Cheval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cheval (homonymie).

Le cheval (Equus ferus caballus ou Equus caballus) est un grand mammifère herbivore et ongulé à sabot unique, appartenant aux espèces de la famille des Équidés (Equidae). Il a évolué au cours des dernières 45 à 55 millions d'années, à partir d'un mammifère de la taille d'un chien possédant plusieurs doigts. À l'état naturel, les chevaux vivent en petits groupes, généralement sous la conduite d'un unique étalon reproducteur. Ils entretiennent des rapports sociaux et comptent sur leur vitesse pour échapper aux prédateurs. Dotés d'un bon sens de l'équilibre, d'un fort instinct de fuite et de grandes aptitudes de visualisation spatiales, ils possèdent un trait inhabituel dans le règne animal, étant capables d'entrer en sommeil léger tout en restant debout. Les femelles, nommées juments, mettent bas après onze mois de gestation un petit appelé poulain, capable de se lever et de courir peu de temps après sa naissance.

Le cheval est domestiqué par l'homme et son utilisation se répand à toute l'Eurasie dès la plus haute Antiquité. Bien que la quasi-totalité des chevaux soient désormais domestiques, le cheval de Przewalski est considéré comme le dernier vrai cheval sauvage, et il existe de nombreux chevaux domestiques retournés à l'état sauvage. L'Homme a développé un vaste vocabulaire spécialisé pour décrire les concepts liés au cheval. Ce lexique va de son anatomie et sa morphologie aux étapes de sa vie, en passant par sa couleur, les différentes races, sa locomotion et son comportement. La plupart des chevaux domestiques sont dressés pour l'équitation ou la traction entre deux et quatre ans. Ils atteignent leur plein développement vers cinq ans en moyenne. Leur espérance de vie à la naissance est en moyenne de vingt-cinq à trente ans.

Des siècles durant, les chevaux sont au service des hommes qui sélectionnent différentes races pour la traction, l'agriculture, la guerre ou encore la selle. Les chevaux permettent l'essor du commerce et l'expansion de civilisations sur de grandes étendues. Pendant la colonisation des Amériques, l'espèce est réintroduite sur ce continent d'où elle avait disparu. Considéré comme « la plus noble conquête de l'homme », présent dans les mythes, nombre d'encyclopédies et toutes les formes d'art, le cheval est, de tous les animaux, celui qui a le plus marqué l'histoire et les progrès de l'humanité. Il est à l'origine de métiers liés à son entretien, son commerce et aux activités sportives, comme les sports hippiques. Dans la plupart des pays développés, le cheval est désormais monté pour le loisir ou les compétitions sportives. Il peut être un partenaire en thérapie, et tend à se rapprocher de l'animal de compagnie. Il produit des biens de consommation grâce à sa viande, son lait, son cuir et même son urine. Dans d'autres pays, le cheval reste indispensable à l'agriculture et au transport. L'entretien de chevaux domestiques demande un matériel particulier et l'attention de spécialistes.

Hippologie

Article détaillé : Hippologie.
Cheval domestique vu de profil, présentant une robe bai-brun classique et une liste blanche en tête.
Voir aussi : « cheval  » sur le Wiktionnaire.

L'hippologie (du grec ἱππος « cheval » et λόγος « discours ») étudie le cheval dans sa globalité[1], ce qui comprend le fonctionnement biologique et anatomique, ainsi que le comportement et l'entretien. Le cheval est un mammifère herbivore, membre de la famille des équidés qui compte aussi l'âne et le zèbre. Il y a controverse quant au statut du cheval domestique, longtemps considéré comme une espèce (Equus caballus) à part entière. Les études plus récentes le voient comme une sous-espèce (Equus ferus caballus) d’Equus ferus. « Cheval » (/ʃəval/, pluriel « chevaux » /ʃəvo/) est un terme générique qui désigne en premier lieu l'espèce ou sous-espèce domestique[2], ce qui inclut les populations redevenues sauvages comme les mustangs. Le cheval de Przewalski et le tarpan appartiennent à une autre espèce ou sous-espèce, mais sont eux aussi désignés comme des « chevaux »[3]. Une vaste terminologie est utilisée pour désigner les différents types de chevaux. « Jument » désigne l'animal adulte femelle[4], la poulinière est une femelle adulte destinée à la reproduction[5]. L'étalon est un adulte mâle reproducteur et reconnu, l'entier un adulte mâle non castré, le hongre un mâle castré. Le poulain et la pouliche sont les jeunes animaux respectivement mâle et femelle de moins de trois ans, le yearling un jeune animal de plus d'un an mais moins de deux, le foal le jeune poulain de moins de six mois. Le poney est un cheval de petite taille, officiellement de moins d'1,48 m au garrot[6].

Taille comparée entre un poney Shetland et un cheval de selle.

Les chevaux peuvent être regroupés et classés en fonction de leur race, leur utilisation, leur taille ou leur robe. La taille d'un cheval varie énormément d'une race à l'autre. Le plus petit cheval miniature reconnu mesure 44,5 cm pour 26 kg[Note 1] et le plus grand, un cheval de trait, 2,19 m pour 1 500 kg[Note 2],[7]. Le poids et la longévité varient de même, les poneys ayant une longévité généralement supérieure aux chevaux. Celle du cheval domestique s'est allongée grâce aux soins prodigués par l'homme. Il peut désormais vivre de 25 à plus d'une trentaine d'années, bien qu'ils commencent à décliner physiquement vers l'âge de quinze ans[8]. Le plus vieux cheval connu, Old Billy, est mort à 62 ans[9].

Le cheval domestique possède 32 paires de chromosomes[10], contre 33 paires pour le cheval de Przewalski. La séquence complète de son génome a été établie en 2007, quatre ans après celle de l'être humain[11].

Histoire évolutive

Article détaillé : Histoire évolutive des Équidés.
Schéma évolutif du cheval.

Le cheval est un exemple-phare de la théorie de l'évolution puisque les nombreux fossiles retrouvés, dont les plus anciens datent de 60 millions d'années, montrent qu'il descend d'un petit mammifère forestier possédant plusieurs doigts, qui s'est ensuite adapté aux plaines et aux steppes en devenant plus grand, et en développant son seul doigt médian comme point d'appui sur les sols durs. L'aboutissement est l’Equus du Pléistocène, toisant environ 1,40 m et se déplaçant sur quatre sabots[12]. L'histoire récente des Équidés est mal connue en ce qui concerne la spéciation entre les ânes, les chevaux sauvages (Equus ferus), les zèbres et le cheval domestique (Equus (ferus) caballus). Les différents types de chevaux préhistoriques dont les ossements datés d'une même époque sont retrouvés appartiennent peut-être à la même espèce, peuvent être des sous-espèces ou alors il s'agit d'espèces différentes[13], d'où la difficulté à savoir si le cheval domestique est une espèce à part entière, ou une sous-espèce du Tarpan.

Une étude génétique réalisée sur un fragment d'os de cheval vieux d'environ 735 000 ans a permis de dater l'apparition de l'ancêtre commun à tous les Équidés modernes à quatre millions d'années[14].

Origines du cheval domestique

Articles détaillés : Cheval des forêts, cheval oriental et tarpan.
Un tarpan des steppes, animal précurseur du cheval domestique.

L'unique théorie admise (notamment par l'archéologie) a longtemps voulu que les différentes races de chevaux domestiques soient le résultat d'un élevage sélectif opéré par l'homme à partir d'une souche sauvage unique, probablement le tarpan. La théorie « des quatre lignées fondatrices » postule au contraire que toutes les races de chevaux modernes descendent de quatre à sept sous-espèces, dont le cheval des forêts, le cheval de trait, le cheval oriental et le tarpan[13].

Différentes études réalisées à partir d'analyses ADN, ont remis ces idées en question. Celle de Vilà postule que le cheval domestique descend de plusieurs sous-espèces adaptées à différents biotopes avant la domestication[15], des souches sauvages capturées et domestiquées en différents lieux d'Eurasie[16]. En 2012, le fossé qui perdurait entre l'archéologie et la génétique est en partie comblé. Les premiers chevaux domestiques proviendraient bien de la partie occidentale de l'Eurasie (Ukraine, Kazakhstan et Russie) mais les très nombreux repeuplements des troupeaux de chevaux domestiques en juments sauvages ont pu faire croire en l'existence de différents foyers de domestication, tout en multipliant les lignées dans le pool génétique du cheval domestique. Le cheval domestique proviendrait donc bien des steppes d'Eurasie à l'origine[17].

Anatomie et morphologie

Crâne et vertèbres cervicales de cheval, exposés à l'École nationale vétérinaire d'Alfort.
Articles détaillés : anatomie du cheval et morphologie du cheval.

Le cheval est un animal quadrupède. Une terminologie spécifique s'applique aux différentes parties de son corps, dont des termes habituellement réservés à l'être humain, comme « bouche », « jambe », « nez » et « pied », contrairement à tout autre animal domestique. Sa hauteur se mesure au garrot, sorte de renflement situé à la jonction de l'encolure et du dos[18]. Par convention, le cheval a trois parties externes principales : l'avant-main, qui comprend la tête, l'encolure et les membres antérieurs ; l'arrière-main composée de la croupe, des hanches, des membres postérieurs et de la queue ; et le corps, la partie centrale[19]. Il porte une crinière et une queue dont les poils sont appelés crins[20]. L'étude de sa morphologie permet de décrire et d'apprécier la beauté, les défectuosités et les tares d'un animal[21].

L'anatomie du cheval comprend l'étude du squelette, des muscles, des tendons, du système digestif, respiratoire, reproducteur, cardiaque et nerveux. Il possède 469 muscles qui représentent environ la moitié de son poids[20]. Toutes ses particularités anatomiques (incapacité à vomir, possibilité de bloquer ses jambes pour dormir debout en phase de sommeil léger, etc.) résultent de sa niche écologique, celle des grandes herbivores dont la fuite rapide est la seule défense[22]. Le pied du cheval est particulièrement important et doit faire l'objet de soins attentifs, justifiant l'expression populaire « pas de pied, pas de cheval »[23].

Schéma des parties externes du cheval.

Types et races

Le cheval arabe est l'une des races de chevaux de selle les plus typées et les plus connues.
Le cheval de trait est de haute taille et de forte constitution, souvent avec des fanons abondants. Ici, un Gypsy cob, une race parfois classée comme cob, d'autres fois comme trait.

