Gare de Renens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Renens (VD)
Image illustrative de l'article Gare de Renens
La gare de Renens
Localisation
Pays Suisse
Ville Renens
Adresse Place de la Gare
1020 Renens
Coordonnées géographiques 46° 32′ 13″ N 6° 34′ 44″ E / 46.537026, 6.57892146° 32′ 13″ Nord 6° 34′ 44″ Est / 46.537026, 6.578921  
Gestion et exploitation
Propriétaire CFF
Exploitant Cie Ouest-Suisse (1855 - ?)
Cie Suisse-Occidentale (? - 1890)
JS (1890 - 1903)
CFF (dès 1903)
Services IR, RE, S, M
Caractéristiques
Ligne(s) 150, Ligne du Pied-du-Jura, Ligne Lausanne – Vallorbe, M1
Voies 7
Quais 4
Hauteur 0.55 m
Zone 11 (Mobilis)
Altitude 413 m
Historique
Mise en service 1855 halte première ligne
1876 gare de triage
1877 bâtiment voyageurs
1903 bâtiment voyageurs actuel
1991 terminus TSOL
Correspondances
TL  m1   7   17  30  32  33  36  • 54

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Renens (VD)

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

(Voir situation sur carte : canton de Vaud)
Renens (VD)

Géolocalisation sur la carte : Lausanne

(Voir situation sur carte : Lausanne)
Renens (VD)

La gare de Renens est une gare ferroviaire régionale suisse, située en Suisse romande, sur le territoire de la commune de Renens, dans le canton de Vaud. Elle est desservie[1] par des trains des Chemins de fer fédéraux suisses (CFF) et la ligne M1 du métro de Lausanne (anciennement dite TSOL[2]). C'est la deuxième gare la plus fréquentée du réseau express régional vaudois (REV)[3].

Le site de la gare de Renens, situé aux confins de quatre communes (Chavannes-près-Renens, Crissier, Écublens et Renens) est un important nœud ferroviaire au centre d'un grand projet de modernisation et développement d'un réseau de transport en commun public[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

La Compagnie de l'Ouest-Suisse met en service[5] la ligne Bussigny − Renens − Morges le 1er juillet 1855 et la ligne Lausanne − Renens[1] le 5 mai 1856. Les 64 kilomètres de la ligne Lausanne – Genève sont ouverts à la circulation ferroviaire[1] le 8 août 1856.

En 1865, la Compagnie possède 146 kilomètres de lignes[6], dont Morges − Lausanne − Renens (8 km) et Renens − Yverdun, ou Yverdon[7], (38 km). Le 14 avril 1868, la locomotive « Vautour », en tête du train n°11, s'arrête 12 minutes au disque de Renens, car le train a pris du retard en raison d'un fort vent. Le tribunal relaxe la Compagnie de l'Ouest-Suisse de l'amende, au motif que la ligne de Lausanne à Genève ne comporte encore qu'une seule voie entre Renens et la gare de Lausanne, où le train arrive avec 23 minutes de retard[8].

Bâtiment voyageurs de 1877 encore existant aujourd'hui.

La Compagnie des chemins de fer de la Suisse-Occidentale, met en service, le 1er juillet 1876, une importante gare de triage[9].

Les Chemins de fer fédéraux suisses (CFF), créés en 1903 lors de la nationalisation des principales compagnies, procèdent en 1925 à la mise en service[1], par sections, de l'électrification de la ligne de Lausanne à Genève : d'abord entre Lausanne et Renens, le 1er février 1925, puis entre Renens et Genève le 25 décembre 1925.

Dans la nuit du 11 au 12 juin 1940, la gare de Renens est bombardée par des avions anglais de retour d'une mission visant les usines Fiat de Turin. L'attaque, qui fait deux morts et huit blessés, est due à une erreur de navigation des équipages (d'autres bombes tombent cette même nuit sur Genève)[10],[11]

Passage d'un train à vapeur le 16 novembre 2008.

En 1991, la gare de Renens devient le terminus du tramway du sud-ouest lausannois[12], mis en service[1] le 2 juin 1991. Lors du 150e anniversaire de la ligne Lausanne − Genève, le 16 novembre 2008, un train à vapeur parcourt la ligne (voir ci-contre, photo du train en gare de Renens).

En 2012 le toît de la gare est endommagé par un incendie[13].

Présentation[modifier | modifier le code]

La gare de Renens est située dans l'agglomération ouest de Lausanne, une région peuplée de 50 000 habitants, qui compte de nombreux commerces ainsi que des hautes écoles universitaires (EPFL et UNIL) accueillant au total 18 000 étudiants[14]. En 2001, 120 trains RER, 46 trains InterRegio, 100 rames de métro et 360 bus passent quotidiennement par la gare de Renens[15].

