Jean Guichet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean Guichet (né à Marseille, le 10 août 1927[1]) est un ancien entrepreneur et pilote automobile, dont la carrière s'est étalée de 1949 à 1979 (soit 30 années). Il a notamment gagné le tour auto en 1963 et les 24 Heures du Mans en 1964 et reste le seul pilote amateur qu'Enzo Ferrari ait régulièrement sollicité pour conduire les voitures de sport et les prototypes de la Scuderia Ferrari aux côtés de ses pilotes professionnels. À partir de 1970, avec la collaboration de Jean Todt, il engage sous son nom des Peugeot Peugeot 504 Groupe 1 dans les grands rallyes africains : Bandama, Maroc, Safari... Ces Peugeot 504 privées étaient en fait conçues par une équipe du bureau d’étude de Peugeot à Sochaux afin de préparer l'engagement de voitures officielles à partir du Rallye du Bandama en décembre 1973.

Jean Guichet aux 24 Heures du Mans[modifier | modifier le code]

Jean Guichet sur Ferrari 275 P2 au Nurburgring en 1965

Jean Guichet a participé à treize reprises aux 24 Heures du Mans entre 1956 et 1975. Son palmarès manceau comprend trois podiums (victoire en 1964, deuxième place en 1962 et troisième place en 1961), une cinquième place en 1969) et neuf abandons.

Après deux participations sans résultats en 1956 et 1957 sur Gordini, il revient en 1960 au volant d’une Fiat Abarth 850 avant d’entamer une série de sept participations consécutives avec Ferrari marquées par la victoire de 1964 où il partageait le volant d’une Ferrari 275 P avec le sicilien Nino Vaccarella. Les deux coéquipiers ont emporté l'épreuve à la moyenne de 195,63 km/h devant les deux autres Ferrari 330 P des équipages Graham Hill-Joakim Bonnier et Lorenzo Bandini-John Surtees.

En septembre 1968, il partage le volant d’une Alpine Renault officielle avec Jean-Pierre Jabouille mais ils sont contraints à l'abandon à la 16e heure sur panne électrique. En 1969, il retrouve Nino Vaccarella et se classe 5e au volant d’une Matra MS 630. La Ferrari 512 S qu’il projetait d’engager avec Régis Fraissinet en 1970 ne sera pas retenue par les organisateurs.

Il revient au Mans une dernière fois en 1975 pour piloter aux côtés de Sam Posey (en) et de Hervé Poulain, la BMW 3.0 CSL que ce dernier, commissaire priseur parisien, avait fait peindre par le sculpteur Alexander Calder. Une rupture de cardan de transmission met fin à leur course au bout de neuf heures.


Les 13 participations de Jean Guichet aux 24 Heures du Mans[modifier | modifier le code]

  • 1956 : Gordini T 15 S n°15, Manzon, Guichet (abandon, moteur).
  • 1957 : Gordini T 24 S n°18, Guelfi, Guichet (abandon, moteur).
  • 1960 : Fiat Abarth 850 S n°50,Guichet, Condrillier (abandon, embrayage.)
  • 1961 : Ferrari 250 GT n°14,Noblet, Guichet (3e).
  • 1962 : Ferrari 250 GTO n°19,Guichet, Noblet (2e).
  • 1963 : Ferrari 330 LM n°9,Guichet, Noblet (abandon, circuit d’huile).
  • 1964 : Ferrari 275 P n°20,Vaccarella, Guichet (1er).
  • 1965 : Ferrari 330 P2 n°20,Guichet, Parkes (abandon, batterie).
  • 1966 : Ferrari 330 P3 n°21,Bandini, Guichet (abandon, moteur).
  • 1967 : Ferrari 330 P3/4 n°22,Muller, Guichet (abandon, fuite huile).
  • 1968 : Alpine A 220 n°29,Guichet, Jabouille (abandon, panne électrique).
  • 1969 : Matra Simca MS 630 n°32, Vaccarella, Guichet (5e).
  • 1975 : BMW 3.0 CSL n°93, Guichet, Posey, Poulain (abandon, transmission).

Palmarès international en Sport et Prototypes[modifier | modifier le code]

Guichet et Pierre Noblet (à gauche), seconds des 1 000 km du Nürburgring en 1963.
  • Champion de France de Sport-Prototypes: 1965.
  • 1961
  • 1962
    • 10e des 12 Heures de Sebring, avec l’italien Alfonso Thiele, Fiat Abarth 850 officielle.
    • 3e de la Coppa Maifredi, Circuito des Garda, Italie, Fiat Abarth 1 000.
    • 9e de la Targa Florio, avec l’italien Alfonso Thiele, Alfa Romeo Giulietta.
    • 7e des 1 000 km du Nürburgring, avec le nordiste Pierre Noblet, Ferrari 250 GTO de ce dernier.
    • 2e des 24 Heures du Mans, avec le nordiste Pierre Noblet, Ferrari 250 GTO de ce dernier.
    • 4e des Trophées d’Auvergne, Ferrari 250 GTO personnelle.
    • 4e des 1 000 km de Paris, avec le nordiste Pierre Noblet, Ferrari 250 GTO personnelle.
  • 1963
  • 1964
  • 1965
  • 1966
  • 1967
    • 3e des 24 Heures de Daytona, avec le pilote mexicain Pedro Rodrigues, Ferrari P3/P4 du N.A.R.T.(North American Racing Team)
  • 1968
    • 10e des 1 000 km de Monza, 2e en catégorie Grand Tourisme, avec le pilote et skieur français Jean-Claude Killy, Porsche 911T de l’équipe officielle Porsche.
    • 26e des 1 000 km du Nurbürgring, 3e en catégorie Grand Tourisme, avec le pilote et skieur français Jean-Claude Killy, Porsche 911T de l’équipe officielle Porsche.
  • 1969
    • 5e des 24 Heures du Mans, avec le pilote italien Nino Vaccarella, Matra MS360, équipe officielle Matra Elf.

Palmarès en rallyes[modifier | modifier le code]

  • Champion de France des rallyes en catégorie Grand Tourisme: 1961 1962 et 1963;
  • Vainqueur de la catégorie Grand Tourisme au Rallye de la Lavande: 1958, sur Ferrari 250 GT TdF;
  • Vainqueur du Rallye Pétrole-Provence: 1958, sur Ferrari 250 GT TdF (copilote Bodin)[2];
  • Vainqueur de la Ronde Cévenole: 1961, sur Abarth 1000;
  • Vainqueur du 1er Rallye CODASUR: 1979, sur Peugeot 504 (copilote Jean Todt);
    • 3e du Tour de Corse en 1958 (copilote Robin, sur Renault Dauphine Gordini);
    • 3e du Tour de Corse en 1960 (copilote G.Happel, sur Renault Dauphine Gordini);
    • 3e du Rallye Bandama de Côte d'Ivoire en 1977;
    • 5e du Rallye de Côte d'Ivoire en 1976;
    • 6e du Tour de Corse en 1966 (copilote G.Happel, sur Alfa Romeo Giulia GTA);
    • 9e du Rallye du Maroc (WRC) en 1976.

(remarque: Jean Todt a été son copilote, de 1971 à 1973)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre François Rousselot, « Dans l’Antre du Lion », mensuel Échappement, mai 1975.

Liens externes[modifier | modifier le code]