Écartement des rails

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Schéma de mesure de l'écartement des rails de chemin de fer.
Changement des bogies d'une voiture à Brest, à la frontière entre la Pologne (voie normale) et la Biélorussie (voie large de 1 524 mm).
Le musée chinois du chemin de fer montrant différents écartements

L'écartement des rails est la distance séparant le flanc interne des deux files de rails d’une voie ferrée. L'écartement standard de 1 435 mm (soit 4 pieds 8 pouces et demi), définissant la voie « normale », est le plus utilisé à travers le monde (60 % des lignes). On parle de voie large lorsque l'écartement est supérieur et de voie étroite lorsqu'il est inférieur (voie métrique pour l'écartement de 1 m).

Certaines voies sont équipées de trois, voire quatre files de rails pour permettre la circulation de matériel d'écartements différents. Les points de changement d'écartement créent des ruptures de charge.

Les différents écartements utilisés[modifier | modifier le code]

Plus d'une trentaine d'écartements ont été utilisés à travers le monde, de 305 mm ((en) article anglais du Ruislip Lido Railway, au nord de Londres) à 9 m (en Russie, destiné au transport de bateaux)[1].

En modélisme ferroviaire, l'écartement des rails varie de 3 à 70 mm.

Voie large[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Voie large.

3 000 mm[modifier | modifier le code]

2 140 mm[modifier | modifier le code]

1 945 mm[modifier | modifier le code]

1 829 mm[modifier | modifier le code]

1 750 mm[modifier | modifier le code]

1 676 mm[modifier | modifier le code]

1 668 mm[modifier | modifier le code]

  • L'Espagne (initialement à 1 674 mm) et le Portugal (initialement à 1 664 mm) ont converti leurs réseaux à 1 668 mm dans un souci de compatibilité.

1 600 mm[modifier | modifier le code]

1 524 mm[modifier | modifier le code]

1 520 mm[modifier | modifier le code]

1 495 mm[modifier | modifier le code]

Voie normale (écartement standard UIC de 1 435 mm)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Voie normale.

Cette voie est dite « normale » du fait de son adoption par un grand nombre de pays, et notamment par les premiers constructeurs de chemins de fer (Royaume-Uni, Allemagne, Belgique, États-Unis, France...). L'Union internationale des chemins de fer promulguera cet écartement comme étant celui de référence par rapports aux voies larges et aux voies étroites.

La Commission européenne dans sa décision du 26 avril 2011 sur « spécification technique d’interopérabilité relative au sous-système "infrastructure" du système ferroviaire transeuropéen conventionnel » réaffirme que : « L’écartement nominal de voie standard européen est de 1 435 mm »[2]. Pays ayant adopté l'écartement standard :

Voie étroite[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Voie étroite.

1 372 mm[modifier | modifier le code]

1 200 mm[modifier | modifier le code]

1 067 mm[modifier | modifier le code]

Cet écartement correspond à 3 pieds 6 pouces. Il est souvent appelé écartement du Cap, car installé par le Royaume-Uni dans ses colonies en Afrique.

1 055 mm[modifier | modifier le code]

1 050 mm[modifier | modifier le code]

1 000 mm (voie métrique)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Voie métrique.

950 mm[modifier | modifier le code]

  • Quelques lignes en Italie et ses anciennes colonies

914 mm[modifier | modifier le code]

762 mm[modifier | modifier le code]

Cet écartement correspond à 2 pieds 6 pouces.

Voie industrielle[modifier | modifier le code]

900 mm[modifier | modifier le code]
891 mm[modifier | modifier le code]
800 mm[modifier | modifier le code]
760 mm[modifier | modifier le code]

Cet écartement est appelé « écartement de Bosnie », car il a été utilisé pour la construction d'une bonne partie du réseau ferroviaire en Bosnie, Istrie et Roumanie lors de l'administration de ce territoire par l'empire d'Autriche-Hongrie. La plupart de ces lignes sont désormais fermées ou converties en 750 mm.

