Métro de Lausanne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Métro de Lausanne
Image illustrative de l'article Métro de Lausanne
Station Lausanne-Flon

Situation Lausanne
Vaud
Drapeau de la Suisse Suisse
Type Métro
Entrée en service 1991
Longueur du réseau 13,7 km en 2010[1] :
  M1 : 7,8 km
  M2 : 5,9 km
Lignes 2
Stations 28
Fréquentation 36 207 000 voyageurs en 2010[1] :
  M1 : 11 712 000
  M2 : 24 495 000
Écartement des rails voie normale (1 435 mm)
Exploitant TL
Réseaux connexes CFF, CGN, LEB, Réseau de bus des TL, RER Vaudois

Image illustrative de l'article Métro de Lausanne

Le réseau de métro de Lausanne comporte deux lignes. La première ligne, nommée M1, est un train-tram de banlieue mis en service en 1991, à voie unique et à ciel ouvert. La seconde ligne, nommée M2, est un métro en partie souterrain mis en service en 2008; cette dernière ligne succède au train à crémaillère Lausanne-Ouchy, en service entre 1877 et 2006. Une troisième ligne, la M3, est en projet.

Description[modifier | modifier le code]

Les deux lignes se croisent à la gare du Flon, terminal souterrain situé au cœur de la ville de Lausanne. La gare CFF de Lausanne, qui dessert les liaisons ferroviaires nationales et internationales est située à 400 mètres en contrebas de la gare du Flon, et est accessible directement par la ligne M2.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première ligne de métro de Lausanne apparaît en 1877 avec le début de l'exploitation du chemin de fer de la compagnie du Lausanne-Ouchy. En réalité, ces premiers trains sont des funiculaires tirés par un câble qui donnera le surnom de « Ficelle » à la ligne. Il faut attendre 1954 pour voir circuler les premiers métros en ville de Lausanne avec le remplacement des funiculaires par des lignes à crémaillères[A 1].

En 1991, une seconde ligne reliant les hautes écoles, soit l'EPFL et l'UNIL, aux gares de Lausanne-Flon et de Renens CFF est mise en service. Cette ligne appartient à la « Société du Tramway du Sud-Ouest Lausannois » (abr. TSOL)[2]. En 2001, pour des raisons de marketing et de communication, la ligne du TSOL alors renommée ligne M1[3].

En 2006, les lignes 103 et 104, à savoir les lignes Lausanne − Ouchy et Lausanne − Gare sont mises hors service et les travaux d'extension de la ligne 103 jusqu'à Épalinges débutent. Deux ans plus tard, elle est mise en service sous le nom de ligne M2.

En 2011, les TL exploitent deux lignes de métro ainsi que 34 lignes de bus[4]. Parmi les lignes les plus fréquentées du réseau, il y a le métro M2 avec plus de 55 000 voyageurs transportés par jour, vient ensuite le métro M1 avec 43 500 voyageurs par jour en période universitaire, puis la ligne de bus 7 avec 31 200 voyageurs quotidiens[5].

Réseau[modifier | modifier le code]

Le réseau de métro de Lausanne est constitué de deux lignes. La première ligne, le TSOL, est créée en 1991 et relie la gare de Renens au centre ville de Lausanne. La ligne sera ensuite renommée M1 au début des années 2000 pour marquer l'unité avec la seconde ligne de métro, le LO/LG, renommée M2 par la même occasion. Le LO fut d'abord un funiculaire puis, dans les années 1950, il fut transformé en train à crémaillère. Cette ligne fonctionna jusqu'en 2006, avant de laisser la place, après quelques années de remplacement par bus (Métrobus), au nouveau M2 qui est ouvert à l'exploitation commerciale le 27 octobre 2008[6].

Cette deuxième ligne connaît un franc succès puisqu'elle est empruntée par 100 000 voyageurs en deux jours[5], pour franchir le cap du millionième voyageur, 19 jours après sa mise en service[7]. Cent jours après le début de l'exploitation commerciale de la ligne, ce sont plus de cinq millions de voyageurs qui auront emprunté le M2[8],[9].

