Colin Chapman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chapman.

Colin Chapman

alt=Description de l'image Colin Chapman 1971.jpg.
Naissance 19 mai 1928
Richmond, Londres
Décès 16 décembre 1982 (à 54 ans)
Château de Ketteringham Hall, Norfolk (siège du Team Lotus)
Nationalité Drapeau du Royaume-Uni britannique
Profession Ingénieur automobile, fondateur de Lotus.

Anthony Colin Bruce Chapman (19 mai 1928 - 16 décembre 1982) était un ingénieur automobile britannique, fondateur de l'industrie automobiles sportives Lotus.

Il a eu une grande influence dans le sport automobile, et nombre de ses innovations sont devenues des techniques classiques.

Biographie[modifier | modifier le code]

Colin Chapman, diplômé en ingénierie des structures à l'université de Londres, a effectué son service militaire au sein de la RAF. Passionné de course automobile, il tenta d'y appliquer les principes aéronautique (principalement la recherche de la légèreté). Il commença à partir de 1948 par modifier des voitures (comme l'Austin Seven, ou Mini) pour pouvoir les piloter dans des courses de trial[1]. Il vendait alors ses voitures modifiées, déjà baptisées Lotus[2], dans le but de financer la saison suivante. Ainsi naquirent la Lotus Mark 1 (ou Mk I) en 1948 puis la Mk II en 1949.

Il renonça à piloter (il fera néanmoins plus tard une apparition en Formule 1, en se qualifiant pour le GP de France 1956 au volant de la Vanwall VW3) pour se concentrer sur l'ingénierie automobile, et créa officiellement la société Lotus Engineering en 1952, et conçut les modèles mkIV, mkV[3] et mkVI, ce dernier homologué pour la route.
Une de ses voitures participa au 24 Heures du Mans pour la première fois en 1955. En 1956, il créa sa première F2 (la Lotus 12, motorisée par Coventry Climax) ainsi que sa première Formule 1 (la Vanwall VW56). Enfin en 1958, il dessina la première Lotus F1 (la Lotus 16, qui termina 4e du Grand Prix de Belgique à Spa-Francorchamps). Stirling Moss, fit gagner pour la première fois une Lotus au prestigieux Grand Prix de Monaco, en 1960, sur une Lotus 18 « privée »[4]. Par la suite, Jim Clark, entre autres, mena régulièrement les monoplaces conçues par Colin Chapman à la victoire. Le succès commercial de ses modèles de route, en particulier de l'Elan, a fait de lui un milliardaire, et a financé ses rêves de compétition.

Par ses innovations techniques (ou non techniques, Lotus étant la première écurie de F1 à se faire sponsoriser par une grande marque de tabac), Colin Chapman a modelé la Formule 1 contemporaine: ses idées géniales comme l'utilisation des fibres synthétiques, le moteur porteur arrière, l'effet de sol, etc..., sont toujours utilisées aujourd'hui. Il lui fut parfois reproché de plus se préoccuper de technique que de sécurité; beaucoup d'accidents eurent lieu en raison d'un manque de fiabilité des Lotus. Exemple type des « artisans champions » en F1, il se lassera de cette compétition lors de la prise de pouvoir des championnats par les grands constructeurs.

Les seuls points noirs dans cette envolée sportive sont, d'une part, le déclassement, pour des raisons controversées, de la Lotus 23 au Mans, en 1961, Colin Chapman jure alors de ne plus mettre les pieds de sa vie sur cette épreuve[5], et d'autre part, le scandale lié au financement de l'entreprise DeLorean, qui éclata dans la période de sa mort. Il disparait dans la nuit du 15 au 16 décembre 1982 à l'age de 54 ans, d'une attaque cardiaque dans le château de Ketteringham Hall (siège du Team Lotus).

Innovations[modifier | modifier le code]

  • 1957 :
    • la Lotus Elite (Lotus 14), avec une coque/châssis entièrement en fibres de verre et polyester (ce qui fait gagner du poids) ;
    • la Lotus Seven, dont Caterham possède aujourd'hui les droits de production, maintes fois copiée et modifiée par d'autres marques, comme par exemple Donkervoort ;
  • 1961 : la Lotus 25, première F1 monocoque de l'histoire, qui devient imbattable à partir de la mi-saison, aux mains de Jim Clark (la construction en monocoque fait gagner du poids) ;
  • 1963 : la Lotus 29 à moteur central arrière crée pour les 500 miles d'Indianapolis. Son héritière, la Lotus 38, s'imposera en 1965 avec Jim Clark et signera la mise à la casse des modèles traditionnels à moteur avant;
  • 1967 : la Lotus 49, première F1 à moteur porteur (le moteur remplace la coque à l'arrière, ce qui fait gagner du poids et de la rigidité);
  • 1968 : l'arrivée du sponsoring en F1, avec un cigaretier ;
  • 1969 :
    • Les Lotus 56 et Lotus 63, à quatre roues motrices, respectivement pour les 500 miles d'Indianapolis, et la F1.
    • La Lotus 56 utilise en plus une turbine en lieu et place du moteur à pistons ;
  • 1970 : la Lotus 72 de F1, à radiateurs latéraux (cette forme, plus aérodynamique, est toujours utilisée) ;
  • 1977 : les Lotus 78, puis Lotus 79, à effet de sol (aussi appelées "wing cars") (l'air qui passe sous la voiture glisse sur des profils d'ailes inversés qui la plaquent au sol) ;
  • 1981 : la Lotus 88 à double châssis (pour contourner la nouvelle réglementation limitant l'effet de sol).

Résultats aux 24 Heures du Mans[modifier | modifier le code]

Année Voiture Équipe Équipiers Résultat
1955 Lotus 9-Coventry Climax Lotus Engineering Ron Flockhart Abandon
1956 Lotus 11-Coventry Climax Lotus Engineering Herbert MacKay-Fraser Abandon

Citations[modifier | modifier le code]

  • « Toute voiture restant en un morceau pendant plus d'une course est trop lourde » (« Any car which holds together for more than a race is too heavy. ») .
  • « Ce qui est léger est bien » (« Light is Right ») .
  • « Les règles sont faites pour l'interprétation des sages et l'obéissance des fous » (« Rules are made for the interpretation of wise men and the obedience of fools ») .
  • « Ajouter de la puissance vous rend plus rapide en ligne droite. Enlever du poids vous rend plus rapide partout » (« Adding power makes you faster on the straights. Subtracting weight makes you faster everywhere »).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. discipline Britannique entre le rallye tout terrain et la course de côte d'aujourd'hui
  2. l'origine du nom reste inconnue
  3. commande non terminée
  4. victoire renouvelée l'année suivante au même endroit
  5. La participation suivante de Lotus à l'épreuve mancelle ne se fera que 32 ans après, en 1993.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]