750 mm[modifier | modifier le code]
700 mm[modifier | modifier le code]
Rails du petit train d'Abreschviller (700 mm)

En l'occurrence il s'agit de l'écartement utilisé auparavant par l'armée prussienne, notamment pour faire évoluer ses convois militaires sur rail. Le chemin de fer d'Abreschviller est l'un des rares vestiges de cet écartement des rails.

610 mm[modifier | modifier le code]
600 mm[modifier | modifier le code]
580 mm[modifier | modifier le code]
  • Houillères de Messeix
  • Quelques réseaux miniers
560 mm[modifier | modifier le code]
500 mm[modifier | modifier le code]

La voie de 0,50 était comme la voie Decauville de 0,60 à vocation industrielle mais était préférée pour des chemins de fer dans les mines et en montagne.

400 mm[modifier | modifier le code]
  • Écartement horticole et maraîcher
380 mm[modifier | modifier le code]

Les écartements utilisés dans le monde[modifier | modifier le code]

ft' in" mm
5' 6" 1676
5' 5.85" 1668
5' 3" 1600
5' 1524
4' 11.85" 1520
4' 8.5" 1435
4' 6" 1372
3' 6" 1067
3' 5.35" 1050
3' 3.37" 1000
3' 4.1" 950
3' 914
2' 6" 762
2' 5.55" 750
2' 610
1' 11.6" 600
L'écartement le plus courant selon les pays.


Europe[modifier | modifier le code]

En Europe, les réseaux sont pour la plupart à voie normale (écartement standard UIC de 1 435 mm), à l'exception de ceux situés sur certains territoires périphériques.

La Russie a opté pour la voie large au XIXe siècle. On estime généralement que ce choix fut motivé par des raisons militaires, pour prévenir l’utilisation du réseau ferroviaire par d’éventuels envahisseurs. Certains font remarquer qu’aucune norme ne s’était encore imposée en 1842 quand le tsar Nicolas Ier engagea George Washington Whistler, éminent ingénieur ferroviaire américain, pour construire la ligne la plus importante en Russie, celle qui relie Moscou à Saint-Pétersbourg. Le choix de l’écartement de 5 pieds était cohérent avec l’usage en vigueur à l’époque dans les États du Sud des États-Unis.

La Russie et la plupart des États qui se sont trouvés dans l’ancien empire russe, dont les pays baltes, la Finlande, l’Ukraine, la Biélorussie, les républiques du Caucase et d’Asie centrale, ainsi que la Mongolie sont actuellement à l’écartement de 5 pieds (1 524 mm) ; bien que la norme russe officielle soit de 1 520 mm, la compatibilité est assurée en pratique.

Les pays de la péninsule Ibérique (Espagne et Portugal) ont adopté l’écartement large de 5 pieds 5 pouces et demi. La norme officielle en Espagne était exactement de 1 674 mm, tandis qu’au Portugal elle était de 1 664 mm. Cependant la compatibilité des deux réseaux est assurée par la conception étudiée du matériel roulant et des équipements, et dans les années 1980 on a progressivement unifié l'écartement à 1 668 mm. Son entrée dans l’Union européenne a conduit l’Espagne à adopter un plan de reconversion de l’écartement du réseau ferré. Toutes les lignes à grande vitesse AVE sont à voie normale. Pour faciliter la conversion de la voie large à la voie normale, des tronçons à double écartement ont été construits. Aucune date n'a encore été fixée pour la conversion totale du réseau, bien que des projets soient en train d'être étudiés.

L’Irlande et l'Irlande du Nord, sont à l’écartement large de 1 600 mm.

L’Union européenne a lancé un programme en faveur de l’interopérabilité ferroviaire qui vise à harmoniser non seulement l’écartement des rails, mais aussi d’autres normes ferroviaires, telles que la signalisation et l’électrification. Des financements communautaires sont consacrés à la conversion de lignes situées dans les États baltes (Lituanie, Lettonie et Estonie) de l’écartement russe à l’écartement standard, ainsi qu’à la construction en Espagne et au Portugal de lignes complémentaires au réseau à grande vitesse. Elle favorise aussi l’interconnexion des réseaux ibériques avec le reste de l’Europe.