Les races issues de l'espèce chevaline sont nombreuses et variées. Cette grande diversité a pour origine leur adaptation à l'environnement (aptitude à jeûner, résistance aux hautes températures ou encore sûreté de pied en terrain montagneux), et surtout l'élevage sélectif puis les croisements opérés par l'homme sur le cheval domestique. Certains traits tels la rapidité, la capacité de portage ou encore celle à tracter de lourdes charges, ont été privilégiés[24]. Les races sont généralement divisées en trois grandes catégories : les chevaux de trait destinés à la traction, les chevaux de selle destinés à être montés (y compris chevaux de sport pour le haut niveau) et les poneys. Les cobs, chevaux à deux fins pouvant être montés aussi bien qu'attelés, sont parfois classés à part[25]. Pour le cheval comme pour bon nombre d'animaux domestiques, des listes d'ancêtres ont été établies et de nombreuses races possèdent un registre d'élevage qui peut être fermé (seuls les animaux descendants d'animaux déjà enregistrés peuvent faire partie de la race) ou ouvert (le registre accepte des croisements avec d'autres races). L'inscription d'un cheval à un tel registre est soumise à des règles de signalement et de conformité au standard de race[24]. Ces informations sont reprises par de vastes bases de données spécialisées[Note 3].

Les races les plus connues incluent le Pur Sang[26], l'Arabe[27], le Frison, le Pure race espagnole et son voisin le Lusitanien, le Quarter Horse, le Percheron, le Fjord[28], le Haflinger et le poney Shetland[29]. La liste des races de chevaux est toutefois riche de plusieurs centaines de races.

Poneys

Article détaillé : Poney.
Les poneys, comme ce poney Shetland, se différencient souvent des chevaux par des caractères morphologiques spécifiques.

Le poney est un cheval de petite taille, souvent avec une conformation et un tempérament particuliers. Par rapport aux chevaux, ils présentent une crinière plus épaisse, une queue et un pelage plus fournis, ainsi que des jambes proportionnellement plus courtes, un corps plus large et une ossature plus lourde[30], bien que certains poneys puissent ressembler à des chevaux en modèle réduit. La Fédération équestre internationale (FEI) ne prend en compte que la taille pour définir un poney. Selon ses normes, tout cheval de moins d'1,48 m au garrot (ou 1,49 m ferré) est classé « poney », afin de faciliter les compétitions officielles[31].

Il y a toutefois des exceptions à cette classification, comme le Camargue[32] et l’Islandais[33], dont les éleveurs et utilisateurs refusent le classement comme poney. Le cheval miniature, malgré sa taille de 70 cm en moyenne, possède les caractéristiques extérieures d'un cheval.

Marronnage

Article détaillé : cheval sauvage.
Troupeau de mustangs au galop.

De nombreux chevaux sont capables de retourner à l'état sauvage et de former des troupeaux. C'est le cas des mustangs aux États-Unis et des brumbies en Australie, qui sont considérés comme invasifs et provoquent des dégâts importants sur la flore et les sols[34]. Seul le cheval de Przewalski est resté totalement sauvage[35].

Hybrides

Articles détaillés : génétique équine, mulet, Bardot (équidé) et zébrule.
Un mulet, hybride né d'un âne et d'une jument.

Le cheval peut s'hybrider avec d'autres équidés, mais l'animal hybride est généralement stérile. Le produit d'un entier et d'une ânesse est un « bardot », celui d'un âne et d'une jument est un « mulet » ou une « mule »[36], celui d'une jument et d'un zèbre est nommé « zébrule ».

Robes et signalisations

Articles détaillés : Robe du cheval et Marques du cheval.
Chevaux islandais aux robes variées, dont un rouan, un noir, un alezan et un gris au fond.

La couleur des poils et des crins du cheval constituent sa robe. Très variées, elles sont un moyen d'identification de chaque animal, aussi font-elles l'objet d'une classification règlementée et d'un vocabulaire précis. Le nom des robes est basé sur la couleur des poils et des crins[37]. Les plus courantes sont le bai, l'alezan et le gris.

Les épis sont des zones de directions irrégulières des poils, dont le nombre et les localisations sont relevés dans le signalement des chevaux, afin de permettre leur identification. Les chevaux possèdent parfois des marques blanches sur les membres ou sur la tête, dont la taille et la forme peuvent varier. Ce sont des facteurs d'identification, des termes précis existent pour les décrire[38]. La balzane est une marque blanche au bas des jambes, suivant sa taille et sa forme, elle porte un nom différent[39].

Éthologie et comportement

Article détaillé : Éthologie équine.
Les chevaux interagissent entre eux par des frottements et grattages réciproques.

L'éthologie équine est l'étude du comportement du cheval. Animal grégaire, le cheval vit en hardes d'une petite dizaine d'individus[40]. Il passe la majeure partie de son temps à se nourrir, le reste à explorer son territoire, jouer et interagir avec les membres de son troupeau[41], tout en restant attentif à d'éventuels prédateurs. Il se rassure par des contacts physiques avec ses congénères, incluant des frottements et des grattages réciproques[42].

Organisation du groupe

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Le groupe de compose d'un étalon protecteur (rarement deux), de trois à quatre juments — dont la plus âgée est souvent dominante et leader - et de leurs poulains. Ces derniers sont ensuite chassés par l'étalon vers l’âge de deux ou trois ans, ou partent d'eux-mêmes pour créer leur propre harde et assurer leur descendance[43]. Lorsqu'ils quittent la harde, les jeunes chevaux se regroupent par groupes de 2 ou 3. En liberté, l'étalon se constitue un harem et se reproduit uniquement avec les juments de celui-ci. Si un autre étalon veut s'approprier le harem ou agrandir sa harde, il s'ensuit une bataille entre mâles pour la domination du troupeau. Elles peuvent être violentes mais sont très rarement mortelles. L'étalon vainqueur récupère la harde du perdant.

Le cheval déteste la solitude, son groupe lui permet d'assurer constamment une surveillance face au prédateurs. Les chevaux domestiques entretiennent eux aussi, de solides amitiés avec certains compagnons de pré ou d'écurie.

Communication

Article connexe : Hennissement.
Hennissement du cheval.

Le cheval communique le plus souvent par langage corporel, l'étude de sa gestuelle, des mouvements d'oreilles et des attitudes de sa tête permet de déterminer son humeur. Il couche ses oreilles en arrière s'il est en colère, et les pointe vers l'avant s'il est attentif[44]. Le hennissement est employé lorsqu'il ne peut pas voir les autres chevaux pour décrypter leurs mouvements[45], le plus souvent afin de les appeler[46]. Les chevaux recourent au hennissement durant leur jeune âge, c'est un moyen pour eux d'exprimer leurs émotions fortes[47]. La possibilité d'une communication par télépathie est parfois évoquée[48], de même qu'une forme de communication intuitive, permettant au cheval de ressentir l'état d'esprit de ses congénères ou des humains[49], mais ces théories ne sont pas reconnues par la communauté scientifique.

Sommeil

Le cheval ne dort pas toujours debout. Il se couche parfois « en vache », comme cette ponette grise, et s'allonge entièrement sur le sol pour les phases de sommeil paradoxal.

Comme la plupart des grands herbivores, le cheval dort peu, de trois à cinq heures par jour, en raison de sa vulnérabilité aux prédateurs[50]. La croyance bien connue selon laquelle il dort debout provient de sa capacité à bloquer ses jambes pour somnoler dans cette position. Il ne s'agit toutefois que de sommeil léger, pour ses phases de sommeil profond et de sommeil paradoxal, le cheval doit s'allonger entièrement. Dans cette position, il peut rêver[51].

Reproduction et développement

Un poulain nouveau-né. Ses longues jambes lui permettent de courir peu après la naissance afin d'échapper aux prédateurs.

En liberté, le mâle manifeste son activité sexuelle dès l'âge d'un an à dix-huit mois[52], et la jument est apte à pouliner dès deux ans[53]. En captivité, entiers et juments sont rarement autorisés à se reproduire avant l'âge de trois ans. La fécondation s'effectue de plus en plus souvent par insémination artificielle en sperme congelé. Une éjaculation d'un étalon est en moyenne de 70 ml. Cette technique permet aux éleveurs de disposer plus facilement d'un large choix de géniteurs mâles pour leurs poulinières. Pour des raisons économiques, certains éleveurs recherchent une naissance précoce au début de l'année, et parviennent à déclencher des chaleurs chez la jument en jouant par exemple sur l'intensité de l'éclairage[54].

La durée de gestation est en moyenne de onze mois, soit 330 jours[55]. La jument donne naissance à un poulain à la fois, sauf exception, généralement au printemps. Il peut marcher moins d'une heure après la naissance, et doit téter le colostrum de sa mère avant deux jours[56].

Un cheval de quatre ans est généralement considéré comme adulte, bien que son squelette continue de se développer jusqu'à six ans. Sa croissance dépend étroitement de sa taille, sa race, son sexe, et la qualité des soins qui lui sont prodigués. En fonction de la maturité, de la race, et du travail attendu, les chevaux sont d'ordinaire débourrés et montés entre deux et quatre ans. bien que les Pur Sangs, réputés pour leur précocité, puissent être montés dès deux ans dans certains pays, les chevaux de sport équestre ne le sont pas avant trois ou quatre ans car leurs os et leurs muscles ne sont pas totalement développés. En compétition d'endurance, les chevaux ne sont pas autorisés à concourir avant cinq ans révolus. L'âge où vient la vieillesse n'est qu'une notion subjective, mais elle se situe le plus souvent entre 16 et 20 ans[57].

Allures et mouvements

Article détaillé : Allures du cheval.

Naturels

Les chevaux qui jouent peuvent se cabrer lors de simulacres de combat.

Les différentes façons dont le cheval se meut sont nommées allures. Tous les chevaux en possèdent naturellement trois. Le pas, la plus lente, est en quatre temps et correspond à une vitesse de 8 ou 9 kilomètre par heure. Le trot, allure intermédiaire et sautée à deux temps, permet habituellement d'atteindre une vitesse de 15 à 18 km/h[58]. Le galop, la plus rapide, est une allure en trois temps, basculée et sautée, permettant d'atteindre une vitesse moyenne de 20 à 25 km/h, jusqu'à 60 km/h chez le Pur Sang[59]. Certains chevaux sont capables d'aller l'amble, allure où les deux membres d'un même côté se déplacent simultanément[60].

Le cheval saute naturellement les obstacles qui se présentent à lui, et effectue parfois des sauts sur place[61]. Il connaît le cabrer et la ruade, mouvements qui témoignent généralement d'une volonté d'attaque ou de se défense de sa part[62].

Artificiels

Articles détaillés : Airs relevés et Rassembler.

Le dressage permet d'apprendre de nouveaux mouvements au cheval. L'apprentissage du rassembler est souvent nécessaire afin de les obtenir. Le pas espagnol est un pas lent caractérisé par une forte extension des membres antérieurs, le passage, un trot majestueux, et le piaffer, un passage sur place[63]. Le dressage classique inclut aussi des airs relevés travaillés à partir du cabrer et de la ruade, comme la levade, la croupade, la pesade et la cabriole[62].

Les allures peuvent présenter des irrégularités, telles l'aubin (mélange de trot et de galop) et le traquenard (trot désuni)[64].

Sens

Article détaillé : Sens du cheval.
Œil du cheval.