Le tracé, ainsi que les horaires de service des deux lignes de métro sont à peu de choses près identiques. Les deux lignes fonctionnent les fins de semaine et les jours fériés. En revanche, alors que le M1 est exploité par des Train-trams, le M2 est le premier métro automatique sur pneus de Suisse.

Lignes de métro[modifier | modifier le code]

Ligne Caractéristiques
M1
Accessible aux personnes à mobilité réduite
Lausanne — Flon ↔ Renens — Gare
Ouverture / Fermeture
24 mai 1991 / —
Longueur
7,79 km
Durée
20 min
Nb. d’arrêts
15
Matériel
TL Bem 4/6
Jours de fonctionnement
LMaMeJVSD
Journée / Soirée / Nuit / Fêtes
Oui / — / Oui / Oui
Voy. / an
9,800,000
Exploitant
tl
Desserte :
Autre :
M2
Accessible aux personnes à mobilité réduite
Lausanne — Ouchy ↔ Épalinges — Croisettes
Ouverture / Fermeture
27 octobre 2008 / —
Longueur
5,95 km
Durée
20 min
Nb. d’arrêts
14
Matériel
Be 8/8 TL
Jours de fonctionnement
LMaMeJVSD
Journée / Soirée / Nuit / Fêtes
Oui / — / Oui / Oui
Voy. / an
20,000,000
Exploitant
tl
Desserte :
  • Communes : Lausanne, Épalinges
  • Principaux arrêts desservis : Lausanne - Ouchy • Délices • Lausanne - Gare • Lausanne - Flon • Riponne - Maurice Béjart • CHUV • Épalinges - Croisettes
Autre :

Future ligne M3[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ligne M3 du métro de Lausanne.

Une ligne M3 est étudiée pour desservir le Palais de Beaulieu et la Blécherette.

En 2011, une nouvelle étude pour la construction de ce métro M3 vers la Blécherette prévoit de raccourcir le trajet du M2 à la gare de Lausanne et de faire partir le M3 d'Ouchy pour rallier la Blécherette via le Flon en empruntant le tunnel construit pour le LEB entre les gares de Chauderon et du Flon. Cela reculerait le terminus du LEB à la gare de Lausanne-Chauderon[10]. Un nouveau terminus sud serait aussi construit à Lausanne-Gare pour le métro M2[11]. Cela permettrait d'éliminer le goulot d'étranglement entre Lausanne-Gare et Grancy.

La mise en service du métro M3 est envisagée vers 2020[réf. nécessaire].

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  • PAIL87 : La compagnie du chemin de fer Lausanne-Ouchy : Épopée lausannoise
  1. PAIL87, p. 130

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • [PAIL87] Jean Paillard, Roger Kaller, Gaston Fornerod, Michel Dehanne et Jean-Éric Seewer, La compagnie du chemin de fer Lausanne-Ouchy : Épopée lausannoise, Lausanne, BVA,‎ 1987 (ISBN 978-2881250057) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • [DEHA97] Michel Dehanne, Michel Grandguillaume, Gérald Hadorn, Sébastien Jarne, Jean-Louis Rochaix et Annette Rochaix, Voies normales privées du Pays de Vaud, Lausanne, BVA,‎ 1997 (ISBN 2881250106)
  • [ROCH00] Michel Dehanne, Michel Grandguillaume, Gérald Hadorn, Sébastien Jarne, Anette Rochaix et Jean-Louis Rochaix, Chemins de fer privés vaudois 1873 - 2000, Belmont, La Raillère (anciennement BVA),‎ 2000 (ISBN 978-2-88125-011-8)
  • [ROCH09] Jean-Louis Rochaix, Sébastien Jarne, Gérald Hadorn, Michel Grandguillaume, Michel Dehanne et Anette Rochaix, Chemins de fer privés vaudois 2000 - 2009 : 10 ans de modernisation, Belmont, La Raillère,‎ 2009 (ISBN 978-2-88125-012-5)

Liens externes[modifier | modifier le code]