Championnat du monde de Formule 1 1964

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Championnat du monde de Formule 1 1964

Généralités
Sport Formule 1
Création 1950
Organisateur(s) FIA
Édition 15e
Nombre de manches 10 Grands Prix
Site web officiel
Palmarès
Champion pilote Drapeau du Royaume-Uni John Surtees
Champion constructeur Drapeau de l'Italie Ferrari

Navigation

Le championnat du monde de Formule 1 1964 a été remporté par le Britannique John Surtees sur une Ferrari. Ferrari remporte le championnat du monde des constructeurs.

Règlement sportif[modifier | modifier le code]

  • Seuls les six meilleurs résultats sont retenus.
  • L'attribution des points s'effectue selon le barème 9, 6, 4, 3, 2, 1.

Règlement technique[modifier | modifier le code]

  • Moteurs atmosphériques de 1 500 cm³
  • Moteurs suralimentés interdits

Principaux engagés[modifier | modifier le code]

Après avoir dominé la saison 1963, Jim Clark apparaît comme le grand favori de la saison sur sa Lotus. À ses côtés, le décevant Trevor Taylor a été remplacé par son compatriote Peter Arundell.

La concurrence n'est pas restée inactive durant l'inter-saison ainsi, BRM, Ferrari et Cooper ont repris à leur compte le principe de la monocoque initié par la Lotus 25 en 1962.

Si BRM conserve son duo Graham Hill - Richie Ginther, Cooper, après la mort durant l'hiver du jeune espoir américain Tim Mayer recruté pour remplacer Tony Maggs, s'est tourné vers l'ancien champion du monde Phil Hill revenu du fiasco ATS. Hill fera équipe avec Bruce McLaren fidèle à l'équipe de ses débuts, même s'il a monté en parallèle sa propre structure. Quant à la Scuderia Ferrari qui a terminé la saison précédente en trombe, elle continue de faire confiance à John Surtees et à Lorenzo Bandini intégré dans l'équipe italienne fin 1963 et, côté technique, à l'ingénieur Mauro Forghieri.

Parmi les cinq équipes officielles, seule Brabham conserve le principe du châssis tubulaire. Jack Brabham et Dan Gurney en restent les pilotes.

À noter enfin l'arrivée programmée en cours de saison de Honda qui constituera une grande première dans l'histoire du championnat du monde.

Liste complète des écuries et pilotes ayant couru dans le championnat 1964 de Formule 1 organisé par la FIA.