Le cheval possède cinq sens, mais l'existence d'un sixième sens lui permettant de prévoir le climat ou un danger est souvent évoquée[65]. Les plus développés sont l'odorat, l'ouïe et le toucher. Sa vision est bichromatique[66], son angle de vue de 340 degrés, mais son acuité visuelle est moyenne à médiocre[67] bien qu'il voie très clair durant la nuit[68]. Son ouïe, très fine[69], lui permet de prévoir les tremblements de terre, de percevoir les ultrasons et de détecter les prédateurs[70]. Il possède un sens développé de l'odorat lui permettant entre autres de trouver de l'eau et de détecter une femelle en chaleur à 800 m[71], et un organe de Jacobson pour analyser les odeurs pendant le flehmen[72].

Le cheval est en principe peu attiré par le goût sucré, mais la fréquentation de l'homme l'y a habitué[73]. Il possède un sens du toucher très développé sur la tête et le dos, et peut faire frémir une partie de son corps afin de chasser les mouches qui s'y posent[74]. Son pied est sensible aux variations de pression. Ses lèvres sont entourées de poils sensibles appelés vibrisses, comparables aux moustaches du chat[75].

Alimentation et digestion

Article détaillé : Alimentation des équidés.
Les chevaux ont besoin d’une importante quantité d'eau propre à disposition chaque jour.

Les chevaux sont des herbivores non-ruminants. Ils disposent d’un seul estomac, capable de digérer les fibres végétales qui proviennent de l’herbe et du foin, grâce à une fermentation par micro-organismes. Ce processus se déroule dans la partie du système digestif appelée cæcum, et aboutit à la décomposition de la cellulose, principal composant des fibres végétales[76]. Les chevaux préfèrent manger de petites quantités de nourriture de façon régulière tout au long de la journée[77]. Cela n'est pas toujours compatible avec la vie dans les écuries, ni avec les plannings des humains, qui favorisent le nourrissage deux fois par jour.

Le système digestif du cheval est délicat. Il est incapable de régurgiter sa nourriture, sauf depuis l’œsophage. Aussi, en cas d’excès de nourriture ou d’empoisonnement, vomir n’est pas possible pour lui[78]. En outre, son côlon est particulièrement long et complexe, l'équilibre de la flore intestinale dans le cæcum peut être facilement bouleversé par des changements rapides d’alimentation. Ces facteurs le rendent sujet à des coliques, qui s’avèrent être la première cause de mortalité chevaline[79]. Ils requièrent une nourriture propre et de grande qualité, fournie à intervalles réguliers, et peuvent tomber malades lorsqu’ils subissent un brusque changement de régime alimentaire[80]. Les chevaux sont également sensibles aux moisissures et aux toxines. Pour cette raison, ils ne doivent jamais être nourris par des matières fermentables contaminées, comme la tonte de gazon[81].

Tempérament

Les chevaux dits « à sang chaud », comme ce Pur Sang, sont fins, vifs et nerveux.

Les chevaux étant des mammifères, ils ont toujours le sang chaud biologiquement parlant. Les termes de « cheval à sang chaud », « cheval à sang froid », « proche du sang » et demi-sang (ou son équivalent en anglais « warmblood ») sont utilisés pour décrire le tempérament de l'animal, non la température de son corps.

Le races dites « à sang chaud » sont surtout d'origine orientale et incluent l'Akhal-Teke, le Barbe, l'Arabe, le Turkoman (maintenant éteint) et les Pur Sang développés à partir de ces derniers. Ils sont élevés pour leur agilité et leur vitesse, vifs, ils apprennent rapidement[82]. Physiquement raffinés, leur peau est mince, leur silhouette longiligne, et leurs jambes longues[83]. Ces races ont été importées en Europe depuis le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord lorsque les éleveurs souhaitèrent insuffler des qualités de vitesse et de vivacité aux montures de la cavalerie légère[82].

La plupart des chevaux de trait, puissants et musclés, sont « à sang froid ». Ils sont élevés à l'origine pour leur force, leur calme et leur patience, des qualités nécessaires pour tirer une charrue ou un lourd charriot rempli de passagers. Ils sont parfois surnommés les « doux géants »[84]. Les races les plus connues incluent le trait belge et le Clydesdale. Certains, comme le Percheron, sont un peu plus légers et vifs. D'autres, comme le lent et puissant Shire, sont créés pour labourer les champs aux sols lourds à base d'argile[84]. Les chevaux à sang froid regroupent aussi quelques races de poneys comme le Fjord[13].

Le demi-sang moderne est grand, mais agile et athlétique.

Les demi-sang (ou Warmblood) comme le Selle français, le Hunter irlandais, le Trakehner ou le Hanovrien, sont à l'origine des montures produites pour l'armée et issues du croisement de cheptels locaux à sang froid avec des chevaux à sang chaud, comme l'Arabe ou le Pur Sang, afin d'obtenir un cheval ayant davantage de raffinement que le cheval de trait, mais aussi une plus grande taille et un tempérament plus calme que les chevaux de sang[85]. Certains poneys demi-sang ont été développés par croisement des cheptels locaux avec des chevaux de sang, par exemple le Connemara[86]. Désormais, les termes « demi-sang » et « warmblood » tendent à désigner un type spécifique de races qui dominent les sports équestres olympiques du dressage et du saut d'obstacles depuis les années 1970. Avant cette date, le terme français (demi-sang) désignait tout croisement entre une race dite à sang froid et une race dite à sang chaud. Parfois, ce terme est utilisé pour faire référence à des races de chevaux légers autres que les Pur Sangs[87].

Intelligence et apprentissage

Au début du XXe siècle, Hans le malin le cheval « intelligent », a défrayé la chronique. Il interprétait en réalité les mouvements subtils de son public.

Par le passé, les chevaux ont souvent été considérés comme des animaux stupides et incapables d'abstraction, soumis à leur seul instinct grégaire. Depuis le début du XXe siècle, des études (et des faits comme l'affaire Hans le malin) ont mis en évidence leurs facultés cognitives dans la résolution d'un certain nombre de tâches quotidiennes, incluant la recherche de nourriture et la gestion de l'organisation sociale. Les chevaux sont également doués de bonnes habilités de visualisation spatiale[88]. Ils sont capables de reconnaître les humains qui les cotoient (et de se reconnaître entre eux) à partir du simple son d'une voix ou des traits d'un visage[89].

Ils font preuve d'intelligence dans la résolution de problèmes, sont doués de facultés d'apprentissage et retiennent les connaissances qu'ils ont acquises. Leurs résultats sont excellents en apprentissage simple, les chevaux sont aussi capables de résoudre des problèmes cognitifs avancés qui impliquent la catégorisation et l'apprentissage de concepts. Ils répondent bien à l'habituation, à la désensibilisation, au conditionnement pavlovien et au conditionnement opérant. Leur renforcement peut être positif comme négatif. Une étude suggère même que les chevaux sont capables de compter jusqu'à quatre[90].

Les chevaux domestiques tendent à savoir résoudre des problèmes plus complexes que les chevaux sauvages, parce qu'ils vivent dans un environnement artificiel qui inhibe leur comportement instinctif tout en apprenant des tâches non-naturelles[88]. Les chevaux sont, de manière générale, très sensibles aux habitudes. Ils répondent et s'adaptent bien mieux lorsque les mêmes routines et techniques sont utilisées de manière cohérente. Certains formateurs estiment que l'« intelligence » des chevaux est un reflet de celle de leur formateur, qui utilise efficacement les techniques de conditionnement et de renforcement positif pour former chaque animal à la manière qui correspond le mieux à ses inclinations naturelles. D'autres personnes qui travaillent régulièrement avec des chevaux notent que la personnalité peut aussi jouer un rôle pour déterminer comment un animal donné répond à des expériences diverses[91].

Santé

Radiographie d'une fourbure, avec le basculement de la troisième phalange du pied.
Article détaillé : Maladies des équidés.

À l'état sauvage ou domestique, le cheval peut-être affecté par des parasites et des maladies telles que le tétanos, la grippe équine[92], la rage[93], la gourme, différentes affections respiratoires (emphysème…) et l'anémie infectieuse des équidés[94]. L'une des maladies les plus « classiques » chez le cheval est la fourbure, qui peut avoir différentes causes et se traduit par de vives douleurs au niveau des pieds[95]. La myoglobinurie, ou « maladie du lundi », et le « coup de sang » affectent les chevaux mis au travail dans de mauvaises conditions[96]. Les coliques, des troubles du système digestif, sont particulièrement dangereuses et difficiles à soigner et à prévenir, rendant nécessaire un contrôle strict de l'alimentation du cheval domestique[97]. Les maladies cardiaques, circulatoire, nerveuses, et les « tics d'écurie » n'affectent que les chevaux domestiques dans certaines conditions[98]. Les déformations permanentes du corps du cheval sont appelées des tares[99]. Toute affection de la locomotion est nommée boiterie, les causes possibles en sont nombreuses[100]. Le cheval craint également certains insectes comme le taon[101].

Le cheval est sensible à divers parasites, dont du tube digestif, qu'il acquiert en mangeant (strongles, ascaris…)[94]. D'autres parasites causent la gale et des mycoses, et les tiques peuvent lui transmettre la piroplasmose et divers parasites dont des Borrelia responsables de la maladie de Lyme[95].

Le cheval et l'homme

Spectacle de cirque avec des chevaux, en Italie.
Extrait du Larousse du cheval, 1983

En l'espace d'une génération, la civilisation du cheval vient de disparaître. Une civilisation quasi-universelle, dont l'origine se perd dans les millénaires, vient de mourir sans bruit, discrètement. [...] Il s'agit là d'une rupture décisive et irréversible dans l'histoire des sociétés[102].

L'alliance de l'homme et du cheval, animal qui a sans doute le plus marqué l’histoire et les progrès de l'humanité[103], dure plusieurs millénaires[104] durant lesquels le cheval devient l’auxiliaire favori de l'homme[105] pour le transport, la guerre et le travail. La première rencontre remonte peut-être à un million d'années, voire davantage, mais ces rapports demeurent ceux du prédateur et de la proie jusqu'à la domestication[106]. Le lien entre le cheval et l'homme est basé sur l'utilisation de la force musculaire de l'animal, au service des besoins humains[107]. Cette « exceptionnelle » association contribue significativement à l'évolution de la société, et se transforme radicalement au cours du XXe siècle dans la plupart des pays développés[106]. La place symbolique du cheval est restée, à travers un grand nombre d'expressions populaires et l'utilisation de l'unité cheval-vapeur[107].

Domestication

Article détaillé : Domestication du cheval.

La date de -4500, dans l'actuel Kazakhstan[108] est la plus largement reconnue quant à la domestication du cheval. Au sein de la culture Botaï, des traces d'attelage et de collecte de lait de jument ont été retrouvées[109]. D'autres théories la situeraient au VIIe millénaire av. J.‑C. dans la péninsule Arabique[110], au sud de la Russie, dans la Roumanie, ou en Ukraine vers le IVe millénaire av. J.‑C., pour l'hypothèse kourgane[111]. Le linguiste Winfred P. Lehmann soutient que le cheval est domestiqué depuis le VIIIe millénaire av. J.‑C., près de la mer Noire[112]. Une preuve irréfutable est l'utilisation de chariots funéraires dans la culture d'Andronovo, vers le IIe millénaire av. J.‑C.[113].

