Musée et jardins botaniques cantonaux de Lausanne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Musée et jardins botaniques cantonaux de Lausanne
Entrée du jardin botanique
Entrée du jardin botanique
Informations géographiques
Pays Suisse
Canton Vaud
Ville Lausanne
Adresse Avenue de Cour 14bis
1007 Lausanne
Coordonnées 46° 30′ 46″ N 6° 37′ 25″ E / 46.512843, 6.623686 ()46° 30′ 46″ Nord 6° 37′ 25″ Est / 46.512843, 6.623686 ()  
Informations générales
Collections Échantillons et bibliothèque
Protection Bien culturel d'importance nationale
Informations visiteurs
Site web www.musees.vd.ch/fr/musee-et-jardins-botaniques

Géolocalisation sur la carte : Lausanne

(Voir situation sur carte : Lausanne)
Musée et jardins botaniques cantonaux de Lausanne

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

(Voir situation sur carte : canton de Vaud)
Musée et jardins botaniques cantonaux de Lausanne

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Musée et jardins botaniques cantonaux de Lausanne

Le musée et jardins botaniques cantonaux est un ensemble du canton de Vaud, en Suisse, qui comprend le musée et le jardin botanique de Lausanne, ainsi que le jardin alpin la Thomasia, près de la ville de Bex.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premières mentions de la volonté création d'un jardin botanique à Lausanne datent du XIXe siècle, lors de la création de nouveaux quartiers en bordure de la ville de l'époque. Cette volonté se concrétise grâce à un don de 1 700 plantes accompagnées d'un leg financier du baron Albert de Büren au canton[1]. Ce don devait servir de base à la création d'un jardin botanique cantonal. Au début, il y avait un emplacement temporaire à proximité de ce qui est maintenant le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV). En 1890, la collection a été déplacée vers le site de l'Université de Lausanne nouvellement constitué, en dessous de la Faculté de chimie et de physique, rue de Couvaloup, où elle a été essentiellement utilisée pour l'enseignement de la pharmacie et a été visitée principalement par des étudiants[2].

En 1946, le jardin a été déplacé à la face sud de Montriond-le-Crêt, colline dans le Parc de Milan, son emplacement actuel. Le nouveau jardin est le fruit de l'étroite collaboration entre l'architecte Alphonse Laverrière, le paysagiste Charles Lardet et le rocailleur Alfred Jordan sous la direction de Florian Cosandey[3].

Le jardin alpin, La Thomasia, situé dans les Alpes à Pont-de-Nant au-dessus des Plans-sur-Bex, a été créé en 1891 à l'initiative de la ville de Bex. Il est le plus ancien jardin alpin actif en permanence en Suisse. En 1895, sous Ernest Wilczek, aussi directeur du jardin botanique de Lausanne, la collection comptait déjà près de 2000 espèces[4].

En 1967, un bâtiment est ajouté au jardin botanique pour y accueillir le musée de la botanique qui se trouvait jusqu'alors au palais de Rumine depuis sa construction en 1905 ; auparavant, les collections et herbiers du musée se trouvaient dans une maison située en dessous de la cathédrale de Lausanne utilisée également comme lieu d'enseignement de la botanique et de la minéralogie[5].

Le musée, ainsi que les deux jardins botaniques, sont inscrits comme biens culturels suisses d'importance nationale[6].

Musée botanique[modifier | modifier le code]

Le musée botanique a pour objectif principal de conserver les collections botaniques cantonales qui occupent 2 000 mètres de rayonnages[7]. Il offre également un bibliothèque de 35 000 titres, dont 2 200 livres anciens et 30 000 gravures[8]

Jardin de Lausanne[modifier | modifier le code]

Le jardin de Lausanne présente près de 6 000 plantes, réparties entre un jardin médicinal originellement créé pour les étudiants en pharmacie, des serres et un alpinium présentant la flore de montagne[9].

Jardin de Pont de Nant[modifier | modifier le code]

Le jardin botanique La Thomasia, situé à 1 260 mètres d'altitude dans le vallon de Nant au-dessus de Bex, occupe une petite partie de l'alpage de Pont de Nant adossé au Grand Muveran[10].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Frey, Alphonse Laverrière, PPUR presses polytechniques,‎ 1999 (ISBN 9782880744168), p. 155
  2. M-C Robert, G. Muller, J-L Moret, Le Jardin Botanique à Lausanne, Hier Aujourd’hui, Musée et jardins botaniques cantonaux,‎ 1996, p. 14
  3. M-C Robert, G. Muller, J-L Moret, Le Jardin Botanique à Lausanne, Hier Aujourd’hui, Musée et jardins botaniques cantonaux,‎ 1996, p. 20-24
  4. G. Muller, J-L Moret, et al, Le Vallon de Nant, Fondation La Thomasia et Office du Tourisme de Bex,‎ 2001, p. 6-8
  5. « Un bref historique », sur musees.vd.ch (consulté le 10 août 2012)
  6. L'inventaire édité par la confédération suisse, canton de Vaud
  7. « Musée et jardins botaniques cantonaux », sur lausanne.ch (consulté le 12 août 2012)
  8. « Bibliothèque des Musée et jardins botaniques cantonaux », sur unil.ch (consulté le 12 août 2012)
  9. « Musée et jardins botaniques cantonaux », sur regart.ch (consulté le 12 août 2012)
  10. « La Thomasia, Jardin de Pont de Nant », sur musees.vd.ch (consulté le 12 août 2012)

Article connexe[modifier | modifier le code]