Écurie Constructeur Châssis Moteur Pneus Pilotes Courses
Drapeau des États-Unis Peter Revson Lotus 24 BRM P56 1.5 V8
D
Drapeau des États-Unis Peter Revson 1, 6, 8
Drapeau de la France Bernard Collomb Lotus 24 Climax FWMV 1.5 V8
D
Drapeau de la France Bernard Collomb 1
Drapeau de la France Maurice Trintignant BRM P57 BRM P56 1.5 V8
D
Drapeau de la France Maurice Trintignant 1, 4-6, 8
Drapeau du Royaume-Uni Brabham Racing Organisation Brabham BT7
BT11
Climax FWMV 1.5 V8
D
Drapeau de l'Australie Jack Brabham Toutes
Drapeau des États-Unis Dan Gurney Toutes
Drapeau du Royaume-Uni Owen Racing Organisation BRM P261
P67
BRM P60 1.5 V8
D
Drapeau des États-Unis Richie Ginther Toutes
Drapeau du Royaume-Uni Graham Hill Toutes
Drapeau du Royaume-Uni Dickie Attwood 5
Drapeau du Royaume-Uni Cooper Car Company Cooper T73
T66
Climax FWMV 1.5 V8
D
Drapeau des États-Unis Phil Hill 1-7, 9-10
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Bruce McLaren Toutes
Drapeau du Royaume-Uni Team Lotus Lotus 25
33
Climax FWMV 1.5 V8
D
Drapeau du Royaume-Uni Peter Arundell 1-4
Drapeau du Royaume-Uni Jim Clark Toutes
Drapeau du Royaume-Uni Mike Spence 5-10
Drapeau de l'Allemagne Gerhard Mitter 6
Drapeau des États-Unis Walt Hansgen 9
Drapeau du Mexique Moisés Solana 10
Drapeau du Royaume-Uni British Racing Partnership Lotus
BRP
24
Mk 1
BRM P56 1.5 V8
D
Drapeau du Royaume-Uni Innes Ireland 1, 3-5, 7-10
Drapeau du Royaume-Uni Trevor Taylor 1, 3-5, 7-10
Drapeau du Royaume-Uni DW Racing Enterprises Brabham BT11 Climax FWMV 1.5 V8
D
Drapeau du Royaume-Uni Bob Anderson 1-8
Drapeau du Royaume-Uni Reg Parnell Racing Lotus 25
24
BRM P56 1.5 V8
D
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Chris Amon 1-7, 9-10
Drapeau du Royaume-Uni Mike Hailwood 1-2, 4-10
Drapeau des États-Unis Peter Revson 3-5
Drapeau du Royaume-Uni Rob Walker Racing Team Cooper
Brabham
T66
BT11
BT7
Climax FWMV 1.5 V8
BRM P56 1.5 V8
D
Drapeau de la Suède Joakim Bonnier 1-3, 5-10
Drapeau de l'Allemagne Edgar Barth 6
Drapeau de l'Italie Giacomo « Geki » Russo 8
Drapeau de la Suisse Joseph Siffert 9-10
Drapeau des États-Unis Hap Sharp 9-10
Drapeau de l'Italie Scuderia Ferrari SpA SEFAC
Drapeau des États-Unis North American Racing Team
Ferrari 156
158
1512
Ferrari 178 1.5 V6
Ferrari 205B 1.5 V8
Ferrari 207 1.5 Flat-12
D
Drapeau de l'Italie Lorenzo Bandini Toutes
Drapeau du Royaume-Uni John Surtees Toutes
Drapeau de l'Italie Ludovico Scarfiotti 8
Drapeau du Mexique Pedro Rodríguez 10
Drapeau de la Suisse Siffert Racing Team Lotus
Brabham
24
BT11
BRM P56 1.5 V8
D
Drapeau de la Suisse Joseph Siffert 1-8
Drapeau des Pays-Bas Écurie Maarsbergen Porsche 718 Porsche 547/3 1.5 F4
D
Drapeau des Pays-Bas Carel Godin de Beaufort 2, 6
Drapeau de l'Italie Scuderia Centro Sud BRM P57 BRM P56 1.5 V8
D
Drapeau de l'Italie Giancarlo Baghetti 2-3, 5-8
Drapeau de l'Afrique du Sud Tony Maggs 2-3, 5-7
Drapeau de la Belgique Équipe Scirocco Belge Scirocco SP Climax FWMV 1.5 V8
D
Drapeau de la Belgique André Pilette 3, 6
Drapeau du Royaume-Uni Bob Gerard Racing Cooper T73 Ford 109E 1.5 L4
D
Drapeau du Royaume-Uni John Taylor 5
Drapeau du Royaume-Uni Ian Raby Racing Brabham BT3 BRM P56 1.5 V8
D
Drapeau du Royaume-Uni Ian Raby 5, 8
Drapeau de l'Australie John Willment Automobiles Brabham BT10 Ford 109E 1.5 L4
D
Drapeau de l'Australie Frank Gardner 5
Drapeau du Japon Honda R&D Company Honda RA271 Honda RA271E 1.5 V12
D
Drapeau des États-Unis Ronnie Bucknum 6, 8-9
Drapeau du Royaume-Uni Derrington-Francis Racing Team Derrington-Francis DF ATS 100 1.5 V8
G
Drapeau du Portugal Mario de Araujo Cabral 8
Drapeau de la Suisse Fabre Urbain Cooper T60 Climax FWMV 1.5 V8
D
Drapeau de la Suisse Jean-Claude Rudaz 8
Flag of Rhodesia (1964).svg John Love Cooper T73 Climax FWMV 1.5 V8
D
Flag of Rhodesia (1964).svg John Love 8

Résumé du championnat du monde 1964[modifier | modifier le code]

Monaco ne réussit pas à Clark : dominateur dans les rues de la Principauté, le champion du monde écossais doit observer un arrêt aux stands à cause de sa barre antiroulis qui se détachait avant d'abandonner sur fuite d'huile en vue de l'arrivée. Il se classe quatrième, Graham Hill s'imposant devant son coéquipier Richie Ginther.

Jim Clark prend sa revanche à Zandvoort et revient ainsi à hauteur de son rival Graham Hill au championnat. Avec deux podiums en deux courses, le second pilote Lotus Peter Arundell pointe à la troisième place du classement général.

Souvent malchanceux et victime de la fragilité de sa Lotus, Clark s'impose en Belgique au terme d'un scénario renversant. Ralenti par une surchauffe moteur, il ne pointe en effet qu'à la quatrième place du Grand Prix à deux tours de l'arrivée. Le leader Dan Gurney tombe alors en panne d'essence dans son avant-dernier tour, Graham Hill lui succède en tête mais connaît la même mésaventure dans le tout dernier tour. La victoire tombe sur un plateau pour Bruce McLaren mais le néo-zélandais tombe en panne de batterie en vue du drapeau à damiers : McLaren pense pouvoir se traîner en roue libre jusqu'à l'arrivée mais il se fait déborder par Clark sur la ligne.