La domestication est aussi étudiée sur la base de la comparaison entre le matériel génétique des chevaux actuels et celui des os et des dents de chevaux trouvés au cours de fouilles archéologiques et paléontologiques. Les variations constatées au niveau du matériel génétique semblent montrer qu'un nombre très réduit d'étalons sauvages, et par contre un nombre élevé de juments sauvages, seraient à l'origine du cheval domestique[114],[115],[116],[117],[118]. En effet, il y a très peu de variabilité génétique au niveau du chromosome Y, transmis de mâle en mâle (lignée paternelle), alors que la variabilité de l'ADN mitochondrial, transmis par les mères (lignée maternelle) aux petits de tous les sexes, est très importante[114],[115],[116],[117],[118].

Il existe aussi des variations régionales dans l'ADN mitochondrial, dues à l'inclusion a posteriori de juments sauvages parmi des hardes déjà domestiquées[116],[117],[118],[119]. Une autre conséquence de la domestication est une augmentation de la variabilité des robes[120], chez le cheval, notamment entre 5000 et 3000 ans avant notre ère[121].

Antiquité

Article détaillé : Cheval dans l'Antiquité.
Mosaïque romaine d'une course de char, Sicile, IIIe/IVe siècle
Statère en électrum de Zeugitane représentant un cheval debout

En Europe, les Grecs, Romains et Byzantins utilisaient le cheval pour la guerre, les communications, le transport mais aussi les courses de chars[122]. De leur côté, les Celtes vénéraient Épona, déesse des chevaux, dont le culte nous a été transmis du fait de son adoption par les troupes équestres romaines. Au Moyen-Orient, certaines tribus Perses semblent avoir sélectionné les pur-sang arabes[123][réf. souhaitée], chevaux du désert, robustes et élégants, ils inventent aussi le polo. Lorsque les Hyksôs envahissent l'Égypte au XVIIe siècle av. J.-C., les Égyptiens n'utilisaient les chevaux que pour des tâches civiles. La cavalerie, qui fera la puissance des pharaons du Nouvel empire, était alors du côté de l'ennemi et sera un facteur déterminant dans la défaite égyptienne. En Afrique, la cavalerie numide est une unité importante des armées carthaginoises lors des guerres puniques tandis que la cavalerie romaine était réputée médiocre.

En Asie, le plus ancien char hippomobile à nous être parvenu intact provient de la tombe de l'empereur Chinois Wu Ding, mort en 1118 av. J.-C. Le cheval était peu utilisé comme animal de trait dans l'agriculture mais les Chinois seraient à l'origine du collier d'épaule. Ils utilisèrent l'étrier au VIe siècle av. J.-C., la cavalerie formant le gros des troupes chinoises. Le cheval (馬) sert de moyen de transport et de communication (coursier). Quand le jeu de polo perse arriva à la cour de l'empereur, tout le monde s'en éprit. Les Chinois ne faisant pas d'élevage permanent des chevaux, ces derniers restaient un produit de luxe importé du Moyen-Orient.

Au Japon, le cheval sert d'animal de combat, de coursier et au transport de marchandises, mais dans ce dernier cas il est guidé par des hommes à pied[réf. souhaitée], ce qui limite son potentiel. Des peuples d'Asie ont développé une unité militaire originale qui est l'archer à cheval.

Moyen Âge

Article détaillé : Cheval au Moyen Âge.
Joute bavaroise du XVe siècle
Arrivée des croisés à Constantinople

Au Moyen Âge, des types spécifiques d'animaux sont développés. Le destrier est le plus connu, à travers l'image d'un énorme animal bardé de fer associé à son chevalier en armure complète, mais la réalité historique est plus nuancée[124]. Les prestigieuses et puissantes montures de guerre portent le chevalier en armure, son armement, une large selle et son caparaçon[125],[126]. Le coursier, plus rapide, est également utilisé pour la guerre[127]. Les chevaux de prestige et de parade, dits « palefrois », sont réputés très coûteux[128], tout comme la haquenée, jument des dames fortunées. Le Roussin, de moindre valeur, sert occasionnellement de monture aux chevaliers les plus pauvres ou de cheval de bât[127]. L'utilisation des chevaux de traction est accrue par la diffusion du collier d'épaule en Europe au XIIe siècle, permettant au cheval de trait de remplacer avantageusement le bœuf dans les exploitations agricoles[129]. Les chevaux médiévaux sont nommés d'après leur lieu d'origine, par exemple « cheval espagnol », mais ce terme se référait peut-être à plusieurs races[130]. D'importants progrès technologiques, comme l'amélioration des selles, l'arrivée de l'étrier, du collier d'épaule et du fer à cheval permettent des changements capitaux dans l'équipement équestre, pour la guerre et l'agriculture. L'Église interdit l'hippophagie en 732[128].

Au Moyen-Orient, les chevaux portent les cavaliers Islamiques jusqu'en Espagne et des échanges culturels ont lieu à l'occasion des croisades et des invasions maures. Huit croisades, entre 1097 et 1300, font se rencontrer deux cultures équestres radicalement différentes, les chevaliers chargeant lourdement et essayant de désarçonner leurs adversaires, les Bédouins cherchant à tailler l'ennemi en pièce[131]. En Asie, la cavalerie est la principale force des armées mongoles et tartares.

Renaissance et temps modernes

Les académies d'équitation privilégient le dressage du cheval. Ici un travail sur deux piliers
Article détaillé : Cheval à la Renaissance.

À l'arrivée de la Renaissance, l'invention de la poudre à canon entraîne la fin de la cavalerie lourde et une nouvelle sélection du cheval de guerre. Des académies d'équitation sont créées, d'abord en Italie, pour obtenir des chevaux plus maniables[125]. L'école espagnole de Vienne est construite dès 1572, et les Habsbourg fondent le haras berceau d'élevage du Lipizzan à Lipica en 1580[132].

L'idée de mieux sélectionner les chevaux de guerre fait son chemin sous François Ier, et le 17 octobre 1665, Colbert ordonne la création des haras nationaux. Au XVIIIe siècle, la création de haras, d'écuries et d'écoles de dressage renforce la renommée des chevaux royaux, devenus plus légers et plus souples. À la veille de la Révolution française, l'État possède quinze haras nationaux et près de 750 reproducteurs. Ces haras sont supprimés par l'assemblée constituante en 1790[133].

Les Anglais croisent des chevaux pur-sang arabes et Barbes avec leurs espèces indigènes pour créer les Pur Sangs, fameux chevaux de course. Les premiers colons espagnols réintroduisent le cheval Barbe et andalou dans les deux continents américains. L'espèce y avait disparu depuis plus de huit millénaires. En 1519, Les conquistadores d'Hernán Cortés amènent avec eux onze chevaux et six juments[134] qui deviennent les premiers ancêtres des mustangs. Les Amérindiens n'ayant jamais vu ces bêtes, les conquistadores remportent de nombreuses batailles en passant pour des divinités. Cortez aurait déclaré : « Nous devons notre victoire à Dieu et à nos chevaux ». L'animal se répand rapidement, surtout en Amérique du Nord. Durant la conquête de l'Ouest, plusieurs centaines de milliers de chevaux sauvages peuplent le continent. Au XVIIIe siècle, les Amérindiens élèvent de grandes hardes de chevaux dont le nombre total dépasse les cent cinquante mille individus[réf. nécessaire]. À partir de ces mustangs dressés émergent la plupart des races américaines. Les Indiens Nez-Percés opèrent des sélections à partir des mustangs pour obtenir l'appaloosa.

Voir aussi

Dans le calendrier républicain, le Cheval était le nom donné au 5e jour du mois de vendémiaire[135].

Époque contemporaine

Article détaillé : Haras sous le Premier Empire.
Napoléon Ier avec ses généraux. Peinture de Ludwig Elsholtz, 1845.

Les chevaux jouent un rôle indispensable dans les conquêtes napoléoniennes, et les pur-sang arabes sont des montures de choix pour la cavalerie. Au XIXe siècle, des programmes d'élevage transforment les races équines locales et en créent de nouvelles pour les besoins de la cavalerie, parallèlement, de puissantes races de chevaux de trait sont sélectionnées. L'arrivée successive du chemin de fer, des transport motorisés et du tracteur agricole signent le glas de la traction hippomobile au cours du XXe siècle dans la plupart des pays développés[107].

Les cavaliers évoluent : militaires, agriculteurs, voyageurs et marchands laissent leur place aux cavaliers de loisir, souvent des citadins à la recherche de sensations et d'un contact avec la nature, et de sport. Parallèlement, l'équitation où dominait le machisme à l'époque militaire, se féminise totalement[107]. Désormais, seuls les peuples cavaliers, et notamment les Mongols dont les enfants apprennent toujours à monter avant de savoir marcher, prouvent encore à quel point l'utilisation du cheval a été primordiale et déterminante dans l'histoire de l'humanité[106].

Activités liées au cheval

Articles détaillés : Métiers équestres et Équitation.

De très nombreux métiers existent autour du cheval[136]. Les deux principales utilisations historique du cheval sont celle de monture pour un cavalier, et celle d'animal de traction. Ces deux objectifs donnent lieu à une classification entre le cheval de selle et le cheval de trait. Les cavaliers professionnels, jockeys et drivers montent des animaux en compétition, les moniteurs et accompagnateurs instruisent les nouveaux cavaliers et organisent les randonnées. Les éleveurs font naître et commercialisent des chevaux. Les cavaliers de spectacle, entraîneurs, marchands de chevaux, vendeurs, loueurs d'équidés et la filière de la boucherie travaillent au quotidien avec ces animaux. Certains métiers sont spécialisés dans les soins : les maréchaux-ferrants s'occupent de la ferrure et des sabots, les palefreniers des soins quotidiens, les vétérinaires et dentistes équins des soins plus lourds. Des métiers annexes concernent la confection et la vente d'outils et d'instruments spécialisés : les selliers-bourreliers confectionnent les selles et les brides.

Élevage et commerce

Article détaillé : élevage équin.

L’élevage de chevaux emploie environ 47 000 professionnels en France[137], dont 11 000 élèvent des chevaux de trait et n'ont souvent que deux ou trois juments.

Il existe trois filières pour le commerce des chevaux. La première est liée au monde des courses. Les chevaux naissent dans des haras spécialisés dans la sélection. Ils peuvent être mis en vente aux enchères, vendus et placés par leur propriétaire dans des haras qui se chargeront de les entraîner et de les faire courir. Après leur carrière, ils sont destinés ou non à la reproduction en fonction des résultats. Au milieu des années 2000, la valeur en France d'un foal destiné au galop de niveau moyen était de 25 000 € et 30 000 € en moyenne, mais entre 10 000 € et 20 000 € pour un trotteur. Les gains générés par les victoires aux courses peuvent être substantiels. Par exemple, le cheval appelé « Lawman » vendu yearling à un prix de 75 000 € en 2005 a rapporté 1 858 000 € à son propriétaire en 2007. Certains investisseurs créent des sociétés pour les acquérir et louent des places dans les haras pour les entraîner et les faire courir. Les meilleurs chevaux de plat se négocient à plusieurs millions d'euros.

