Transports publics genevois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir TPG.

Transports publics genevois

alt=Description de l'image TPG 5.JPG.
Création 1er janvier 1977
Dates clés 1996 : contrat de prestations avec l'État de Genève
Forme juridique Établissement public autonome
Siège social Case postale 950
Route de la Chapelle 1
1212 Grand-Lancy - Lancy (Genève, Suisse)[1]
Direction Christoph Stucki (directeur général ad intérim)
Activité Transport en commun
Effectif 1640
Site web www.tpg.ch

Les Transports publics genevois (TPG) sont une entreprise publique autonome de transport en commun de la région de Genève (Suisse). Les tramways, bus et trolleybus circulent sur les routes du canton de Genève ainsi que dans les départements français de l'Ain et de la Haute-Savoie.

Histoire[modifier | modifier le code]

À la fin du XIXe siècle, Genève possède un réseau important de tramways avec trois modes de traction (électrique, à vapeur et hippomobile pour certains services). Il existe à cette époque deux entreprises de transport en commun :

C'est le 11 août 1899 que se constitue, dans le but de réorganiser et de développer le réseau des transports publics, la Compagnie genevoise des tramways électriques (CGTE). Dotée d'un capital social de 5 millions de francs suisses, la CGTE rachète, le 1er décembre 1900 la TS, et, un mois plus tard, la VE. La modernisation du réseau peut alors commencer avec la mise à voie métrique de l'ancien réseau de la TS, l'électrification des lignes existantes de la VE et l'acquisition d'un nouveau matériel roulant.

C'est après la Première Guerre mondiale que le déficit des lignes de campagne commence. La CGTE doit se résoudre à supprimer la desserte de certains tronçons. La CGTE manque de moyens pour développer son réseau et ne peut ni doubler certains tronçons ni même remplacer les rails usés datant du siècle précédent. La situation ne s'améliore pas, et en 1938 sont supprimées plusieurs dessertes ferroviaires qui sont remplacées par des services de bus. Puis vient la Seconde Guerre mondiale, et le manque de carburant et de pneus oblige la CGTE à remettre en service des tramways sur certains tronçons.

Schema des voies en 1945.

Après la guerre, le trafic automobile ne cesse d'augmenter, si bien que la CGTE en est victime. Le tramway est considéré comme gênant le trafic automobile. Il convient dès lors de le faire disparaître au profit des véhicules à pneus. Deux lignes de tramways doivent subsister : la ligne 12 et la ligne de ceinture. C'est ainsi que le matériel est modernisé. En l'espace de dix ans, toutes les autres lignes disparaissent. On doit pourtant bientôt constater que la solution adoptée n'est pas la bonne, ni pour la CGTE, ni pour les usagers et son personnel. Lorsque, en 1969, la ceinture est exploitée par bus, le nombre de passagers transportés chute sensiblement. La seule ligne de tramways restante, la 12, reliant Carouge à Moillesulaz, continue à elle seule à transporter un quart des passagers de la CGTE.

La dégradation générale du transport en commun provoque de nombreuses interventions politiques. Quelques mesures positives sont prises comme la création de couloirs de bus, l'achat de nouveaux véhicules, etc. Mais il y manque une cohésion politique. C'est en 1971 qu'une initiative populaire demande au Grand Conseil que la CGTE soit reprise par le canton, et c'est seulement après quatre ans d'études, en 1975, que le peuple genevois se prononce sur deux projets de loi. L'article sur la transformation de la compagnie en régie autonome d'État est accepté alors que la loi régissant son organisation est refusée. Le Grand Conseil se remet au travail et vote fin 1975 une nouvelle loi sur les buts et l'organisation des Transports publics genevois.

Logo des TPG de 1977 à 2007

C'est le 1er janvier 1977 que la CGTE devient officiellement les TPG.

Le siège social des TPG, à Grand-Lancy.

Dès lors, et suite à la votation du 12 juin 1988 favorable au développement des transports publics, les TPG connaissent une nouvelle période d'expansion, qui s'accélère avec l'introduction de tarifs en faveur des jeunes et des rentiers de l'AVS et de l'AI (supprimés en 2004). La modernisation du parc des véhicules, tant des tramways que des véhicules sur pneus, a également un impact très positif sur la fréquentation qui atteint un sommet au début des années 1990.

Depuis le 1er janvier 2007, les touristes hébergés dans les hôtels, auberges de jeunesse ou campings genevois peuvent circuler gratuitement sur le réseau grâce à la Geneva Transport Card. Cette carte, valable pour la durée de leur séjour, est financée grâce à une augmentation de la taxe de séjour.