En France, Dan Gurney remporte sa deuxième victoire en championnat du monde après avoir profité d'une casse mécanique de Clark en tête. l'américain offre ainsi à Brabham sa première victoire en championnat du monde. Deuxième, Graham Hill se repositionne au championnat un point derrière Clark.

Changement de pilote chez Lotus pour le Grand Prix d'Angleterre. Gravement blessé dans une course de Formule 2 à Reims, le prometteur Peter Arundell cède son volant à Mike Spence. À l'issue d'une bagarre acharnée avec Graham Hill, Jim Clark décroche sa troisième victoire de la saison.

Le Grand Prix d'Allemagne est marqué par l'arrivée de Honda. Pilotée par le modeste pilote américain Ronnie Bucknum, la nouvelle monoplace montre des progrès constants tout au long du week-end mais loin des meilleurs. Les observateurs guettent un nouvel épisode du duel Clark-Hill mais John Surtees se rappelle au bon souvenir de tous en décrochant son deuxième succès en deux ans sur le toboggan du Nürburgring. Le week-end est endeuillé par l'accident mortel du gentleman driver néerlandais Carel Godin de Beaufort sur sa Porsche privée. Deuxième, Hill profite de l'abandon de Clark pour lui ravir la tête du championnat.

En Autriche, sur un circuit aménagé sur l'aéroport militaire de Zeltweg, la Scuderia Ferrari confirme son soudain réveil. Pour décrocher sa première victoire, Lorenzo Bandini doit néanmoins compter sur les multiples abandons (dont ceux de Clark, Hill et Surtees) engendrés par la piste très cassante.

Nouveau score vierge des deux leaders du championnat en Italie. La deuxième victoire de Surtees (la troisième consécutive de Ferrari), relance totalement le championnat car Surtees revient à deux points de Clark et à quatre de Hill. Fragile leader du championnat, Hill aborde les deux dernières épreuves du championnat dans une position d'autant plus inconfortable qu'il est déjà rentré à six reprises dans les points et va devoir commencer à décompter ses plus mauvais résultats.

Pour l'avant-dernière épreuve du championnat, à Watkins Glen, la Scuderia Ferrari est absente. Enzo Ferrari souhaite ainsi marquer sa colère devant le refus de la CSI d'homologuer en catégorie GT la Ferrari 250 LM. Ce forfait n'est que symbolique puisque les Ferrari sont bel et bien présentes aux États-Unis, mais engagées sous la bannière du NART de Luigi Chinetti, l'importateur Ferrari en Amérique du Nord (d'où les curieuses couleurs bleu et blanche arborées par les voitures de Surtees et Bandini). La course est remportée par Hill devant Surtees, tandis que Clark, dont la série noire se poursuit, est contraint à un quatrième abandon consécutif alors qu'il menait la course. Au championnat, obligé de décompter les points de sa cinquième place de Spa, Hill ne reprend qu'un seul point à Surtees et ne compte donc que 5 longueurs d'avance sur l'ancien motard au moment d'aborder l'ultime manche de l'année au Mexique.

À 35 tours de l'arrivée du Grand Prix du Mexique, Clark est en tête devant Gurney tandis que Hill est troisième devant Bandini et Surtees cinquième. Pour Hill, même s'il va devoir retrancher les points de sa quatrième place de Zandvoort, cette position est synonyme de titre mondial. Mais il est percuté par Lorenzo Bandini et est obligé d'oberver un long arrêt au stand. Hill repart loin des points et Jim Clark devient virtuel champion du monde puisqu'à ce stade de la course il reprend 6 points à Surtees et 9 points à Hill avec le bénéfice d'un plus grand nombre de victoires. À deux tours de l'arrivée, Clark vole vers son deuxième titre mondial consécutif lorsqu'une fuite d'huile met fin à ses efforts. Gurney prend la tête de la course devant Bandini et Surtees ce qui signifie que Graham Hill devient champion du monde pour un tout petit point. Mais, laissant volontairement passer Surtees en vue de l'arrivée, Bandini offre à son coéquiper deux points, suffisants pour qu'il coiffe la couronne mondiale.