Les réseaux secondaires sont souvent à voie métrique (écartement normalement de 1 mètre). C’est le cas des lignes en exploitation du réseau secondaire français (comme le Blanc-Argent, la ligne Nice - Digne des Chemins de fer de Provence, les CFC (Chemins de fer Corse) la ligne de Cerdagne et la ligne Saint-Gervais - Vallorcine). C’est le cas aussi de bon nombre de chemins de fer de montagne, notamment en Suisse (pays où la majorité des réseaux urbains de tramways sont également à cette norme). Les anciens trains nommés tacot dans le Morvan répondaient à l'écartement métrique (Chemins de Fer Economiques) de Corbigny à Saulieu et d'Autun à Chateau-Chinon .

Amérique du Nord[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, au Mexique et au Canada, les écartements de rails utilisés à l’origine étaient fort divers. Certaines compagnies, surtout dans le Nord-Est, se sont mises au standard britannique, mais ce n’était pas une généralité et certains utilisaient des écartements larges, jusqu’à 6 pieds. Étant donné que l’indépendance par rapport au Royaume-Uni était encore récente, les arguments relatifs à la norme anglaise avaient peu de poids. L’écartement standard s’est cependant généralisé quand la nécessité d’interconnecter les réseaux a fait apparaître les inconvénients de la situation.

La plupart des États du Sud avaient cependant opté pour l’écartement de 5 pieds. Après la guerre de Sécession, le commerce entre le Nord et le Sud s’est beaucoup développé et cette différence d’écartement devint un handicap trop lourd. Il fallut de longs débats et beaucoup de temps pour aboutir à une première conversion du réseau sudiste à l’écartement de 4 pieds 9 pouces (soit 1 448 mm), qui était alors la norme sur le réseau de Pennsylvanie (Pennsylvania Railroad). Elle fut réalisée en deux jours à partir du 31 mai 1886. La conversion finale vers l’écartement standard se fit par la suite, progressivement au gré des opérations d’entretien.

À Toronto, Canada, le métro local (Toronto Transit Commission) utilise un écartement particulier, 4 pieds 10 pouces 7/8 (soit 1 495,42 mm), de sorte que ce réseau est incompatible avec tous les autres systèmes de transport de la région. Le BART (Bay Area Rapid Transit) de San Francisco a choisi, quant à lui, un écartement de 5 pieds 6pouces (1 676 mm, soit le même qu'en Inde ou Amérique du Sud).

Asie[modifier | modifier le code]

Les chemins de fer japonais ont été construits à l’écartement de 1 067 mm (3 pieds 6 pouces). Les lignes à grande vitesse (Shinkansen) ont été réalisées dès l’origine à l’écartement normal qui permet d’offrir une meilleure stabilité. Cela a rendu plus délicate l’intégration de la grande vitesse et des services voyageurs du réseau classique (au contraire du TGV qui peut desservir des gares hors lignes nouvelles).

À Taïwan, qui fut sous domination japonaise de 1895 à 1945, il existe plusieurs lignes à l’écartement de 1 067 mm. La ligne à grande vitesse THSR a cependant été construite elle aussi à écartement normal.

Les chemins de fer du Sud-Est asiatique, dont le Viêt Nam, le Cambodge, le Laos, la Thaïlande, la Birmanie, et la Malaisie, sont principalement à l’écartement métrique. Le réseau de l'Indonésie a un écartement de 3 pieds 6 pouces (1 067 mm).

Le projet de réseau régional ASEAN, destiné à relier Singapour, à la pointe sud de la péninsule malaise, au réseau chinois à voie normale, via la Malaisie, la Thaïlande, le Laos et le Viêt Nam, devrait être à voie normale, ou à double écartement (voie métrique / voie normale).

