferrari en 1986, et Tom Kristensen, qui remporte là la première de ses neuf victoires aux 24 heures du Mans. Il reste dans l'équipe en 1999 quand celle-ci devient l'équipe officielle Audi, qui commence à régner en maître sur les courses d'endurance. Outre les 24 Heures du Mans, où il termine 4e en 1999 et 3e en 2000, il participe au championnat American Le Mans Series et remporte en 2001 les 12 heures de Sebring avec Rinaldo Capello et Laurent Aiello, sa dernière course et sa dernière victoire.

Décès accidentel[modifier | modifier le code]

Le 25 avril 2001, au cours d'une séance d'essais sur l'Audi R8 en vue des 24 Heures du Mans, Michele Alboreto se tue sur le Lausitzring, à la suite d'une sortie de route à 320 km/h, provoquée semble-t-il par une crevaison du pneu arrière gauche[1].

Michele Alboreto, resté dans le cœur des Italiens comme un pilote fougueux et talentueux, demeure le dernier pilote italien à s'être imposé en Grand Prix au volant d'une Ferrari.

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Saison Écurie Châssis Moteur Pneus GP disputés Points inscrits Classement
1981 Tyrrell Racing Team 010
011
Ford-Cosworth V8 Michelin
Avon
10 0 Nc.
1982 Team Tyrrell 011 Ford-Cosworth V8 Goodyear 16 25 7e
1983 Benetton Tyrrell Team 011
012
Ford-Cosworth V8 Goodyear 15 10 12e
1984 Scuderia Ferrari SpA SEFAC 126 C4 Ferrari V6 turbo Goodyear 16 30,5 4e
1985 Scuderia Ferrari SpA SEFAC 156-85 Ferrari V6 turbo Goodyear 16 53 2e
1986 Scuderia Ferrari SpA SEFAC F1-86 Ferrari V6 turbo Goodyear 16 14 8e
1987 Scuderia Ferrari SpA SEFAC F1-87 Ferrari V6 turbo Goodyear 16 17 7e
1988 Scuderia Ferrari SpA SEFAC F1-87/88C Ferrari V6 turbo Goodyear 16 24 5e
1989 Tyrrell Racing Organisation
Tyrrell Racing Organisation
Équipe Larrousse
017B
018
LC89
Ford-Cosworth V8
Ford-Cosworth V8
Lamborghini V12
Goodyear 10 6 11e
1990 Footwork Arrows Racing A11B Ford-Cosworth V8 Goodyear 13 0 Nc.
1991 Footwork Grand Prix International A11C
FA12
FA12B
Porsche V12
Porsche V12
Ford-Cosworth V8
Goodyear 9 0 Nc.
1992 Footwork Mugen Honda FA13 Mugen-Honda V10 Goodyear 16 6 10e
1993 Lola BMS Scuderia Italia T93/30 Ferrari V12 Goodyear 9 0 Nc.
1994 Minardi Scuderia Italia M193B
M194
Ford-Cosworth V8 Goodyear 16 1 24e

Résultats aux 24 Heures du Mans[modifier | modifier le code]

Année Voiture Équipe Équipiers Résultat
1981 Lancia Beta Montecarlo Lancia Martini Eddie Cheever / Carlo Facetti 8e
1982 Lancia LC1 Lancia Martini Teo Fabi / Rolf Stommelen Abandon
1983 Lancia LC2-Ferrari
Lancia LC2-Ferrari
Lancia Martini
Lancia Martini
Piercarlo Ghinzani / Hans Heyer
Teo Fabi / Alessandro Nannini
Abandon
Abandon
1996 TWR-Porsche WSC-95 Joest Racing Pierluigi Martini / Didier Theys Abandon
1997 TWR-Porsche WSC-95 Joest Racing Stefan Johansson / Tom Kristensen Vainqueur
1998 Porsche LMP1-98 Porsche AG Yannick Dalmas / Stefan Johansson Abandon
1999 Audi R8 Audi Sport Team Joest Laurent Aïello / Rinaldo Capello 4e
2000 Audi R8 Audi Sport Team Joest Christian Abt / Rinaldo Capello 3e

Note[modifier | modifier le code]

Le casque de Michele Alboreto était bleu et jaune (couleurs de la Suède) en hommage au pilote suédois Ronnie Peterson, mort des suites d'un accident survenu le 10 septembre 1978, au tout premier virage, lors du Grand Prix d'Italie à Monza. Grièvement blessé dans l'accident, il mourut le lendemain à Milan, ville natale d'Alboreto qui, en témoignage de son admiration pour le pilote défunt, a repris ses couleurs.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alboreto: une crevaison?, 3/05/2001, DHnet.be
Précédé par Michele Alboreto Suivi par
Alain Prost
Champion d'Europe de Formule 3
1980
Mauro Baldi