Grands Prix de la saison 1964[modifier | modifier le code]

Calendrier des Grands Prix de la saison 1964
no  Date Grand Prix Lieu Vainqueur Écurie Pole position Record du tour Résumé
122 10 mai Drapeau de Monaco Grand Prix de Monaco Monaco Drapeau de la Grande-Bretagne Graham Hill Drapeau : Royaume-Uni BRM Drapeau : Royaume-Uni Jim Clark Drapeau : Royaume-Uni Graham Hill Résumé
123 23 mai Drapeau des Pays-Bas Grand Prix des Pays-Bas Zandvoort Drapeau de la Grande-Bretagne Jim Clark Drapeau : Royaume-Uni Lotus-Climax Drapeau : États-Unis Dan Gurney Drapeau : Royaume-Uni Jim Clark Résumé
124 14 juin Drapeau de la Belgique Grand Prix de Belgique Spa-Francorchamps Drapeau de la Grande-Bretagne Jim Clark Drapeau : Royaume-Uni Lotus-Climax Drapeau : États-Unis Dan Gurney Drapeau : États-Unis Dan Gurney Résumé
125 28 juin Drapeau de la France Grand Prix de France Rouen Drapeau des États-Unis Dan Gurney Drapeau : Royaume-Uni Brabham-Climax Drapeau : Royaume-Uni Jim Clark Drapeau : Australie Jack Brabham Résumé
126 11 juillet Drapeau de la Grande-Bretagne Grand Prix de Grande-Bretagne Brands Hatch Drapeau de la Grande-Bretagne Jim Clark Drapeau : Royaume-Uni Lotus-Climax Drapeau : Royaume-Uni Jim Clark Drapeau : Royaume-Uni Jim Clark Résumé
127 2 août Drapeau de l'Allemagne Grand Prix d'Allemagne Nürburgring Drapeau de la Grande-Bretagne John Surtees Drapeau : Italie Ferrari Drapeau : Royaume-Uni John Surtees Drapeau : Royaume-Uni John Surtees Résumé
128 23 août Drapeau de l'Autriche Grand Prix d'Autriche Zeltweg Drapeau de l'Italie Lorenzo Bandini Drapeau : Italie Ferrari Drapeau : Royaume-Uni Graham Hill Drapeau : États-Unis Dan Gurney Résumé
129 6 septembre Drapeau de l'Italie Grand Prix d'Italie Monza Drapeau de la Grande-Bretagne John Surtees Drapeau : Italie Ferrari Drapeau : Royaume-Uni John Surtees Drapeau : Royaume-Uni John Surtees Résumé
130 4 octobre Drapeau des États-Unis Grand Prix des États-Unis Watkins Glen Drapeau de la Grande-Bretagne Graham Hill Drapeau : Royaume-Uni BRM Drapeau : Royaume-Uni Jim Clark Drapeau : Royaume-Uni Jim Clark Résumé
131 25 octobre Drapeau du Mexique Grand Prix du Mexique Mexico Drapeau des États-Unis Dan Gurney Drapeau : Royaume-Uni Brabham-Climax Drapeau : Royaume-Uni Jim Clark Drapeau : Royaume-Uni Jim Clark Résumé

Classement des pilotes[modifier | modifier le code]

Classement Pilote Pays Voiture Nombre
de points
1er John Surtees Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Ferrari 40
2e Graham Hill Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni BRM 39 (41)
3e Jim Clark Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Lotus-Climax 32
4e Lorenzo Bandini Drapeau de l'Italie Italie Ferrari 23
5e Richie Ginther Drapeau des États-Unis États-Unis BRM 23
6e Dan Gurney Drapeau des États-Unis États-Unis Brabham-Climax 19
7e Bruce McLaren Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande Cooper-Climax 13
8e Jack Brabham Drapeau de l'Australie Australie Brabham-Climax 11
9e Peter Arundell Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Lotus-Climax 11
10e Joseph Siffert Drapeau de la Suisse Suisse Brabham-BRM 7
11e Bob Anderson Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Brabham-Climax 5
12e Mike Spence Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Lotus-Climax 4
13e Tony Maggs Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud BRM 4
14e Innes Ireland Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni BRP-BRM 4
15e Joakim Bonnier Drapeau de la Suède Suède Cooper-Climax et Brabham-Climax 3
16e Chris Amon Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande Lotus-BRM 2
17e Maurice Trintignant Drapeau de la France France BRM 2
18e Walt Hansgen Drapeau des États-Unis États-Unis Lotus-Climax 2
19e Phil Hill Drapeau des États-Unis États-Unis Cooper-Climax 1
20e Trevor Taylor Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni BRP-BRM 1
21e Mike Hailwood Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Lotus-BRM 1
22e Pedro Rodríguez Drapeau du Mexique Mexique Ferrari 1


Classement des constructeurs[modifier | modifier le code]

Classement Pays Voiture Nombre
de points
1er Drapeau de l'Italie Italie Ferrari 45
2e Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni BRM 42
3e Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Lotus-Climax 37
4e Drapeau de l'Australie Australie Brabham-Climax 30
5e Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Cooper-Climax 16
6e Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Brabham-BRM 7
7e Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni BRP-BRM 5
8e Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Lotus-BRM 3