Le terrain de la gare jouxte les communes de Renens, Crissier, Écublens et Chavannes-près-Renens. Il dessert l'une des plus importantes zones urbaines de Suisse romande. La gare comporte trois quais de train, exploités par les chemins de fer fédéraux suisses (CFF) pour les liaisons InterRegio et le Réseau express régional vaudois (REV), ainsi que le terminus de la ligne M1 du métro de Lausanne et deux arrêts de bus exploités par les transports publics de la région lausannoise (TL). En 2008, 23 000 personnes ont transité par la gare chaque jour, 35 % des voyageurs font le déplacement entre les quais CFF et l'arrêt du M1 et 20 % utilisent la gare comme passage piéton [16].

La gare de Renens comporte un secteur pour les marchandises, avec une gare de triage de 12 hectares utilisée pour composer des trains de marchandises et transborder les marchandises vers la route[15].

La région de l'Ouest Lausannois, où se trouve la gare, a connu un évolution très rapide depuis 1950. En 2010, suite à l'accroissement de la population et à l'augmentation de la cadence des trains, la gare est « largement sous-dimensionnée ». Elle est en outre jugée « peu attrayante, vieillote et vétuste » par les usagers. Divers travaux de rénovation et d'amélioration sont prévus jusqu'en 2030[14],[16],[15]. Des améliorations qui font partie du projet Léman 2030 lancé par les CFF en 2013, et qu'ils qualifient de « chantier ferroviaire du siècle »[17].

La gare se trouve entre Lausanne et Genève, sur la transversale ferroviaire est-ouest. En 2010, la ligne à 3 voies qui relie Renens à Lausanne est un goulet d'étranglement et les chemins de fer prévoient de l'élargir par une quatrième voie d'ici 2018. Il est également prévu de construire un saut-de-mouton. Une gare intermédiaire entre Lausanne et Renens a ouvert en 2012[18] et une ligne de tramway doit ouvrir en 2017. Toutes ces améliorations figurent dans le schéma directeur du district de l'Ouest lausannois[19],[16]

Une augmentation significative du trafic sur le RER Vaudois est attendue d'ici 2020. La gare pourrait alors devenir l'une des plus fréquentées de Suisse romande, après celles de Lausanne et de Genève[20].

Une région en mutation[modifier | modifier le code]

La gare de Renens a été inaugurée en 1856, suite à la mise en service de la ligne de train Lausanne-Bussigny-Yverdon. En 1876, on construit la gare de triage de Lausanne sur le site de Renens, parce que le site escarpé de la gare de Lausanne ne comporte pas de surface plate suffisamment étendue pour une telle installation[15].

Depuis la construction de la gare au XIXe siècle, la région de l'Ouest Lausannois a radicalement changé: en 1900, les communes de Renens, Crissier, Écublens et Chavannes-près-Renens totalisent 3 200 habitants. Jusqu'en 1960, la population passe à 18 000 personnes. En l'an 2000, elle atteint 39 000 habitants[15] (soit plus du double). La croissance ralentit ensuite quelque peu mais selon le recensement 2009, ces communes représentent au total 43 509 habitants en 2009 (Ouest lausannois: 65 783)[21].

L'Université de Lausanne et l'École polytechnique fédérale de Lausanne se sont implantées dans les années 1970, de même que des centres commerciaux, des entreprises du secteur tertiaire et des logements. En l'an 2000, la région est en plein développement, alors que le centre ville de Lausanne perd des habitants et des emplois[15]. Les quatre communes voisines de la gare ont - chacune de leur côté - tenté de prendre des mesures pour s'adapter à l'évolution du secteur. Celui-ci n'a cependant jamais fait l'objet d'une étude globale et intercommunale[15].

Dans les années 2000, le service régional d'aménagement du territoire est chargé d'étudier la banlieue ouest de Lausanne et de valoriser la gare de Renens ainsi que ses abords. Le professeur, architecte et urbaniste Pierre Federsen est chargé d'établir un schéma directeur portant sur le centre de Renens et sa gare[15].

En 2001, un collectif composé d'habitants, d'autorités et de personnalités locales examine la gare de Renens et effectue une visite à pied des alentours. Les usagers de la gare jugent celle-ci « peu attrayante, vieillotte et vétuste », le passage sous-voie est qualifié de « triste et peu attrayant ». Les voyageurs qui passent du train au métro doivent faire un un détour de plus de 200 mètres en raison de l'unique passage sous-voie, et le terminal de la gare se trouve au sud des voies, alors que le centre-ville de Renens est au nord. Les autorités locales des quatre communes proches de la gare se réunissent alors pour mettre au point diverses améliorations[15].

Les améliorations envisagées sont, en 2011, la rénovation du bâtiment principal et la construction de deux nouveaux bâtiments, de part et d'autre du terminal existant. Le projet comprend aussi la construction d'une passerelle en complément de l'actuel passage sous-voie, ainsi qu'une nouvelle ligne de tramway et un quatrième quai de train. Il est également prévu d'augmenter la cadence des trains, des métros et des bus[16].

