24 heures (Suisse)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 24 heures.
24 Heures
Image illustrative de l'article 24 heures (Suisse)

Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Langue Français
Périodicité Quotidien
Genre Généraliste, De proximité
Prix au numéro 3,00 CHF
Diffusion 71'657 ex. (2013)
Date de fondation 1762
Éditeur Tamedia Publications romandes
Ville d’édition Lausanne

Propriétaire Tamedia[1]
Rédacteur en chef Thierry Meyer
ISSN 1661-2256
OCLC 611051843
Site web http://www.24heures.ch
Supplément
  • 24 Emploi
  • 24 Immo
  • 24 Express
  • GuideTVLoisirs

24 heures est un journal quotidien de Suisse romande, faisant partie de Tamedia Publications romandes. 24 heures est un journal sans orientation politique marquée selon Mediaprint. C'est le premier quotidien de Suisse romande pour ce qui est du tirage[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Feuille d'avis de Lausanne, 12 janvier 1900.

Le journal Feuille d'avis de Lausanne est créé en 1762, et est devenu un quotidien en 1872. Souhaitant s'affranchir de son image lausannoise pour s'assurer une plus large diffusion, il prend le nom de 24 Heures à partir du 10 avril 1972. Avec le nouveau nom, il commence à se détacher du Parti radical, comme de l’influence de l'Église protestante[3].

En 2005, après le rachat du groupe Corbaz et de ses deux titres La Presse Riviera-Chablais et La Presse Nord Vaudois, le journal vaudois est divisé en quatre éditions régionales:

  • Nord Vaudois - Broye
  • Riviera Chablais (est vaudois)
  • La Côte
  • Lausanne

Ainsi, de facto, les deux journaux rachetés La Presse Riviera-Chablais et La Presse Nord Vaudois disparaissent dans cet exercice.

La direction d'Edipresse Suisse a ensuite décidé de revenir à une édition unique dans tout le canton de Vaud en 2009.

Au sein du groupe Edipresse, 24 Heures partage une partie de son contenu rédactionnel avec la "Tribune de Genève". Groupe racheté par l'éditeur zurichois Tamedia en 2010-2011[4].

Tirage[modifier | modifier le code]

71'957 exemplaires, 233 000 lecteurs[5]. À ses débuts en 1972, il tirait à 93 500 exemplaires.

Collaborateurs[modifier | modifier le code]

Surnoms[modifier | modifier le code]

Le 24 heures est surnommé La Feuille en référence à son ancien nom qu'il a porté jusqu'en mars 1972 avant de se nommer Feuille d'avis de Lausanne 24 heures puis simplement 24 heures depuis janvier 1975[8].

Archives[modifier | modifier le code]

La Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne a numérisé les archives du 24 heures et de son ancêtre la Feuille d'Avis de Lausanne dans le cadre de son projet Scriptorium. Les pages scannées vont du premier numéro de la Feuille d'Avis de Lausanne en 1762 jusqu’à ceux du 24 heures en 2001, et sont consultables depuis décembre 2012, sur le site internet scriptorium.bcu-lausanne.ch[9].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Impressum » (consulté le 8 janvier 2013)
  2. « jusqu'où aider la presse »,‎ 2000 (consulté le 19 mai 2008) : « Le principal quotidien francophone, 24 Heures, a un tirage moyen de 88 500 exemplaires. »
  3. Le Temps: La page tournée de la Feuille d’Avis
  4. « Edipresse et Tamedia regroupent leurs activités suisses dès cette année », sur edipresse.com,‎ 8 avril 2011 (consulté le 8 janvier 2013)
  5. MACH Basic 2007-1
  6. Dernier coup de crayon de Raymond Burki dans le journal 24 heures sur RTS.ch
  7. Burki, 8000 dessins, 38 ans d’humour fou dans 24 heures sur 24heures.ch
  8. « Scriptorium de la Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne », sur bcu-lausanne.ch (consulté le 8 janvier 2013)
  9. « Les principaux quotidiens vaudois et leurs archives seront disponibles en ligne », sur rts.ch,‎ 7 décembre 2012 (consulté le 8 janvier 2013)

Liens externes[modifier | modifier le code]