Musée cantonal des beaux-arts de Lausanne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Musée cantonal des beaux-arts.
Musée cantonal des beaux-arts
Le Palais de Rumine, qui accueille notamment le Musée cantonal des beaux-arts
Le Palais de Rumine, qui accueille notamment le Musée cantonal des beaux-arts
Informations géographiques
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Ville Lausanne
Adresse Place de la Riponne 6
Coordonnées 46° 31′ 24″ N 6° 38′ 01″ E / 46.523408, 6.63356446° 31′ 24″ Nord 6° 38′ 01″ Est / 46.523408, 6.633564  
Informations générales
Date d’inauguration 1841
Collections Égypte ancienne, seconde moitié du XVIIIe siècle, postimpressionnisme, cubisme et l’abstraction.
Nombre d’œuvres 9 500
Protection Bien culturel d'importance nationale
Informations visiteurs
Site web www.mcba.ch

Géolocalisation sur la carte : Lausanne

(Voir situation sur carte : Lausanne)
Musée cantonal des beaux-arts

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

(Voir situation sur carte : canton de Vaud)
Musée cantonal des beaux-arts

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Musée cantonal des beaux-arts

Le Musée cantonal des beaux-arts de Lausanne est établi dans la capitale du canton de Vaud, en Suisse.

Collections[modifier | modifier le code]

Une partie des collections du Musée donne un aperçu de l’histoire de l’art générale dès l’Egypte ancienne.

La période d’excellence s’étend de la seconde moitié du XVIIIe siècle au postimpressionnisme, avec des ouvertures de qualité sur le cubisme et l’abstraction vaudois.

La réputation du Musée, au niveau national et international, repose sur cinq grands fonds, les fonds Abraham-Louis-Rodolphe Ducros (1748-1810), Charles Gleyre (1806-1874), Théophile-Alexandre Steinlen (1859-1923), Félix Vallotton (1865-1925), Louis Soutter (1871-1942).

Les collections d’art moderne et contemporain regroupent des œuvres majeures du tachisme, de l'expressionnisme abstrait, de l’art informel et du Nouveau Réalisme avec des œuvres d'artistes comme Marcel Broodthaers, Rolf Iseli, Tadeusz Kantor, Charles Rollier, Daniel Spoerri ou Maria Elena Vieira da Silva. La figuration expressive est largement représentée dans les collections avec des œuvres de Günther Brus, Luciano Castelli, Miriam Cahn, Martin Disler, Leiko Ikemura, Arnulf Rainer, Klaudia Schifferle, et Jean-Frédéric Schnyder parmi d'autres.

Dans les années 1990-2010, le musée met l’accent sur l’acquisition de pièces majeures d’artistes internationaux comme Christian Boltanski, Tom Burr, Sophie Calle, Alfredo Jaar, Nalini Malani, Bruce Nauman, Jim Shaw tout en continuant la représentation d'artistes du canton de Vaud comme Jean-Luc Manz, Alain Huck, Fabrice Gygi, Silvie Defraoui, Philippe Decrauzat, Didier Rittener, Denis Savary, Annaïk Lou Pitteloud et Anne-Julie Raccoursier.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ses origines remontent à un legs du peintre Abraham-Louis-Rodolphe Ducros à l'État de Vaud, en 1816.

C'est ensuite le peintre Marc-Louis Arlaud qui fonde, en 1841, le musée qui portera son nom jusqu'en 1906 avant d'être connu sous son appellation actuelle.

Le musée cantonal s’installe dans le tout neuf Palais de Rumine, construit pour accueillir d’abord la nouvelle Université de Lausanne. Ce bâtiment, construit grâce à un legs de Gabriel de Rumine, sur les plans de l'architecte Gaspard André fut inauguré le 17 juillet 1906.

Direction[modifier | modifier le code]

Futur musée[modifier | modifier le code]

Le 30 novembre 2008, les citoyennes et citoyens du canton ont refusé un crédit d’étude de 390 000 francs destiné à finaliser un projet de Musée cantonal des beaux-arts à Bellerive.

Le 30 septembre 2009, le Conseil d'État vaudois a retenu la halle CFF des locomotives à Lausanne dans le cadre de la Plate-forme pôle muséal.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :