Métro de Copenhague

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Métro de Copenhague
(da)Københavns Metro
Image illustrative de l'article Métro de Copenhague

Situation Copenhague
Drapeau du Danemark Danemark
Type Métro automatique
Entrée en service 2002
Longueur du réseau 21 km
Lignes 2
Stations 22
Rames Nb 106 AnsaldoBreda
Fréquentation 115 000 passagers par jour
Écartement des rails 1 435 mm
Propriétaire Metroselskabet I/S
Exploitant Inmetro

Le métro de Copenhague (en danois: Københavns Metro) a été mis en service en 2002, il dessert les communes de Copenhague, de Frederiksberg et de Tårnby. L'ensemble des lignes de métro M1 et M2, seules lignes actuellement en place, compte 22 stations, dont 9 sont souterraines, reliant Nørreport (centre) à l'aéroport de Copenhague (Amager est), à Vestamager (Amager ouest) et Vanløse au nord-ouest de Copenhague, sur un parcours total de 20,5 km. En 2009, le métro a transporté 50 millions de passagers soit 137 000 passagers par jour, il est ouvert en permanence, 24 heures sur 24, avec une fréquence des rames allant de 2 à 20 minutes.

Le métro est détenu par la société Ørestadselskabet, détenue par les communes de Copenhague et de Frederiksberg et du ministère des Transports. Le métro compte 34 rames de métro, qui sont tous automatisés et donc sans conducteur. Le principal centre de maintenance se situe à Vestamager Station. Le matériel provient de la société AnsaldoBreda. La station de correspondance la plus fréquentée avec 165 000 passagers quotidiennement et la Nørreport Station.

Historique[modifier | modifier le code]

La décision de construire un métro à Copenhague fut prise en 1992. Certains espaces situés aux alentours d'Amager étaient peu développés et surtout à usage agricole. La ville de Copenhague décida donc de les dynamiser dans le cadre du projet Ørestad. Cela se fit en conjonction avec la construction du pont de l'Øresund. Ainsi, pour desservir ces nouveaux quartiers, un réseau de métro fut décidé, le S-tog (sorte de RER danois) ne les desservant pas. Trois matériels étaient alors en concurrence, un tram, un métro et une sorte de métro léger circulant à la fois en surface et en souterrain. Le métro fut décidé, en octobre 1994, pour sa grande capacité et sa vitesse. Elle était cependant la solution la plus coûteuse.

C'est en 1996 que furent finis les plans de construction du métro. Ce dernier était constitué de deux lignes. Elles suivraient un tronçon commun de Vanløse à Christianshavn avant de se séparer. La ligne M1 allait à l'est vers Vestamager Station, la ligne M2 allant à l'ouest vers l'aéroport de Copenhague. La construction fut scindée en trois phases. La première se termina le 19 octobre 2002 et fut inauguré par la reine Margrethe II. La deuxième phase (divisée en deux). La première partie devait relier Nørreport Station à Frederiksberg et cette phase 2bis fut ouverte le 29 mai 2003. La partie 2bis constituait la phase de travaux entre Frederiksberg et Vanløse. Il fallut néanmoins attendre 2004 pour que les travaux de la station Flintholm se terminent.

La phase 3 était constituée de l'aboutissement de la construction de la ligne M2 et ouvrit le 28 septembre 2007. Une partie de la population de l'ile d'Amager craignait que le métro ne divise le quartier en deux et tenta de stopper les travaux par voie juridique mais en vain. Ainsi le voyage du centre-ville à l'aéroport dure 14 minutes. Aujourd'hui, le coût du métro devrait être remboursé avec trois ans d'avance malgré les problèmes techniques du début (les portes ne s'ouvraient parfois pas). Aujourd'hui, la fiabilité du métro atteint 98 à 99 %. Il transporte 120 000 personnes par jour.

Gestion du Métro et données économiques[modifier | modifier le code]

La gestion du métro a été confiée en 2006 à la société "Metro Service A/S" filiale à 100 % de la société italienne Inmetro - International Metro Service S.r.l., qui assure le service régulier et la maintenance. Inmetro est une société italienne détenue à 51 % par ATM Milano S.p.A. et à 49 % par Ansaldo STS.

La convention de gestion a été renouvelée le 3 février 2010, à la suite d'un appel d'offres international, pour une durée de 5 ans avec une prolongation optionnelle de trois ans supplémentaires[1],[2].

Le chiffre d'affaires de la société "Metro Service" sur ce projet est d'environ 10 % de son chiffre d'affaires global soit en 2008, 36,26 millions d'euros. Le trafic s'est élevé à 46 millions de personnes transportées[3].

Réseau[modifier | modifier le code]

Plan actuel du métro de Copenhague.
Plan des futures lignes du métro de Copenhague en 2018.


Matériel roulant[modifier | modifier le code]

Le materiel roulant a entièrement été commandé au groupe italien AnsaldoBreda.

Rame AnsaldoBreda à la station Vanløse.
Intérieur d'une rame AnsaldoBreda.

Projets[modifier | modifier le code]

Le 2 décembre 2005, les municipalités de Copenhague et de Frederiksberg tombent d'accord sur la création de la future ceinture périphérique ferroviaire dénommée Cityringen avec la numérotation M3. Elle devrait relier les zones de centre ville mal desservies par les actuels moyens de transports. Le 1er juin 2007, le Parlement danois approuve le plan de la nouvelle ligne. Cette dernière comportera 17 stations dont 12 nouvelles, les autres étant des stations du S-Trains déjà existantes. Ainsi, le métro de Copenhague comportera 37 stations. Le réseau du Cityringen fera 15,5 km et sera en totalité souterrain, en reliant les quartiers d'Østerbro, de Nørrebro et de Vesterbro.

Ørestad Development Corporation (entreprise chargée de la construction des deux futures lignes) prévoit que les lignes M3 et M4 transporteront quotidiennement 275 000 passagers. Parmi ces derniers, 25 % n'utilisent actuellement pas les transports en commun. Cela permettrait donc une baisse de la circulation routière. Le coût sera de 15 milliards de couronnes danoises et les travaux devraient se terminer en 2018. Deux projets sont à l'étude pour le prolongement de la ligne M4, un premier rejoindrait Brønshøj-Husum via 4 nouvelles stations, alors que le second compterait 9 stations pour rejoindre la commune de Gladsaxe.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]