Un cheval sans pedigree peut valoir moins de 1 000 € pour ces deux filières, parfois même des chevaux jugés mauvais sont vendus aux prix de la masse de viande (150 à 500 €) ; mais un cheval sans pedigree peut aussi être vendu à un prix aussi élevé qu'un cheval de grande filiation si on a détecté en lui de très grandes capacités.

La troisième filière concerne les animaux destinés au loisir, au tourisme ou aux travaux. Elle est plus traditionnelle et moins formalisée. Pour les mâles aux résultats sportifs remarquables, la semence pour l'insémination artificielle est une source de revenus non négligeable. Les chevaux des trois filières peuvent terminer leur vie aux abattoirs et être donc cédés à moins de 800 € en 2007. La vente pour cette fin est, selon certaines sources, essentielle à la pérennisation de l'activité des petits éleveurs et donc du maintien de la diversité.[réf. nécessaire]

Soins

Un vétérinaire prenant une Radiographie d'un antérieur

La valeur économique et affective des chevaux expliquent la diversité des soins qui leur sont prodigués, et les sommes que certains propriétaires peuvent dépenser pour leur cheval. Les palefreniers et les maréchaux-ferrants s'occupent de l'alimentation et des soins aux chevaux. Ces soins sont à pratiquer au quotidien (comme le pansage), ou en fonction des conditions climatiques, comme la tonte ou la douche. Les pieds doivent aussi faire l'objet d'un soin tout particulier. Ces derniers sont en effet graissés, parés et ferrés, si le travail quotidien de l'animal le nécessite. Lors de concours ou de compétitions, il peut aussi être amené à recevoir un toilettage particulier qui peut être complété par des nattes, voire, dans certains cas de rubans. Enfin l'entretien des boxes et des pâtures participe au bien-être des chevaux et à leur santé.

En 2004, 262 vétérinaires sont spécialistes équins en France[138]. Il existe également une recherche dans le domaine de la génétique équine. D'autres professions concourent aux soins médicaux. Les dentistes équins ont pour activité principale le limage des dents car celles du cheval poussent tout au long de sa vie. Les ostéopathes équins pratiquent une thérapie manuelle en appliquant les mêmes principes que l'ostéopathie pour l'homme. Les maréchaux-ferrants orthopédistes soignent certaines pathologies du pied en mettant des ferrures orthopédiques. Les palefreniers-soigneurs s'occupent des soins légers.

Il existe plusieurs techniques de relaxation telles que l'aromathérapie et la massothérapie. L'aromathérapie consiste à traiter un cheval à base d'huiles essentielles. L'aromathérapie est la base de la massothérapie. Dans cette dernière, on utilise souvent les huiles essentielles pour effectuer les massages. Dans le soin des blessures des jambes, l'hydrothérapie peut être utilisée, soit par massage par jet d'eau ou en faisant nager le cheval.

Hébergement

Les conditions de vie imposées aux chevaux en écurie ne sont pas toujours en adéquation avec leurs besoins physiques et sociaux, en raison de l'enfermement et de l'isolement. Le cheval étant une proie à l'état sauvage, il stresse s'il est enfermé. De plus, il doit disposer d'un espace permettant d'exprimer certains de ses comportements naturels, comme voir et toucher ses congénères, se rouler sur le sol et se coucher, choses impossibles dans une stalle ou un box trop étroits. Les chevaux domestiques qui vivent en collectivité sont plus équilibrés que ceux qui vivent isolés. L'enfermement ou tout environnement ne correspondant pas à ces besoins peut conduire à l'apparition de troubles comportementaux, les vices d'écurie[139].

Castration
Article connexe : Hongre.

La castration du cheval est pratiquée pour réduire leur agressivité, et favoriser la vie en groupe. Un étalon (mâle agréé à la reproduction) ou un entier (mâle non castré) peuvent être difficiles à contrôler en présence de juments en chaleur. Les chevaux de centre équestre sont en principe castrés vers l'âge de 2 ans. Les entiers et les étalons sont plus musclés que les hongres, leur encolure est notamment beaucoup plus développée. Ils ont aussi davantage de prestance.

Travail et moyen de transport

Cours de labour à Beaune

Le cheval est historiquement un animal de travail permettant le transport de passagers et la traction de matériel agricole. Il est encore très utilisé comme moyen de transport dans de nombreux pays du globe, pas seulement dans les pays en voie de développement, mais aussi dans certaines communautés ayant refusé le progrès, comme chez les amish. Dans les pays développés, on peut encore circuler avec lui, monté ou attelé, sur la voie publique pour des promenades ou randonnées par exemple. En ce sens, chevaux et cavaliers sont soumis aux règles du code de la route, lesquelles peuvent varier selon les pays[140].

Au cours du XXe siècle, le cheval a été délaissé dans les pays développés par suite de la motorisation. Il disparait du paysage des villes face à la montée de l'automobile. Paris hébergeait plus de 50 000 chevaux au début du XXe siècle, dont environ 10 000 dédiés aux transports publics. De nos jours, cette ville reste une des grandes capitales européennes où la circulation à cheval est interdite sauf par dérogation. Certaines races de cheval de trait ont failli disparaître avec la fin du halage et la mécanisation de l'agriculture.

Certaines utilisations traditionnelles du cheval ont toujours continué par tradition plus que pour des raisons économiques comme la surveillance de troupeaux en Camargue. En France, après avoir été délaissé en tant qu'outil de travail, le cheval est de nouveau employé dans de nombreuses tâches dans le cadre d'une société qui se veut davantage sensible à l'écologie. Le cheval passe dans des endroits difficilement accessibles au tracteur et n'endommage pas le sol. Le débardage est en développement grâce à un bon rapport rendement/coût dans certaines configurations de terrain. Exemple de lieux de débardage en France : bois de Vincennes (Paris), parc de La Courneuve (La Courneuve, Seine-Saint-Denis), parc de Saint-Cloud (Saint-Cloud, Hauts-de-Seine), etc. Longtemps associé à une image de sous-développement, le labour du sol par traction équine reprend de l'ampleur en particulier en viticulture. Cette pratique est tout particulièrement respectueuse des terroirs en limitant les tassements de sol dus au poids des engins agricoles motorisés, elle s'inscrit donc idéalement dans une démarche de développement durable[141].

Le cheval est utilisé par des unités de recherche et de sauvetage aux victimes au Canada. Le ramassage des ordures avec un cheval de trait est une utilisation anecdotique, mais réelle comme à Trouville (Calvados, France).

Utilisation militaire

Police montée anglaise
Article détaillé : Rôle du cheval dans la guerre.

Outre la traditionnelle Garde républicaine qui, outre ses missions de représentation, assure des patrouilles montées dans des massifs forestiers ou jardins, il existe un renouveau des unités montées de police ou de gardien d'espaces verts. Un agent à cheval a une capacité de déplacement accrue, bénéficie d'une vision haute et dégagée, inspire le respect et rentre plus facilement en contact avec la population par l'intermédiaire de sa monture. Exemples de police montée : Gendarmerie royale du Canada (GRDC ou GRC), police montée à La Courneuve (Seine-Saint-Denis, France), à Orléans (Loiret, France), etc.

Équitation éthologique

Cheval de dressage sur une reprise

L'équitation éthologique est une méthode pédagogique de dressage nouvelle s'inspirant largement de l'éthologie équine. Certains dresseurs de chevaux s'en réclament et donnent des cours de « dressage éthologique ». Ces dresseurs, les nouveaux maîtres, sont les disciples français des « chuchoteurs », traduction littérale de leur appellation anglaise, horse whisperers. Les pionniers sont les américains Ray Hunt, Pat Parelli, Monty Roberts, Buck Brannaman, ainsi que les frères Bill et Tom Dorrance[142].

Thérapie

Article détaillé : Hippothérapie.

Certaines associations utilisent le cheval comme un intermédiaire qui contribue à la thérapie de personnes souffrant d'un handicap physique ou mental ou qui sont déstructurées socialement. Les mouvements du cheval contribuent à fortifier les muscles et l'équilibre du cavalier. Ce dernier est astreint à faire preuve d'attention et de raisonnement. Le cheval est également utilisé sans être monté. La thérapie consiste alors pour le patient à entrer en contact avec un animal et à interagir avec lui. Comme dans toutes les zoothérapies, l'animal est un catalyseur social permettant par exemple de faire parler des vieillards qui ne parlaient plus depuis des années. Le pansage du cheval permet aussi de revalider autant que possible des articulations fatiguées. Ces associations nécessitent des compétences diverses comme des infirmiers, des médecins, des kinésithérapeutes, des assistants sociaux, des éducateurs, des moniteurs d'équitation et des chevaux adaptés à leur activité[143].

La Fédération Française d'Équitation(FFE) organise désormais des concours paraéquestre de dressage et d'obstacle grâce à une réglementation adaptée aux cavaliers handicapés[144].

Il existe même des championnats nationaux et internationaux tirant la pratique vers des niveaux impressionnants.[réf. souhaitée]

Sport et loisir

Concours de saut d'obstacles
Articles détaillés : équitation, sport équestre et sport hippique.

De nos jours, le cheval est généralement utilisé monté (équitation), pour le loisir (pony-games, balades et randonnées), dans les sports équestres (dressage, saut d'obstacle, hunter, cross, concours complet, voltige, TREC, équitation western), dans les sports hippiques et comme animal de spectacle. Il est aussi utilisé attelé que ce soit en loisir ou en sport. Le cheval est aussi parfois apprécié comme animal de compagnie. Il existe aussi des jeux par équipe : polo, polocrosse et horse-ball. Certains passionnés pratiquent et développent une équitation originale telle les joutes équestres, reproduction sécurisée des joutes médiévales ou encore le tir à l'arc à cheval, le yabusame. Depuis 2009, l'équitation représente le troisième sport français en nombre de licences[145],

Production de biens de consommation

Articles détaillés : Viande de cheval et Hippophagie.

La viande de cheval est une viande rouge appréciée dans certains pays mais considérée comme taboue dans d'autres, dont le Royaume-Uni et les États-Unis, et dans une moindre mesure la France. Cette aversion de l'hippophagie provient de son interdiction par les papes Grégoire III en 732 et Zacharie en 751, mais aussi du statut du cheval, proche désormais de l'animal de compagnie. En 2005, 24 460 tonnes de viande chevaline sont consommées en France, et il existe environ 1 000 boucheries spécialisées[146].

Le cuir, le crin, le lait et l'urine du cheval sont également utilisés.

Le cheval dans la culture

Le cheval à bascule, un jouet pour enfants inspiré du cheval.
Articles détaillés : Cheval dans la culture et Symbolique du cheval.

