Moteur V8

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir V8.

Un moteur V8 est un moteur à explosion comportant 8 cylindres disposés en deux rangées de quatre cylindres placées en V au-dessus du vilebrequin.

Historique[modifier | modifier le code]

Inventé au début du XXe siècle, ce type de moteur rencontre le succès aux États-Unis dès 1915 quand la marque Cadillac le produit en série pour ses modèles de luxe, et surtout à partir de 1932 quand Ford le propose à un prix réduit grâce à sa production en très grande série.

Le moteur V8 et la France[modifier | modifier le code]

Le moteur Liberty, un V8 équipant les avions américains en 1917

Le premier moteur à 8 cylindres en V est réalisé par Clément Ader qui l'installe sur un châssis qu'il engage dans la course Paris-Madrid de 1903. En 1905, Alexandre Darracq présente une voiture à moteur V8 de 24 ch. Enfin, c'est De Dion-Bouton qui présente un modèle V8 qui est fabriqué en petite série à partir de 1910 ; il s'agit d'un moteur de 6,1 litres de cylindrée qui est par la suite réalésé à 7 litres, 7,8 litres et même 14,7 litres.

Dans les années 1930, Citroën développe un V8 dérivé des moteurs de Traction 11 CV. Ce moteur devait être monté dans une version luxueuse de la Traction, la 22 CV, modèle mythique qui ne vit jamais le jour. Mais le climat économique de l'époque et le rachat de Citroën par Michelin conduit à l'abandon du projet, remplacé par la « 15/6 ». Depuis personne ne sait où sont les prototypes 22 CV.

Chenard et Walcker, marque française concurrente de Citroën, commercialise à la même époque un V8, monté dans le modèle Aigle 8, vaisseau amiral de la marque. Ce moteur fait 3,5 litres de cylindrée et développe 90 ch DIN. La diffusion de ce V8 français est très limitée, et il est vite remplacé par un V8 Ford de 3,6 litres comparable mais moins coûteux.

Ce V8 Ford est bien entendu monté sur les modèles (baptisés Alsace) construits par la filiale française de la marque qui les diffuse entre 1934 et 1939 sous la marque Matford, association entre Ford et le constructeur alsacien Mathis. Une version réduite (2,2 litres) de ce V8 est largement diffusée sur le marché français, elle est également adoptée par la filiale britannique du constructeur. En 1947, Ford-SAF (Société anonyme française) relance sa production à Poissy avec le modèle Vedette à moteur V8 de 2,3 litres. En 1954, Ford cède sa filiale française à Simca qui poursuit la fabrication de la nouvelle Vedette et de ses diverses variantes Chambord, Versailles, Trianon, Régence, Marly, Beaulieu et Présidence jusqu'en 1961. Au cours des années 1950, ce fameux moteur équipe également divers camions Ford qui sont également continués par Simca, dont les célèbres camions tactiques Simca et Marmon qui équipent l'armée française jusqu'à la fin des années 1980.

De 1954 à 1964, Jean Daninos équipe ses luxueuses et sportives Facel-Véga de gros moteurs V8 Chrysler américains de 4,5 litres, 5,6 litres et 6,3 litres. Entre 1972 et 1974, l'industriel Jean Tastevin tente l'aventure avec la prestigieuse mais confidentielle (moins de vingt exemplaires) Monica, également motorisée par un V8 Chrysler de 5,6 litres.

Dans les années 1970, Peugeot, Renault et Volvo (PRV) souhaitent produire un V8 commun pour leurs voitures respectives. Mais la crise pétrolière de 1973 les contraint à réduire la cylindrée du moteur en enlevant deux cylindres, ce qui aboutit au V6 PRV.

Depuis les Facel Vega, aucun grand constructeur français n'a équipé ses véhicules destinés aux particuliers de moteur ayant plus de six cylindres, à l'exception du W16 de la Bugatti Veyron 16.4 qui s'appuie sur une technologie allemande, Bugatti appartenant au groupe Volkswagen.

Toutefois, en compétition automobile, les constructeurs français ont montré qu'ils étaient capables de concevoir de bons moteurs V8 et V10. Renault a par exemple montré qu'il était possible de battre Ferrari, Mercedes ou BMW avec ses V8 et ses V10 (voir le palmarès de Renault F1 Team).

Avantages[modifier | modifier le code]

Le V8 procure trois avantages : il n'est pas plus long qu'un moteur à quatre cylindres en ligne, et il permet d'assurer des régimes sans vibrations car équipé d'un vilebrequin aussi petit que celui d'un 4 cylindres. De par sa régularité cyclique, il offre un couple important dès les bas régimes (ce qui facilite le démarrage et les reprises d'une voiture lourde).

Grâce à un prix du carburant très faible, car très peu taxé, les constructeurs américains s'en sont servis pour motoriser des voitures toujours plus grandes et plus lourdes, équipées de nombreux accessoires électriques nécessitant une puissance importante que seul un gros moteur V8 peut procurer à bon compte tout en conservant un régime de rotation peu élevé, gage de longévité et bruit réduit.

Les constructeurs de voitures de sport ont également rapidement adopté ce type de moteur puissant tout en étant compact.

Les chocs pétroliers des années 1970 ont failli faire disparaître ce type de moteur. Les ingénieurs ont su trouver des solutions modulaires pour en limiter la consommation (grâce à l'électronique qui a permis, entre autres, de concevoir des moteurs à cylindrée modulable dont deux ou quatre cylindres sont déconnectés automatiquement en fonction de la charge, une technique qui n'a trouvé d'application usuelle que depuis 2005 la série de moteur HEMI sur la Chrysler 300C ou la Jeep Grand Cherokee , ou encore depuis 2011, avec l'Audi S8)

Technique[modifier | modifier le code]

Chevy 502 (8,2 litres)

Les moteurs V8 peuvent être classés en deux catégories :

  • les moteurs de grosse cylindrée (plus de 6 litres): ils offrent un maximum de couple à bas régime. Ils sont appréciés par les constructeurs américains et australiens ou par les constructeurs de voitures de luxe britanniques, allemands, tchèques, russes et japonais. Les américains, pendant la grande époque des muscle cars, appelaient ces moteurs des big blocks, et leur cylindrée pouvait varier entre 380ci (environ 6,2 litres) et des valeurs importantes comme 427ci (6 997,3 cm3), voire 500ci (8.2l, sur la Cadillac Fleetwood de 1973).
  • les moteurs de cylindrée moindre (de 1,5 à 5 litres): ils offrent une puissance élevée tout en restant compacts.Bien que beaucoup de constructeurs américains en aient produit, ils sont plus appréciés par les constructeurs de voitures de sport allemands, italiens et japonais. La Chevrolet Camaro SS-350 de 1975, par exemple, était motorisée par un small block de 5,7 litres ce cylindrée (350ci).

L'angle d'ouverture standard d'un moteur V8 est de 90°. Il existe des moteurs à 60°[1] ou 72°[2].

Exemples de moteurs V8[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Fiche technique du Volvo XC90 V8 (Yamaha) - 4rouesmotrices.com
  2. (en) The Penske-Mercedes PC23-500I - forix.autosport.com
  3. Ford Poissy

Voir aussi[modifier | modifier le code]