Les TPG ont changé de logo au printemps 2007 pour marquer les 30 ans de l'entreprise.

« Unireso »[modifier | modifier le code]

Depuis 2001, les TPG font partie, avec les CFF et les Mouettes genevoises, de la communauté tarifaire intégrale unireso qui est une union permettant au voyageur de prendre le bus et le tramway, mais aussi les trains régionaux et les bateaux traversant la rade avec un seul et unique billet. En 2004, une ligne des Transports publics nyonnais (TPN) et les Transports annemassiens collectifs (TAC) rejoignent cette alliance. En 2005, c'est au tour de la SNCF de s'y joindre pour les territoires desservis par les TER Rhône-Alpes (AnnemasseGare des Eaux-Vives et Pougny – La Plaine. En 2006, SAT-Frossard, aujourd’hui dénommé Transdev-SAT rejoint unireso pour les lignes T 71 Thonon - Genève, T 72 et 73 Annecy-Genève. Puis, en 2011, c'est le groupe Alpbus RATP-DEV qui vient se joindre et un accord est passé avec la Sibra permettant de prendre un abonnement mensuel comprenant le trajet Annecy–Genève avec en plus les zones de libre circulation dans Annecy et dans Genève incluses[2].

Réseau[modifier | modifier le code]

Ci-dessous, la structure du réseau à partir du 15 décembre 2013[3].

Accessible aux personnes handicapées = Ligne accessible

Lignes de tramway[modifier | modifier le code]

Réseau de trams à partir du 9 décembre 2012
Ligne Parcours Exploitant
12 Accessible aux personnes handicapées Palettes / Carouge (Rondeau) <> Moillesulaz TPG
14 Accessible aux personnes handicapées Meyrin-Gravière <> P+R Bernex TPG
15 Accessible aux personnes handicapées Palettes <> Nations (via Acacias) TPG
18 Accessible aux personnes handicapées Carouge (Rondeau) <> CERN TPG

Lignes de trolleybus[modifier | modifier le code]

Réseau de trolleybus à partir du 11 décembre 2011
Ligne Parcours Exploitant
2 Accessible aux handicapés Onex-Cité <> Genève-Plage TPG
3 Accessible aux handicapés Gardiol <> Crêts-de-Champel (Cité Universitaire) TPG
6 Accessible aux handicapés Vernier-Village <> Genève-Plage TPG
7 Accessible aux handicapés Tours Lignon <> Hôpital TPG
10 Accessible aux handicapés Aéroport <> Rive TPG
19 Accessible aux handicapés Vernier-Village <> Onex-Cité TPG

Lignes de bus[modifier | modifier le code]

Ligne Parcours Exploitant
1 Accessible aux personnes handicapées Petit-Bel-Air <> Jardin Botanique TPG
4 Accessible aux personnes handicapées Bel-Air <> P+R-Perly TPG
5 Accessible aux personnes handicapées Thônex-Vallard-Douane <> Aéroport TPG
8 Accessible aux personnes handicapées OMS ou Appia <> Veyrier-Douane ou Veyrier-Tournettes TPG
9 Accessible aux personnes handicapées Petit-Bel-Air <> Tours Lignon TPG
11 Accessible aux personnes handicapées Bout-du-Monde <> Jardin Botanique TPG
21 Accessible aux personnes handicapées Cressy <> Gare des Eaux-Vives TPG
22 Accessible aux personnes handicapées Nations <> Tours-de-Carouge TPG
23 Accessible aux personnes handicapées Le Rolliet ou ZIPLO <> Aéroport TPG
25 Accessible aux personnes handicapées Jardin Botanique <> Thônex-Vallard-Douane TPG
27 Accessible aux personnes handicapées Carouge (Rondeau) <> Gare Cornavin TPG
28 Accessible aux personnes handicapées Parfumerie <> Jardin Botanique Globe Limousine
31 P+R Sous-Moulin ou Place Favre <> Hôpital Trois-Chêne ou Puplinge-Mairie TPG
32 Sainte-Clotilde <> Plainpalais <> Sainte-Clotilde Genève Tours
33 Rive <> Puplinge-Mairie TPG
34 Veyrier-Tournettes <> Chevrier TPG
35 Augustins <> Hôpitaux <> Augustins Globe Limousine
36 Place de Neuve <> Vieille-Ville <> Place de Neuve Globe Limousine
41 Petit-Veyrier <> Tours-de-Carouge Genève-Tours
42 Carouge (Rondeau) <> Lully ou Croisée de Confignon TPG
43 Stade de Genève <> Loëx-Hôpital RATP Dev
44 Tours-de-Carouge <> Croix-de-Rozon-Douane Genève-Tours
45 Tours-de-Carouge <> Troinex-Ville Genève-Tours
46 Bardonnex <> Bellins TPG
47 Vailly <> P+R Bernex Globe Limousine
51 Mervelet <> C.O. Renard Globe Limousine
53 Bouchet <> Machéry Genève-Tours
54 Satigny-Gare <> Gare ZIMEYSA Globe Limousine
57 Aéroport <> Hôpital de La Tour ou Gare ZIMEYSA Globe Limousine