L’Inde, le Pakistan, le Bangladesh et Sri Lanka, anciennes colonies britanniques, ont hérité au moment de leur indépendance d’une grande variété d’écartements, parmi lesquels l’écartement large de 1 676 mm prédominait. Les chemins de fer indiens ont adopté un projet d’uniformisation, qui vise à convertir systématiquement à la norme de 1 676 mm la plupart des voies à écartement inférieur (généralement 600). Au Bangladesh cohabitent 2 types d'écartement (voie métrique et voie large à 1 676 mm) et certaines voies sont à double écartement afin de pouvoir faire passer les deux types de train, notamment sur la ligne reliant l'Est et l'Ouest du pays et traversant le Brahmapoutre.

L’Afghanistan est dans une situation particulière : situé à un carrefour de l’Asie, ce pays est quasiment vide de chemin de fer. S’il décidait de construire un réseau ferré, le choix de l’écartement serait un vrai casse-tête. Le pays est en effet entouré par quatre « continents » ferroviaires utilisant trois écartements différents : l’Iran, à l’ouest, comme la Chine, à l’est sont à l’écartement normal ; au sud, le Pakistan utilise l’écartement large de 1 676 mm ; au nord, les républiques d’Asie centrale (Turkménistan, Ouzbékistan et Tadjikistan) sont à l’écartement russe de 1 520 mm.

Australie[modifier | modifier le code]

Le réseau ferré australien est partagé en trois écartements différents du seul fait de décisions politiques.

Au XIXe siècle, les trois États principaux à l’époque de l’Australie adoptèrent comme norme unique l’écartement standard de 4 pieds 8 pouces et demi (1 435 mm). Mais après 30 ans, il fut décidé une conversion générale à l’écartement large de 5 pieds 3 pouces, puis la Nouvelle-Galles du Sud fit marche arrière et revint à l’écartement standard, tandis que l’État de Victoria et l’Australie-Méridionale restèrent à l’écartement large (1 600 mm).

Par la suite le Queensland, la Tasmanie, et en partie l’Australie-Occidentale, adoptèrent la voie étroite à écartement de 3 pieds 6 pouces (1 067 mm), pour faire des économies d’investissement.

Avantages et inconvénients[modifier | modifier le code]

Il y a un intérêt à uniformiser les largeurs de voies, ce qui évite les ruptures de charge.

La voie étroite est moins chère à construire, car elle permet des courbes plus serrées et moins de terrassement. En France au XIXe siècle, alors qu'on estimait à 175 000 Francs-or le coût d'un kilomètre de voie ferrée à voie normale, en voie métrique il ne coutait que 80 000 Francs-or et 60 000 en voie étroite[5].

Au temps de la vapeur, la largeur de voie posait des problèmes de conception des locomotives : il fallait faire passer le foyer de la locomotive entre les roues. En voie étroite, il fallait soit réduire le diamètre des roues (ce qui limitait la vitesse), soit la taille de la chaudière (et donc la puissance de la machine)[6].

La voie normale permet des vitesses commerciales plus élevées[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (ru) « Un ascenseur à bateaux en Russie », sur e-river.ru
  2. http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=CELEX:32011D0275:FR:HTML Décision de la Commission du 26 avril 2011 concernant une spécification technique d’interopérabilité relative au sous-système «infrastructure» du système ferroviaire transeuropéen conventionnel [notifiée sous le numéro C(2011) 2741] journal officiel n° L 126 du 14/05/2011 p. 0053 - 0120
  3. (en) Official company website White Pass and Yukon Route
  4. Railway Map of India, The Government Survey of India, 1974
  5. 'Les chemins de fer touristiques entre nostalgie et innovation (1957-2007) Jean-Jacques Marchi
  6. Voie, matériel roulant et exploitation technique des chemins de fer p12 Charles Couche 1868
  7. Sous-développement et voie ferrée métrique Bernard de Fontgalland p579, Tiers-Monde n°71, année 1977

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]