En 2010 a lieu la consultation publique pour la concession[22] d'une ligne de tramway de Lausanne-Flon à la gare de Renens. La mise à l’enquête publique des aménagements routiers en lien avec ce projet est fixée à fin 2011.

Entre 2005 et 2010 le trafic sur l'axe ferroviaire Lausanne-Renens-Genève a augmenté de 40 %, et celui-ci est devenu un des axes « les plus sollicités de toute la Suisse ». En vue de répondre à la demande, les CFF mettent alors en circulation des trains à deux étages Duplex Regio dès 2012[23].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Site Christophe Lachenal, gare CFF et TSOL de Renens, lire en ligne (consultée le 25 mai 2010).
  2. TSOL = Tramway du Sud-Ouest Lausannois
  3. http://www.sbb.ch/content/sbb/de/desktop/sbb-konzern/sbb-als-geschaeftspartner/bund-kantone/kantone/westschweiz/rer-vaudois/_jcr_content/contentPar/tabs_3/tabItems/tab4/tabPar/downloadlist_2/downloadList/file1.spooler.download.pdf Les RER du futur en Suisse romande
  4. Site Ouest-Lausannois, Schéma directeur - SDOL : secteur Gare de Renens lire en ligne (consulté le 22 mai 2010)
  5. Site de Christophe Lachenal, gare CFF et BAM de Morges, histoire lire en ligne (consulté le 21 mai 2010).
  6. Adolphe Joanne, Itinéraire descriptif et historique de la Suisse : du Mont-Blanc, de la Vallée de Chamonix et des Vallées du Piémont, Libr. de L. Hachette et Cie., 1865, p. XXVII lire en ligne (consulté le 21 mai 2010).
  7. Différentes dénominations : Yverdun ou Yverdon (en langue allemande Ifferten), Yverdon-les-bains depuis 1981
  8. Journal des tribunaux vaudois, revue de jurisprudence de la Suisse Romande, n° 29 du samedi 29 juillet 1868, dans journal des tribunaux vaudois et revue judiciaire, Imprimerie Charles Pache, 1868, p. 474 lire en ligne (consulté le 21 mai 2010)
  9. Site officiel de Renens, Historique : « la Compagnie des chemins de fer de la Suisse-Occidentale décida de créer une grande gare de triage à Renens. La nouvelle gare est ouverte au service le 1er juillet 1876 » lire en ligne (consulté le 21 mai 2010).
  10. Fabienne Regard, Laurent Neury, Mémoire d'une Suisse en guerre : la vie malgré tout (1939-1945), Cabedita, 2002, p24
  11. Pionnair GE, « Genève bombardée par erreur par des appareils A.W. Whitley britanniques (1940) » (consulté le 24 août 2009)
  12. « Renens (VD) » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne. consulté le 22 mai 2010
  13. http://www.romandie.com/news/n/Vaud_une_marquise_de_la_gare_de_Renens_en_feu98220520121244.asp
  14. a et b Luc Vodoz - Christophe Jemelin,Les territoires de la mobilité: l'aire du temps,PPUR presses polytechniques - 2004,(ISBN 9782880745608)
  15. a, b, c, d, e, f, g, h et i http://my.unil.ch/serval/document/BIB_7576931CCDC6.pdf Safari urbain en gare de Renens
  16. a, b, c et d http://www.renens.ch/dev/administration/CTC/Projet_gare/Panneaux_exposition_BaT.pdf www.renens.ch - une gare pour l'ouest
  17. « 24 heures - «Léman 2030» Le chantier ferroviaire du siècle a son journal »
  18. http://www.rts.ch/info/regions/vaud/4107230-les-trains-s-arretent-desormais-a-la-gare-de-prilly-malley.html
  19. http://www.sbb.ch/content/sbb/de/desktop/sbb-konzern/sbb-als-geschaeftspartner/bund-kantone/kantone/westschweiz/rer-vaudois/_jcr_content/contentPar/tabs_3/tabItems/tab4/tabPar/downloadlist_2/downloadList/file1.spooler.download.pdf CFF - Les RER du futur en Suisse romande
  20. http://www.renens.ch/dev/administration/CTC/Projet_gare/PREAV101_2010_Definitif.pdf Ville de Renens - rénovation du secteur de la gare de Renens
  21. http://www.bfs.admin.ch/bfs/portal/fr/index/themen/01/02/blank/data/01.html
  22. Site 20 minutes Suisse, Tram Renens-Lausanne : la demande de concession mise en consultation, article du 18 mai 2010 lire en ligne (consulté le 22 mai 2010).
  23. « CFF - Léman 2030 - les RER d’aujourd’hui et de demain »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]