Lignes régionales et transfrontalières[modifier | modifier le code]

Ligne Parcours Exploitant
61 Accessible aux personnes handicapées Annemasse Gare <> Gare Cornavin TP2A
A Rive <> Corsinge-Village ou Gy-Église TPG
B Vésenaz-Église <> Chevrens Genève-Tours
C Malagnou ou P+R Sous-Moulin <> Jussy-Meurets ou Monniaz TPG
D Accessible aux personnes handicapées Bel-Air <> St-Julien Gare ou Neydens-Vitam'Parc GEM
Dn ZI Les Moulins <> St Julien-Gare <> Valleiry Chef-Lieu GEM
E Rive <> Hermance TPG
F Accessible aux personnes handicapées Gare Cornavin <> Ferney-Voltaire-Mairie ou Gex-ZAC RDTA
G Rive <> P+R Veigy ou Veigy TPG
K Accessible aux personnes handicapées Stade de Genève <> Chancy-Douane ou Pougny-Gare TPG
L Accessible aux personnes handicapées Stade de Genève <> Avusy TPG
M Accessible aux personnes handicapées Collonges-Bourg d'en haut<>St-Julien-Gare GEM
O Accessible aux personnes handicapées Meyrin-Gravière <> Lycée International (Ferney-Voltaire) RATP Dev
S Sézenove <> Satigny-Gare RATP Dev
T La Plaine <> P+R Challex-La Halle Globe Limousine
V Gare Cornavin <> Colovrex <> Entrée-Versoix <> C.S La Bécassière RATP Dev
W Satigny-Gare <> Choully <> Satigny-Gare RATP Dev
X Chancy-Douane <> Dardagny Globe Limousine
Y Accessible aux personnes handicapées Ferney-Voltaire-Mairie <> Val-Thoiry RDTA
Z Gare Cornavin <> Bossy ou Bois-Chatton RATP Dev

Mouettes Genevoises[modifier | modifier le code]

Les Mouettes genevoises sont indépendantes des TPG mais font partie de la communauté tarifaire unireso. Elles ne sont pas accessibles aux personnes à mobilité réduite.

Ligne Parcours Exploitant
M1 Pâquis <> Molard SMGN
M2 Pâquis <> Eaux-Vives (Quai Gustave Ador) SMGN
M3 Pâquis <> Genève-Plage (Port-Noir) SMGN
M4 De Châteaubriand <> Genève-Plage (Port-Noir) SMGN

« Noctambus »[modifier | modifier le code]

Début 1993, des jeunes siégeant au Parlement des Jeunes de Meyrin (PJM), dont Antonio Hodgers, évoquent le manque de transports publics après minuit pour rentrer à Meyrin. L'idée de mettre en place de tels transports enthousiasme tout de suite une grande majorité du PJM et une commission est donc créée en mai. En septembre 1993 déjà, le PJM formule une demande aux TPG. Cette demande n'aboutit pas. En mai 1994, pour obtenir plus de poids, le PJM met le projet en collaboration avec le Parlement des Jeunes de la ville de Genève et celui de Vernier.

Enfin, en septembre 1994, des discussions plus sérieuses sont entamées avec les TPG et des demandes de soutien envoyées aux conseils municipaux de Genève, Vernier et Meyrin. Il faut encore une année de lutte et de mise en place avant que le premier Noctambus roule, le 2 septembre 1995, entre Meyrin et la ville et ce durant les nuits du week-end. Il aura donc fallu 2 ans de travail au PJM pour obtenir ce bus. Puis dès 1996, la commission se détache définitivement du PJM et se constitue en association (gardant pourtant la nomination commission en souvenir de ses origines) et, dès mars 1996, une autre ligne apparaît, ouvrant ainsi la voie à l'expansion du réseau qui couvre aujourd'hui toutes les communes du canton de Genève ainsi que 13 communes vaudoises et 2 communes françaises, soit 60 communes au total.

Les lignes fonctionnent désormais jusqu'à 04h45 pour certaines d'entre elles et le tout au tarif Unireso.