Depuis ses premières représentations sur les parois des grottes préhistoriques (telles que la grotte de Lascaux), le cheval est présent dans la culture humaine. Cette présence concerne aussi bien mythes, légendes et religions que les œuvres d'art, des jeux et des jouets ou encore la fiction. Nombre de peuples indo-européens, tels les Germains et les Celtes[147], développent des cultes et des rituels liés au cheval et à son sacrifice. De par sa proximité historique avec la vie de l'homme, le cheval donne de nombreux idiotismes animaliers dont des expressions sont encore utilisées, comme « Prendre le mors au dents » ou encore « Un remède de cheval » dans la langue française. Sa puissance de traction continue d'être utilisée comme référence pour les moteurs, avec les unités du cheval-vapeur et du cheval fiscal.

Étymologie

La racine indo-européenne du mot « cheval » est *h₁éḱwos, tous les termes issus de la langue indo-européenne primitive pour désigner le cheval en dérivent[148], tel le latin classique equus[149] et le sanskrit ásva[150]. Le terme « cheval » dérive du latin populaire caballus et désigna d'abord un « mauvais cheval », puis un hongre et, populairement, un « cheval de travail »[2]. Ce mot dont l'usage est attesté au IIe siècle est probablement d'origine gauloise[151] et remplace, sans doute avant le milieu du IIIe siècle[Note 4], le classique equus[152]. Les principaux dérivés du mot « cheval » sont « chevalier », « chevalière », « chevalerie », « chevaucher », « chevalet », « cavale », « cavalier », « cavalerie » et « cavalcade ».

D'autres termes savants liés au cheval sont empruntés au grec ancien ἵππος (híppos), d'où l'adjectif « hippique » ou le terme « hippodrome ». Cette racine grecque se retrouve aussi dans le prénom « Philippe » (qui aime les chevaux), « Hippolyte » (qui délie les chevaux), « hippocampe » (cheval cambré), et hippopotame (cheval du fleuve)[152]. Le latin equus est lui aussi issu de cette racine indo-européenne, à l'origine des termes comme « équidés », « équitation » et les adjectifs « équestre » et « équin »[153].

Chez les Amérindiens, le cheval est parfois désigné sous le nom de « grand chien »[154]. Le caractère sigillaire montre un œil et la crinière du cheval dans sa partie supérieure, et la partie inférieure ses membres et sa queue.

De nombreux termes familiers, péjoratifs ou anciens désignent aussi le cheval. Parmi les termes péjoratifs figurent notamment « bidet », « bourrin », « canasson », « carne », « rosse » et « haridelle »[155].

Croyances

Le cheval est très présent dans les mythes, légendes et religions. La mythologie grecque connaît le fameux cheval ailé Pégase, les Centaures mi homme et mi-chevaux, les cavales de Diomède carnivores ou encore le Cheval de Troie. Les peuples celtes lui accordent une grande place à travers des déesses comme Épona. Certaines croyances perdurent jusqu'à nos jours, comme celle de la Kelpie, cheval aquatique du folklore écossais qui transporte ses victimes dans l'eau. La mythologie nordique mentionne aussi un très grand nombre de chevaux dans les Eddas et les sagas, dont Sleipnir, l'étalon à huit jambes du Dieu Odin. Un signe zodiacal chinois correspond au cheval. En Inde, l'un des avatars de Vishnou est le cheval blanc et cet animal est lié à Indra, divinité de la guerre. Dans le légendaire coréen, Chollima est un cheval ailé, trop rapide pour être monté.

Dans la religion chrétienne, les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse montent chacun l'un des quatre chevaux apparus à l'ouverture des quatre sceaux. Au Moyen Âge, l'image du cheval réapparaît à travers la licorne, animal fantastique et christique possédant une longue corne sur le front. Saint Georges, martyr chrétien, est souvent représenté à cheval en train de terrasser un dragon. Selon certains contes arabes, Allah a créé le cheval à partir d'un poignée de vent du désert[156]. Les chevaux jouent un rôle important dans tous les textes fondateurs arabes. Ainsi, Al-Bouraq, dont le nom signifie « éclair », est le cheval ailé à tête de femme et queue de paon sur lequel Mahomet, guidé par l'archange Gabriel, voyage de nuit de La Mecque à Al-Aqsa (la mosquée lointaine) au cours du Miraj.

Arts, littérature et œuvres audiovisuelles

Cheval effrayé d'Eugène Delacroix.
Articles détaillés : Cheval dans l'art et Cheval dans la fiction.

Le cheval est très représenté dans l'art[157]. De nombreux peintres comme Théodore Géricault et George Stubbs se sont pris de passion pour cet animal. Son intérêt militaire a fait de la statue équestre un genre particulier, représentation hagiographique d'un chef d'État, chef militaire ou héros. La plus ancienne encore intacte est celle de Marc Aurèle à Rome. La plus grande connue est celle du cheval de Léonard. Le cheval est aussi célébré en poésie, dans des chansons dites populaires, ou encore en photographie.

Don Quichotte et sa jument Rossinante.

Compagnon constant des héros, le cheval est plus rarement mis en scène pour lui-même. Ainsi, la jument Rossinante de Don Quichotte et à l'époque contemporaine, Jolly Jumper (la monture de Lucky Luke), le Tornado de Zorro ou encore Gripoil (en version originale ShadowFax), cheval de Gandalf dans Le Seigneur des anneaux accompagnent essentiellement leur maître en lui servant de monture.

Au XIXe siècle, l'anglaise Anna Sewell créé le premier roman animalier avec Black Beauty, narré par le cheval lui-même. Le film Crin-Blanc met aussi un étalon de Camargue libre au centre de l'œuvre dont il donne le titre. Le Cheval venu de la mer, film irlandais de Mike Newell, met en valeur l'importance de l'animal en Irlande et dans les croyances populaires. La série de romans L'Étalon noir raconte les aventures de Black, grand crack de course, et d'Alec son jeune jockey. Elle donne plusieurs films ainsi qu'une série télévisée.

Les aventures de la jument Flicka sont racontées dans les romans de Mary O'Hara, Mon amie Flicka, Le Fils de Flicka et L'Herbe verte du Wyoming. Monsieur Ed, le cheval qui parle (Mister Ed), est le héros d'une série télévisée populaire des années 1960. L'Homme qui murmurait à l'oreille des chevaux, best-seller de Nicholas Evans a donné le film de Robert Redford, l'un des plus grand succès cinématographiques autour du cheval. Ce film est en grande partie responsable du succès de l'équitation éthologique dans les pays occidentaux. Le film Hidalgo conte l'histoire d'un mustang qui participe à une grande course en Arabie.

Chevaux célèbres

Certains chevaux sont passés à la postérité. Ils peuvent l'être grâce à la notoriété de leur propriétaire, d'autres ont brillé par leurs performances. Quelques-uns possèdent des particularités physiques remarquables. Le pharaon Ramsès II parle longuement de ses deux chevaux d'attelage favoris[158]. Durant l'Antiquité grecque, Bucéphale, le cheval d'Alexandre le Grand, est entré dans la légende car réputé indomptable parce qu'il avait peur de son ombre. Seul son maître aurait pu le monter[159]. Sous l'Empire romain, le cheval Incitatus a été nommé consul par Caligula[160]. Le Cid aurait demandé à monter pour la dernière fois son cheval blanc Babieca au combat, alors qu'il était mortellement blessé[161]. Le cheval de Mazeppa, « bourreau malgré lui », devient une figure récurrente du romantisme[162].

Roan Barbary, cheval du roi Richard II d'Angleterre. Old Billy, le plus vieux cheval, né en 1760 et mort le 27 novembre 1822, à l'âge de 62 ans[163]. Nickel, Le Vizir et Marengo, chevaux de Napoléon Ier. Serko, cheval ayant traversé 9 000 km dans l'Empire russe en deux cents jours et qui a inspiré un roman et un film. Isham, cheval blanc de Buffalo Bill. Iris XVI, cheval du maréchal Leclerc et fusillé pendant la Seconde Guerre mondiale pour acte de résistance car il a tué un officier allemand.

Chevaux de course

Article détaillé : Liste de chevaux de course.
Statue de Seabiscuit devant l'hippodrome de Santa Anita en 1942

Bellino II, première grande star du trot français, au palmarès exceptionnel (3 Prix d'Amérique, 3 Prix de Cornulier, 3 Prix de Paris…)[164]. Général du Pommeau, qui a disputé les plus grandes courses françaises et européennes. À Vincennes, sa plus grande victoire reste le Prix d'Amérique de l'an 2000, remporté dans la réduction kilométrique de 1 min 12 s 60 centièmes. Ourasi, quadruple vainqueur du Prix d'Amérique (record)[165]. Varenne, record du monde des gains pour un trotteur (6 035 666 €)[166]. Jag de Bellouet, record des gains pour un trotteur français (4 223 699 €)[167]. Persik, prestigieux étalon qui a gagné un nombre impressionnant de courses d'endurance et père de nombreux gagnants en raids nationaux et internationaux, mort à 32 ans le vendredi 24 août 2001. Seabiscuit, cheval américain de course dont les victoires inattendues ont redonné l'espoir à des millions de personnes durant la Grande Dépression.

Chevaux de sport

Jappeloup de Luze, médaillé d'or de saut d'obstacles aux Jeux olympiques de Séoul en 1988 sous la selle de Pierre Durand. Milton, cheval de John Whitaker, au palmarès exceptionnel et considéré par beaucoup comme le meilleur cheval de saut d'obstacles de tous les temps. Huaso, pur-sang chilien détenteur du record du monde de hauteur en saut d'obstacles depuis 1949 avec 2,47 m.

Chevaux de spectacle et autres

Certains chevaux accèdent à la célébrité grâce au spectacle ou à un physique particulier, comme Stormy, une femelle zébrule issue du croisement d'un zèbre et d'un cheval, dressée grâce aux méthodes éthologiques d'Andy Booth, ou encore Tritonis, le plus grand pur-sang anglais, mort en septembre 1990 à l'âge de sept ans, qui mesurait 1,98 m et pesait 950 kg[163]. Templado est un cheval lusitanien du spectacle équestre Cavalia, réputé pour son allure et son immense crinière, et Zingaro, un cheval frison noir ayant appartenu à Bartabas, qui a donné son nom à la troupe. Black Beauty est le cheval ayant joué dans la série Les Aventures de Prince Noir.

Notes et références

Notes

  1. Il s'agit de Thumbelina, jument miniature américaine.
  2. Il s'agit de Sampson, cheval anglais de race Shire.
  3. Comme Genequs, qui comptait en 2007 plus de 210 000 chevaux toutes races confondues, et qui remonte pour les plus anciennes inscriptions à 1764.
  4. Le roumain cal renvoie évidemment à caballus. Or la séparation linguistique de la Dacie avec le reste de l'Empire romain date de 271 après J.-C.

Références

  1. Définitions lexicographiques et étymologiques de « Hippologie » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales.
  2. a et b Définitions lexicographiques et étymologiques de « Cheval » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  3. Jean Guillaume, Ils ont domestiqué plantes et animaux: Prélude à la civilisation, éditions Quae, 2011, (ISBN 2759208923 et 9782759208920), p. 203.
  4. Définitions lexicographiques et étymologiques de « jument » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales.
  5. Définitions lexicographiques et étymologiques de « poulinière » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales.
  6. Sevestre et Rosier 1983, p. 101.
  7. (en) Craig Glenday, Guinness World Records 2008, Bantam Books,‎ 2008, 640 p. (ISBN 9780553589955, présentation en ligne).
  8. Sevestre et Rosier 1983, p. 47
  9. M. E. Ensminger, Horses and Horsemanship: Animal Agricultural Series (6e ed.). Danville, IN: Interstate Publishers, 1990. (ISBN 0-8134-2883-1) (OCLC 21977751), p. 46-50.
  10. (en) « Equus caballus overview », sur ncbi.nlm.nih.gov, Genome project (consulté le 30 juin 2011).
  11. « Éditorial », Cheval Magazine, no 425,‎ avril 2007.
  12. Sevestre et Rosier 1983, p. 10-11.
  13. a, b et c Bennett 1998, p. 7.
  14. « Des chercheurs décodent le génôme d'un cheval vieux de 735 000 ans », sur maxisciences.com,‎ 27 juin 2013.
  15. (en) Carles Vilà, Hans Ellegren, Anders Götherström, Jennifer A. Leonard et Robert K. Wayne, « Tales from the DNA of Domestic Horses », Science, no 5515,‎ 13 avril 2001, p. 218-219 (DOI 10.1126).
  16. (en) Helen Briggs, « Origins of domestic horse revealed », BBC News Online,‎ 16 juillet 2002 (consulté le 21 juillet 2009).
  17. (en) Peter Forster, Matthew E. Hurles, Thomas Jansen, Marsha Levine et Colin Renfrew, « Origins of the domestic horse », PNAS, vol. 109, no 46,‎ 2012 (lire en ligne).
  18. Nathalie Faron, Le cheval, Éditions Jean-paul Gisserot, 2002, (ISBN 2877471896 et 9782877471893), p. 14.
  19. Catherine Ancelet, Le mémento de l'équitation: galops 1 à 7, Éditions Amphora, 2009, (ISBN 2851807668 et 9782851807663), p. 96.
  20. a et b Cheval Magazine, no 426, mai 2007.
  21. Sevestre et Rosier 1983, p. 24-25.
  22. Sevestre et Rosier 1983, p. 49.
  23. Sevestre et Rosier 1983, p. 66.
  24. a et b Sevestre et Rosier 1983, p. 98.
  25. Sevestre et Rosier 1983, p. 99.
  26. Sevestre et Rosier 1983, p. 120-122
  27. Sevestre et Rosier 1983, p. 116-120
  28. Sevestre et Rosier 1983, p. 109-110
  29. Sevestre et Rosier 1983, p. 101-102
  30. Laetitia Bataille, Les poneys: races et élevage, France Agricole Éditions, 2006, (ISBN 2855571405 et 9782855571409), 351 p.
  31. « Réglements pour les cavaliers de poneys et enfants », sur le site de Fédération équestre internationale (consulté le 24 février 2007)
  32. Bataille 2006, p. 144
  33. Hendricks et Dent 2007, p. 232
  34. (en) « Feral horse (Equus caballus) and feral donkey (Equus asinus) », Department of the Environment and Heritage,‎ 2004
  35. Encyclopédie du cheval, Aniwa Publishing, 75 p.
  36. Sevestre et Rosier 1983, p. 158
  37. Sevestre et Rosier 1983, p. 42-43
  38. Sevestre et Rosier 1983, p. 44-46
  39. Sevestre et Rosier 1983, p. 46
  40. Gauvard, de Libera et Zink 2002, p. 52.
  41. Sevestre et Rosier 1983, p. 81
  42. Sevestre et Rosier 1983, p. 82.
  43. Cheval magazine hors série no 19, oct/novembre 2008
  44. Sevestre et Rosier 1983, p. 89.
  45. Alain Lengelé, L'équitation réfléchie - Tome 1 - Pensez cheval, (ISBN 2960069617 et 9782960069617), p. 128
  46. Julie Deutsch, Le Comportement du cheval, coll. « Les Équiguides », Éditions Artemis, 2006, (ISBN 2844166407 et 9782844166401), p. 19.
  47. « Hennissements de cheval », Larousse (consulté le 25 décembre 2012).
  48. Carlos Pereira, Parler aux chevaux autrement, éditions Amphora,‎ 2009 (ISBN 2851807757 et 9782851807755, lire en ligne), p. 35
  49. Antoinette Delylle (ill. Catel Muller), L'Encyclo de la cavalière, Grund éditions, coll. « L'Encyclo des Filles »,‎ 2014 (ISBN 2324008491 et 9782324008498, lire en ligne), p. 220-221
  50. Sevestre et Rosier 1983, p. 84
  51. Sevestre et Rosier 1983, p. 83.
  52. Sevestre et Rosier 1983, p. 54.
  53. Sevestre et Rosier 1983, p. 56
  54. « Fiche Technique des Haras Nationaux » (24 octobre 2007).
  55. Sevestre et Rosier 1983, p. 57
  56. Sevestre et Rosier 1983, p. 58.
  57. (en) Al. Cirelli, « Care Of The Geriatric Horse », University of Nevada,‎ 2000 (consulté le 23 avril 2014)
  58. Sevestre et Rosier 1983, p. 68
  59. Sevestre et Rosier 1983, p. 68-74.
  60. Sevestre et Rosier 1983, p. 74.
  61. Sevestre et Rosier 1983, p. 77
  62. a et b Sevestre et Rosier 1983, p. 78.
  63. Sevestre et Rosier 1983, p. 75.
  64. Sevestre et Rosier 1983, p. 76-77.
  65. Binder et Kärcher 2002, p. 108
  66. (en) G. Geisbauer, U. Griebel, A. Schmid et B. Timney, « Brightness discrimination and neutral point testing in the horse » dans Canadian Journal of Zoology, NRC Research Press, Volume 82, no 4, 1er avril 2004, p. 660–670.
  67. Binder et Kärcher 2002, p. 68
  68. Binder et Kärcher 2002, p. 80
  69. Binder et Kärcher 2002, p. 85
  70. Binder et Kärcher 2002, p. 87
  71. Binder et Kärcher 2002, p. 93-96
  72. Binder et Kärcher 2002, p. 94
  73. Binder et Kärcher 2002, p. 99
  74. Binder et Kärcher 2002, p. 101
  75. Binder et Kärcher 2002, p. 102
  76. (en) Williams, Carey A., Ph.D., Extension Specialist, The Basics of Equine Nutrition « Les fondamentaux de l’alimentation des équidés », FS#038, Equine Science Center, Rutgers University [lire en ligne]
  77. (en) Horse Nutrition - Frequency, Bulletin 762-00, Ohio State University, [lire en ligne], consulté le 9 février 2007
  78. (en) Giffen, James M. and Tom Gore. "Horse Owner’s Veterinary Handbook" « Le manuel du vétérinaire pour le propriétaire de cheval », deuxième édition, Howell Book House, New York, 1989, 1998, (ISBN 0876056060)
  79. (en) "Colic in Horses" ASC-128 « La colique chez les chevaux », Cooperative Extension Service, université du Kentucky, lycée d’agriculture, section équine, département des sciences animales.
  80. (en) March, Linda. "Feeding Your Horse To Avoid Problems" « Nourrir votre cheval pour éviter les problèmes », université de l’Illinois, lycée de médecine vétérinaire.
  81. (en) A. Cirelli, Jr. and B. Cloud. "Suburban Horse Keeping" « Garder un cheval en banlieue » (PDF) Pages : 94-09, Cooperative Extension Service, université du Nevada, Reno.
  82. a et b Henry 1967, p. 59-60
  83. DeFilippis 2006, p. 4
  84. a et b Henry 1967, p. 70, 75
  85. Edwards 1994, p. 122-123
  86. Edwards 1994, p. 178-179, 208-209
  87. Henry 1967, p. 77, 83
  88. a et b (en) Evelyn B. Hanggi, « Understanding horse intelligence », sur Horsetalk 2007, Horsetalk,‎ 16 avril 2007
  89. Yves Miserey, « Le cheval reconnaît la voix et le visage », Le Figaro,‎ 15 mai 2012 (consulté le 28 juillet 2013)
  90. (en) Christa Lesté-Lasserre, « Horses Demonstrate Ability to Count in New Study », sur The Horse, Blood-Horse Publications (consulté le 12 juin 2009)
  91. (en) Jim Coarse, « What Big Brown Couldn't Tell You and Mr. Ed Kept to Himself (partie 1) », sur The Blood-Horse, Blood-Horse Publications,‎ 17 juin 2008 (consulté le 16 septembre 2008).
  92. Sevestre et Rosier 1983, p. 193.
  93. Sevestre et Rosier 1983, p. 194.
  94. a et b Sevestre et Rosier 1983, p. 195.
  95. a et b Sevestre et Rosier 1983, p. 196.
  96. Sevestre et Rosier 1983, p. 197.
  97. Sevestre et Rosier 1983, p. 198-199.
  98. Sevestre et Rosier 1983, p. 200-201.
  99. Sevestre et Rosier 1983, p. 202-203.
  100. Sevestre et Rosier 1983, p. 204-209.
  101. Sevestre et Rosier 1983, p. 202.
  102. Sevestre et Rosier 1983, p. 8-9
  103. (en) « Article « Horse » », sur Britannica Student Encyclopedia,‎ 2006 (consulté le 29 octobre 2007).
  104. Sevestre et Rosier 1983, p. 8
  105. Pierre Jonquères d'Oriola dans Sevestre et Rosier 1983, p. 5.
  106. a, b et c Sevestre et Rosier 1983, p. 9.
  107. a, b, c et d Le cheval et l’homme : travail et noblesse, conférence de Daniel Roche dans Les Lundis du Collège de France par Christine Goémé, 30 juillet 2011, 22h05-23h04, sur France Culture Écouter en ligne.
  108. (en) « Horses tamed earlier than thought », BBC News,‎ 5 mars 2009
  109. (en) Alan K. Outram, « The Earliest Horse Harnessing and Milking », revue Science, université d'Exeter (consulté le 6 mars 2009)
  110. (en) « Saudis 'find evidence of early horse domestication' », BBC News,‎ 24 août 2011 (consulté le 30 aout 2011).
  111. (en) D.W. Antony, « The kurgan culture. Indo-European origins and the domestication of the horse », Current anthropology, vol. 27, no 4,‎ aout-octobre 1986, p. 291-314.
  112. (en) Winfred P. Lehmann, « Linguistic and archeological data for handbooks of protolanguages » dans Proto Indoeuropeans Studies in honor of M. Gimbutas, Skomal et al éditions, 1993.
  113. (en) Henri-Paul Francfort et V. H. Mair (dir.), « The Bronze Age and Early Iron Age Peoples of Eastern Central Asia », Bulletin de l’École française d'Extrême-Orient, vol. 86, no 1,‎ 1999, p. 449-458 (lire en ligne).
  114. a et b (en) A. N. Lau, L. Peng, H. Goto, L. Chemnick, O .A. Ryder et K. D. Makova, « Horse Domestication and Conservation Genetics of Przewalski's Horse Inferred from Sex Chromosomal and Autosomal Sequences », Molecular Biology and Evolution, vol. 26,‎ 2009, p. 199–208 (PMID 18931383, DOI 10.1093/molbev/msn239)
  115. a et b (en) Gabriella Lindgren, « Limited number of patrilines in horse domestication », Nature Genetics, vol. 36,‎ 2004, p. 335–336 (PMID 15034578, DOI 10.1038/ng1326)
  116. a, b et c (en) Jaime Lira et al., « Ancient DNA reveals traces of Iberian Neolithic and Bronze Age lineages in modern Iberian horses », Molecular Ecology, vol. 19,‎ 2010, p. 64–78 (PMID 19943892, DOI 10.1111/j.1365-294X.2009.04430.x, lire en ligne)
  117. a, b et c (en) C. Vilà, « Widespread origins of domestic horse lineages », Science, vol. 291, no 5503,‎ 2001, p. 474–477 (PMID 11161199, DOI 10.1126/science.291.5503.474)
  118. a, b et c (en) D. W. Cai, Z. W. Tang, L. Han, C. F. Speller, D. Y. Y. Yang, X. L. Ma, J. E. Cao, H. Zhu et H. Zhou, « Ancient DNA provides new insights into the origin of the Chinese domestic horse », Journal of Archaeological Science, vol. 36, no 3,‎ 2009, p. 835–842 (DOI 10.1016/j.jas.2008.11.006, lire en ligne)
  119. (en) Sandra L. Olsen, Susan Grant, Alice M. Choyke et Laszlo Bartosiewicz, « Early Horse Domestication: Weighing the Evidence », dans Horses & Humans: The Evolution of Human-Equine Relationships, Oxford, Archaeopress,‎ 2006, 81–113 p. (ISBN 1-84171-990-0)
  120. (en) H. Epstein, 1955 Domestication Features in Animals as Functions of Human Society Agricultural History Society. 29(4): p. 137-146
  121. (en) A. Ludwig, M. Pruvost, M. Reissmann, N. Benecke, G. A. Brockmann, P. Castanos, M. Cieslak, S. Lippold et L. Llorente, « Coat Color Variation at the Beginning of Horse Domestication », Science, vol. 324, no 5926,‎ 2009, p. 485–485 (PMID 19390039, DOI 10.1126/science.1172750)
  122. S. Lazaris, « Essai de mise au point sur la place du cheval dans l’Antiquité tardive », dans Le cheval dans les sociétés antiques et médiévales. Actes des Journées internationales d'étude (Strasbourg, 6-7 novembre 2009), Brepols,‎ 2012, 15–23 p.[1]
  123. (fr) « pur-sang arabe », sur eutraco.com
  124. Prévot et Ribémont 1994, p. 7
  125. a et b Le Metayer et Ladou 1984
  126. (en) Christopher Gravett, English Medieval Knight 1300-1400. Oxford : Osprey Publishing, 2002 (ISBN 978-1-84176-145-9), p. 59
  127. a et b (en) Ewart Oakeshott A Knight and His Horse. Rev. 2nd Ed. USA: Dufour Editions, 1998 (ISBN 978-0-8023-1297-6) p. 11-12
  128. a et b Gauvard, de Libera et Zink 2002, p. 282
  129. Joseph Needham, Science and Civilization in China : Volume 4, Physics and Physical Technology, Part 2, Mechanical Engineering. Taipei : Caves Books Ltd. 1986, p. 322
  130. (en) Ewart Oakeshott A Knight and His Horse. Rev. 2nd Ed. USA: Dufour Editions, 1998 (ISBN 978-0-8023-1297-6) p. 14
  131. Collectif 2005, p. 210-211
  132. (en) Alois Podhajsky, The Complete Training of Horse and Rider, Doubleday,‎ 1967 (ISBN 0-948253-51-7)
  133. Collectif 2005, p. 216-217
  134. Hernan Cortés dans www.americas-fr.com
  135. Ph. Fr. Na. Fabre d'Églantine, Rapport fait à la Convention nationale dans la séance du 3 du second mois de la seconde année de la République Française, p. 19.
  136. « Les activités hippiques », sur studyrama.com
  137. « Production », sur viande-chevaline.fr
  138. Barbara Pinay, « Un scientifique au service de la santé animale », dans Cheval magazine Guide pratique des métiers, 2004
  139. Dossier rassemblé par Lucie Launay, Dossier no 6 : Bâtiments et infrastructures équestres : ingénierie, bien-être et écologie, Institut français du cheval et de l'équitation, 2011, [lire en ligne]
  140. Manuel Carius, « Randonnée équestre et code de la route », dans Le droit du cheval et de l'équitation, Paris, France Agricole Éditions,‎ 2005 (ISBN 2855571278 et 9782855571270), p. 157-163
  141. [2]
  142. Françoise Racic-Hamitouche, Cavalier propriétaire, Proxima, Hamitouche, 2001
  143. [3], Handicheval.
  144. [4], FFE, disciplines équestres, paraéquestre.
  145. « Statistiques nationales »
  146. Geb Institut de l'Elevage, FNC/Interbev Equins, Dossier sur la relance de la viande chevaline par Interveb Équins
  147. Jules Cesar, Commentaires sur la Guerre des Gaules
  148. Seringe 1999, p. 17
  149. Seringe 1999, p. 25
  150. Seringe 1999, p. 24
  151. Seringe 1999, p. 26
  152. a et b Michel Praneuf, « Cheval » dans Bestiaire ethno-linguistique des peuples d'Europe, éditions L'Harmattan, 2001, (ISBN 2747524264 et 9782747524261), p. 145-152 [lire en ligne]
  153. Olivier Bertrand, Histoire du vocabulaire français, Éd. du Temps, 2008, (ISBN 9782842744281), p. 17
  154. Hélène Dionne et Musée de la civilisation du Québec, L’œil amérindien: regards sur l'animal, Les éditions du Septentrion, 1991, (ISBN 9782921114523), p. 88 [lire en ligne]
  155. Isabelle Brisson, Langue de vipère et œil de biche: Les dessous scientifiques des métaphores animalières, coll. Science qui rit, Eyrolles, 2011, (ISBN 2212056613 et 978221205661[à vérifier : ISBN invalide])7, p. 124-129
  156. Melchior Joseph Eugène Daumas, « de l'origine des chevaux arabes », dans Les chevaux du Sahara et les mœurs du désert : Avec des commentaires par l'Emir Abd-el-Kader, Lévy,‎ 1864, 6e éd., p. 9
  157. S. Lazaris, Art et science vétérinaire à Byzance : Formes et fonctions de l’image hippiatrique, Turnhout,‎ 2010, VI + 288 p., 26 pls. coul. p.[5]
  158. Baran et Libbrecht 2000, p. 36-37
  159. Baran et Libbrecht 2000, p. 38-39
  160. Baran et Libbrecht 2000, p. 40
  161. Baran et Libbrecht 2000, p. 42
  162. Baran et Libbrecht 2000, p. 43
  163. a et b Les records mondiaux des chevaux sur manege-corsier.ch (14 février 2007)
  164. Le site du Cheval français
  165. Palmarès officiel du Prix d'Amérique
  166. Site officiel de Varenne
  167. Le blog de Jag de Bellouet

Annexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Cheval.

Articles connexes

Liens externes

Références taxonomiques

Bibliographie

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Deb Bennett, Conquerors : The Roots of New World Horsemanship, Amigo Publications, Inc., Solvang, CA,‎ 1998, 422 p. (ISBN 9780965853309)
  • Denis Bogros, Des hommes, des chevaux, des équitations : Petite histoire des équitations pour aider à comprendre l'Équitation, Caracole, Favre,‎ 1989, 180 p. (ISBN 9782828904548)
  • Jean-Louis Gouraud, Le cheval : Le bestiaire divin, Favre,‎ 2000, 189 p. (ISBN 9782828905613)
  • Étienne Saurel, Le Cheval: équitation et sports hippiques... Vie active, Larousse,‎ 1966, 408 p. (ISBN 9782030781357)
  • Le Cheval, Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec,‎ 2003, 405 p. (ISBN 978-2-7649-0098-7)

Ouvrages universitaires

  • Claude Gauvard, Alain de Libera et Michel Zink, « Cheval », dans Dictionnaire du Moyen Âge, Presses Universitaires de France,‎ 2002 (ISBN 2130543391)
  • Brigitte Prévot et Bernard Ribémont, Le cheval en France au Moyen Âge : sa place dans le monde médiéval ; sa médecine, l'exemple d'un traité vétérinaire du XIVe, la Cirurgie des chevaux, Caen, Paradigme, coll. « Medievalia » (no 10),‎ 1994, 522 p. (ISBN 9782868780720, présentation en ligne)
  • Philippe Seringe, « Le cheval : sources archéologiques et linguistiques indo-européennes », dans Société des études euro-asiatiques, Le cheval en Eurasie : pratiques quotidiennes et déploiements mythologiques, Paris, L'Harmattan, coll. « Eurasie » (no 8),‎ 1999, 17-28 p. (ISBN 9782738478450, présentation en ligne)Document utilisé pour la rédaction de l’article

Encyclopédies

Ouvrages de vulgarisation

  • (en) Marguerite Henry, All About Horses, New York, Random House,‎ 1967
  • Sibylle Luise Binder et Gabriele Kärcher (trad. Karine Van Butsele), La Vie fascinante des chevaux, Larousse,‎ 2002 (ISBN 2035602890)Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Pierre-Charles Le Metayer et Robert Ladou, Le livre du cheval, Gallimard, coll. « Découverte Cadet »,‎ 1984 (ISBN 2070395154)
  • Patricia Kindermans, Le cheval, Artis, coll. « Historia »,‎ 1999
  • Le Cheval, comportement et caractères, Atlas Nature,‎ 2004 (ISBN 2723440621)Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Les Chevaux du monde, Atlas Nature,‎ 2004 (ISBN 2723432203)
  • Collectif, Les plus beaux chevaux du monde, Atlas, coll. « Atlas Nature »,‎ mai 2005 (ISBN 2723451402)Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Chris DeFilippis, The Everything Horse Care Book, Avon (Massachusetts), Adams Media,‎ 2006 (ISBN 1593375301, OCLC 223814651)
  • Myriam Baran et Xavier Libbrecht, 100 chevaux de légende, Solar,‎ mai 2000 (ISBN 2-263-02977-X)
  • Lætitia Bataille, Les poneys: Races et élevage, France Agricole Éditions,‎ 2006, 351 p. (ISBN 9782855571409, lire en ligne) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article