Ligne Parcours Exploitant
NA Rive <> Thoiry-Gare
NC Place des Eaux-Vives <> La Plaine TPG
ND Gare Cornavin <> Gland-Gare
NE Bel-Air <> Gex-Poste (ou Gex-G.Charpak selon les besoins) RDTA
NJ Rive <> Chancy-Douane
NK Gare Cornavin <> Monniaz
NM Gare Cornavin <> Avusy
NO Coutance <> Bardonnex TPG
NP Gare Cornavin <> Corsier-Village
NS Chantepoulet <> Hermance TPG
NT Bel-Air <> Divonne-Gare
NV Bel-Air <> Ville-la-Grand (Prés des Plans)

« Proxibus » et « Télébus »[modifier | modifier le code]

Proxibus est un service de transport « porte-à-porte » qui assure, sur réservation, les déplacements depuis une adresse (ou un arrêt TPG) des secteurs définis vers une autre adresse (ou un arrêt TPG). Il est disponible dans les communes d'Aire-la-Ville, Avully, Cartigny, Dardagny, Russin, et Satigny. Les points de liaison avec le réseau TPG sont : Croisée Confignon, Lully, Malpertuis et Hôpital-La Tour[4].

Télébus est un service similaire, mais qui est limité aux déplacements d'un arrêt TPG à un autre arrêt TPG d'une même ligne et concerne les lignes S, W, X.

Les deux services fonctionnent de 6h à 0h30.

Développement du réseau[modifier | modifier le code]

D'importants changements sur le réseau ont été mis en place pour le nouvel horaire de décembre 2011. Des changements de numéros et de parcours de certaines lignes ont été effectués, en particulier dans le cadre de la mise en service du tram TCOB. Le réseau tram a été simplifié avec la suppression des tronçons en commun, ne laissant qu'une ligne par branche. En conséquence, les lignes 13, 16, 17 et 18 ont été supprimées, ne laissant que la 12, la 14 et la 15[5]. En décembre 2012, la ligne 18 a cependant été rétablie.

Tramway[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tramway de Genève.
Le développement du réseau des tramways entre 1991 et 2012
Le réseau des tramways à partir du 11 décembre 2011

Lignes actuelles[modifier | modifier le code]

Le tramway connaît un regain d'intérêt depuis le début des années 1990. À la ligne 12 (Moillesulaz - Rondeau de Carouge, puis jusqu'à Bachet-de-Pesay dès 1992 et aux Palettes en 2008) qui a survécu au démantèlement du réseau, s'ajoutent aujourd'hui 3 lignes :

  • la 14 (Avanchet - Bachet-de-Pesay) inaugurée en 2007 et prolongée en 2009 (Meyrin-Gravière - Bachet-de-Pesay) et en 2011 (Meyrin-Gravière/CERN - Bachet-de-Pesay, puis Meyrin-Gravière/CERN - P+R Bernex). La branche CERN est aujourd'hui assurée par la ligne 18.
  • la 15 (Nations - Lancy-Pont-Rouge) inaugurée en 2004 et prolongée en 2006 (Nations - Palettes)
  • la 18 (Coutance - CERN) inaugurée en 2010. Partageant en bonne partie le tronçon de la ligne 14, elle a été supprimée comme les autres lignes "doubles" en 2011, suite à la volonté des TPG de ne garder qu'une ligne par axe. Elle est finalement réintégrée en décembre 2012 pour assurer le trajet Stand - CERN jusque là desservi par la ligne 14. Le 28 juin 2014, elle est prolongée jusqu'à Carouge, assurant à nouveau une liaison direct entre la gare Cornavin et Carouge comme le souhaitaient les habitants.

Anciennes lignes[modifier | modifier le code]

Trois autres lignes furent créées à Genève depuis le début des années 90, cependant, celles-ci ont disparu le 11 décembre 2011, en raison de la volonté des TPG de ne conserver qu'une seule ligne par axe:

  • la ligne 13, Cornavin - Bachet-de-Pesay, fut inaugurée le 27 mai 1995 et fut prolongée le 28 juin 1997 du Bachet-de-Pesay aux Palettes. Le 13 décembre 2003, le dernier tronçon, Cornavin - Nations, fut mis en service. Doublant les tronçons de la ligne 12 et de la ligne 15, elle fut supprimée.
  • la ligne 16, Cornavin - Moillesulaz, fut inaugurée le 27 mars 1998 et fut prolongée le 14 décembre 2007 de Cornavin à Avanchet. Le 12 décembre 2009, le dernier tronçon, Avanchet - Meyrin-Gravière, fut mis en service. Doublant les tronçons de la ligne 12 et de la ligne 14, elle fut supprimée.
  • la ligne 17, Lancy-Pont-Rouge - Eaux-Vives, fut inaugurée le 11 décembre 2005 et fut prolongée de Lancy-Pont-Rouge aux Palettes le 20 mai 2006. Le 10 décembre de la même année, la ligne fut prolongée jusqu'au Bachet-de-Pesay. Le 14 décembre 2008 son parcours fut modifié et effectua Moillesulaz - Lancy-Pont-Rouge. Doublant les tronçons de la ligne 12 et de la ligne 15, elle fut supprimée.

Projets[modifier | modifier le code]

D'autres tronçons sont en projet :

  • Un prolongement vers Bernex-Vailly de la ligne 14 a été confirmé. Les travaux devaient démarrer en 2013. Cependant, pour des raisons financières et en raison de plusieurs oppositions, le projet a été retardé et ne devrait pas être concrétisé avant au moins 2017

Au 25 mars 2013. le parc des tramways se compose de 104 véhicules[6].

Trolleybus[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Trolleybus de Genève.

Depuis le 19 février 2007 la ligne 7 a été prolongée de Rive jusqu'aux Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG).

Depuis le 1er octobre 2007, en prévision de la mise en service de la première étape du TCMC, la ligne 10 a vu son parcours modifié et dessert à présent le quartier des Charmilles et des Franchises avant de revenir sur son parcours habituel.

Au 25 mars 2013, le parc des trolleybus se compose de 90 véhicules, dont 1 trolleybus-école[7].

Autobus[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Autobus de Genève.

RER[modifier | modifier le code]

Article détaillé : RER franco-valdo-genevois.

Le projet du raccordement ferroviaire genevois CEVA (CornavinEaux-VivesAnnemasse), bien que géré par les CFF, devrait avoir un impact important sur la mobilité à Genève et donc sur les transports publics genevois.

Les travaux ont officiellement démarré le 15 novembre 2011, pour une mise en service prévue en décembre 2017. À terme, le CEVA fluidifiera les transports transversaux entre Genève-Cornavin et Annemasse en déchargeant ainsi la ligne 12 ainsi que la correspondance de Bel-Air.

Application mobile[modifier | modifier le code]

L'entreprise met à disposition de ses usagers une application mobile pour smartphones tournants sur Android (via Google Play), sur Apple (via Apple Store) et sur Windows Phone (via le Windows Phone Store) permettant d'afficher les horaires aux point d'arrêts, l'information sur les perturbations en cours, le plan urbain ou du canton ainsi que un calculateur d'itinéraire.
Il est désormais aussi possible depuis peu d'acheter son titre de transports par SMS et depuis l'application CFF sous forme de Code Barre lisible par un scanner mobile.[8]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Agence et siège administratif des tpg, Transports publics genevois. Consulté le 15 juin 2014.
  2. http://www.unireso.com/pages/portrait.htm
  3. Selon la liste des lignes de tpg.ch
  4. http://www.tpg.ch/proxibus
  5. Révolution pour les trams: bientôt plus que trois lignes - Tribune de Genève - Consulté le 12 décembre 2009
  6. http://www.tpg.ch/fr/les-vehicules
  7. http://www.tpg.ch/fr/les-vehicules
  8. http://www.tpg.ch/web/10162/586

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Werner Boegli, Marc Dietschy, Roland Kallmann, Jean-Marc Lacreuze, René Longet, Eric Rahm: Le Tram à Genève, Histoire imagée de la Compagnie Genevoise des Tramways Electriques et de ses Précurseurs – 1862-1976. Editions du Tricorne, Genève 1976.
  • "Les transports en commun à Genève 1862-1962", édité par la CGTE, paru en 1962 pour les cérémonies du centenaire.
  • René Courant et Pascal Bejui: "Les trolleybus français" (pages sur la Suisse avec Genève). Presses et Editions Ferroviaires, Grenoble 1985
  • Alain Primatesta: "Les tramways genevois". Editions Mythraz, Genève 2005, ISBN 2-8399-0094-7.
  • William Lachenal: "Le rail à Genève" en "Connaissance du Rail", n° 340-341 octobre/novembre 2009.
  • William Lachenal: "Genève : le renouveau du tram" en "Connaissance du Rail", n° 342-343 décembre 2009/janvier 2010.
  • Gilbert Ploujoux :"Histoire des transports publics dans le canton de Genève"; éditions du Tricorne, Genève; vol. 1 Le XIXème siècle, 2010, ISBN 978-2-82930-3210; vol. 2 Le XXème siècle (1ère partie),2012, ISBN 978-2-940450-18-3.

Liens externes[modifier | modifier le code]